Origines Des Grands Magasins Parisiens

3 984 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 984
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
543
Actions
Partages
0
Téléchargements
41
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Origines Des Grands Magasins Parisiens

  1. 1. Lilymage présente
  2. 2. Les Grands Magasins de Paris
  3. 3. Dans ce diaporama vous connaîtrez les origines des Grands Magasins de Paris qui marquèrent un changement radical dans la notion du négoce au détail. Pour les historiens du commerce, le Bon Marché est le premier grand magasin au monde et la manifestation d’une révolution commerciale. Il ouvre ses portes en 1852. En 1856, c’est l’ouverture du Bazar de l’Hôtel de Ville , autrement dit, le BHV. En 1865, on fête l’inauguration du Printemps . La Samaritaine voit le jour en 1869 mais a été fermée en 2005 pour remise en conformité. Ce n’est qu’en 1893 que sont créées Les Galeries Lafayette. Le Louvre ouvre en 1855 et le magasin de la Belle Jardinière en 1866 mais ils ferment leurs portes en 1974.
  4. 4. En 1852, «  le Bon Marché  » ouvre ses portes grâce à Aristide Boucicaut qui vendait des casquettes sur les marchés normands. Il achète un magasin de nouveautés de 100 m2 et le transforme en un grand magasin.
  5. 5. <ul><li>C’est Aristide Boucicaut, le fondateur du «  Bon marché  » qui a appliqué des idées entièrement nouvelles dans le Commerce, à une époque où : </li></ul><ul><li>On ne pouvait pas entrer librement dans un magasin, </li></ul><ul><li>Les prix étaient fixés à la tête du client, </li></ul><ul><li>Il n’y avait pas de recours si la marchandise était défectueuse, </li></ul><ul><li>le principe était de vendre à forte marge. </li></ul><ul><li>Cet homme avisé instaure : </li></ul><ul><li>L’entrée libre dans le magasin, </li></ul><ul><li>l’affichage à des prix fixés à l’avance, </li></ul><ul><li>l’exposition des marchandises, </li></ul><ul><li>le satisfait ou remboursé, </li></ul><ul><li>l’attraction de la clientèle par une politique de faibles marges et de prix bas, </li></ul><ul><li>l’organisation du magasin en rayons spécialisés, </li></ul><ul><li>un assortiment large de produits, </li></ul><ul><li>l’intéressement des vendeurs au chiffre d’affaires. </li></ul>
  6. 6. Le «  Bon Marché  » se distingue des autres grands magasins parisiens car il consacre une très grande surface à la vente de produits alimentaires et il est le seul grand magasin (31 000 m2) à être implanté sur la rive gauche. Le «  Bazar de l’hôtel de Ville  », plus connu sous le sigle B.H.V, est un peu plus vaste que le précédent (34 000 m2). Il existe d’autres magasins de la même enseigne dans Paris et banlieue mais de taille plus retreinte, 12 000 m2 maximum.
  7. 7. On doit la création du «  Printemps » , en 1865, à Jules Jaluzot, un ancien vendeur du Bon Marché. C’est le début d’une grande aventure qui est à l’origine de l’actuel groupe PPR, Pinault Printemps, Redoute.
  8. 8. Le grand magasin du «  Printemps Hausmann  », le vaisseau amiral, comme on l’appelle familièrement est composé de deux bâtiments reliés par une passerelle. Sa surface de vente est de 47.459 m2. Les autres magasins à l’enseigne du Printemps, construits ensuite, dans Paris intra-muros, en petite et grande banlieue ou en province, ont une superficie bien plus réduite : de 1100m2 à Deauville, à 10 500 m2 à Lille.
  9. 9. Le «  Bazar de l’Hôtel de Ville  » est créé en 1856 par Xavier Ruel, un ancien colporteur comme Aristide Boucicaut. Il est situé à quelques pas de l’Hôtel de Ville, d’où son nom.
  10. 10. Les «  Galeries Lafayette  » ouvrent en 1893, créées par deux cousins, Théophile Bader et Alphonse Kahn qui misent tout sur la « jeunesse » du magasin pour attirer les parisiennes à la recherche des dernières nouveautés.
  11. 11. «  Les Galeries Lafayette  » sont le plus récent des grands magasins. En 1910, elles ne faisaient pas partie du peloton de tête des grands magasins parisiens composés du Bon Marché, largement devant, en terme de chiffre d’affaires, suivi du Louvre, de la Samaritaine et du Printemps. En 1975, les Galeries Lafayette Haussmann avec ses 47 800 m2 de surface de vente occupaient la première place en réalisant un chiffre d’affaires supérieur à toutes les autres enseignes. Comme le Printemps, les Galeries Lafayette ont développé rapidement une stratégie de groupe, créant, en 1932, l’enseigne de magasins populaires Monoprix. Egalement en implantant des grands magasins en province, et une stratégie multi-formats qui a développé, notamment, un réseau d’hypermarchés à l’enseigne Super M dans les années 70, puis en se lançant dans le « telemarket ». En 1992, le groupe a repris le BHV et les Nouvelles Galeries, un réseau de grands magasins de province.
  12. 14. «  La Samaritaine  » est fondée en 1869, par Eugène Cognacq et Marie-Louise Jay, son épouse, une ancienne première vendeuse du « Bon Marché ». Ce magasin est fermé depuis 2005 pour la rénovation de tous les bâtiments.
  13. 15. Eugène Cognacq s’est beaucoup inspiré des méthodes d’ Aristide Boucicaut mais il est allé plus loin dans l’organisation de la Samaritaine en rayons gérés par de véritables « petits patrons » responsables et autonomes. Il contribua également à l’essor de la logique du besoin et de la demande, de l’esprit « marketing », dit-on aujourd’hui. La Samaritaine a été le grand magasin le plus important en termes de surface de vente (48 000 m2) et son ancien slogan publicitaire est resté dans la mémoire collective des parisiens : On trouve tout à la Samaritaine.
  14. 17. «  Le Louvre  » est ouvert en 1855 mais fermé en 1974. Seul subsiste le Louvre des Antiquaires.
  15. 18. A quelques centaines de mètres de l’Opéra, des quatre magnifiques bâtiments des Galeries Lafayette et du Printemps Haussmann, près de l’église de la Madeleine, une galerie commerciale porte le nom des «  Trois Quartiers  », celui d’un grand magasin créé en 1829, par Gallois-Gignoux. Seule la transformation en une galerie commerciale de 9 500 m2, avec 75 boutiques, à la fin des années 80, évita aux Trois Quartiers- Madelios la disparition que connurent des grandes enseignes historiques telles Le Louvre et la Belle Jardinière.
  16. 23. Création : Liliane CAVALLARI Informations et photos des Grands Magasins pris sur le net. Les graphismes d’angles de présentation proviennent du site : http://perso.modulonet.fr/~mmonia Photos et cartes anciennes personnelles et non libres de droit. Musique : Le moulinet de J. Strauss. Février 2007.
  17. 24. AU REVOIR

×