Volume 23.3

753 vues

Publié le

revue

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
753
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
70
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Volume 23.3

  1. 1. Vol. 23, no 3 Association des Directions d’Établissement scolaire Retraitées de Montréal Volume 23, numéro 3 Décembre 2015 5565, rue Sherbrooke, Est Montréal, QC H1N 1A2 Téléphone(514) 596-5156 Télécopieur(514) 596-5772 Ange de Noël Marthe Desautels
  2. 2. Vol. 23, no 32 NDLR Les opinions émises dans les articles de L’ n’engagent que les auteurs et non l’ADERM. Autant que faire se peut, l’ADERM n’intervient pas dans le style et la forme employés par les auteurs. SOMMAIRE Messages du C.A. 2 Informations aux membres -C.A.2015-2016 3 -Anniversaires. Pense-bête 4 Culture et Compagnie -Voyage à Budapest 5,6, 7 -Voyage en Nouvelle-Angleterre 8, 9 -Plaisir de l’Art 10 -Prendre soin de soi 11 -Dîner des 70 ans 12 Chroniques -Action sociale 13 -Des écrivains à l’ADERM 14 -Club de lecture 15 -Elle se souvient… 16 -Saviez-vous que…? 17 -Des alliés antivieillissement 18 -Montréal 375 e 19,20 -Caisse de l’Éducation 21 Pause-détente 22 Publicité 23,24 Veuillez noter que le terme masculin est utilisé sans aucune discrimination, ceci dans le but d'alléger le texte. MESSAGE DU C.A. Joyeux Noël et Bonne Année, chers membres de l'ADERM! Le temps des fêtes est un temps de retrouvailles avec les gens que l'on aime. C'est le temps des échanges, des rires et des souvenirs autour d’une festive tablée. Accueillez chaleureusement ce temps des fêtes afin que votre maison soit remplie de bonheur et de paix! Notre année fut lancée en beauté avec notre Rendez-vous de la rentrée. Si vous désirez avoir un aperçu de nos kiosques, vous pouvez les visionner sur le site de l'ADERM. Voici quelques suivis sur nos activités : Nous avons accueilli 77 personnes lors de notre dîner Conventum. Les gens ont à nouveau manifesté leur satisfaction quant au bon déroulement de cet événement. Le déjeuner de l'automne au restaurant Eggcetera a permis à d'autres membres de fraterniser. Atelier Prendre soin de soi, conférence sur les vins, club de marche, club de lecture, marché de Noël, concert de Noël, bridge, activités sportives… à l'ADERM il y en a pour tous les goûts. Bravo et merci aux nombreux organisateurs! Besoin de bénévoles pour le transport/accompagnement Nous avons reçu dernièrement deux demandes d'accompagnement auxquelles nous n'avons pu répondre, faute de bénévoles. Si vous avez des disponibilités pour transporter des gens, laissez votre nom au secrétariat de l'ADERM et nous communiquerons avec vous. Voir l'annonce dans ce journal. Nouveaux retraités J'ai eu le plaisir d'être invitée au souper des retraités de l'AMDES. Cette année, 18 directeurs d'école ont pris leur retraite. Je les ai tous invités à faire partie de notre association. Quatre d'entre eux sont déjà membres. Si vous connaissez de nouveaux retraités, parlez-leur de notre association, invitez-les à se joindre à nous! Rien n’est plus incitatif qu’une invitation personnalisée! Fermeture du secrétariat pour le temps des Fêtes Veuillez prendre note que le secrétariat sera fermé du 18 décembre au 4 janvier. En cas d'urgence, veuillez laisser un message sur le répondeur : (514) 596-5156. Un suivi sera fait dans les meilleurs délais. Bonne année 2016! Merci à tous ceux qui travaillent pour nous et avec nous! Jocelyne Poulin Directrice Jocelyne Poulin Infographiste Jocelyne Villemaire Collaboration spéciale Ginette Meunier Photographe Roland Labine Publicité Jocelyne Villemaire Comité de communication Jocelyne Poulin, Michel Dubé, Francine Ladouceur, Monique Robert, Louise Godin, Jocelyne Villemaire Rédactrice en chef Jocelyne Villemaire Saisie des textes Jocelyne Villemaire Révision des textes Lise Dubuc, Monique Grignon et Gisèle Émond Correction d’épreuves Monique Grignon Expédition Robert Duquette
  3. 3. Vol. 23, no 3 3 Informations aux membres Louise Godin Vice-présidente Lise Vallières Vice-Présidente Jocelyne Poulin Présidente Anna-Maria Folco Secrétaire Monique Larouche Trésorière Jean Bouchard Francesca Gianesin Francine Ladouceur Gaétane Lafrance Jocelyne Villemaire Ginette Meunier Francine Robert Monique Robert Hélène Quinty Robert Sauvé Conseil d’administration 2015-2016 Conseil de direction Conseillers et conseillères
  4. 4. Vol. 23, no 34 Anniversaires de janvier Anniversaires de février Que cette journée soit formidable et que vos vœux les plus chers se réalisent! (1) Robert Mathieu (3) Christine Besson, Raymond Caron (6) Jean Maheu (7) Roseline Rouad (10) Fernande L.-Simoneau, (11) Danielle Lacasse, Nicole Perreault (12) Gabrielle Paré, Réal St-Jean (13) Doris Richer (14) Jacqueline Saumure (16) Pauline Prévost (17) Roch Fournier, Denis Langlois, Mario Langlois (19) Louise Delvigne (20) André Gagné, Louise Savard, Robert Picard, Francine Ladouceur, Allen Nadon (L. Vézina) (21) Lise Robitaille (22) Françoise Brizard, Jeannine N.-La Chapelle (27) Danielle Bouchard (30) Gilles Goyette (1) Pauline Campeau, Alice De Grandmont, Yvon Pilon (2) Fernande B.-Lamirande (4) Michel Picard, Richard Vaillancourt (5) Jean-Claude Rathé, Gisèle Poirier (6) Isabelle Lapierre, Marguerite Saint-Laurent (8) Léontine Landry, Ralph Smith, Adrien Morin, Laure Sénécal (Gérard), Lise Larivière (R. Tanguay) (10) Gavina Carboni-Blais, Monique Fredette, Gisèle Émond, Hervé Leduc (13) Jean-Roch Lemay, Anna-Maria Folco (14) Gaston Sauvageau (16) Lucille Delisle (17) Jacques Trottier (18) Laurent Portugais, Blanche Tremblay-Gagnon, Manon Sénécal (20) Rolande Desjardins, Jeannine Chagnon, Benoit Bussière (21) Pauline Martineau, Marc Sabourin (22) Marie-Paule Lajeunesse, Georgette Lévesque, (23) Germain Lamothe, Jean Giasson, (24) F.-Ange L.-Fortier (25) M.-Aurèle Quintal, J.-Pierre Forcier (26) Jean Blanchard, Jean-Guy Lachapelle, Jean-Clément Girard, Paul Vanasse (Lafrance G.) (27) Claude Desjardins (28) Monique Larouche, Jean- Paul Morin Le pense-bête Quilles Lundi 9 h 30 Salon de quilles Anjou André Legault Pétanque Mardi 9 h Centre Val-des-Arbres Maurice Charron Bridge Mardi 13 h 30 Local Le rendez-vous André Houle,Yves Grenier Mercredis des artistes Mercredi 10 h Local Le Rendez-vous Marie Charbonneau Badminton Mercredi 13 h École Saints-Martyrs-Canadiens Pierre Lamothe Volley-ball Jeudi 9 h à 11 h 30 11121, rue Salk, Montréal-Nord Robert Sauvé Club de marche Jeudi 10 h à 12 h Déjeuner de l’amitié Vendredi 19 février 9 h 30 Ben et Florentine 540, rue D’Avaugour Boucherville Gaétane Lafrance Cabane à sucre Lundi 11 avril Précision dans le prochain numéro Gilles Saumure Nouvelle-Angleterre 13 au 18 juin 2016 Voir page 8 Hélène Quinty Fermeture du secrétariat 18 décembre au 4 janvier. Joyeuses Fêtes à tous!
  5. 5. Vol. 23, no 3 5 UN VOYAGE INOUBLIABLE Le 28 septembre dernier, trente-cinq (35) membres et amis de l’ADERM sont partis à la découverte des « grandes capitales d’autrefois » Budapest, Vienne et Prague. En collaboration avec l’agence Incursion, le comité a participé à l’élaboration d’un itinéraire culturel répondant aux goûts et aux souhaits des participants. La modification de l’itinéraire original d’Incursion nous a permis d’ajouter des visites culturelles importantes dans chacune des villes. Nous nous sommes donc imprégnés de l’architecture grandiose et de la vie culturelle trépidante de ces trois villes magnifiques. Budapest est unique, avec son Parlement, le plus grand édifice de Hongrie, qui à lui seul vaut le détour. Réunissant différents styles architecturaux prédominés par le néogothique, sa situation sur le bord du Danube est magique surtout lorsqu’on le découvre lors d’une croisière en soirée. Vue inoubliable !!! Notre premier concert à l’Académie de musique Franz Liszt, le plus beau bâtiment Art nouveau de Budapest, nous a ouvert les portes de ces grandes salles de concert européennes qui vous marquent à jamais par leurs intérieurs somptueux. Bains, visites et musique ont rendu notre séjour mémorable. Arrivés à Vienne, nous sentons immédiatement cette ville impériale par la beauté de ses artères rehaussées de bâtiments historiques dont la richesse architecturale est incommensurable. La journée découverte du magnifique château de Schönbrunn fut clôturée par un concert grandiose au célèbre Musikverein. Journée et soirée pleines de souvenirs !!! Le grand intérêt des Habsbourg pour l’art, la culture et la musique ont fait de cette ville la Mecque pour les amateurs d’art. Du Palais du Belvédère, en passant par le Musée des beaux-arts de Vienne et l’Opéra national, nous avons été émerveillés par tant de richesses. Vienne a tant de beautés à offrir. Chaque jour, malgré la fatigue de la marche, nos yeux et nos cœurs furent comblés. Les haltes gastronomiques dans les cafés viennois ont vite fait de nous ravigoter et, surtout, la dégustation de la « sacher torte ». Sur la route vers la République tchèque, nous visitons le château féérique de Cesky Krumlov...impressionnant pour son site surplombant un petit village charmant où nous avons pris le repas du midi dans une guinguette typique. Après cette visite, nous savions que Prague, superbe cité la mieux préservée d’Europe, serait différente des deux villes précédentes de par les caractéristiques de son architecture aux décorations recherchées. Nous avons été charmés par son célèbre château, demeure des ducs de Bohème, dominant la ville, et surtout par le pont Charles, symbole de Prague par excellence avec ses trente (30) statues baroques, véritable galerie de sculptures à ciel ouvert. Spectacle de marionnettes, concert dans les églises, concert à la Maison municipale, déjeuner au Café Kafka, visite du musée Mucha, regard sur l’horloge astronomique de la place de la Vieille ville…tant de visites qui nous ont ravis avant notre retour. Nous avons eu la chance d’avoir Madame Céline Béland comme accompagnatrice, une seconde fois depuis notre voyage en Croatie, et nous la remercions pour son accompagnement professionnel qui a fait de notre voyage une réussite. Comme à chacun de nos voyages, le groupe fut agréable et de bonne compagnie. L’humour et l’entraide ont contribué à faire de chaque journée passée ensemble un moment convivial. Merci à tous nos voyageurs de la part du comité Culture et Compagnie. Culture et Compagnie Hélène Quinty
  6. 6. Vol. 23, no 36 Culture et Compagnie S o u v e n i r s Prague Vienne Budapest
  7. 7. Vol. 23, no 3 7 Ronald Rodier Quand le cœur d’une ville éclate, ses ramifications dans les banlieues ne se couvrent pas nécessairement de ses couleurs, de ses odeurs, de ses attraits. Nous étions en interrogation quant au défilement des images sur le chemin de l’aéroport vers la capitale, la perle du Danube. Ouais! Circulation péniblement lourde, tristes masures, moches points de service, graffiti usuels de toutes les villes, il ne manquait que les cônes orange. Mais que d’enchantement majestueux à l’approche des centre-villes, au pluriel, car vous n’êtes pas sans savoir que Budapest regroupe deux grandes villes séparées par le Danube, fusionnées depuis 1873. On a pensé alors à l’appeler Pestbuda mais sa mauvaise sonorité a favorisé l’inverse. Que deux villes jumelles renaissent tant de fois de leurs cendres fait foi de la ténacité d’un peuple à se relever de toutes ces invasions et destructions à travers les siècles. Déjà au 1er siècle, les Romains avaient planté leurs tentes en ces terres. Quand la guide nous informe qu’un de leurs héros, Attila, a libéré le pays, à l’époque, nous avons esquissé un petit sourire car nous, on nous avait enseigné les ravages dont le cruel Attila et ses méchants barbares avaient été responsables. Les peuples se succèdent à partir du IXe siècle, envahissent, détrônent, rasent, reconstruisent, et l’histoire se répète. L’époque grandiose atteint son apogée avec François-Joseph qui étend son empire autrichien en indexant la Hongrie pendant que sa chère Sissi étend, elle, son emprise auprès du beau comte Andrassy…paraît-il. Budapest alors est riche, belle, cosmopolite et prospère. Se sont dressés au fil de ces siècles des édifices majestueux, des palais richement décorés, des basiliques imposantes, des jardins savamment élaborés et entretenus qui ne peuvent que susciter notre émerveillement et nous prenons conscience de la jeunesse de notre histoire en comparaison de celle qui s’offre à nos yeux écarquillés. La fête s’est arrêtée pour laisser les diables de l’Histoire semer la terreur à nouveau. Budapest est blessée par les guerres, meurtrie par le nazisme lui-même bouté par les Russes qui vont l’appauvrir par le communisme, acharné pendant plus de 40 ans à tuer son âme. Ce n’est que depuis 1989 que le peuple en est libéré et la grande dame a retrouvé son lustre à la faveur de son entrée dans l’Union européenne. Budapest depuis se refait une beauté, au fil de ses moyens car, par exemple, retaper, nettoyer un édifice noirci par la fumée des guerres et la pollution coûte terriblement cher. Une croisière sur le Danube en soirée a permis de nous éblouir de ces édifices illuminés tout au long des rives, de ces ponts partout éclairés sous lesquels nous naviguions. La musique transpire partout non seulement dans de grandes salles de concerts mais tout autant au coin des rues. Attablés à une terrasse, nous y avions été accueillis par un serveur-gérant coloré qui après avoir mis la nappe sort son violon et nous interprète un air tzigane. (photo 1) Évidemment Budapest se modernise, s’américanise malheureusement, mais n’est pas prête à abandonner ses traditions ni oublier son histoire. Une série de souliers fixés dans le béton au parapet du Danube rappelle l’holocauste et ses milliers de disparus juifs. D’ailleurs, cette communauté toujours fort importante fréquente l’une des plus grosses synagogues d’Europe. Les touristes y affluent, facilement reconnaissables à leur kippa en carton fournie gratuitement à l’entrée. Notre ex-président en fut muni au grand plaisir des photographes (photo 2). Et que dire de l’arbre des martyrs dans la cour. Une splendeur métallisée. (photo 3) La tradition se retrouve aussi dans les mets. Que de saucissons exposés dans les marchés, la variété est étourdissante et le nombre de kiosques tellement imposant qu’on pourrait croire que les citoyens ne mangent que ça. Faut dire qu’on les retrouve au menu dès le déjeuner. Le goulasch, soupe ou assiette est délicieux, les légumes se font rares selon nos habitudes et la situation nous fait penser à nos grands-mères qui nous disaient de forcer plutôt sur les patates. L’énumération des édifices prestigieux, gouvernementaux et religieux serait bien onéreuse mais comment ne pas souligner l’envergure, l’architecture, la décoration royale, la façade néo-gothique du Parlement, le plus grand d’Europe. L’édifice fut bombardé mais les vitraux furent épargnés grâce à un concierge ingénieux qui les a recouverts de sable au sous-sol. En quittant Budapest, nous étions éblouis par tant de beautés, animés de tant d’histoire, riches de tant de culture. Mais nous allions en découvrir d’autres les jours suivants. Au prochain numéro……peut-être! À BUDAPEST… J`Y ÉTAIS... Ronald Rodier Culture et Compagnie 1 2 3
  8. 8. Vol. 23, no 38 Culture et Compagnie Hélène Quinty Voyage en Nouvelle-Angleterre Du 13 juin au 18 juin 2016, 6 jours / 5 nuitées Nous vous proposons un séjour unique sur la Côte Est de la Nouvelle-Angleterre à la découverte de ses phares, ses jardins, ses petits villages de bord de mer et ses deux îles célèbres, Martha’s Vineyard et Nantucket. L’itinéraire Jour 1 : Départ le lundi à 6 h de l’Ecole Marguerite-De Lajemmerais, 5565, rue Sherbrooke Est, métro l’Assomption. (N.B. Possibilité de stationnement gratuit pour les journées, du côté est de l’édifice, le long de la haie d’arbustes). Route en direction de Marblehead (MA), dîner selon l’horaire. Visite de cette petite ville et de son très beau port. Départ pour Plymouth (MA), visite du Mayflower II et de Plymouth Rock. En route vers l’hôtel, coups d’œil le long de la route du bord de mer. Souper et installation à l’hôtel. Jour 2 : Départ à 8 h. En route vers le port pour la croisière à l’île de Martha’s Vineyard. Visite de l’île, circuit touristique : Vineyard Haven, Oak Bluffs, Edgartown, Aquinnah Cliffs. Dîner et temps libre. Souper selon l’horaire de la croisière et retour à l’hôtel en soirée. Jour 3 : Départ à 8 h en direction de Sandwich (Upper Cape Cod), visite du Sandwich Glass Museum, du Heritage Museums and Gardens, de Hoxie House du Dexter’s Grist Mill. Dîner. Départ vers Pairpoint Glass Works, visite. Départ pour Woods Hole et visite du Nobska Point Lighthouse et de Spohr Gardens à Falmouth. Souper à Falmouth et retour à l’hôtel en soirée. Jour 4 : Départ à 8 h. En route vers le port pour la croisière à l’île de Nantucket. Visite de l’île: Siasconset et les trois phares de l’île. Dîner à Nantucket Town et temps libre pour visites facultatives et balade : Main Street, Musée de la baleine ($), Nantucket Lightship Basket Museum. Souper selon l’horaire de la croisière et retour à l’hôtel en soirée. Jour 5 : Départ à 8 h en direction de Chatham (lower Cape Cod), visite, temps libre et dîner. Départ vers Provincetown. Plusieurs arrêts aux phares le long de la route qui longe la mer et découverte du Cape Cod National Seashore. Visite des principaux points d’intérêt de Provincetown (outer Cape Cod ), temps libre dans les galeries et les boutiques, souper et retour à l’hôtel en soirée. Jour 6 : Départ pour Montréal. Possibilité d’un arrêt découverte selon l’horaire. A la frontière, nous arrêterons à la boutique hors- taxe puis nous arriverons à Montréal vers 20 h 30. N.B. Cet itinéraire peut être sujet à modification au besoin Martha`s Vineyard Nobska Point Chatham Nantucket
  9. 9. Vol. 23, no 3 9 Les coûts Le coût approximatif de ce voyage sera d’environ 900 $ pour l’occupation double. La ventilation des coûts selon l’occupation, ainsi que le lieu de l’hébergement seront annoncés après les Fêtes, dans le prochain journal et sur le site Internet de l’ADERM. Les coûts, par personne, incluent, le transport en autocar de luxe, l’hébergement, les petits déjeuners, les visites, les croisières, les pourboires au chauffeur et au guide. Sont exclus des prix les repas des dîners et des soupers. Inscription Inscription dès maintenant en téléphonant à l’ADERM au 514-596- 5156 ou par courriel à aderm@aderm.qc.ca afin de manifester votre intérêt pour ce voyage. Un dépôt sera exigé dès que le coupon de participation sera disponible. N.B. Il est important de posséder une assurance voyage. Informations additionnelles : Louise Godin 514-762-1623 Hélène Quinty 514-382-3826 Destination du grand voyage 2016-2017 Le comité Culture et Compagnie travaille actuellement avec ses partenaires pour la destination du grand voyage de l’année 2016-2017. Dès que nous recevrons toutes les informations pertinentes, nous vous communiquerons la destination choisie via le site Internet et la messagerie de l’ADERM. Bienvenue aux joueurs de bridge de l'ADERM et à leurs amis! Venez jouer avec nous le mardi à 13h30 au local Le Rendez-vous! Vous êtes un joueur autonome: nous vous regrouperons avec des joueurs qui sauront vous motiver. Si vous êtes plus ou moins expérimentés, vous pourrez profiter du soutien d'un moniteur. Manifestez votre intérêt à jouer avec nous et à chaque semaine vous recevrez une invitation par courriel! Jocelyne Poulin pour les bridgeurs Invitation aux joueurs de bridge
  10. 10. Vol. 23, no 310 Marché de Noël Plaisir de l’Art " Le dimanche 29 novembre, la Maison Élogia permettait à treize artistes et artisans d'art, membres de notre association, d'exposer et de vendre leurs œuvres au public. Ainsi se tenait le 5e Marché de Noël de l'Aderm dans cette résidence pour retraités urbains où quelque 225 visiteurs ont pu se procurer une œuvre originale pour eux- mêmes ou pour offrir en cadeau à un être cher. En plus des aquarelles et des acryliques, nos créateurs proposaient un éventail de foulards de soie, de tricots, de nappes et de serviettes tissées, des coussins recouverts de tissu peint à la main, des bijoux uniques ainsi que des crayons, des porte-clés et des piluliers tournés dans des bois exotiques. On pouvait aussi se procurer de la soupe déshydratée et de la confiture maison ou discuter littérature avec une femme de lettres qui, dans une autobiographie, se raconte à sa petite-fille. Tant les résidents que les parents ou les amis des exposants ont vanté la grande qualité et la variété des productions artistiques. L'accueil particulièrement convivial et chaleureux manifesté par le personnel de la Maison Élogia fut également hautement apprécié. Soulignons que la vente de billets de tirage (un ensemble de crayon, un toutou en peluche et un exemplaire de Lettre à Isabel, dons de Marie Charbonneau, Marthe Desautels et Pierrette Meunier) a permis d'amasser 254 $ pour l'achat de cadeaux de Noël destinés à des enfants bénéficiant de la protection de la DPJ dans leur milieu familial. Ces prix ont été gagné par Mesdames Monique Lapalme, Marguerite Bourgault (résidentes de la maison Élogia ) et Lucie Charbonneau. Le Marché de Noël de l'Aderm, cette belle initiative du PLAISIR DE L'ART, a encore été couronné de succès. Félicitations aux participants et remerciements aux bénévoles pour leur soutien. (1) Le Cosmos et le Lotus, Trinh Xuan Thuan. Albin Michel, 2011. L'imagination doit être débridée, sinon elle s'étiole. La créativité doit pouvoir se manifester sans contrainte, sinon elle meurt." Trinh Xuan Thuan (1)
  11. 11. Vol. 23, no 3 11 (ATELIER DU 13 NOVEMBRE 2015) PRÉPARÉ PAR LE COMITÉ ACTION SOCIALE Des membres de l’ADERM et leurs amis ont participé à l’atelier «PRENDRE SOIN DE SOI EN RECONNAISSANT SES LIMITES POUR PRÉVENIR L’ÉPUISEMENT». L’atelier était divisé en trois parties : l. conférence de Mme Sylvie Riopel sur le thème; 2. exercices pratiques de Qi Gong avec M. Thanh Truc Tran; 3. pratique d’un processus de méditation. Dans sa conférence, Mme Riopel nous a présenté, par des exemples et de la théorie, la façon de percevoir et de poser nos limites pour notre bien-être personnel et celui des autres. Il ne suffit donc pas de nous sentir mal à l’aise, de ressentir l’envahissement ou l’incapacité de poser ses limites devant soi-même et les autres (savoir se dire ou dire non), encore faut-il savoir comment passer à l’action pour arriver à réellement prendre soin de soi et prévenir l’épuisement… Durant la deuxième partie de la rencontre, sous l’habile direction de M. Thanh Truc Tran, nous avons pratiqué les exercices des 5 niveaux du Qi Gong pour atteindre notre bien-être corporel et spirituel :  Exercice Métal (poumon)  Exercice Eau (rein)  Exercice Bois (foie)  Exercice Feu (cœur)  Exercice Terre (rate et estomac) Même si certains participants se sont sentis mieux et même soulagés de certains maux après l’expérimentation des 5 niveaux, M. Thanh Truc Tran nous a bien expliqué que c’est suite à une pratique quotidienne de 15 à 30 minutes que les vrais bénéfices seront plus permanents. Pour terminer, la troisième partie nous a permis de nous recentrer sur nous-mêmes en expérimentant, durant plus ou moins 20 minutes, le processus de la méditation. Cet atelier fut encore une fois très bénéfique et apprécié au dire des participants. Sous peu, nous vous donnerons à tous un prochain rendez-vous pour un autre atelier de « PRENDRE SOIN DE SOI POUR MIEUX VIVRE NOTRE RETRAITE ! » Prendre soin de soi... Roland Labine Nous nous souviendrons de ceux qui nous ont quittés récemment. Jean-Guy Proulx 1928-2015 J.-J. Deslandes 1937-2015Louise Desjardins 1930-2015
  12. 12. Vol. 23, no 312 Septembre, pas encore d’invitation pour le Conventum! Que se passe-t-il puisque nous avons hâte de revoir amis, ex- compagnons de travail et les anciens patrons? Enfin, le 21 octobre, la date de réservation est tombée et c’est avec grand plaisir que nous nous retrouvons au resto l’Académie d’Anjou : soixante-quinze personnes ont répondu à l’appel. Quel chaleureux accueil par les membres du Comité qui se font un plaisir de nous offrir un apéro! Après les poignées de main, les accolades et les yeux rieurs de chacun, chacune, les tables sont vite formées et, à la nôtre, je vous laisse deviner qui a eu le plus de chance : « André Legault avec ses 9 femmes, jeunes et belles, ou ces dames avec leur homme?» Le repas se déroule dans une atmosphère conviviale et les rires fusent de partout. Chères organisatrices, permettez-nous de vous redire un MERCI cordial pour toutes ces heures de préparation et, déjà, nous anticipons la rencontre de 2016! À l’an prochain! Dîner des 70 ans Gisèle Émond
  13. 13. Vol. 23, no 3 13 Besoin d’être accompagné pour des traitements, pour des rendez-vous médicaux; Besoin de compagnie lors de séjours à l'hôpital, dans un centre de soins prolongés; N’hésitez pas à communiquer avec nous. Des membres de l’ADERM seraient disponibles pour vous accompagner. Rejoignez l'un des membres du comité d’action sociale 514-769-0770 Gaétane Lafrance (lafrance.gaetane@bell.net) 514-325-8063 Monique Larouche 438-383-3928 Francine Robert 450-812-7228 Monique Robert 450-669-2124 Jocelyne Poulin OU le secrétariat de l’ADERM au 514-596-5156 Comité d’action sociale Gaétane Lafrance Les personnes aidées par nos bénévoles nous ont demandé une procédure pour les remercier. Voici notre proposition. LA PERSONNE ACCOMPAGNÉE REMETTRA 0,40 $ DU KILOMÈTRE À LA PERSONNE BÉNÉVOLE QUI L'ACCOMPAGNE (à partir de la résidence de cette dernière). La distance et le montant à remettre seront déterminés par la responsable au moment de la demande (pour un minimum de 10 $). L'ADERM A BESOIN DE BÉNÉVOLES POUR ACCOMPAGNER DES MEMBRES À LEUR RENDEZ-VOUS MÉDICAL. Si vous êtes disponible, donnez votre nom à la responsable. Gaétane Lafrance au 514-769-0770 ou lafrance.gaetane@bell.net ou au secrétariat:514-596-5156 aderm@aderm.qc.ca MERCI Aimez-vous jouer aux cartes? Cherchez-vous une façon de maintenir votre cerveau en éveil en lui proposant un défi passionnant? Venez rencontrer deux professeurs chaleureux et compétents. Les cours débuteront le 12 janvier prochain. Local : Le Rendez-vous de l’ADERM Professeurs :Yves Grenier et André Houle Prix :70 $ (10 cours) (achat du livre de Francine Viens : 35 $) Si cela vous intéresse, laissez votre nom en téléphonant au secrétariat de l'ADERM, 514-596-5156. Nous communiquerons avec vous. . Cours de bridge
  14. 14. Vol. 23, no 314 Des écrivains à l’aDerM LETTRE À ISABEL, de PIERRETTE MEUNIER Qu’est-ce qui m’a motivée à écrire mon autobiographie :Lettre à Isabel ? J’ai toujours senti au fond de moi une petite flamme pour apprendre et faire apprendre. Cette idée d’écrire ma vie a pris sa source dans la difficulté d’établir une complicité avec mes petits-enfants due à l’éloignement. J’ai souffert du manque de ces moments privilégiés donnés aux grands-parents qui permettent d’établir des liens de confiance, des échanges sur les souvenirs, les coutumes, les traditions, les valeurs. J’avais le goût de percer ce modèle moderne de textos, médias sociaux où tout est court et superficiel. J’ai voulu créer un moment d’intimité avec mes petits-enfants, ma famille, tout lecteur friand de biographies et leur proposer un regard sur le passé, les ancêtres, le vécu des familles du milieu du 20e siècle tout en y ajoutant des réflexions sur les valeurs transmises de génération en génération. Je vous garantis du plaisir, de la détente et de l’intérêt jusqu’à la fin. Si vous êtes intéressés à me lire, voici mon courriel : meunierpierrette@hotmail.com HUMMM! Poésie coquine et récits intimistes : parution de Mme Ginette Gagnon, sous le nom de Ginou. HUMMM! constitue le dernier volet d’une trilogie poétique et romantique propre à émoustiller les sens. Ginou fidèle à elle-même, se livre encore, pour notre grand plaisir, à des observations intimes fines et à des considérations textuelles éclectiques. HUMMM! Est une suite de courts récits voyeurs, d’élixirs de circonstance et de poésies coquines où s’échangent, avec art et subtilité, caresses, soupirs et autres belles douceurs. Cet ouvrage nous révèle une poète de talent qui s’inspire des interdits pour les élever avec hédonisme, jusqu’au pur plaisir des mots. Parution : Novembre 2015. VOTRE NOM ET SON HISTOIRE, M. ROLAND JACOB RÉSUMÉ DE CARRIÈRE DE L'AUTEUR Roland Jacob a une formation de pédagogue et de linguiste. Retraité de l'enseignement, il a enseigné le français au primaire, au secondaire, au collégial et à l'université. De 1972 à 1974, il a été directeur du programme PERMAFRA, programme de perfectionnement des maitres en français, à la Téluq, Université du Québec. Il a entrepris une série de conférences sur la langue qui s'adresse à tous les milieux intéressés à l'aspect culturel de la langue. DESCRIPTION DU LIVRE Qui n'a jamais été intrigué par la signification de son nom de famille? Certains, comme Pèlerin, Larochelle et Bordeleau, semblent limpides et faciles à interpréter, mais peut-être cachent-ils quelques secrets? Vous vous nommez Saint-Jean, Lafleur ou Sansoucy, mais votre arrière-grand- père était un Coitou, un Biroleau ou un Lévesque. Comment peut-on expliquer cela? Depuis plus de dix ans, l'auteur sonde les mystères des patronymes québécois. Son livre nous dévoile les secrets fascinants de plus de dix mille noms suivis à la trace, depuis les confins du Moyen Âge jusqu'à la guerre de Sept Ans. Ginette Meunier
  15. 15. Vol. 23, no 3 15 CLUB DE LECTURE Ginette Meunier Le club vous recommande fortement la revue Les libraires considérée comme la plus importante revue littéraire de tout le Québec. Publiés six fois l’an, Les libraires sont distribués gratuitement dans plus de 92 librairies, 750 bibliothèques publiques, dans les différents évènements littéraires et plusieurs lieux culturels. Chacun des numéros compte entre 60 et 84 pages de primeurs, de commentaires critiques, d’entrevues, de chroniques, d’articles de fond et de nouvelles du monde du livre. Assuré par une équipe de journalistes professionnels et de libraires passionnés, ce contenu éditorial offre une couverture unique de l’actualité littéraire, qui veille à faire rimer curiosité, qualité et accessibilité. Les libraires sont devenus une référence pour plusieurs afin de diriger leurs achats. Suggestions de membres : Francine Ladouceur et Carole Bourdages Suggestions du club Bondrée de Andrée A. Michau : On est en 1967 à Bondary Pond, lac situé à la frontière américaine rebaptisé Bondrée par un trappeur québécois, où une communauté vacancière d'anglos et de francos se retrouve chaque année. Cet été-là, la langueur des jours est perturbée par la mort d'une adolescente, meurtre ou accident? Quand son amie disparaît à son tour, les doutes se dissipent... Dans ce huis clos chaud et humide, la montée dramatique est bien construite, avec une alternance de narration fort efficace. Alors qu'un narrateur extérieur décrit l'action et s'intéresse tant aux policiers chargés de l'enquête qu'aux estivants, on entend régulièrement la voix de la jeune Andrée qui, du haut de ses 12 ans, observe les adultes s'agiter, commente et tente de comprendre. Roman de passage émouvant, portrait d'époque crédible, analyse psychologique efficace et polar bien ficelé, passant souvent de l'anglais au français avec fluidité, Bondrée est porté par l'écriture limpide et poétique d'une écrivaine qui a autant le souci du détail que des mots . Bonne lecture! Le cruciverbiste, de Claire Cooke : Le monde immobilier de la Rive-Nord de Montréal est secoué, un de ses membres reconnu pour ses dettes de jeu a été assassiné. Vedette de la SQ la lieutenante- détective Emma Clarke hérite de cette affaire qui s'avère tout sauf simple. Les cadavres ne tardent pas à s'empiler et la policière se retrouve bien vite au centre d'un véritable casse-tête où se mêlent le latin, la religion et une mystérieuse grille de mots croisés qui lui parvient par fragments. Ce jeu ignoble, imaginé par un meurtrier des plus provocants, poussera Emma dans ses derniers retranchements. Entêtée et passionnée, elle s'évertuera à relever le défi intellectuel auquel la convie l'assassin, à un point tel qu'elle finira par y prendre goût et tentera de le démasquer à tout prix. Emma Clarke vous séduira par son obstination, son sens de la déduction et sa personnalité hors norme habilement dépeinte par la plume de l’auteure. Traquez les indices avec Emma Clarke grâce à la grille de mots croisés incluse et découvrez, vous aussi, la solution qui la mènera au tueur.
  16. 16. Vol. 23, no 316 Chroniques Elle se souvient... Pierre Bélanger Préambule : Depuis une trentaine d’années, nous fréquentons des Français d’Outre-Atlantique. Plusieurs sont devenus des amis. J’en ai choisi deux, un couple, pour vous raconter une histoire particulière. Voici le premier portrait. Le second sera publié dans une édition subséquente. Elle se souvient... Elle s’appelle Odile Pain. C’est son vrai nom. Elle est née en novembre, moi en août de la même année. Donc, elle me doit le respect. Elle demeure encore dans le village où elle a vu le jour. Il se nomme Villons-les-Buissons, à 10 km au nord de Caen. Sa mère a accouché d’elle avant la guerre. Elle dépassait à peine six ans lors du débarquement de Normandie. Raymond Lapierre dépasse depuis peu la vingtaine. Il vient arracher la France des mains des envahisseurs. Il réussit à débarquer à Bernières-sur-Mer. Ce lieutenant du régiment de la Chaudière ne verra pas le recul des barbares. Il ne verra pas ses amis du régiment camper dans la cour de ferme des parents d’Odile. Un obus fait éclater un camion tout près de lui. On enterre ses morts où on peut le 6 juin1944. Comment j’ai connu Odile? C’est plutôt elle qui m’a connu. Le maire de Collonges-sur-Sarthe marie sa fille. Champagne dans le parc, des tréteaux, au moins deux cents invités, dont nous, un petit orchestre, le trou normand, vous voyez le genre. L’animateur de la soirée souligne qu’il y a « deux Canadiens dans la salle! » Odile rapplique. « D’où venez-vous ? Du Québec. Mais encore. De Montréal. Où à Montréal. Tout près à Boucherville. Où à Boucherville? Rue Anne-Lemoyne, près de la rue des Abbés Primeau. Mais je connais la rue des Abbés-Primeau ». À 5700 km de Boucherville, cette fille connaît André Lapierre qui demeure rue des Abbés-Primeau et est frangin du lieutenant. Elle connaît Brigitte Lapierre qui fréquentait la même école primaire que mes enfants. Brigitte est la nièce du lieutenant parlant français tombé au champ d’honneur. Odile connaît Marcel Robidas, ex-maire de Longueuil qui a épousé Renée Lacour, une fille de la commune voisine de Villons. Elle en connaît du monde. Depuis la fin de la guerre, elle se fait un devoir de fleurir la tombe du lieutenant. Elle vient au Québec tous les ans, tellement que les douaniers canadiens l’enquiquinent à chaque arrivée en sol québécois, se demandant quel trafic elle fait. Ils ne savent pas, elle fait le trafic du souvenir. Nous sommes en 1988. Comme je fais la tournée de la Normandie, elle m’invite chez elle « au cas où vous passeriez ». Aucun Québécois passant par Villons ne couche à l’hôtel. Elle nous installe dans la chambre de l’étage avec sa fenêtre parée de géraniums et en forme de chapeau de gendarme. De la fenêtre, nous voyons le drapeau québécois hissé au bout d’un mât au centre de la cour et ce, pendant tout notre séjour. Faisant le tour du jardin de la « Petite Hermine » (nom donné à sa maison), Odile nous raconte l’histoire des quatre petits érables arrachés de la cour des Lapierre, passés à la barbe des douaniers, cultivés avec soin dans des petits pots puis transplantés l’un au monument canadien de Buron-Saint-Contest, l’autre à Authie, le troisième chez son frère et le dernier chez elle. Je ne pouvais imaginer toute la dévotion dont cette Normande allait dorénavant nous envelopper. Depuis 70 ans, elle se souvient encore. Et même si elle est plus jeune que moi, je lui dois maintenant le respect.
  17. 17. Vol. 23, no 3 17 Lise Robitaille Saviez-vous que ? Al'aube de ses 85 ans et ne comptant pas ses heures quand il s'agit de travailler à l'épanouissement de sa communauté, Monsieur Raymond Paquin est toujours très engagé. Pour bien camper le personnage, parlons de son cheminement; M. Paquin a fait ses débuts comme enseignant puis il a franchi rapidement les échelons de conseiller pédagogique à directeur du bureau d'éducation physique et de la vie étudiante puis à celui de conseiller-cadre de la direction générale de la CECM. Afin de demeurer dans l'esprit d’un engagement différent à la retraite, j'élaborerai sur son implication sociale et humanitaire au niveau municipal. À partir de 1982, M. Paquin va participer plus concrètement au développement de Montréal et particulièrement de Montréal-Nord. Durant 25 années, il occupe un poste de conseiller municipal et prend la responsabilité des dossiers tels que Loisirs, Sport et Vie communautaire. Il sera, à titre de bénévole, un des organisateurs des célébrations du 50e et 75e anniversaires de Montréal-Nord en 1965 et 1990. Pour le 100e anniversaire qui a été célébré en 2015, M. Paquin obtient l'honorable titre d'ambassadeur. Notre collègue va également investir de son temps comme bénévole. En 1985, alors qu'il siège comme administrateur de la Compagnie Jean Duceppe, il mettra sur pied la Fondation du même "célèbre nom" et en sera le président. Toujours très engagé dans sa ville voilà qu'il rencontre la directrice de l'hôpital Marie-Clarac. Il répondra à ses attentes pour trouver du financement afin d’entretenir et moderniser l'hôpital et mettra sur pied la Fondation Marie-Clarac. Comme secrétaire-trésorier, il fera grandir et rayonner la Fondation en s'entourant de prestigieux hommes et femmes d’affaires prêts à appuyer Sœur Mandato, directrice générale de l'hôpital. Il en sera le président durant une décennie. J’aimerais souligner sa contribution aux campagnes de financement qui ont rapporté 35 millions de dollars entre 2010- 2015. Cette campagne, une des plus prolifiques de la région, aura permis la construction d'un nouveau pavillon en 2014. Nous avons raison d'être fiers de notre collègue qui a reçu le Prix du Gouverneur Général pour l'entraide, en reconnaissance de sa contribution bénévole envers sa communauté. Vous avez toute notre admiration Monsieur Paquin!
  18. 18. Vol. 23, no 318 Des alliés antivieillissement Dans deux numéros antérieurs de notre revue, parus en 2011 et 2012, j'avais aussi abordé des aspects de l'alimentation au regard du vieillissement. Comme ces articles intitulés Des choix alimentaires qui profitent bien et Antioxydants et radicaux libres visaient à proposer des moyens pour aider notre organisme à se maintenir en meilleure forme et à ralentir les signes de vieillissement, j'ai cru bon en présenter un résumé succinct avant de vous partager ma découverte plus récente sur trois suppléments alimentaires qui semblent faire l'unanimité chez les personnes qui s'intéressent à l'alimentation anti-âge. Des choix alimentaires qui profitent bien: puisqu'il est reconnu que les personnes âgées présentent un risque accru de carences en micronutriments, il s'avère important de veiller à en avoir un apport suffisant afin de ralentir le processus de vieillissement inéluctable avec l'avancement en âge. La consommation des nutriments a comme effet de contribuer au bon fonctionnement d'un des systèmes de l'organisme ou de l'un ou l'autre des sens. Les micronutriments peuvent être contenus dans les aliments absorbés lors des repas ou des collations, ou encore dans des compléments nutritifs ajoutés judicieusement surtout si l'on doit prendre une médication quotidienne. Voici les micronutriments les plus recommandés: la vitamine D, la vitamine B6, l'acide folique, la vitamine B12, le calcium et le zinc. Antioxydants et radicaux libres: pour contrer au maximum les perturbations cellulaires et le vieillissement occasionnés par les radicaux libres, il est recommandé de manger des aliments qui sont de puissants antioxydants. Les antioxydants les plus connus sont la vitamine A, plus précisément les caroténoïdes, la vitamine C, la vitamine E, la lutéine et les flavonoïdes, le sélénium et les polyphénols ou le tanin végétal. Il n'est pas conseillé de prendre des suppléments d'antioxydants. On peut en obtenir un apport suffisant en consommant une variété d'aliments riches en antioxydants comme les légumes, les fruits, le pain, les pâtes et les céréales de grains entiers, les haricots, les lentilles, les noix, les graines, les huiles végétales, l'ail, le vin rouge, le chocolat pour son cacao, le café et le thé vert. Trois suppléments alimentaires recommandés: prendre certains suppléments, selon un dosage approprié, peut améliorer notre qualité de vie et procurer une protection contre les maladies. Actuellement les oméga-3, la vitamine D3 et les probiotiques s'avèrent des suppléments anti-âge avantageux pour optimiser notre santé. De nombreuses études cliniques concluent que les acides gras oméga-3 diminuent les risques de maladies cardiaques. En plus de prévenir la formation de caillots dans le sang, ils réduisent les risques de troubles vasculaires, contribuent à la diminution de la pression artérielle et du cholestérol, et stabilisent le rythme cardiaque. Une consommation régulière de ces gras améliore le fonctionnement des reins, augmente le taux d'énergie et défend aussi l'organisme contre les agressions extérieures. Un apport quotidien suffisant en acides gras adoucit la peau et peut soulager les victimes de problèmes cutanés. Les meilleures sources d'acides gras oméga-3 sont les poissons et les fruits de mer, des huiles d 'origine végétale et le jaune d'œuf. La vitamine D, particulièrement la D3, est beaucoup plus qu'une simple vitamine. Elle agit comme une hormone à différents niveaux et permet de contrôler les taux de calcium et de phosphore, le métabolisme des os et les fonctions neuromusculaires. Des études ont démontré de façon constante que les personnes âgées dont l'apport quotidien était de 400 à 800 UI de vitamine D3 conservaient leur densité osseuse et présentaient moins de fractures. Au Canada, le lait est enrichi de vitamine D3, permettant aux personnes qui assimilent bien ce produit d'atteindre un état nutritionnel optimal en vitamine D. Les probiotiques sont de micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui contribuent au maintien d'une bonne santé lorsqu'il sont pris en quantité suffisante. Ils sont naturellement présents dans les intestins et aident au maintien de l'équilibre de la flore intestinale. En situation normale, la flore intestinale se retrouve en équilibre. Cependant, elle peut être déséquilibrée par la prise d'antibiotiques, une alimentation riche en gras et pauvre en fibres, la déficience du système immunitaire et certaines maladies. On retrouve les probiotiques dans les yogourts, des fromages, du lait fermenté, des capsules à prendre oralement et des gouttes buvables. Ces conseils alimentaires seront d'autant plus profitables s'ils sont mis en pratique avec d'autres facteurs de santé tels : ne pas fumer, pratiquer un exercice régulier, maintenir un poids santé, avoir une consommation d'alcool modéré et un régime alimentaire équilibré, riche en micronutriments et comprenant un grand nombre de fruits et de légumes. Sources: Dr Gaétan Brouillard, La santé repensée. Les éditions de l'homme, 2015, pp.47-58. http://www.canalvie.com/sante-beaute/nutrition/infos-et-conseils/les-bienfaits-des-acides-gras-omega-3. http://www.savoirlaitier.ca/nutriments-laitiers/la-vitamine-d/avantages-de-la-vitamine-d3- en-comparaison-avec-la-vitamine-d2 http://www.brunet.ca/fr/conseils/les-bienfaits-des-probiotiques.html Françoise Coulombe
  19. 19. Vol. 23, no 3 19 LES PLAQUES COMMÉMORATIVES DU VIEUX-MONTRÉAL EXISTENT-ELLES ENCORE? «Où en serait l’histoire si les peuples des siècles passés avaient eu comme aujourd’hui la passion de renverser les vieilles murailles. Georges Dugas INTRODUCTION Soulignons, immédiatement, que les plaques commémoratives que la Société d’Archéologie et de Numismatique a fait poser dans le Vieux-Montréal ont subi les intempéries au cours des ans et plusieurs d’entre elles n’existent plus pour cette raison ou sont disparues à la suite de vol ou de nombreuses démolitions de bâtisses. Mais, j’évoquerai quand même des souvenirs historiques ou des événements qui ont marqué l’histoire de Montréal à partir des plaques disparues et celles qui demeurent. Cet amour de ma ville m’a été inculqué à l’École de Tourisme de l’Université de Montréal par les professeurs Herman Primeau, Wilfrid Du Cap, Georges Longval, Gérard Malchelosse, Mgr Olivier Maurault, Pierre Dagenais et A. McKay. Tous les endroits que je vous inviterai à visiter (je les ai visités moi-même) se situent dans l’enceinte des anciennes fortifications qui, malheureusement, ont été démolies au début du siècle dernier. Les historiens s’entendent pour dire que la Cité se situait dans un quadrilatère compris entre les rues Berri et McGill au sud de la rue Notre-Dame jusqu’au fleuve. Toutes les maisons et les édifices de ce secteur sont protégés depuis quelques années par des lois et règlements contre toute modification qui pourrait changer l’allure du site et surtout son caractère historique. Autrement, comment pourrait-on se rappeler les grandes étapes de l’histoire de Ville-Marie? PLACE ROYALE: LA FONDATION DE MONTRÉAL Site: angle de la Place d’Youville et de la rue de la Commune, à l’arrière du Musée d’archéologie et d’histoire. Histoire Sur l’obélisque (ou monument aux pionniers) il faut lire sur les plaques de bronze qui y sont fixées l’histoire en un clin d’œil de la fondation de Ville-Marie. Sur l’un des côtés, on y rappelle la fondation de la « ville de Montréal » le 18 mai 1642 par Paul de Chomedey de Maisonneuve. On y mentionne également qu’il « érigea les premières habitations, le fort, la chapelle, le cimetière qu’il renferma dans une enceinte de pieux.» Sur les trois autres plaques du monument érigé en 1892-94 par la Société Historique de Montréal, on peut y lire le nom des principaux fondateurs, tous membres de la Société Notre-Dame de Montréal ainsi que d’autres faits historiques. En traversant vers l’ouest la rue de la Commune, on passe à droite du monument de Sir John Young qui fut le premier président de la Commission du Port de Montréal et commissaire des travaux publics pour le Haut et le Bas-Canada de 1850 à 1854, il faut se rendre à l'angle aigu formé par le point de départ de la rue de la Commune. LA POINTE-À -CALLIÈRE: LE BERCEAU DE MONTRÉAL Site: à l’angle de la Place d’Youville et de la rue de la Commune. Histoire Vous vous trouvez, maintenant, à l’endroit précis que Champlain avait désigné sous le nom de Place-Royale en 1611. C'est sur ce même emplacement que Maisonneuve, en 1642, y érigea le Fort de Montréal aujourd'hui occupé par le Musée d'archéologie et d'histoire de Montréal. Dans ce fort, en palissade de pieux, de 320 pieds de côté, on y retrouvait la chapelle, le magasin et les premières maisons de Ville- Marie. Puis démoli en 1682, Louis-Hector de Callières, gouverneur de la ville de 1684 à 1698 y construisit son château vers l'extrémité Est de cette pointe de terre qui prit le nom de Pointe-à-Callière. Vous vous rendez jusqu'à l'ancien édifice de la douane à l'angle de la Place d'Youville et de la rue de la Commune, il existait jadis une plaque en bronze sur la porte Nord . Sur celle-ci, on y rappelait que cet endroit était réellement le berceau de Montréal, que Maisonneuve y construisit un fort remplacé par celui de Montréal:375e Jean-Guy Tremblay
  20. 20. Vol. 23, no 320 Monsieur de Callière. La première colonie était donc située au sud de la rivière Saint-Pierre qui coule aujourd'hui sous la rue des Commissaires pour se jeter dans le fleuve par un système de canalisation. LE CHÂTEAU DE CALLIÈRE Site: 224, Place d'Youville Histoire Sur cette plaque de marbre posée par la Société d'Archéologie et de Numismatique, on y évoque la mémoire de Louis-Hector de Callières qui fut successivement gouverneur de Montréal en 1684 puis de la Nouvelle-France en 1698 alors qu'il succéda au comte de Frontenac. Très attaché aux questions de préséance rattachées à son rang, il eut maille à partir d'une affaire de prie-Dieu avec l'évêque de Québec lors de l'inauguration de la chapelle du monastère des Récollets en 1694, chacun voulant la première place. L'une des plus grandes contributions de Monsieur de Callières fut d'avoir négocié lui-même la grande paix avec les Iroquois de diverses nations à Montréal le 25 juillet 1701. L’HÔPITAL GÉNÉRAL DES SŒURS GRISES Site: près du 310, Place d'Youville Histoire Soulignons, au départ, que la plaque installée par la Commission des Monuments Historiques du Québec est située un peu trop à l'ouest de la rue Saint-Pierre sur laquelle s'élevait, en 1692, le premier hôpital de Montréal. Fondé par un riche marchand du nom de François Charron de la Barre assisté de Pierre Le Ber et Jean Fredin, l'hospice accueillait les nécessiteux, hommes et enfants ainsi que les malades. Après la mort de Monsieur Charron en 1719, l'institution se détériora et ferma ses portes en 1745. Et à la suite de la fondation de la communauté des Sœurs Grises, Mère d'Youville (Marguerite Dufrost de la Jemmerais) prend possession de l'hôpital en 1747, à la mort des derniers frères Charron. Après l'incendie de 1765, l'hôpital général fut reconstruit au même endroit à partir des murs restants. Malheureusement, dans le prolongement de la rue Saint-Pierre, presque tout l'hôpital a été démoli y compris la chapelle. Toutefois, près du numéro 126 de la rue Saint-Pierre, il est encore possible d'y voir une partie de mur de son abside. De la rue Normand, nous pouvons également y voir une vieille partie du couvent. LE CENTRE D'HISTOIRE DE MONTRÉAL Site : 335, Place d'Youville Histoire À cet endroit, nous y retrouvons un bel édifice de brique avec un joli toit en pignon: c'est l'ancienne caserne des pompiers construite en 1903 et restaurée en 1981 pour faire un centre d'interprétation consacré à l'histoire de Montréal. La visite en vaut la peine puisque nous pouvons y découvrir comment nos ancêtres vivaient à l'époque. Il faut se rappeler, malgré qu'il n'y reste aucun indice et qu'aucune plaque commémorative ne souligne l'événement, la date du mercredi, 25 avril 1849 où un incendie rasa l'édifice du Parlement à l'endroit même où s'élève maintenant le Centre d'histoire de Montréal. À cette époque, Montréal ne comptait que 50 000 habitants et la ville s'étendait entre le fleuve, la rue Sherbrooke et les rues Guy et Papineau. Les membres de l'assemblée législative, ayant été convoqués au Parlement, au deuxième étage de ce vieux marché restauré, pour voter l'acte d'indemnité des victimes de la rébellion de 1837, qu'ils aient été rebelles ou victimes. Lorsque le gouverneur général Lord Elgin se leva pour sanctionner le projet de loi, des sourires furent remarqués sur les visages des membres du gouvernement Lafontaine-Baldwin, mais du côté de l'opposition, les tories sifflaient, chahutaient le gouverneur avant de sortir bruyamment. Le soir vers neuf heures, à la suite d'un rassemblement au Champ-de-Mars où un chef tory monta sur la tribune pour haranguer la foule et l'inciter à passer à l'action, les manifestants se dirigèrent vers le marché Sainte-Anne et flambeaux à la main encerclèrent le Parlement en séance législative. Et il arriva ce qui devait arriver lorsque des foules en colère manifestent : le Parlement fut rasé par les flammes, ce premier parlement de la réforme, issu de l'Action d'Union de 1841, le «grand ministère» qui avait combattu pour la liberté le règne de terreur instauré par les tories. A la suite de cet incendie, le Parlement siégea au marché Bonsecours avant de se transporter successivement à Kingston, à Québec puis à Ottawa. (Suite dans un prochain numéro) Note de la rédaction: Cet article est publié dans le cadre des fêtes du 375e anniversaire de Montréal. Merci à Monsieur Jean-Guy Tremblay pour ce rappel historique.
  21. 21. Vol. 23, no 3 21 Prenez garde à la fraude! L’arnaque amoureuse Maîtres dans l’art de la manipulation, les fraudeurs prennent le temps de tisser une relation de confiance avec leur victime, souvent rencontrée sur un site Internet de rencontre ou de réseautage. La plupart du temps, l’amoureux ou l’amoureuse virtuel vit à l’étranger et aucune rencontre en personne n’a pu se concrétiser. Puis survient un événement tel qu’un accident, maladie d’un proche ou démêlés avec la justice. C’est à ce moment que les demandes d’argent débutent. Ce type de fraude doit être signalé au Centre antifraude du Canada. L’arnaque téléphonique « grands-parents » Depuis quelques années, la fraude téléphonique contre les aînés est un phénomène en forte croissance. Dans ce genre de fraude, un présumé membre de la famille en péril appelle une personne prête à sacrifier ses économies pour venir en aide à ceux qu’elle chérit. Le malfaiteur demande toujours la discrétion et, évidemment, présente la situation comme urgente. C’est pourquoi, souvent, la personne âgée se plie à la demande et devient victime de la fraude téléphonique. Si vous ou l’un de vos proches croyez être victime de fraude téléphonique, communiquez immédiatement avec votre service de police local. Courriel frauduleux et hameçonnage Pour distinguer un courriel frauduleux d’un courriel authentique, vous devez vous concentrer sur le contenu du message. Le contenu d’un courriel frauduleux vous incite, souvent de façon urgente, à poser une action telle que mettre à jour vos renseignements personnels. Sachez que les institutions financières ne communiquent jamais avec vous par courriel pour vous demander ce type d’information. Si vous avez répondu ou croyez avoir répondu à un courriel frauduleux, modifiez vos mots de passe sans tarder dans tous les sites transactionnels que vous utilisez. Le programme Sécurité garantie à 100 % de Desjardins vous assure le remboursement des pertes en cas de fraude en ligne*. Ce programme est offert sans frais à tous les membres et clients, particuliers ou entreprises. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter au 1 877 442-(EDUC) 3382. *Certaines conditions s’appliquent.
  22. 22. Vol. 23, no 322 CITATION MYSTÈRE Placez les lettres de chaque colonne dans la case appropriée de manière à former une phrase complète. Les mots sont séparés par une case avec un X. Pause-détente, citation mystère, solution et publicité c o j l n e o n c e s h u z e s g s a e c i s a e t m r e i n e l n l t X X X X X X X X X X X X X X X X X X X Théophile Gautier Roland Labine Solution du V 23 # 2 Dumas Fils N’estime l’argent ni plus ni moins ce qu’il vaut, un bon serviteur ou un mauvais maître.
  23. 23. Vol. 23, no 3 23
  24. 24. Vol. 23, no 324

×