LE COMEN DECHAINENuméro 2 // 2014 - 2015
Avec le développement des nouveaux moyens de communication, notamment
les réseaux sociaux, les possibilités offertes à cha...
Directeur de la publication
Jean-Philippe DUPUY
Codirectrice
Lise GARDAVOT
Mise en page
Marie MARRAS - Amélie THEVENIN
Pho...
2004
Dijon, Place François Rude (Place du Bareuzai)
WikimediaCommon
Février 2015 - COMEN Déchainé 7
DIJONSOUS TOUS LES ANGLES
TOP 5 DE CE QUE TOUT ETUDIANT DECOUVRE
EN ARRIVANT À DIJON !
Toi étudiant, perdu, qui viens d’arriver à Dijon, cet article...
Emmannuelle RHOTON
	 3ème : Véritable emblème de Dijon, porte-bonheur chéri
des Dijonnais, la Chouette attise la curiosité...
LE PATRIMOINE DE DIJON, UNE HISTOIRE DE
VIEILLE CHOUETTE ?
Le rite lié à la chouette de l’église Notre Dame conquiert de p...
Manuel REIGNER
Fausse chouette pour vrais touristes !
	 Mais nous ne sommes plus au temps des sorcières et de leurs animau...
BIEN MANGER SANS SE RUINER
Se régaler à moins de 10 € c’est possible… Découvrez 5 lieux atypiques !
Alchimia
	 Le concept ...
Marinade
	 La Marinade propose des
brochettes de viande ou de légume
dans une galette façon « wrap » :
un nouveau concept ...
MUSIQUE :
QUE CHACUN SE LAISSE EMPORTER !
La musique a sa place à Dijon ! Forte de ses nombreux étudiants, la ville met un...
Tom SOUVERAIN
• La Péniche Cancale
	 Une péniche reconvertie en salle de concert, c’est déjà un
bonargumentpourdécouvrirce...
DIJON - LA CULTURE AUTREMENT
Dijon est une ville investie dans la préservation et le développement de son patrimoine
histo...
Le P’tit ciné Berbisey, bien plus
qu’un simple cinéma
	 Echange et Convivialité, voilà
deux mots qui résument bien l’espri...
Dans les coulisses de SEB :
l’innovation et la cuisine connectée au cœur
des enjeux !
	 Il est 9h, nous sommes le lundi 3 ...
Aurore JAMET
	 Rapidement, notre Directeur Général oriente le débat sur le
produit Star de la fin de l’année, le Cookéo Co...
Dijon, une ville connectée !
EN CHIFFRES
1 développement des raccordements en fibre optique sur la ville et certains quart...
Habiba EL MANDILI
Être connecté ou ne pas être connecté ?
	 Dijon se connecte plus vite que son ombre.
	 Si vous voulez fa...
Le Dijon des transports - ça roule.
Les transports en commun deviennent la priorité de beaucoup d’agglomérations,
préféran...
Alban SIMON
	
	 « La municipalité essaie de faire reculer les voitures.
Il y a moins de pollution à Dijon qu’il y a plusie...
« CHARLES ROZOY, UN CHAMPION
DIJONNAIS NÉ DEUX FOIS »
« On ne naît pas nageur mais on le devient ». Cette phrase l’anime e...
Cécile CREUSOT
« L’effet papillon »
	 Un jour de rééducation à la piscine, quelques paroles d’un groupe
de jeunes ont suff...
LES CLUBS SPORTIFS DE DIJON
Surnommée « La Sportive », la ville de Dijon consacre environ 9% de son budget annuel à
sa pol...
Fabien TROIVAUX
Dijon Hockey Club
	 Le DHC, fondé en 1969, est un des clubs phare de Dijon. Il fait
partie de la division ...
2009
UB MaisonDeLUniversite
WikimediaCommon
Février 2015 - COMEN Déchainé 29
CAMPUS
VIVRE SUR LE
THÉÂTRE MANSART : 5 BONNES RAISONS DE
NE PAS PASSER À CÔTÉ !
	 Sa situation géographique : à deux pas du centre ville et d...
Oreilles sensibles s’abstenir !
	 DespassionnésdemusiquePunkrock,ska,métaldéfrichentlestalents
de rock actuel en passe d’ê...
L’ATHÉNEUM : QUAND LA CULTURE S’INVITE À
LA PAUSE CAFÉ
La « formule du midi » : la convivialité au déjeuner
	 Dans ce bar ...
Février 2015 - COMEN Déchainé 33
Le campus
UN LOGEMENT AU CROUS, CONFORT ET
DÉPAYSEMENT GARANTIS !
Vous êtes étudiant et v...
A L’UB, BOUGEZ !
L’Université de Bourgogne propose à ses étudiants de nombreuses activités sportives. Que
ce soit à plusie...
Kevin LEBREUIL
	 Toutes les activités physiques du suaps peuvent être adaptées aux
personnes handicapées. Des activités ty...
UN SPORT QUI TIRE SON «VOLANT» DU JEU : LE
BADMINTON !
Sur le campus de Dijon, plus de 50 activités sportives vous sont pr...
Jean-Baptiste JACQUIER
Comment y participer ?
	 C’est assez simple. Il vous suffit de choisir un horaire qui vous
correspo...
LA RESTAURATION UNIVERSITAIRE SUR LE
CAMPUS DIJONNAIS.
Pour se restaurer sur le campus, le choix ne manque pas ! Sont à vo...
Clélie GIRAUD
Le resto U : un espace convivial !
	 Le RU, c’est un espace de restauration, mais c’est aussi un endroit
pou...
UNE JOURNÉE À LA BIBLIOTHÈQUE
UNIVERSITAIRE (BU)
Aujourd’hui Élisa n’a pas cours, mais elle ne compte pas rester chez elle...
Marie ALLEX
Des loisirs à la disposition des
étudiants
	 Il est midi, Élisa a suffisamment
travaillé pour la matinée. Aprè...
ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES:
POUR QUOI FAIRE ?
Vous êtes étudiant à Dijon, vous souhaitez aider et vous épanouir, les associat...
Coralie GIBOULOT
Comment choisir son association ?
Vous avez envie de vous investir, mais ne savez pas vers quelle
associa...
2015
Mike Pereira
http://mike-pereira.fr/formation.php
Février 2015 - COMEN Déchainé 45
LA FILIERE
INFO__.COM
Le DUT-IC, option Métiers du Livre et du
Patrimoine en chiffres !
	 1 : Un diplôme universitaire. C’est
ce que vous obtien...
Anaïs HURTER
	 300 : Trois cents heures. C’est le temps dédié au projet tuteuré en
deuxième année. Il est réalisé pour des...
Le DUT IC, option Information Numérique
Le DUT Info-Com option Information Numérique dans les organisations de l’IUT de Di...
Florence PELLE
Portrait de Fabrice Héron, recherchiste et iconographe
freelance qui apporte son regard expérimenté sur la ...
La licence APICA, l’archivistique à l’honneur
Il se déroule sur environ 20 semaines entre
septembre et mars. Deux stages, ...
COMEN : L’AVENIR DE LA COMMUNICATION
NUMÉRIQUE EST ENTRE VOS MAINS !
Dans la société hyper-connectée dans laquelle nous vi...
COMEN : étudier et travailler simultanément
	
	 Le gros point fort de la licence COMEN résulte
dans le fait que	75% des pr...
ANAIS NOUS RACONTE SON PARCOURS
DEPUIS COMEN
Anais Maillard est une ancienne COMEN. Je suis allée à sa rencontre pour qu’e...
Février 2015 - COMEN Déchainé 54
3 conseils à donner aux jeunes communicants qui souhaitent se
lancer dans ce domaine ?
	 ...
LA LICENCE SLIC EXPLIQUEE AVEC REMY
DONZEAU
La licence SLIC, un mélange de
linguistique et d’ info-com
	 La licence SLIC a...
Vincent PREDINE
Remy est un ancien étudiant du DUT Services et Réseaux de
Communication de Dijon. Après un redoublement à ...
C’EST QUOI, ÊTRE ÉTUDIANT EN MASTER IMI ?
Tu t’es toujours demandé ce qu’était un étudiant en Master IMI (Ingénierie des M...
Apolline BLOIS
C’est quoi tes projets pour 2015 ?
	 J’aimerais assez trouver un stage intéressant dans une salle de
concer...
Le M2 Euromédias : la diversité des
compétences avant tout !
Le master 2 Euromédias, est réputé pour la pluralité de ses e...
Mélissa MAITRE
Et enfin, quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui
souhaitent suivre la même voie que toi ?
	 Pour réu...
LA FORMATION MASTER 2 GESTION DES
CONNAISSANCES :
UN ATOUT POUR VOUS !
Vous êtes issus d’une formation Master 1 IMI, de Le...
5 bonnes raisons de s’inscrire en master 2 Gestion des
connaissances
	1. Tout le monde y trouve son compte. Mylène Martin ...
Réalisé par la promotion COMEN 2015
Comen dechaine v2
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Comen dechaine v2

821 vues

Publié le

Journal réalisé par les étudiants de la Licence Pro Comen 2014-2015 de l'IUT de Dijon, dans le cadre du cours de communication interne-externe de Lise Gardavot.
Objectif : accroître la visibilité et la notoriété de la licence et, plus largement, de la filière Info-Com à Dijon auprès des étudiants et futurs étudiants, des dirigeants d'entreprises et, au sein de l'Université de Bourgogne

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
821
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comen dechaine v2

  1. 1. LE COMEN DECHAINENuméro 2 // 2014 - 2015
  2. 2. Avec le développement des nouveaux moyens de communication, notamment les réseaux sociaux, les possibilités offertes à chacun d’entre nous de s’exprimer se sont encore accrues. Face à ce flux constant d’informations et d’opinions diverses et variées, les marques souhaitant communiquer sont aujourd’hui contraintes de revoir leur stratégie. Ilnes’agitplusseulementdetransmettreuneinformationàsonpublicmaisd’échanger avec lui, d’entendre les avis exprimés. Il importe pour cela, de s’appuyer sur de véritables professionnels de la communication, formés à l’utilisation des nouveaux outils et capables de se positionner en médiateurs. C’est justement l’objectif poursuivi par la Licence Comen. Certainement plus que les années précédentes, les étudiants de la promotion 2014-2015 savent d’ailleurs aujourd’hui qu’ils ont un rôle clé à jouer dans cette nouvelle organisation du monde de l’information et de la communication. En attendant, leur formation se poursuit et c’est dans ce cadre, qu’un nouveau numéro du «Comen Déchaîné» vous est proposé. Bonne lecture. Edito COMEN Déchainé - Février 20154 La liberté d’expression est depuis quelques semaines sur toutes les lèvres, au bout de chaque plume, sur chaque clavier. Mais avons-nous vraiment conscience aujourd’hui de ce que représente, pour chacun d’entre nous, cette si précieuse liberté d’expression ? L’internaute, qui commente un article, qui donne son avis sur une marque ou un produit, celui qui publie une information sur Facebook ou sur Twitter a-t-il pleinement conscience de cette liberté, dont il dispose, d’exprimer ainsi son opinion, plus encore aujourd’hui qu’hier ? Vraisemblablement pas. Et ce, pour une bonne raison, la liberté d’expression en France est un droit fondamental, un principe intangible, depuis suffisamment longtemps pour que nous la considérions comme une évidence. 2012 - L. GARDAVOT
  3. 3. Directeur de la publication Jean-Philippe DUPUY Codirectrice Lise GARDAVOT Mise en page Marie MARRAS - Amélie THEVENIN Photos Les étudiants de COMEN sauf indication contarire. Contact IUT Dijon / Auxerre Boulevard Docteur Petitjean BP 17867 21078 Dijon CEDEX FRANCE SOMMAIRE Février 2015 - COMEN Déchainé 5 Dijon sous tous les angles P7 Vivre sur le Campus P29 La filière Info-Com P45
  4. 4. 2004 Dijon, Place François Rude (Place du Bareuzai) WikimediaCommon
  5. 5. Février 2015 - COMEN Déchainé 7 DIJONSOUS TOUS LES ANGLES
  6. 6. TOP 5 DE CE QUE TOUT ETUDIANT DECOUVRE EN ARRIVANT À DIJON ! Toi étudiant, perdu, qui viens d’arriver à Dijon, cet article t’intéressera. Oui, quand on te dit Dijon, tu penses à la moutarde… Mais non, rassure toi, il n’y a pas que ça, il y a tellement de belles choses à Dijon et de nombreux lieux à découvrir. Rien que pour toi, voici 5 lieux clés que tu vas forcément fréquenter. 1er : L’endroit où tu vas passer 7 à 8 heures par jour, où tu vas rencontrer des nouvelles personnes, vivre de bons et de moins bons moments : le campus. Il faut savoir quand même que Dijon est 5ème au classement des grandes villes étudiantes. Autant te prévenir dès maintenant, tu seras perdu au début, comme tout le monde (moi y compris) mais tu verras, c’est une nouvelle vie qui commence : la vie étudiante ! L’IUT n’est qu’une petite partie de la fac, mais bonne ambiance et convivialité t’attendent ! 2ème : Pour te détendre après ta journée de cours ou pendant tes week-ends, Dijon a la chance d’avoir THE centre commercial : la Toison d’or. Véritable temple pour tout passionné du shopping qui se respecte, ce centre commercial est le plus important de Bourgogne Franche - Comté. Depuis plus d’un an, tu as désormais plus de 160 magasins à ta disposition (dont Primark, un des seuls de France !). Plus de 8 millions de visiteurs s’y sont rendus depuis sa rénovation il y a seulement un an. Avoue que tu aimes de plus en plus Dijon ! Petite date à connaitre : les soldes commencent le 24 juin prochain. Dijon sous tous les angles COMEN Déchainé - Février 20158 2013 Photographe Alain Potignon La sapin de Noël se dresse sur la place du piano. WikimediaCommon
  7. 7. Emmannuelle RHOTON 3ème : Véritable emblème de Dijon, porte-bonheur chéri des Dijonnais, la Chouette attise la curiosité des touristes. Figée dans la pierre du contrefort nord de l’église Notre-Dame depuis des lustres (XVème siècle), nombre de touristes viennent l’apercevoir. Si tu as envie de découvrir l’histoire de notre belle ville, viens participer au Parcours de la Chouette. Suis les 22 petites chouettes dorées, posées sur le sol et parcours la ville de Dijon et son histoire. Petite anecdote : viens toucher le ventre de la Chouette avec ta main gauche et fais un vœu. Qui sait, elle te portera chance… 4ème : Le tram. Oh oui, joli tram ! Tous les dijonnais l’attendaient avec impatience, depuis 2 ans. Finis les trajets des bus plein de détours, vive la rapidité. Le tram a facilité la vie de bons nombres de riverains et d’étudiants. Tout neuf (et tout violet), le tram te permet par exemple de te rendre à la fac en 20 minutes depuis la gare. PSSSS : ça reste entre nous, mais je préfère te prévenir tu risques d’être un peu serré pendant les heures de pointe (7h-9h et 16h-19h). Mais profite-en pour faire connaissance avec ton voisin ou ta voisine, un coup de foudre, ça arrive n’importe quand. 5ème : Petit moment culturel, Dijon possède de nombreux musées proposant une diversité importante d’œuvres d’arts et d’artistes. Le musée des Beaux arts (1 rue Rameau à Dijon) est l’un des plus riches musées de France grâce à ses nombreuses œuvres exposées, dont notamment les tombeaux des ducs de Bourgogne, ses tableaux primitifs flamands, suisses et rhénans. Découvre aussi des moulages d’œuvres du célèbre sculpteur Dijonnais Francois Rude dans son musée 8 rue Vaillant à Dijon. De nombreux musées t’ouvrent leurs portes, alors sois curieux et découvre notre ville. Signé : Une étudiante Dijonnaise, prête à vous faire découvrir Dijon dans ses moindres recoins. Février 2015 - COMEN Déchainé 9 « Prêts à vous faire découvrir Dijon dans ses moindres recoins ? »
  8. 8. LE PATRIMOINE DE DIJON, UNE HISTOIRE DE VIEILLE CHOUETTE ? Le rite lié à la chouette de l’église Notre Dame conquiert de plus en plus de touristes visitant la ville aux 100 clochers. Qui sont ces adeptes d’une nouvelle forme de tourisme de masse ? Un rite d’adoration bien étrange… Chinois, Allemands, voir même pour certains Français, des dizaines de touristes venus de toute la planète se donnent rendez-vous en un lieu public pour pratiquer un rite étrange... : caresser une vieille chouette accrochée à la façade d’une des églises les plus anciennes de la capitale des ducs de Bourgogne. Ainsi, chaque jour, ces courageux adeptes de l’Aventure au coin de la rue, mais qui restent attachés à un fond de superstition païen, rendent un culte à cet oiseau qui symbolisa au Moyen-Age toutes les frayeurs attachées à un être vivant de nuit. Qu’est-ce qui pousse donc ces touristes à polir de leurs mains avides, un animal qu’il n’y a pas longtemps encore on clouait sur les portes ? entre moutarde de luxe, grands crus prestigieux et kir légendaires, qu’est ce qui motivent nos foules passagères à errer ainsi au fond de ruelles nocturnes ? C’est que la chouette de Notre Dame fait partie du parcours dont elle porte le nom. Celui- ci traverse les fameux quartiers de Dijon. Suivez le guide et sortez votre porte-monnaie car l’oiseau nocturne vous allègera de quelque trois euros cinquante pour vous conduire jusqu’au Puits de Moïse en 15 étapes. COMEN Déchainé - Février 201510 Dijon sous tous les angles
  9. 9. Manuel REIGNER Fausse chouette pour vrais touristes ! Mais nous ne sommes plus au temps des sorcières et de leurs animaux fétiches : au temps des digital native que nous sommes, le touriste prépare sa visite sur le site internet de l’office de tourisme, se meut en segway, ces vélos électriques à deux roues dotées de gyroscopes - ou télécharge sur son smartphone l’application Click’nVisit pour aller jusqu’à Beaune. La retour à la réalité conduira aussi notre visiteur à découvrir que la chouette n’est pas plus en pierre du XIIe siècle que la résine qui la constitue est naturelle. Non, la chouette est hybride, suite à la réparation dont elle fit les frais en 2001. Un trublion l’avait martyrisé à coup de pic. Fausse icône pour vrais touristes, le parcours de la chouette vaut le détour : vous y trouverez plus de profit en musardant dans les rues adjacentes. L’aventure est peut être au bout de la chouette…elle sera encore plus dans ce que vous y découvrirez vous-mêmes. Février 2015 - COMEN Déchainé 11
  10. 10. BIEN MANGER SANS SE RUINER Se régaler à moins de 10 € c’est possible… Découvrez 5 lieux atypiques ! Alchimia Le concept est simple : faire une pause gourmande dans une galerie d’art. Situé dans le quartier des antiquaires, Alchimia propose des sandwichs aux goûts originaux et de délicieux petits desserts. Déco industrielle, ambiance chaleureuse, vous pourrez à la fois déjeuner et découvrir un artiste. Coffee Shop, galerie d’art, bar… assistez à un vernissage ou à un concert tout en vous régalant ! 13-15 rue Auguste Comte – 21000 Dijon 06 44 90 10 22 L’Epicerie & cie Incontournable à Dijon, ce restaurant propose un plat du jour à moins de 10€ tous les midis ! Comme son nom l’indique, le cadre chaleureux rappelle les épiceries d’avant guerre. Nous, on craque pour les frites «maisons cuites dans la graisse de canard»… 5 Place Emile Zola – 21000 Dijon 03 80 30 70 69 COMEN Déchainé - Février 201512 Dijon sous tous les angles
  11. 11. Marinade La Marinade propose des brochettes de viande ou de légume dans une galette façon « wrap » : un nouveau concept orignal dans un lieu authentique. Sur place ou à emporter, vous pourrez agrémenter votre sandwich de frites ou de salade et vous faire plaisir avec un dessert ! 12 rue François Rude – 21000 Dijon 03 80 30 72 04 Eléanore VENAIL La Casa des Crêpes Déguster les spécialités bretonnes à Dijon, c’est possible! La Casa des Crêpes offre un large choix de délicieuses galettes mais aussi de salades pour un agréable repas. Leurs recettes sont à déguster sans modération ! 39 rue Monge – 21000 Dijon 03 80 43 53 92 Péniche Cancale Unique à Dijon, la Péniche Cancale mélange l’univers artistique à celui de la cuisine. Vous pourrez déguster les plats maison du chef du jeudi au samedi de 18h à 21h : grillades à la plancha, tapas, planches à partager … Ce lieu atypique et convivial propose des expositions, des concerts, du théâtre et comblera vos papilles ! Profitez du concert gratuit chaque premier jeudi du mois pour y faire un tour ! 14 avenue Jean Jaurès – 21000 Dijon 03 80 43 15 72 Février 2015 - COMEN Déchainé 13
  12. 12. MUSIQUE : QUE CHACUN SE LAISSE EMPORTER ! La musique a sa place à Dijon ! Forte de ses nombreux étudiants, la ville met un point d’honneur à organiser des évènements musicaux pour tous les goûts. Nous vous proposons ici une liste non exhaustive des lieux emblématiques de la scène dijonnaise. • La Vapeur Établissement public de la ville de Dijon, La Vapeur est un équipement entièrement dédié aux musiques actuelles. La structure exploite 2 salles de concerts et 5 studios de répétitions. A noter qu’elle est facilement accessible avec les transports en commun. Un des lieux privilégiés de la jeunesse ! • L’Atheneum Ce centre culturel est un établissement de proximité à vocation pluridisciplinaire (spectacle vivant, création contemporaine, culture scientifique, rencontres culturelles et nouvelles technologies, autour des arts plastiques, de la musique, de la danse, du cinéma, du théâtre, et de la littérature). Il propose plus d’une centaine de manifestations par an, pendant la période universitaire. La programmation vise en particulier les étudiants. Une salle de concert peu conventionnelle qui vaut le détour ! • L’Opéra L’Opéra regroupe deux grandes salles : L’Auditorium et le Grand Théâtre Au cœur de leur projet artistique et dans leurs programmations respectives, la musique ! Pour en savoir plus, au fur et à mesure du déroulement de la saison a lieu un rendez-vous ponctuel tous les lundis du mois à 18h pour vous écouter, pour vous informer, vous faire rencontrer musiciens, metteurs en scène ou chorégraphes et en savoir plus sur les spectacles ou les créations à venir. COMEN Déchainé - Février 201514 Dijon sous tous les angles
  13. 13. Tom SOUVERAIN • La Péniche Cancale Une péniche reconvertie en salle de concert, c’est déjà un bonargumentpourdécouvrircelieuatypique.Lesstylesmusicaux sont très variés selon les soirées : musiques électroniques, jazz, hip-hop, musiques afro, fanfare balkanique, … Vous y trouverez forcement votre compte. • Le Zénith Cettesalledespectacled’unecapacitéde9000personnes est un lieu incontournable de la scène musicale dijonnaise. Sa surface lui permet d’accueillir les artistes les plus populaires du moment, et promet une expérience unique. Idéalement placé dans le quartier de la Toison d’Or, le Zénith promet des concerts de qualité. • Le Consortium Ce centre d’art organise parfois des évènements musicaux aux styles variés : musique contemporaine, improvisée, électro, rock expérimental, noise... Des œuvres nouvelles sont commandées à des compositeurs français et étrangers et de nombreuses résidences de création ont lieu au Consortium. Février 2015 - COMEN Déchainé 15
  14. 14. DIJON - LA CULTURE AUTREMENT Dijon est une ville investie dans la préservation et le développement de son patrimoine historique, connu et reconnu internationalement, et de son patrimoine culturel qui n’a cessé de s’enrichir au fil des années. Les nombreux musées, cinémas, salles de spectacles participent à cultiver la richesse de Dijon. Mais il existe aussi des lieux dédiés à la culture qui sortent de l’ordinaire et permettent de s’instruire et de découvrir autrement. COMEN Déchainé - Février 201516 Dijon sous tous les angles
  15. 15. Le P’tit ciné Berbisey, bien plus qu’un simple cinéma Echange et Convivialité, voilà deux mots qui résument bien l’esprit du P’tit ciné Berbisey. Ce lieu culturel comportant une unique salle de 24 places propose une autre vision du cinéma. En effet, la séance ne s’arrête pas lorsqu’apparaît le fameux « The End » sur l’écran. Le P’tit ciné permet aux spectateurs de débattre et échanger leurs points de vue sur le films qu’ils viennent de voir ou sur les thèmes qui en découlent. Ce cinéma associatif conviendra à tous ceux qui en ont marre des blockbusters américains et qui recherchent un esprit de partage. 9 rue de la Manutention, 21000 Dijon Le caf&co, apprendre autour d’un café Un café culturel ? Et bien oui : le caf&co. En plus de proposer des produits issus du commerce équitable, ce café propose au public des activités ludiques et culturelles et des services solidaires pour les familles et le respect de l’environnement. Le caf&co est un lieu idéal pour apprendre en s’amusant, pour enrichir ses compétences musicales et linguistiques et bien sûr faire de nouvelles rencontres. Ce lieu original prouve qu’il existe d’innombrable moyen de se cultiver à Dijon. Ce café participatif et engagé conviendra à tous ceux qui ont une certaine soif d’apprendre et qui ont une conscience écologique et responsable. 27 rue Jean Jacques Rousseau, 21000 Dijon Février 2015 - COMEN Déchainé 17 L’espace autogéré des Tanneries Ce lieu géré par l’autofinancement, le don et le bénévolat propose, chaque week-end, des soirées concerts où danser, heandbanger et s’amuser sont de rigueur. Aussi, les amateurs de street art en prendront plein les yeux, tous les murs de l’établissement sont recouverts de citations et de tags colorés. L’ambiance décontractée des Tanneries et la musique diffusée (dub, electro, drum’n bass, punk …) rassemblent un public très varié même s’il est majoritairement jeune. Ce lieu est actuellement situé boulevard Chicago à Dijon et sera délocalisé début 2015 à Chenôve. Cet espace autogéré conviendraàtousceuxquiontun côté grunge et anticonformiste et qui souhaite s’échapper de la société le temps d’un soir. Candice CHARLIEUX
  16. 16. Dans les coulisses de SEB : l’innovation et la cuisine connectée au cœur des enjeux ! Il est 9h, nous sommes le lundi 3 novembre, j’apprends que je vais assister dans 48h à la Table Ronde organisée par le pôle de compétitivité Vitagora lors de la Foire Internationale et Gastronomique de Dijon sur le thème : « l’alimentation connectée, une carte à jouer pour la France. A la suite de laquelle, je ferai une démonstration du Cookéo Connect aux 60 invités présents. A la fois excitée et angoissée par ce qui m’attend, c’est dans ce contexte que je décide de faire une recherche sur la place de l’innovation au sein du Groupe Seb. La cuisine connectée devient-elle une réalité ? « Avec l’internationalisation et les marques, l’innovation est l’un des trois éléments fondamentaux de la croissance et de la réussite de notre groupe », explique Philippe Crevoisier, Directeur général de l’activité électrique culinaire. La mission du Groupe Seb est d’améliorer et de faciliter la vie des consommateurs pour augmenter leur qualité de vie au quotidien comme avoir une meilleure alimentation. Il crée de la valeur en enrichissant chaque année l’offre produit et il contribue à la croissance de l’industrie du petit électroménager en inventant la vie de demain. COMEN Déchainé - Février 201518 Dijon sous tous les angles
  17. 17. Aurore JAMET Rapidement, notre Directeur Général oriente le débat sur le produit Star de la fin de l’année, le Cookéo Connect de la marque Moulinex récompensé aux Trophées des Objets Connectés 2014. Ce multicuiseur intelligent connecté est le 1er appareil capable d’échanger des informations en temps réel par Bluetooth grâce son application « moncookéo ». Très simple d’utilisation, il offre aux utilisateurs une interactivité et 4 bénéfices sans précédent : des recettes accessibles partout, des pas à pas en image détaillés, une évaluation et un partage des recettes, et une liste de courses de toutes ses recettes préférées. « Cookéo Connect est un concept unique et n’est pas perçu comme un gadget contrairement à certains objets connectés », souligne Xavier Boidevézi, Directeur Développement des Marchés au sein de l’Activité Electrique Culinaire pour clore le sujet. 19h30, c’est la fin des échanges. Les invités se rendent au cocktail et découvrent le Cookéo Connect fièrement posé sur un plot lumineux blanc. Sous les projecteurs, le show débute. Je décris un à un les avantages de ce multicuiseur intelligent connecté. Cuisiner rapidement avec un temps et un mode de cuisson adapté à chaque recette. Cuisiner sans se poser de questions sur les quantités. Cuisiner en différé. Cuisiner et ne plus avoir besoin d’écrire sa liste de course sur un papier. Cuisiner sans surveillance… Seb c’est (vraiment) bien, car tout cela est possible avec le Cookéo Connect ! Une véritable révolution est en marche dans la cuisine des foyers français et Seb plaçant l’innovation au cœur de ses priorités en est en partie responsable ! Innovation SEB, les chiffres clés : - 60% des ventes réalisées avec des produits de moins de 3 ans - 148 Millions d’euros par an investis en innovation - 115 brevets déposés en 2013 - 900 personnes mobilisées sur la Recherche et le Développement Février 2015 - COMEN Déchainé 19
  18. 18. Dijon, une ville connectée ! EN CHIFFRES 1 développement des raccordements en fibre optique sur la ville et certains quartiers prioritaires 1 Maison Régionale de l’Innovation (21 structures) 1 incubateur régional d’entreprises, Premice (127 incubés) 6 grands pôles d’investissements à Dijon 76% des entreprises du secteur TIC sont situées sur l’agglomération dijonnaise 9 Points d’Accès Numérique de Dijon et de son Agglomération 4 bornes internet situées au cœur de Dijon 1 quartier du numérique et des TIC en implantation Quai Nicolas Rollin 1 espace unique entièrement consacré aux objets connectés, Future-Connection COMEN Déchainé - Février 201520 Dijon sous tous les angles
  19. 19. Habiba EL MANDILI Être connecté ou ne pas être connecté ? Dijon se connecte plus vite que son ombre. Si vous voulez faire du repérage pour votre « shopping liste » sans sortir de chez vous, poussez la vitrine digitale de vos commerces avec Mappy. Dijon est la 4ème ville approchée par le géant qui numérise les commerces. Envie d’être informé sur la vie universitaire en temps réel ?Détendez-vousdevantl’unedes11bornesinformatives multimédia Bornéo de l’Université de Bourgogne. Un petit creux ? Manger équilibré sans vous ruiner en téléchargeant PandAppetit. Recettes simples et originales seront au rendez-vous. Mais ça, c’était avant Sweepin ! Sweepin, qu’est-ce que c’est ? Février 2015 - COMEN Déchainé 21 Quand ça ? Il suffit de télécharger Sweepin en un clic. Vous recevrez l’information en temps réel dès que vous vous trouverez à moins de 60 mètres d’une zone équipée. Le contenu sera crée, personnalisé et envoyé par le professionnel lui-même. C’est simple, gratuit et unique en son genre. Et si j’en ai assez d’être connecté ? Encore plus simple qu’à l’hôtel, vous cliquez sur « ne pas déranger » et le silence s’installe... Vous pouvez choisir d’être informé sur toutes les marques ou uniquement sur vos marques préférées. Aujourd’hui, vous ne souhaitez recevoir que des bons plans sur la restauration. Rien de plus simple, faites un choix par catégorie. Alors, qui dit mieux !? http://www.sweepin.fr Vous avez toujours rêvé de tomber sur LE bon plan. Vous avez envie de sortir, vous recherchez un T3 au centre-ville, une place de concert de votre groupe préféré ou à assurer votre voiture. Vous n’avez aucune idée sur la question et surtout aucune envie de passer la journée à chercher. Si vous n’allez pas à l’information, Sweepin viendra à vous. L’idée est simple, unique en France et il fallait y penser. Exit le matraquage massif de pubs, d’informations, de spams et que sais- je encore reçus quotidiennement sur votre boite mail. Commerçants, banques, institutions touristiques, événementiels, assurances et bien d’autres communiquent maintenant via un service d’information personnalisé de proximité grâce aux balises Bluetooth et au GPS qui enregistrent vos déplacements, vos besoins et vos préférences.
  20. 20. Le Dijon des transports - ça roule. Les transports en commun deviennent la priorité de beaucoup d’agglomérations, préférant cette solution économique et écologique à la voiture. C’est le cas de Dijon, qui a récemment réintroduit le Tram dans son environnement urbain. Alain H., Clélie G. et Gaston D partagent leurs habitudes et leurs commentaires sur le Dijon des transports. Les bus dans l’intra, le tram sur 20km de voies, les pistes cyclables à tout va : c’est un minimum, pas si minime, qui suffit largement. C’est en tout cas ce que nous dit Clélie G., étudiante à l’IUT de Dijon : « Le réseau me contente pour l’école, les loisirs, et même les courses. C’est super bien desservi ! ». Et le réseau, au delà de la cartographie complexe des bus, c’est aussi le tram! Une vieille Histoire Si Divia a entamé la mise en place du tram en 2012, ce moyen de locomotion à Dijon n’est pas une nouveauté. Il est revenu sur le devant de la scène, mais il sillonnait déjà les rues de la ville en 1888. Le réseau Bus écrase petit à petit le Tram après la Seconde Guerre Mondiale, et il disparaît en 1961. De la Modernité à l’écologie «LeTramc’estcommeunebulle,c’est différent des autres transports en commun. On s’y sent en sécurité, c’est beau, rapide, et on y est bien assis. Je trouve ça parfait. Et le bus nous emmène vraiment partout », déclare Alain H, Dijonnais employé de la SNCF. La préoccupation principale des transports,estlerespectdel’environnement. Le tram est silencieux. Il consomme dix fois moins d’énergie que le bus. Cent fois moins de GES qu’une voiture. Et il y a une belle redistribution de l’espace entre les piétons et les vélos. Le mieux, c’est encore la trottinette, qui semble se développer de plus en plus dans le monde des adultes! Pratique à transporter et plus simple à garer que le vélo, même les chefs d’entreprise n’ont plus peur de la trottinette. Certaines marquesontmêmedéveloppédesmodèles Sport, Tout-terrain ou de Descente, dont les prix peuvent atteindre ceux d’une petite voiture (1500€). Alors, on tente la trottinette à Dijon ? La voiture en perte de vitesse « C’est devenu impraticable en ville avec la voiture. Je suis plombier, et mon camion ne passe plus, ma femme trouve une place pour se garer à 7h le matin, mais elle sait qu’une demi heure plus tard, ce n’est même plus la peine de chercher ! » Gaston D. COMEN Déchainé - Février 201522 Dijon sous tous les angles
  21. 21. Alban SIMON « La municipalité essaie de faire reculer les voitures. Il y a moins de pollution à Dijon qu’il y a plusieurs années. Mais évidemment, il faut pouvoir se le permettre pour prendre les transports en commun non-stop. Il ne faut pas avoir d’évier ou de baignoire à transporter. Je ne vous parle même pas de faire ces voyages en trottinette. En plus, il y certains croisements avec le Tram qui peuvent être dangereux quand on est un conducteur un peu dans la lune. Mais dans l’ensemble, ça se passe bien : on n’est pas à Paris ! », continue Gaston. « Le tram c’est comme une bulle. » Sortir le soir « Les transports me permettent d’aller à la Toison d’Or, voir les match de foot, voir ma femme qui travaille au rond point de la nation, mais aussi pour sortir de Dijon, pour faire mes randonnées. J’ai pris l’habitude de ne plus utiliser la voiture. Les grandes distances ? Je les fais en train », dévoile Alain H. « Et je donne un bonus à Dijon et sa ligne de bus ‘Pleine Lune’ faite pour les fêtards, super pratique pour rentrer même en pleine nuit! » indique Clélie.G, conquise par l’efficacité du système Dijonnais. Alors, si on laissait la voiture de côté ? Février 2015 - COMEN Déchainé 23
  22. 22. « CHARLES ROZOY, UN CHAMPION DIJONNAIS NÉ DEUX FOIS » « On ne naît pas nageur mais on le devient ». Cette phrase l’anime et le motive depuis son plus jeune âge. Désormais champion paralympique du 100 m papillon lors des derniers Jeux à Londres, Charles Rozoy a atteint son objectif, il fait maintenant partie de la famille des sportifs champions Olympiques et pourtant rien ne le destinait à une telle carrière… . A 27 ans, Charles Rozoy est déjà champion de France, champion d’Europe et Champion paralympique. Il m’accueille en toute modestie au restaurant thaïlandais dans un cadre convivial. Le nageur Dijonnais, surnommé dans le milieu « Némo », n’a rien d’un poisson clown. Imposant par son physique, la couleur de ses yeux reflète sa passion. Il est issu d’une famille de sportifs, ce ne sont pas ses parents qui l’ont conduit vers cette profession mais bien son rêve d’enfant « devenir champion Olympique », assure-t-il. Né sous le signe du poisson, c’est donc naturellement dès ses sept ans que Charles commence la natation au sein du club Alliance Dijon Natation. Doué et motivé, il intègre le Pôle Espoir en 2002 pour quatre ans, avant d’être renvoyé par manque de résultats sportifs. A la suite de cet événement, il connaît quelques passages à vide mais décide de se reprendre en main et d’entrer en STAPS (faculté de sport). C’est alors qu’il retrouve avec plaisir le chemin des bassins et qu’il réussit à se dépasser sportivement lors du championnat de France N2. Se qualifiant comme « champion du monde de l’entrainement », il confie aujourd’hui que « l’important n’est pas de participer mais de donner le meilleur de soi- même ». Le jour où tout a basculé. Nageur de haut niveau chez les valides, il voit sa carrière fauchée comme la moto sur laquelle il se trouvait ce 26 juillet 2008, percutée par un automobiliste irresponsable. À la suite de cet accident, il se retrouve partiellement paralysé du bras gauche et même après plusieurs lourdes opérations (« les cicatrices sont très visibles quand je suis en maillot »), il ne pourra retrouver l’usage et la force nécessaire de ce membre pour pouvoir nager aux côtés de ses compagnons d’entraînement. « Un champion ne meurt jamais. » COMEN Déchainé - Février 201524 Dijon sous tous les angles
  23. 23. Cécile CREUSOT « L’effet papillon » Un jour de rééducation à la piscine, quelques paroles d’un groupe de jeunes ont suffi à le faire renaitre : « Oh c’est Charles ROZOY, il était bon avant son accident... dommage il est foutu maintenant ». Au souvenir de cette phrase, son regard reflète toute sa détermination d’athlète de haut niveau : « Un champion ne meurt jamais » dit-il en souriant. Le monde handisport s’offre à lui et en 2009, il confirme son retour, élu meilleur nageur de sa catégorie handisport. Parvenu au plus haut niveau en 2012, il se pare d’or lors des jeux paralympiques de Londres. Il triomphe au 100m papillon en 1’1’24, « champion olympique ou paralympique, c’est la même chose pour moi » dit-il avec émotion. Sur cette lancée, on retrouve sa fidélité, au côté de son entraineur Sylvain Fréville, et de son club Alliance Dijon Nation où il nagera « jusqu’à la retraite » dit-il, en adepte de la dérision ! Un sportif mais pas seulement … Son métier de nageur professionnel, il l’aime mais il n’y consacre pas pour autant toute sa vie. C’est confiant qu’il n’hésite pas à partager son expérience lors de conférences « motivationnelles » sur le handicap dans les établissements scolaires ou auprès de structures accueillant des handicapés afin de faire évoluer les mentalités : « il ne s’agit pas d’être un exemple, mais juste de partager les choses naturellement. Et si cela peut aider, tant mieux »…Un exemple à suivre et un homme à connaître. Février 2015 - COMEN Déchainé 25
  24. 24. LES CLUBS SPORTIFS DE DIJON Surnommée « La Sportive », la ville de Dijon consacre environ 9% de son budget annuel à sa politique sportive. Classée 3ème ville la plus sportive de France, elle ne cesse d’investir dans tout les domaines sportifs afin de conforter son influence et sa place de capitale régionale de Bourgogne. Les investissements de ces 10 dernières années ont permis à des clubs de se hisser dans l’élite du sport français. Nous avons sélectionné pour vous 5 clubs dijonnais emblématiques : Dijon Football Côte-d’Or Devenu club professionnel en 2004 grâce à sa montée en Ligue 2, le DFCO est le fer de lance footballistique de la ville de Dijon. Avec une saison en Ligue 1 en 2011-2012, l’équipe a prouvé qu’elle avait le potentiel pour faire partie de la division d’élite en tentant de rivaliser avec les plus grands clubs français avant de redescendre en Ligue 2. Créé en 1988, c’est un des clubs de football les plus jeunes au niveau professionnel représentant parfaitement les valeurs de la ville dijonnaise dans ce sport : jeune mais ambitieux. Stade Dijonnais Créé en juillet 1923, ce club de rugby fait les beaux jours des amoureux du ballon oval. Avec des débuts remarqués, il se fait une place dans la ville. Lors de belles saisons, en 1970-71 et 1971-72, saisons durant lesquelles il atteignit à deux reprises les 1/8ème de finale (Top 16 de l’époque) battu de peu par Béziers puis par Brive. Aujourd’hui, le club évolue en Fédérale 1 (3ème division). COMEN Déchainé - Février 201526 Dijon sous tous les angles
  25. 25. Fabien TROIVAUX Dijon Hockey Club Le DHC, fondé en 1969, est un des clubs phare de Dijon. Il fait partie de la division d’élite d’Hockey (ou ligue Magnus). Si vous souhaitez découvrir au fil de l’année ce que le hockey sur glace offre de meilleur comme niveau de jeu français, n’hésitez pas une seule seconde ! Alliance Dijon Natation 9ème du classement général interclubs français en 2014, l’ADN prouve que cette structure sait concurrencer les grosses « écuries ». Les résultats récents ne laissent aucun doute sur la qualité de l’encadrement de ses talents, mais aussi de ses jeunes pousses. L’avenir est à l’optimisme pour les prochaines années dans les eaux dijonnaises. Les investissements réalisés sont en train de porter leurs fruits depuis quelques années et les effets devraient se faire sentir sur le long terme grâce à la politique pérenne menée. Sur le plan national, la ville de Dijon peut être fière au vu du nombre d’administrés pratiquant une activité physique quotidienne.. Alors n’hésitez pas à venir découvrir et encourager nos sportifs car c’est aussi le meilleur moyen de soutenir notre culture et notre tradition : celle de Dijon dite « La Sportive » ! Jeanne D’arc Dijon Bourgogne Equipe professionnelle de basket évoluant actuellement en Pro A (division 1). Ce club créé en 1880 assure à Dijon une place emblématique dans l’histoire du basket en France. Nul doute sur la qualité de l’effectif et du jeu produit dans l’enceinte bourguignonne quand on sait qu’il fait partie des 18 meilleures équipes françaises. Février 2015 - COMEN Déchainé 27
  26. 26. 2009 UB MaisonDeLUniversite WikimediaCommon
  27. 27. Février 2015 - COMEN Déchainé 29 CAMPUS VIVRE SUR LE
  28. 28. THÉÂTRE MANSART : 5 BONNES RAISONS DE NE PAS PASSER À CÔTÉ ! Sa situation géographique : à deux pas du centre ville et du Campus, au 94 bvd Mansart, ce lieu de création artistique n’a rien à envier aux grands théâtres du centre- ville de Dijon. Sa programmation hétéroclite : de la danse (avec Perspectives Danse), du cirque (avec Circonflex), des lectures (avec la Compagnie les Encombrants) de l’humour (avec Sparse Awards) et bien d’autres spectacles époustouflants à retrouver sur www.theatre-mansart.com Ses ateliers de théâtre pour tous ceux qui ont envie d’essayer, d’explorer, de découvrir les bases du jeu théâtral telles que le travail d’un texte, l’appréhension du corps, de la voix, de l’espace. Son univers de création original : pour tous les étudiants qui veulent pratiquer leur instrument de musique, répéter en groupe, participer à la vie des différentes formations collectives déjà existantes, le tout sans gêner leurs voisins, un auditorium de 170 m2 et 2 studios annexes équipés sont mis à leur disposition gratuitement. Et bien sûr des prix minis pour tous les spectacles, 5€50 avec la carte culture. Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201530
  29. 29. Oreilles sensibles s’abstenir ! DespassionnésdemusiquePunkrock,ska,métaldéfrichentlestalents de rock actuel en passe d’être connus localement voir nationalement. L’émission n’oublie pas de prêter l’oreille à ce qui se fait en dehors de l’ Hexagone en décodant les actualités. Chacun des animateurs a son propre petit jardin secret à vous faire partager. Du son, des concerts, des blagues, des news, des conseils, des initiatives…... Ça se passe tous les dimanches de 17h à 19h en direct et sans pub avec Arthur, Benoit, Max, Céline, JeanJean…. et bien d’autres. L’association Maloka et Bomb the Gig rythment votre début de soirée 17h : tout le monde est en place pour présenter Riot and Dance, une émission de musiques alternatives qui existe depuis les débuts de Radio Campus, en 1983. On y parle vinyles, nouveautés, rencontres, le tout dans une ambiance musicale qui déménage ! On évoque la prochaine émission, les concerts de la semaine aux Tanneries et on cède la place ! 18h : « Ton heure de punk rock et de joie sans publicité avec la crème des animateurs » tout est dit dans le générique ! Les joyeux lurons de la Foutrackfactory sont prêts à vous faire vivre 1h de musique survoltée entrecoupée d’humour et d’anecdotes. 19h : votre soirée se termine … ou pas, car sur Radio Campus 92.2 c’est en direct jusqu’à 23h puis en Podcast quand vous voulez ! UN DIMANCHE APRÈS MIDI EN COMPAGNIE DE RIOT AND DANCE ET DE LA FOUTRACKFACTORY A l’heure où d’autres achèvent tranquillement leur repas de famille et sentent déjà monter la pression du lundi matin, les animateurs de Radio Campus, eux, se sont donnés comme mission de vous dégourdir les jambes. Pour bouger, ça bouge ! Février 2015 - COMEN Déchainé 31
  30. 30. L’ATHÉNEUM : QUAND LA CULTURE S’INVITE À LA PAUSE CAFÉ La « formule du midi » : la convivialité au déjeuner Dans ce bar géré par l’association des Amis de l’Athéneum, il est possible de venir boire un verre entre amis, manger un sandwich, réchauffer son repas ou encore assister à une manifestation artistique et même y participer, dans une ambiance conviviale et musicale. « Tu viens au café et tu découvres toute la vie qu’il y a autour et puis déjeuner en musique c’est toujours sympa», précise Laura, enseignante à L’IUT, qui vient ici tous les midis pour « le calme et la déco ». La « formule du soir » : la carte des arts à votre disposition Différentes disciplines artistiques se croisent et s’associent entre les murs dans ce lieu original. Confortablement installés dans des salles de spectacles spacieuses, vous profiterez également de la restauration sur place. Du théâtre, de la danse, de la musique, des conférences, du ciné, tout le monde peut trouver une soirée à son goût, c’est certain ! Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201532 C’est sur le campus de Dijon, entre la maison de l’étudiant et la bibliothèque universitaire, que se trouve l’Athéneum. 30 ans déjà que l’Athé, comme l’appellent ses fans, est un lieu de culture qui propose des expositions et des spectacles toute l’année. Sandra GONY
  31. 31. Février 2015 - COMEN Déchainé 33 Le campus UN LOGEMENT AU CROUS, CONFORT ET DÉPAYSEMENT GARANTIS ! Vous êtes étudiant et vous souhaitez vous loger à Dijon ? Vous cherchez un studio pour quelques mois seulement ? Les réponses que vous attendez sont là ! C’est aujourd’hui que l’on va vous donner des pistes. Si vous ne souhaitez pas un logement Crous, sachez que deux choix s’offrent à vous : - Vous pouvez regarder les appartements en location chez des particuliers sur internet ou par le bouche à oreille. - Vous pouvez passer par une agence immobilière qui recensera pour vous les logements libres. Parmi toutes les résidences du Crous, une est forcément faite pour vous ! Les chambres universitaires vont vous combler ! La convivialité est au RDV : cuisine commune signifie : rencontres culinaires, dîners en groupe, partage des tâches. En résidence universitaire les étudiants étrangers ont aussi leur place. Vous pourrez donc apprendre de nouvelles cultures, de nouvelles recettes, bref de quoi vous dépayser ! Les appartements ? Pour les plus solitaires qui aiment leur indépendance, la kitchenette et la salle de bain sont à vous ! ChambreouAppartement,celarestevotre choix. Quoi qu’il en soit, sachez que vos voisins sont étudiants comme vous. Les immeubles en outre sont sécurisés par entrée badge ou code : de quoi se sentir bien chez soi, avec un esprit chaleureux même par temps d’hiver ! Solène DANTAN
  32. 32. A L’UB, BOUGEZ ! L’Université de Bourgogne propose à ses étudiants de nombreuses activités sportives. Que ce soit à plusieurs pour développer son esprit d’équipe ou seul afin de décompresser après une longue journée de cours, voyons ensemble toutes les possibilités qui s’offrent à vous. Pas moins de 50 activités sont proposées gratuitement par le service universitaire des activités physiques et sportives (suaps), pour tous les étudiants et personnels de l’université de Bourgogne depuis la rentrée, le 9 septembre dernier. Autre point positif, le choix varié disponible afin que chacun puisse trouver le sport qui lui convient et puisse le pratiquer selon ses envies : pour le loisir ou la compétition, c’est vous qui décidez ! Afin de s’y retrouver les sports sont classés en 8 grandes familles. Vous pourrez ainsi faire votre choix entre : les activités aquatiques, les danses, les gymnastiques, les activités de plein air, les activités individuelles, les sports collectifs, les sports de combat et les sports de raquettes. Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201534
  33. 33. Kevin LEBREUIL Toutes les activités physiques du suaps peuvent être adaptées aux personnes handicapées. Des activités typiquement handisport sont en outre proposées régulièrement comme : tir à l’arc, torball, boccia, sarbacane, basket fauteuil.. A noter que les cours sont suspendus pendant les vacances. Pour la Toussaint : du 25 octobre au 2 novembre, pour Noël : du 20 décembre au 4 janvier, pour février : du 21 février au 1er mars et pour Pâques : du 25 avril au 10 mai. Maintenant que vous avez toutes les informations, il ne vous reste plus qu’à vous inscrire. Pour cela, rien de plus simple, contactez : « Plus de 50 activités à pratiquer gratuitement ! » SUAPS Dijon Maison des sports Campus universitaire Montmuzard Bp 27 877 - 21078 Dijon cedex Tél: 03 80 39 51 70 suaps@u-bourgogne.fr www.u-bourgogne.fr/ suaps Handisport AHSCUB Maison de l’étudiant Bureau 109 Esplanade Erasme Tél : 03 80 39 90 88 ahscub@gmail.com Février 2015 - COMEN Déchainé 35
  34. 34. UN SPORT QUI TIRE SON «VOLANT» DU JEU : LE BADMINTON ! Sur le campus de Dijon, plus de 50 activités sportives vous sont proposées à vous, étudiants dijonnais, dans le but de vous faire décompresser après une longue journée de cours, ou simplement de vous faire passer du bon temps avec vos amis. Parmi toutes ces activités, il y en a une qui tire son épingle, ou dira-t-on plutôt son volant du jeu, c’est bel et bien le Badminton. Vous vous êtes peut-être posé des questions concernant ce sport, alors voici de quoi vous renseigner sur le sujet. Le Badminton est un sport de raquettes qui oppose deux à quatre joueurs sur des demi-terrains séparés par un filet. Un sport accessible et aimé de tous, qui peut être personnel ou collectif et qui va nécessiter précision, technique, puissance et vitesse. Le badminton sur le campus de Dijon, c’est quoi ? Il faut d’abord savoir que le badminton est une unité d’enseignement proposée exclusivement aux étudiants de l’Université de Bourgogne, par l’UFR STAPS en partenariat avec le SUAPS de Dijon. On peut le pratiquer tous les jours ! De multiples horaires ont été mis en place pour que vous puissiez participer à au moins une séance par semaine. Pour vous informer, des brochures sont mises à votre disposition chaque année à l’accueil du SUAPS de Dijon ou bien sur internet. Pourquoi ce sport est-il si apprécié? Et bien tout simplement parce que la plupart des gens l’ont déjà pratiqué étant jeune et que ce sport est à la fois ludique, physique et abordable par tous. Au campus de Dijon, chaque niveau est représenté. Vous pouvez aussi bien venir en tant qu’amateur, confirmé ou en tant que sportif de haut niveau. Chacun est classé selon son bon vouloir dans la catégorie qu’il souhaite, un avantage pour ceux qui aiment se donner des défis et affronter les meilleurs. « On peut pratiquer tous les jours ! » Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201536
  35. 35. Jean-Baptiste JACQUIER Comment y participer ? C’est assez simple. Il vous suffit de choisir un horaire qui vous correspond, de vous munir de vos vêtements de sport (shorts, chaussures de sport, T-shirt et une raquette si vous en possédez une) et de venir au gymnase indiqué, avec votre carte d’étudiant. Le petit plus pour les étudiant d’IUT est que vous pourrez bénéficier de points supplémentaires sur votre moyenne générale grâce à l’unité d’enseignement transversale qui, en fonction de votre nombre d’heures passées à pratiquer une activité sportive sur le campus de Dijon, vous ajoutera jusqu’à 5% sur votre moyenne générale. Après avoir commencé, suis-je dans l’obligation de continuer ? Bien sûr que non, libre à vous de choisir si vous voulez continuer ce sport ou non, ces activités sont facultatives, instaurées dans un but de détente et de partage et non dans un but purement scolaire. Alors qu’attendez-vous pour goûter aux plaisirs de ce sport de raquettes ! Février 2015 - COMEN Déchainé 37
  36. 36. LA RESTAURATION UNIVERSITAIRE SUR LE CAMPUS DIJONNAIS. Pour se restaurer sur le campus, le choix ne manque pas ! Sont à votre disposition : Le RU Montmuzard, Le RU Mansart, La cafétéria de l’IUT (sur place ou à emporter), …Mais aussi la cafétéria Lamartine (sandwich et Pizza), Des distributeurs de nourriture sur le campus, Ainsi qu’à proximité des sandwicheries, fast-foods, Kebab, Burger, … Des solutions variées, pratiques, adaptées au budget des étudiants ! Pour 3,20€ aux Restos U’ vous pourrez manger un repas complet. Entrée, plat, dessert: ce sont jusqu’à 8 plats différents qui sont proposés chaque midi au Restaurant universitaire Montmuzard. Envie de changer ? A l’étage vous trouverez un menu pâtes cuisinées, un menu pizza et une exclusivité : le CROUS Burger ! La réalité des cuisines du RU Montmuzard, c’est aujourd’hui 95 % de produits frais et cuisinés sur place. Le resto U Mansart, quant à lui, vous ouvre ses portes tous les midis en semaine pour des repas locaux ou exotiques… mais il vous accueille aussi les soirs ! « C’est un espace convivial ! » « En plus de plats riches et variés, les repas au RU sont avant tout un moment particulier d’échange et de partage avec nos amis ! » Nelia, 24 ans, étudiante. Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201538
  37. 37. Clélie GIRAUD Le resto U : un espace convivial ! Le RU, c’est un espace de restauration, mais c’est aussi un endroit pour se retrouver entre amis. Souffler un peu pendant la pause de midi, se rassembler autour d’une table, discuter des évènements de la matinée ou de la sortie du jeudi soir… Seul point noir : le RU, victime de son succès auprès du plus grand nombre, est presque étroit aux heures de pointe ! Les Restos U’ du campus en statistiques - 2/3 des sondés mangent au RU 3 fois par semaine ou plus - 2/3 considèrent qu’il est possible de manger sain et équilibré - 80% des sondés trouvent correcte la variété des plats, des entrées et des desserts proposés et plus de la moitié en sont satisfaits - Les ¾ des sondés n’ont rien à reprocher à la qualité gustative des plats. 40% en sont même très contents. Le mot de la fin à une usagère du RU : « Le RU propose une alimentation variée, à petit prix et entre amis alors pourquoi manger ailleurs ? » Cécile, étudiante de 20 ans. Février 2015 - COMEN Déchainé 39
  38. 38. UNE JOURNÉE À LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE (BU) Aujourd’hui Élisa n’a pas cours, mais elle ne compte pas rester chez elle à ne rien faire. Non, c’est décidé, cette journée sera productive ! Pour ne pas céder aux distractions de la maison, Élisa se rend sur le campus ; elle sait que les bibliothèques universitaires seront idéales pour travailler en toute tranquillité. Un lieu pour se réunir et travailler La journée commence par une réunion avec son groupe de projet tuteuré : on trouve justement des salles de travail dans la plupart des bibliothèques de l’université. Elles sont isolées et permettent ainsi de travailler à plusieurs sans déranger les autres étudiants. Compte tenu des recherches nécessaires à ces travaux, s’installer à la BU reste la meilleure stratégie : chacune d’entre elles proposent de nombreuses ressources documentaires liées aux divers cursus, pour que chaque étudiant trouve tout ce dont il a besoin. Des emprunts facilités Outre le traditionnel emprunt d’ouvrages, il est à présent possible de faire fonctionner le prêt entre les bibliothèques du campus ; celles-ci travaillant en collaboration, les ouvrages peuvent facilement circuler entre les BU. Concrètement, si Élisa travaille à l’IUT et a besoin d’un livre disponible à la fac de droit, elle peut le commander et l’emprunter dans les prochains jours au lieu de faire le déplacement. De même, elle pourra rendre un document emprunté sur le campus dans n’importe quelle bibliothèque. Pratique, non?! Si toutefois les bibliothèques de l’université ne lui permettent pas de trouver son bonheur, Élisa peut rechercher un document se trouvant dans une autre ville voire à l’étranger, et le faire venir jusqu’à elle. Ce service, payant, est disponible dans les BU de Droit-Lettres, Médecine-Pharmacie et Sciences-Économie. Une atmosphère calme La réunion terminée, il est temps d’aller réviser. Pour se concentrer pleinement sur ses cours, Élisa décide de se rendre dans la salle « bruit zéro ». Située au rez-de-jardin de la bibliothèque de Sciences-Économie, cette pièce accessible à tous est réservée au travail silencieux. Elle est idéale lorsqu’on cherche le calme au milieu de l’agitation de l’université. Le saviez-vous ? Certaines bibliothèques proposent des nocturnes, et sont alors ouvertes jusqu’à 22h. C’est le cas de la BU de Sciences-Économie le lundi et le mardi, et de celle de Droit-Lettres le mercredi. Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201540
  39. 39. Marie ALLEX Des loisirs à la disposition des étudiants Il est midi, Élisa a suffisamment travaillé pour la matinée. Après la pause sandwich vient donc la pause détente ! Toujours en restant sur le campus, elle peut accéder à de nombreux loisirs depuis chacune des bibliothèques universitaires. En outre, celle de Sciences-Économie propose un large panel de romans, bandes dessinées, DVD et revues. Le campus propose également de nombreux magazines, ce qui présente une bonne alternative aux étudiants disposant d’un budget trop modestepourpayerunabonnement périodique, ou tout simplement à ceux qui ne sont que partiellement intéressés par leur contenu. La recherche documentaire mise à l’honneur Le programme de cet après-midi portera sur le mémoire d’Élisa : dans le cadre de sa recherche documentaire, l’université lui fournit l’accès à une bibliothèque numérique dont elle peut disposer pour consulter en ligne des articles de revues spécialisées ou des documents de référence, ainsi que pour constituer une bibliographie. Afin d’optimiser son travail, notre jeune étudiante a suivi il y a quelques semaines une formation à la recherche documentaire. En prenant simplement rendez-vous, elle s’est vu prodiguer tous les conseils nécessaires à sa recherche. Et si cela ne suffit pas, elle peut à n’importe quel moment accéder à des cours en ligne via le site de la bibliothèque universitaire, avec des parcours documentaires commentés. À présent, elle maîtrise tous les outils et sait facilement se servir du catalogue en ligne pour gagner du temps ! Une journée bien remplie Il est temps pour Élisa de rentrer chez elle. Pas d’inquiétude cependant, car même si elle a oublié de demander quelque chose à la bibliothèque, elle a accès à de nombreux services en ligne : depuis son compte lecteur, elle peut prolonger ses prêts en cours, réserver des documents déjà empruntés et même faire une suggestion d’achat. Décidément, les bibliothèques universitaires du campus ont tout compris ! Février 2015 - COMEN Déchainé 41
  40. 40. ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES: POUR QUOI FAIRE ? Vous êtes étudiant à Dijon, vous souhaitez aider et vous épanouir, les associations étudiantes du campus sont faites pour vous. Mais qu’apportent-elles ? Comment choisir son association ? Tant de questions qu’un étudiant comme vous se pose. Lesassociationsétudiantesfontpartie intégrante du paysage étudiant actuel. Pourquoi pas vous ? Sans aller très loin, vous trouverez certainement une association étudiante sur le campus de Dijon qui mérite toute votre attention. En y adhérant, vous serez bénéfique à l’association et celle-ci vous apportera bien plus. Une satisfaction personnelle Contribuant au dynamisme de l’Université et à son rayonnement sur le territoire, la vie associative étudiante est le moyen privilégié de la rencontre entre étudiants, de l’expression des différences et d’une ouverture vers l’extérieur. Lorsque vous vous engagez, c’est avant tout pour satisfaire une volonté ou un projet personnel. Vous voulez voir d’autres horizons, sortir du train-train quotidien de vos cours. L’engagement est enrichissant, il permet de vous rendre utile, de rencontrer des gens intéressants que vous n’auriez peut-être jamais rencontrés en dehors de votre activité associative. Enfin, c’est aussi un bon moyen de s’intégrer, dans ce milieu où vous êtes généralement une personne lambda parmi d’autres. Vivre sur le Campus COMEN Déchainé - Février 201542 Enrichissement professionnel Faire partie d’une association pendant ses études ajoute un bon point sur votre CV. En effet, les entreprises sont très souvent à la recherche d’étudiants ayant fait partie d’une association. Pourquoi ? Tout simplement parce que faire partie d’une association montre que vous savez travailler en équipe et que dans certains cas, vous savez aussi la gérer. C’est une expérience formatrice.
  41. 41. Coralie GIBOULOT Comment choisir son association ? Vous avez envie de vous investir, mais ne savez pas vers quelle associationvoustourner?Analysezvoscentresd’intérêts.L’Université de Dijon propose près d’une centaine d’associations étudiantes labellisées. Elles sont divisées en 2 catégories: 1. Les associations culturelles et sportives : danse, associations de rencontres, d’aides, d’échanges, associations sur l’image, le son et le texte, associations sportives, associations sur la musique, associations sur le théâtre et le spectacle vivant. 2. Les associations de filières et syndicats étudiants: associations de droit et science politique, association des élèves ingénieurs de l’ESIREM,associationsdelanguesetdecommunication,associations de fédérations et syndicats étudiants, associations lettres et sciences humaines, associations de médecine et d’autres encore... Pour plus de renseignements, retrouvez toutes les associations sur le site de l’Université de Bourgogne: http://www.u-bourgogne.fr/ vie-des-campus/associations.html Février 2015 - COMEN Déchainé 43
  42. 42. 2015 Mike Pereira http://mike-pereira.fr/formation.php
  43. 43. Février 2015 - COMEN Déchainé 45 LA FILIERE INFO__.COM
  44. 44. Le DUT-IC, option Métiers du Livre et du Patrimoine en chiffres ! 1 : Un diplôme universitaire. C’est ce que vous obtiendrez à la fin de ce DUT Information-CommunicationMétiersdulivreet du patrimoine. Il forme les futurs professionnels des bibliothèques et musées. 2 : Deux options. L’étudiant choisit entre l’option bibliothèque et médiathèque et l’option musée et patrimoine. 4 : Quatre semestres. C’est le temps qu’il faudra passer à se former pour obtenir ce diplôme! 20 : Une vingtaine. C’est environ le nombre de matières qui composent ce DUT : initiation aux Nouvelles Technologies de l’Information-Communication (NTIC), apprentissage de communication avec le public, techniques de veille documentaire etc. « Les cours étaient complets et on touchait quand même à tous les secteurs que ce soit audiovisuel, littérature jeunesse... ce qui est important selon les envies futures de chacun. » Laura Schwab, promo 2012-2014 Guide conférencier en musée Rejoignez-vite la prochaine promo ! La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201546 « C’est un DUT qui a l’avantage d’être complet ! » Emilie, promo 2012-2014
  45. 45. Anaïs HURTER 300 : Trois cents heures. C’est le temps dédié au projet tuteuré en deuxième année. Il est réalisé pour des professionnels ou des entreprises. 15 : Quinze heures : c’est le temps accordé à l’élève pour créer son PPP (Projet Personnel et Professionnel). Il lui permet de cerner ce qu’il veut faire à l’avenir et ce qu’il doit faire pour y parvenir. 5 : Cinq semaines : c’est la durée du stage de première année. Un rapport de stage est demandé à la suite de ce stage d’observation. 17 : Dix sept professeurs. Environ dix-sept professionnels mettent à disposition leurs connaissances pour former et guider les étudiants. « Les professeurs sont […] compétents, passionnés et qualifiés. Ils nous apportent les connaissances requises et savent nous guider dans notre formation, nos stages, nos projets tutorés et notre orientation. Et pour cela, c’est une chance ! » Blanche, promo 2012-2014 9 : Neuf semaines : C’est la durée minimum du stage de deuxième année. Il aboutit à la rédaction d’un mémoire portant sur la mission que l’étudiant a effectué dans la structure. Il peut être réalisé en France ou à l’étranger. « J’ai trouvé le stage à l’étranger très enrichissant tant d’un point de vue personnel que professionnel. Cela m’a permis de voir et d’apprendre la façon de travailler des bibliothécaires vivant de l’autre côté de l’Atlantique, mais également de faire des rencontres extrêmement enrichissantes.» Elise Forestier, promo 2012-2014, stage au Québec. 3 : Bac+3 : c’est le niveau minimum requis pour faire une année spéciale (AS) en MLP. On y apprend en un an ce que les autres font en deux ans. ∞ : Infini ! Le nombre de rencontres pendant ces deux années en stage et en cours ! Février 2015 - COMEN Déchainé 47
  46. 46. Le DUT IC, option Information Numérique Le DUT Info-Com option Information Numérique dans les organisations de l’IUT de Dijon ? Mission possible pour tous les passionnés d’information, de communication et de numérique. Tour d’horizon en 10 questions. Nom de code : InfoNum Lieu : IUT Dijon Pour qui ? Bacheliers de toutes sections ou adultes en reprise d’études. Admission sur dossier. Profil recherché : Aisance rédactionnelle et communicationnelle, maîtrise d’une langue étrangère, curiosité, ouverture d’esprit, sens critique… Quand ? Prochaine rentrée en septembre 2015 Comment ? Un savant mélange de théorie et de pratique alliant le professionnalisme à la pédagogie, l’ensemble étant réparti entre Cours Magistraux, Travaux Dirigés, Travaux Pratiques, stages et Projets Tuteurés avec équilibre. Combien ? 28 étudiants par section Points forts ? Polyvalence et adaptabilité avec la diversification des compétences acquises autour de l’information, des outils et dispositifs et de la communication : • Gestion et analyse de l’information, archivage numérique • Mise en place de dispositifs de veille et de référencement, de bases de données informationnelles •Animation et valorisation de l’information numérique • Maîtrise des outils et dispositifs de communication et de médiation numérique La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201548 Et après ? Au choix : Intégration professionnelle directe dans des centres de ressources, cellules de veille, services de communication, d’archives ou numériques d’entreprises privées ou d’ organismes publics de tous secteurs d’activités en tant que chargé de l’information et de la communication, recherchiste, analyste-indexeur, iconographe, chargé de veille, webmestre, animateur de communauté, chargé de référencement, documentaliste-archiviste etc. Poursuite d’études en licence dans son domaine de spécialité (ex. Licences Pro Activités et Techniques de Communication spécialité communication numérique COMEN ou Archives et Patrimoines Industriels APICA de l’IUT Info-Com de Dijon). Le DUT « InfoNum » en quelques chiffres 2 ans, 4 semestres, 120 semaines, 1453,5 heures d’enseignement, 14 semaines de stages, 300 heures de Projet Tuteuré, 30 heures/semaine, 120 crédits européens (ect). Pour en savoir plus rendez-vous aux Journées Portes Ouvertes de l’IUT de Dijon le mercredi 4 février 2015 de 9h à 17h.
  47. 47. Florence PELLE Portrait de Fabrice Héron, recherchiste et iconographe freelance qui apporte son regard expérimenté sur la profession Un métier en lumière ? Le recherchiste, personne effectuant des recherches généralement pour les médias numériques. Historien de formation avec une spécialisation dans la documentation audiovisuelle, passionné d’images fixes et animées, Fabrice Héron exerce son métier auprès des décideurs de presse, des maisons d’édition, des musées et expositions, des agences de communication et de publicité, des sociétés de production. Il intervient également comme conseiller auprès des entreprises et des collectivités pour valoriser leur patrimoine photo/vidéo et comme formateur au sein de l’INTD, de l’INA et de l’Université d’Artois. Ses secteurs de spécialisation sont la recherche d’images, l’achat d’art et la clarification des droits. Pour lui les avantages de ce métier sont la diversification des secteurs (presse, édition, audiovisuel, etc.), des supports (photos, affiches, vidéos, etc.), des sujets (people, politique, histoire, culture, publicité, etc.) et la pugnacité dans la recherche et les méthodes d’investigation pour mener à bien une recherche. Un conseil aux jeunes diplômés ? - Conserver une forte adaptabilité car le recherchiste, de par sa dépendance aux nouvelles technologies de l’info/com, de l’évolution des supports de production et de diffusion des images, du droit liés à l’image, évolue dans un secteur d’activité en perpétuel mutation. - Multiplier les rencontres avec les professionnels pour confronter les expériences. Lueur d’espoir ? Etre vigilant et persévérant dans sa recherche d’emploi et les opportunités (veille, rencontres etc.), le marché du travail dans la documentation est difficile mais pas saturé. Source : interview postée le 05/10/2014 sur le blog PoleDocumentation Février 2015 - COMEN Déchainé 49
  48. 48. La licence APICA, l’archivistique à l’honneur Il se déroule sur environ 20 semaines entre septembre et mars. Deux stages, qui doivent être effectués dans des organismes différents, complètent la formation : un stage de découverte de trois semaines à l’issue du premier mois de formation et un stage d’insertion professionnelle de 13 semaines en fin de formation. » Quels sont les débouchés de la formation ? Alexandre : « A la suite de la formation, les titulaires du diplôme pourront occuper des postes comme « documentaliste-archiviste », «archiviste d’entreprises industrielles et tertiaires, de collectivités territoriales, de structures culturelles et sociales » ; « documentaliste spécialisé » ». Personnellement aujourd’hui j’occupe un poste de documentaliste spécialisé dans une bibliothèque de braille sur Paris. » Thibault MARTRE La licence professionnelle APICA (Archives et Patrimoines Industriels, Culturels et Administratifs) répond aux besoins qu’ont les organismes à posséder un service et du personnel spécialisé dans la gestion et la conservation du patrimoine scientifique, technique, culturel et industriel. Le rôle principal de l’archiviste est de collecter, traiter, et de s’assurer de la conservation et la communication des documents. La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201550 Nous avons rencontré Alexandre, ancien étudiant en licence APICA. En quelques mots peux-tu nous présenter les objectifs de la licence ? Alexandre : « L’objectif de la licence est d’apporter à l’étudiant des compétences techniques ainsi qu’une bonne autonomie dans la formation et le travail. Elle apporte des connaissances juridiques spécifiques ainsi que des techniques propres à l’archiviste et aux documentalistes. De plus, elle apporte, la connaissance des utilisateurs internes et externes, quel que soit le poste occupé, la maîtrise des contenus tant au plan technique qu’au plan juridique, la maîtrise des outils technologiques. » Comment sont organisées les études ? Alexandre : « L’enseignement comporte une trentaine d’heures de cours par semaine et la réalisation en équipe d’un projet tutoré.
  49. 49. COMEN : L’AVENIR DE LA COMMUNICATION NUMÉRIQUE EST ENTRE VOS MAINS ! Dans la société hyper-connectée dans laquelle nous vivons, la maîtrise de son image et de sa notoriété sur internet est devenue une priorité. Les étudiants de la licence professionnelle Communication et Médiations Numériques sont formés afin de se positionner en spécialiste du web 2.0. COMEN : késako ? Avant tout, la licence COMEN s’inscrit dans une filière d’information et de communication, avec une spécialisation dans le web. Ainsi son enseignement est relativement proche du DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet. On y étudie donc le graphisme via les logiciels de la suite adobe : Illustrator, Photoshop et InDesign, la création de site web via des outils internet comme Wordpress, Joomla et Drupal. Le droit et l’audiovisuel sont aussi au rendez- vous. Mais la majeure partie des cours est centrée sur les médias sociaux et la stratégie de communication. Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, LinkedIn etc. n’ont plus aucun secret pour nos étudiants ! Et de façon à utiliser ces moyens de communication de la meilleure façon, l’amélioration de l’usage de notre langue est un des modules importants de la licence. Ainsi, nos étudiants fraichement diplômés sont aptes à entrer en fonction dès la fin des cours, en tant que community manager, responsable TIC, gestionnaire de bibliothèque numérique ou encore rédacteur web… « Facebook, Twitter, LinkedIn n’ont plus aucun secret pour nos étudiants ! » La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201551
  50. 50. COMEN : étudier et travailler simultanément Le gros point fort de la licence COMEN résulte dans le fait que 75% des projets effectués sont menés pour des entreprises, ou vont réellement se concrétiser (évènements, gestion d’un blog pour l’université etc.),. Ensuite, l’emploi du temps des étudiants en COMEN est géré de façon à ce qu’il convienne aux étudiants en alternance, et aux étudiants en formation initiale, qui doivent, pour leur part, réaliser un projet tuteuré, pendant que leurs collègues alternants sont en entreprise. Février 2015 - COMEN Déchainé 52 Ainsi, l’emploi du temps est commun et fonctionne sur un cycle de 2 semaines d’entreprise/projet tuteuré et 2 semaines d’études. Durant celles-ci, les entreprises ne sont pas oubliées et la plupart des projets proposés par les professeurs sont destinés à voir le jour. Par exemple, depuis la première année de la licence, un groupe de COMEN gère le blog « communitymanagers.fr » sur lequel on retrouve des interviews de professionnels, des conseils sur les métiers de l’information-communication etc. La licence COMEN étant étroitement liée au monde professionnel, elle favorise l’intégration des étudiants dans la vie active dès l’obtention de leur diplôme, avec dans leur bagage, une expérience professionnelle enrichissante. Mathieu BRUNAUD
  51. 51. ANAIS NOUS RACONTE SON PARCOURS DEPUIS COMEN Anais Maillard est une ancienne COMEN. Je suis allée à sa rencontre pour qu’elle me parle de sa jeune carrière de community manager. Découvrez une des perspectives de poste qu’offre de la licence COMEN. Quel a été ton parcours avant et depuis la licence ? Aimant les livres, je me suis orientée dans un premier temps vers le DUT Info- Com, métiers du livre et du patrimoine de l’iut de Dijon. Même si j’ai beaucoup aimé apprendre et tester le métier de bibliothécaire, il me manquait une dimension technologique. Lorsqu’on nous a annoncé l’ouverture d’une licence communication numérique, j’ai été tentée. J’ai particulièrement accroché avec la gestion des réseaux sociaux et le développement. Depuis, j’ai trouvé ma voie dans le milieu du web et un poste de community manager/chargée de communication à Prodaction, une agence de production audiovisuelle et de communication à Nancy. Je m’occupe essentiellement de Mylorraine.fr, site pour lequel je suis notamment responsable de l’agenda des sorties et des relations internautes de manière globale (réseaux sociaux inclus). Je donne aussi des conseils de rédaction web pour améliorer le référencement naturel du site. La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201553 Selon toi, quelles sont les qualités essentielles dont il faut disposer dans le travail de CM? Réactif, passionné, curieux et savoir anticiper … notamment les crises !
  52. 52. Février 2015 - COMEN Déchainé 54 3 conseils à donner aux jeunes communicants qui souhaitent se lancer dans ce domaine ? • Ne vous contentez pas d’être community manager. Spécialisez-vous ou bien développez vos compétences dans des domaines complémentaires. D’autant plus à une époque où l’on cherche les compétences en interne avant de songer à embaucher, je remarque que les profils «couteaux suisses» sont très recherchés. • Apprenez à avoir une vision globale de la communication et des objectifs de votre entreprise. On n’alimente pas une page Facebook pour gagner des fans mais pour un objectif : vendre, se faire connaître, avoir plus de clics sur son site... C’est cette idée qu’il faut garder en tête si l’on veut être un bon community manager. • Soyez à l’affût des tendances mais conservez toujours votre esprit critique. Ce n’est pas parce qu’une chose fonctionne qu’elle est forcément à faire. Votre score Klout ne fait pas de vous un super-influenceur, les likes achetés n’ont aucune valeur, les photos de chats mignons ne serviront pas forcément au mieux votre marque. Toujours savoir ce qui se fait, mais ne garder que le meilleur. Sarah BORIE - MERYGNAC Qu’est ce que t’a apporté la licence COMEN? Plus que tout, elle m’a permis de trouver ma voie. Elle m’a aussi donné les bases de mon métier et m’a donné envie d’en apprendre plus. Elle m’a réellement professionnalisée, je suis passée d’étudiante à future professionnelle durant cette année. Grâce à elle, je me suis aussi fait un réseau d’amis et de confrères qui m’est encore très utile à l’heure actuelle. Elle m’a aussi apporté des compétences que je n’ai pas forcément toujours jugées utiles sur le coup et qui me sont, en fait, infiniment précieuses au quotidien !
  53. 53. LA LICENCE SLIC EXPLIQUEE AVEC REMY DONZEAU La licence SLIC, un mélange de linguistique et d’ info-com La licence SLIC a pour vocation de réunir les études de la linguistique et de l’info-com dans une seule formation, afin de permettre aux étudiants de s’épanouir pleinement dans une licence pluridisciplinaire qui leur permettra, tout d’abord, d’avoir une culture de l’information et de la communication développée, mais aussi d’acquérir une importante maîtrise du langage et de ses rouages. La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201555 La licence SLIC, on y apprend quoi ? L’intérêt principal de la licence est d’inculquer à l’étudiant la maîtrise de la langue française et des principes qui construisent le langage en général. Il apprendra par exemple à utiliser et comprendre la phonétique, à savoir le « langage des sons », qui, maitrisé, peut être lu et compris par tous, indépendamment de leur nationalité. La phonologie fait également partie des domaines que les élèves se doivent de maîtriser. C’est une science qui étudie la manière dont nous prononçons les sons, elle s’intéresse au système phono-articulatoire du langage.
  54. 54. Vincent PREDINE Remy est un ancien étudiant du DUT Services et Réseaux de Communication de Dijon. Après un redoublement à la fin de la première année, il décide de poser sa candidature en licence SLIC. Mon expérience professionnelle et scolaire m’ont toujours fait apprécier la communication. C’est naturellement que je me suis dirigé vers cette formation. Après une inscription tardive et une lettre de recommandation, Remy a pu intégrer la licence SLIC, et donc commencer des études qui lui correspondaient. … C’est un cursus qui correspond à mes centres d’intérêts et qui donne accès à de nombreux débouchés dans ce secteur. Cela fait maintenant presque trois mois que les cours ont commencé, Remy à beaucoup appris de la langue française, il constate : Cette licence nous permet d’approfondir notre connaissance de la langue française, qui, une fois maitrisée, est une arme redoutable. Depuis que Remy a intégré cette licence, il envisage de postuler pour le master professionnel Euromédias. « Approdondir notre connaissance de la langue française. » Février 2015 - COMEN Déchainé 56
  55. 55. C’EST QUOI, ÊTRE ÉTUDIANT EN MASTER IMI ? Tu t’es toujours demandé ce qu’était un étudiant en Master IMI (Ingénierie des Métiers de l’Information) ? Bonne nouvelle : je suis allée rencontrer Lucas, un mec sympa (enfin, tu verras) qui va sûrement pouvoir t’éclairer sur cette 1ère année de master qui permet de développer des compétences dans le domaine de l’information et de la communication. Salut Lucas, ça va ? Salut, ça va pas mal, on va ouvrir la première fenêtre du calendrier de l’Avent, la magie de Noël est enfin là ! C’est quoi tes hobbies ? La plupart de mes hobbies tournent autour de la musique. Je la pratique en tant que batteur au sein du groupe Hilldale et je fais partie de l’association Sabotage, qui organise des concerts depuis plus de dix ans. Je traîne assez souvent aux concerts à Dijon mais aussi ailleurs. Sinon, j’aime beaucoup le cinéma, même si je n’y vais pas assez, et il m’arrive de faire des sports co’ avec les copains pour me dépenser un peu. Tu fais quoi en Master IMI ? L’offre pédagogique est assez diversifiée, c’est à dire que les cours vont de l’écriture journalistique, au droit numérique en passant par des ateliers radio ou des cours de communication événementielle. Donc, ça permet de ne pas trop s’ennuyer. La plupart des travaux sont à faire en groupe sous forme de projets collectifs, c’est bien car ça change du schéma traditionnel des examens sur table. Ca serait quoi ta journée type ? C’est difficile de te décrire une journée type puisqu’il n’y en a pas vraiment ! Certains cours sont fixes mais d’autres sont assurés par des intervenants professionnels qui vont assurer des séances pendant trois ou quatre semaines, puis être remplacés par de nouveaux dans un domaine qui peut être totalement différent. D’autres intervenants ne vont venir qu’une fois. On peut aussi faire des trucs cool comme aller au tribunal ou à la foire gastronomique ! « Tout profil est accepté. » La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201557
  56. 56. Apolline BLOIS C’est quoi tes projets pour 2015 ? J’aimerais assez trouver un stage intéressant dans une salle de concert ou dans un festival, peut-être en tant qu’assistant communication. Et au final valider ce Master 1 ! Sinon, j’espère continuer sur cette voie avec mes copains de Hilldale, enregistrer des trucs et faire le plus de concerts possible. Je garde aussi dans un coin de ma tête l’idée de partir quelques temps à l’étranger, histoire de prendre un peu l’air et voir si l’herbe est plus verte ailleurs ! Ton avenir idéal, c’est quoi ? A la base, je suis plus attiré par la programmation, donc je dirais programmateur d’un festival, d’une salle ou d’une association. Mais force est de constater que les opportunités sont plus nombreuses dans la communication. Donc, on verra bien comment évolue ce milieu des musiques actuelles. Je sais vers quoi je veux aller, mais je ne sais pas encore exactement par quelle porte y entrer. Mais ce n’est peut-être pas plus mal, je pense que ça peut permettre de découvrir des choses auxquelles on n’aurait pas forcément pensé. Si tu souhaites en savoir plus sur le Master IMI à l’Université de Bourgogne, c’est là : http://info-com.u-bourgogne.fr/formation/m1 Sache déjà que tout profil est accepté, du moment que tu puisses montrer par ton cursus ou tes activités professionnelles ou personnelles, ton intérêt pour les métiers de l’information et la communication. De plus, le Master IMI prépare ces étudiants au Master 2 Euromédias et Gestion des Connaissances. Et puis si tu a envie d’écouter un peu de musique, le groupe Hilldale, c’est ici : https://soundcloud.com/hilldale-1 Février 2015 - COMEN Déchainé 58
  57. 57. Le M2 Euromédias : la diversité des compétences avant tout ! Le master 2 Euromédias, est réputé pour la pluralité de ses enseignements : une fois diplômés, les étudiants sont aussi polyvalents que possible. Si le master est à forte dominante journalistique, les autres aspects de la communication ne sont pas en reste : audiovisuel, web, communication des organisations… C’est une formation complète qui prépare les étudiants au monde professionnel, notamment en leur proposant des projets concrets qui valorisent leur CV. Comme un témoignage vaut mieux qu’une simple description, nous avons rencontré Amélie CHAPET, actuellement étudiante en M2 Euromédias, pour lui poser quelques questions. Quelles sont les matières importantes que tu étudies cette année, et quelle est la charge de travail personnel à fournir ? Cette année, on a beaucoup de journalisme, que ça soit papier, radio ou télévisé. On a aussi de la conduite de projet avec notamment la création d’un film de présentation de la Vapeur, et de la communication. Il y a également des cours de photo, PAO, vidéo et web. Mais ce qui prend la plupart du temps, c’est un ensemble de projets collectifs au choix : des vidéos pour l’Atheneum, le salon du livre jeunesse Crocmillivres, le festival « Les écrans de l’aventure », des articles pour Le Bien Public… Pour la charge de travail, comme dans chaque formation, il y a des moments très intenses au niveau boulot et des moments plus «cools» ! Bonjour, peux-tu te présenter ? Pourquoi avoir choisi le M2 Euromédias ? Je m’appelle Amélie Chapet et j’ai 23 ans. Avant le master Euromédias, j’ai fait un DUT Info-Com puis la licence COMEN à Dijon, et le master In.Co.Nu (Information Communication Numérique) à St Etienne. Enfin, j’ai intégré en septembre le master Euromédias. Il était plutôt bien réputé, les différents projets des étudiants étaient intéressants et enfin, il allie à la fois le journalisme et la communication. La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201559
  58. 58. Mélissa MAITRE Et enfin, quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaitent suivre la même voie que toi ? Pour réussir à intégrer le master Euromédias, mais c’est aussi valable pour n’importe quelle formation, il faut savoir se vendre à la fois sur le CV et la lettre de motivation mais aussi en étant visible sur internet sur les réseaux sociaux professionnels. En résumé, le master Euromédias se compose de matières variées, de projets concrets qui valoriseront sans aucun doute votre CV. Si vous vous destinez au métier de journaliste, et ce quel que soit le support (presse, web, TV ou même radio), projetez de travailler dans une agence de communication ou rêvez de concevoir des produits multimédias ou audiovisuels, ce master est fait pour vous ! Dirigé par Catherine CHENIER, le M2 Euromédias de l’UFR de Dijon est accessible en formation initiale, après un M1 dans le domaine de la communication, sur dossier et après un entretien. Il est également possible de l’intégrer en formation continue, suite à un emploi salarié dans le domaine de la communication. Vous avez désormais toutes les clés en mains si vous souhaitez tenter l’aventure du master Euromédias ! Pour plus d’informations, consultez le site de la formation : http://euromedias.u-bourgogne.fr/ « Il allie à la fois le journalisme et la communication. » Février 2015 - COMEN Déchainé 60
  59. 59. LA FORMATION MASTER 2 GESTION DES CONNAISSANCES : UN ATOUT POUR VOUS ! Vous êtes issus d’une formation Master 1 IMI, de Lettres, de Sciences ou de l’Information et de la Communication ? Vous rêvez de concevoir et organiser la politique de gestion de l’information et des connaissances dans une entreprise ? Votre priorité : Prendre en compte les besoins des utilisateurs ? Alors la formation en Master 2 Gestion des connaissances est faite pour vous ! La filière Info-Com COMEN Déchainé - Février 201561
  60. 60. 5 bonnes raisons de s’inscrire en master 2 Gestion des connaissances 1. Tout le monde y trouve son compte. Mylène Martin : « J’ai découvert la gestion des connaissances. Ça coïncidait bien avec le parcours que je voulais faire. » et Elsa G. Heneman « [...] c’est en fil rouge avec ce que je fais depuis que je travaille. ». 2. Cette formation a de nombreux atouts comme l’explique Mylène, elle « apporte une approche technique. Elle est complémentaire avec la stratégie. ». Et Elsa ajoute même « une vue plus globale des problématiques de l’entreprise » pour devenir « des acteurs clés pour des solutions d’analyse de l’e-reputation. ». 3. Les cours apportent tous les aspects pour devenir un bon professionnel. Un aspect théorique, «  70 % de cours académiques avec des enseignants et des doctorants, et 30-35 % d’intervenants professionnels. Ce sont de sacrés pointures ! », d’après les explications d’Elsa. Mylène évoque l’ aspect pratique: « Nous avons parfois des ateliers. Cela permet de mettre en application ce qui a été appris. » 4. Une ressource diversifiée  : «  Ce qui est intéressant est que nous venons d’horizons différents, cela permet un partage d’informations, de partager nos spécialités. » nous explique encore Mylène. 5. On en ressort avec plein de bons conseils comme Elsa : « Portfolio, portfolio, portfolio ! Il faut avoir une présence web bien contrôlée. Et le CV, poursuit-elle, il faut vraiment le créer sous Indesign pour des liens cliquables après en pdf. Pour avoir été en position de recruteur, avoir des liens qui ne sont pas cliquables, c’est juste tellement énervant. » Une chose est sûr, ce master mérite d’être connu ! Le Master 2 Gestion des connaissances apporte beaucoup d’atouts, pour une carrière professionnelle réussie. Alors, pourquoi attendre, lancez-vous ! Nelia COURTAIS En formation continue ou en alternance, elle vous apporte des compétences dans de nombreux domaines de la gestion des connaissances, de documents, de travail collaboratif, de projets de e-learning, de formation, de contenu internet / intranet , de veille informationnelle et bien plus encore ! Qu’en disent les étudiants ? Ils témoignent, rien que pour vous ! Février 2015 - COMEN Déchainé 62
  61. 61. Réalisé par la promotion COMEN 2015

×