Zayann2

320 vues

Publié le

Découverte des mares et des moulins de GUADELOUPE

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
320
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Zayann2

  1. 1. ZAYANN 2014
  2. 2. LES MARES Même si les cours d’eau sont presque inexistants en Grande- Terre et sur Marie-Galante en raison des faibles précipitations et de la nature du sol, on y dénombre pas moins de 2500 mares sur les deux îles, et un total de 2 688 mares sur l’ensemble de la Guadeloupe (DIREN 2001). Elles sont d’origine naturelle pour certaines, formées grâce à une terre argileuse imperméable ou à une remontée de la nappe phréatique (Grands-Fonds), et alimentées par le ruissellement de l’eau de pluie. D’autres sont artificielles et ont été créées à des fins agricoles. Permanentes ou temporaires, elles constituent un refuge pour une faune et une flore bien spécifiques et variées (tortues aquatiques, crapauds buffle, le guppy, le tilapia. Les mares ont été creusées, il y a longtemps à la période de l’esclavage à cette époque elles servaient à alimenter la population. On pouvaient également s’y baigner, laver son linge et alimenter les moulins. Maintenant, les mares se font rares et sont souvent polluées.
  3. 3. LES MARES DU MOULE MARE DE SAINT GUILLAUME MARE DE LAZARRE Mare de GONDRECOURT
  4. 4. LES VÉGÉTAUX Le nénuphar et sans aucun doute l’une des plus connues et des plus jolies plantes aquatiques. D’entretien et de culture facile, un simple petit point d’eau doit vous permettre de faire pousser de jolis nénuphars. •Les charas •Les utriculaires •Les lentilles d’eau •La laitue d’eau •La jacinthe d’eau •La girofle mare •Les joncs •Les polygonum
  5. 5. LES ANIMAUX DE LA MARE Tout au long de la marche découverte des moulins, nous rentrons dans les profondeurs des bois, on y découvre des mares et ses animaux exceptionnels : Des poules d’eau Gallinula chloropus (Poule d’eau à cachet rouge) : cette espèce est nicheuse assez commune en Guadeloupe où on la trouve essentiellement sur les mares et en mangrove. Son aire de répartition est quasiment cosmopolite. Cette espèce est protégée en Guadeloupe et c’est elle qui confère à la mare la plus forte valeur patrimoniale. Héron vert Butorides virescens (Kio) : cet oiseau est aussi un nicheur assez commun en Guadeloupe où on le rencontre un peu partout (mares, mangrove, bord de mer et même en forêt présentant des ravines). Son aire de répartition occupe toutes les Antilles et va des Etats- Unis au Vénézuéla. Cette espèce est protégée en Guadeloupe. Irescens (Kio) : cet oiseau est aussi un nicheur assez commun en Guadeloupe où on le rencontre un peu partout (mares, mangrove, bord de mer et même en forêt présentant des ravines). Son aire de répartition occupe toutes les Antilles et va des Etats- Unis au Vénézuéla. Cette espèce est protégée en Guadeloupe. Aigrette neigeuse Egretta thula (Kio blanc) : cette espèce niche en Guadeloupe généralement en colonie mixte avec le Héron garde-bœufs sur des îlots en mangrove ou justement sur les mares. Les mares lui permettent donc de nicher mais aussi de se nourrir puisque cette espèce y recherchent les petits poissons et les invertébrés. Son aire de répartition va des Etats-Unis à l’Argentine et aux Antilles, elle n’est présente que sur le continent américain. Héron garde-bœufs Bubulcus ibis (Détiqueur) : cette espèce est présente en Guadeloupe seulement depuis la fin des années 50, depuis elle s’est largement répandue et on la rencontre actuellement partout dans les savanes. Cet oiseau originaire d’Afrique est arrivé aux Antilles naturellement via Barbade à la suite de vents favorables, il est présent sur tous les continents (excepté l’Antarctique).
  6. 6. Il faut cependant noter qu’en Guadeloupe, trois espèces qui n’ont pas été recensées lors des prospections présentent une grande valeur patrimoniale, il s’agit de l’Erismature routoutou Nomonyx dominica (routoutou), du Grèbe à bec bigarré Podylimbus podiceps (plongeon) et de la Foulque des Caraïbes Fulica caribaea (poule d’eau à cachet blanc). La première espèce a une aire de répartition qui va des Antilles, à l’Amérique centrale et couvre une bonne partie de l’Amérique du Sud, elle est une nicheuse assez rare en Guadeloupe. La seconde se retrouve pratiquement partout en Amérique. Et enfin, la troisième est présente uniquement au Nord- ouest du Vénézuéla et surtout aux Antilles, elle à disparu en tant que nicheuse de la Guadeloupe (excepté à Saint Martin). De plus, cinq espèces de limicoles (oiseaux migrateurs nichant en Amérique du Nord et hivernant ou de passage aux Antilles) ont été identifiées. Pour ce dernier groupe d’espèces, les mares constituent une aire d’halte migratoire ou d’hivernage leur offrant repos et nourriture. Toutefois, celles-ci n’ont souvent qu’une faible capacité d’accueil et ne constituent donc pas pour ces espèces des milieux vitaux à la préservation de leurs espèces. Et autres Tilapia, Belostomes,Demoiselles,Dytiques,Golomine Grenouilles, Kyo,Larves de libellules,Libellules,Notonectes Pelocores,Sansgsues.
  7. 7. LES OISEAUX Héron garde bœuf Poule d’eau Héron vert
  8. 8. LES ANIMAUX Tortue Molokoï crapaud
  9. 9. LES MOULINS  La machine destinée à broyer la canne, généralement appelée "moulin" est un mécanisme formé de trois rouleaux appelées rolles. Pendant très longtemps, ces rolles sont alignés, avec leurs axes verticaux. On parle alors de moulin vertical. Un très bel exemple est présenté au château de MURAT à MARIE GALANTE. Ces mécanismes utilisent beaucoup de bois principalement pour les châssis, mais aussi pour les rolles. Le fer n’intervient que pour quelques éléments , surtout les chemises en fonte épaisses qui recouvrent les rolles. Ce type de machine peut être fabriqué sur place à l’exception des pièces métalliques à importer mais qui peuvent resservir longtemps. Il est donc accessible aux propriétés modestes. Cependant, il présente trois gros défauts : l’introduction des cannes se fait à la main, d’ou d’importants risques d’accident, il faut un deuxième ouvrier à l’arrière pour plier les cannes puis les faire passer une second fois, enfin seule une faible partie de la hauteur des folles est utilisée.
  10. 10. LE MOULIN A VENT MOULIN A VENT MOULIN DE DAMOISEAU MOULE Le moulin à vent est un dispositif qui transforme l’énergie éolienne (énergie cinétique du vent) en mouvement rotatif au moyen d’ailes ajustables. En tant quemoulin, il est utilisé le plus souvent pour moudre des céréales, broyer la canne pour obtenir du jus.
  11. 11. LES MOULIN A BETES Pour entraîner le mécanisme, il faut une source d’énergie : le mécanisme très grossier et lourd nécessite l’effort de 4 chevaux (se fatiguant trop vite) ou de 4 boeufs (trop lents ) ou de 8 mulets. Dans ce cas on a affaire à un moulin à bêtes dit aussi tourniquet ou manège. Souvent on se contente d’aménager une aire plane empierrée, un léger toit en paille protège le mécanisme.
  12. 12. LES DIFFÉRENTS MOULINS Moulin à eau (habitation ROUTA) Bassin
  13. 13. LE MOULIN A VAPEUR L’industrie offrait des machines à vapeur pour entraîner le moulin; un générateur de vapeur complétait le matériel. le tout ne nécessitait pas de bâtiment spécial : un hangar suffisait, le combustible nécessaire était la bagasse sèches, qui était gratuite. L’énergie" vapeur "est donc adoptée par tout les usines. en effet, celles-ci se développent à partir de 1844, après le séisme. les marchands de matériel sucrier proposent une gamme déjà performante de générateur, machine à vapeur et mécanismes broyeurs horizontaux. dans les années suivantes, ce premier matériel est obsolète on change les machines initiales qui sont acquises , d’accession, par les habitants plus modestes. Ainsi, les moulins tout en fer et les machines à vapeur se répandent dans l’île.
  14. 14. CONTE L’habitation Néron Monsieur De François, arrière petit fils de békés avait hérité d’une habitation au lieu dit de Néron dans la commune du Moule. Cette maison était gigantesque et possédait un très beau moulin. Le soir, on pouvait apercevoir un fantôme qui sortait d’une vieille grange de l’autre coté de l’habitation. A partir de minuit, Monsieur De François ne dormait plus, il était terrifié. Il n’arrivait plus à trouver le sommeil alors il décida d’aller voir un quimboiseur. Il hésita à plusieurs reprises car il lui fallait trouver une solution rationnelle, c’était un cartésien tout cela le dépassait. Alors, il alla voir Sousoune « le mét a manioc ». Mais malheureusement, notre gadé zafé ne pouvait lutter contre ces forces démoniaques. On l’orienta vers une vieille dame qui avait grandi à Néron et qui pouvait le secourir. Il la trouva, à l’expression de son visage, elle avait l’air d’être embêtée par cette visite. Elle était très vieille et très laide, son visage était marqué par la douleur. Il s’assit prés d’elle puis la fixa et lui demanda si elle connaissait l’habitation de M. De François. Elle sursauta de sa chaise : - Oui et alors que me voulez-vous ? - On m’a parlé de vous, il parait que vous connaissez l’habitation ? D’un air attristé, il lui raconta ses problèmes et lui dit que depuis quelques nuits, il ne dormait plus. De plus, ses insomnies commençaient à minuit. « Madam an ka woué lespri »
  15. 15. Il y a très longtemps les nègres se faisaient lyncher à Saint-François. Il y avait une habitation très prospère le propriétaire était un homme gentil mais il était marié à une femme méchante. Elle gérait l’habitation comme un homme. Sa méchanceté l’empêchait d’avoir des amis alors elle se vengeait en fouettant ses esclaves. Pour elle, les nègres étaient de vulgaires créatures que Dieu avait mis sur terre afin qu’elle puisse s’en servir à sa guise. Aussi, elle avait le droit de vie et de mort sur eux. C’était une très belle femme, brune avec de longs cheveux et lorsqu’elle marchait son corps se déhanchait comme sur une musique dont elle seule avait les accords. Une rumeur laissait entendre que Mme De François avait épousait autrefois le mari de sa sœur puis l’avait empoisonné pour son argent, le jour de leur noce. Ce soir là, M. De François alla jouer au grén dé et gagna un esclave qu’il appela Dario, il était robuste, taillé dans le roc. Il avait la couleur de l’ébène. Son visage était fermé, c’était un guerrier mandingue, on pouvait imaginer qu’il avait gagné de nombreuses batailles dans son pays l’Afrique. M. De François le mit directement au travail pour les récoltes de la canne et à lui seul il calculait et rapportait au maître le détail de la récolte de l’année. M. De François l’admirait beaucoup et quelques fois, il avait peur de lui tant il était intelligent mais il décida de le nommé contremaître. Sa femme en fut verte de rage, elle ne pouvait pas supporter qu’un nègre puisse avoir de telle responsabilité chez elle.
  16. 16. Alors, elle imagina un plan machiavélique. Un soir, elle se farda les lèvres d’un rouge écarlate, et passa du rouge sur ses pommettes et lâcha ses cheveux. Elle se parfuma et se para d’une toilette digne des plus grandes dames de Paris. Elle allait et venait prés des baraques des esclaves, à son passage un étourdissant parfum de vanille nous envahissait les narines. Elle rencontra Dario et lui demanda de l’accompagnait dans la grange, à la grande surprise de Dario elle lui demanda un baiser mais il désobéit. Elle fut prise d’une colère monstre et se mit à crier au secours de peur qu’on ne l’entende Dario porta sa main à son visage pour essayer de la faire taire mais il serra si fort si qu’il l’étouffa. Quand il comprit l’erreur, il était déjà trop tard. Elle gisait sur le sol sans un souffle de vie. Horrifié, il prit ses jambes à son cou et laissa sa maîtresse par terre et alla se réfugier prés d’un étang. Des esclaves la trouvèrent et allèrent avertir leur maître. M. De François prit de folie scella son cheval arma son fusil pour tuer Dario. Il eut l’idée de s’allier avec les autres propriétaires terriens et ils organisèrent une chasse à l’homme. Pendant ce temps, Dario priait le ciel pour que l’on ne retrouve pas. Mais, il plongea dans l’étang mais il ne savait pas nager et se noya dans l’étang plein de vase. Quand le contremaître arriva le corps de Dario flottait à la surface de l’eau. Ils laissèrent le corps se décomposer au soleil sans l’avoir donner de sépulture depuis ce jour un fantôme rode autour de l’habitation en espérant trouver un jour la paix. Est- celui de Dario ou celui de Mme de François? ARCHIMEDE Marie-STELLA  
  17. 17. ACTIVITE ARTS PLASTIQUES DESSINE MOI UN MOULIN
  18. 18. ACTIVITE MANUELLE LE MOULINET Fournitures: Baguettes de bois (brochettes), papiers imprimés, une paire de ciseaux, des punaises, une bouteille en plastique pour faire le moulin. un carré de 16,5 cm sur un intercalaire de couleur. Perce les 5 points indiqués. Dessine et découpe Dessine et découpe des cercles de 2,5 et 3,5 cm dans les chutes de plastique. Découpe une paille en tronçons de 1 cm
  19. 19. MOTS CROISES : THÈME ESCLAVAGE Instrument que l’on claque au carnaval Peau avec laquelle on réalise des objets Bâteau négrier Fin de l’esclavage Personne sans éducation Fer de l’esclave Absence de liberté
  20. 20. MOTS CROISES RÉPONSES
  21. 21. BIBLIOGRAPHIE  Au vent du moulin Bézard /Diana REY–HULMAN : éditions l’harmattan, 1996.  Les moulins de Marie-GALANTE : replacés dans leur cadre historique de 1664 à nos jours / R.P Maurice BARBOTIN : Société d’histoire la guadeloupe n°7 ,1975.  Les moulins de MARIE GALANTE /GUIBERT Jean-Michel, Inventaire des moulins de Marie-Galante : l’Agence des Bâtiments de France et le Parc Naturel de Guadeloupe, 1980.  Au vent du moulin de Bézard /REY-HULMAN Diana : L’harmattan-Capesterre de Marie-Galante-Paris  GRF Guadeloupe Qu’y a-t-il dans la mare ? (site)

×