1
AVANT-PROPOS                                                                                   4A. SPORT ET CULTURE A LA C...
C. L’ECONOMIE DES EVENEMENTS CULTURELS ET SPORTIFS                                        601. QUELLE PLACE POUR LA TELEVI...
AVANT-PROPOS LES LIAISONS DANGEREUSES Le sport et la culture entretiennent avec les médias et plus particulièrement avec l...
fût Jimmy Hill en 1961, Peter Shilton devenant le joueur le mieux payé de la planète en 1979 avec       un contrat à 1 200...
artistique au plus grand nombre directement via des diffusions de contenus ou plus indirectement       via le financement ...
1. Le sport générateur                                            d’audience                        2. Vers une étendue de...
A. SPORT ET CULTURE A LA CROISEE DES CHEMINS        Le sport, la culture et la télévision ont vu leurs activités se rappro...
Notre propos est démontré par l’analyse des 100 meilleures audiences annuelles des 6 dernières       années. Nous observon...
graphique ci-dessous). En effet, ces moments peuvent être considérés comme des faitsmarquants de l’année pour les téléspec...
Les plus grandes audiences télévisuelles en France                    1   Football   France vs Portugal (DF)             C...
II. UN LEVIER / OBJET DE SEDUCTION POUR LES C HAINES DE LA TNT GRA                                            CHAINES     ...
à 22h576. Cest la « meilleure audience pour un match de foot » pour la chaîne, indiquait d’ailleurs    W9 dans un communiq...
Preuve en est, les part d’audiences des chaînes thématiques en février 20128, où des chaînes        comme Canal Plus Sport...
Cet événement est l’occasion de mettre en avant d’autres disciplines. 4,3 millions de         téléspectateurs ont ainsi re...
Les chaînes du groupe France Télévisions ont en effet battu des records d’audiences sur l’édition2011. L’étape du jeudi 21...
dynamiques, la plus forte hausse concerne lélectronique grand public, stimulée en premier lieu par     un « effet Coupe du...
Mais les vendeurs de téléviseurs ne sont pas les seuls à profiter de ce genre d’événements pourtenter de déclencher un ach...
Alors que l’on pourrait penser que le marché arrive à saturation vu le nombre de chaîne, il n’enn’est rien et l’offre cont...
Les chaînes d’information sportives L’Equipe TV (Groupe Amaury) et Infosport + (Groupe CanalPlus) sont importantes dans le...
Charles Biétry, elle se présente avec la volonté de devenir dans un                                                 futur ...
L’onde de choc provoquée par l’entrée sur le marché d’Al Jazeera et ses acquisitions de droits,            notamment conce...
−    Un marché stable ces dernières années bouleversé par une entrée majeure (Al Jazeera)                 et le changement...
Cette tendance est visible en premier lieu sur le genre « Musique / Spectacles ». En dehors de       l’hommage à Grégory L...
L’absence de critique dur au fait que les artistes eux-mêmes ne l’acceptent pas. Combien de« polémiques » sont nées de cri...
−    en matière de programmes culturels, notamment musicaux ».28         Ces tâches différencient le groupe de ses grands ...
IV. LA MUSIQUE          Les concerts uniques France Télévisions          Tout au long de la saison télévisuelle 2011 / 201...
ludique, varié et riche de tout ce qui se crée au cinéma, au théâtre, dans la littérature, la musique       et tous les ar...
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?

2 324 vues

Publié le

Mémoire complet Master 2 (2012).

Publié dans : Marketing
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 324
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire complet - La télévision "hors de la boîte", futur médiatique des événements culturels et sportifs ?

  1. 1. 1
  2. 2. AVANT-PROPOS 4A. SPORT ET CULTURE A LA CROISEE DES CHEMINS 81. LE SPORT, GENERATEUR D’AUDIENCE 81. LES GRANDES AUDIENCES SPORTIVES 82. LA CHASSE AUX RECORDS 103. 2012, DES PERSPECTIVES EXCEPTIONNELLES POUR LES AUDIENCES AUDIOVISUELLES SPORTIVES 144. LES GRANDS EVENEMENTS SPORTIFS, LEVIERS POUR LA CONSOMMATION DES MENAGES 162. VERS UNE ETENDUE DE L’OFFRE TELEVISUELLE SPORTIVE 181. LES PRINCIPALES OFFRES TELEVISUELLES SPORTIVES FRANÇAISES 192. AL JAZEERA, L’ACTEUR QUI CHAMBOULE TOUT 203. FIN DE PARTIE POUR CFOOT : L’IMPOSSIBILITE D’UN « AUTRE FOOTBALL » A LA TELEVISION ? 214. L’EQUIPE TV HD, PREMIERE CHAINE D’INFORMATIONS SPORTIVES FRANÇAISE DISPONIBLE SUR LA TNTGRATUITE 223. UNE CULTURE TELEVISUELLE STANDARDISEE ET MISE EN ECHEC 231. QUELLE CULTURE ? 232. EXISTE T-IL ENCORE UN DROIT A LA CRITIQUE ? 243. LES TENTATIVES INFRUCTUEUSES DU SERVICE PUBLIC 254. ARTE, CHAINE ESTIMEE MAIS PEU REGARDEE 285. L’ECHEC ALLOCINE TV 284. VERS UNE EVOLUTION DE LA CONSOMMATION 291. LA CONSOMMATION MULTI-ECRANS 302. DES TELESPECTATEURS ACTIFS ET PAS UNIQUEMENT SPECTATEURS 313. LA CONSOMMATION DELINEARISEE DE CONTENUS TELEVISES 334. DES EQUIPEMENTS DE PLUS EN PLUS CONNECTES 355. UNE PRISE DE CONSCIENCE GOUVERNEMENTALE 37SPORT & CULTURE, LA CROISEE DES CHEMINS - LES 10 IDEES CLES 39B. LA TELEVISION « HORS DE LA BOITE » 411. LA NOTION DE CROSS MEDIA 411. DEFINITION 412. QUELS INTERETS POUR LES CHAINES ET LE TELESPECTATEURS ? 412. LA VIDEO & INTERNET 421. QUELS ACTEURS PRESENTS POUR QUELS CONTENUS ? 432. LE STREAMING ILLEGAL AU SOMMET AVANT L’AFFAIRE MEGAUPLOAD 453. LES ACTEURS TELEVISES : UN ROLE DETERMINANT A JOUER SUR LE NET 463. 2012, ANNEE DE LA CATCH UP TV ? 481. DEFINITION 482. UNE CONSOMMATION EN FORTE PROGRESSION 493. TROUVER UN MODELE ECONOMIQUE 514. LES DIFFERENTS TYPES DE CONTENUS TELEVISES CONSOMMES SUR LES PLAYERS DES CHAINES DETELEVISIONS 515. ALLER A LA RENCONTRE DU TELESPECTATEUR 524. LA TELEVISON MOBILE PERSONNELLE 531. DEFINITION & ORIGINES 532. VERS UNE RENAISSANCE DU CONCEPT AVEC LA DEMOCRATISATION DES TABLETTES ? 545. L’AVENEMENT D’UN NOUVEAU TYPE D’OFFRE DES CONTENUS CULTURELS ? 551. LE PHENOMENE NETFLIX 552. LA RIPOSTE DES GRANDS ACTEURS DE LA PRODUCTION DE CONTENUS : HULU 563. EN FRANCE : L’ANTICIPATION DE CANAL +, D’AUTRES OFFRES EN PREPARATION ? 56LA TELEVISION HORS DE LA BOITE – 10 IDEES CLES 58 2
  3. 3. C. L’ECONOMIE DES EVENEMENTS CULTURELS ET SPORTIFS 601. QUELLE PLACE POUR LA TELEVISION DANS L’ECONOMIE ET LA VIE DES EVENEMENTS SPORTIFS ? 601. QUELS POSTES DE REVENUS POUR LES GRANDS EVENEMENTS SPORTIFS ? 602. LA PREDOMINANCE DE LA TELEVISION DANS L’ECONOMIE DES GRANDS EVENEMENTS MONDIAUX ETNATIONAUX 613. QUELLES SOURCES DE REVENUS POUR LES EVENEMENTS MINEURS ? 634. LE DEVELOPPEMENT DE SYSTEMES PARRALLELES : L’AUTO-FINANCEMENT D’EVENEMENTS PAR LESMARQUES 642. ECONOMIE DES EVENEMENTS CULTURELS 641. LES PRINCIPAUX MODES DE FINANCEMENT DES GRANDS EVENEMENTS CULTURELS 642. LES PARTENAIRES MEDIAS : PAS UNIQUEMENT UN MOYEN DE FINANCEMENT 66C. LES EVENEMENTS ALTERNATIFS : ENTRE MARQUES, WEB ET SPONSORING 671. L’ECONOMIE PARRALLELE DES SPORTS DE GLISSE 672. MARQUES ET CREATIONS DE CONTENUS ON-LINE 69L’ECONOMIE DES EVENEMENTS CULTURELS ET SPORTIFS - 10 IDEES CLES 70D. QUELLES SOLUTIONS ENVISAGEES ? 721. S’ADAPTER AUX NOUVEAUX MODES DE CONSOMMATION DES CONTENUS VIDEO 721. SAISIR UNE OPPORTUNITE, ANTICIPER UNE MENACE 722. DEMULTIPLIER UNE PRESENCE SUR L’ENSEMBLE DES ECRANS ET INVENTER DE NOUVEAUX CONTENUS POURACCENTUER L’EXPERIENCE CONSOMMATEUR 733. ANTICIPER ET PROLONGER L’EVENEMENT 754. OFFRIR DES CONTENUS D’UNE QUALITE NOUVELLE SUR LE WEB 765. PEU D’OPPORTUNITES A SAISIR POUR LES EVENEMENTS SUR LA CONSOMMATION DELINEARISEE ? 772. BOUSCULER LES HABITUDES DES CHAINES 781. ENVISAGER LA DIFFUSION DE NOUVEAUX TYPES D’EVENEMENTS 782. LES OUBLIES DE L’ANTENNE 793. LES RESEAUX SOCIAUX ET DE NOUVEAUX PARTENAIRES : IMPLIQUER ET CREER UN NOUVEAU GENRE DECONSOMMATION 801. EXPORTER LES CONTENUS SUR DES PRODUCTEURS DE CONTENUS PARTENAIRES 812. TWITTER & FACEBOOK - LA COURSE AU CHIFFRE 823. CREER DE NOUVELLES MANIERES DE S’IMPLIQUER DANS L’EVENEMENT 844. L’INTERET NOUVEAU DES GRANDS ACTEURS DU WEB POUR LES EVENEMENTS 851. DAILYMOTION / YOUTUBE - VERS UN INTERET PRONONCE PAR LA DIFFUSION LIVE 862. VERS LA CONSTITUTION D’UNE OFFRE BASEE SUR DE GRANDS EVENEMENTS ? 873. LE WEB, CHANCE DES « PETITS » ? 884. LA MONETISATION DES CONTENUS VIDEOS, LA QUESTION DU MODELE ECONOMIQUE SUBSISTE POURDEFINITIVEMENT DEMOCRATISER LA PRATIQUE 885. LE LANCEMENT D’UNE OFFRE ONLY WEB FONCTIONNERAIT-ELLE ? 891. QUELS DROITS POUR LE WEB ? 902. DES PREMIERES TENTATIVES 913. UNE OFFRE WEB EST-ELLE UNE OFFRE GRATUITE ? 914. QUELS ACTEURS POUR LANCER UNE OFFRE « ONLY WEB » ? 92QUELLES SOLUTIONS ? - 10 IDEES CLES 94CONCLUSION - LE WEB COMME FUTUR PARTIEL DES EVENEMENTS 95 3
  4. 4. AVANT-PROPOS LES LIAISONS DANGEREUSES Le sport et la culture entretiennent avec les médias et plus particulièrement avec le plus grand d’entre eux, la télévision, plus de points communs qu’on pourrait le penser. Loisirs quotidiens accessibles à la « masse », ils sont de véritables acteurs de la diversité, du rassemblement des classes autour d’une seule et même activité, représentés par des figures d’une grande notoriété. Leurs capacités à provoquer des émotions, à créer un lien immatériel unissant ceux qui les regardent ou y participent en font des composants absolument essentiels de notre société. Leur manière d’évoluer à travers le temps, leurs dérives aussi, les ont encore rapprochés. Leurs fonctions, leurs portées et leurs puissances émotionnelles absolument incroyables, les ont amené sur des terrains imprévus et les ont amené a servir des intérêts très éloignés de leurs vocations originelles. Les récupérations à des fins idéologiques dont ils ont été les victimes en sont la preuve la plus cinglante. Comment par exemple, ne pas penser à la mise à contribution de ces leviers extraordinaires pour l’opinion publique à l’effort de guerre au cours de la seconde guerre mondiale et ce quelque soit le camp dans lequel l’action prenait part. Ce qui est absolument évident pour le sport avec l’instrumentalisation des Jeux Olympiques de Berlin de 1936, considérés comme le plus grand acte de propagande jamais réalisé, ou les médias via l’utilisation de l’antenne de la BBC pour la mise en place de Radio Londres entre le 18 juin 1940 et Juin 1944 l’est également pour la culture. N’oublions pas que Tex Avery ou les studios Disney ont aussi participé à l’effort de guerre Outre-Atlantique, mettant en scène Mickey ou Donald dans des films de propagande certain tout au long de la guerre. Ces enjeux de société sont aujourd’hui tous les trois structurés et contrôlés par une politique étatique. Depuis 1959 pour la Culture et la nomination d’André Malraux par le Général de Gaulle et en pointillés depuis 1936 pour le sport (sous secrétariat d’état en 1936, ministère en 1966 avec périodes d’absences entre ces deux dates) ces sujets trouvent écho au quotidien et font l’objet de stratégies aux échelles nationales et mondiales. La télévision, quant à elle considérée comme une forme de sous culture, est supervisée par une antenne du Ministère de la Culture et de la Communication et entretient toujours des liens étroits avec le pouvoir. N’oublions pas que les présidents des groupes de télévisions et de radios publiques sont pour le moment nommés (après validation d’instances compétentes) sur proposition du Président de la République Française. PRESSION FINANCIERE : MONTEE EN PUISSANCE La plus grande des distinctions mais aussi aujourd’hui le plus grand rapprochement opéré entre la télévision, la culture et le sport a été la progression de leur caractère commercial. La culture, si elle a presque toujours été instrumentalisée, été un objet de convoitise et constitué un marché n’a pas été créée dans le but de devenir une activité lucrative. Preuve ultime de cette affirmation, l’acte de création, supposé désintéressé est difficilement quantifiable monétairement. Cela n’a toutefois pas empêché le marché de l’art de s’envoler. Le 3 mai 2012, « Le cri », d’Edvard Munch, devenait l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue en étant attribuée 119,92 millions de dollars. Le sport, comme l’acte culturel, n’offre pas de rémunération dans sa pratique quotidienne et n’a pas été créé dans une optique mercantile. Il a d’ailleurs attendu beaucoup plus longtemps pour entretenir de vrais rapports avec l’argent. Si les premiers footballeurs rémunérés sont apparus à la fin du XIXème siècle (légalisation du football professionnel en Angleterre en 1885) les salaires des joueurs ont explosé très tardivement. Le premier joueur à avoir touché 100 livres par semaine 4
  5. 5. fût Jimmy Hill en 1961, Peter Shilton devenant le joueur le mieux payé de la planète en 1979 avec un contrat à 1 200 livres par semaine. En 1995, l’arrêt Bosman a établi l’illégalité de quotas sportifs communautaires (impossibilité de limiter le nombre de nationalités dans une équipe professionnelle) pour lancer l’âge d’or du football business. En 2010, Carlos Tevez, joueur d’un club de Manchester, devenait le premier millionnaire mensuel du football anglais. La nature commerciale du monde des médias et encore plus particulièrement celui de la télévision est beaucoup plus évidente et même bien plus ancrée dans son ADN. Son activité, plus récente, fût en effet quasiment immédiatement l’apanage de professionnels. En France, sa démocratisation dès les années 1960 (environ un million de postes de télévisions) et l’arrivée de la couleur en 1968 annonça l’entrée en matière de la publicité. La suite n’est qu’une explosion des investissements publicitaires sur le média jusqu’à aujourd’hui. Au premier trimestre 2012, le Chiffre d’Affaires Hors Taxe du média Télévision s’élevait à 2,1 milliards d’euros1. L’EVOLUTION DES CONTENUS Que de chemin parcouru entre le 24 février 1950 et le premier direct télévisé en France : « Le jeu de l’amour et du hasard » sur l’unique chaîne de télévision à l’époque. Le paysage audiovisuel n’a jamais cessé d’évoluer depuis la démocratisation du média télévision, la culture et le sport voyant également leur place largement évoluer et leur statut changer sur la période. Ainsi, si nous trouvons plus aujourd’hui un équivalent à « Apostrophe », émission lancée le 10 janvier 1975 sur Antenne 2 et animée par Bernard Pivot jusqu’en juin 1990 il n’y a aujourd’hui plus de meilleur endroit pour suivre un événement sportif que devant son poste de télévision. Deux facteurs principaux sont en effet venus complètement bouleverser la vie de ce média. − La concurrence d’abord, qui s’est largement étendue au cours des années 80 (lancement de MTV en 1981, de Canal + le 4 novembre 1984, privatisation de TF1 en 1987) et qui a ensuite connu une nouvelle forme de développement au milieu des années 2000 avec le lancement de la télévision numérique. Entre temps, les chaînes spécialisées à péage trouvaient également un segment à exploiter (création de CanalSat en 1992 et de TPS en 1996), complétant une offre désormais pléthorique. − Conséquence directe d’une concurrence accrue, l’arrivée d’une mesure d’audience quotidienne venant sanctionner ou valoriser les stratégies de programmation des chaînes. Créée en 1985 par la volonté commune des acteurs du marché de disposer d’une mesure commune, Médiamétrie a chamboulé la vie du marché. Plus dépendantes des résultats, les chaînes se tournent désormais vers des programmes destinés à conquérir le public le plus large possible, privilégiant souvent un résultat à un contenu. Le 28 septembre 1992 la naissance d’Arte constituait l’un des derniers actes de résistance à une télévision dont les objectifs sont désormais plus orientés en fonction de leurs revenus publicitaires que de la qualité de leurs contenus. Le sport et la culture, sous des formes diverses via leurs facultés à ressembler devenaient alors des éléments incontournables des contenus programmés. UNE BONNE OU UNE MAUVAISE CHOSE ? Si la démocratisation de la pratique télévisuelle a clairement permis une ouverture pour le grand public à une certaine forme de culture, la question des types de contenus culturels mis en avant sur la majorité des chaînes demeure. Si la télévision peut-être un moyen d’offrir la création1 Bilan publicitaire Télévision 1er trimestre 2012 - Yacast 5
  6. 6. artistique au plus grand nombre directement via des diffusions de contenus ou plus indirectement via le financement de productions cinématographiques par exemple, elle sera désormais toujours configurée dans une logique commerciale permettant aux chaînes de remplir leurs objectifs en termes d’audiences et de recettes publicitaires. C’est ainsi que nous avons assisté à de nouvelles formes d’expressions et de mises en scènes de la vie culturelle et notamment de la musique. Cette réflexion est également valable pour le sport, qui devra a fait fi de certaines valeurs pour s’adapter à sa médiatisation grandissante. Cette problématique de l’audimat et son impact sur la création, Pierre Bourdieu s’y intéressait en 1996 dans son essai « Sur la télévision »2 : « il est important de savoir que, historiquement, toutes les productions culturelles, [...] qu’un certain nombre de gens considèrent comme les productions les plus hautes de l’humanité, les mathématiques, la poésie, la littérature, la philosophie, toutes ces choses ont été produites contre l’équivalent de l’audimat, contre la logique du commerce. Voir se réintroduire cette mentalité audimat jusque chez les éditeurs d’avant-garde, jusque dans les institutions savantes, qui se mettent à faire du marketing, c’est très inquiétant parce que cela risque de mettre en question les conditions mêmes de la production d’œuvres qui peuvent paraître ésotériques, parce qu’elles ne vont pas au-devant des attentes de leur public, mais qui, à terme, sont capables de créer leur public ». S’il semble donc illusoire de penser que la télévision soit un réel moyen d’expression pour les différents courants artistiques et ne représente pas un bon terrain pour diffuser la création à proprement parlé, il paraît clair que son influence sur le secteur n’en est pas moins déterminante. Elle est aujourd’hui un passage quasiment obligé pour les artistes et les sportifs pour s’offrir une visibilité et vivre de leur talent. L’objet de notre réflexion apparaît alors assez naturel. Dans les conditions actuelles et compte tenu des perspectives d’évolution de l’activité télévisuelle ces prochaines années, la télévision ne semble plus représenter le cadre idéal pour promouvoir ces formes d’expressions. Les dérivés et les nouveaux moyens mis en place par les acteurs majeurs du secteur pour étendre leur zone d’influence pourraient en revanche offrir des terrains plus flexibles, plus libres et plus spécialisés ce qui implique donc la question suivante : La télévision « hors de la boîte » représente-t-elle le futur médiatique de l’événementiel culturel et sportif ? Pour mener l’analyse de la situation actuelle, des perspectives d’évolution et envisager des solutions à apporter à ces secteurs d’activité, nous nous appuierons sur les étapes de réflexions et de recherches suivantes. Dans un premier temps, une analyse de l’activité télévisuelle en matière de sport et de culture ces dernières années sera menée afin de dégager des tendances et établir des constats. Nous nous attacherons dans un deuxième temps à définir les nouveaux moyens de consommer des contenus télévisuels et à analyser leur portée. Une rapide analyse de l’économie des événements nous amènera ou pas, à constater une dépendance économique de ces événements vis à vis du média télévisé. Enfin nous tenterons de proposer quelques solutions et quelques perspectives en vue d’un développement de nouvelles offres médiatiques pour les événements culturels et sportifs.2 Pierre Bourdieu – référence essai 6
  7. 7. 1. Le sport générateur d’audience 2. Vers une étendue de l’offre 3. Une culture télévisuelle standardisée et mise en échec 4. Vers une évolution de la consommationA. Sport et Culture à la croisée des chemins 7
  8. 8. A. SPORT ET CULTURE A LA CROISEE DES CHEMINS Le sport, la culture et la télévision ont vu leurs activités se rapprocher, s’imbriquer. Les événements sportifs et culturels ont « pénétré» l’écran de télévision mais en ont aussi désormais besoin pour exister, obtenir une visibilité nécessaire à leur survie. Nous nous attacherons à démontrer dans cette partie que si en effet, leur présence sur l’écran de télévision est extrêmement importante, l’inverse l’est également. Les chaînes de télévisions ne peuvent en effet se passer de ces événements clés, générateurs d’audiences et de lien(s) entre les téléspectateurs et leur chaîne. 1. LE SPORT, GENERATEUR D’AUDIENCE 89 % des 15 ans et plus pratiquent un sport. 65 % des français déclarent avoir une pratique soutenue (au moins une fois par semaine)3. Que ce soit en tant que licencié ou comme pratique amateur, le sport est réellement un élément clé de la vie quotidienne des français. Il est dès lors totalement naturel que les grands médias mettent en avant dans leur offre des pratiques qui passionnent et rassemblent leurs consommateurs. Ces contenus audiovisuels, diffusés sous des formes variées, sont autant devenus des éléments clés dans la vie des grands médias que dans celle du public. C’est ce que nous allons nous attacher à démontrer. 1. LES GRANDES AUDIENCES SPORTIVES Le sport est doté d’une puissance émotionnelle extraordinaire. Capable de rassembler, de créer du lien entre différentes parties de la population, il prouve autant sa capacité à créer de l’enthousiasme en amenant chaque week-end des dizaines de milliers de spectateurs dans les stades qu’en les rassemblant devant leurs postes de télévision lors de la diffusion de ses plus grandes représentations dans les grands médias. Pour prouver cette affirmation, il nous suffit d’étudier l’historique des meilleures audiences obtenues par les chaînes de télévision. Le 20 sport truste les meilleures places avec une constance inégalée parle nombre d’audiences de sport les autres genres. La régularité des grandes compétitions (Coupe du dans le top 100 des meilleures monde de football et de rugby, Championnats d’Europe de football, audiences en 2006 et en 2010. Jeux Olympiques, autres grands événements type Roland Garros ou Le Tour de France) lui permet en effet, de toujours figurer au palmarès des meilleures performances annuelles. 3 Source : enquête pratique et physique 2010, CNDS / direction des sports, INSEP, MEOS.
Champ : personnes résidant en France (métropole et départements d’outre-mer) et âgées de 15 ans ou plus. 8
  9. 9. Notre propos est démontré par l’analyse des 100 meilleures audiences annuelles des 6 dernières années. Nous observons deux pics associés aux années de Coupe du Monde de football (2006 et 2010). Si ces chiffres ne sont pas atteints chaque année, le sport n’est jamais absent des palmarès. Quelques enseignements à retirer de ces premières données : - En 2006 et 2010, 20 % des meilleures audiences enregistrées par les chaînes de télévision françaises l’ont été grâce à du sport. Des performances des équipes - Nous observons que les performances de l’équipe nationales importantes pour nationale, si elles sont importantes pour établir des booster les audiences sans pour performances au-delà des standards habituels ne sont autant être nécessaires pas pour autant essentielles à l’établissement de grandes audiences pour les chaînes diffusant ces compétitions. En effet, en 2010 alors que les joueurs de l’équipe de France de football ne dépassaient pas le premier tour de la compétition, les résultats d’audience de la compétition ne s’effondraient pas. La finale de la Coupe du Monde diffusée sur TF1 (Espagne vs Pays-Bas le 11 juillet) obtenait la 4ème audience de l’année (14,11 millions de téléspectateurs, 63 % de part d’audience). - Nous pouvons aussi noter que le sport peut outrepasser ses fonctions et créer un engouement allant bien au-delà de la simple rencontre sportive. Preuve en est avec la place occupée dans le classement des audiences 2010 par le JT de TF1 du Le sport outrepasse ses 11 mai 2010 au cours duquel Raymond Domenech, alors fonctions : 10,4 millions de sélectionneur national annonçait la liste des joueurs retenus pourtéléspectateurs pour l’annonce participer à cette Coupe du Monde. La partie du journal relative à de la liste des joueurs cette intervention regroupait 10,4 millions de téléspectateurs pour sélectionnés pour disputer la une Part d’audience de 41%. CDM 2010 de football. Cette extraordinaire portée du sport est confirmée par le placement de ces audiences dans le top 10 des meilleures scores annuels (cf. 9
  10. 10. graphique ci-dessous). En effet, ces moments peuvent être considérés comme des faitsmarquants de l’année pour les téléspectateurs.Le cas de la Coupe du Monde 2006 est symbolique. Sur les 10 meilleures audiences de l’année, 9sont attribuées à la compétition qui a vu la France parvenir jusqu’à la finale de la Coupe duMonde organisée en Allemagne. Pour obtenir de tels résultats, il est clair que cet événementdépasse un simple cadre sportif.La compétition obtenait d’ailleurs la meilleure audience jamais obtenue par un programmediffusé en France avec la demi-finale remportée par la France face au Portugal (22,2 millions detéléspectateurs massés devant leur poste le 5 juillet sur TF1).Encore une fois, aucune année n’échappe à cette règle. En 2010, les grandes audiencess’accumulaient malgré les piètres performances de l’équipe de France et en 2007, la Coupe duMonde de Rugby disputée en France obtenait les faveurs des téléspectateurs. La demi-finaleperdue par le XV de France face à son rival anglais retenait l’attention 18,3 millions detéléspectateurs pour établir le record de l’année et la meilleure performance jamais obtenue parun match de rugby.2. LA CHASSE AUX RECORDSLe sport, comme nous l’avons vu ci-dessus, est un producteur d’audiences formidable. Il permetd’établir des records et de donner un prestige quasiment sans équivalent aux chaînes qui ont eul’occasion de retransmettre l’événement, créant ainsi un lien indéfectible avec le téléspectateurpar les émotions qu’il suscite.Cette tendance apparaît également clairement lorsque nous nous penchons sur les recordshistoriques d’audiences ou le sport ne truste ni plus ni moins que les 10 premières places desplus grandes audiences de tous les temps en France (cf. tableau ci-dessous). 10
  11. 11. Les plus grandes audiences télévisuelles en France 1 Football France vs Portugal (DF) CDM 2006 5 juillet 2006 22,2 TF1 2 Football France vs Italie (F) CDM 2006 9 juillet 2006 22,1 TF1 3 Football France vs Italie (F) Euro 2000 2 juillet 2000 21,4 TF1 4 Football France vs Brésil (F) CDM 1998 12 juillet 1998 20,6 TF1 5 Football France vs Espagne (8èmes) CDM 2006 27 juin 2006 19,6 TF1 6 Football France vs Portugal (DF) Euro 2000 28 juin 2000 18,3 France 2 7 Football Togo vs France (1er Tour) CDM 2006 23 juin 2006 18,3 TF1 8 Rugby France vs Angleterre (DF) CDM 2007 13 octobre 2007 18,3 TF1 9 Football France vs Corée du Sud (1er Tour) CDM 2006 18 juin 2006 18,1 TF1 10 Football France vs Brésil (QF) CDM 2006 1et juillet 2006 17,9 TF1 Nous pouvons donc très clairement voir que le sport est le type d’événement exclusivement représenté dans ce top 10 des meilleures audiences historiques4 depuis la création du Médiamat National Quotidien. On remarque, comme vu plus haut que le football y occupe une place essentielle et que le seul autre sport ayant accès aux honneurs de ce classement est le rugby. Ces données affirment encore une fois l’analyse précédente qui 10 mettait en avant l’importance (même relative) du parcours et deLes dix plus grandes audiences l’affection portée à l’équipe nationale. Aucune des rencontres quide tous les temps enregistrées font l’objet de ces mesures d’audiences exceptionnelles neen France sont à attribuer à des comprenait pas la présence de l’équipe de France sur le terrain. événements sportifs Ce phénomène ne correspond bien entendu pas à une exception française. 111,3 millions de téléspectateurs ont regardé le Superbowl dans la nuit du 5 février 2012 aux Etats-Unis. Pour la 7ème année consécutive, cette audience était en hausse, battant ainsi le record établit par ce même événement l’année précédente. I. LES NON SPECIALISTES ET LE SPORT : UN MOYEN DE MONTRER SA PUISSANCE ET D’AFFIRMER SES AMBITIONS Le sport est comme nous l’avons vu précédemment, un moyen idéal pour les plus grandes chaînes de battre des records d’audience5, de rentrer dans l’histoire télévisuelle et dans l’esprit des téléspectateurs / consommateurs. Certaines chaînes généralistes (pour ne pas dire la plupart), se servent du sport pour montrer à leurs téléspectateurs l’ambition de leur programmation. Ces achats de droits se révèlent de bonnes opérations de communication pour les chaînes qui en plus d’accroître leur crédibilité réalisent souvent de bonnes performances, créant du lien avec leurs téléspectateurs. Plusieurs exemples peuvent être cités : France 3 et les Coupes Nationales. Le sport peut parfois être le moyen d’affirmer une politique éditoriale. C’est le cas de France 3 notamment, qui permet lors des premiers tours de Coupes nationales, à ses téléspectateurs de regarder le match de leur équipe régionale en diffusant chacune des rencontres. Cette stratégie de programmation, totalement en phase avec le caractère régional de la chaîne est autant un moyen d’affirmer l’identité de la chaîne que de la connecter avec ses téléspectateurs via un programme chargé de sens. 4 Source : Médiamétrie 5 http://enpleinelucarne.net/2011/10/tennis-le-masters-de-bercy-3586 11
  12. 12. II. UN LEVIER / OBJET DE SEDUCTION POUR LES C HAINES DE LA TNT GRA CHAINES GRATUITEW9 et le Superbowl. La petite sœur de la chaîne M6 diffuse depuis quelques années le plus grand .événement sportif américain. Quelle manifestation peut mieux représenter un achat de droit énement droitspour se constituer un certain prestige que celui ci, alors que le public français est extrêmement celui-ci,mal éduqué et peu fasciné par ce sport ?Même diffusé en pleine nuit, la puissance du Superbowl permet à W9 de réunir destéléspectateurs et de signer des records d’audiences. Anciennement diffusé par FranceTélévisions, l’événement s’installe sur W9 qui voit tous les ans son audience augmenter et se rapprocher de celles enregistrées par le grand groupe public au milieu des années 2000. Au delà d’une capacité à générer une bonne audience pour son heure de diffusion (début du match entre minuit et une heure du matin), cet événement planétaire est surtou un bon surtoutmoyen pour une chaîne comme W9 de marquer son entrée dans la classe des chaînes nationalesqui comptent, de celles qui sont capables de proposer un événement de portée internationale quiest de plus en adéquation parfaite avec la cible principale de la chaîne. Performances du Superbowl en France P (en milliers de téléspectateurs) 700000 600000 500000 400000 300000 200000 100000 0 2006 200 07 2008 2009 2010 2011 2012W9 et la Ligue Europa. W9 diffuse également les matches de certains clubs français dans la .seconde compétition européenne de football annuelle. Se focalisant sur une équipe française derenom (Paris Saint-Germain en 2011, Olympique de Mars Germain Marseille lorsque le club disputait cettecompétition), W9 affiche très clairement ses ambitions : proposer un produit d’appel au ),détriment d’une affiche à un intérêt sportif plus élevé. La chaîne a également profité de ces rencontres pour proposer des innovations, en permettant notamment de regarder certains matches dans leur version originale (diffusions en portugais lors de matches comportant des équipes lusitaniennes).Côté performances, Salzbourg Salzbourg-PSG (2-0, 5e j. de la phase de poules de la Ligue Europa) a 0,rassemblé 1,9 millions de téléspectateurs sur la chaîne de la TNT le 1er décembre 2011,enregistrant même un pic daudience à 2,4 millions damateurs de football à la fin de la rencontre, 12
  13. 13. à 22h576. Cest la « meilleure audience pour un match de foot » pour la chaîne, indiquait d’ailleurs W9 dans un communiqué. Direct 8 et les « autres » Equipes de France. « A lépoque, la Fédération Française de Football (FFF) lançait un appel doffres 2 430 000 pour le championnat national et les Espoirs. Ce lot incluaittéléspectateurs : le record des également les droits TV de lEquipe de France Féminine jusquen chaînes de la TNT Gratuite. 2014, pour lequel nous nous sommes donc engagés à diffuser Signé par Direct 8 lors de la trois matchs par an». Thierry Cheleman, directeur des sports de demi-finale de la CDM de Direct 8. football féminin. Direct 8 retransmet depuis 2009 plusieurs rencontres par an des équipes de France Espoirs et Féminines de football. Le public, en attente d’un sport aux autres valeurs que celles du football professionnel masculin, qualifié de « business », s’est largement pris au jeu et a apporté un vrai crédit à cette programmation. En 2011, les performances des matches des équipes féminines ont pris une autre dimension avec le parcours en Coupe du Monde des Bleues. La demi-finale opposant la France aux Etats-Unis du Mondial féminin signait le record historique de la chaîne et de la TNT toutes chaînes confondues avec 2 430 000 téléspectateurs et 17,4% de part daudience. Les performances de la rentrée 2011 ont également surfé sur cette vague d’affection, les matchs qualificatifs des Bleues à lEuro 2013 ont en effet attiré entre 720 000 et 940 000 fans7 à chacune de leurs diffusions. II. LES CHAINES SPORTIVES : FIGURES DE PROUE DES THEMATIQUES Les grands noms des chaînes thématiques de sport restent des références des chaînes payantes, restant bien au-dessus des standards habituels des chaînes thématiques.6 http://www.francefootball.fr/fiche/club/09/1009-red-bull-salzbourg.html#!/news/2011/12/02/131252_le-psg-cartonne-sur-w9.html(Source Médiamétrie)7 http://www.lefigaro.fr/sport-business/2011/10/12/04014-20111012ARTFIG00748-le-foot-feminin-booster-d-audience-pour-direct-8.php(Sources Médiamétrie) 13
  14. 14. Preuve en est, les part d’audiences des chaînes thématiques en février 20128, où des chaînes comme Canal Plus Sport s’approchent du 1% de part de marché et donc de certaines performances enregistrées par des chaînes de la TNT Gratuite. 3. 2012, DES PERSPECTIVES EXCEPTIONNELLES POUR LES AUDIENCES AUDIOVISUELLES SPORTIVES I. LE CHAMPIONNAT D’EUROPE 2012 DE FOOTBALL Nous l’avons vu, le football est un extraordinaire vecteur pour amener les audiences télévisuelles à leurs plus hauts niveaux. L’édition 2012 des championnats d’Europe ne devrait pas faillir à la règle. Les événements précédents laissent entrevoir des perspectives extrêmement intéressantes pour les chaînes qui ont acquis les droits, d’autant que l’équipe de France est qualifiée pour la compétition. En 2008, la France, défaite contre l’Italie et les Pays-Bas en phase de poules attirait 13,2 millions de téléspectateurs sur M6 le 17 juin 2008 et 12,6 millions le 13 juin sur TF1. Malgré donc le piètre parcours de l’équipe nationale, les Français se sont passionnés pour l’événement puisqu’ils étaient 11,2 millions à regarder la finale de la compétition (Allemagne – Espagne le 29 juin à Vienne sur TF1)9. L’édition 2004 de l’Euro avait également été prolifique au niveau des audiences obtenues par TF1 et France Télévisions, alors diffuseur de la compétition malgré le parcours moyen des Bleus (élimination en Quarts de finale de la compétition face à la Grèce). La finale du championnat opposant le Portugal et la Grèce avait 11,2 millions attiré 12,6 millions de téléspectateurs (plus de 50 % de Pda) alors de téléspectateurs étaient que le record de l’Euro avait été établi par l’équipe de France et sondevant leur poste pour la finale match de poule décisif face à la Suisse (15,3 millions de de l’Euro 2008 sur TF1 et ce téléspectateurs le 21 juin 2004 sur TF1 pour une part d’audience demalgré l’élimination de l’EDF au 60,7 %)10. 1er tour de la compétition. Si c’est finalement le nouvel entrant Al Jazeera Sport et ses deux chaînes « Be In Sport » et « Be In Sport 2 » qui a obtenu les droits de la compétition, elle doit laisser les matches principaux de la compétition à des chaines permettant une diffusion en clair. Ainsi la finale mais aussi les rencontres de l’équipe de France seront rendues accessibles aux téléspectateurs sur les chaînes avec lesquelles le groupe trouvera un accord. Les audiences devraient être au rendez-vous. II. LES JEUX OLYMPIQUES D’ETE 2012 DE LONDRES Entre le 9 et le 20 août 2008, les Jeux Olympiques de Pékin, diffusés sur France Télévisions avaient attiré en moyenne 1,4 millions de téléspectateurs sur France 2 et France 3 pour une part d’audience moyenne de 25,3 %11. 8 Chiffres Médiamétrie – Communiqué de presse sur l’audience des chaînes thématiques – Février 2012 9 Chiffres Médiamétrie. 10 Chiffres Médiamétrie - http://www.liberation.fr/medias/0101494772-finale-de-l-euro-excellent-score-de-france-2 11 Chiffres Médiamétrie - http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/les-jo-dopent-l-audience-de-france- televisions_552773.html 14
  15. 15. Cet événement est l’occasion de mettre en avant d’autres disciplines. 4,3 millions de téléspectateurs ont ainsi regardé le dimanche 17 août à 13h40 la médaille d’or des sabreurs français (escrime), soit 34 % de part d’audience12. Une semaine auparavant, 3,9 millions de téléspectateurs avaient également observé la désillusion de Laure Manaudou sur le 400 mètres féminin de natation. La cérémonie d’ouverture quant à elle 36 millions (8 août) avait attiré 5 millions de curieux sur France 213. de téléspectateurs français au total en France ont regardé les Au total, les Jeux Olympiques 2008 ont attiré 36 millions de Jeux Olympiques sur France téléspectateurs. Pour ces JO, France Télévisions avait déboursé 44 Télévisions. millions d’euros (auxquels s’ajoutent 12 millions de frais de production)14. Les sites consacrés aux Jeux Olympiques du groupe France Télévisions ont également reçu pendant la période 3,5 millions de visites qui ont généré 30 millions de pages vues15, laissant augurer sur le Web des perspectives incroyables pour les prochaines éditions. Des perspectives exceptionnelles pour Londres 2012 Il faut rappeler que ces performances ont été réalisées avec des horaires défavorables (6 heures de décalage). Cette donnée laisse entrevoir des perspectives très favorables pour l’édition qui se déroulera à Londres du 27 juillet au 12 août 2012. Les horaires permettront de mettre en avant certaines compétitions phares en prime-time, la proximité géographique et surtout le dispositif mis en place par France Télévisions devraient permettre au groupe public d’établir des performances de tout premier plan. Pour preuve de l’impact du décalage horaire, 5 millions de téléspectateurs avaient suivi la 7,7 millions cérémonie d’ouverture à Pékin alors que celle des JO d’Athènes avait de téléspectateurs été suivie par 7,3 millions de téléspectateurs (13 août 2004). français étaient devant leur poste pendant l’ascension des France Télévisions, qui diffusera 400 heures de direct sur sescoureurs du Galibier pendant le antennes et l’ensemble des épreuves en direct vidéo sur les sites Tour de France 2011. Internet dédiés par le groupe à l’événement (2 000 heures de diffusion), devrait donc profiter de cet événement pour enregistrer des performances exceptionnelles. II. ROLLAND GARROS ET LE TOUR DE FRANCE 2012 verra également les autres grands événements sportifs réguliers avoir lieu et s’offrir une exposition médiatique conséquente. Rolland Garros et Le Tour de France font partie de ces manifestations de niveau mondial et semblent tous dans une dynamique positive. Le Tour de France a en effet bénéficié d’un cru 2011 exceptionnel, avec des aventures sportives qui ont passionné les téléspectateurs. 12 Chiffres Médiamétrie - http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/les-jo-dopent-l-audience-de-france- televisions_552773.html 13 Chiffres Médiamétrie - http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/les-jo-dopent-l-audience-de-france- televisions_552773.html 14 Chiffres Médiamétrie - http://sport.francetv.fr/jeux-olympiques-2008/index-fr.php?article=6008&page=article 15 Chiffres fournis par « L’Express » - http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/les-jo-dopent-l-audience-de-france- televisions_552773.html 15
  16. 16. Les chaînes du groupe France Télévisions ont en effet battu des records d’audiences sur l’édition2011. L’étape du jeudi 21 juillet par exemple, a rassemblé en moyenne sur les chaînes dugroupe 5,9 millions de téléspectateurs pour 55,4% de part d’audience. Un record historique pourcette compétition. Mieux, lors de la petite heure qu’il a fallu aux coureurs pour escalader leGalibier, c’était 7,7 millions de téléspectateurs qui étaient massés devant leur poste pour une partd’audience de 62,4 %16. Nul doute que le groupe public voudra cette année capitaliser sur cesuccès 2011. Rolland Garros, comme Le Tour de France, est un événement qui continuent de progresser. Egalement retransmis par le service public, il a battu des records d’audiences en 2011. La finale masculine du tournoi notamment, qui mettait aux prises les meilleurs ennemis Rafael Nadal et Roger Federer a réuni 5,3 millions de téléspectateurs entre 14h30 et 19 heures soit une part d’audience de 36 % sur l’ensemble de l’après-midi. Un record depuis 1999.Au total, ce sont 29 millions de téléspectateurs qui ont regardé le tournoi au moins 10 minutesconsécutives sur les antennes de France Télévisions, soit 49,8 % de la population françaiseéquipée d’une télévision.Comme à l’accoutumée, les événements sportifs rythmeront la vie des français pendant l’été etcelui de 2012 devrait donc être extrêmement porteur en termes d’audiences.4. LES GRANDS EVENEMENTS SPORTIFS, LEVIERS POUR LA CONSOMMATION DESMENAGESI. LES EVENEMENTS, L’OCCASION POUR LES CONSTRUCTEURS DE PRESENTER ET DELANCER LEURS INNOVATIONS TECHNOLOGIQUESLes compétitions sportives sont de très bonnes occasions pour les fabricants de tester engrandeur nature la valeur de leurs innovations. Les contenus, propices à la consommation de cesnouvelles technologies sont aussi un levier pour pousser à l’acted’achat des ménages. « Nous lançons ces produits à partir de juin pour quils soientL’exemple de Sony, lançant une gamme de 8 téléviseurs restituant les en phase avec la Coupe duimages en trois dimensions à l’occasion de la Coupe du Monde de monde de football »football 2010 est frappant. « Lancer des téléviseurs 3D plus tôt enlabsence de contenus dédiés naurait pas eu de sens. Nous serons un Yoshihisa Ishida, Vice-peu en retard sur dautres marques, mais nous lançons ces produits à président de Sonypartir de juin pour quils soient en phase avec la Coupe du monde defootball et la mise en vente de jeux en 3D », avait alors déclaré le vice-président de Sony Yoshihisa Ishida17.II. UN ETAT D’ESPRIT PROPICE A LA CONSOMMATIONLes périodes correspondant aux grands événements sportifs sont également propices à unehausse de la consommation des ménages. Cette tendance impacte particulièrement le secteurd’activité des équipements électroniques. « Si tous les postes déquipement du logement sont16 Chiffres Médiamétrie - http://tele.premiere.fr/News-Tele/Audiences-TV-records-battus-pour-le-Tour-de-France-sur-France-Televisions-283861617 http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/03/09/sony-se-lance-dans-la-television-3d_1316463_651865.html 16
  17. 17. dynamiques, la plus forte hausse concerne lélectronique grand public, stimulée en premier lieu par un « effet Coupe du Monde » sur les achats de téléviseurs », expliquait lInsee en Juin 2010. Si l’effet n’est que peu notable sur un point de vue macroéconomique, l’institut de statistiques concède que « les coupes du monde de football ont, semble-t-il, un effet sur les ventes de téléviseurs »18. Cette tendance est d’ailleurs confirmée par les chiffres. En mai 2010 soit dans le mois précédant l’ouverture de la compétition, les « Les coupes du monde de dépenses en biens durables ont fortement augmenté (+ 3,6 %) par football ont, semble-t-il, un rapport aux mois précédents. Les équipements du logement effet sur les ventes de augmentaient eux spectaculairement de 7,3 % sur le mois19. téléviseurs » Des offres spéciales destinées à pousser à la consommation Insee – Juin 2010 − Les offres d’équipements TV aux particuliers… L’édition 2010 de la Coupe du Monde fût extrêmement prolifique au niveau des offres spéciales réalisées par les fabricants ou revendeurs de matériel télévisuel. A l’approche de l’événement, de nombreux efforts de communication incitant le consommateur à déclencher l’achat ont vu le jour. Carrefour (partenaire officiel de l’équipe de France de football) par exemple, promettait de rembourser intégralement les téléviseurs achetés pendant une certaine période si l’équipe nationale remportait la compétition (cf. à la publicité en annexe 3). − … et aux professionnels Plus étonnant, Pixmania et sa division professionnelle a saisi l’occasion de la Coupe du Monde 2010 de football pour proposer à ses clients d’équiper leurs bureaux pour pouvoir permettre aux employés des entreprises de suivre les rencontres de la compétition. Télévisions, vidéoprojecteurs étaient alors proposés pour permettre une diffusion optimale au bureau20.18 http://bercy.blog.lemonde.fr/2010/06/24/consommation-leffet-coupe-du-monde-de-football/19 http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=19&date=2010062420 http://www.itrnews.com/articles/105295/pixmania-pro-lance-offres-speciales-coupe-monde-football-equiper-son-entreprise.html 17
  18. 18. Mais les vendeurs de téléviseurs ne sont pas les seuls à profiter de ce genre d’événements pourtenter de déclencher un achat. Les opérateurs ou des fournisseurs d’accès à Internet fontégalement de ces compétitions des moments forts de leur activité commerciale et decommunication au cours de l’année. Ainsi pour la Coupe du Monde de rugby, nous avons pu voirNuméricable proposer une offre spéciale (ci-dessus).L’impact de ces grandes compétitions sportives et donc absolument indéniable et doit être prisen compte dans nos analyses. Ces événements incluent également un rapport spécial du publicavec son équipement, qui représente le lien avec l’équipe qu’il supporte et le vecteur desémotions suscitées par ces événements.LE SPORT GENERATEUR D’AUDIENCES - QUE RETENIR ? − Le sport a une valeur de mobilisation. Il obtient des scores d’audience extrêmement importants avec une constance inégalée par les autres genres. − L’équipe nationale est une aide pour atteindre les sommets mais pas absolument essentielle pour réussir de bonnes audiences. − Le sport trouve sa place au sein des moments forts de la vie des français qui se réunissent autour d’événements exceptionnels quasiment exclusifs : les grandes compétitions de football et de rugby. − Ces moments sont toutefois exceptionnels. Chaque diffusion de sport n’enregistre pas des performances permettant d’intégrer les meilleures audiences de l’année. − On note que ressort un certain manque de diversité des chaînes dont la stratégie semble être de se focaliser sur une partie des grands événements sportifs en ne laissant que peu de place aux autres manifestations. − Le sport créé un lien entre les téléspectateurs et les chaînes : des moments forts de l’année télévisuelle mais aussi une construction d’une expérience et d’une histoire commune entre les français basée sur des émotions. − Les grandes compétitions sportives sont donc des produits de prestige, autant pour les grandes chaînes possédant les plus grands droits que celles plus moyennes qui diffusent des droits secondaires. − Les performances lors des éditions précédentes des grands événements de l’été 2012 ne laissent planer aucun doute sur la capacité des événements de l’été à fédérer un grand nombre de téléspectateurs, d’autant que toutes les grandes compétitions cette année se feront dans les fuseaux horaires européens. − Les fournisseurs d’équipements aussi profitent des grands événements sportifs qui sont des moments propices à une hausse de la consommation des ménages.2. VERS UNE ETENDUE DE L’OFFRE TELEVISUELLE SPORTIVEL’offre de programmes sportifs est d’ores et déjà extrêmement riche même si nous pouvonsremettre en question la diversité des sports proposés.Ces offres sont à la fois réparties sur les grandes chaînes généralistes, sur lesquelles sont diffusésles plus grands événements mais aussi sur de nombreuses chaînes thématiques, qui ont vu le jourpour combler une demande toujours plus forte de contenus diversifiés. 18
  19. 19. Alors que l’on pourrait penser que le marché arrive à saturation vu le nombre de chaîne, il n’enn’est rien et l’offre continue de croître. L’arrivée d’un nouvel acteur majeur et le positionnementd’un d’entre eux sur les chaînes de la TNT gratuite sont la preuve formelle de cette tendance. gratuite1. LES PRINCIPALES OFFRES TELEVISUELLES SPO ES SPORTIVES FRANÇAISESLes acteurs du monde des médias ont bien compris cet engouement suscité par le sport et ontcréé des chaînes regroupant des offres de contenus à caractères sportifs large Cette partie est larges.consacrée à un panorama des chaînes reconnues comme spécialistes de l’offre sportive qui sebattent pour l’acquisition de droits et financent une partie du sport de haut niveau français.LES CHAINES DU GROUPE CANAL + ELe groupe Canal + fait figure de leader sur le marché. La chaîne généraliste qui fait depuis sesdébuts du sport (et plus particulièrement du championnat de France de football) son principalproduit d’appel a réussi un pari audacieux : celui de se positionner comme spécialiste du footballet du rugby alors qu’elle n’est pas une chaîne de sport.Si Canal Plus se démarque autant c’est par la qualité de son offre spar la qualité des droits acquis mais aussi par l’analyse et lesfigures sportives qui peuplent l’antenne qui apporte une vraie portives apportent 420 millionsvaleur ajoutée à l’image. d’euros seront attribués chaque année à la Ligue 1 par Canal +Des émissions comme « Les spécialistes » (Canal Plus Sport) ou le sur la période 2012 / 2016.succès du Canal Football Club (Canal Plus) qui s’est imposée nalcomme l’émission de référence sur le championnat de Franceprofessionnel de football.LES CHAINES D’INFORMATION SPORTIVES ATION 19
  20. 20. Les chaînes d’information sportives L’Equipe TV (Groupe Amaury) et Infosport + (Groupe CanalPlus) sont importantes dans le paysage audiovisuel sportif. L’Equipe TV, qui a obtenu unefréquence sur la TNT gratuite devrait dans les mois à venir voir son auditoire exploser. auditoireAUTRES CHAINES THEMATIQUES SPORTIVESLes autres grandes chaînes sportives françaises offrent des grilles de programmes plus« classiques » avec l’acquisition de certains droits. Eurosport France, déclinaison télévisuellefrançaise du groupe Eurosport bénéficie de la renommée la plus importante. Elle se différencie peaussi quelque peu par sa ligne éditoriale en retransmettant par exemple une grande partie de lasaison de sports d’hiver.Ma Chaîne Sport et Orange Sport semblent s’être positionnées sur des profils de chaînes assez positionnéessimilaires en proposant des rendez rendez-vous footballistiques et du basket-ball.Autre groupe qui propose une ligne éditoriale différente : Equidia. Spécialisé dans les sportshippiques, il consacre depuis septembre 2011 une chaîne au sport hippique et une seconde,Equidia Life, dédiée au cheval lui ife, lui-même.Dans l’ensemble, nous pouvons voir que plusieurs chaines ont su se faire une place dans lepaysage audiovisuel sportif français avec l’acquisition de compétitions sportives de premier plan.Si le groupe Canal + se positionnait donc jusqu’alors comme la référence française avec les droitsdes plus grandes compétitions nationales des deux sports phares (Football et Rugby) la situationévolue avec l’arrivée d’Al Jazeera Sports : un nouvel acteur à la puissance financière très forte.2. AL JAZEERA, L’ACTEUR QUI CHAMBOULE TOUTAl Jazeera Sport est la déclinaison sportive du groupe média Al Jazeera. Son audience est estiméeentre 30 et 40 millions de téléspectateurs dans le monde C’est donc un véritable poids lourd du monde. ’estmonde audiovisuel sportif qui a fait l’annonce de son arrivée sur le marché français. Menée par 20
  21. 21. Charles Biétry, elle se présente avec la volonté de devenir dans un futur très proche, le grand acteur du secteur. 240 millionsd’euros dépensés chaque année L’opération de séduction des consommateurs par l’acquisition depour 8 affiches de Ligue 1 par Al grands droits sportifs a déjà commencé avec l’acquisition pour la Jazeera sur la période 2012 / période 2012 / 2016 de 8 matches de Ligue 1 sur 10 pour environ 2016. 240 millions d’euros21 ou encore les droits de la Ligue des champions en obtenant 4 des 5 lots mis en jeu par l’UEFA22. Al Jazeera Sport déboursera 61 millions d’euros pour ces droits relatifs à la plus prestigieuse des compétitions de football européenne chaque année, soit le double de ce que Canal + déboursait jusqu’alors. Si la chaîne ne pourra pas diffuser les rencontres de l’équipe de France de football ou les matches décisifs de l’Euro 2012 (matches protégés ayant l’obligation d’être diffusés en clair), cela n’a pas empêché de s’offrir l’ensemble des droits de la compétition pour environ 130 millions d’euros23. Des acquisitions de droits qui bouleversent le marché donc et particulièrement les habitudes du groupe Canal +, qui ne peut rivaliser financièrement. Ce changement est d’autant plus fort que la chaîne a annoncé le prix de l’abonnement mensuel : aux alentours de 11 euros par mois. Plus de trois fois moins cher qu’un abonnement Canal +. Au-delà de la simple concurrence pour le groupe Canal +, cet acteur pose la question de la diffusion en clair des événements sportifs. Si certaines des manifestations sont « protégées » par la 11 euros législation française, la part des événements accessibles au grand le prix de l’abonnement public pourrait bien se réduire sensiblement. mensuel annoncé pour les 2 chaînes sportives d’Al Jazeera Car si Canal Plus ne peut pas rivaliser avec Al Jazeera, il est clair en France. que ni le groupe TF1, ni le groupe M6, ni le groupe France Télévisions ne pourront s’aligner lors d’une montée des enchères sur des événements que ces groupes ont l’habitude de diffuser. Ainsi il n’est pas inenvisageable à terme de voir des événements historiques du sport français passer dans le domaine du payant. Rolland Garros, Le Tour de France, les épreuves secondaires du calendrier footballistique et pourquoi pas même les Jeux Olympiques. Un fait qui creuserait nécessairement un fossé entre le monde du sport professionnel et son public. Il ne faut toutefois pas voir l’impact d’Al Jazeera avec un angle exclusivement négatif. En alimentant financièrement certains sports (si la ligne éditoriale n’a pas encore été complètement précisée, Charles Biétry a garanti une forte diversité dans les sports proposés par la chaîne), en proposant ses prestations pour une somme raisonnable et en stimulant la concurrence, nous pouvons voir en l’arrivée de cette chaîne une véritable bonne nouvelle. 3. FIN DE PARTIE POUR CFOOT : L’IMPOSSIBILITE D’UN « AUTRE FOOTBALL » A LA TELEVISION ? 21 Informations L’Equipe : http://www.sudouest.fr/2012/01/26/droits-tele-la-chaine-al-jazira-sport-diffusera-bien-huit-des-dix-matches-de- ligue-1-616251-766.php 22 Informations Le Monde : http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/12/06/football-al-jazira-diffusera-la-ligue-des-champions-en-france- des-2012_1613742_3242.html 23 Information RMC Sports relayée par Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/sport-business/2012/02/23/20006-20120223ARTFIG00369-al- jezira-aurait-remporte-l-euro-2012.php 21
  22. 22. L’onde de choc provoquée par l’entrée sur le marché d’Al Jazeera et ses acquisitions de droits, notamment concernant le football a précipité un très probable arrêt de la chaîne de la Ligue professionnelle de football CFoot, qui diffusait notamment les rencontres de Ligue 2 et certains magazines dédiés au sport roi (football féminin, africain). Devant l’arrivée d’un nouveau concurrent payant aux moyens financiers illimités, CFoot a officialisé « l’arrêt de la chaîne à la fin de la saison ». « Cette décision a été prise en raison des perspectives très sombres de la TNT payante, des conditions de distribution très défavorables faites à la chaîne et du contexte de crise économique qui népargne pas le football français » avait précisé la Ligue qui a vu ses principales perspectives (remettre la main sur des produits phares de la Ligue 1 afin d’attirer des téléspectateurs) rendues impossible par l’arrivée d’Al Jazeera. En dehors de son positionnement sur la TNT Payante, elle même en situation d’échec et de la stratégie peut-être trop ambitieuse de la chaîne et de la Ligue, la question de la diffusion d’un autre football est posée. Car si Al Jazeera va très clairement favoriser la diffusion d’événements footballistiques correspondant aux standards des autres grandes chaînes, ce sera donc au détriment de ceux mis en avant par CFoot. 4. L’EQUIPE TV HD, PREMIERE CHAINE D’INFORMATIONS SPORTIVES FRANÇAISE DISPONIBLE SUR LA TNT GRATUITE Le groupe Amaury Médias et sa chaîne « LEquipe TV HD » ont été sélectionnés par le CSA comme chaîne d’informations gratuites dédiée au sport dans le cadre de l’appel d’offres qui devait attribuer 6 nouvelles fréquences sur la TNT Gratuite. François Morinière, Directeur Général du groupe L’Equipe se félicitait de cette nouvelle : « Cest un jour historique pour le sport 1% en France qui va profiter dune formidable fenêtre dexposition sur la part d’audience visée par le un canal de télévision gratuit. Cest aussi un jour historique pour legroupe L’Equipe avec sa chaîne groupe LÉquipe, 66 ans après sa création (...), qui va désormaisL’Equipe TV lorsque celle-ci sera pouvoir développer une chaîne grand public unique, innovante, diffusée sur la TNT Gratuite. interactive et riche de la diversité du sport »24. « Pour la première fois en France, une chaîne de sport gratuite et accessible à toute la population française va être créée », a ajouté le groupe, précisant que « LÉquipe HD sera la chaîne de tous les sports, de tous les terrains de sport et de tous ceux qui font le sport »25. LEquipe HD doit selon le projet remplacer LEquipe TV, la chaîne payante du groupe Amaury diffusée sur le câble et le satellite depuis 1998. Cette nouvelle pourrait redistribuer certaines cartes et profiter à des sports moins médiatisés. C’est en effet la ligne de conduite que L’Equipe TV HD a suivi pour séduire le CSA et le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) en se présentant comme « la chaîne de tous les sports ». L’OFFRE TELEVISUELLE SPORTIVE – QUE RETENIR ? 24 http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/tnt-l-equipe-salue-une-decision-historique_1098222.html 25 http://www.challenges.fr/media/20120327.AFP1542/l-equipe-hd-pour-la-1ere-fois-une-chaine-de-sport-gratuite-l-equipe.html 22
  23. 23. − Un marché stable ces dernières années bouleversé par une entrée majeure (Al Jazeera) et le changement de statut d’un acteur important (L’Equipe TV HD). − La remise en question du leader incontesté du marché ces dernières années : Canal +. − Vers la disparition de certains acteurs mineurs du marché et la possibilité d’étendre l’offre à d’autres standards que ceux proposés par les grandes chaînes ? 3. UNE CULTURE TELEVISUELLE STANDARDISEE ET MISE EN ECHEC La culture n’a pas la même reconnaissance que le sport. Là ou les programmes de sport s’offrent souvent les lumières du prime-time, il est clair que les contenus culturels sont souvent relégués à des heures ne bénéficiant pas de la même exposition. Mais il n’empêche que l’offre existe. Si elle est clairement plus représentée sur les chaînes du service public ayant des obligations de programmation en la matière que sur les chaînes privées, elle occupe une vraie place dans le paysage audiovisuel et télévisuel. Le problème de la largesse de la définition à attribuer à la « culture » peut toutefois changer du tout au tout ce type d’analyse. 1. QUELLE CULTURE ? Tous les ans, la culture est représentée dans les palmarès des meilleures audiences de l’année. A l’image de ce qui se passe pour le sport, ce sont toujours les mêmes types de contenus qui sont mis en avant, de manière assez importante puisque le cinéma occupe en moyenne une petite dizaine des meilleures places dans le top 100 des audiences de l’année26. Les films et les spectacles musicaux sont les seuls éléments culturels que l’on retrouve dans les grands succès d’audience annuels mais au delà de ce constat cette tendance révèle quelque chose de presque alarmant. En effet, la diversité de ces contenus est extrêmement limitée.26 Chiffres Médiamétrie 23
  24. 24. Cette tendance est visible en premier lieu sur le genre « Musique / Spectacles ». En dehors de l’hommage à Grégory Lemarchal en 2007 (10 486 000 téléspectateurs réunis devant leur poste pour le 4 mai 2007), toutes les occurrences apparues ayant pour thème la musique sont liées au spectacle annuel des « Enfoirés ». Une analyse plus détaillée des contenus nous révèle que le cinéma souffre lui aussi d’un manque assez flagrant de 4 diversité dans les contenus proposés. Les mêmes films sur les 5 années analysées, les reviennent en effet en boucle et n’offrent pas par films de la série des « Bronzés » mécanisme, la possibilité à d’autres courants la possibilité apparaissent 4 fois dans le top d’obtenir une exposition. 100 des meilleures audiences Ainsi sur les cinq années analysées et les 42 films qui ont de l’année. obtenu une place dans le top 100 des audiences annuelles, apparaissent quatre films de la série des Bronzés, quatre des films relatant les aventures d’Astérix, « La Grande Vadrouille » apparaît deux fois tout comme « Le dîner de con ». La question n’est bien entendu pas de remettre en cause la qualité de ces films mais de se questionner sur l’intérêt de la récurrence de ces contenus et du mal qu’elle peut faire au reste des productions cinématographiques. 2. EXISTE T-IL ENCORE UN DROIT A LA CRITIQUE ? La critique est tellement rare dès lors qu’il s’agit de discussions culturelles à la télévision que la question mérite d’être posée. Est-elle réellement autorisée ? Dans quelle mesure ? Si ce sujet mériterait une analyse bien plus étendue, complète et profonde que les quelques lignes que nous allons y consacrer ci-dessous, c’est un problème que nous nous devons d’aborder pour envisager une analyse de ce qu’est la culture à la télévision. I. LA CRITIQUE… QUELLE CRITIQUE ? L’émission de référence en France, celle dans laquelle les artistes, les réalisateurs, les écrivains se bousculent est bien entendu celle présentée par Michel Denisot, « Le grand journal ». Si tous les soirs de la semaine le programme offre une prestation en live et des interviews de personnalités culturelles qui comptent, le passage dans ce programme est extrêmement favorable à l’ensemble de ces personnalités. La critique au sens propre du terme est un style extrêmement peu utilisé au profit d’une promotion sans aucun sens de la contradiction. Si l’on peut parfois apercevoir quelque esprit de contradiction, il vient rarement des présentateurs. Le problème réside essentiellement dans le fait que les artistes ne se rendent pas sur les plateaux pour ce qu’ils ont à dire mais pour ce qu’ils ont à vendre, sans se poser la question de ce qu’ils ont a en dire, précisément. C’est la thèse défendue par Pierre Bourdieu dans son essai, « Sur la télévision »27, qui pose la question de l’intérêt des interventions des personnalités à l’antenne et sur laquelle nous nous appuierons pour mener notre réflexion. II. LA NON ACCEPTATION DE LA CRITIQUE PAR LES ARTISTES27 Pierre Bourdieu, « Sur la télévision suivi de l’emprise du journalisme » - LIBER Editions, 1995 24
  25. 25. L’absence de critique dur au fait que les artistes eux-mêmes ne l’acceptent pas. Combien de« polémiques » sont nées de critiques plus ou moins appuyées par des intervenants sur lesplateaux ?Certaines émissions ont même fait de ces polémiques leur fond de commerce. « On n’est pascouché » par exemple, animé par Laurent Ruquier sur France 2 a longtemps fait de ses deuxcritiques Eric Zemmour et Eric Naulleau la marque de l’émission. Les personnalités ayant quitté leplateau ou réagit extrêmement violemment à la moindre contestation ne se comptent plus, unepreuve de la sensibilité d’artistes qui n’ont absolument pas l’habitude de voir leur travail remis enquestion ou simplement questionné.III. LE PARADOXE DE LA POPULARITE DES CRITIQUES – (ZEMMOUR & NAULLEAU)La rareté de la critique est étonnante. Car elle passionne le public. En témoigne les critiques del’émission précédemment citée, Eric Zemmour et Eric Naulleau. Les deux éditorialistes, aux cotesde popularités élevées furent remerciés et remplacés à la rentrée de septembre 2011. Preuve quele format et le simple fait de voir une émission aux contenus différents soit un facteur d’intérêtpour le téléspectateur, le remplacement de ces deux personnalités fortes de l’antenne n’a pasvraiment entraîné une érosion de l’audience de l’émission. Leurs remplaçantes, quoique jugéesmoins convaincantes permettent tout de même au programme de surnager le samedi en fin desoirée, la chute d’audience étant minime. Une tendance qui confirmerait la recherche d’uncontenu différent, moins policé de la part des téléspectateurs.IV. UNE TENDANCE QUI SE GENERALISE A D’AUTRES MEDIAS. LA RESISTANCE DU WEB.La tendance à une faiblesse de la critique se généralise par ailleurs à certains autres médias. C’estle cas de magazines de cinéma, qui peinent parfois à ne pas tomber dans une promotionquasiment systématique. C’est donc ailleurs qu’il faut aller chercher un véritable esprit critiquepour le « consommateur ». Blogs, magazines plus indépendants, réseaux sociaux, il existe encoredes lieux d’expressions allant à l’opposé d’une sorte de pensée unique.La faiblesse de la critique est donc quelque peu préoccupante. Car elle est importante dans ledéveloppement d’une création diversifiée et dans l’éducation du téléspectateur. Cette faiblesseest d’autant plus dommageable que le public semble être en attente de contenus, moinsaseptisés.3. LES TENTATIVES INFRUCTUEUSES DU SERVICE PUBLICI. FRANCE TELEVISIONS – UNE OBLIGATION DE QUALITE DE PROGRAMMATIONFrance Télévisions n’a pas qu’une obligation de résultats d’audiences. Cette notion estsymbolisée par la non commercialisation d’espaces publicitaires après 20 heures, qui permet delibérer les chaînes du service public de certaines de ces contraintes d’audiences. Avec les 2,4milliards d’euros reçus de l’état chaque année, le groupe doit rendre des comptes en termes dequalité de programmation, de propagation du patrimoine culturel français.« France Télévisions se doit aussi d’être exemplaire : − en matière de soutien à la création audiovisuelle, grâce à des oeuvres innovantes et capables de renouveler une fiction française en difficulté − en matière de bonne gestion 25
  26. 26. − en matière de programmes culturels, notamment musicaux ».28 Ces tâches différencient le groupe de ses grands concurrents généralistes mais lui impose également des contraintes. Les chaînes du groupe doivent notamment s’impliquer dans la promotion du cinéma, de la musique ou du spectacle vivant français. II. INVESTIR AU MOINS 60 MILLIONS D’EUROS JUSQU’EN 2015 DANS LE CINEMA France Télévisions a pris l’engagement au sein même de son Contrat d’Objectifs et de Moyens, « de dépenser au moins 60 millions d’euros dans la production de films français et européens jusqu’en 2015 ». Comme un symbole de l’engagement de France Télévisions pour le cinéma, les professionnels du secteur ont donné leur accord au cours du premier trimestre 2012 pour permettre à l’une des chaînes 3,5 % du groupe, France 4, « de diffuser des films français et européens ledu chiffre d’affaires de France 4 mercredi en première partie de soirée et de renforcer les est réinvesti dans des œuvres engagements de la télévision publique en faveur du cinéma cinématographiques chaque français29 ». En échange, elle investira 3,2 % à 3,5 % de son chiffre année. d’affaires dans des œuvres cinématographiques. France 4 fait de nombreux efforts de programmations pour mettre en avant un cinéma différent en mettant en valeur des films d’arts et essai ou des courts-métrages. « Cet accord renforce le soutien de notre groupe au cinéma français et participe à l’évolution des règles afin de les adapter aux pratiques culturelles des français » a alors déclaré M. Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions. III. ASSURER LA PROMOTION DES ARTS VIVANTS Dans sa politique de promotion de la « Culture », France Télévisions a à plusieurs reprises tenté de proposer à ses téléspectateurs des représentations filmées de théâtre ou de cinéma. Malgré plusieurs flops d’audiences, le groupe poursuit dans sa volonté de mettre ces disciplines au cœur de sa stratégie de programmation. La signature d’un accord cadre de trois ans avec l’Opéra de Lyon en mars dernier en est la preuve. L’objectif selon Rémy Pflimlin : « nouer et développer de forts partenariats avec les institutions culturelles françaises notamment en région, pour faire découvrir au plus grand nombre toutes les formes d’expression musicale, y compris celles qui semblent les moins accessibles »30. Le groupe a déjà capté six spectacles du « Festival Puccini » pour la saison 2011 / 2012. L’expérience se poursuivra même avec des efforts portés sur un « volet expérimental sur l’opéra en numérique » : web doc, télé Adapter la culture connectée, retransmissions sur le Web seront au centre de d’élite aux nouveaux contenus pensés pour aller dans le sens des nouveaux comportements numériques. comportements numériques 28 http://www.gouvernement.fr/gouvernement/les-contrats-d-objectifs-et-de-moyens-de-france-televisions-et-d-arte-france 29 http://www.francetelevisions.fr/actualite_spip/spip.php?article2001 30 http://www.francetelevisions.fr/actualite_spip/spip.php?article1981 26
  27. 27. IV. LA MUSIQUE Les concerts uniques France Télévisions Tout au long de la saison télévisuelle 2011 / 2012, « France Télévisions produit et offre à ses téléspectateurs une série de concerts uniques dans des lieux exceptionnels dans toute la Fr France choisis par les artistes eux-mêmes et qui sont diffusés sur les chaînes du groupe », renforçant mêmes diffusés ainsi le soutien du groupe au monde musical. L’implication de l’ensemble des chaînes du groupe – Les France Ô folies et l’action de France 4 France Ô, en partenariat avec le festival des Francofolies de La Rochelle, sélectionne des artistes artenariat de la région Ile-de-France par le biais de concerts organisés en région parisienne. Cette sélection France de neuf talents issus d’un programme de sélection télévisue aura la chance de se produire sur télévisuelle scène aux Francofolies de La Rochelle. Le concert France Ô Folies, est ensuite retransmis sur , France Ô. Toujours en partenariat avec ce festival, France 4 assure la retransmission de concerts en direct et dans leur intégralité. V. LE LANCEMENT D’UNE PLAT PLATEFORME RESERVEE AUX ARTS VIVANTS Cette politique de soutien à la création et au spectacle vivant devrait également être appuyée par la création d’une plateforme France Télévisions : numérique dédiée à ces expressions artistiques Emmanuelle artistiques. Guilbart, Directrice Générale déléguée aux programmes l’a annoncéCapter 300 spectacles en janvier. Elle devrait être opérationnelle fin 2012. Ce projet « par an reprendra lensemble ou plus des captations que lon fait sur les festivals et tous les événements que lon suit. Compte tenu de tout ce que lon couvre, ce devrait être la plus grosse présenc de présence spectacles vivants sur le web » avait-elle notamment indiqué. elle France Télévisions qui réalise « environ 300 captations de spectacles par an dans tous les genres » ferait de ce volume « la base minimum » pour le site. Celui-ci aura pour vocation de ci retransmettre en direct des spectacles (concert, opéra, théâtre, danse...), qui pourront être ansmettre programmés ensuite sur les chaînes du groupe, ou destinés uniquement au web31. VI. LA DIFFICULTE DE CONCILIER CULTURE ET AU CILIER AUDIMAT Les ratés des magazines culturels lors de la rentrée 2011 Pour affirmer la volonté du groupe France Télévisions de laisser sa place à la culture sur ses antennes, la décision de programmer plusieurs magazines culturels à des heures de grande écoute a été prise lors de la rentrée de septembre 2011. Une intention tout à fait intéressante qqui ne s’est pas traduit par de bons résultats d’audiences, confirmant la difficulté de concilier les audiences, problématiques d’une programmation de qualité et des résultats d’audiences satisfaisants. ultats Avant-premières : de la deuxième à la troisième partie de soirée Avant-premières « propose un panorama passionné, 31 Satellifax du 16 janvier 2012 27
  28. 28. ludique, varié et riche de tout ce qui se crée au cinéma, au théâtre, dans la littérature, la musique et tous les arts en général » selon France 2. Animé par Elizabeth Tchoungui, le programme tente au travers d’interviews d’aborder des thèmes et des problématiques culturelles qui sortent de celles habituellement mises en avant sur les plateaux de télévisions. Malheureusement pour France 2, ces intentions ne se sont absolument pas converties par des chiffres d’audiences satisfaisants. Initialement programmée le mercredi en deuxième partie de soirée, sa première ne réunissait que 2,7 % du public pour 300 000 téléspectateurs. Les semaines suivantes ne relevaient pas la tendance, le 4ème numéro de l’émission battant même le record de médiocrité d’une audience de France 2 en seconde partie de soirée depuis les débuts de la mesure d’audience de Médiamétrie de la chaîne (200 000 téléspectateurs et 1,9 % de Pda). Faute de réellement relever la barre, le programme a été déplacé le jeudi soir en troisième partie de soirée. Théâtre et Opéra, échecs répétés L’été dernier, France Télévisions mettait ses antennes à contribution pour une programmation dédiée à certains festivals de musique. Ainsi France 2 programmait « Aida », un opéra en direct des chorégies d’Orange. Avec 900 000 téléspectateurs et 6,7 % de Pda, on peut clairement dire que l’événement présenté par Julie Depardieu et Olivier Bellamy n’a pas trouvé le succès escompté. France 2 diffusait également fin juillet en seconde partie de soirée une pièce retransmise en direct du festival d’Avignon. « Mademoiselle Julie » (Juliette Binoche, Nicolas Bouchaud), n’a en effet récolté que 400 000 téléspectateurs pour une Pda de 3%, un véritable échec. 4. ARTE, CHAINE ESTIMEE MAIS PEU REGARDEE En 2007, TNS Sofres et Télérama publiaient un baromètre avec 2nde pour thème la satisfaction des téléspectateurs français pour les la place d’Arte dans l’enquête chaînes de la télévision française. de satisfaction de TNS Sofres menée en 2007. Un résultat loin Arte, à la question « Parmi les chaînes suivantes, quelle est celle de se retrouver dans les qui correspond le plus à ce que vous attendez de la TV ? », résultats d’audience de la obtenait la seconde position avec 13 % des voix, derrière TF1 et chaîne. devant France 2 et M6. Cette notoriété et cette évaluation extrêmement positive de la chaîne franco-allemande ne trouve pas vraiment écho dans les résultats d’audience obtenus par la chaîne puisque sur l’ensemble de l’année 2007, sa part d’audience sur sa tranche horaire historique (19h00 – 27h00) était de 3,3 %. La tendance ne s’est pas vraiment améliorée depuis puisque la chaîne en 2011 ne voyait sa part d’audience ne représenter que 1,5 %. 5. L’ECHEC ALLOCINE TV « Notre chaîne dinformation cinéma, lancée en octobre dernier autour de films de patrimoine, démissions sur le 7e Art et de bande-annonce, cessera d’émettre dans le courant du mois davril »32. Après avoir enrichi son offre sur le Web, les smartphones, les tablettes, Allociné a tenté en septembre 2011 une incursion sur le média télévision.32 Communiqué de presse paru sur le site d’AlloCiné - http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18612093.html 28

×