Radiologie
2010/2013
Jamali ahmed
Pathologie des os (appareil locomoteur)
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 2
Pathologie de l’appareil
locomoteur
1.Ostéopathie
Toute mala...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 3
synthèse de la vitamine D par la peau), un régime pauvre
en ...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 4
4 semaines. Le tassement se consolide, mais la vertèbre
rest...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 5
physique (marche), voire la pratique régulière d'activités
s...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 6
Une scoliose peut être permanente ou non, c'est-à-dire
prése...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 7
plusieurs vertèbres (séquelles d'un mal de Pott, par
exemple...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 8
douloureuses et évolutives à l'âge adulte : altération des
d...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 9
douloureuse. Parfois, il est révélé par une fracture
« patho...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 10
DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT
La radiographie du genou de profil...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 11
SYMPTOMES ET SIGNES
L'ostéomyélite se signale par des doule...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 12
Lorsque l'ablation est incomplète, des récidives peuvent
su...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 13
articulaire vertébrale) ; en effet, les limites entre la
pu...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 14
condensation associée à une augmentation de
volume des os.
...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 15
Synonyme : ostéoarthrite.
Si une seule articulation est att...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 16
est de cause inconnue ; les arthrites septiques et les
arth...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 17
cadre du syndrome oculo-urétro-synovial (syndrome
de Fiessi...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 18
faveur d'une blessure ouverte, voire d'une infiltration. Ce...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 19
Elles touchent toutes les articulations avec une
prédilecti...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 20
normalement inoffensives, pathologiques chez des
sujets inf...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 21
uricémiants dans la goutte, anti-inflammatoires et
corticos...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 22
A long terme (au bout de quelques années, voire même
de que...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 23
13. Cyphoscoliose
Double déformation de la colonne vertébra...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 24
14. Cyphose
Déformation de la colonne vertébrale, anormalem...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 25
 La cyphose des adultes jeunes est le plus souvent
due à c...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 26
16. Rachitisme
Maladie de l'enfance et de l'adolescence due...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 27
Le diagnostic est établi, pour les nourrissons, entre 4 et
...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 28
Chacun des cinq doigts du pied
Le squelette de l'orteil est...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 29
l'hallux rigidus est une arthrose de l'articulation du gros...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 30
Les lésions cutanées dues aux frottements sont
particulière...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 31
imparfaite, ostéoporose, mucopolysaccharidose, maladie
de G...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 32
déformations, qui surviennent parfois avant même le
début d...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 33
pancréas, intolérance au gluten). En outre, une
ostéomalaci...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 34
généralement un apport de calcium. Les douleurs et les
trou...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 35
ne retrouve pas de cause. L'ostéonécrose atteint surtout
la...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 36
Selon l'âge du sujet, les principales causes de talalgie
di...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 37
Une synovite peut notamment se trouver liée à une
infection...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 38
24. spondylite
Inflammation d'une vertèbre.
La spondylite e...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 39
TRAITEMENT
Le traitement d'une spondylite est fonction de s...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 40
sacrée). Il descend verticalement à la face postérieure de
...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 41
Lorsque la sciatique est due à une hernie discale, il
n'exi...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 42
accroupissements. Le rachis lui-même ne sera rééduqué
qu'un...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 43
souvent plus d'un côté que de l'autre, et elle est aggravée...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 44
27. Chondrodystrophie
Trouble de la formation et de la croi...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 45
avant, en dedans ou en arrière du genou. Augmentée par
la s...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 46
29. genu valgum
Déviation de la jambe vers l'extérieur de l...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 47
de vitamine D (contre le rachitisme), le port de
chaussures...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 48
Déviation de la jambe vers l'intérieur de l'axe du membre
i...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 49
32. Hallux valgus
Déviation du gros orteil vers les autres ...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 50
Il repose essentiellement sur le port de chaussures
larges,...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 51
racine nerveuse, voire la moelle épinière. Les hernies
surv...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 52
prescrire des massages, des séances de kinésithérapie et
le...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 53
La percussion de la rotule entraîne aussi, en retour,
une s...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 54
TRAITEMENT
La laxité constitutionnelle, qui entraîne rareme...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 55
CAUSES
Les articulations le plus souvent atteintes sont cel...
Par M. Jamali Ahmed
Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 56
TRAITEMENT
Il repose sur une réduction (remise en place) en...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pathologie de l’appareil locomoteur

1 731 vues

Publié le

Pathologie de l’appareil locomoteur

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 731
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pathologie de l’appareil locomoteur

  1. 1. Radiologie 2010/2013 Jamali ahmed Pathologie des os (appareil locomoteur)
  2. 2. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 2 Pathologie de l’appareil locomoteur 1.Ostéopathie Toute maladie osseuse. Ostéosarcome 2.ostéoporose Diminution progressive de la trame protéique de l'os, qui reste cependant normalement minéralisé. L'allègement de la trame protéique osseuse est un phénomène naturel, appelé ostéopénie physiologique, lié au vieillissement du squelette. L'ostéoporose est caractérisée par l'exagération de ce processus, du fait d'un déséquilibre entre l'activité des ostéoblastes (cellules assurant la formation du tissu osseux) et celle des ostéoclastes (cellules assurant la destruction du tissu osseux) : pour un même volume, l'os est moins dense, donc plus fragile. Les causes des ostéoporoses sont multiples. La plus commune est l'ostéoporose postménopausique : à la ménopause, le taux des œstrogènes (hormones protectrices du tissu osseux) chute. L'ostéoporose sénile s'observe chez les personnes des deux sexes après 70 ans, et sa fréquence augmente avec l'âge ; elle est favorisée par la sédentarité, l'absence d'exposition à la lumière naturelle (qui permet la
  3. 3. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 3 synthèse de la vitamine D par la peau), un régime pauvre en calcium et en protéines. L'ostéoporose peut aussi être d'origine endocrinienne ou médicamenteuse et survenir à tout âge : excès d'hormones thyroïdiennes ou parathyroïdienne (adénome sur une des glandes parathyroïdes), de corticostéroïdes (maladie de Cushing, traitement par les corticostéroïdes), etc. L'ostéoporose peut aussi survenir chez l'homme, favorisée par la consommation de boissons alcoolisées et de tabac. Exceptionnelle chez la femme jeune, elle se révèle alors au cours de la grossesse. D'autres, plus complexes et plus graves, accompagnent l'urticaire pigmentaire (affection due à une prolifération de mastocytes, dans les tissus) ou un diabète phosphoré. Enfin, il existe des ostéoporoses héréditaires (ostéogenèse imparfaite). SYMPTOMES ET SIGNES Les fractures sont les principales manifestations de l'ostéoporose. Leur siège varie selon que la diminution de la densité osseuse affecte l'os cortical ou l'os spongieux. m Quand l'ostéoporose touche l'os cortical, les fractures affectent en général l'extrémité inférieure du poignet, la tête de l'humérus et, lorsque le sujet est âgé, le col du fémur. Elles peuvent aussi affecter le bassin et le sacrum sous la forme de fractures de fatigue. m Quand l'ostéoporose touche l'os spongieux, très abondant dans les vertèbres, les fractures se traduisent par des tassements vertébraux survenant brutalement et entraînant une douleur dorsale ou lombaire aiguë souvent prise pour un lumbago. La douleur est vive pendant 10 jours et disparaît progressivement en 3 ou
  4. 4. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 4 4 semaines. Le tassement se consolide, mais la vertèbre reste déformée, pouvant être à l'origine de douleurs chroniques n'apparaissant qu'à la station debout. DIAGNOSTIC Très souvent, un tassement vertébral ou une transparence excessive à la radiographie permettent de détecter une ostéoporose. L'absorptiométrie le plus souvent aux rayons X mesure la densité osseuse et permet d'apprécier l'importance de l'ostéoporose. Son évolution peut être suivie en mesurant régulièrement la taille du patient. Un tassement vertébral fait perdre entre 1 et 2 centimètres. Une ostéoporose comportant de multiples tassements peut faire perdre de 15 à 20 centimètres. TRAITEMENT ET PREVENTION Le traitement des ostéoporoses endocriniennes ou médicamenteuses est celui de leur cause. Les traitements médicaux proposés pour lutter contre l'évolution de l'ostéoporose sont la prise de calcium, de vitamine D et de bisphosphonates (etidronate, alendronate, risedronate) et d'anti-œstrogènes (raloxifène) qui s'opposent à la résorption osseuse. Après plusieurs années de traitement, les bisphosphonates augmentent la densité osseuse et diminuent le nombre de fractures vertébrales et du col du fémur. Des traitements stimulant la formation osseuse (strontium, hormone parathyroïdienne) sont proposés. La prévention de l'ostéoporose est donc indispensable. L'immobilité favorisant la perte osseuse, l'exercice
  5. 5. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 5 physique (marche), voire la pratique régulière d'activités sportives, peut être utile ; tout surentraînement a cependant des effets néfastes. Il est recommandé d'avoir une alimentation riche en calcium et en protéines (lait, produits laitiers, viande, poisson) et de limiter la consommation d'alcool et de tabac. Le traitement préventif de l'ostéoporose post-ménauposique reposait sur les œstrogènes qui s'opposent à la diminution de la densité osseuse et réduisent la fréquence des fractures pendant son application. Mais les inconvénients du traitement substitutif de la ménopause l'emportant sur les avantages, cette indication n'est plus retenue. Toutes ces mesures visent à diminuer la fréquence des tassements vertébraux chez la femme après 60 ans et des fractures du col du fémur dans les deux sexes après 80 ans. 3.Scoliose Incurvation latérale pathologique de la colonne vertébrale (rachis).
  6. 6. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 6 Une scoliose peut être permanente ou non, c'est-à-dire présente ou non dans toutes les positions du rachis. Lorsqu'elle affecte le rachis dorsal, elle entraîne parfois des déformations (gibbosités) importantes. DIFFERENTS TYPES DE SCOLIOSE Il en existe trois, de gravité diverse.  Les attitudes scoliotiques sont caractérisées par une incurvation latérale droite ou gauche du rachis, visible en position debout, qui se corrige lorsque le sujet se penche en avant. Elles sont le plus souvent dues à une inégalité de longueur des jambes, phénomène fréquent au cours de la croissance mais qui peut persister à l'âge adulte. Elles nécessitent une surveillance particulière chez les sujets en période de croissance.  Les scolioses antalgiques, particulièrement douloureuses, accompagnent un lumbago ou une sciatique lombaire. En principe, elles se corrigent lorsque leur cause est traitée, mais elles peuvent persister, voire se transformer en scoliose vraie, avec rotation des corps vertébraux. Elles nécessitent donc une surveillance régulière.  Les scolioses vraies, également appelées scolioses osseuses ou scolioses structurales, se subdivisent en trois catégories différentes. Les scolioses par malformation congénitale d'une vertèbre (la moitié seulement d'une vertèbre s'est développée) existent dès la naissance et sont souvent évolutives. Les scolioses par déformation acquise d'une ou de
  7. 7. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 7 plusieurs vertèbres (séquelles d'un mal de Pott, par exemple) peuvent être très importantes. Les scolioses idiopathiques, caractérisées par une rotation des vertèbres, débutent dans l'enfance et s'aggravent pendant toute la croissance sans entraîner de douleur. DIAGNOSTIC Il repose sur l'examen clinique, sur certaines mesures prises sur l'axe vertébral et affinées d'après les clichés radiologiques. La scoliose est ainsi définie par son siège précis (dorsal, lombaire) et par l'importance en degrés de l'angulation observée entre les vertèbres. TRAITEMENT Les courbures scoliotiques doivent être mesurées périodiquement. Si elles sont modérées, elles relèvent d'une gymnastique appropriée et d'un traitement orthopédique (corset, plâtre). Seules les scolioses évolutives ou importantes doivent être opérées mais, dans la mesure du possible, pas avant la fin de la croissance osseuse du rachis. Le plus souvent, le traitement consiste, après avoir corrigé du mieux possible les courbures anormales, à souder les vertèbres atteintes par une greffe osseuse (arthrodèse). Ce geste, presque toujours associé à une ostéosynthèse postérieure et/ou antérieure (pose d'une plaque ou d'une tige), permet de redresser la colonne vertébrale, au prix cependant d'une certaine raideur. Les lombostats sont d'une grande utilité pour traiter certaines scolioses lombaires qui deviennent
  8. 8. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 8 douloureuses et évolutives à l'âge adulte : altération des disques intervertébraux, voire compression de racines nerveuses ou de la moelle épinière, ayant pour conséquence des complications neurologiques graves. 4.Tumeur maligne de l'os. Synonyme : sarcome ostéogénique. L'ostéosarcome est la plus fréquente des tumeurs malignes osseuses primitives (non formées par les métastases issues d'un autre cancer). Généralement, elle survient chez l'enfant et l'adolescent. Sa cause est le plus souvent inconnue, en dehors de certaines formes touchant l'adulte et liées à la cancérisation d'une maladie osseuse de Paget. SYMPTOMES ET SIGNES La tumeur se développe habituellement sur la partie moyenne des os longs se trouvant au voisinage de l'articulation du genou (fémur, tibia) et de l'épaule (humérus). Un ostéosarcome s'étend assez rapidement aux tissus adjacents, détruit l'os sain avoisinant ; on distingue les formes centrales, qui envahissent la médullaire osseuse (partie centrale de l'os), des formes périphériques, qui se développent à partir du périoste. L'ostéosarcome peut aussi se disséminer par voie sanguine (métastases pulmonaires). Un ostéosarcome se traduit par une tuméfaction locale légèrement inflammatoire, douloureuse ; à un stade plus avancé, la tuméfaction est grosse et devient très
  9. 9. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 9 douloureuse. Parfois, il est révélé par une fracture « pathologique », c'est-à-dire survenant spontanément ou après un traumatisme minime. Le diagnostic repose sur la radiographie et sur l'examen histologique de la tumeur après biopsie ; il comprend la recherche d'éventuelles métastases, essentiellement pulmonaires. TRAITEMENT Il repose sur la chimiothérapie et sur l'ablation chirurgicale de la tumeur ; celle-ci doit être la plus large possible ; on essaie toutefois de conserver la plus grande partie du membre atteint afin de faciliter la pose d'une prothèse articulaire ; l'amputation, exceptionnelle, est réservée aux tumeurs volumineuses ou aux récidives. 5.maladie d'Osgood-Schlatter Inflammation de l'apophyse tibiale antérieure (protubérance située juste sous le genou, palpable sous la peau, sur laquelle s'insère le tendon rotulien), survenant au cours de la croissance. Synonyme : apophysite tibiale antérieure de croissance. La maladie d'Osgood-Schlatter fait partie des apophysites de croissance ; lors de cette affection, l'apophyse tibiale antérieure, non encore soudée au tibia, se morcelle du fait des tractions répétées exercées par le tendon rotulien. L'affection débute entre 10 et 15 ans par des douleurs locales exacerbées à la marche et à la course. Elle atteint le plus souvent les deux tibias.
  10. 10. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 10 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT La radiographie du genou de profil met en évidence la fragmentation de la tubérosité tibiale antérieure. Le traitement repose sur la prise d'anti-inflammatoires et l'arrêt de l'activité qui est à l'origine de la douleur (course, par exemple) pendant plusieurs mois, parfois pendant un an. Si, malgré cela, les douleurs persistent, on peut avoir recours à une immobilisation plâtrée, pendant 1 mois ou 2. La guérison se fait sans séquelles. 6.Ostéite Infection d'un os d'origine microbienne, due le plus souvent au staphylocoque doré. Lorsque la moelle osseuse est atteinte, ce qui est presque toujours le cas chez l'enfant et l'adolescent, alors que l'os est en phase de croissance, on parle d'ostéomyélite. 7.Ostéomyélite Maladie infectieuse grave, chronique ou aiguë, du tissu osseux. Le microbe responsable de l'ostéomyélite est le staphylocoque doré. Il contamine l'os par la voie sanguine, à partir d'une infection locale (plaie infectée, abcès, fracture ouverte). L'ostéomyélite atteint surtout les os longs (tibia, fémur, humérus) ; elle se déclare plus particulièrement chez les enfants ou les adolescents.
  11. 11. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 11 SYMPTOMES ET SIGNES L'ostéomyélite se signale par des douleurs intenses de l'os atteint, accompagnées d'une impotence fonctionnelle totale, par une inflammation et un gonflement local, une forte fièvre et une altération de l'état général. Parfois, les symptômes généraux sont moins intenses. DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT Le diagnostic repose sur l'hémoculture (culture du sang pour mise en évidence du germe) et sur la scintigraphie osseuse. Le traitement doit être entrepris d'urgence. Il consiste en une antibiothérapie prolongée (plusieurs mois), avec immobilisation de l'os infecté par un plâtre. Une intervention chirurgicale (ablation et greffe osseuse) peut être nécessaire en cas d'ostéomyélite aiguë, pour enlever un séquestre (fragment osseux isolé), ou en cas d'ostéomyélite chronique. 8.Ostéome Tumeur bénigne constituée de tissu osseux adulte, affectant une structure anatomique, osseuse ou non (muscle, notamment). m L'ostéome musculaire circonscrit est une tumeur bénigne résultant de l'ossification d'un hématome intramusculaire.Peu douloureux, il n'entraîne qu'une gêne musculaire modérée. Il n'est possible d'en réaliser l'ablation chirurgicale qu'après s'être assuré, par des examens cliniques et radiologiques répétés, que son évolution paraît stabilisée.
  12. 12. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 12 Lorsque l'ablation est incomplète, des récidives peuvent survenir ; si l'ostéome siège sur un membre, la mise au repos de celui-ci est conseillée. m L'ostéome ostéoïde est une tumeur bénigne constituée d'ostéoblastes (cellules produisant le tissu osseux), richement vascularisée, apparaissant dans 90 % des cas entre 5 et 25 ans, avec une nette prédominance masculine. Il siège surtout sur les os longs des membres (fémur, humérus, radius, tibia) et sur les vertèbres et se traduit par des douleurs en général nocturnes, soulagées par l'aspirine. Le diagnostic repose sur la scintigraphie osseuse et la radiographie, qui montre une importante condensation osseuse, avec, en son centre, une zone claire caractéristique, appelée nidus. L'ostéome ostéoïde, dont l'évolution est très lente, doit être retiré chirurgicalement. Voir : ostéoblastome. 9.syndrome S.A.P.H.O. Association de diverses affections cutanées (acné, pustulose) et ostéo-articulaires (synovite, hyperostose, ostéite). Le syndrome S.A.P.H.O. (acronyme de synovite, acné, pustulose, hyperostose, ostéite) est une affection de cause inconnue qui semble présenter un lien de parenté avec les spondylarthropathies (groupe de 4 affections inflammatoires chroniques caractérisées par une atteinte
  13. 13. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 13 articulaire vertébrale) ; en effet, les limites entre la pustulose palmoplantaire, caractéristique du syndrome, et le psoriasis, qui accompagne certaines spondylarthropathies, ne sont pas nettes, et les lésions du bassin dues à l'ostéite ressemblent à celles qui surviennent au cours d'une spondylarthropathie, la spondylarthrite ankylosante. Cependant, l'antigène HLA B 27, présent dans 75 % des cas de spondylarthropathies, n'est retrouvé que chez 30 % des malades atteints par le syndrome S.A.P.H.O. SYMPTOMES ET EVOLUTION  La synovite (inflammation de la synoviale, membrane tapissant l'intérieur de la capsule des articulations mobiles) est responsable d'arthrites aiguës inflammatoires (douleur, rougeur, gonflement articulaire, fièvre) ; aucun germe n'est mis en évidence dans les prélèvements de liquide articulaire.  L'acné est grave, chronique (acné congloblata) ; elle se traduit par une suppuration cutanée étendue.  La pustulose (maladie cutanée caractérisée par la présence de pustules, soulèvements circonscrits de l'épiderme contenant un liquide purulent) atteint la paume des mains et la plante des pieds.  L'hyperostose et l'ostéite aseptique (respectivement prolifération osseuse et inflammation osseuse d'origine non infectieuse) atteignent le plus souvent le sternum, les clavicules, les os du bassin et les vertèbres. Sur les radiographies, on observe une
  14. 14. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 14 condensation associée à une augmentation de volume des os. Le syndrome S.A.P.H.O. est chronique, évoluant par poussées plus ou moins invalidantes selon les cas. TRAITEMENT Le traitement du syndrome S.A.P.H.O. est essentiellement celui de ses symptômes ; il fait appel aux anti-inflammatoires locaux et généraux, aux antibiotiques en cas de lésions cutanées surinfectées. 10. Ostéoarthrite Arthrite Toute affection inflammatoire, aiguë ou chronique, qui atteint les articulations.
  15. 15. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 15 Synonyme : ostéoarthrite. Si une seule articulation est atteinte, on parle de monoarthrite ; lorsque 2, 3 ou 4 articulations sont touchées, d'oligoarthrite ; au-delà, de polyarthrite. On appelle acropolyarthrites les arthrites qui touchent les articulations distales (mains, pieds) ; polyarthrites rhizoméliques, les arthrites qui touchent essentiellement les articulations des racines des membres (épaules, hanches) ; spondylarthropathies, les arthrites des membres qui s'associent à des atteintes inflammatoires de la colonne vertébrale ou des articulations sacro- iliaques. Une arthrite qui dure plus de 3 mois est dite chronique. L'arthrite se caractérise par des douleurs souvent nocturnes pouvant réveiller le malade. Le matin, les articulations ne retrouvent leur mobilité qu'après une période d'échauffement, dont la durée constitue un bon témoin du degré d'inflammation. L'épiderme peut être localement rosé ou rouge, voire violacé. L'articulation est souvent gonflée, en partie du fait d'un épanchement de liquide synovial ; l'analyse de celui-ci, après prélèvement par arthrocentèse (ponction de l'articulation), permet de confirmer le caractère inflammatoire de la maladie et de rechercher un germe pathogène ou des microcristaux. Au besoin, une biopsie de la membrane synoviale peut être réalisée sous anesthésie locorégionale, parfois combinée à une arthroscopie permettant le contrôle visuel. On distingue quatre catégories d'arthrite : les arthrites inflammatoires aseptiques, dont l'inflammation synoviale
  16. 16. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 16 est de cause inconnue ; les arthrites septiques et les arthrites microcristallines, dues respectivement à la présence d'un germe et de microcristaux dans l'articulation ; enfin, les arthropathies nerveuses, dues à certaines maladies du système nerveux. Arthrites inflammatoires aseptiques Les arthrites inflammatoires aseptiques forment un groupe d'affections de causes très diverses.  Le rhumatisme articulaire aigu, ou maladie de Bouillaud, touche surtout les grosses articulations, essentiellement les genoux, les coudes et les chevilles ; l'inflammation est très douloureuse mais de courte durée, l'atteinte passant en quelques jours d'une articulation à une autre. Il succède à une angine à streptocoques. Des complications cardiaques sont à craindre (cardite rhumatismale).  La polyarthrite rhumatoïde, le plus fréquent des grands rhumatismes inflammatoires, appartient au groupe des maladies systémiques, ou connectivites. Elle s'installe sans cause décelable. Elle touche plusieurs articulations simultanément, surtout les doigts et les poignets, et évolue pendant de nombreuses années.  Les arthrites réactionnelles apparaissent en réaction à une infection siégeant en dehors de l'articulation et qui est provoquée par certaines entérobactéries, transmises en général par l'alimentation ou au cours d'infections génitales. Ces arthrites entrent dans le
  17. 17. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 17 cadre du syndrome oculo-urétro-synovial (syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter). On a découvert en 1973 qu'elles se déclenchent surtout chez les sujets porteurs d'un groupe leucocytaire héréditaire (le groupe HLA B27) également présent chez 90 % des sujets atteints de spondylarthrite ankylosante. C'est une des raisons qui ont fait grouper ces affections sous le vocable de spondylarthropathies.  La spondylarthrite ankylosante est une affection chronique fréquente chez les hommes, qui touche les articulations sacro-iliaques et intervertébrales. Elle évolue pendant de nombreuses années.  Le rhumatisme psoriasique est caractérisé par une atteinte articulaire, inflammatoire, associée au psoriasis, et qui peut revêtir plusieurs formes.  La maladie de Still affecte surtout les enfants âgés de moins de 4 ans. C'est une polyarthrite symétrique associée à de la fièvre, à des adénopathies (gonflement d'un ou de plusieurs ganglions lymphatiques), à une splénomégalie (augmentation de volume de la rate) et à une éruption cutanée. Il existe plusieurs autres types de rhumatisme inflammatoire de l'enfant (arthrites chroniques juvéniles). Arthrites septiques Les arthrites septiques, ou arthrites infectieuses, sont provoquées par un germe ayant pénétré dans l'articulation soit par voie sanguine, depuis un foyer infectieux situé à distance, soit accidentellement, à la
  18. 18. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 18 faveur d'une blessure ouverte, voire d'une infiltration. Ce sont presque toujours des monoarthrites. Gonflée, chaude, parfois rouge, l'articulation touchée devient vite douloureuse au point de rendre tout mouvement impossible. Le malade a de la fièvre, accompagnée de frissons. Lorsque l'on suspecte une arthrite septique chez un sujet, celui-ci doit être isolé, et le germe en cause identifié le plus rapidement possible. Cette identification sera faite par hémoculture si le germe a pu être transmis par voie sanguine, par prélèvement gynécologique, urinaire, de gorge ou de tout foyer infectieux éventuel (dentaire, sinusien, cutané, etc.) et/ou par ponction de l'articulation pour étudier le liquide synovial et le mettre en culture.  Les arthrites septiques à germes banals (staphylocoques, streptocoques) sont les plus fréquentes. L'infection vient d'un foyer voisin (plaie) ou distant (bactériémie). La ponction retire un liquide purulent. Ces arthrites septiques sont favorisées par un état immunitaire déficient.  Les arthrites brucelliennes, observées au cours de la brucellose, sont devenues très rares du fait de la quasi-disparition de cette maladie. Elles peuvent être aiguës ou chroniques.
  19. 19. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 19 Elles touchent toutes les articulations avec une prédilection pour celles de la colonne vertébrale, pour les articulations sacro-iliaques et pour les hanches. Le diagnostic, orienté par des lombalgies avec fièvre, s'appuie sur les radiographies du rachis et du bassin.  L'arthrite de Lyme, ou maladie de Lyme, est due à un germe, Borrelia burgdoferi, inoculé par une morsure de tique. Cette maladie provoque également une éruption cutanée et des signes neuroméningés.  Les arthrites virales peuvent être dues aux virus de la rubéole et des hépatites, au parvovirus responsable de l'exanthème subit, à certains arbovirus africains et australiens, au V.I.H. L'atteinte articulaire touche en règle générale peu d'articulations et reste modérée. Ces arthrites guérissent en quelques jours sans laisser de séquelles.  Les arthrites sexuellement transmises comprennent les arthrites gonococciques (rares aujourd'hui), les arthrites de la syphilis secondaire, les arthrites réactionnelles à Chlamydia trachomatis et les arthrites peu fréquentes et brèves de la phase d'invasion du V.I.H. (virus du sida).  Les arthrites tuberculeuses avaient presque disparu avec la vaccination par le B.C.G. et le traitement antibiotique des primo-infections tuberculeuses. Elles voient aujourd'hui leur nombre augmenter du fait de l'immunodéficience profonde induite par le virus du sida, qui rend certaines mycobactéries,
  20. 20. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 20 normalement inoffensives, pathologiques chez des sujets infectés par le V.I.H. Arthrites microcristallines Dans les arthrites microcristallines, l'inflammation est déclenchée par l'accumulation dans les articulations de microcristaux d'acide urique (goutte), de pyrophosphate de calcium (chondrocalcinose) ou d'apatite (maladie des calcifications multiples). Ces arthrites provoquent des crises très douloureuses, avec gonflement rapide, mais transitoire, de l'articulation, qui répondent très bien au traitement (anti- inflammatoires non stéroïdiens, colchicine). Arthropathies nerveuses Les arthropathies nerveuses s'observent au cours de certaines maladies du système nerveux (tabès, syringomyélie, diabète, lèpre, paraplégie et tétraplégie d'origine traumatique) provoquant une perte de sensibilité de l'articulation. Les traumatismes et les contraintes s'exerçant sur cette dernière ne déclenchent plus alors la contracture réflexe protectrice des muscles de voisinage, mais ils entraînent une mobilité exagérée, susceptible d'endommager l'articulation et de créer une déformation importante appelée arthropathie de Charcot (gonflement, voire destruction articulaire plus ou moins marquée). Traitement des arthrites Certaines arthrites demandent un traitement spécifique : antibiotiques pour les arthrites septiques, hypo-
  21. 21. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 21 uricémiants dans la goutte, anti-inflammatoires et corticostéroïdes dans la polyarthrite rhumatoïde. Dans la plupart des cas, les analgésiques et les anti- inflammatoires soulagent la douleur. Certaines arthrites inflammatoires aseptiques peuvent entraîner des déformations ou des destructions articulaires nécessitant parfois une arthroplastie (remplacement de l'articulation par une prothèse), voire une arthrodèse (fusion chirurgicale des os de l'articulation). Le traitement des arthrites septiques doit être précoce, car les lésions de l'os et des cartilages résultant de l'action du germe peuvent devenir irréversibles en quelques jours. En attendant que le germe soit identifié, on commence un traitement antibiotique, qui sera ajusté quand le germe sera connu et sa sensibilité aux divers antibiotiques, précisée. Un repos avec immobilisation de la ou des articulations atteintes est conseillé. Le traitement des arthrites microcristallines est celui de l'affection en cause (goutte par exemple). 11. Coxa vara Déformation de l'extrémité supérieure du fémur, caractérisée par une fermeture de l'angle cervicodiaphysaire (angle formé par le col du fémur et la diaphyse). La coxa vara peut être congénitale ou acquise, à la suite d'une fracture du col du fémur ou d'une affection de l'enfance, l'épiphysiolyse de la tête du fémur. Indolore, elle peut cependant entraîner une claudication.
  22. 22. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 22 A long terme (au bout de quelques années, voire même de quelques dizaines d'années), elle occasionne généralement l'apparition d'une arthrose précoce, qui doit être traitée. Le seul traitement de la coxa vara est chirurgical : il consiste à rétablir un angle normal entre le col du fémur et la diaphyse. 12. Coxite Inflammation de l'articulation (arthrite) coxofémorale. Une coxite peut être due à une maladie inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante) ou infectieuse (brucellose).
  23. 23. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 23 13. Cyphoscoliose Double déformation de la colonne vertébrale, associant une déviation latérale (scoliose) et une déviation à convexité postérieure (cyphose). Une cyphoscoliose entraîne des troubles statiques d'importance variable et peut s'accompagner de douleurs, voire d'un retentissement sur l'état général (troubles respiratoires, cardiaques ou viscéraux). Le traitement repose sur la kinésithérapie et la gymnastique corrective et, dans les cas les plus graves, sur le port d'un corset. La prévention consiste à surveiller et à corriger l'attitude de l'enfant ou de l'adolescent en position assise.
  24. 24. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 24 14. Cyphose Déformation de la colonne vertébrale, anormalement convexe en arrière. La courbure du rachis dorsal, normalement convexe en arrière, est excessive dans la cyphose, qui affecte habituellement la colonne dorsale entre les 2 omoplates, arrondissant le dos et projetant le cou en avant. m La cyphose des enfants et des adolescents résulte parfois d'une mauvaise posture, mais est le plus souvent due à une maladie de croissance des vertèbres dorsales, la maladie de Scheuermann. Cette cyphose n'est pas douloureuse mais favorise l'apparition d'une arthrose dorsale.
  25. 25. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 25  La cyphose des adultes jeunes est le plus souvent due à certaines maladies inflammatoires de la colonne vertébrale, les spondylarthropathies.  Les cyphoses acquises des sujets âgés résultent de tassements vertébraux (ostéoporose), de discopathies dégénératives multiples (vieillissement des disques intervertébraux) ou, plus rarement, d'un déficit des muscles paravertébraux. TRAITEMENT Le traitement des cyphoses est celui de leur affection d'origine. Il repose également sur la kinésithérapie et la rééducation corrective. Dans certains cas de maladie de Scheuermann, le port d'un corset est indispensable. 15. Décalcification Diminution importante de la teneur en calcium de l'organisme, particulièrement dans les os et les dents. Le terme de décalcification osseuse n'est pas utilisé en médecine ; il recouvre en effet plusieurs maladies de nature différente. Ainsi, une carence en vitamine D (responsable de rachitisme chez l'enfant, et d'ostéomalacie chez l'adulte), quel qu'en soit le mécanisme, ou une ostéoporose (le plus souvent primitive, parfois secondaire à une hyperparathyroïdie), entraînent toutes deux une diminution de la teneur en calcium des os, mais selon des mécanismes tout à fait distincts.
  26. 26. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 26 16. Rachitisme Maladie de l'enfance et de l'adolescence due le plus souvent à une carence en vitamine D et se traduisant par une minéralisation insuffisante des os. CAUSES Le rachitisme est lié à une perturbation du métabolisme phosphocalcique : les os ne parviennent pas à fixer des quantités suffisantes de calcium et de phosphore et subissent des déformations réversibles. La carence en vitamine D peut être due à un déficit alimentaire, surtout dans les pays en développement, mais aussi solaire. Une forme particulière de rachitisme, dite vitaminorésistante, provient non pas d'une carence en vitamine D mais d'une anomalie rénale qui empêche la transformation par le rein du 1-25 (OH)2 cholécalciférol, forme active de la vitamine D. SYMPTOMES ET DIAGNOSTIC Le rachitisme se traduit par des déformations variables du squelette : os des membres inférieurs anormalement courbés, épaississement de l'extrémité des os, perceptible aux poignets et aux chevilles, crâne réagissant à la pression comme une balle de Celluloïd avec fermeture retardée de la fontanelle antérieure, bourrelets au niveau des côtes.
  27. 27. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 27 Le diagnostic est établi, pour les nourrissons, entre 4 et 12 mois. L'examen radiologique, en particulier celui du poignet, montre un retard d'apparition des points d'ossification et des déformations métaphysaires des os, et les dosages sanguins révèlent, dans les cas sévères, une baisse anormale des taux sanguins de phosphore et de calcium et une augmentation des phosphatases alcalines. TRAITEMENT ET PREVENTION Le traitement repose sur l'administration de vitamine D. Les rachitismes vitaminorésistants peuvent aujourd'hui être traités grâce à la mise au point de 1-25 (OH)2 cholécalciférol de synthèse. L'administration systématique, sur prescription médicale, de vitamine D aux nourrissons ainsi que la supplémentation en vitamine D des laits infantiles permettent de nos jours d'assurer une prévention efficace de la maladie. 17. Orteil
  28. 28. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 28 Chacun des cinq doigts du pied Le squelette de l'orteil est constitué de petits os tubulaires, les phalanges, articulés entre eux, au nombre de 2 pour le gros orteil (pouce), de 3 pour les 4 autres orteils. Les phalanges sont mobilisées par des tendons fléchisseurs et extenseurs. De chaque côté des orteils, il y a une artère fine et un nerf. PATHOLOGIE Les orteils peuvent être le siège de nombreuses maladies congénitales ou acquises, en général aggravées par le port de chaussures inadaptées. Les déformations et malformations des orteils, fréquentes, témoignent en général d'une déformation globale du pied (pied plat ou creux, avant-pied triangulaire, etc.) : l'hallux valgus est une déviation du gros orteil vers le 2e orteil, responsable d'une tuméfaction douloureuse couramment appelée oignon ;
  29. 29. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 29 l'hallux rigidus est une arthrose de l'articulation du gros orteil, qui devient rigide et douloureux ; cette affection de cause inconnue gêne considérablement la marche, en particulier lorsque le pied s'élève sur la pointe ; son traitement est d'abord médical (infiltrations locales et port de chaussures rigides), mais une intervention est en général indispensable dans les formes évoluées ; l'exostose sous-unguéale est une tumeur osseuse bénigne siégeant surtout sur la dernière phalange du gros orteil : elle soulève l'ongle, qui devient très douloureux à la marche, et doit être enlevée chirurgicalement ; le quintus varus est une déviation du 5e orteil, qui chevauche le 4e. Son traitement est chirurgical ; la griffe des orteils se traduit par une flexion exagérée et permanente des orteils en direction de la plante du pied. La déformation peut être corrigée par le port de semelles orthopédiques ou par une intervention chirurgicale ; les orteils en marteau sont des déformations d'un ou de plusieurs orteils, excessivement fléchis. Les fractures des orteils, très fréquentes, sont le plus souvent dues à un choc direct et s'accompagnent presque toujours de lésions cutanées (contusions, ecchymoses, etc.). Elles sont réduites orthopédiquement ou, plus rarement, chirurgicalement. Les deux extrémités de l'os fracturé sont immobilisées à l'aide d'un bandage élastique fixant l'orteil fracturé à un orteil intact adjacent. La reprise de la marche est généralement possible dès le 15e jour après l'accident.
  30. 30. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 30 Les lésions cutanées dues aux frottements sont particulièrement fréquentes sur les orteils et sont souvent associées aux déformations osseuses précédemment décrites. Le cor et le durillon sont des épaississements de forme arrondie, légèrement bombés, de la couche cornée de la peau, de consistance dure, se développant sur les zones soumises à des pressions fortes et répétées. L'œil- de-perdrix est une ulcération résultant du frottement de la peau d'un orteil contre la peau de l'orteil voisin, dans un espace mal aéré, où la sueur fait macérer la peau. Il siège surtout entre le 4e et le 5e orteil. Son traitement consiste à mettre en place un tampon écartant les orteils. La chirurgie est réservée aux ulcérations chroniques. 18. ostéodystrophie Toute maladie caractérisée par des anomalies de la croissance et du développement des os. Les ostéodystrophies acquises sont notamment la maladie osseuse de Paget, les ostéodystrophies de croissance (ostéochondrites et apophysites), le rachitisme, l'ostéomalacie, les ostéodystrophies endocriniennes (notamment celles dues à une hyperparathyroïdie) et celles survenant au cours des insuffisances rénales chroniques. Les ostéodystrophies d'origine génétique sont la dysplasie fibreuse des os, les lésions osseuses caractéristiques de la maladie de Recklinghausen et un certain nombre de maladies héréditaires (ostéogenèse
  31. 31. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 31 imparfaite, ostéoporose, mucopolysaccharidose, maladie de Gauch 19. Ostéogenèse imparfaite Fragilité osseuse excessive due à un défaut congénital d'élaboration des fibres collagènes du tissu conjonctif qui forme la trame de l'os. Synonyme : fragilité osseuse héréditaire. L'ostéogenèse imparfaite caractérise en fait 7 maladies héréditaires, dont la maladie de Lobstein. De transmission autosomique (par un chromosome non sexuel) dominante (il suffit qu'il soit reçu de l'un des parents pour que la maladie s'exprime chez l'enfant), elle se traduit par une coloration bleutée du blanc des yeux, une surdité, une hyperlaxité ligamentaire et des fractures fréquentes, se consolidant mal et entraînant des
  32. 32. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 32 déformations, qui surviennent parfois avant même le début de la marche. Le traitement par les bisphosphonates (pamidronate intraveineux) diminue la fréquence des fractures. 20. Ostéomalacie Décalcification osseuse de l'adulte et du sujet âgé. L'ostéomalacie, équivalent chez l'adulte du rachitisme de l'enfant, est due à une minéralisation osseuse de mauvaise qualité, elle-même liée à une carence en vitamine D. Celle-ci peut résulter d'un apport alimentaire insuffisant ou, plus souvent, d'une absorption insuffisante de la vitamine D (maladie du
  33. 33. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 33 pancréas, intolérance au gluten). En outre, une ostéomalacie peut être due à une intoxication de l'os par certaines substances (fluor, biphosphonates) ou être le fait d'une baisse importante du taux de phosphore dans le sang (insuffisance rénale chronique). SYMPTOMES ET DIAGNOSTIC La maladie se traduit par des douleurs quasi constantes, siégeant dans les hanches et les épaules ; les déformations osseuses, qui affectent essentiellement les vertèbres, les membres inférieurs et le bassin, sont parfois importantes. Le sujet éprouve des difficultés à marcher. La radiographie met en évidence un aspect déminéralisé et « flou » du squelette, des déformations et des fissures osseuses appelées stries de Looser- Milkmann. Les examens biologiques confirment la diminution des taux de calcium et de phosphore dans le sang, l'effondrement du taux de calcium urinaire, du taux de dérivé sanguin actif de la vitamine D et l'augmentation du taux sanguin de phosphatases alcalines osseuses (enzymes témoignant de l'hyperactivité osseuse). La biopsie osseuse révèle une augmentation de l'épaisseur du tissu osseux faiblement minéralisé, dit « ostéoïde », et une hyperactivité des ostéoblastes (cellules formatrices du tissu osseux). TRAITEMENT L'administration de vitamine D assure, en général, une guérison rapide de l'ostéomalacie ; on y associe
  34. 34. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 34 généralement un apport de calcium. Les douleurs et les troubles de la marche disparaissent rapidement ; seules les déformations osseuses persistent quelquefois. Les ostéomalacies dues à une diminution excessive du taux sanguin de phosphore sont, elles aussi, traitées par prescription de vitamine D, mais, dans ce cas, l'amélioration des symptômes est souvent incomplète. 21. ostéonécrose Mort d'un fragment de tissu osseux, due à une interruption de la circulation sanguine, aboutissant à un infarctus osseux. Synonyme : nécrose osseuse aseptique. Les travées osseuses de l'os mort ne se renouvellent plus et finissent par s'effondrer. Si l'ostéonécrose touche une zone articulaire, l'articulation se déforme et devient douloureuse. Une ostéonécrose peut atteindre toutes les articulations, en particulier la tête du fémur, de l'humérus et le condyle interne (extrémité inférieure) du fémur. CAUSES Une ostéonécrose peut survenir à la suite d'un traumatisme (fracture du col du fémur sectionnant ses vaisseaux nourriciers ; fracture du semi-lunaire au poignet) ou d'une hyperpression osseuse (ostéonécrose des plongeurs sous-marins), au cours de certaines affections (drépanocytose, alcoolisme) ou d'un traitement par les corticostéroïdes. Parfois, surtout chez l'enfant, on
  35. 35. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 35 ne retrouve pas de cause. L'ostéonécrose atteint surtout la tête et l'extrémité inférieure du fémur. SYMPTOMES ET DIAGNOSTIC La douleur entraîne une diminution de la mobilité articulaire. Le diagnostic précoce repose sur la scintigraphie osseuse ou l'imagerie par résonance magnétique (I.R.M.), la radiographie ne donnant des signes que plus tardivement, lorsque l'os nécrosé s'est affaissé. TRAITEMENT Si l'os nécrosé n'est pas écrasé, le traitement consiste à le mettre en décharge, le patient devant marcher à l'aide de cannes pendant 3 ou 4 mois. Si, au contraire, l'os nécrosé se trouve dans une zone osseuse supportant le poids du corps (fémur, tibia), une ostéotomie (section de l'os) et, parfois, la pose d'une prothèse articulaire sont proposées. 22. talalgie Douleur du talon. Une talalgie peut être due à une atteinte du calcanéum (os du talon), du tendon d'Achille ou de l'aponévrose plantaire (structure fibreuse renforçant les muscles de la plante du pied).
  36. 36. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 36 Selon l'âge du sujet, les principales causes de talalgie diffèrent.  Chez l'enfant de moins de 13 ans, elle peut être causée par une ostéochondrite du talon, ou maladie de Sever (lésion du calcanéum due à un défaut d'apport sanguin).  Entre 13 et 20 ans, elle est en général liée à une maladie inflammatoire rhumatismale comme la spondylarthrite ankylosante, provoquant une inflammation du tendon d'Achille à son point d'insertion avec le calcanéum (enthésopathie).  Chez l'adulte, elle est le plus souvent provoquée par une inflammation du calcanéum (calcanéite), du tendon d'Achille (tendinite) ou, chez un sportif, de l'aponévrose plantaire.  Chez le sujet âgé et parfois chez le sujet jeune, elle trouve son origine dans une fracture de fatigue du calcanéum, favorisée par l'ostéoporose (raréfaction du tissu osseux) et les frottements répétés.  A tout âge, le port de chaussures inadaptées, un surmenage de l'appui talonnier ou une anomalie de la voûte plantaire (pied plat, par exemple) peuvent entraîner une talalgie 23. Synovite Inflammation de la synoviale (membrane tapissant l'intérieur de la capsule des articulations mobiles).
  37. 37. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 37 Une synovite peut notamment se trouver liée à une infection intra-articulaire (arthrite septique), à une maladie systémique (lupus érythémateux disséminé), à une arthrite inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante) ou microcristalline (goutte, chondrocalcinose articulaire). Toutes les articulations sont susceptibles d'être atteintes. SYMPTOMES ET SIGNES La synoviale enflammée s'épaissit, pouvant éroder l'os sous-jacent, avec parfois apparition de véritables nodules inflammatoires (pannus synovial de la polyarthrite rhumatoïde, par exemple). Elle sécrète un liquide synovial abondant, dont une ponction permet de préciser le caractère inflammatoire. La synoviale étant richement innervée, l'articulation est douloureuse. Une forme particulière de synovite, appelée synovite villonodulaire, est une affection de cause inconnue au cours de laquelle les nodules inflammatoires se chargent de dépôts ferreux (hémosidérine) ; elle se traduit par des hémorragies intra- articulaires répétées. TRAITEMENT Le traitement de la synovite repose sur les anti- inflammatoires locaux (pommades, infiltrations) et sur le traitement de la maladie en cause. Lorsque la synovite est chronique, on peut pratiquer une synoviorthèse (injection dans l'articulation d'une substance visant à détruire la synoviale)
  38. 38. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 38 24. spondylite Inflammation d'une vertèbre. La spondylite est en fait une ostéomyélite vertébrale. Elle est très souvent associée à une inflammation du disque intervertébral adjacent : on parle alors de spondylodiscite. DIFFERENTS TYPES DE SPONDYLITE Il en existe deux.  La spondylite septique peut être due à une infection osseuse bactérienne (tuberculose, brucellose, staphylococcie), parasitaire (échinococcose) ou mycosique.  La spondylite aseptique, c’est-à-dire non infectieuse, peut survenir dans le cadre d’une spondylarthrite ankylosante ou d’un syndrome S.A.P.H.O. (synovite- acné-pustulose-hyperostose-ostéite). SYMPTOMES ET SIGNES  La spondylite septique se traduit par des douleurs si vives qu'elles empêchent le malade de marcher. En l'absence de traitement, elle peut être mortelle (septicémie).  La spondylite aseptique, beaucoup moins grave, se traduit par des douleurs lombaires moins violentes.
  39. 39. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 39 TRAITEMENT Le traitement d'une spondylite est fonction de sa cause : antibiothérapie de longue durée en cas d'infection ; anti- inflammatoires, le plus souvent non stéroïdiens, en cas de spondylite aseptique. Une immobilisation du rachis (repos au lit, puis port d'un corset) est indispensable, surtout en cas de spondylite septique. 25. Sciatique Douleur irradiant le long du trajet du nerf sciatique et/ou de ses racines. Le nerf sciatique naît de la réunion de deux racines issues de la moelle épinière, L5 (émergeant du rachis entre la 4e et la 5e vertèbre lombaire) et S1 (émergeant du rachis entre la 5e vertèbre lombaire et la 1re vertèbre
  40. 40. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 40 sacrée). Il descend verticalement à la face postérieure de la cuisse avant de se diviser, au creux poplité, en nerf sciatique poplité interne, qui descend à la face postérieure de la jambe, et nerf sciatique poplité externe, qui descend à sa face externe. CAUSES Une sciatique est généralement due à une compression des racines nerveuses L5 ou S1, le plus souvent due à une hernie discale (saillie d'un disque intervertébral en dehors de ses limites normales), plus rarement à une compression osseuse n liée à une arthrose, à une fracture du petit bassin, à une luxation de la hanche ou à une étroitesse du canal rachidien lombaire n, tumorale (tumeur osseuse vertébrale, neurinome [tumeur de la racine du nerf], tumeur du petit bassin) ou de nature inflammatoire (spondylodiscite). SYMPTOMES ET SIGNES Ils dépendent de la localisation de la lésion. Si seule la 5e racine lombaire est touchée, la douleur atteint la face postérieure de la cuisse, la face externe de la jambe, le dos du pied, le gros orteil ; si la 1re racine sacrée est touchée, la douleur atteint le mollet, le talon, la plante et le bord externe du pied. Si les deux racines nerveuses sont touchées, la douleur s'étend de la fesse au pied. Souvent précédée par des douleurs lombaires aiguës (lumbago) ou chroniques, accentuée par la toux et la station debout, la douleur peut être minime ou intense, empêchant parfois le sujet de dormir (sciatique hyperalgique).
  41. 41. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 41 Lorsque la sciatique est due à une hernie discale, il n'existe pas de corrélation entre l'importance de celle-ci et l'intensité de la douleur. Une forme particulière de sciatique, appelée sciatique paralysante, se traduit par une paralysie du pied. DIAGNOSTIC L'examen radiographique du rachis lombaire peut être normal ou mettre en évidence un pincement ou un bâillement discal localisé. Le scanner et l'imagerie par résonance magnétique (I.R.M.) permettent de visualiser la lésion et d'évaluer son retentissement sur les racines nerveuses. La discordance entre les symptômes et les images n'étant pas rare, le diagnostic doit s'appuyer avant tout sur les données de l'examen clinique. TRAITEMENT Le traitement d'une sciatique dépend de sa cause. Dans le cas d'une sciatique paralysante, il est chirurgical. Dans le cas d'une hernie discale, il doit rester médical pendant les 8 premières semaines car, quelle que soit la sévérité des douleurs initiales, la sciatique guérit médicalement dans 90 % des cas. Le but du traitement médical est de rendre cette période la moins pénible et la plus courte possible ; il repose sur l'administration d'analgésiques, d'anti-inflammatoires, de corticostéroïdes généraux ou locaux en infiltrations, sur le repos au lit si la douleur est trop vive ou sur le port d'un corset en résine pendant 6 semaines. Dès que les douleurs le permettent, le rachis étant encore maintenu par le corset, on peut commencer à remuscler les membres inférieurs par des
  42. 42. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 42 accroupissements. Le rachis lui-même ne sera rééduqué qu'une fois la sciatique guérie, pour prévenir les récidives. Si, après 2 mois de traitement médical, la sciatique reste invalidante, entravant l'activité quotidienne du sujet, on traite la hernie discale par nucléolyse (destruction du nucleus pulposus n partie centrale, semi-liquide, d'un disque intervertébral n par injection d'une enzyme végétale, la papaïne) ou chirurgicalement. Les autres types de sciatique sont traités par radiothérapie ou chimiothérapie en cas de tumeur maligne osseuse du rachis lombaire, ablation de la tumeur en cas de neurinome ou de tumeur du petit bassin, antibiotiques en cas de spondylodiscite. 26. Cervicarthrose Arthrose affectant le rachis cervical. Une cervicarthrose se retrouve chez la majorité des sujets après 50 ans, mais les lésions (pincement discal et ostéophytes), révélées par l'examen radiologique, ne s'accompagnent parfois d'aucun symptôme ; d'une façon générale, il n'existe pas de corrélation entre l'importance des lésions et les douleurs ressenties. La cervicarthrose atteint surtout la partie basse du rachis cervical, mais elle peut aussi affecter sa partie supérieure. Le plus souvent, la cervicarthrose n'entraîne qu'une légère gêne. La douleurcontrarie les mouvements du cou,
  43. 43. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 43 souvent plus d'un côté que de l'autre, et elle est aggravée par des oscillations passives de la tête comme il s'en produit en voiture. Chez la majorité des individus, après quelques poussées douloureuses qui durent chacune plusieurs semaines, voire plusieurs mois, la gêne diminue au prix d'une perte de mobilité du cou. Une cervicarthrose peut contribuer à rétrécir le canal cervical et entraîner à la longue des lésions de la moelle épinière avec troubles de la marche. Une névralgie cervicobrachiale est souvent associée à la cervicarthrose, mais elle peut avoir d'autres origines. Si elle résiste au traitement médical, elle entraîne une douleur aiguë qui part du cou pour gagner le bras, puis la main ; elle dure de 3 à 6 semaines, régressant ensuite lentement. Elle appelle des investigations (scanner, imagerie par résonance magnétique [I.R.M.]) pour préciser la nature de la compression de la racine nerveuse (ostéophyte, hernie discale, etc.) et son siège dans le cou. TRAITEMENT Il repose sur la prescription d'analgésiques et/ou d'anti- inflammatoires et la mise au repos du cou par un collier cervical lors des poussées douloureuses. Massages, rééducation ou cures thermales peuvent être utiles en dehors des épisodes de crise. Le traitement de la névralgie cervicobrachiale repose le plus souvent sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens, parfois sur les corticostéroïdes. En cas de hernie discale, une nucléolyse ou une intervention chirurgicale peut s'imposer.
  44. 44. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 44 27. Chondrodystrophie Trouble de la formation et de la croissance des cartilages. Une chondrodystrophie peut être responsable de différentes sortes de nanisme. La mieux connue est l'achondroplasie, et la plus célèbre, la pycnodysostose, qui affecta le peintre français Henri de Toulouse-Lautrec. 28. Gonarthrose Arthrose du genou. La gonarthrose est la cause la plus fréquente de douleur du genou chez les sujets de 45 ans et plus. CAUSES La gonarthrose est souvent favorisée par une mauvaise conformation de l'articulation n comme dans le genu varum, où l'axe de la jambe est dévié en dedans par rapport à l'axe de la cuisse n, provoquant une surcharge sur la partie interne du genou. Elle peut aussi être due à une mauvaise position de la rotule. SIGNES ET SYMPTOMES La douleur siège dans l'articulation mais n'irradie pas au- delà. Selon la zone du cartilage atteint, elle prédomine en
  45. 45. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 45 avant, en dedans ou en arrière du genou. Augmentée par la station debout prolongée, la marche, la montée et la descente des escaliers, elle se calme au repos. Comme les autres formes d'arthrose, la gonarthrose se caractérise par des poussées évolutives congestives ; pendant ces périodes, le genou est gonflé et la douleur est permanente. TRAITEMENT Lorsque l'arthrose, due à un genu varum, concerne la partie interne du genou, une intervention chirurgicale destinée à rendre un axe convenable à la jambe est pratiquée sous anesthésie générale. En ce qui concerne l'arthrose de la partie externe du genou et de la rotule, un traitement médicamenteux, associé à une rééducation, suffit ; la chirurgie correctrice, délicate, est rarement nécessaire. Le traitement médical associe anti-inflammatoires non stéroïdiens (A.I.N.S.), analgésiques et antiarthrosiques. Des infiltrations et des lavages articulaires peuvent aider. Si le genou est très atteint, en particulier si la marche est impossible sur une distance inférieure à 100 mètres sans douleur, la mise en place d'une prothèse du genou peut rendre au sujet une bonne capacité de déplacement.
  46. 46. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 46 29. genu valgum Déviation de la jambe vers l'extérieur de l'axe du membre inférieur avec saillie du genou en dedans. S'il est marqué, le genu valgum, couramment appelé genou cagneux, peut entraver la marche. En outre, les pressions ne s'exerçant pas aux endroits habituels, le genu valgum est souvent facteur de gonarthrose (arthrose du genou). - Chez l'enfant, entre 3 et 5 ans, le genu valgum est courant, accentué par un excès de poids. Il est dû à une hyperlaxité des ligaments internes du genou ou encore à une séquelle de fracture (fracture de la partie inférieure du fémur ou de la partie supérieure du tibia, qui n'a pas consolidé en bonne position), à une maladie osseuse par carence (rachitisme) ou à une malformation osseuse. Le genu valgum est indolore. Dans les formes légères, il régresse souvent avec la gymnastique et la croissance. Dans les formes importantes, le traitement nécessite la prise
  47. 47. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 47 de vitamine D (contre le rachitisme), le port de chaussures correctrices et la pose d'attelles pendant la nuit. La chirurgie est réservée aux formes graves ; le chirurgien fait une ostéotomie (section osseuse) qui réaligne l'os concerné, puis le fixe. - Chez l'adulte, le genu valgum peut être dû à un genu valgum infantile non traité, à une séquelle de fracture du genou consolidée en mauvaise position ou à une maladie osseuse (ostéomalacie). Il est parfois à l'origine d'une arthrose du genou invalidante. Outre la vitamine D (contre une ostéomalacie), le traitement des formes graves de genu valgum est l'ostéotomie ou, si la situation a évolué depuis trop longtemps, le remplacement de l'articulation du genou par une prothèse. - 30. genu varum
  48. 48. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 48 Déviation de la jambe vers l'intérieur de l'axe du membre inférieur avec saillie du genou en dehors. Le genu varum, couramment appelé jambe arquée, peut évoluer vers une arthrose du genou (gonarthrose) par excès de pression sur des points normalement soumis à des pressions faibles. m Chez l'enfant, le genu varum est habituel jusqu'à l'âge de 18 mois. Chez les enfants plus âgés, il peut être dû à une maladie osseuse (rachitisme). Le genu varum est indolore. Le traitement, s'il est nécessaire, est chirurgical et consiste à placer une agrafe sur le tibia du côté externe du cartilage de conjugaison (plaque cartilagineuse située aux extrémités d'un os, assurant sa croissance) ; les os grandissent alors à vitesse normale du côté interne du genou, moins vite du côté externe, ce qui permet d'obtenir une correction progressive.  Chez l'adulte, le genu varum peut être dû à un genu varum infantile non traité ou à une séquelle de fracture. Le traitement des formes graves est chirurgical, par ostéotomie (section osseuse) suivie d'une correction de l'axe et d'une fixation de l'os concerné 31. Géode Cavité osseuse pathologique donnant sur les clichés radiographiques une image radiotransparente.
  49. 49. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 49 32. Hallux valgus Déviation du gros orteil vers les autres orteils. L'hallux valgus est dû à une déviation, le plus souvent congénitale, du premier métatarsien (os du squelette de l'avant-pied) vers le milieu du corps, appelée metatarsus varus ; il est favorisé par le port de talons hauts. Les arthrites chroniques et les déviations du talon vers l'extérieur du pied en constituent des causes moins fréquentes. Un hallux valgus se complique par une atteinte de l'articulation métatarsophalangienne, à l'origine de douleurs parfois intenses, parfois associée à une inflammation de la bourse séreuse correspondante (bursite). Son diagnostic est clinique et surtout radiologique, les clichés pratiqués permettant d'apprécier l'amplitude de la déformation et le degré d'usure articulaire. TRAITEMENT
  50. 50. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 50 Il repose essentiellement sur le port de chaussures larges, qui permettent de limiter les frottements. La chirurgie est réservée aux sujets vraiment handicapés, car la rééducation est longue (un mois environ) et relativement douloureuse mais donne de bons résultats. L'intervention consiste à remettre le gros orteil dans son axe normal (par retension de certains ligaments, ablation du morceau d'os saillant, etc.) Les géodes ont des causes diverses. On peut les rencontrer dans certaines formes d'arthrose, de polyarthrite rhumatoïde et dans différentes tumeurs osseuses (géodes de la voûte crânienne dans le myélome multiple) 33. Hernie discale Saillie du disque intervertébral en dehors de ses limites normales. La hernie discale, un peu plus fréquente chez l'homme que chez la femme, survient le plus souvent entre 20 et 30 ans. Elle concerne le disque intervertébral, qui est constitué de deux parties : un noyau gélatineux central (nucleus pulposus) et un anneau de fibres périphériques attachant les deux vertèbres l'une à l'autre. Si l'anneau est fissuré, le noyau s'y engage et fait saillie à l'extérieur de la colonne vertébrale, comprimant le plus souvent une
  51. 51. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 51 racine nerveuse, voire la moelle épinière. Les hernies surviennent généralement au niveau lombaire, entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire ou entre la cinquième lombaire et la première sacrée ; elles atteignent plus rarement les vertèbres cervicales. La cause de la destruction du disque peut être un surmenage modéré, mais répété (travailleurs manuels), ou bien le soulèvement d'une lourde charge, voire une brusque torsion du tronc. SYMPTOMES ET DIAGNOSTIC Une hernie discale se manifeste par une douleur aiguë et une raideur de la colonne vertébrale. La compression d'une racine nerveuse provoque une névralgie (sciatique, névralgie cervicobrachiale) associée à des fourmillements, voire à une paralysie. La compression de la moelle épinière provoque des paralysies des membres. Les hernies lombaires entraînent parfois une paralysie des sphincters. Le diagnostic est confirmé par un scanner, par l'imagerie par résonance magnétique (I.R.M.), ou, plus rarement, par une saccoradiculographie. TRAITEMENT Il vise d'abord à atténuer les douleurs vertébrales et les névralgies : repos au lit, analgésiques et anti- inflammatoires non stéroïdiens, au besoin infiltrations péridurales de corticostéroïdes. Pour diminuer les douleurs persistantes et limiter les rechutes, on peut
  52. 52. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 52 prescrire des massages, des séances de kinésithérapie et le port d'un corset abdominal ou d'un collier cervical. En cas d'échec, on a recours à la chimionucléolyse (destruction du noyau du disque par injection d'une enzyme, la papaïne), voire à la chirurgie. Les paralysies et, plus particulièrement, les compressions de la moelle imposent un traitement chirurgical en urgence. 34. Hydarthrose Epanchement de liquide séreux à l'intérieur d'une articulation. Le liquide séreux sert à lubrifier l'intérieur de l'articulation. Il est sécrété par la synoviale (membrane tapissant la face interne d'une capsule articulaire). L'hydarthrose, improprement appelée dans le langage courant épanchement de synovie, peut être due à une lésion traumatique vieille de quelques jours (fracture articulaire, entorse grave, lésion méniscale), à une arthrose ou à une maladie inflammatoire de l'articulation (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, chondrocalcinose articulaire). L'hydarthrose du genou, la plus fréquente, se traduit par un gonflement de l'articulation et, à la palpation, par une sensation de résistance élastique au- dessus de la rotule. Le patient ressent une gêne, parfois des douleurs.
  53. 53. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 53 La percussion de la rotule entraîne aussi, en retour, une sensation tactile de choc sec et rapide, appelée choc rotulien. La radiographie du genou complète l'examen. Une ponction de l'articulation permet de soulager le patient et de déterminer la cause de l'hydarthrose (par analyse du liquide séreux ainsi prélevé), qui sera alors soignée. 35. Laxité Possibilité pour une articulation d'effectuer des mouvements soit d'une amplitude anormale, soit n'existant pas à l'état naturel. Une laxité peut être constitutionnelle, existant depuis la naissance - on parle alors plus volontiers d'hyperlaxité -, due notamment à des maladies du tissu conjonctif (comme la maladie de Marfan), ou post- traumatique, survenant à l'occasion d'une entorse avec déchirure ligamentaire. Elle peut entraîner des troubles importants de la mécanique articulaire et, par conséquent, des douleurs et une sensation d'instabilité de l'articulation atteinte. Cependant, une articulation laxe ne présente pas nécessairement de signes d'instabilité.
  54. 54. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 54 TRAITEMENT La laxité constitutionnelle, qui entraîne rarement une gêne fonctionnelle, ne nécessite aucun traitement ; seuls les cas provoquant une réelle instabilité requièrent une intervention chirurgicale (retente des ligaments). En revanche, toute entorse grave d'une articulation entraîne une laxité immédiate, qui disparaît normalement après le traitement approprié de l'entorse et un temps de rééducation. Si cette laxité persiste, il convient de suivre une rééducation des muscles entourant l'articulation, d'entreprendre un traitement orthopédique avec pose d'un plâtre, voire d'envisager une intervention chirurgicale. 36. Luxation Déplacement des 2 extrémités osseuses d'une articulation entraînant une perte du contact normal des 2 surfaces articulaires.
  55. 55. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 55 CAUSES Les articulations le plus souvent atteintes sont celles des membres supérieurs (épaule, coude, doigts) ; cependant, le genou, les vertèbres ou la hanche peuvent aussi être luxés lors d'un accident violent. Une luxation est due à un choc ou à un mouvement forcé, beaucoup plus rarement à une malformation (luxation congénitale de la hanche). On parle de luxation partielle, ou subluxation, quand l'os déplacé a glissé sur le côté mais reste encore en contact sur une certaine surface avec le second os de l'articulation. On parle de luxation complète si les deux os ne sont plus du tout en contact. Lorsque le déplacement osseux est important, certains ligaments voisins de la capsule articulaire peuvent être lésés. SYMPTOMES ET SIGNES Les symptômes d'une luxation sont caractéristiques : douleur, déformation et impossibilité de bouger l'articulation. La radiographie permet de confirmer le diagnostic. Une luxation peut être associée à une fracture d'un des deux os. Par ailleurs, elle peut se compliquer à court terme d'une compression des artères ou des nerfs voisins, ou de la moelle épinière dans le cas des vertèbres. Une luxation ancienne peut réapparaître à l'occasion de traumatismes, voire de mouvements de plus en plus minimes : on parle alors de luxation récidivante.
  56. 56. Par M. Jamali Ahmed Technicien de Radiologie 2010/2013 Page 56 TRAITEMENT Il repose sur une réduction (remise en place) en urgence, à l'hôpital, des deux os ; cette opération peut être orthopédique (par manœuvres externes) ou, parfois, chirurgicale. L'articulation est ensuite immobilisée le temps que la capsule et les ligaments se cicatrisent : pendant 2 à 3 semaines pour une petite articulation, un mois pour une luxation de la hanche, celle-ci nécessitant en outre une mise en traction de la jambe. Beaucoup plus rare et plus grave, la luxation du genou, qui entraîne une rupture de tous les ligaments de l'articulation, nécessite une réparation chirurgicale et une immobilisation du membre inférieur pendant environ 6 semaines. Le malade peut ensuite marcher en s'aidant de cannes puis, dans un délai de 2 mois environ après l'accident, sans appui. Des séquelles telles qu'une raideur ou au contraire une instabilité du genou sont fréquentes.

×