Montréal, le 1er novembre 2012     DIAPORAMAS PRÉSENTÉS                                 1
Montréal, le 1er novembre 2012                        8 h 30             Mot d’ouverture       Lisa Massicotte, ACRDQ     ...
Merci!         3
Pourquoi les troubles concomitants?       Entre 50 à 75 % des clientèles qui font appel aux          CRD pour leur dépend...
Quelles clientèles TC?        Près de 80 % des clientèles avec TC desservies en           CRD sont aux prises avec des tr...
Les premiers jalons       Les CRD ont déjà commencé à poser les        premiers jalons d’une offre de services en        ...
Les concepteurs de la proposition       Formation d’un comité expert           Anne-Marie Blanchard, CRD de Lanaudière   ...
Le déroulement      Deux grandes conférences :          Marie-Josée Fleury : recension des          bonnes pratiques     ...
Merci bis!             9
Montréal, le 1er novembre 2012                                              8 h 45Recension des bonnes pratiques pour le t...
Recension des bonnes pratiques pour letraitement des troubles concomitants (TC)             Marie-Josée Fleury, Ph.D.     ...
Plan de la présentation1) Quelques statistiques: impact, prévalence, utilisation &   adéquation des TC    Contexte qui ju...
Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TC Coûts importants assoc...
Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TC     Beaucoup d’études:...
Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TC Facteurs de risque – T...
Troubles concomitants: quelques statistiquesProblèmes associés à la prise en charge des TC – justifiant des changements   ...
Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TCSelon ESCC 1.2 TC: Util...
Troubles concomitants: quelques statistiquesSous utilisation et inadéquation des services TM&D 18-42%: personnes avec TM...
Troubles concomitants: quelques statistiquesProblèmes associés à la prise en charge des TC – justifiant des changementsRé...
Recension des bonnes pratiquesBonnes pratiques – basées sur données probantes; prometteuses; novatrice – ACRDQ, 2010    ...
Recension des bonnes pratiquesSoins chroniques:    Se définissent: problèmes persistants de longue durée        Acuité ...
Recension des bonnes pratiques  • Travaux CSBE-SM, 2012 – Volume 2: État des connaissances (résultats probants;    consens...
Recension des bonnes pratiques        1)Soins par étape: du moins intensif au plus intensif (coût/bénéfice        – niveau...
-Protocoles cliniques                                                    -Implication du patient                          ...
Recension des bonnes pratiquesModèle des soins chroniques (Wagner, 2001)1)Outiller+MO: améliorer la décision clinique (pro...
Recension des bonnes pratiques Modèle     du traitement intégré D&TM-G (Drake, Mueser et collègues) S’oppose     aux tra...
Recension des bonnes pratiquesComposantes clés « Modèle Intégré – TC » – exportables à tout bon traitement1)Équipe    inté...
Recension des bonnes pratiquesComposantes clés « Modèle Intégré – TC » – exportables à tout bon traitement6)Réduction   de...
Recension des bonnes pratiquesComposantes clés « Modèle Intégré – RIS* » – exportables à tout bon traitement« Bonnes prati...
Notions de RIS                        D. Intégration Système (programme)                 Exemple – « non RIS » - programm...
Réseaux intégrés de services                          Exemple d’un RIS en santé mentaleTrajectoire de services            ...
RIS – Trajectoire fluide de services ex.: santé mentale               Troubles modérés/communs (TM) & TG stabilisés       ...
Discussion                Conclusion – avenues de réflexion   Bonnes pratiques:    Structuration            Traitements/...
Discussion                Conclusion – avenues de réflexion   Bonnes pratiques:    Conditions gagnantes – Facteurs facili...
Merci !                            Courriel: flemar@douglas.mcgill.caPublications en lien avec la présentation:Site Web: P...
Montréal, le 1er novembre 2012                                            9 h 30État des services offerts aux personnes au...
État des services offerts   aux personnes aux prises avecun trouble concomitant dans les CRD                 Jean-Marc Mén...
Les troubles concomitants                                   Trouble                                 mental grave          ...
Tr. HUMEUR            Tr. ANXIEUX Tr. DES                         Dépendance CannabisCONDUITES                            ...
Tr. ANXIEUX  Tr. HUMEUR Tr. PERSONNALITÉDépendance ALCOOL
Depuis quand sommes-nous préoccupés par les TC ?Enquêtes épidémiologiques des années ‘80Pour les CRD…  premiers travaux … ...
Des données + récentes…        2008
Au Québec en 2002Chez les personnes qui présentent un diagnostic       de trouble de l’humeur ou anxieux                  ...
Risques relatifs de TROUBLES MENTAUX           vs population générale                          ECA de Regier et al.1990Abu...
Chez les populations cliniques  Proportions plus élevées15% à 20% des personnes qui s’adressentà des services en santé men...
Prévalence des troubles                  concomitantsPopulation                  Traitement    Traitement               Se...
Les troubles mentaux en CRD
Les troubles depersonnalité en CRD     + de 80% des usagers  présenteraient un trouble de  personnalité (Nadeau et al. 199...
À DOMRÉMY                       Résultats des évaluations au SCID I et II            68%                  Troubles non ind...
OUI MAIS POURQUOI ?...
Un raffinement de notre compréhension…Trouble mental       Toxicomanie   «Automédication»Trouble mental       Toxicomanie ...
Des enjeux particuliers…Des risques plus grands Des symptômes + sévères +Suicide +Violence +Itinérance +Maladies infectieu...
Des enjeux particuliers…Pronostic moins favorableUtilisation erratique et répétée dessoins Observance du traitement plus f...
50 à 65% des personnes avec troublesconcomitants rapportent utiliser des services :omnipraticien le plus important (Rush e...
Une offre de services adaptée ? L’offre en séquence L’offre en silo Des offres discontinues Des offres incohérentes L’abse...
BESOINS                   UNE OFFRE COMPLEXES                 PARTIELLE OUET MULTIPLES                DIFFICILE À         ...
Des orientations et plans d’action…
PASM : 2005-2010    Approche populationnelle    Hiérarchisation (1-2-3)    Soins partagés – en collaboration    Développem...
Pour les personnes avec TCRendre opérationnel les interfacesavec les autres programmes etservices (projets cliniques)Détec...
Pour les personnes avec TCLorsque la masse critique le justifie, lesCRD assurent l’accès à un programmeadaptéÉlaboration e...
Plan d’action interministériel en     itinérance 2010-2013               Améliorer               l’accessibilité et       ...
Des modèles proposés…2005
Des orientations, guides, approches, outils, et un langage commun en            émergence…
Une vision commune…« Rétablissement » vs Chronicisation« Autonomisation » vs DépendanceApproches reposant sur des donnéesp...
Guide à l’intention des familles sur les troublesconcomitants
Une vision commune…Approche par niveaux de soinsPrévention de la rechute« Soins en collaboration »
Rejoindre les populations cibles…. À l’urgence À l’école À la cours Au travail À domicile À la rue      « Nous sommes des ...
Des publications quisoutiennent nos réflexions….
Différentes modalités d’intégration        Verticale        Horizontale / Virtuelle        Intégration des             Équ...
Des concepts à l’action
Recension d’expériences/projets     par l’ACRDQ (2011)Un univers en mouvement État des lieux et dégagement d’orientations ...
Interventions sur la toxico en SIM                           CSSS de l’Énergie 2004-2006                                  ...
Initiative ACRDQ & V-CC décembre 2006Dépistage troubles anxieux et de l’humeur sur le                     web    http://wb...
EXEMPLE DE RAPPORT
Recension des expériences/projets      par l’ACRDQ (2011)  Services psychologiques (évaluation et  traitement) pour TC.   ...
Service résidentiel     10 à 12 moisAppartements supervisées     6 à 24 mois
Prix Partenariat 2011                             CRD         CSSS                           Le Virage Pierre Boucher     ...
Projet: Équipe Itinérance de             Trois-Rivières    Prix « coup de cœur » MSSS 2012                            Hébe...
184 usagers suivis durant 2 ans….
Autres projets en cours ou à venir…   GAIN….   Formation nationale sur les troubles   concomitants en 2012-2013…     Insti...
En synthèseDes développements prometteurs…Une convergence des orientations, desmodèles, des approches et des outils…Des gu...
Quelle serait maintenant l’offre     à mettre de l’avant ?           MERCI !
Montréal, le 1er novembre 2012                                   10 h 40PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURS   Groupe de s...
Modalités de soutien en groupe ou individuel         au Centre de réadaptation         en dépendance de Québec            ...
Modalités de soutien au CRDQ Basées sur des assises théoriques et  l’expérience clinique Adaptées à la clientèle présent...
Modalités de soutien au CRDQ               Le groupe de soutienOffre un service de groupe à la clientèle adulte dès le le...
Modalités de soutien au CRDQ              Le groupe de soutien Animé par un professionnel (psychologue ou  travailleur so...
Modalités de soutien au CRDQ              Le groupe de soutienExemples de thèmes abordés au groupe :   La balance décisi...
Modalités de soutien au CRDQ L’offre de service est adaptée à la clientèle ayant    un trouble concomitant de santé mental...
Modalités de soutien au CRDQ L’offre de service est adaptée à la clientèle ayant    un trouble concomitant de santé mental...
Modalités de soutien au CRDQ                Le soutien individuelExemples de situations où le suivi individuel estprivilé...
Modalités de soutien au CRDQ                Le soutien individuelOffert par le même professionnel qui fait le groupe     ...
Offre de service pour la clientèle des CH Clientèle des CH :     Reconnue comme étant plus vulnérable     Plusieurs pré...
Offre de service pour la clientèle des CH Jumelage possible du groupe et de l’individuel, ce  qui permet une diversité d’...
Modalités de soutien au CRDQ                  Nos constats : La flexibilité dans notre offre de service permet aux usagers...
Montréal, le 1er novembre 2012                                              11 h       PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEUR...
Les services d’évaluation& de traitement psychologiques        à Domrémy MCQ              Jacques Boucher     Coordonnateu...
15 minutes!!!
TROUBLE CONCOMITANT
Prévalence   En toxicomanie en général :   •50 % à 74% ont aussi un   problème de santé mentale (Stewart,   2009; Schütz e...
Jeunes en traitement pour la toxicomanie % de problèmes de consommation dans la dernière année et de problèmes concomitant...
Conclusions de cette étude (Chan et al.,2008)25 ans et moins• 2/3 de ceux qui se présentent en traitement ont au  moins un...
Historique des services psychologiques                • Création de postes                  psychologues en 2000          ...
Jeunes évalués 2008-2012CRD Domrémy MCQ       Dépendance / Abus       Cannabis         36%       Stimulants       29%     ...
Jeunes évalués 2008-2012 24 ans et moinsStat. générale:Axe I : 90% ont au moins un troubleAXE I:                  AXE II:A...
À quoi sert l’évaluationpsychologique et le traitement?    •   Évaluer la présence possible d’un trouble de        santé m...
Cheminement des personnes dans        les services psychologiquesServices en              Dépistage des            Révisio...
Étapes de l’évaluation psychologique • Discussion de cas avec intervenant pivot, • Données à partir du dossier, • Anamnèse...
Évaluation psychologique :    ce qu’elle n’est pas à DMCQ•   Pas une évaluation du Q.I.•   Pas une évaluation neuropsychol...
Dépistage• Important• Dépister santé mentale• Dépister pour mieux aider• Situations et cas complexes• Ne pas avoir peur d’...
Qui référe aux services  psychologiques de DMCQ?• Référence à l’interne seulement• La référence se fait par l’intervenant ...
Évaluation et consommation• Condition de référence souhaitée : abstinence d’au  moins 3 à 4 semaines. Est-ce possible??• L...
Nous ne les évaluons pas tous• Les troubles ont déjà été diagnostiqués• Sont déjà dans des services d’aide: psychiatrie,  ...
Constats• L’évaluation est une tâche complexe.• Norme : usagers à problématiques multiples    Avec comme conséquences :   ...
Troubles concomitants aux                dépendances                                            Troubles anxieux        Ab...
Évaluation complexe car…•   La difficulté de l’abstinence•   Auto-questionnaires (ex. faking good, faking bad)•   Faits au...
Support aux psychologues•   Réunions de services•   Discussions cliniques•   Inter juge•   Formations et autoformations•  ...
Outils d’évaluation•L’importance d’avoir des outils communs pour unlangage commun entre nous.    • Discussions cliniques  ...
Évaluation des adolescents:         Outils communs• Entrevues semi-structurées    – Kiddie-SADS version française et angla...
Évaluation adultes:         outils communs• SCID I; Structural Clinical Interview for DSM IV  AXE I Disorders (version fra...
Inventaire de personnalité•    NEO-PI-3 adulte•    NEO-PI-3 adolescent (12 ans à 20 ans)Ex. : “Pourquoi je pète ma coche?”
Remise des résultats et orientation•    Remise des diagnostics•    Acceptation des diagnostics•    Impliquer la famille•  ...
Traitements psychologiques           à DMCQ• Précédé d’une évaluation psychologique  ou d’une référence d’un de nos médeci...
Montréal, le 1er novembre 2012                                         11 h 20     PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURS   ...
Partenariat CSSS des Collines et Centre de réadaptationen dépendance de l’OutaouaisProgramme d’intervention pour les perso...
►   Inspiré de l’approche dialectique    comportementale de Marsha M. Linehan;    •   Adaptation pour le système public pa...
• La dialectique centrale de la thérapie dialectique  comportementale est la recherche d’équilibre entre accepter la  pers...
•   Personnalité limite (borderline);•   Personnalité histrionique;•   Personnalité narcissique;•   Personnalité dépendant...
• Repose sur six principes de base:  • Contact d’adulte à adulte  • Responsabilisation                         « vous êtes...
6
• Rencontres individuelles;  • Travail spécifiquement les difficultés en lien avec la personnalité.• Rencontres de groupe;...
• Fréquence: maximum 1 fois aux 2 semaines• Durée: maximum 60 minutes• Absence: maximum 1 sur 4• Contact téléphonique:    ...
• Obligatoire sauf exception.• 4 modules psychoéducatifs:    —Sagesse interne;    —Tolérance à la détresse;    —Gestion de...
• Dynamique souvent chronicisée:  • Les idéations et la crise suicidaire ne sont pas le résultat de l’échec des    mécanis...
• Expérience partielle d’application de cette approche depuis 4  ans au CSSS des Collines.• Développement d’un partenariat...
• Cohérence dans le traitement entre l’équipe santé mentale du  CSSS et CRDO ce qui limite l’interférence d’un traitement ...
• Pour la personne:  •  Comportements auto-agressifs, colère et impulsivité;  •  Nombre d’interventions de crise;  •  N...
• Cibler des intervenants (ARH) à l’intérieur des CRD et former  l’équipe ou les intervenants sélectionnés.• Fournir un so...
Le contenu et les stratégies de cette approche peuventfacilement être utilisés avec la clientèle en dépendance et autrespr...
• Mme Hélène Busque• Psychologue au CLSC Jacques Cartier à Québec et formatrice  en pratique privée.• Elle a développé un ...
Montréal, le 1er novembre 2012                                   11 h 40PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURS         Les r...
CONSTAT HISTORIQUE DES COLLABORATIONS ENTRE LES          DOMAINES DE LA DÉPENDANCE ET               DE LA SANTÉ MENTALE   ...
CRÉATION D’UN LIEU COMMUN                            3
Globalement, MOSAIC c’est :     • Une partie intégrante de notre offre de service     • Une composante d’un continuum en d...
Les incontournables du partenariat et les conditions favorables à la pérennité du changement    • Positionnement stratégiq...
Les incontournables du partenariat et les conditions favorables à la pérennité du changement   • Mobilisation des effectif...
PRIORISATION DES CLIENTÈLES                    Un besoin de l’expertise en santé mentale du                    CSSS Pierre...
LA TRAJECTOIRE SELON LA NATURE DES TROUBLES CONCOMITANTS     Problème de toxicomanie et …             – troubles de l’hume...
L’offre de service MOSAIC         1re ligne                                                                  2e ligne     ...
Action 1 :  POUR LA CLIENTÈLE DU CSSS PIERRE‐BOUCHER             PRÉSENTANT UN TROUBLE PSYCHOTIQUE    Action 1 :   Animati...
Le programme MOSAIC : Action 1  Groupes d’intervention pour la clientèle avec un trouble   psychotique et une dépendance  ...
Continuum de services                 Intervention intégrée auprès de la clientèle présentant un trouble                  ...
Action 2 :  POUR LA CLIENTÈLE DU CSSS PIERRE‐BOUCHER                  PRÉSENTANT UN TROUBLE PSYCHOTIQUE                   ...
Le programme MOSAIC : Action 2  Soutien professionnel d’un intervenant du CRD Le Virage sur des aspects   relatifs à la dé...
Action 3:     POUR LA CLIENTÈLE DU CSSS PIERRE‐BOUCHER               PRÉSENTANT UN TROUBLE PSYCHOTIQUE    Action 3 : Inten...
Le programme MOSAIC : Action 3  Une accentuation des collaborations entre les intervenants du   SIM et ceux du CRD Le Vira...
Le programme MOSAIC : ACTION 3  Identification d’une personne‐ressource au sein de l’équipe SIM:           Diffuse l’info...
Action 4:        POUR LA CLIENTÈLE DU CRD LE VIRAGE QUI PRÉSENTE UN                  TABLEAU COMPLEXE SUR LE PLAN DES TROU...
Le programme MOSAIC : Action 4  Évaluation psychiatrique et discussion de cas offertes par un médecin   psychiatre pour cl...
Action 5 :       POUR LA CLIENTÈLE DU CRD LE VIRAGE PRÉSENTANT DES                  TROUBLES DE PERSONNALITÉ LIMITE OU NAR...
Le programme MOSAIC : Action 5  Soutien professionnel d’un praticien de la clinique des troubles de la   personnalité à l’...
Le programme MOSAIC : Action 5  Impacts de l’action 5:    Transfert de connaissances, réflexion conjointe sur les      dy...
Le programme MOSAIC : autres actions   MOSAIC comporte également en périphérie:    Une mesure de repérage et de détection...
Les principales réalisations à ce jour   • Une amélioration de l’accessibilité, de la continuité et de la      qualité des...
Les principales réalisations à ce jour   • Une organisation des services plus pertinente et plus cohérente      – Une offr...
Les principales réalisations à ce jour   • Le développement de compétences et la mobilisation des      effectifs:      – P...
Les défis du programme MOSAIC    Défi de gestion du changement : Chargé de projet, comité de pilotage,    comité conjoint,...
L’intervention intégrée, les forces du partenariat                Vignette clinique:                  L’histoire de Paul  ...
Vignette clinique: l’histoire de Paul                                                                                     ...
Disponible:www.levirage.qc.ca
MERCI !   Place aux commentaires et  aux questions                   31
Montréal, le 1er novembre 2012                                            13 h 30Présentation de la proposition de nouvell...
DéroulementPrésentation La proposition visant la bonification de l’offre de serviceAtelier 1 État de la situation dans l...
L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants            1. Poursuivre le déploiement ...
L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants            2. Implanter le GAIN dans les...
L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants            3. Mettre en place des mesure...
L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants            3. Mettre en place des mesure...
L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants            3. Mettre en place des mesure...
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01

1 714 vues

Publié le

Diaporamas présentés lors de la Journée d'échanges "Mieux desservir les personnes présentant des troubles concomitants", organisée par l'ACRDQ le 1er novembre 2012

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 714
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
55
Actions
Partages
0
Téléchargements
25
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ACRDQ Ensemble des présentations 12.11.01

  1. 1. Montréal, le 1er novembre 2012 DIAPORAMAS PRÉSENTÉS 1
  2. 2. Montréal, le 1er novembre 2012 8 h 30 Mot d’ouverture Lisa Massicotte, ACRDQ 2
  3. 3. Merci! 3
  4. 4. Pourquoi les troubles concomitants?  Entre 50 à 75 % des clientèles qui font appel aux CRD pour leur dépendance ont aussi un problème de santé mentale.  Les TC : 1 + 1 = 3  Clientèles à haut risque d’abandon et/ou de rechute.  Clientèle avec profil de chronicité qui nécessite donc des programmes visant la stabilisation de leur situation ou le rétablissement.  Clientèle pour laquelle des arrimages sont nécessaires entre les services de réadaptation en dépendance et les services de santé mentale. 4
  5. 5. Quelles clientèles TC?  Près de 80 % des clientèles avec TC desservies en CRD sont aux prises avec des troubles mentaux légers ou modérés.  Notre proposition cible de façon particulière cette clientèle.  Cette clientèle n’est pas évaluée adéquatement.  Difficulté éprouvée dans le traitement simultanée ou selon la séquence recommandée des troubles concomitants  On constate certaines difficultés dans l’aiguillage des clientèles vers les partenaires de la santé mentale ou l’engagement de ces derniers dans un suivi mixte (et vice-versa). 5
  6. 6. Les premiers jalons  Les CRD ont déjà commencé à poser les premiers jalons d’une offre de services en TC : Les équipes de liaison hospitalières spécialisées en dépendance L’implantation du GAIN La formation croisée TC développée par l’IUD avec l’aide du MSSS et des partenaires 6
  7. 7. Les concepteurs de la proposition  Formation d’un comité expert Anne-Marie Blanchard, CRD de Lanaudière Julie Bonneville, CRD de l’Outaouais Andrée Deschênes, CRD de Québec Guy Dufresne, CRD Le Virage Murray McDonald, CRD de l’Estrie Candide Beaumont, ACRDQ Lisa Massicotte, ACRDQ  Recension des bonnes pratiques d’intégration de services par Louise Nadeau  Inventaire des projets prometteurs en CRD  Élaboration de la proposition d’offre de 7 service
  8. 8. Le déroulement  Deux grandes conférences : Marie-Josée Fleury : recension des bonnes pratiques Jean-Marc Ménard : revue des pratiques éprouvées en CRD  Présentation de modèles prometteurs  Présentation de la proposition d’offre de service  Travail en atelier 8
  9. 9. Merci bis! 9
  10. 10. Montréal, le 1er novembre 2012 8 h 45Recension des bonnes pratiques pour le traitement des troubles concomitants Marie-Josée Fleury, Institut Douglas et CRD de Montréal – Dollard-Cormier - IU 2
  11. 11. Recension des bonnes pratiques pour letraitement des troubles concomitants (TC) Marie-Josée Fleury, Ph.D. Université McGill, Département de psychiatrie Douglas Institut Universitaire de santé mentale Directrice scientifique, CDC-IUD E-mail: flemar@douglas.mcgill.ca Montréal, ACRDQ Novembre 2012
  12. 12. Plan de la présentation1) Quelques statistiques: impact, prévalence, utilisation & adéquation des TC  Contexte qui justifie les transformations2) Bonnes pratiques & stratégies d’intégration3) Quelques éléments de réflexion
  13. 13. Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TC Coûts importants associés à l’impact D, TM, TC  Charge mondiale de morbidité: +20%  $: services, productivité (TM: 1er raison d’absentéisme au travail)  Selon une étude américaine: 60%+ coûts associés au TC  Impact sur les individus et familles TC: taux plus   Rechutes & hospitalisations  Idées ou tentatives suicidaires  Moins satisfaits des services / + de besoins non comblés
  14. 14. Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TC  Beaucoup d’études: TC « règles plutôt que l’exception »  Études populationnelles – TM.C:  12 mois: 15-20% (toxico+); à vie: ~50%  Études cliniques:  CRD: 50-70% selon les études (ACRDQ, 2010; Rush, 2012)  En psychiatrie: 20-50%  TM.G & D: ~50% (schizophrénie, TB+)  T.Personnalité & D: 50-100% selon les études
  15. 15. Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TC Facteurs de risque – TC:  Jeune  Peu scolarisé / faible revenu ou sans emploi  Séparé, divorcé ou veuf  Peu de soutien social  Sans domicile fixe  Antécédents: abus sexuels et physiques (Trauma)  Problème avec la justice  Antécédents familiaux
  16. 16. Troubles concomitants: quelques statistiquesProblèmes associés à la prise en charge des TC – justifiant des changements Sous utilisation et inadéquation des services TM&D  44-70% personnes TM incluant D : pas traités (schizophrénie, dépression majeure, toxicomanie, et adolescents et enfants – OMS, 2004) – pays développés *
  17. 17. Troubles concomitants: quelques statistiques1) Impact, Prévalence, utilisation & adéquation des TCSelon ESCC 1.2 TC: Utilise néanmoins +services vs TM / D  ~ 50% services (Canada) / TM: ~40%; D <14%  TC: ~ 35% des usagers MO (27%: MO seulement)  Études – non adéquation: services des MO – TC (TM & D)  Psychiatres: 16%, TS: 15%, Psychologues: 11%  Utilisation services TC: +influencée TM (seulement D:  utilisation) Fréquence d’utilisation – TC 2.3 / TM 2 / D 1.8
  18. 18. Troubles concomitants: quelques statistiquesSous utilisation et inadéquation des services TM&D 18-42%: personnes avec TM incluant D recevraient un traitement minimal adéquat (10 pays industrialisés; OMS, 2007 – Tr. anxieux, de l’humeur et substance) Études d’impact D, surtout américaines: 35-55% abstinents (1an) (ACRDQ, 2010)  littérature: majorité d’usagers D profil chronique (particulièrement: TC)  Usagers: multiples épisodes – règle plus que l’exception  2/3 usagers en traitement – déjà eu une épisode de soins; 22%=3; 19%=5  Études – délai de rétablissement 1er consommation et 1er année complète d’abstinence: d’une 10e à 20e d’années
  19. 19. Troubles concomitants: quelques statistiquesProblèmes associés à la prise en charge des TC – justifiant des changementsRésumé: Importance: prévalence & coûts financiers et sociaux  Facteurs de risque: Personnes les +vulnérables  prise en charge « +étroite » Haut taux de non utilisation et d’inadéquation des services TC: 2 systèmes de soins – fonctionnant en silo (organisations: silo)  Dépendance (domaine sociale); SM (domaine médicale)
  20. 20. Recension des bonnes pratiquesBonnes pratiques – basées sur données probantes; prometteuses; novatrice – ACRDQ, 2010 littérature: TC – dépendance & TM courants littérature: TC – dépendance & TM graves  Modèle de traitement intégré (Drake, Mueser et collègues)  Études d’impact – supériorité:  consommation, rechute, hospitalisation, symptôme moins sévère… littérature: SM – TM.C (+2000 – soins primaires; 90%TM) TM.G (1980/90+) littérature: soins chroniques (ex.: dépression majeure, T.cardio-vasculaire, diabète)*
  21. 21. Recension des bonnes pratiquesSoins chroniques:  Se définissent: problèmes persistants de longue durée  Acuité « rechute/crise » & stabilisation  Autres concepts importants structurant les modèles ou bonnes pratiques:  Complexité des troubles: D= à risque, abus & dépendances / TM= courants et troubles graves
  22. 22. Recension des bonnes pratiques • Travaux CSBE-SM, 2012 – Volume 2: État des connaissances (résultats probants; consensus d’experts) 35 bonnes pratiques TM, classés en 4 catégories: 1) Approche clinique – ex.: biopsychosociale, rétablissement (pouvoir d’agir), axés sur les forces, réduction des méfaits, soins par étape – stepped care* 2) « Thérapies » – ex.: thérapie cognitive-comportementale, entretien motivationnel, autogestion des soins, gestion de la médication, psychoéducation des familles  ↑ meilleur psychothérapie: G.-B., Australie / Conseil Médicament: 70% médica.6 mois (10 v.MO)  ESCC (2002): 52% des Québécois: besoins non comblés – thérapie/counseling 3) Stratégies cliniques & organisationnelles – ex.: protocoles d’intervention, PSI, formations croisées, SI/SIV (gestion de cas), soutien à l’emploi (IPS), pairs aidants (communautés thérapeutique, Alcooliques anonymes…) 4) Programmes ou modèles d’intégration – ex.: première épisodes psychotiques, Chez Soi (Housing First), soins partagés/collaboration (147: psychiatres répondants actifs – 12/2011), soins chroniques*, traitement intégré TM et dépendance*, réseau intégré de soins (RIS)* IPS: Individual placement and support
  23. 23. Recension des bonnes pratiques 1)Soins par étape: du moins intensif au plus intensif (coût/bénéfice – niveau populationnel)Moins intensif  autogestion des soins (documentation et web: information sur la maladie, psychoéducation, changement: habitude de vie, approche motivationnelle)  soutien téléphonique bref (adhésion à la médication; psychoéducation)  Psychothérapie  services psychiatriques Profil cliniquePlus intensif du patient Évaluation Traitement
  24. 24. -Protocoles cliniques -Implication du patient -Formation omniprat.,etc. -«Soins de collaboration» -Rôle central du patient: gestion santé -Outils: auto-évaluation, atteinte des buts, résolutions de problèmesAutres: -rappel de suivi (régulier)-Gestionnaire de cas: patients complexes -Prévention: groupes-Participation patients: groupes communautaires vulnérables-Collaboration: dispensateurs & communauté -monitoring des pratiques-Encourager le changement: système - ↑qualité-Sensible à la culture du patient
  25. 25. Recension des bonnes pratiquesModèle des soins chroniques (Wagner, 2001)1)Outiller+MO: améliorer la décision clinique (protocoles cliniques; grillesdépistage & diagnostique...)  Dépression majeure: médication (8 mois) + 10 visites MO (CM, 2011)2)MO: travail de groupe & équipe interdisciplinaire3)Autogestion des soins (psychoéducation, suivi minimal)4)Systèmes d’information clinique5)Optimisation des ressources dans la communauté6)Meilleure organisation d’ensemble & intégration du système de soins
  26. 26. Recension des bonnes pratiques Modèle du traitement intégré D&TM-G (Drake, Mueser et collègues) S’oppose aux traitements: parallèles ou séquentielles  Santé Canada (2001) – Dépendance +: TM.graves, stress post-traumatique, T.personnalité, T.alimentation  TC.SM: approche séquentielle DTM (2001)  2009*: TC.SM – approche intégrée *Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT, 2009)
  27. 27. Recension des bonnes pratiquesComposantes clés « Modèle Intégré – TC » – exportables à tout bon traitement1)Équipe intégrée  spécialistes D & TM (niveau de spécialisation: TM.C – ex.: psychiatres)2)Approche psychosociale – globalité des besoins3)« Partage de la décision »: usagers/intervenants – rétablissement, pouvoir d’agir4)Gestion de cas: approche proactive / (+dans la communauté) / ration 1/30 (SI: TM.G)5)Suivi à long terme – intensité variable fluctuant selon le niveau de besoins
  28. 28. Recension des bonnes pratiquesComposantes clés « Modèle Intégré – TC » – exportables à tout bon traitement6)Réduction des méfaits / approches motivationnelles / thérapie (TCC, pairs-aidants…)  Psychoéducation, Stratégies de coping (résilience); gestion de la médication (adhérence)7)Alliance thérapeutique / Intégration & psychoéducation des familles8)Stages de traitement/changement:  1) engagement  2) persuasion  3) traitement actif  4) prévention des rechutes  précontemplation, contemplation, action, maintien
  29. 29. Recension des bonnes pratiquesComposantes clés « Modèle Intégré – RIS* » – exportables à tout bon traitement« Bonnes pratiques »  Stratégies d’intégration (système) *Intégration: programme (services) / système  RISTables de concertation entre partenairesEntentes/contrats de servicesAgents de liaison  ex.: équipes de liaison dans les urgences (n=25)Grilles d’évaluation standardisée  IGT, GAIN, DEBA…Guichets d’accès
  30. 30. Notions de RIS D. Intégration Système (programme) Exemple – « non RIS » - programme personnes âgées Cliniques Organismes communautaires Pharmacies médicales Cliniques Urgence privées UCDG et bénévoles externes CH Entreprises d’économie sociale Hébergement temporaire RI Centre de jour Résidences CHSLD CLSC privées RTF 20Source: Présentation du RIS-PAPA dans la région de ChâteauguayUCDG: unité de courte durée gériatrique
  31. 31. Réseaux intégrés de services Exemple d’un RIS en santé mentaleTrajectoire de services CHPSY Territoire: réseau local Etc. CSSS de services Organisme CHSLD communautaire CLSC Médecins de famille Département de psychiatrie Intersectoriel (CHSGS) Modification des comportements de la population  Les RIS se définissent comme un ensemble d’organisations qui distribuent un continuum de services coordonnés à une population, et qui sont tenues collectivement responsables financièrement et cliniquement de leurs effets sur le système et sur la santé de la clientèle (Gillies et autres, 1993).
  32. 32. RIS – Trajectoire fluide de services ex.: santé mentale Troubles modérés/communs (TM) & TG stabilisés Troubles graves de SM ou TM complexes Trajectoires de Psychologue Psychiatre (MEL) services 2a 3 Services spécialisés CSSS Équipe psychosociale Médecin Cliniques externes de famille 1 Guichet d’accès - CSSS CSSS Équipe de SM 2 2 4 2c Groupes communautairesBesoins du patient 1er ligne 2e ligne 3e ligne
  33. 33. Discussion Conclusion – avenues de réflexion Bonnes pratiques:  Structuration  Traitements/Services (ex.: types de thérapie, médication, réadaptation)  Programmes (ex.: « traitements intégrés » – ensemble de traitements)  Système (ex.: RIS)  Peu de connaissance sur l’adéquation des traitements/programmes/système: profil des usagers
  34. 34. Discussion Conclusion – avenues de réflexion Bonnes pratiques:  Conditions gagnantes – Facteurs facilitant et entravant l’implantation de changements Au niveau organisationnel:   littérature importante  Fidélité des programme impacts sur les usagers  Culture organisationnelle adéquate  Soutien à la transformation  Leaderships  Formation / communauté de pratiques, etc.
  35. 35. Merci ! Courriel: flemar@douglas.mcgill.caPublications en lien avec la présentation:Site Web: Pubhttp://www.douglasrecherche.qc.ca/groups/adequation/studies/study-practitioners.asp?l=f
  36. 36. Montréal, le 1er novembre 2012 9 h 30État des services offerts aux personnes aux prises avec un trouble concomitant dans les CRD Jean-Marc Ménard, CRD Domrémy-de-la-Mauricie – Centre-du-Québec 3
  37. 37. État des services offerts aux personnes aux prises avecun trouble concomitant dans les CRD Jean-Marc Ménard Coordonnateur des services professionnels Mieux desservir les personnes présentant des troubles concomitants Journée d’échanges – Montréal – 1er novembre 2012
  38. 38. Les troubles concomitants Trouble mental grave Abus Dépendance Trouble mental légerSinger, Kennedy & Kola (1998)
  39. 39. Tr. HUMEUR Tr. ANXIEUX Tr. DES Dépendance CannabisCONDUITES Tr. PSYCHOTIQUE Abus CocaïneTDAH Dépendance ALCOOL Tr. PERSONNALITÉ
  40. 40. Tr. ANXIEUX Tr. HUMEUR Tr. PERSONNALITÉDépendance ALCOOL
  41. 41. Depuis quand sommes-nous préoccupés par les TC ?Enquêtes épidémiologiques des années ‘80Pour les CRD… premiers travaux … Services spécifiques à Domrémy Montréal…Croissance des troubles concomitants Désinstitutionalisation / Traitement dans la communauté Ouverture de nos services aux clientèles vulnérables Réduction des méfaits /« Reaching out »
  42. 42. Des données + récentes… 2008
  43. 43. Au Québec en 2002Chez les personnes qui présentent un diagnostic de trouble de l’humeur ou anxieux (Kairouz et al. 2008) La dépendance à l’alcool est 3 fois plus élevée que chez ceux sans diagnostic L’usage de drogues (excluant cannabis) est 5 fois plus élevée que chez ceux sans diagnostic
  44. 44. Risques relatifs de TROUBLES MENTAUX vs population générale ECA de Regier et al.1990Abus/dépendance à l’alcool 2,3 plus élevéAbus/dépendance aux drogues 7,1 plus élevé (tiré de Donald et al., 2005)
  45. 45. Chez les populations cliniques Proportions plus élevées15% à 20% des personnes qui s’adressentà des services en santé mentale viventaussi une toxicomanie (CCLAT, 2010)Plus de 50% des personnes qui cherchentde l’aide pour une toxicomanie ont unproblème de santé mentale (CCLAT, 2010)
  46. 46. Prévalence des troubles concomitantsPopulation Traitement Traitement Services Détention générale en santé en 1ère ligne mentale Dépendance Dans la rue…
  47. 47. Les troubles mentaux en CRD
  48. 48. Les troubles depersonnalité en CRD + de 80% des usagers présenteraient un trouble de personnalité (Nadeau et al. 1999) MCMI
  49. 49. À DOMRÉMY Résultats des évaluations au SCID I et II 68% Troubles non induits par les substances n=175 selon les critères du SCID 53% 39% 26% trouble axe 1 ou 2 trouble axe 1 trouble axe 2 Trouble axe 1 + 2
  50. 50. OUI MAIS POURQUOI ?...
  51. 51. Un raffinement de notre compréhension…Trouble mental Toxicomanie «Automédication»Trouble mental Toxicomanie «Induit»Trouble mental Toxicomanie «Indépendant»Trouble mental Toxicomanie Facteurs de X risque communs
  52. 52. Des enjeux particuliers…Des risques plus grands Des symptômes + sévères +Suicide +Violence +Itinérance +Maladies infectieuses +CriminalitéBesoins plus grands et variés
  53. 53. Des enjeux particuliers…Pronostic moins favorableUtilisation erratique et répétée dessoins Observance du traitement plus faible Plus d’abandons Chronicisation des problématiques Utilisation plus élevée et $ des soins
  54. 54. 50 à 65% des personnes avec troublesconcomitants rapportent utiliser des services :omnipraticien le plus important (Rush et al.2010)Seulement 7 à 8 % des personnes avectroubles concomitants reçoivent les deuxservices simultanément (15% pour ceux quiont des troubles mentaux graves) Harris & Edlund,2005)60% plus de coûts en santé mentale lorsqueprésence d’un problème de consommation (Dickey etAzeni, 1993)
  55. 55. Une offre de services adaptée ? L’offre en séquence L’offre en silo Des offres discontinues Des offres incohérentes L’absence d’offre : clientèle non rejointe
  56. 56. BESOINS UNE OFFRE COMPLEXES PARTIELLE OUET MULTIPLES DIFFICILE À ASSIMILER RÉSULTATS MITIGÉS ABANDONS
  57. 57. Des orientations et plans d’action…
  58. 58. PASM : 2005-2010 Approche populationnelle Hiérarchisation (1-2-3) Soins partagés – en collaboration Développement 1ère ligne SIM – SIV – Crise, etc. Établir une collaboration entres les divers programmes visés Projets cliniques Bilan (DSM 2011): prochain PASM à venir… Continuer 2005-2010 (1ère ligne – SIM-SIV…) JEUNES… Viser une meilleure intégration des services SM & Dépendance
  59. 59. Pour les personnes avec TCRendre opérationnel les interfacesavec les autres programmes etservices (projets cliniques)Détection systématique desproblématiques en dépendance chezles personnes présentant des TM quifont appel aux SSSSOrientation prioritaire des personnesavec dx abus-dépendance vers lesCRDÉvaluation et accès prioritaire dans lesCRD
  60. 60. Pour les personnes avec TCLorsque la masse critique le justifie, lesCRD assurent l’accès à un programmeadaptéÉlaboration et diffusion de guides debonnes pratiquesréadaptation/réinsertion pour lespersonnes avec TMProgramme de formation mixte
  61. 61. Plan d’action interministériel en itinérance 2010-2013 Améliorer l’accessibilité et l’adaptabilité des SSSS Améliorer de la trajectoire de services pour les personnes ayant des troubles concomitants
  62. 62. Des modèles proposés…2005
  63. 63. Des orientations, guides, approches, outils, et un langage commun en émergence…
  64. 64. Une vision commune…« Rétablissement » vs Chronicisation« Autonomisation » vs DépendanceApproches reposant sur des donnéesprobantesEntretien motivationnelManuel d’auto-traitement et guidesd’informations
  65. 65. Guide à l’intention des familles sur les troublesconcomitants
  66. 66. Une vision commune…Approche par niveaux de soinsPrévention de la rechute« Soins en collaboration »
  67. 67. Rejoindre les populations cibles…. À l’urgence À l’école À la cours Au travail À domicile À la rue « Nous sommes des ponts »
  68. 68. Des publications quisoutiennent nos réflexions….
  69. 69. Différentes modalités d’intégration Verticale Horizontale / Virtuelle Intégration des Équipes PSI Soins Soins en collaboration Systèmes Préserver les forces du système vs trouble uniqueBrousselle et al. 2007, 2010; Fleury, 2012; Rush et al. 2008 Rush 2008
  70. 70. Des concepts à l’action
  71. 71. Recension d’expériences/projets par l’ACRDQ (2011)Un univers en mouvement État des lieux et dégagement d’orientations Protocoles d’ententes (accès, références, trajectoires, etc.) Équipes de liaison dans les urgences hospitalière…liaison avec la santé mentale Soutien professionnel, coaching, formation Formation croisée avec rotation positionnelle • Montréal, Mauricie / Centre-du-Québec….
  72. 72. Interventions sur la toxico en SIM CSSS de l’Énergie 2004-2006 Stage 1 Stage 2 12 Ensemble des intervenants Stagiaires Formation croisée 10% RQC Toxicomanie 8 6 4 2 0 Hiver Printemps Été Automne Hiver Printemps Été Automne Hiver 2004 2005 2006 Trimestre
  73. 73. Initiative ACRDQ & V-CC décembre 2006Dépistage troubles anxieux et de l’humeur sur le web http://wb-dat.fqcrpat.org/ Test WB-DAT Permet dépistage à distance, gratuit et anonymisé Fournit un rapport synthèse personnalisé aux personnes sur leurs réponses en fonctions des critères des troubles de l’humeur et des troubles anxieux • Les personnes concernées sont invitées à apporter leur rapport à leur médecin ou intervenant. • Peuvent aussi faire suivre leur rapport par courriel • Farvolden, P, McBride C, Bagby RM, Ravitz P. A Web-Based Screening Instrument for Depression and Anxiety Disorders in Primary Care. Journal of Medical Internet Research 2003;5(3)e:23 http://www.jmir.org/3/e23
  74. 74. EXEMPLE DE RAPPORT
  75. 75. Recension des expériences/projets par l’ACRDQ (2011) Services psychologiques (évaluation et traitement) pour TC. • Domrémy MCQ Co-intervention SIM, CH, RI • Co-animation de groupe Département de psychiatrie Communauté Jeunes psychotiques, TPL, etc.
  76. 76. Service résidentiel 10 à 12 moisAppartements supervisées 6 à 24 mois
  77. 77. Prix Partenariat 2011 CRD CSSS Le Virage Pierre Boucher Dépistage systématique Soutien professionnel Co- Co-animation Évaluation psychiatrique au CRD
  78. 78. Projet: Équipe Itinérance de Trois-Rivières Prix « coup de cœur » MSSS 2012 Hébergement d’urgence Travailleur de rue CSSS CRD« ... tu sors de ton carré de sable et tu réalisesfinalement qu’un désert existe…»
  79. 79. 184 usagers suivis durant 2 ans….
  80. 80. Autres projets en cours ou à venir… GAIN…. Formation nationale sur les troubles concomitants en 2012-2013… Instituts universitaires en santé mentale et dépendance Travaux de l’INESSS
  81. 81. En synthèseDes développements prometteurs…Une convergence des orientations, desmodèles, des approches et des outils…Des guides utiles…« Nous sommes des ponts »…La compétence à collaborer en soinspartagés…La tolérance à la complexité…
  82. 82. Quelle serait maintenant l’offre à mettre de l’avant ? MERCI !
  83. 83. Montréal, le 1er novembre 2012 10 h 40PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURS Groupe de soutien et suivi en individuel CRD de Québec 4
  84. 84. Modalités de soutien en groupe ou individuel au Centre de réadaptation en dépendance de Québec 1er novembre 2012 1
  85. 85. Modalités de soutien au CRDQ Basées sur des assises théoriques et l’expérience clinique Adaptées à la clientèle présentant un trouble concomitant de santé mentale Permettre une mobilisation plus rapide de la clientèle et une meilleure préparation pour les services plus intensifs1) Soutien en groupe ou individuel - Trajectoire régulière2) Offre de service pour la clientèle des centres hospitaliers (CH) 2
  86. 86. Modalités de soutien au CRDQ Le groupe de soutienOffre un service de groupe à la clientèle adulte dès le lendemain de l’évaluation IGT. Ce groupe est accessible jusqu’à l’intégration dans le service de réadaptation ciblé lors de l’évaluation.Objectifs du groupe de soutien :  Travailler la motivation au changement  Accompagner la stabilisation des besoins de base  Développer un lien de confiance envers le Centre de réadaptationLa participation à ce groupe est volontaire et accessible deux fois par semaine. 3
  87. 87. Modalités de soutien au CRDQ Le groupe de soutien Animé par un professionnel (psychologue ou travailleur social) et un éducateur spécialisé Chaque rencontre est de 2 heures 1. Moment de libre parole * Pause de 15 minutes* 2. Atelier dirigé avec un thème touchant la problématique de la dépendance 4
  88. 88. Modalités de soutien au CRDQ Le groupe de soutienExemples de thèmes abordés au groupe :  La balance décisionnelle  Le cycle de la dépendance  Identifier mes situations à risque de consommer  Mes besoins sont-ils comblés?  Que faire de mes envies de consommer?  À quoi ça sert une thérapie?  Mes succès et réalisations. 5
  89. 89. Modalités de soutien au CRDQ L’offre de service est adaptée à la clientèle ayant un trouble concomitant de santé mentale : Si possible, cette clientèle est intégrée au groupe desoutien Des ajustements sont apportés au besoin :  Présentation des cliniciens et des lieux avant d’intégrer le groupe  Séance écourtée  Rencontre avec le professionnel avant ou après le groupe  Possibilité de compléter l’atelier à la maison  Etc. 6
  90. 90. Modalités de soutien au CRDQ L’offre de service est adaptée à la clientèle ayant un trouble concomitant de santé mentale :Toutefois, l’expérience a démontré que certainsusagers :  Présentent une condition particulière qui ne leur permet pas de bénéficier des services en groupe  Fonctionnent mieux en individuelUn soutien individuel est offert à ces usagers 7
  91. 91. Modalités de soutien au CRDQ Le soutien individuelExemples de situations où le suivi individuel estprivilégié :  Trouble de santé mentale important non stabilisé (ex. : symptômes psychotiques actifs, phobie sociale)  Résistance au travail en groupe  Trouble de comportement important  Crise psychosociale entraînant une désorganisation  Déficience intellectuelle importante 8
  92. 92. Modalités de soutien au CRDQ Le soutien individuelOffert par le même professionnel qui fait le groupe  Le transfert entre les 2 modalités s’en retrouve facilité, s’il y a lieuObjectifs et contenu sont semblables à ceux du groupeSéance personnalisée selon la problématique de l’usager et le jugement du clinicien  Ex: séance écourtée, plus de temps consacré aux libres paroles ou à l’atelier, atelier sous forme d’échange vs enseignement 9
  93. 93. Offre de service pour la clientèle des CH Clientèle des CH : Reconnue comme étant plus vulnérable Plusieurs présentent un trouble concomitant de santé mentale Accès à des services très rapidement dès la sortie de l’hôpital : Usagers dont la situation de crise est stabilisée : référés vers le Programme de base en groupe (comparable au groupe de soutien) Usagers qui vivent encore une situation de crise et qui sont non stabilisés: référés vers les professionnels de la liaison pour un soutien individuel 10
  94. 94. Offre de service pour la clientèle des CH Jumelage possible du groupe et de l’individuel, ce qui permet une diversité d’intensité de service dès la sortie de l’urgence Ex: usager qui bénéficie d’un suivi individuel à la liaison 1 fois/semaine + participe à des rencontres de groupe 2 fois/semaine Ex: usager qui bénéficie d’un soutien ponctuel à la liaison puis amorce les rencontres de groupe au Programme de base 11
  95. 95. Modalités de soutien au CRDQ Nos constats : La flexibilité dans notre offre de service permet aux usagers de :Respecter leur rythmeCréer un meilleur climat de confiance entre lui et les cliniciensFixer des objectifs réalistes et de les atteindreVivre des réussitesDévelopper le sentiment qu’ils ont le pouvoir d’agir pour changer 12
  96. 96. Montréal, le 1er novembre 2012 11 h PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURSÉvaluation et traitement des troubles concomitants CRD Domrémy-de-la-Mauricie – Centre-du-Québec 5
  97. 97. Les services d’évaluation& de traitement psychologiques à Domrémy MCQ Jacques Boucher Coordonnateur des services externes Coordonnateur des services psychologiques
  98. 98. 15 minutes!!!
  99. 99. TROUBLE CONCOMITANT
  100. 100. Prévalence En toxicomanie en général : •50 % à 74% ont aussi un problème de santé mentale (Stewart, 2009; Schütz et al., 2009) •41 à 60% ont des troubles de l’humeur (Grant et al., 2004) •33 à 43% pour ce qui est des troubles anxieux (Grant et al., 2004) En santé mentale •16 à 21% sont aux prises avec un toxicomanie (Grant et al., 2004)
  101. 101. Jeunes en traitement pour la toxicomanie % de problèmes de consommation dans la dernière année et de problèmes concomitants de santé mentale (Chan et al., 2008) Moins de 15 ans Âge 15-17 Âge 18-25Concomitance d’au moins un 75,6 73,0 67,4problème de santé mentaleAu moins un prob. internalisé 48,4 52,6 60,5Dépression 32,7 36,2 41,8Anxiété 14,3 17,2 32,4Détresse reliée à un traumatisme 36,7 39,1 50,4Au moins un prob. externalisé 67,7 63,4 48,7TDAH 48,2 45,3 39,0Trouble de conduites 58,6 55,7 39,7Combinaison internalisés et externalisés 40,4 42,9 41,8
  102. 102. Conclusions de cette étude (Chan et al.,2008)25 ans et moins• 2/3 de ceux qui se présentent en traitement ont au moins un problème de santé mentale• Avec un diagnostic de dépendance, 6 fois plus de chance d’avoir un problème internalisé (dépression, anxiété…)• Avec un diagnostic de dépendance 8,4 fois plus de chance d’avoir un problème externalisé (TDAH, Trouble des conduites…)• Les troubles concomitants sont donc la norme
  103. 103. Historique des services psychologiques • Création de postes psychologues en 2000 • Tenir compte de la santé mentale • Intégration difficile des services • Améliorer la rétention et l’efficacité du traitement • Support aux intervenants…
  104. 104. Jeunes évalués 2008-2012CRD Domrémy MCQ Dépendance / Abus Cannabis 36% Stimulants 29% Alcool 20% Autre 15%
  105. 105. Jeunes évalués 2008-2012 24 ans et moinsStat. générale:Axe I : 90% ont au moins un troubleAXE I: AXE II:Anxiété 45% Tr. personnalité 25,5%Humeur 22% Traits personnalité 24%Psychotique 3,5%Autre 33% Traitement psychologique 56% Référence (réseau, md) 51%
  106. 106. À quoi sert l’évaluationpsychologique et le traitement? • Évaluer la présence possible d’un trouble de santé mentale • Orientation vers des services adaptés, mieux répondre à leurs besoins • Offre d’un traitement psychologique court terme spécifique • Exclure des diagnostics “personnels” (ex. ‘’Suis-je comme ma tante’’?), hypothétiques, ou multiples au cours des dernières années • Client: Mettre des mots sur des maux (ex. ‘’pourquoi je pète ma coche?’’ ‘’j’vas-tu tuer quelqu’un?’’) • Une meilleure lecture des symptômes; éclairage, ajustements. Support aux intervenants…
  107. 107. Cheminement des personnes dans les services psychologiquesServices en Dépistage des Révision du plandépendance troubles mentaux d’intervention aire rd isciplin PI Inte Traitement PI Inter Évaluation psychologique courtepsychologique durée PS I Référence; Traitement spécialisé en santé mentale
  108. 108. Étapes de l’évaluation psychologique • Discussion de cas avec intervenant pivot, • Données à partir du dossier, • Anamnèse, rencontres possibles avec les proches • Passations de questionnaires, de tests, • Rédaction d’un rapport d’évaluation psychologique avec recommandations, pistes d’intervention… • Plan d’intervention interdisciplinaire, • N.B. Évaluation sommaire
  109. 109. Évaluation psychologique : ce qu’elle n’est pas à DMCQ• Pas une évaluation du Q.I.• Pas une évaluation neuropsychologique• Pas psycho-légale• Pas des services de croissance personnelle• Pas une évaluation des capacités parentales
  110. 110. Dépistage• Important• Dépister santé mentale• Dépister pour mieux aider• Situations et cas complexes• Ne pas avoir peur d’investiguer• Outils : Échelles IGT ou autres, en cours de traitement• Jugement clinique et échange clinique
  111. 111. Qui référe aux services psychologiques de DMCQ?• Référence à l’interne seulement• La référence se fait par l’intervenant au dossier (ou par un des médecins). – Présence d’un problème de santé mentale? – Souffrance significative – Altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants – Des comportements ou un mode de pensée problématiques ou bizarres. – Une impasse quant à la compréhension et à l’intervention (ex. ‘’Consommation sans fond’’)• Discussion de cas avec le psychologue
  112. 112. Évaluation et consommation• Condition de référence souhaitée : abstinence d’au moins 3 à 4 semaines. Est-ce possible??• L’évaluation psychologique sert souvent de motivation pour atteindre l’abstinence• Tenir compte des troubles exacerbés, induits, ou masqués par la consommation. (entendu après le processus d’évaluation; ‘’J’ai menti, je consommais..’’!)
  113. 113. Nous ne les évaluons pas tous• Les troubles ont déjà été diagnostiqués• Sont déjà dans des services d’aide: psychiatrie, médecin, psychologue (scolaire, CSSS, CR, privé)• Non dépistés
  114. 114. Constats• L’évaluation est une tâche complexe.• Norme : usagers à problématiques multiples Avec comme conséquences : •Rechutes fréquentes •Crises récurrentes •Intervenants multiples •Attrition• Plus grand risque d’erreur au plan diagnostic• Plus grand risque de “rater” une problématique (ex. phobie sociale)• D’où l’importance du P.I.Inter. et de son suivi: nous devons l’adapter… et nous adapter
  115. 115. Troubles concomitants aux dépendances Troubles anxieux Abus et dépendances Traits et troubles de personnalitéTroubles de l’humeur Troubles alimentaires Troubles psychotiques Troubles du comportement
  116. 116. Évaluation complexe car…• La difficulté de l’abstinence• Auto-questionnaires (ex. faking good, faking bad)• Faits auto-rapportés• Mémoire et difficultés cognitives• La complexité des différentes problématiques• L’inter-influence entre les troubles• Il n’y a pas de réponse linéaire simple
  117. 117. Support aux psychologues• Réunions de services• Discussions cliniques• Inter juge• Formations et autoformations• Échanges de documentations
  118. 118. Outils d’évaluation•L’importance d’avoir des outils communs pour unlangage commun entre nous. • Discussions cliniques • Inter juge • Auto formation...•DSM-IV R, pour avoir une langage commun avec nospartenaires•Structure de rapport commune (Recommandations etorientations) • Meilleure compréhension, lecture…
  119. 119. Évaluation des adolescents: Outils communs• Entrevues semi-structurées – Kiddie-SADS version française et anglaise. Psychopathologie actuelle et passée. Troubles à l’Axe I – M.I.N.I. KID (Mini entretien neuropsychiatrique international), version française et anglaise, troubles à l’Axe I• NEO-PI-3 adolescent (12 ans - 20 ans)• D’autres outils peuvent s’ajouter à ceux de base…
  120. 120. Évaluation adultes: outils communs• SCID I; Structural Clinical Interview for DSM IV AXE I Disorders (version française et anglaise)• SCID II; Structural Clinical Interview for DSM IV AXE II Disorders (version française et anglaise)• NEO-PI-3 adulte• NEO-PI-3 adolescent (12 ans-20 ans)• D’autres outils peuvent s’ajouter à ceux de base…
  121. 121. Inventaire de personnalité• NEO-PI-3 adulte• NEO-PI-3 adolescent (12 ans à 20 ans)Ex. : “Pourquoi je pète ma coche?”
  122. 122. Remise des résultats et orientation• Remise des diagnostics• Acceptation des diagnostics• Impliquer la famille• Retour avec le référent• Recommandations et orientations• Offre possible de traitement• Interdisciplinarité et arrimages des services
  123. 123. Traitements psychologiques à DMCQ• Précédé d’une évaluation psychologique ou d’une référence d’un de nos médecins (un diagnostic a déjà été posé)• Troubles à l’axe I et transitoires – Trouble dépressif, troubles anxieux, adaptation, ESPT…• Principalement d’approches cognitives comportementales• Courts termes (environ 10 rencontres)• Tenir compte de la personnalité
  124. 124. Montréal, le 1er novembre 2012 11 h 20 PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURS Intervenante au programme adulte avecpsychologue du CSSS des Collines, un groupe pour usagers avec troubles concomitants CRD de l’Outaouais 6
  125. 125. Partenariat CSSS des Collines et Centre de réadaptationen dépendance de l’OutaouaisProgramme d’intervention pour les personnes ayant unprofil de trouble de la personnalité léger à modéré
  126. 126. ► Inspiré de l’approche dialectique comportementale de Marsha M. Linehan; • Adaptation pour le système public par Mme Hélène Busque (psychologue) • Considération en lien avec les approches cliniques déjà en place• Programme en vigueur dans les CSSS:• Région Chaudière-Appalaches (1998);• Région de Québec (2002);• Région Hull-Gatineau (2006);• Région de Laval (2010). 2
  127. 127. • La dialectique centrale de la thérapie dialectique comportementale est la recherche d’équilibre entre accepter la personne telle qu’elle est au moment de l’intervention et lui enseigner des manières de changer.
  128. 128. • Personnalité limite (borderline);• Personnalité histrionique;• Personnalité narcissique;• Personnalité dépendante.• Autres profils de trouble de la personnalité: • Suivi régulier 4
  129. 129. • Repose sur six principes de base: • Contact d’adulte à adulte • Responsabilisation « vous êtes un adulte capable et digne de • Respect respect » • Prévisibilité • Stabilité • Cohérence « Vous pouvez vous détendre, vous êtes en sécurité, vous pouvez nous faire confiance »
  130. 130. 6
  131. 131. • Rencontres individuelles; • Travail spécifiquement les difficultés en lien avec la personnalité.• Rencontres de groupe; • Développent les habiletés personnelles, interpersonnelles et émotionnelles du client.• Rencontres individuelles supplémentaires; • Disponibles pour la gestion de crises. 8
  132. 132. • Fréquence: maximum 1 fois aux 2 semaines• Durée: maximum 60 minutes• Absence: maximum 1 sur 4• Contact téléphonique: – 1 par semaine (5 minutes); – Aucune intervention thérapeutique approfondie. 9
  133. 133. • Obligatoire sauf exception.• 4 modules psychoéducatifs: —Sagesse interne; —Tolérance à la détresse; —Gestion des émotions; —Efficacité interpersonnelle.• 1 fois aux 2 semaines en alternance avec le suivi individuel (25 rencontres): • Offert généralement durant la première année; • Enseignement et consolidation des habiletés; • Milieu d’exposition et d’expérimentation sociale. 10
  134. 134. • Dynamique souvent chronicisée: • Les idéations et la crise suicidaire ne sont pas le résultat de l’échec des mécanismes d’adaptation, mais sont au contraire un mode d’adaptation.• « Lorsqu’on travaille avec des personnes chroniquement suicidaires, il arrive qu’il soit indispensable de prendre des risques à court terme, dans la limite du raisonnable, si on veut obtenir des bénéfices sur le long terme ». (Marsha M. Linehan)
  135. 135. • Expérience partielle d’application de cette approche depuis 4 ans au CSSS des Collines.• Développement d’un partenariat avec le Centre de réadaptation en dépendance de l’Outaouais (Centre Jellinek) depuis janvier 2011.• Mise en place du programme d’intervention pour les personnes ayant un profil de trouble de la personnalité au printemps 2012.
  136. 136. • Cohérence dans le traitement entre l’équipe santé mentale du CSSS et CRDO ce qui limite l’interférence d’un traitement sur un autre.• Efficacité accrue pour l’usager qui reçoit un message commun (cadre et stratégies).
  137. 137. • Pour la personne: •  Comportements auto-agressifs, colère et impulsivité; •  Nombre d’interventions de crise; •  Nombre de jours d’hospitalisation; •  Estime de soi, sentiment de compétence; •  Autonomie; •  Ajustement social; •  Taux d’abandon, nombre de plaintes.• Pour l’intervenant : •  Confort et sentiment de compétence; 14
  138. 138. • Cibler des intervenants (ARH) à l’intérieur des CRD et former l’équipe ou les intervenants sélectionnés.• Fournir un soutien clinique pour assurer l’appropriation adéquate de cette approche.• Se référer à l’approche adaptée par Mme Hélène Busque.• Mettre en place des outils de dépistage et de référence à ce programme.• Développer un partenariat afin de maintenir son mandat de• 2e ligne.
  139. 139. Le contenu et les stratégies de cette approche peuventfacilement être utilisés avec la clientèle en dépendance et autresproblématiques. CEPENDANTLa rigueur du cadre clinique propre à cette approche demeurel’élément essentiel au traitement efficace avec cette clientèle.
  140. 140. • Mme Hélène Busque• Psychologue au CLSC Jacques Cartier à Québec et formatrice en pratique privée.• Elle a développé un programme d’enseignement et d’implantation de l’approche dialectique comportementale en CLSC qui s’est étendu à la province.
  141. 141. Montréal, le 1er novembre 2012 11 h 40PRÉSENTATION DES MODÈLES PROMETTEURS Les résultats obtenus par MOSAÏC CRD le Virage 7
  142. 142. CONSTAT HISTORIQUE DES COLLABORATIONS ENTRE LES  DOMAINES DE LA DÉPENDANCE ET  DE LA SANTÉ MENTALE 2
  143. 143. CRÉATION D’UN LIEU COMMUN 3
  144. 144. Globalement, MOSAIC c’est : • Une partie intégrante de notre offre de service • Une composante d’un continuum en dépendance • Recommandé par les meilleures pratiques • Un corridor de service novateur • Des références simples et rapides • Une valeur ajoutée pour les clientèles ciblées • Des bénéfices également pour les intervenants • Une expérience novatrice de partenariat 4
  145. 145. Les incontournables du partenariat et les conditions favorables à la pérennité du changement • Positionnement stratégique: engagement de la haute  direction du CSSS et du CRD • Soutien d’un chargé de projet • Réalisation d’un état de situation • Mise en place d’une structure d’encadrement  – Comité de pilotage – Comité conjoint • Identification d’un certain nombre d’actions à entreprendre  en premier (un développement séquentiel) 5
  146. 146. Les incontournables du partenariat et les conditions favorables à la pérennité du changement • Mobilisation des effectifs et engagement des cliniciens – Contamination positive des équipes – Formation et soutien professionnel – Communication • Suivi de gestion rigoureux et flexible – Gestionnaires responsables de la pérennité – Planification du changement et respect des étapes de  changement  – Retour au cadre: les 5 actions – Réalisation de bilans 6
  147. 147. PRIORISATION DES CLIENTÈLES Un besoin de l’expertise en santé mentale du CSSS Pierre‐Boucher pour la clientèle avec un  problème de dépendance et qui présente un  trouble de personnalité limite ou narcissique. Un besoin de l’expertise en dépendance du CRD  Le Virage pour la clientèle psychotique qui  présente un problème de dépendance. 7
  148. 148. LA TRAJECTOIRE SELON LA NATURE DES TROUBLES CONCOMITANTS Problème de toxicomanie et … – troubles de l’humeur et anxieux Traitement séquentiel – personnalité antisociale – personnalité limite et narcissique Traitement – troubles psychotiques en même temps – stress post‐traumatique 8
  149. 149. L’offre de service MOSAIC 1re ligne 2e ligne Action 1 : Co‐animation par un intervenant  Implantation d’une mesure de  Clientèle ciblée :  du CRD Le Virage et du CSSS PB de groupes de repérage et de détection des troubles  Les personnes  sensibilisation et d’intervention intégrée de dépendance à l’accueil psychosocial  présentant des et au guichet d’accès santé mentale du  troubles  Action 2 : Soutien professionnel offert par un  CSSS Pierre‐Boucher psychotiques et de  intervenant du CRD Le Virage en vue de mieux  dépendance travailler la motivation des usagers et autres  aspects relatifs aux dépendances Mise en place du programme  d’intervention précoce Alcochoix+  Action 3 : Intensification et formalisation de  dans les services psychosociaux  la collaboration entre le SIM du CSSS Pierre‐ courants du CSSS Pierre‐Boucher Boucher et le CRD Le Virage Implantation par le CRD Le Virage  Clientèle ciblée : d’une équipe de liaison spécialisée en  Action 4 : Évaluation psychiatrique et  Les personnes  dépendance à l’urgence du CSSS  discussion de cas offertes par un psychiatre  présentant un  Pierre‐Boucher avec corridor de  du CSSS Pierre‐Boucher aux intervenants du   tableau clinique  service CRD Le Virage   complexe Clientèle ciblée :  Formation d’intervenants du CSSS  Les personnes  présentant des  Action 5 : Participation d’un psychologue du  Pierre‐Boucher en repérage et  problèmes de  CSSS Pierre‐Boucher à des discussions de cas  détection et en entretien  dépendance et un  avec les intervenants du CRD Le Virage pour  motivationnel trouble de  réorienter le plan de traitement personnalité limite  ou narcissique
  150. 150. Action 1 :  POUR LA CLIENTÈLE DU CSSS PIERRE‐BOUCHER  PRÉSENTANT UN TROUBLE PSYCHOTIQUE Action 1 : Animation conjointe d’activités de groupe de  sensibilisation et d’intervention pour la clientèle avec un  trouble psychotique et une dépendance Besoin de créer un contexte d’apprivoisement 10
  151. 151. Le programme MOSAIC : Action 1 Groupes d’intervention pour la clientèle avec un trouble  psychotique et une dépendance Groupe de sensibilisation: Capsules d’information sur les dépendances offertes pour la  clientèle des différents services (services internes, clinique externe,  hôpital de jour)  Groupe d’intervention intégrée: Implantation d’un groupe d’intervention intégrée offert au SCEP et  animé conjointement par un intervenant de Pierre‐Boucher et du  CRD Le Virage  Approche motivationnelle et cognitivo‐comportementale visant le  travail par objectif et l’apprentissage d’habiletés de base 11
  152. 152. Continuum de services Intervention intégrée auprès de la clientèle présentant un trouble psychotique et une problématique de dépendance Phase 1 Phase 2 Phase 3 Sensibilisation Exploration TraitementObjectifs: Objectifs: Objectifs: Informer sur la problématique Développer une meilleure Travailler, susciter et maintenir la de la dépendance et compréhension de la motivation sensibiliser sur l’interaction problématique Explorer les sources santé mentale/dépendance Développer des compétences de d’ambivalence Semer le doute gestion de la problématiqueStade du changement: Stade du changement: Stades du changement:Pré-contemplation Contemplation Décision, action et maintienClientèle ciblée: Clientèle ciblée: Clientèle ciblée:SCEP, Services internes, SIM/ SCEP, Services internes, SIM/SIV, SCEP, Services internes, SIM/SIV,SIV, HDJ, Équipe 1e ligne SM HDJ, Équipe 1e ligne SM HDJ, Équipe 1e ligne SMModalités d’intervention: Modalités d’intervention: Rencontres individuelles en Groupe d’intervention intégrée basé sur le programme Ma vie, mes choix et entretien motivationnel-(trousse celui élaboré par l’Institut Universitaire en santé mentale, Douglas de l’intervenant) Traitement supplémentaire en individuel, en couple et en famille 2 groupes de sensibilisation Groupe entourage (à venir) distincte sur les comportements à risque (interne et externe)Partenaires impliqués: Partenaires impliqués: CSSS Pierre-Boucher CSSS Pierre-Boucher et CRD Le Virage CRD Le Virage en soutienOutil de repérage: Outils de détection: Outil d’évaluation:Cage-AID AUDIT, DAST IGT
  153. 153. Action 2 :  POUR LA CLIENTÈLE DU CSSS PIERRE‐BOUCHER  PRÉSENTANT UN TROUBLE PSYCHOTIQUE Soutien professionnel d’un intervenant du  Action 2 : CRD Le Virage sur des aspects relatifs à la dépendance  des usagers Pour les professionnels de la 2e ligne en santé mentale 13
  154. 154. Le programme MOSAIC : Action 2 Soutien professionnel d’un intervenant du CRD Le Virage sur des aspects  relatifs à la dépendance des usagers (module des troubles psychotiques) Participation à des discussions de cas dans le but de mettre en relief des  stratégies visant à: Réduire l’ambivalence et augmenter la motivation au changement  des usagers; Mieux comprendre et tenir compte davantage de la problématique  de dépendance chez les usagers. Évolution de l’action vers un soutien plus accru aux praticiens du CSSS  Pierre‐Boucher en lien avec l’intégration à la pratique de l’entretien  motivationnel, afin de faciliter la consolidation des apprentissages et  l’ajustement des interventions (co‐développement) 14
  155. 155. Action 3:  POUR LA CLIENTÈLE DU CSSS PIERRE‐BOUCHER  PRÉSENTANT UN TROUBLE PSYCHOTIQUE Action 3 : Intensification et formalisation des rapports de collaboration entre le suivi intensif dans le milieu (SIM) du CSSS Pierre-Boucher et le CRD Le Virage 15
  156. 156. Le programme MOSAIC : Action 3 Une accentuation des collaborations entre les intervenants du  SIM et ceux du CRD Le Virage pour faciliter l’intervention intégrée  pour une clientèle atteinte plus sévèrement:  Offrir un support dans la prise de contact au CRD Le  Virage  Accompagner et s’assurer de la présence du client aux  activités de l’AEO du CRD Le Virage  Soutenir et accompagner le client dans l’élaboration et  l’application de son plan d’intervention  Élaborer un PSI 16
  157. 157. Le programme MOSAIC : ACTION 3 Identification d’une personne‐ressource au sein de l’équipe SIM:  Diffuse l’information au sein de l’équipe sur l’offre de  service MOSAIC  Personne de liaison entre SIM, CRD Le Virage et autres  intervenants impliqués au sein du programme MOSAIC  Co‐intervention de groupe SIM – CRD Le Virage  17
  158. 158. Action 4:  POUR LA CLIENTÈLE DU CRD LE VIRAGE QUI PRÉSENTE UN  TABLEAU COMPLEXE SUR LE PLAN DES TROUBLES  PSYCHIATRIQUES Action 4 : Mise à profit de l’expertise d’un psychiatre du CSSS Pierre-Boucher 18
  159. 159. Le programme MOSAIC : Action 4 Évaluation psychiatrique et discussion de cas offertes par un médecin  psychiatre pour clarifier le tableau diagnostique (offert dans les bureaux  du CRD)  Évaluation psychiatrique pour des personnes présentant un tableau  clinique complexe (plus de quarante évaluations)  Prescription, au besoin, d’une médication en convenant des  modalités pour en assurer le suivi  Orientation, au besoin, vers un traitement de 2e ligne en santé mentale  Participation à des discussions de cas comportant des situations  d’impasse sur le plan clinique 19
  160. 160. Action 5 : POUR LA CLIENTÈLE DU CRD LE VIRAGE PRÉSENTANT DES  TROUBLES DE PERSONNALITÉ LIMITE OU NARCISSIQUE Action 5 : Participation d’un intervenant du CSSS Pierre‐Boucher à des discussions de cas au CRD Le Virage Susciter des réflexions sur le plan de traitement 20
  161. 161. Le programme MOSAIC : Action 5 Soutien professionnel d’un praticien de la clinique des troubles de la  personnalité à l’équipe du CRD Le Virage pour des discussions de cas en  vue d’ajuster le plan d’intervention.  Participation aux discussions de cas, susciter la réflexion au niveau  de la compréhension et du plan de traitement (échange  d’expertise)  Possibilité de s’impliquer de manière intégrée dans un  plan d’intervention  Recommandation possible en faveur d’une évaluation  psychiatrique 21
  162. 162. Le programme MOSAIC : Action 5 Impacts de l’action 5:  Transfert de connaissances, réflexion conjointe sur les  dynamiques du patient  Changement d’attitudes et d’approches (changement de  compréhension, nuance maintenant relative à la réduction  des méfaits, plus tolérant)  Reconnaissance de la compétence de l’autre, de l’apport de  l’autre 22
  163. 163. Le programme MOSAIC : autres actions MOSAIC comporte également en périphérie:  Une mesure de repérage et de détection des problèmes  de consommation chez les personnes qui se présentent à l’Accueil psychosocial et au Guichet d’accès en santé mentale   Une équipe de liaison spécialisée en dépendance à l’urgence avec un corridor de service avec le CRD Le Virage  Une intervention précoce (Alcochoix+) de 1re ligne aux  personnes dont leur consommation s’avère à risque.  23
  164. 164. Les principales réalisations à ce jour • Une amélioration de l’accessibilité, de la continuité et de la  qualité des services pour les clientèles visées: – Une meilleure prise en charge de la clientèle ayant des  troubles concomitants – Un repérage systématique et détection accrue en CSSS – Des évaluations psychiatriques dans des meilleurs délais – Plus de 200 personnes ont bénéficié à ce jour de l’une ou  l’autre de ces activités, alors qu’historiquement les clientèles  visées étaient réputées présenter de sérieux problèmes  d’accès à des services adaptés 24
  165. 165. Les principales réalisations à ce jour • Une organisation des services plus pertinente et plus cohérente – Une offre de service adaptée aux clientèles visées et guidée  par les bonnes pratiques (traitement intégré pour les  troubles psychotiques et les troubles de la personnalité limite et narcissique) – Une représentation dynamique et hiérarchisée du traitement  intégré (continuum allant de faiblement à totalement  intégré)   – Déplacement des intervenants vers les clientèles vulnérables 25
  166. 166. Les principales réalisations à ce jour • Le développement de compétences et la mobilisation des  effectifs: – Plus d’une trentaine d’intervenants du CSSS Pierre‐Boucher  et du CRD Le Virage sont impliqués d’une façon ou d’une  autre dans l’une ou l’autre de ces activités cliniques – Une meilleure disposition et habileté à repérer et à détecter – Un déploiement rapide d’une offre de service en première et  deuxième ligne – À ce jour, une trentaine de personnes formées et supervisées  en entretien motivationnel (appropriation d’un changement  de paradigmes pour ce qui est de la motivation au  changement) – Instauration de pratiques exemplaires 26
  167. 167. Les défis du programme MOSAIC Défi de gestion du changement : Chargé de projet, comité de pilotage, comité conjoint, chercheurs aguerris Défi clinique : Arrimage entre les services, continuum de services intégrés unique, mise en commun des expertises Défi de mobilisation : Effet de contamination, adhésion à des actions concrètes qui amènent des apprentissages et des changements de pratique, des praticiens engagés Défi de pérennité : Un programme qui trouve de plus en plus son erre d’aller, signature d’une entente de service par les partenaires 27
  168. 168. L’intervention intégrée, les forces du partenariat Vignette clinique: L’histoire de Paul 28
  169. 169. Vignette clinique: l’histoire de Paul « Rêve d’un retour aux études professionnelles » Habite chez son frère Discussion entre le CRD Rendez-vous au Chez lise Le Virage et l’équipe CRD Le Virage. CSSS PB, entretien Début d’un suivi motivationnel avec J. Côté juin 2012 : Criminalité, violence, Reprise suivi en externe au CRD mauvaises Portage Centre-Corps Résidence Le virage avec V. Tessier fréquentations Âme-Esprit Boisjoly août 2012 : Élaboration d’un PII Maison Domaine Orford Jacques- Rechute Lapointe Maison Brodeur nécessitant une Demeure symptomatique, rencontre multi- L’Alcôve Maison Omer communications établissements: mai 2012 : Portage avec intervenants CRD Le Virage, Débute participation au Centregens, CHPB groupe d’intervention Lors d’une sortie, Portage et le patient intégrée consomme de l’alcool TSTM dans un bar et crie Portage Apts Débute un suivi qu’il a une bombe Début de la TSTM supervisés psychologique en privé dans son sac consommation Portage Centregens, et un prog. de d’alcool 2004 Quitte Portage, consomme réinsertion sociale Perce-Neige automne déc. été (Passe-action) 24 ans consomme juin 2009 2009 2011 2009Né 1980 1998 2006 2007 février décembre avril sept. nov. janv. fév. printemps 2009 fév. Printemps été 2012 18 ans 2008 2008 2009 2009 2010 2011 2011 2011 2012 2012 1995 15 ans Une amie se tue dans Hospit. Urgence Participe au Chirurgie un accident d’auto 1ier rendez-vous Hospitalisé et groupe de bariatique, à l’hôpital Pierre- Début de la suivi au CHUS, sensibilisation respecte son Boucher (CHPB) Fugue pour consommation de non CHPB-CRD Le régime et criminellement consommer Virage perte de cocaine responsable, sous poids le TAQ, Dx de continue 1ier contact avec Rencontre de schizophrénie un psychiatre concertation équipe Deux chutes paranoïde (TOC, attaques CSSS PB et CRD Le de consommation de panique) Virage visant une dominution des Une collaboration Urgence Retour à hospit +++ visites à l’urgence, s’établit avec Longueuil, hospit 5 hospit en 2008. Centregens, la Urgence suite à au CHPB en bris Tableau psychiatrique communication est une chute de de condition atypique, hallucinations présente avec le CRD consommation, visuelles et auditives Le Virage pour hallucinations simples, TOC, trouble l’élaboration du plan auditives, pas alimentaire, obésité d’intervention d’hospit
  170. 170. Disponible:www.levirage.qc.ca
  171. 171. MERCI ! Place aux commentaires et  aux questions 31
  172. 172. Montréal, le 1er novembre 2012 13 h 30Présentation de la proposition de nouvelle stratégie de développement dans les CRD Anne-Marie Blanchard, CRD de Lanaudière, CSSS du Nord de Lanaudière, et Candide Beaumont, ACRDQ 8
  173. 173. DéroulementPrésentation La proposition visant la bonification de l’offre de serviceAtelier 1 État de la situation dans les CRDAtelier 2 Priorités régionales Plan d’actionPlénière 2
  174. 174. L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants 1. Poursuivre le déploiement et consolider la mesure d’équipes de liaison hospitalière spécialisées en dépendance 25 équipes actuellement Réparties dans 10 régions 3
  175. 175. L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants 2. Implanter le GAIN dans les services spécialisés en dépendance Printemps 2013 Éventuellement, implanter un outil de détection ou d’évaluation sommaire des troubles concomitants dans les équipes de première ligne en santé mentale 4
  176. 176. L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants 3. Mettre en place des mesures pour soutenir l’orientation, la motivation, la stabilisation des clientèles aux prises avec un trouble concomitant Les fondements du programme régional d’évaluation spécialisée 1. L’accès par plusieurs portes aux services spécialisés en dépendance 2. Une orientation du client soumise à un ou à des mécanismes d’accès 3. Du personnel dédié à l’évaluation spécialisée des dépendances 5
  177. 177. L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants 3. Mettre en place des mesures pour soutenir l’orientation, la motivation, la stabilisation des clientèles aux prises avec un trouble concomitant 4. Un accueil rapide, chaleureux et efficace 5. Activités de soutien et de maintien de la motivation en cas d’attente 6. Préoccupation essentielle envers l’entourage le plus tôt possible 7. Processus et outils d’évaluation et d’orientation spécialisés validés en dépendance 6
  178. 178. L’offre de service des CRD faite auxpersonnes présentant des troublesconcomitants 3. Mettre en place des mesures pour soutenir l’orientation, la motivation, la stabilisation des clientèles aux prises avec un trouble concomitant Gestion optimale des ressources pour mieux desservir cette clientèle Accessibilité, qualité, continuité, efficacité, efficience  Plan organisationnel  Plan clinique  Plan des ressources humaines  Plan financier 7

×