ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE ET
ÉMERGENCE DE LA COTE D’IVOIRE
SAMBA DIAKITÉ
PROFESSEUR Titulaire
université Alassane Ouattara d...
« Être heureux ne signifie pas que
tout est parfait. Cela signifie que vous
avez décidé de regarder au-delà des
imperfecti...
DE L’INSTRUCTION À
L’ÉDUCATION:DES DÉFINITIONS
ESSENTIELLES
I-Cadre social et conceptuel de
l’éthique
“Rien de grand ne s’est accompli
dans ce monde sans passion”
G.W.F HEGEL
QUI SUIS-JE?
MOI, L’HOMME?
POURQUOI?
MAIS COMMENT AVOIR CES
VALEURS?
-On ne peut acquérir ces valeurs
que par la recherche du vivre-
ensemble
-le vivre-ensemble conduit aux
questionnements de l’éthique
-Et la recherche de cette éthique
commence d’abord par la
recherche du savoir et ce savoir
s’apprend en premier lieu dans ...
• L’école est un lieu de rencontre et de
partage
• Rencontrer l’autre, c’est se poser la
question suivante :qui est l’autr...
I.a. BRÈVES DÉFINITIONS
L’éthique est la discipline qui essaie de repérer les
bons principes du vivre-ensemble, l’éthique,...
La philosophie comme une éthique ne prétend pas
posséder la vérité. Elle veut emmener l’individu à
prendre une décision mo...
II.Visions et conceptions sur les
enjeux moraux et éthiques de la
société contemporaine
comment faire pour être moralement
cohérent?
Le plus facile , est de nous arrêter un
instant, de réfléchir et d’examiner n...
• Il y a donc effet de dialogue et un dialogue
n’est possible que s’il y a la possibilité de
recevoir quelque chose de l’a...
• Instruire, c’est donner un savoir, un
enseignement, c’est sortir de l’ignorance et
s’inviter dans le monde de la connais...
• La culture est un processus
d’humanisation; cultiver, c’est humaniser en
réapprenant la socialisation
• Selon Marcuse, l...
• En tant que valeurs supérieures, la culture
devient une éducation, une ÉTHIQUE
• Elle devient pour les peuples et les
in...
• Il faut donc opérer un choix entre le
laisser-aller de l’homme et la remise en question
de son faire et de son être.
• O...
• Choisir la meilleure des valeurs possibles,
c’est montrer les forces et les faiblesses des unes
et des autres; c’est arg...
L’ÉTHIQUE CONSISTE DONC À
PESER DES VALEURS
- N’est-ce pas que tout homme
s’interroge en pensant, en
discutant, se pense, se discute soi-
même en interrogeant pour mi...
l’éthique est de:
1- l’ordre du questionnement
2-l’ordre de la recherche
En vue de s’ouvrir
« sur des choix fondés sur des
valeurs et sur des actions
délibérées qui visent
l’accomplissement de la...
« Parler d’éthique, c’est avouer que la vie humaine
est tributaire du sens autant que de l’efficience. L’agir
humain ne pe...
- Que signifie donc :
1-répondre de l’agir?
2-réhabiliter Le sens?
-comment donc définir la mission
de l’éducation aujourd’hui?
Quelles fonctions sociales l’école
doit-elle assumer?
L’école...
Les 3 axes de l’éducation
1-instruire
2-socialiser
3-qualifier
La mission de l’éducation c’est
proposer un idéal social, l’insertion
des citoyens et citoyennes dans
une visée éthique.
Selon ALINE GIROUX,
« Éduquer, c’est, en effet, d’abord reconnaître
qu’il existe, dans le monde des valeurs, du plus
haut,...
Pour le Conseil supérieur de l’éducation, la
compétence éthique est « La tâche éducative
qui consiste à favoriser chez les...
• On peut donc dire avec RAYMOND MOCH
dans Les déontologies professionnelles à
l’épreuve des techniques , PARIS, ARMAND
CO...
• C’est évidemment à l’école car toute
société est une école, l’école de la vie. Mais
comment peut-on vivre en harmonie da...
MARTIN PROVENCHER pose les trois dilemmes
suivants: le dilemme du médicament en
quantité limitée avec 5 patients- le dilem...
-LE CONSÉQUENTIALISME
-LE DÉONTOLOGISME
-L’ÉTHIQUE DES VERTUS
-LE CONSÉQUENTIALISME
Conséquentialisme, déontologie et éthique
professionnelle
III.1.Les sens des mots :«éthique ou morale»,
déontologie ?
• Le sens de la philosophie morale est de
comprendre le sens e...
-la morale, l’éthique et la
déontologie sont les 3 éléments de
définir les comportements bons,
vertueux ou acceptables dan...
-leur principe est que les
comportements humains ne sont
pas tous d’égale valeur et que
certains d’entre eux ne sont pas
a...
La morale, l’éthique et la
déontologie permettent la
régulation sociale. MAIS QU’Est-ce
QUE LA MORALE?
-Le terme vient du latin MORES qui
désigne les mœurs ou façons de vivre
dans un groupe donné
-employé dans l’antiquité en
...
-l’éthique vient du mot grec ethos qui
désigne les mœurs d’un groupe ou
d’une culture
-on se rend compte que les 2 termes
...
-progressivement, ils se sont
différenciés
la morale commande, l’éthique
recommande
L’éthique fondamentale ne propose
pas de solutions précises, elle aide à
réfléchir aux actions humaines en
posant des ques...
L’objectif est d’inciter chaque
personne à trouver sa réponse en
réfléchissant, en étant créative et
responsable.
L’élément essentiel de l’éthique ,
c’ est la valeur de la personne, c’ est
protéger l’humanité de l’homme, de
défendre tou...
-L’ÉTHIQUE peut être autant une
réflexion sur l’action qu’une
préparation à l’action ou bien
même une action.
L’éthique est vue comme une
forme de régulation sociale et
prend le relais de la morale
-elle correspond aux besoins des
s...
-l’éthique n’insiste pas sur le contrôle
et la punition
-elle est plus incitative que répressive
-elle vise le développeme...
La déontologie constitue
l’ensemble des normes indiquant
les comportements ou attitudes
que les professionnels doivent
obs...
-une forme de régulation sociale
propre à une profession ou un métier
-la déontologie professionnelle est une
réponse au b...
-elle définit les principes moraux qui
définissent l’activité professionnelle
-indiquent des normes qui précisent
des acti...
Les composantes obligatoires d’un code de
déontologie selon DESAULNIERS ET JUTRAS,
1-la définition du professionnel, de so...
III.2.Les fondements de la morale
• La morale comme bonheur chez ARISTOTE
• La morale comme TÉLÉOLOGIQUE du grec
TELOS, si...
• Mais comment déterminer les actions qui
permettent à l’homme d’être heureux ?
• Comment savoir qu’une action nous rend
h...
• Une action n’est une action heureuse
qu’en regardant ses CONSÉQUENCES, SES
RÉSULTATS À LA FIN DE L’ACTION.
• C’’est ce q...
• Le conséquentialisme pense que ce sont les
conséquences d’une action ou d’une décision qui
doivent déterminer la valeur ...
• Dans cette approche conséquentialiste, la
variante la plus célèbre est l’UTILITARISME dont les
chantres les plus écoutés...
• En prenant les hommes tels qu’ils sont,
Comment les emmener à faire ce qu’ils doivent
faire? La valeur morale de nos act...
• III.2.a.l’utilitarisme de BENTHAM
Il vise une éthique publique et non une éthique
personnelle. (voir le Léviathan de HOB...
• Mais, BENTHAM, n’engage-t-il pas là, la
réflexion morale dans une voie subjective qui
semble l’éloigner de l’objectivité...
• 1-la durée- le laps de temps pendant lequel les
conséquences d’une action affectent le bonheur
2-l,intensité-le degré fo...
• Chez BENTHAM, il faut toujours analyser la
«DÉLIBÉRATION MORALE», c’est-à –dire- peser
le pour ou le contre tout en étan...
• De nous procurer un plaisir durable est
plus utile et donc plus morale qu’une action
dont l’effet est de nous procurer u...
• on a vu que, selon l’utilitarisme, la
réflexion morale ne prévaut que sur les moyens
et que la fin justifie les moyens m...
• Selon cette conception, au début de toute
action morale, ce qui prime c’est L’INTENTION
• Pour le déontologisme, au cont...
• -le point de départ du déontologisme est le
pluralisme des valeurs
Car les individus ont des motivations morales très
va...
• L’impératif catégorique
maxime 1«Agis toujours d’après une maxime
telle que tu puisses vouloir en même temps
qu’elle dev...
•Ces différentes explications nous permettent
maintenant de définir l’ÉTHIQUE
PROFESSIONNELLE
EX DE L’ÉTHIQUE PROFESSIONNE...
V.1.Définition du
professionnalisme
-Le professionnalisme n’est pas la
professionnalisation
-la professionnalisation est l’étude
sociologique des cause expliquant
la transformation des métiers en
profession, c’est ...
Le professionnalisme ,c’est entrer dans
l’univers de ce qui devrait être, c’est ce
qu’on devrait faire et non ce qu’on fai...
-le professionnalisme , c’est
l’univers du souhaitable, de l’idéal,
il renvoie à l’éthique
-le fondement de la déontologie
est la connexion entre les normes
fondamentales et leur
aboutissement concret- l’acte
sing...
-la déontologie a pour fondement
la conscience professionnelle
qu’est ce que la conscience
professionnelle?
-c’est l’intériorisation des normes
objectives communément reconnues
grâce à l’appui des traditions, des
impératifs sociau...
-le professionnalisme est guidé,
surveillé et stimulé par sa propre
conscience .
Qu’est- ce -à –dire?
-La force morale des acteurs dans
une société dépend
essentiellement du phénomène
d’intégration des normes
communes.
LA PROBLÉMATIQUE DES ORDRES
EN CÔTE D’IVOIRE
« Chaque ordre a pour principale
fonction d’assumer la protection
du public. ...
L’ordre professionnel , pour
assumer sa fonction de contrôle,
- a le pouvoir de règlementer la
pratique et de sanctionner ...
-les règlements
délimitent les conditions d’admission,
de formation et d’équivalence de
formation
-assure les devoirs du p...
-lorsque les professionnels abusent
de leur pouvoir pour dominer
l’autre dans la relation
professionnelle, ils détruisent ...
VI.b. LES COMPOSANTES DE LA
COMPÉTENCE ÉTHIQUE DU
PROFESSIONNEL
-1-Discerner les valeurs en jeu dans ses interventions
2-mettre en place dans son entreprise un
fonctionnement démocratiqu...
VI.C.LES 6 OBLIGATIONS DU
FONCTIONNAIRE, selon CHRISTIAN
VIGOUROUX
• -Assidu et par suite exact et
régulier
• accompli sa ...
• -il est obligé de déférer aux ordres de ses
supérieurs hiérarchiques
• -il doit garder la plus grande discrétion sur
tou...
• -l’état a le droit d’exiger de lui dans la vie
privée une tenue convenable et une conduite
honorable et régulière «probi...
• «La conscience morale surpasse en effet,
,la conscience professionnelle et peut même
dans certains cas exceptionnels (…)...
• «1-il doit nous faire travailler, nous
apprendre le programme et la gestion de
l’entreprise
• 2-il doit être amical avec...
• 5-il doit nous laisser une seconde chance
quand on en a besoin» P207
• Ces différentes conceptions des employés
montrent...
De la construction et la divulgation du savoir et
son interaction avec les faits sociaux, politiques
et culturels
• Enseig...
• Respecter les valeurs culturelles
• Respecter les lois du pays et les règlements
des ministères concernés
• Supprimer le...
la déontologie professionnelle en CÔTE
D’iVOIRE, place de la déontologie dans la
pratique professionnelle de l'enseignant ...
Plusieurs entreprises publiques et privées en côte
d’IVOIRE se sont dotées d’un code de déontologie
pour s’ouvrir des voie...
En ce qui concerne les enseignants ,il n’existe pas
encore, à ce jour, un code de déontologie pour les
enseignants , étant...
Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a
pas de normes de conduite pour la
profession enseignante. Les
enseignants ivoiriens...
I.Cadre légal et réglementaire
Quelques éléments de la convention collective:
-Le respect du reglement de l’établissement
...
III.Tensions, confrontations,
enjeux éthiques soulevés dans
l'organisation scolaire et syndicale
Normes d’exercice de la profession
Les Normes d’exercice de la profession fournissent un
cadre pour décrire les connaissan...
III.2-Raisons d’être des Normes d’exercice de la profession •
Exposer une vision collective de la profession
• Discerner l...
III.3.Normes d’exercice de la profession :
Engagement envers les employés et leur apprentissage
Les membres se soucient de...
III.4.Leadership dans les communautés d’apprentissage
Les membres encouragent la création de communautés
d’apprentissage d...
III.5.Perfectionnement professionnel continu
Les membres savent que le perfectionnement
professionnel continu fait partie ...
III.6.Connaissances professionnelles
Les membres de l’Ordre visent à tenir à jour leurs
connaissances professionnelles et ...
III.7.Pratique professionnelle
Les membres de l’Ordre s’appuient sur leurs connaissances et
expériences professionnelles p...
III.8.Normes de déontologie de la profession
Les Normes de déontologie de la profession fournissent
une vue d’ensemble de ...
III.9.Raisons d’être des Normes de déontologie :
• Inspirer aux membres la fierté de la profession et faire en
sorte qu’il...
Confiance
Le concept de confiance incarne l’objectivité,
l’ouverture d’esprit et l’honnêteté. Les relations
professionnell...
Respect
La confiance et l’objectivité sont intrinsèques au
concept de respect. Les membres honorent la dignité
humaine, le...
Intégrité
Le concept d’intégrité comprend l’honnêteté, la fiabilité
et la conduite
morale. Une réflexion continue aide les...
X.I.a.-Principe de diligence et principe de négligence.
Garantie des droits et libertés
Des libertés fondamentales
Droits ...
X.b. Confidentialité, discrimination, justice -Autorité,
neutralité et
I. le droit à la liberté syndicale;
II. le droit à la négociation collective;
III. la protection contre la discrimination ...
ARTICLE 3. Engagements envers les collègues
1. promouvoir la collégialité entre collègues en respectant
leur statut profes...
4. promouvoir les intérêts et le bien-être des collègues
et les protéger de toute brimade et de tout abus
physique, psycho...
ARTICLE 4. Engagements envers le personnel
administratif : 1. être informés de leurs responsabilités
et droits légaux et a...
XI. ÉTHIQUE DES IDENTITÉS : LE POLYTHEISME DES
VALEURS
-Respect des droits de la personne
-Refus de la discrimination
-Acc...
XI.I.SEXUALITÉ, ÉTHIQUE ET ÉCOLE
-Interdiction du harcèlement sexuel et psychologique
-Respect du choix sexuel
-Prohibitio...
-Comment réconcilier les
différences?
-Comment transformer les
comportements hétérogènes en un
vivre-ensemble?
De l’acceptation de la différence aux règlements
des différends
-les identités sont fluctuantes
-elles sont changeantes et...
-l’identité se consolide par les deux
aspects suivants: la transmission
du savoir et la construction du
savoir
La pensée de la médiation passe
par l’acceptation des valeurs
axiologiques des individus
-les valeurs axiologiques sont de...
-Accepter ces valeurs et les intégrer
dans sa classe, nécessite une éthique
de la discussion, de la communication
L’homme ...
XII.De l’universalisme des droits de la personne à
l’intégration des droits de l’éducation
-le discours des échanges, doit...
QUELQUES CONCLUSIONS
-Toute reconnaissance passe
d’abord par l'acceptation du visage
de l'autre comme semblable au
mien, c...
Au-delà des différences, n’est-ce pas l’humain
qui advient à la vie ? N’est-ce pas l’essence de
l’un qui rejaillit sur le ...
Ne faut-il pas, dès lors, bannir les liens
de défiance et de méfiance pour
instaurer ceux de la concorde et de la
confianc...
Reconnaître l'autre, c'est accepter
d'abord son identité, quitte à la
reconstruire par la suite.
-L’ÉTHIQUE DE LA
RECONSTR...
Cette éthique consiste à:
-montrer que la moralité est le produit d’un
apprentissage
-cet apprentissage est l’expression d...
Selon le philosophe JEAN-MARC FERRY
:«C’est l’idée qu’au départ, l’être,
l’individu en formation ou le corps
sensible, qui...
il ne sait pas qu’il y a lui d’un côté et un
environnement de l’autre. Il n’est pas nécessaire
que cet appel reçoive une r...
Ex du nouveau –né qui exprime par
la voix, un manque. Il n'y aucune
intentionnalité`.
FICHTE :«L’homme n’est homme
que par...
- Dans l’éthique de la reconstruction, il nous faut
prendre en vue le négatif des relations passées, le
passif accumulé av...
En parlant d’un besoin de réparation
symbolique, on appelle un geste de
parole : parole d’aveu, de contrition,
de pardon, ...
C'est à la fois une réparation et une
reconnaissance de la
reconnaissance réciproque de
l'autre en tant qu’être vulnérable.
-Éthique comme conversion
Le passage de la simple réflexivité à la réflexion est
une prise de conscience aigüe de l’homme ...
-Il est Choix, libre de ses décisions. Ce nouveau choix,
devient positivité et le sujet s’ouvre vers un à-venir
meilleur, ...
« Ce sont dans les choses simples de la vie
que l’on trouve le plus de pureté et ce
sont ces même choses qui sauront nous
...
“Le devoir de mémoire implique le
devoir d’Unité et l’unité fait la
grandeur des peuples.”
SAMBA DIAKITÉ
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire

517 vues

Publié le

Ethique professionnelle pour l,emergence de la cote d'ivoire

Publié dans : Direction et management
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
517
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ethique professionnelle pour l'emergence de la cote d'ivoire

  1. 1. ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE ET ÉMERGENCE DE LA COTE D’IVOIRE SAMBA DIAKITÉ PROFESSEUR Titulaire université Alassane Ouattara de Bouaké/Université du Québec à Rimouski- CANADA
  2. 2. « Être heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections. » Aristote
  3. 3. DE L’INSTRUCTION À L’ÉDUCATION:DES DÉFINITIONS ESSENTIELLES
  4. 4. I-Cadre social et conceptuel de l’éthique
  5. 5. “Rien de grand ne s’est accompli dans ce monde sans passion” G.W.F HEGEL
  6. 6. QUI SUIS-JE?
  7. 7. MOI, L’HOMME?
  8. 8. POURQUOI?
  9. 9. MAIS COMMENT AVOIR CES VALEURS?
  10. 10. -On ne peut acquérir ces valeurs que par la recherche du vivre- ensemble
  11. 11. -le vivre-ensemble conduit aux questionnements de l’éthique
  12. 12. -Et la recherche de cette éthique commence d’abord par la recherche du savoir et ce savoir s’apprend en premier lieu dans les salles de classe, c’est-à-dire à l’école.
  13. 13. • L’école est un lieu de rencontre et de partage • Rencontrer l’autre, c’est se poser la question suivante :qui est l’autre ? • Au début de toute rencontre, il y a la volonté d’aller vers l’autre, la décision ultime • Rencontrer c’est accepter de parler avec l’autre, le comprendre, échanger discuter
  14. 14. I.a. BRÈVES DÉFINITIONS L’éthique est la discipline qui essaie de repérer les bons principes du vivre-ensemble, l’éthique, c’est ce que nous devons les uns aux autres. Le but de l’éthique n’est pas d’imposer à l’individu ce qu’il y a à faire mais de mettre l’individu devant sa propre responsabilité, juge de sa propre conscience face à la société qui l’entoure et dont il fait partie intégrante. Sans lui, il n’y a pas de société et sans la société, il n, est rien non plus.
  15. 15. La philosophie comme une éthique ne prétend pas posséder la vérité. Elle veut emmener l’individu à prendre une décision morale cohérente et à contribuer sans fin à l’élaboration des savoirs et à la culture démocratique. Son refus, c’est décider à la place des autres.
  16. 16. II.Visions et conceptions sur les enjeux moraux et éthiques de la société contemporaine
  17. 17. comment faire pour être moralement cohérent? Le plus facile , est de nous arrêter un instant, de réfléchir et d’examiner nos intuitions morales, de les passer au crible de la raison et des traditions morales, d’en apprécier les forces et les faiblesses.
  18. 18. • Il y a donc effet de dialogue et un dialogue n’est possible que s’il y a la possibilité de recevoir quelque chose de l’autre. • Le langage permet la rencontre et fortifie les liens, «c’est dans les mots que nous pensons » dit HEGEL. • Si parler, c’est penser, cela veut dire que la parole instruit, toute parole est donc une instruction
  19. 19. • Instruire, c’est donner un savoir, un enseignement, c’est sortir de l’ignorance et s’inviter dans le monde de la connaissance • Instruire, c’est donc se cultiver. Mais qu’est-ce que la culture ? • La Culture, dit-on souvent, c’est ce qui reste lorsqu’on a tout oublié. Mais la culture, comme son mot l’indique, c’est ce qu’on récolte après avoir semé.
  20. 20. • La culture est un processus d’humanisation; cultiver, c’est humaniser en réapprenant la socialisation • Selon Marcuse, la culture apparaît comme ensemble des fins morales , esthétiques et intellectuelles (valeurs) qu’une société considère comme le but de l’organisation, de la division et de la direction du travail • La culture devient donc des« valeurs supérieures »
  21. 21. • En tant que valeurs supérieures, la culture devient une éducation, une ÉTHIQUE • Elle devient pour les peuples et les individus une ESPÉRANCE et des aspirations à satisfaire . • Mais comment donc éviter la répression culturelle ? Telle est la question centrale et la problématique fondamentale de l’éthique.
  22. 22. • Il faut donc opérer un choix entre le laisser-aller de l’homme et la remise en question de son faire et de son être. • Opérer ce choix, c’est décider entre plusieurs choix possibles, entre plusieurs valeurs possibles. Tel est le sens de l’éthique qui consiste à choisir la meilleure des valeurs possibles
  23. 23. • Choisir la meilleure des valeurs possibles, c’est montrer les forces et les faiblesses des unes et des autres; c’est argumenter; c’est peser et sous- peser; comparer le pour et le contre, analyser de manière responsable et en toute conscience. «Penser, c’est peser» , dit Bachelard. • C’est faire preuve de dialectique , de liberté d’esprit et d’action.
  24. 24. L’ÉTHIQUE CONSISTE DONC À PESER DES VALEURS
  25. 25. - N’est-ce pas que tout homme s’interroge en pensant, en discutant, se pense, se discute soi- même en interrogeant pour mieux se conduire dans cette vie ?
  26. 26. l’éthique est de: 1- l’ordre du questionnement 2-l’ordre de la recherche
  27. 27. En vue de s’ouvrir « sur des choix fondés sur des valeurs et sur des actions délibérées qui visent l’accomplissement de la personne et de la collectivité »
  28. 28. « Parler d’éthique, c’est avouer que la vie humaine est tributaire du sens autant que de l’efficience. L’agir humain ne peut se réduire, si ce n’est en réduisant l’humain, à la seule motivation de maximiser son intérêt personnel. Réhabiliter la sphère du sens, du sens de l’agir, du sens des affaires privées ou publiques, du sens des agirs et des décisions de vie, tel est le projet audacieux de toute parole éthique » Legault.G.,Les défis éthiques en éducation, p.20
  29. 29. - Que signifie donc : 1-répondre de l’agir? 2-réhabiliter Le sens?
  30. 30. -comment donc définir la mission de l’éducation aujourd’hui? Quelles fonctions sociales l’école doit-elle assumer? L’école peut-elle inspirer des repères pour une société multiculturelle en pleine mutation? Qu’est-ce qu’éduquer?
  31. 31. Les 3 axes de l’éducation 1-instruire 2-socialiser 3-qualifier
  32. 32. La mission de l’éducation c’est proposer un idéal social, l’insertion des citoyens et citoyennes dans une visée éthique.
  33. 33. Selon ALINE GIROUX, « Éduquer, c’est, en effet, d’abord reconnaître qu’il existe, dans le monde des valeurs, du plus haut, de l’admirable et du méprisable. C’est ensuite élever le niveau d’aspiration, viser une certaine hauteur, une certaine profondeur de vision, promouvoir dans les métiers, les arts, les sciences, ce qui représente l’humain dans ce qu’il est et ce qu’il fait de plus propre à inspirer l’admiration .»(Pour l’éducation éthique postmoderne, quelle rationalité, in les défis éthiques en éducation, p.77
  34. 34. Pour le Conseil supérieur de l’éducation, la compétence éthique est « La tâche éducative qui consiste à favoriser chez les élèves l’émergence des aptitudes fondamentales à la recherche et au dialogue, à la critique et à la créativité, à l’autonomie et à l’engagement, aptitudes qui leur permettent de se situer et de se définir eux-mêmes au cœur de la présente mutation sociale ».Ibid., p.10
  35. 35. • On peut donc dire avec RAYMOND MOCH dans Les déontologies professionnelles à l’épreuve des techniques , PARIS, ARMAND COLIN, 1997, que : • «L’ INSTRUCTION, CEST L’ ÉDUCATION DU JUGEMENT» P.208 • Mais où apprend-on à mieux juger, à mieux saisir cette liberté d’esprit?
  36. 36. • C’est évidemment à l’école car toute société est une école, l’école de la vie. Mais comment peut-on vivre en harmonie dans cette école si différenciée ? Comment peut-on se comprendre, comprendre l’autre et apprendre à vivre ensemble sans être, selon l’expression de HOBBES, «un loup pour l’homme»? • Il faut des règles, des normes, des ententes de conduite.
  37. 37. MARTIN PROVENCHER pose les trois dilemmes suivants: le dilemme du médicament en quantité limitée avec 5 patients- le dilemme du pompier-le dilemme du chirurgien. Ces différentes approches des questions éthiques nous font appel aux principaux courants suivants:
  38. 38. -LE CONSÉQUENTIALISME -LE DÉONTOLOGISME -L’ÉTHIQUE DES VERTUS -LE CONSÉQUENTIALISME
  39. 39. Conséquentialisme, déontologie et éthique professionnelle
  40. 40. III.1.Les sens des mots :«éthique ou morale», déontologie ? • Le sens de la philosophie morale est de comprendre le sens et la portée de nos actions , la façon dont les hommes pensent leurs manières de concevoir les choses , de voir les hommes et de les comprendre.
  41. 41. -la morale, l’éthique et la déontologie sont les 3 éléments de définir les comportements bons, vertueux ou acceptables dans la société qu’ils soient publics ou privés, individuels ou collectifs.
  42. 42. -leur principe est que les comportements humains ne sont pas tous d’égale valeur et que certains d’entre eux ne sont pas acceptables et qu’il faut quelquefois les contrôler.
  43. 43. La morale, l’éthique et la déontologie permettent la régulation sociale. MAIS QU’Est-ce QUE LA MORALE?
  44. 44. -Le terme vient du latin MORES qui désigne les mœurs ou façons de vivre dans un groupe donné -employé dans l’antiquité en philosophie pour désigner la recherche du bien et de la vie bonne que l’on appelle la philosophie morale
  45. 45. -l’éthique vient du mot grec ethos qui désigne les mœurs d’un groupe ou d’une culture -on se rend compte que les 2 termes éthique et morale possèdent la même signification et sont souvent employés l’un pour l’autre.
  46. 46. -progressivement, ils se sont différenciés la morale commande, l’éthique recommande
  47. 47. L’éthique fondamentale ne propose pas de solutions précises, elle aide à réfléchir aux actions humaines en posant des questions sur leur signification, leurs finalités, leur répercussions sur soi et sur autrui.
  48. 48. L’objectif est d’inciter chaque personne à trouver sa réponse en réfléchissant, en étant créative et responsable.
  49. 49. L’élément essentiel de l’éthique , c’ est la valeur de la personne, c’ est protéger l’humanité de l’homme, de défendre toute atteinte à sa dignité ou à son intégrité. -L’éthique fonde la morale pratique et précède cette morale selon PAUL RICOEUR.
  50. 50. -L’ÉTHIQUE peut être autant une réflexion sur l’action qu’une préparation à l’action ou bien même une action.
  51. 51. L’éthique est vue comme une forme de régulation sociale et prend le relais de la morale -elle correspond aux besoins des sociétés pluralistes et démocratiques centrées sur les droits individuels et collectifs
  52. 52. -l’éthique n’insiste pas sur le contrôle et la punition -elle est plus incitative que répressive -elle vise le développement et la mise en œuvre du jugement afin de prendre des décisions et de passer à l’action
  53. 53. La déontologie constitue l’ensemble des normes indiquant les comportements ou attitudes que les professionnels doivent observer dans leur pratique.
  54. 54. -une forme de régulation sociale propre à une profession ou un métier -la déontologie professionnelle est une réponse au besoin de clarifier une éthique commune, s’en servir et guider les autres.
  55. 55. -elle définit les principes moraux qui définissent l’activité professionnelle -indiquent des normes qui précisent des actions acceptables ou inacceptables par les membres du groupe.
  56. 56. Les composantes obligatoires d’un code de déontologie selon DESAULNIERS ET JUTRAS, 1-la définition du professionnel, de son client et du groupe auquel il appartient 2-les droits et obligations du professionnel envers le public 3- Les devoirs et obligations du personnel envers le client 4-les devoirs et obligations du professionnel envers la profession éthique professionnelle en enseignement, p.40 voir tableau
  57. 57. III.2.Les fondements de la morale • La morale comme bonheur chez ARISTOTE • La morale comme TÉLÉOLOGIQUE du grec TELOS, signifie «fin »ultime, but essentiel auquel toute action humaine est subordonnée. • Les morales téléologiques font du BONHEUR LE BUT SUPRÊME de l’humanité.
  58. 58. • Mais comment déterminer les actions qui permettent à l’homme d’être heureux ? • Comment savoir qu’une action nous rend heureux ? • Comment juger de la valeur morale d’une action ?
  59. 59. • Une action n’est une action heureuse qu’en regardant ses CONSÉQUENCES, SES RÉSULTATS À LA FIN DE L’ACTION. • C’’est ce qu’on va appeler Le CONSÉQUENTIALISME. À l’opposé de cette morale du succès, il y a le courant DÉONTOLOGIQUE du grec deon qui signifie devoir
  60. 60. • Le conséquentialisme pense que ce sont les conséquences d’une action ou d’une décision qui doivent déterminer la valeur morale ou la décision de cette action • La théorie conséquentialiste consiste à évaluer l’action ou les décisions morales en fonction du but visé et du bien être des individus affectés par les conséquences de l’action • . Le conséquentialisme, selon Daniel Weinstock, est construit «autour de l’idée que notre seule obligation est de maximiser les bienfaits causés par nos actions, ou à tout le moins d’en minimiser les conséquences néfastes» (profession éthicien, Montréal, PUM, 2006, page17).
  61. 61. • Dans cette approche conséquentialiste, la variante la plus célèbre est l’UTILITARISME dont les chantres les plus écoutés sont: JEREMY BENTHAM,1748-1832(L,UTILITARISME CLASSIQUE) JOHN STUART MILL 1806-1873( L,UTILITARISME RÉVISÉ OU INDIRECT • PETER SINGER 1748-1832(L, UTILITARISME CONTEMPORAIN OU L, UTILITARISME DE PRÉFÉRENCES) La théorie utilitariste affirme que ce sont , en particulier, les conséquences que nos actions ont sur le bien-être des individus, qui devraient nous préoccuper, plus de plaisirs et moins de douleurs.
  62. 62. • En prenant les hommes tels qu’ils sont, Comment les emmener à faire ce qu’ils doivent faire? La valeur morale de nos actions doit dépendre de leurs conséquences et non de l’intention avec laquelle nous agissons indépendamment de nos caractères, contrairement au déontologisme qui vise l’intention
  63. 63. • III.2.a.l’utilitarisme de BENTHAM Il vise une éthique publique et non une éthique personnelle. (voir le Léviathan de HOBBES), en politique, par exemple, le législateur doit faire en sorte que chaque individu agisse comme il le devrait, c’est-à-dire dans l’intérêt de tous. En punissant par exemple, l’individu puni est malheureux • Mais ,cet effet est compensé par le bonheur des autres. Dans l’utilitarisme de BENTHAM, il faut viser l’intérêt et le devoir. Dans cette théorie, il ne faut jamais perdre de vue les notions de PLAISIR ET DE DOULEUR
  64. 64. • Mais, BENTHAM, n’engage-t-il pas là, la réflexion morale dans une voie subjective qui semble l’éloigner de l’objectivité qui devrait la garantir et la consolider ? BENTHAM mesure la teneur morale de l’action par les éléments suivants :
  65. 65. • 1-la durée- le laps de temps pendant lequel les conséquences d’une action affectent le bonheur 2-l,intensité-le degré fort ou faible des effets de l’action 3 la certitude-la probabilité des conséquences de l’action 4-la proximité-le rapprochement de l’action est utile pour le bonheur • 5-la fécondité -l’action est utile quand les conséquences de cette action engendrent des plaisirs 6- la pureté-quand les actions sont pures elles comportent des plaisirs 7- l’ étendue-l’utilité de l’action en fonction du nombre de personnes affectées par le nombre.
  66. 66. • Chez BENTHAM, il faut toujours analyser la «DÉLIBÉRATION MORALE», c’est-à –dire- peser le pour ou le contre tout en étant convaincu que la valeur morale de nos actions de leurs effets. Mais pour mesurer ces effets, il faut faire appel au principe de l’utilité. Conséquemment, une action ou une décision dont les conséquences ont pour effet
  67. 67. • De nous procurer un plaisir durable est plus utile et donc plus morale qu’une action dont l’effet est de nous procurer un plaisir éphémère. La fin semble justifier les moyens. • La théorie est purement instrumentale, n’importe quelle fin peut devenir le moyen d’une nouvelle fin., pas de fin en soi, toutes les fins, même le fait de tuer, peuvent être moralement légitimes, l’égalité des individus , est, ici , une chimère.
  68. 68. • on a vu que, selon l’utilitarisme, la réflexion morale ne prévaut que sur les moyens et que la fin justifie les moyens même le meurtre, le sacrifice d’un individu et ces moyens doivent contribuer au bonheur du plus grand nombre. • Cette éthique fait de la liberté LA CONDITION MÊME DE L’OBLIGATION MORALE
  69. 69. • Selon cette conception, au début de toute action morale, ce qui prime c’est L’INTENTION • Pour le déontologisme, au contraire, l’agir moral ne consiste ni à rechercher notre intérêt personnel, ni à poursuivre le bien-être général, en toute circonstance. Les individus doivent s’imposer des limites dans leurs rapports avec les autres. Elles doivent respecter des contraintes, des normes, des interdits, des règles, des prescriptions, en tout temps et en tout
  70. 70. • -le point de départ du déontologisme est le pluralisme des valeurs Car les individus ont des motivations morales très variées. -les droits et les devoirs des individus doivent être définis -les conflits de droit et de devoir entre les individus doivent pouvoir se résoudre par la société. • -il faut savoir distinguer clairement ce qui est moralement permis de ce qui est moralement interdit. On pourrait, ici , penser à KANT.
  71. 71. • L’impératif catégorique maxime 1«Agis toujours d’après une maxime telle que tu puisses vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle.» • maxime 2«Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne toujours comme une fin et jamais simplement comme un moyen» • Ex: dois-je tuer tous mes ennemis ? Ma maxime n’est donc pas morale
  72. 72. •Ces différentes explications nous permettent maintenant de définir l’ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE EX DE L’ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE EN ENSEIGNEMENT
  73. 73. V.1.Définition du professionnalisme -Le professionnalisme n’est pas la professionnalisation
  74. 74. -la professionnalisation est l’étude sociologique des cause expliquant la transformation des métiers en profession, c’est chercher les raisons qui nous amènent à reconnaître les professions
  75. 75. Le professionnalisme ,c’est entrer dans l’univers de ce qui devrait être, c’est ce qu’on devrait faire et non ce qu’on fait. C’est donc identifier les différentes qualités qui devraient animer l’exercice de la profession.
  76. 76. -le professionnalisme , c’est l’univers du souhaitable, de l’idéal, il renvoie à l’éthique
  77. 77. -le fondement de la déontologie est la connexion entre les normes fondamentales et leur aboutissement concret- l’acte singulier, la situation concrète
  78. 78. -la déontologie a pour fondement la conscience professionnelle qu’est ce que la conscience professionnelle?
  79. 79. -c’est l’intériorisation des normes objectives communément reconnues grâce à l’appui des traditions, des impératifs sociaux, de l’éducation reçue dans la famille et dans certaines institutions
  80. 80. -le professionnalisme est guidé, surveillé et stimulé par sa propre conscience . Qu’est- ce -à –dire?
  81. 81. -La force morale des acteurs dans une société dépend essentiellement du phénomène d’intégration des normes communes.
  82. 82. LA PROBLÉMATIQUE DES ORDRES EN CÔTE D’IVOIRE « Chaque ordre a pour principale fonction d’assumer la protection du public. À cette fin, il doit notamment contrôler l’exercice de la profession par ses membres. »
  83. 83. L’ordre professionnel , pour assumer sa fonction de contrôle, - a le pouvoir de règlementer la pratique et de sanctionner les manquements aux règlements
  84. 84. -les règlements délimitent les conditions d’admission, de formation et d’équivalence de formation -assure les devoirs du professionnel envers le public, le client et sa profession.
  85. 85. -lorsque les professionnels abusent de leur pouvoir pour dominer l’autre dans la relation professionnelle, ils détruisent la confiance du groupe.
  86. 86. VI.b. LES COMPOSANTES DE LA COMPÉTENCE ÉTHIQUE DU PROFESSIONNEL
  87. 87. -1-Discerner les valeurs en jeu dans ses interventions 2-mettre en place dans son entreprise un fonctionnement démocratique 3-fournir aux travailleurs l’attention et l’accompagnement appropriés 4-justifier, auprès des publics intéressés, ses décisions relativement à l’apprentissage et à l’éducation des élèves 5-Respecter les aspects confidentiels de sa profession 6-éviter toute forme de discrimination à l’égard des travailleurs, des clients et des collègues 7-situer à travers les grands courants de pensée les problèmes moraux qui se déroulent dans son entreprise 8- utiliser , de manière judicieuse, le cadre légal et
  88. 88. VI.C.LES 6 OBLIGATIONS DU FONCTIONNAIRE, selon CHRISTIAN VIGOUROUX • -Assidu et par suite exact et régulier • accompli sa mission avec probité et désintéressement mais il doit aussi être «également impartial et dévoué à l’égard de tous»
  89. 89. • -il est obligé de déférer aux ordres de ses supérieurs hiérarchiques • -il doit garder la plus grande discrétion sur tout ce qui est l’objet de son service • -dans les fonctions le mettant en rapport avec le public ,il est obligé à l’aménité et à la complaisance
  90. 90. • -l’état a le droit d’exiger de lui dans la vie privée une tenue convenable et une conduite honorable et régulière «probité, disponibilité, fiabilité, respect du droit • Selon Moch : • «IL SUFFIT DE BIEN JUGER POUR BIEN FAIRE» P209 VI.D.-LES OBLIGATIONS SUPÉRIEURES DU PROFESSIONNEL
  91. 91. • «La conscience morale surpasse en effet, ,la conscience professionnelle et peut même dans certains cas exceptionnels (…)la contredire»p200 • «DÉONTOLOGIE CACHÉE FAITE DE FERMETÉ, D’AUTORITÉ OUVERTE, D’ATTENTION ET D’INDULGENCE» P.207
  92. 92. • «1-il doit nous faire travailler, nous apprendre le programme et la gestion de l’entreprise • 2-il doit être amical avec les travailleurs, mais aussi si ferme lorsqu’ le faut • 3-il ne doit pas être trop «vache» • 4-il doit écouter ce que les travailleurs ont à dire, il ne doit pas faire le sourd
  93. 93. • 5-il doit nous laisser une seconde chance quand on en a besoin» P207 • Ces différentes conceptions des employés montrent que le savoir se construit par rapport aux réalités du moment, se divulgue par analyse en faisant preuve d’esprit critique, en agissant comme un homme, en utilisant sa propre conscience et non comme une machine
  94. 94. De la construction et la divulgation du savoir et son interaction avec les faits sociaux, politiques et culturels • Enseigner le polythéisme des valeurs • Prendre en compte les faits sociaux • Promouvoir la culture de la démocratie
  95. 95. • Respecter les valeurs culturelles • Respecter les lois du pays et les règlements des ministères concernés • Supprimer les barrières culturelles et faire en sorte que les différences ne soient pas des différends
  96. 96. la déontologie professionnelle en CÔTE D’iVOIRE, place de la déontologie dans la pratique professionnelle de l'enseignant : regards sur les ordres professionnels et offices des professions
  97. 97. Plusieurs entreprises publiques et privées en côte d’IVOIRE se sont dotées d’un code de déontologie pour s’ouvrir des voies de conduite et permettre à leurs employés de mieux exercer leurs professions. Ces règlements sur l’éthique doivent être respectés et contiennent plusieurs principes de base. Tous les Ordres professionnels ont leur code de déontologie et veillent rigoureusement à leur application. -On peut citer, les journalistes, les militaires, les ingénieurs, etc.
  98. 98. En ce qui concerne les enseignants ,il n’existe pas encore, à ce jour, un code de déontologie pour les enseignants , étant donné qu ’il n’y a pas un ordre des enseignants
  99. 99. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de normes de conduite pour la profession enseignante. Les enseignants ivoiriens s’appuient de plus en plus sur les Conventions collectives et souvent, de manière explicite, sur les valeurs et les exigences professionnelles du code de déontologie illustrées par le ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.
  100. 100. I.Cadre légal et réglementaire Quelques éléments de la convention collective: -Le respect du reglement de l’établissement -Le devoir des employés -le droit au syndicat -L’équité salariale -L’exigence de la profession, etc.
  101. 101. III.Tensions, confrontations, enjeux éthiques soulevés dans l'organisation scolaire et syndicale
  102. 102. Normes d’exercice de la profession Les Normes d’exercice de la profession fournissent un cadre pour décrire les connaissances, les compétences et les valeurs propres à la profession . Elles expriment les objectifs et les aspirations de la profession, tout en communiquant une vision commune du professionnalisme qui oriente les pratiques quotidiennes des membres.
  103. 103. III.2-Raisons d’être des Normes d’exercice de la profession • Exposer une vision collective de la profession • Discerner les valeurs, les connaissances et les compétences propres à la profession • Orienter le jugement professionnel et les actions des membres • Promouvoir un langage commun pour favoriser une compréhension de ce que signifie être membre de la profession
  104. 104. III.3.Normes d’exercice de la profession : Engagement envers les employés et leur apprentissage Les membres se soucient de leurs employés et font preuve d’engagement envers eux. Ils les traitent équitablement et respectueusement ,et sont sensibles aux facteurs qui influencent l’apprentissage de chaque employé. Les membres encouragent les employés à devenir des citoyennes et citoyens actifs de la société ivoirienne.
  105. 105. III.4.Leadership dans les communautés d’apprentissage Les membres encouragent la création de communautés d’apprentissage dans un milieu sécuritaire où règnent collaboration et appui, et y participent. Ils reconnaissent la part de responsabilité qui leur incombe et assument le rôle de leader afin de favoriser la réussite des apprenants. Les membres respectent les normes de déontologie au sein de ces communautés d’apprentissage et les mettent en pratique.
  106. 106. III.5.Perfectionnement professionnel continu Les membres savent que le perfectionnement professionnel continu fait partie intégrante d’une pratique efficace et influence l’apprentissage des élèves. Les connaissances, l’expérience, les recherches et la collaboration nourrissent la pratique professionnelle et pavent la voie de l’apprentissage autonome.
  107. 107. III.6.Connaissances professionnelles Les membres de l’Ordre visent à tenir à jour leurs connaissances professionnelles et saisissent les liens qui existent entre ces connaissances et l’exercice de leur profession. Ils comprennent les enjeux liés au développement des clients, aux théories de l’apprentissage, à la pédagogie, aux programmes-cadres, à l’éthique, à la recherche en éducation, ainsi qu’aux politiques et aux lois pertinentes. Les membres y réfléchissent et en tiennent compte dans leurs décisions.
  108. 108. III.7.Pratique professionnelle Les membres de l’Ordre s’appuient sur leurs connaissances et expériences professionnelles pour diriger les clients dans leur apprentissage. Ils ont recours à la pédagogie, aux méthodes d’évaluation, à des ressources et à la technologie pour planifier leurs cours et répondre aux besoins particuliers des élèves et des communautés d’apprentissage. Les membres peaufinent leur pratique professionnelle et cherchent constamment à l’améliorer par le questionnement, le dialogue et la réflexion.
  109. 109. III.8.Normes de déontologie de la profession Les Normes de déontologie de la profession fournissent une vue d’ensemble de la pratique professionnelle. L’engagement envers les clients et leur apprentissage occupe une place fondamentale dans une profession solide et efficace. Conscients que leur position privilégiée leur confère la confiance des autres, les membres de l’Ordre assument ouvertement leurs responsabilités envers les clients, les parents et tuteurs, les collègues, les partenaires et autres professionnels, ainsi que le public. Ils prennent aussi leurs responsabilités en ce qui concerne l’environnement.
  110. 110. III.9.Raisons d’être des Normes de déontologie : • Inspirer aux membres la fierté de la profession et faire en sorte qu’ils soient dignes et qu’ils respectent ces valeurs • Reconnaître l’engagement et les responsabilités éthiques inhérentes à la profession • Conduire les membres à agir et à prendre des décisions de manière éthique • Promouvoir la confiance du public vis-à-vis de la profession
  111. 111. Confiance Le concept de confiance incarne l’objectivité, l’ouverture d’esprit et l’honnêteté. Les relations professionnelles des membres avec les élèves, les collègues, les parents, les tutrices et tuteurs, ainsi que le public reposent sur la confiance.
  112. 112. Respect La confiance et l’objectivité sont intrinsèques au concept de respect. Les membres honorent la dignité humaine, le bien-être affectif et le développement cognitif. La façon dont ils exercent leur profession reflète le respect des valeurs spirituelles et culturelles, de la justice sociale, de la confidentialité, de la liberté, de la démocratie et de l’environnement.
  113. 113. Intégrité Le concept d’intégrité comprend l’honnêteté, la fiabilité et la conduite morale. Une réflexion continue aide les membres à agir avec intégrité dans toutes leurs activités et leurs responsabilités professionnelles.
  114. 114. X.I.a.-Principe de diligence et principe de négligence. Garantie des droits et libertés Des libertés fondamentales Droits démocratiques Liberté de circulation Droits légaux Droits à l'égalité Application de la loi
  115. 115. X.b. Confidentialité, discrimination, justice -Autorité, neutralité et
  116. 116. I. le droit à la liberté syndicale; II. le droit à la négociation collective; III. la protection contre la discrimination au travail; IV. l'égalité des chances sur le lieu de travail; V. la protection contre le travail forcé et l'esclavage ; VI. l'élimination du travail des enfants;
  117. 117. ARTICLE 3. Engagements envers les collègues 1. promouvoir la collégialité entre collègues en respectant leur statut professionnel et leurs opinions et être disposés à fournir conseils et soutien, particulièrement à ceux qui débutent leur carrière ou sont en formation; 2. maintenir la confidentialité concernant des informations sur des collègues, informations obtenues lors du service professionnel, à moins que la divulgation ne serve à un usage strictement professionnel ou soit demandée par la loi; 3. aider leurs collègues dans les procédures de révision par des pairs, procédures négociées et conclues entre les syndicats et les employeurs ;
  118. 118. 4. promouvoir les intérêts et le bien-être des collègues et les protéger de toute brimade et de tout abus physique, psychologique ou sexuel; 5. s'assurer que l'ensemble des modalités et procédures de mise en œuvre de cette déclaration fasse l'objet de discussions approfondies dans chacune des organisations nationales, afin d'en assurer la meilleure application possible;
  119. 119. ARTICLE 4. Engagements envers le personnel administratif : 1. être informés de leurs responsabilités et droits légaux et administratifs, et respecter les clauses des contrats collectifs, ainsi que les droits des employés; 2. effectuer les instructions raisonnables émanant du personnel administratif et avoir le droit de mettre en question des directives par le biais d'une procédure clairement établie;
  120. 120. XI. ÉTHIQUE DES IDENTITÉS : LE POLYTHEISME DES VALEURS -Respect des droits de la personne -Refus de la discrimination -Acceptation de l’Autre -Valeurs démocratiques -Laïcité et acceptation de la différence
  121. 121. XI.I.SEXUALITÉ, ÉTHIQUE ET ÉCOLE -Interdiction du harcèlement sexuel et psychologique -Respect du choix sexuel -Prohibition des abus sexuels et des attouchements
  122. 122. -Comment réconcilier les différences? -Comment transformer les comportements hétérogènes en un vivre-ensemble?
  123. 123. De l’acceptation de la différence aux règlements des différends -les identités sont fluctuantes -elles sont changeantes et évolutives -elles dépendent du temps, de l’environnement, de l’éducation, des coutumes, des traditions et des visions du monde. Elles ne sont jamais éternelles. -Une identité se construit depuis l'enfance par nos relations avec les autres, par Autrui
  124. 124. -l’identité se consolide par les deux aspects suivants: la transmission du savoir et la construction du savoir
  125. 125. La pensée de la médiation passe par l’acceptation des valeurs axiologiques des individus -les valeurs axiologiques sont des valeurs centrales, nécessaires à l'épanouissement d’un individu
  126. 126. -Accepter ces valeurs et les intégrer dans sa classe, nécessite une éthique de la discussion, de la communication L’homme doit discuter avec soi-même. Tout homme s’interroge en discutant, en interrogeant pour mieux se conduire dans cette vie. Discuter, c’est donc se conduire, agir et penser pour s’universaliser.
  127. 127. XII.De l’universalisme des droits de la personne à l’intégration des droits de l’éducation -le discours des échanges, doit devenir un discours éthique, pour se vouloir efficace et technique afin de viser un but, celui de la réalisation d’un monde à visage humain, d’une humanité majeure. L’éthique de la discussion conditionne, d’abord, l’acceptation de l’autre, et non pas seulement le besoin, mais l’envie de l’écouter.
  128. 128. QUELQUES CONCLUSIONS -Toute reconnaissance passe d’abord par l'acceptation du visage de l'autre comme semblable au mien, c'est l’éthique de la réciprocité. On ne peut reconnaître l'autre qu'en acceptant d’abord qu'il est un existant, qu'il a droit à la vie et à l'éducation.
  129. 129. Au-delà des différences, n’est-ce pas l’humain qui advient à la vie ? N’est-ce pas l’essence de l’un qui rejaillit sur le visage de l’autre ? N’est-ce pas moi-même qui parle en moi-même, qui agit en moi-même et par moi-même en parlant à l’autre et en agissant pour l’autre et contre l’autre ?
  130. 130. Ne faut-il pas, dès lors, bannir les liens de défiance et de méfiance pour instaurer ceux de la concorde et de la confiance ? L’individu n’est pas une chose opaque et opacifiée, il est un être nouménal, réflexivité, différence et identité.
  131. 131. Reconnaître l'autre, c'est accepter d'abord son identité, quitte à la reconstruire par la suite. -L’ÉTHIQUE DE LA RECONSTRUCTION
  132. 132. Cette éthique consiste à: -montrer que la moralité est le produit d’un apprentissage -cet apprentissage est l’expression d’une communication entre les hommes et entre le monde.
  133. 133. Selon le philosophe JEAN-MARC FERRY :«C’est l’idée qu’au départ, l’être, l’individu en formation ou le corps sensible, qui éprouve un manque et qui est structuré par des pulsions, lance vers l’extérieur des appels qui sont indifférenciés. Le point de départ théorique est ainsi la réclamation. Cet appel n’est pas intentionnel : celui qui appelle ne sait pas qu’il appelle ni qui il appelle ;
  134. 134. il ne sait pas qu’il y a lui d’un côté et un environnement de l’autre. Il n’est pas nécessaire que cet appel reçoive une réponse mais il se trouve que des "réponses" ont dû être apportées pour qu’émerge la conscience.»
  135. 135. Ex du nouveau –né qui exprime par la voix, un manque. Il n'y aucune intentionnalité`. FICHTE :«L’homme n’est homme que parmi les hommes" :
  136. 136. - Dans l’éthique de la reconstruction, il nous faut prendre en vue le négatif des relations passées, le passif accumulé avec les offenses, violences, humiliations et injustices, qui doivent servir de lien pour des relations présentes et à venir. Ces situations de souffrance morale appellent une réparation d’ordre symbolique. Ce n’est pas une réparation matérielle que poursuit la réclamation éthique.
  137. 137. En parlant d’un besoin de réparation symbolique, on appelle un geste de parole : parole d’aveu, de contrition, de pardon, de compassion, d’empathie, de reconnaissance. Dans tous les cas, l’attente morale porte sur un geste compréhensif, réceptif à la vulnérabilité d’autrui et à son adhésion à la différence.
  138. 138. C'est à la fois une réparation et une reconnaissance de la reconnaissance réciproque de l'autre en tant qu’être vulnérable.
  139. 139. -Éthique comme conversion Le passage de la simple réflexivité à la réflexion est une prise de conscience aigüe de l’homme et de la dimension éthique .Cette conversion réflexive du sujet devient une conversion gnoséologique, anthropologique, cosmopolite et foncièrement éthique. Le sujet finit par comprendre qu’il est la source des problèmes qui le tourmentent mais qu’il est aussi la solution.
  140. 140. -Il est Choix, libre de ses décisions. Ce nouveau choix, devient positivité et le sujet s’ouvre vers un à-venir meilleur, sa conversion réfléchie devient une conversion existentielle ; il peut maintenant se démarquer de la tragédie de l’existence, tout en cernant les risques qu’il prend. Il peut, désormais, tracer sa voie pour faire entendre sa voix, dans la voie de l’a-voir, du savoir et du ça-voir : c’est la re- construction de soi, du monde et de son être.
  141. 141. « Ce sont dans les choses simples de la vie que l’on trouve le plus de pureté et ce sont ces même choses qui sauront nous rendre heureux… Le bonheur étant fait de gestes spontanés et vrais, de paroles simples et sans détours, d’actes sincères et purs… » Katia Pozudan
  142. 142. “Le devoir de mémoire implique le devoir d’Unité et l’unité fait la grandeur des peuples.” SAMBA DIAKITÉ

×