journal liberation du 1 mars 2012

5 988 vues

Publié le

صحيفة ليبراسيون ليوم 1 مارس 2012

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 988
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

journal liberation du 1 mars 2012

  1. 1. • 1,50 EURO. PREMIÈRE ÉDITION NO9581 JEUDI 1ER MARS 2012 WWW.LIBERATION.FR EXCLUSIF LE LIVRE CONFESSION DU NUMÉRO 2 DE L’OAS PAGES 14­15 L Un Perec réapparaît «Le Condottière», première œuvre de l’écrivain oulipien, est publiée pour la première fois. Non-remplacement L’ACTU LITTÉRAIRE, 8 PAGES CENTRALES d’un fonctionnaire sur deux PSA-GM, l’alliance Sarkozy recule Le président-candidat est revenu en partie mardi soir sur l’une des est lancée Les constructeurs français et américain ont conclu hier un accord de stratégie, signant la naissance d’un mastodonte automobile. mesures phares de son quinquennat. Les syndicats doutent. PAGES 2­4 PAGE 16 YOUTUBE.REUTEURS (Capture vidéo du 23 février de la journaliste Edith Bouvier, blessée et bloquée à Homs depuis plus d’une semaine) SYRIE: DANS LE PIÈGE DE HOMS ÉDITH BOUVIER SERAIT TOUJOURS DANS LA VILLE REBELLE, QUI SUBISSAIT HIER UN ASSAUT TERRESTRE. PAGES 6­7IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,20 €, Andorre 1,50 €, Autriche 2,80 €, Belgique 1,60 €, Canada 4,50 $, Danemark 26 Kr, DOM 2,30 €, Espagne 2,20 €, Etats­Unis 5 $, Finlande 2,60 €, Grande­Bretagne 1,70 £, Grèce 2,60 €,Irlande 2,35 €, Israël 19 ILS, Italie 2,20 €, Luxembourg 1,60 €, Maroc 16 Dh, Norvège 26 Kr, Pays­Bas 2,20 €, Portugal (cont.) 2,30 €, Slovénie 2,60 €, Suède 23 Kr, Suisse 3 FS, TOM 410 CFP, Tunisie 2,20 DT, Zone CFA 1 900 CFA.
  2. 2. EVENEMENT2 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012ÉDITORIALPar PAUL QUINIO L’abandon de la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux pour la maternelle et le primaire sonne comme la remise en cause d’une mesure phare du mandat du président sortant.EntorseChut, surtout, ne lerépétez pas, en tout caspas trop fort. Le candidatNicolas Sarkozy renonce àl’une des mesures les plus Fonction publique: Sarkozy renie Sarkozyemblématiques duquinquennat du présidentNicolas Sarkozy : le non-renouvellement d’unposte sur deux defonctionnaires partant àla retraite. Dans toute lafonction publique ? Onse calme. Dans les écolesmaternelles et Par GRÉGOIRE BISEAU campagne», dit-il à Libération. Pour Bruno Jul-élémentaires seulement. et LAURE BRETTON L’ESSENTIEL liard, chargé des questions d’éducation, cesSeulement ? C’est déjà Photo LAURENT TROUDE atermoiements s’expliquent, car «reconnaîtreun changement majeur, LE CONTEXTE qu’il faut arrêter cette règle donne raison à Hol- Epassé un peu inaperçu st-ce un signe de fébrilité ? Un ca- lande quand il dit qu’il y a un problème de postespuisque le candidat fouillage ? En tout cas, c’est une pre- Nicolas Sarkozy a écorné mardi son à l’école». Et remet au cœur du débat sa propo-de l’UMP mardi à , mière dans cette campagne : Nicolas dogme sur le non­remplacement d’un sition de créer 60000 postes dans l’éducation.Montpellier, a zappé Sarkozy a refusé l’obstacle. Mardi, à fonctionnaire sur deux.le passage de son discours Montpellier, dans un discours consacré à SALE JOURNÉE. Ce qui est sûr, c’est que mardi,qui actait cette grosse l’éducation, le président sortant avait choisi de L’ENJEU en débarquant à Montpellier, le président can-entorse au dogme faire une très importante annonce. C’était écrit Les autres secteurs de la fonction didat était déjà très agacé de devoir réagir à lasarkozyste de réduction noir sur blanc dans son texte. Page 7 exacte- publique pourraient­ils en bénéficier ? proposition de Hollande de créer une nouvelledes effectifs dans la ment. «La maternelle et le primaire où les ensei- tranche d’impôt pour les hyper riches à hau-fonction publique. gnants travaillent déjà plus longtemps que les teur de 75%. Puis il y a eu la décision du Con-Un bel acte manqué ? autres seront à l’avenir exonérés de la règle du à ne plus fermer de classes dans les écoles pri- seil constitutionnel d’annuler sa loi sur le gé-Qu’importe. Son non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux maires à la rentrée 2012. Reconnaissant qu’il nocide arménien. Et le rétropédalage surentourage a confirmé partant à la retraite.» y avait là un «problème majeur». En revanche, l’évacuation de Syrie de la journaliste Edithla décision. Il faut donc Mais voilà, mardi soir, le candidat de l’UMP il confirme à l’époque que la règle du un sur Bouvier. Bref, une sale journée. Dans ce con-saluer la capacité de met le passage à la trappe. Pas un mot sur la fin deux «continuera» afin de «préserver la France texte, il n’a probablement pas voulu lâcher leNicolas Sarkozy à de ce dogme sarkozyste. Mieux, il réitère que des épreuves que connaissent un certain nombre moindre terrain à son adversaire socialiste. Or,changer d’avis… quand il sa règle du «un sur deux» est plus que jamais de pays dans le monde». Soit, pour 2012, la sup- annoncer la fin du un sur deux au primaire etévolue dans la bonne d’actualité pour le collège et le lycée : «Com- pression de 30400 emplois de fonctionnaires, à la maternelle risquait de crédibiliser l’urgencedirection sur un sujet ment faire quand il n’y a pas d’argent pour em- dont 14 000 dans l’éducation. de la création de postes dans l’éducation. Voiremajeur : l’avenir de baucher? Comment faire quand, pour réduire nos Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il choisi de trap- de confesser un reniement. «Surtout pas, justi-l’école. Et quitte à ce qu’il déficits, il faut diminuer les effectifs en continuant per au dernier moment une annonce aussi sen- fie un proche du chef de l’Etat. Cela n’a rienrenonce à sa néfaste règle d’appliquer la règle du un sur deux aux collèges sible, attendue à la fois par les syndicats et d’un renoncement. C’est simplement que dans lede deux, autant que le et lycées? Il n’y a qu’une seule solution, faire tra- primaire, on arrive au bout des écono-candidat Sarkozy vailler les enseignants plus longtemps en les «Nicolas Sarkozy ne s’est pas donné mies en termes de postes. Donc on ar-commence par le début. payant davantage.» Alors quoi ? Grosse bou- rête.» Pour l’équipe du candidat deCar c’est une évidence lette? Simple oubli? Couac? Dans l’avion qui le temps de penser sa campagne.» la majorité, la situation au primairequ’en matière d’échec le menait à Montpellier, Sarkozy a pourtant Manuel Valls dircom de François Hollande est radicalement différente de cellescolaire, beaucoup, sinon relu son discours, sans en modifier une ligne. dans les collèges et lycées, «où il y atout, se joue dans les Si bien qu’après le meeting, son entourage s’est beaucoup de familles françaises? Et pourquoi encore trop de professeurs». D’où la propositionpremières années de la retrouvé dans l’obligation de confirmer que la laisser sa porte-parole la confirmer, le lende- de faire travailler, sur la base du volontariat, lesscolarité. Un bémol à ce fin du un sur deux dans le primaire est bien au main, en quasi catimini? Hier, les proches du professeurs du secondaire 26 heures (au lieubulletin scolaire plutôt programme. Mais aucun des grands médias n’a candidat de l’UMP désamorçaient le couac. de 18), mais payées 25% de plus. Au nom d’uneencourageant : il faudra relayé l’information. Un immense bide ! «Son discours était finalement très centré sur le présence accrue auprès des élèves.vérifier que cette collège et le lycée et cette annonce n’y a pas trouvé Cette fin du dogme du un sur deux dans le pri-mansuétude à l’égard des BRÈCHE. Hier matin, c’est la porte-parole du sa place, tout simplement», assure un conseiller. maire va-t-elle ouvrir une brèche pour le resteécoliers ne pénalisera pas candidat, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui est «Dans un discours, il ne dit pas toujours tout, il de la fonction publique ? Pour l’instant,davantage les collégiens dépêchée pour remettre les choses à l’endroit. prend ce qu’il veut. Il aura l’occasion d’y revenir Sarkozy ne compte surtout pas généraliseret les lycéens. Nicolas «La proposition c’est : on arrête le un sur deux très vite», enchaîne un proche. D’ailleurs, dès cette exception. Rigueur budgétaire oblige.Sarkozy aura aussi du mal dans le primaire.» Et de désamorcer le ca- ce matin, invité sur France Inter, Nicolas Pourtant, son fidèle ministre de l’Intérieur,à convaincre les parents fouillage en affirmant que «ça a été annoncé il Sarkozy devrait fournir les détails. Claude Guéant, explique, lui aussi, qu’il «en-et les enseignants, ce qui y a plusieurs mois qu’il n’y aurait plus de suppres- Il n’empêche, la gauche s’est engouffrée dans trevoit le bout de la logique du non-remplacementfait beaucoup d’électeurs, sion de postes dans la primaire». Ce qui est faux. la brèche. Pour Manuel Valls, le dircom de Hol- d’un fonctionnaire sur deux à la retraite». Toutqu’il n’aurait pas pu avoir En juin, à La Canourgue, en Lozère, Nicolas lande, le problème est profond : «Nicolas récemment, il confiait encore: «Tenir cinq anscette bonne idée plus tôt. Sarkozy avait certes annoncé qu’il s’engageait Sarkozy ne s’est pas donné le temps de penser sa de plus comme ça, c’est difficile.» • 40540 18,2 REPÈRES En 2007, Nicolas Sarkozy s’était fixé pour objectif de revenir «au même nombre de fonctionnaires qu’en 1992». Le gouver­ nement de François Fillon a alors édicté la règle du non­remplacement d’un fonc­ emplois ont été supprimés dans l’éduca­ tionnaire d’Etat sur deux partant à la élèves en moyenne par enseignant à tion nationale entre 2008 et 2011. Avec retraite. Cette règle a ensuite été inscrite l’école primaire: le taux d’encadrement 950823 postes, le secteur représente près dans la révision générale des politiques en France est l’un des plus défavorables de la moitié de la fonction publique d’Etat. publiques (RGPP). d’Europe. Il est de 1 pour 16 dans l’OCDE.
  3. 3. LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 3 Nicolas Sarkozy, mardi, à «l’internat d’excellence» de Montpellier, un des vingt­six créés durant son mandat.Les syndicats restent circonspects face à l’engagement de Montpellier, et rappellent les promesses non tenues.Le candidat UMP fait chauffer l’école icolas Sarkozy propose d’arrêter de s’interroge Sébastien Sihr. Pense-t-il simple- économiques (OCDE), la France dépense 14% la difficulté scolaire), d’intervenants en lan-«N supprimer des postes à l’école pri- maire à partir de 2013. Mais pourquoiattendre un an et une hypothétique réélection? ment à un moratoire, c’est-à-dire à l’arrêt de toute suppression mais aussi de toute création de postes? Ou bien prévoit-il de recréer des pos- de moins que la moyenne des pays dévelop- pés pour ses élèves de primaire. Et le taux d’encadrement est l’un des plus mauvais gues étrangères, de remplaçants, etc. Luc Chatel a dénoncé hier «ces chiffres fantaisis- tes», réaffirmant que l’école primaire étaitJe lui réponds: “Chiche monsieur Sarkozy, arrê- tes après ces années de coupes claires?» L’en- d’Europe, avec 5 enseignants pour 100 en- une priorité et qu’elle serait bien sanctuariséetez les suppressions dès maintenant car c’est tourage présidentiel, dont le ministre de fants, contre 7 à 9 en moyenne dans l’UE. en septembre. «Je maintiens mes chiffres, ré-cette année, à la rentrée, que les conditions l’Education, Luc Chatel, semblait confirmer, Cette année, sur les 14 000 suppressions de plique Christian Chevalier, du SE-Unsa. Sis’annoncent très difficiles.”» Au lendemain de hier, la fin des suppressions. «C’est toujours postes au total, 5 700 sont prévues dans le Sarkozy n’a pas tenu ses engagements cette an-l’annonce surprise de l’abandon du non- mieux que de continuer à couper dans les postes, primaire, alors que 8000 élèves supplémen- née, comment le croire pour 2013 ? J’ajouterairemplacement d’un départ à la retraite sur estime Thierry Cadart, du Sgen-CFDT. Mais taires sont attendus. que la fin des suppressions de postes dans le pri-deux dans les écoles, Sébastien Sihr, le res- ça n’est pas à la hauteur des enjeux. Avec la «Impact». Devant la fronde des maires, y maire implique qu’il veut faire porter tout l’effortponsable du Snuipp, le principal syndicat du hausse démographique dans le primaire et les compris UMP l’an dernier face aux fermetu- , sur le secondaire, puisqu’il ne renonce pas à laprimaire, était hier plutôt circonspect : «Le résultats des élèves qui laissent à désirer, il faut res de classes, Sarkozy avait déjà promis une règle du un sur deux en général. On imagineprésident Sarkozy nous a habitués à tant de pro- pouvoir recréer des postes et relancer l’investis- «sanctuarisation» du primaire en 2012. Con- l’impact sur le collège et le lycée, avec des clas-messes non tenues…» sement. Malgré tout, derrière une telle annonce, crètement, il s’engageait à ce que cette année, ses de plus en plus chargées, des options qui«Echec». La fin de la sacro-sainte règle du je vois l’aveu d’un échec de la stratégie de la ré- le solde soit nul entre les ouvertures et les fer- sautent…» A Montpellier, Nicolas Sarkozy a«un sur deux» dans le primaire, et sa pour- vision générale des politiques publiques dans metures de classes. Or, selon plusieurs syndi- entretenu le mystère sur la façon dont ilsuite dans le secondaire a été l’une des an- l’éducation, et même au-delà.» cats, la promesse ne serait, encore une fois, comptait s’y prendre. Mais si l’on en croit sonnonces phares – quoiqu’implicite (lire Tous les experts s’accordent à dire que le pri- pas tenue. D’après les chiffres du SE-Unsa fidèle ministre de l’Education, supprimer despage2) – du candidat Sarkozy, mardi soir à maire a été l’une des grandes oubliées du portant sur 91 départements, 1 500 classes postes ici ou là n’a jamais posé de problèmes:Montpellier. Mais, comme le reste du dis- quinquennat, alors que c’est là où se joue, devraient être fermées à la rentrée. Et cela on trouve toujours des «marges d’optimisationcours, elle est restée remarquablement floue. bien souvent, l’échec scolaire. Selon l’Orga- sans compter les suppressions de postes de des moyens».«Qu’a voulu dire exactement Nicolas Sarkozy? nisation de coopération et de développement Rased (les réseaux de maîtres spécialisés dans VÉRONIQUE SOULÉ«Je me suis engagé à ne pas remplacer un «La maternelle et le primaire où les enseignants «“Chiche monsieurfonctionnaire sur deux partant à la retraite. Cet travaillent déjà plus longtemps que les autres Sarkozy, arrêtezengagement, je le tiendrai parce qu’il n’y a aucun seront à l’avenir exonérés de la règle du non- les suppressions dèsautre moyen pour améliorer le pouvoir d’achat des remplacement d’un fonctionnaire sur deux maintenant.»fonctionnaires et retrouver les marges financières partant à la retraite.» Sébastien Sihr le responsablequi permettront à l’Etat de ne plus vivre à crédit.» La phrase non lue de Nicolas Sarkozy écrite à la page 7 de son du Snuipp, le principal syndicatNicolas Sarkozy à Nantes, le 19 septembre 2007 discours de mardi, à Montpellier du primaire
  4. 4. 4 • EVENEMENT LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012Des syndicalistes de la police et des finances commentent la proposition de Sarkozy. Les 500 euros d’augmentation sontLes fonctionnaires estiment «urgent» jugés démagogiques.d’abolir la règle du «un sur deux» Travailler plus: les profs dans le flou out enseignant qui voudra tra- «T vailler davantage pourra le faire avec 26 heures de présence dans l’établissement au lieu de 18 heures de cours aujourd’hui, avec en contrepartie une augmentation de son traitement de 25%, soit près de 500 euros par mois.» En proposant mardi aux profs de tra- vailler plus pour gagner plus, Nicolas Sarkozy a surtout voulu envoyer un message : les enseignants se la coulent douce, remettons-les au travail et tout ira mieux… Pour le reste, sa proposition a plongé le monde éducatif dans un abîme d’interrogations. «Hormis le fait qu’il veut plaire à sa droite, on nage dans le flou le plus total, dit Roland Hubert, cosecrétaire général du Snes-FSU, syn- dicat majoritaire dans le secondaire. Les huit heures en plus qu’il propose sont-elles des heures de présence ? Et si oui, à quoi vont-elles servir : à faire de la garderie, à rencontrer les parents? Ou ces huit heures sont-elles des heures de cours ? Dans ce cas, c’est très sensiblement sous-payé, puisque pour 40% d’heures de cours en plus, le salaire est de 25% en plus. Et puis, sur quel salaire se base-t-il, sur douze mois ou sur l’année scolaire [les profs sontManifestation contre les suppressions massives de postes dans la fonction publique, à Paris, le 10 juin 2008. PHOTO LIONEL CHARRIER. MYOP payés sur dix mois, ndlr] ?» Actuellement, les enseignants du se- t si la remise en cause du dogme du non- terrain : les policiers ont quasiment disparu tantes. La fusion entre le Trésor et les impôts, condaire, les seuls concernés par l’an-E remplacement d’un fonctionnaire sur deux, annoncé pour l’école primaire parl’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, de la voie publique! Les patrouilles se sont ré- duites et, quand on a des besoins précis, no- tamment lors de la campagne électorale, il qui a concerné plus de 100000 agents, consti- tue la plus grande réorganisation que l’Etat ait jamais connue. Au final, on nous a demandé nonce, ont des «obligations de ser- vice» : 18 heures de cours par semaine pour un certifié, 15 heures pour unpouvait s’appliquer à d’autres secteurs de la faut compter sur les heures supplémentaires. de nous réorganiser en profondeur, avec agrégé. Si l’on tient compte des réu-fonction publique? Chez certains syndicalis- Moins d’effectifs, cela veut aussi dire des ser- moins d’effectifs, tout en rendant un meilleur nions, des rencontres avec les parents,tes, très mécontents des conséquences de la vices qui ne fonctionnent plus correctement: service aux usagers. de la préparation des cours et des cor-révision générale des politiques publiques on ne traite plus les plaintes et cela retarde les «De façon très simpliste, l’Etat a coupé dans rections, ils font largement le double. Ils(RGPP), on y pense ouvertement. procédures. les budgets, sans aucune concertation, con- ont en outre l’obligation d’accepter une «En 2007, les policiers ont voté Sarkozy. Cette sidérant que ces économies allaient générer heure supplémentaire, ce qui est très «Les policiers ont quasiment fois-ci, je me garderai de tout pronostic. Mais automatiquement une hausse de la producti- souvent le cas avec les suppressions de disparu de la voie publique» si les policiers ont l’impression d’être oubliés vité. Résultat : selon les enquêtes que nous postes. Ils sont aussi de grands consom-Nicolas Compte, de l’Unité SGP Police par certains candidats, cela risque de se re- avons menées, nous enregistrons, parmi les mateurs d’heures supplémentaires dé-«L’annonce de l’équipe de Sarkozy nous a pris trouver dans les votes. Notre syndicat ne don- agents des deux ministères (Budget et Econo- fiscalisées, soit par choix –pour gagnerpar surprise. On nous a toujours expliqué que nera pas de consigne, mais nous participons mie), un stress légèrement supérieur à celui plus, ce qui est le but de ce dispositifla règle de non-remplacement d’un fonction- à la campagne. Nous allons envoyer une lettre des salariés de France Télécom… Sans parler cher au Président –, soit contraintsnaire sur deux était générale et ne pouvait pas aux trois principaux candidats (Sarkozy, Hol- des conséquences pour les usagers, provo- –pour combler des postes non pourvusêtre remise en cause pour les forces de sécu- lande et Bayrou) pour leur demander leur po- quées, par exemple, par le démantèlement en raison des suppressions.rité, parce que cela donnerait un mauvais si- sition vis-à-vis des réductions d’effectifs, et de services comme la protection des con- Au-delà de l’annonce jugée très souventgnal aux autres, et notamment à l’éducation nous publierons leurs réponses.» sommateurs. démagogique, quel est le projet réel dunationale. Le Président lui-même nous disait «Quand je vois ce qu’annonce le Président à candidat ? S’il s’agit d’heures de pré-que la RGPP ne devait compter aucune excep- «Un stress supérieur à celui des l’éducation nationale, je me dis qu’il y a visi- sence, cela risque de coûter cher aux fi-tion et que c’était la santé économique et fi- salariés de France Télécom» blement des secteurs plus porteurs médiati- nances publiques. S’il s’agit de cours,nancière de l’Etat qui était en jeu. Maintenant Damien Leroux, de la CFDT finances quement que les finances… L’image de notre cela devient intéressant pour le budgetqu’on change de position sur l’école, je ne «Au départ, Nicolas Sarkozy avait dit qu’il fe- ministère a d’ailleurs été un handicap depuis de l’Etat qui peut espérer récupérervois plus aucune raison à nous opposer. Reste rait attention, et que le non-remplacement le début. Le gouvernement n’a pas hésité à ainsi des heures sup défiscalisées, trèsque, pour l’instant, il n’y a aucun signe que d’un fonctionnaire sur deux partant à la re- avoir la main lourde chez nous, car il savait coûteuses. Le plus probable est un mé-nous avons été écoutés. Le 31 janvier, j’ai pré- traite ne serait pas appliqué de façon uni- que peu de Français se révolteraient contre la lange des deux. Mais le candidat mé-senté mes vœux en présence de Claude forme. Notamment dans les secteurs liés à la baisse des effectifs dans notre secteur. Sauf nage ses effets.Guéant. J’ai dit qu’on ne pouvait pas rendre sécurité, comme les douanes. Cette précau- que raisonner ainsi, c’est remettre en cause Enfin, pourquoi proposer 26 heures etun meilleur service avec moins d’effectifs, et tion a finalement été abandonnée. Et les cou- l’égalité devant l’impôt et la protection des non pas 25 ou 28 ? Sarkozy reprend icique si cette politique se poursuivait, il faudrait pes se sont faites de façon massive : consommateurs. les heures de travail hebdomadaires desréfléchir à une nouvelle organisation de notre 21500 suppressions de 2006 à 2011, soit 10% «Aujourd’hui, il faut clairement revoir cette enseignants du primaire. Derrière, il yprofession. Le ministre m’a écouté, mais il n’a des effectifs. A tel point que nous sommes politique. D’abord en gelant le “un sur deux”, aurait l’idée de créer un nouveau corpsrien dit sur la question des effectifs. aujourd’hui plus près du non-remplacement puis en réalisant un vrai bilan de ces réformes. de professeurs, pouvant officier en pri-«Il y a pourtant urgence à revenir sur cette de deux fonctionnaires sur trois que d’un sur Il faudra ensuite définir les missions des uns maire et au début du collège, histoire deréforme. Elle remet en cause la politique de deux. Ces suppressions d’emplois ont été et des autres, et alors seulement décider de faire définitivement voler en éclats unsécurité nationale et peut gravement abîmer d’autant plus mal vécues qu’elles ont eu lieu renforcer ici et de diminuer là.» «statut» que la droite a en horreur.la police. On en voit les conséquences sur le dans un contexte de restructurations impor- Recueilli par NICOLAS CORI et LUC PEILLON V.S.
  5. 5. LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 5 LIBÉRATION MERCREDI 29 FÉVRIER 2012 DÉSINTOX • SUR LE BLOG DÉSINTOX Wauquiez et l’exemple Troisième édition du Bobaromètre réalisé par LibéDésintox: Nicolas Sarkozy confirme sa première place au classement font mauvais ménage des candidats à la présidentielle les plus menteurs. Après une semaine chargéeALAIN BRILLON (le Président a notamment tenté de faire croire, ce qui est parfaitement faux, qu’il a politique par l’exem- arrondit à 500 euros. par Hollande conduirait à avait personnellement voté les textes de L ple, c’est bien. Sauf quand l’exemple est toujours foireux. En octobre, Sur la même antenne de BFM une perte de 250 euros. C’est TV en début de semaine, Na- plus proche de la réalité. Mais , thalie Kosciusko-Morizet, c’est désormais une habitude François Mitterrand sur l’Acte unique et sur la monnaie unique), Nicolas Sarkozy devance légèrement Marine Le Pen, qui a engrangé«Vous vous apprêtez Wauquiez avait déjà tenté de nouvelle porte-parole de Ni- dans les estimations de Wau- grand nombre de points sur son sujet féti­ faire croire que son même colas Sarkozy, a livré un cal- quiez : le matraquage fiscal che: l’immigration.à relever les points couple de Haute-Loire avec cul plus rigoureux. Prenant des habitants de la Haute- François Hollande suit à bonne distance.de cotisation pour trois enfants paierait pour exemple un couple si- Loire est systématiquement François Bayrou, Jean­Luc Mélenchonfinancer un retour 3000 euros d’impôts en plus milaire, elle arrivait, elle, à la plus violent que partout et Eva Joly ferment la marche.artificiel à une fausse si les socialistes faisaient la conclusion que la hausse des ailleurs. desintox.blogs.liberation.fr/blog/ fusion entre impôt sur le re- cotisations telle qu’envisagée Projet pub sarko télérama:pub pour télérama 21/02/12 16:56 G.La. et C.Mt Page1demi-retraite à venu et contribution sociale60 ans. Ce coût, généralisée (CSG). Au prixpar exemple d’une grosse erreur dans lepour un ménage calcul (Libération du 24 octo- bre). Bis repetita le 10 janvierà 3000 euros,[…] représenterait500 euros DÉSINTOX du projet à propos PS de ré- forme du quotient familial. EN VENTE ACTUELLEMENTde cotisations Wauquiez assurait (toujourssupplémentaires sur BFM TV) que son couplepar an.» témoin perdrait entre 500 etLaurent Wauquiez 1 000 euros par an… Raté àle 12 février sur BFM TV, face nouveau : le ministre de laà Pierre Moscovici Recherche oubliait que le PS ne prévoyait pas une sup- a politique par l’exem- pression pure et simple du quotient familial, mais un re- HORS-SÉRIEL ple, c’est le nouveau credo de Laurent Wau-quiez. Pour débiner chaque déploiement des aides au ti- tre de la politique familiale. En réalité, la situation de laproposition socialiste, le mi- famille évoquée par Wau-nistre de l’Enseignement su- quiez ne changeait guère. Etpérieur aime à se référer à un à nouveau, face à Moscovici,cas concret, en prenant à l’exemple pris par le ministrechaque fois pour exemple un concernant la hausse des co-couple de classe moyenne de tisations souffre de gravesson département, la Haute- approximations.Loire. Le 12 février sur Prenons d’abord la mesureBFM TV face à Pierre Mosco- , telle qu’elle est présentée :vici, Wauquiez s’en prenait à pour financer sa réforme desla proposition PS d’augmen- retraites, François Hollandeter les cotisations pour fi- prévoit notamment unenancer le retour à la retraite hausse des cotisationsà 60 ans pour les salariés vieillesse de 0,1 point par anayant commencé à travailler sur cinq ans (soit, à terme, tôt : «Vous vous 0,5% pour l’employeur et INTOX apprêtez à rele- 0,5% pour le salarié). Quelles ver les points de sont les conséquences pourcotisation pour financer un re- notre couple de Haute- C’étaittour artificiel à une fausse de- Loire? Les services du minis-mi-retraite à 60 ans. Ce coût, tre nous ont donné l’explica-par exemple pour un ménage à tion: pour 3000 euros de sa- UDE sarkozy3 000 euros, ceux qui sont les laire net (environ 3800 euros PHOTO LAURENT TROménages de mon département, brut), on parvient (pour unereprésenterait 500 euros de co- augmentation des cotisationstisations supplémentaires par de 0,5%) à une hausse desan.» Plus tard dans le débat, cotisations salariales de TION HISTOIRE D’UNE AMBIWauquiez en remet une cou- 19 euros par mois, soitche: «Habilement, vous dites: 228 euros par an. Le calcul“Ne vous inquiétez pas, ce est exact. Mais comment ar- MARS 2012n’est que 0,1 point.” La réalité, river à 500 euros alors ? En HORS-SÉRIE LIBÉRATION E 7 € . FRANCE MÉTROPOLITAINc’est que c’est beaucoup plus, fait, Wauquiez double la miseparce que 0,1 point, c’est pas en ajoutant aussi l’augmen- 164 pages 7€ça qui compte pour les Fran- tation de la part patronale !çais, c’est combien est-ce Comme si les cotisations pa-qu’en euros ils payeront. Quel- tronales étaient aussi dédui-qu’un qui est à 3 000 euros, tes du salaire. Ce qui d’ungrâce à cette mesure, sera am- coup fait passer le total, auputé de 500 euros par an. Ce b out de ci nq a n s , àn’est pas un petit sujet.» 460 euros, que le ministre
  6. 6. MONDE6 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 REPÈRES Bastions de la Bases Deir contestation du régime es militaires Baalbeh Bayad Bayada Qosor Al-Waer Khalidyeh Khalidiya K Khalidiy Ghouta CENTRE VILLE Bab Al-Zahra Inchaat HoodBab Amro Base HOMS des Chabiha (miliciens) TURQUIE Güveççi Alep SY R I E La Kfar Noubol née aquié Jisr-al-Choughour Baniyas Hama iterra Homs Méd Damas IRAK Mer 1 km Deraa 100 km«Les journalistes sontentrés avec précipitationdans des endroitspeu sûrs, ils en assumentla responsabilité.»Jihad Makdessi porte­paroledu ministère syrien des Affairesétrangères, hier40000C’est le nombre d’habitants quecomptait le quartier de BabAmro, le cœur de la rébellion àHoms. Deux tiers d’entre euxauraient déjà fui.Dansletunnel vantage sa place dans un roman qui permettait de retrouver enfin l’air d’Alexandre Dumas. Quiconque voulait libre, dans un terrain vague, à l’abri de en sortir n’avait aussi que ce choix ul- quelques maisons bombardées, dans la time. C’était donc le chemin des bles- périphérie de Bab Amro. sés, ceux du moins qui n’étaient pas Au fond du tunnel, on entendait de gravement atteints, et le photographe temps à autre un ronflement assourdis- britannique Paul Conroy a dû être l’un sant qui ne cessait d’enfler, comme undeBabAmro des derniers à pouvoir l’emprunter. Et cataclysme qui se rapproche. Autre sur- l’on imagine les souffrances prise, autre ingéniosité de la gué- provoquées par une telle éva- RÉCIT rilla, celle d’avoir réussi à faire cuation et le péril encouru par descendre au fond du souterrain ceux qui les portaient. C’est ce souter- une petite motocyclette tirant une mi- rain de la dernière chance que, selon nuscule remorque, qui réussissait à faire Hadi Abdallah, un membre de la Com- des allers et retours sur les deux tiers duUn étroit souterrain était l’unique issue mission générale de la révolution sy- trajet, la première partie du «tunnel» rienne, les forces du régime ont fait ex- ne lui étant pas accessible. Pour pouvoirdu quartier assiégé. Nos journalistes racontent ploser mardi «blessant un certain nombre la piloter, le jeune motard devait se de personnes qui s’y trouvaient». Un coucher sur sa machine, essayant de neleur travail dans la clandestinité, aux côtés autre «tunnel», long de 4 kilomètres, pas se cogner la tête, protégée par un avait déjà été détruit une dizaine de simple bonnet, ni de s’érafler les épau-des révoltés syriens à Homs et dans le nord. jours auparavant. les aux parois en béton. Après chaque trajet, la difficulté était d’arriver à ce SILENCE. L’ingéniosité des rebelles fut que la moto puisse faire demi-tour dans d’avoir su creuser un puits rudimen- des entrailles de la terre. Les combat-Par JEAN­ L es insurgés l’appellent «le tun- tres sous terre, et où ceux qui l’emprun- taire, en fait un gros trou dans la boue, tants y parvenaient péniblement aprèsPIERRE PERRIN nel». Il mérite ce nom puisque taient se devaient de progresser cassés pas même étayé, permettant d’accéder l’avoir dressée à la verticale. Dérisoire,et LUC ce souterrain était comme une en deux, pliés comme des vieillards sans à la canalisation au milieu d’un champ, la remorque, décrochée puis raccrochéeMATHIEU jugulaire pour le quartier de canne, dans le noir et la chaleur, traî- en rase campagne, non loin de quelques à la machine, permettait cependant Bab Amro, une longue veine d’environ nant des sacs où l’on découvrait quel- fermes. On ne pouvait s’y risquer qu’à d’atténuer quelque peu le fardeau du 3 kilomètres qui permettait à la petite ques vivres, des médicaments, parfois la nuit tombée, dans le plus grand si- petit groupe de fourmis combattantes, enclave rebelle de Homs non pas de res- une poignée de roquettes. lence –interdiction absolue de pronon- exténuées qui, néanmoins, avaient tou- pirer vraiment, mais de ne pas complè- Quiconque voulant se rendre à cer un mot –, des unités de l’armée jours une main secourable pour le jour- tement étouffer. Mais ce n’est en rien un Bab Amro, encerclé depuis des mois par campant aux alentours. A l’autre bout naliste sur le point de flancher. tunnel, juste une canalisation en béton l’armée syrienne, n’avait d’autre choix du souterrain, un autre puits, doté cette Après la nuit du «tunnel», une autre où suinte un peu d’eau, à quelques mè- que ce passage secret qui aurait eu da- fois d’une échelle de plusieurs mètres, nuit, à peine moins opaque, traversée
  7. 7. LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 MONDE • 7 chauffer, l’électricité fonctionnait, La reporter du «Figaro» serait toujours bloquée à Homs, grâce à un générateur. Pas de téléphone mais Internet et la télévision mar- dont le quartier rebelle subissait hier un assaut terrestre. chaient également. Le sort d’Edith Bouvier Le héros des lieux s’appelle Abou Ha- nin. Depuis dix mois, il travaille clan- destinement, dirigeant une équipe d’une dizaine de journalistes activistes, dont plusieurs ont été tués ou blessés et dont les vidéos informent sur la tragé- die au quotidien de Homs. Dans la pièce principale, totalement enfumée, où toujours incertain tous les occupants ne disposent que ucune information ne filtrait hier sur Des affrontements destinés, du côté des dé- d’un espace minimum, il indiquait la place de chacun. Quelques enfants vi- vaient au milieu des reporters, prépa- A le sort réservé à la journaliste fran- çaise du Figaro Edith Bouvier, grave- ment blessée à la jambe, et à ses deux confrè- serteurs, à «empêcher l’assaut du quartier», selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). rant le thé et vidant les cendriers. Le res occidentaux, le photographe français Les témoignages du photographe Paul Con- matin, à 6 heures, il se précipitait en William Daniels et le journaliste espagnol d’El roy et de ses accompagnateurs, qui ont réussi criant dans la petite chambre attenante Mundo Javier Espinosa, toujours bloqués à avant-hier à fuir Homs pour rejoindre le Li- pour en faire sortir trois journalistes qui Homs, alors que l’armée syrienne lançait hier ban, ont permis de comprendre pourquoi les y dormaient : «Debout, allez dans la un assaut terrestre contre le quartier rebelle trois autres journalistes occidentaux étaient pièce principale, vous n’entendez donc pas de Bab Amro. Une attaque évoquée depuis restés bloqués. Les militants syriens, épaulés les roquettes ! Ici, c’est trop exposé» plusieurs semaines par les militants, en rai- par les rebelles de l’ASL et l’ONG Avaaz, ont – c’est cette même pièce qui sera at- son notamment de la position stratégique de tenté une exfiltration de nuit, mais l’opéra- teinte quelques jours plus tard. Bab Amro, centre d’aiguillage des armes ve- tion a viré au cauchemar quand le convoi On dirait qu’il connaissait Bab Amro nant du Liban et bastion de la résistance. s’est retrouvé pris dans une embuscade de dans ses moins recoins. Sachant où «L’offensive a commencé dans la nuit de mardi l’armée syrienne. «La colonne de journalistes étaient positionnés les snipers, qui, de- à mercredi. Le secteur est sous contrôle. L’ar- a été pilonnée, et ils ont été séparés en deux», puis des tours en bordure du quartier le mée a déjà procédé à un nettoyage bloc par bloc, a indiqué Ricken Patel, président d’Avaaz. tenaient en joue de façon permanente, maison par maison, et maintenant les soldats Tandis que le «groupe de tête», avec Conroy, il savait à quel moment on pouvait se fouillent chaque cave et tunnel à la recherche a pu, selon lui, gagner la frontière libanaise, risquer à sortir et quels itinéraires em- d’armes et de terroristes», indiquait une les trois autres journalistes ont dû rebrousser prunter. Une fois hors de Homs, le che- source de sécurité à Damas. Hadi Abdallah, chemin. A la France, qui demande un cessez- min du Liban était plus facile. Si la membre de la Commission générale de la ré- le-feu à Bab Amro pour permettre une «éva- campagne est largement contrôlée par volution syrienne, faisait pour sa part état de cuation sûre et rapide» de ses ressortissants, l’Armée syrienne libre, les routes de- violents combats entre les forces régulières le ministère syrien des Affaires étrangères a meurent largement sous le contrôle de et les déserteurs de l’Armée syrienne libre répondu que «la Syrie ne se dérobera[it] pas «l’armée de Bachar». D’où le recours à (ASL), notamment dans le secteur d’Inchaat, à ses obligations humanitaires». de boueux chemins de traverse, des zig- un quartier limitrophe au nord de Bab Amro. JULIETTE RABAT zags entre les barrages et les positions Le bâtiment abritant des soldats. Un atout pour la guérilla : le «centre de presse» elle connaît le terrain comme personne. de Bab Amro filmé, le 22 février, SENTIERS. Les chemins menant à la par une équipe frontière turque, dans le nord-ouest sy- de télévision turque. rien, sont également connus des révo- PHOTO A HABER TV. AP lutionnaires. Il y en a plusieurs. Cer- tains ne sont praticables qu’à pied et nécessitent près de cinq heures de mar- che sur des sentiers rocheux puis dansde ruines, de bâtisses réduites à des des bois à flanc de montagne. A mi-squelettes, de décombres qui disputent chemin, il faut s’enfoncer jusqu’à laaux flaques d’eau la chaussée crevassée, poitrine dans une rivière glacée. Vien-de voitures brûlées, celles qui n’avaient nent ensuite deux heures de marchepas roulé assez vite pour échapper aux dans la boue. Personne ne parle, mêmetirs des positions de l’armée syrienne, fumer est interdit – le bout incandes-certaines à 200 mètres de la route dé- cent de la cigarette risquant d’être re-trempée, qui réunit l’entrée du souter- péré par les forces du régime. Les pas-rain à celle de Bab Amro. Une rafale in- seurs appellent régulièrement leurs contacts, en cachant leur té-C’était le chemin des blessés, léphone dans leur blouson, pour fixer le point de ren-et le photographe britannique Paul dez-vous. Voitures et motosConroy a dû être l’un des derniers prennent ensuite le relais.à pouvoir l’emprunter. Les changements de véhicule se font dans des fermes iso-diquait que le véhicule, pourtant tous lées. A chaque fois, une voiture ouvre lafeux éteints, était repéré. Le chauffeur, route pour s’assurer qu’il n’y a pas dequi a poussé la musique à fond, des barrage de police ou de l’armée. Cettechants exaltant le souvenir des martyrs, technique est aussi utilisée pour les dé-ne perdait jamais son sang-froid, même placements à l’intérieur du territoirelorsqu’il se trompait de chemin et fai- syrien. Les visiteurs étrangers doiventsait demi-tour devant une position de constamment se cacher, la tête enrou-l’armée régulière, qui, mystère, n’avait lée dans un keffieh ou en portant de lar-pas tiré. Enfin, le petit «centre de ges lunettes de soleil. Hormis dans lespresse», l’oasis dans le désert, un sim- zones contrôlées par l’opposition, lesple rez-de-chaussée dans un immeuble interviews se font à l’intérieur des mai-dont le dernier étage et la maison conti- sons, dans des pièces aux portes fer-guë avaient été détruits par une ro- mées. Les révolutionnaires se méfientquette. Sur le toit, l’antenne satellitaire de tout le monde, y compris parfois deétait criblée de balles. Une bonne sur- leur voisin. Ils connaissent les noms desprise: dans la ville noire, que l’on dirait informateurs du régime et sont préve-totalement abandonnée sans ces quel- nus lorsque des moukhabarat, uneques feux de bois au hasard des rues où branche des services de sécurité, pa-quelques fantômes cherchaient à se ré- trouillent dans leur village. • CHALL290 122_163LIBE.indd 1 28/02/12 10:16
  8. 8. 8 • MONDEXPRESSO LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012VU D’ISLAMABAD BONNE NOUVELLE PYONGYANG ANNONCE UN MORATOIRE SUR LE NUCLÉAIRE CPar LUCIE PEYTERMANNUn oscar pour changer La Corée du Nord appuie sur la détentela face du Pakistan Est-ce l’amorce d’un dégel dans la péninsule coréenne moins de trois retour des inspecteurs de l’Agence in- ternationale pour l’énergie atomique paix et c’est un premier pas modeste dans la bonne direction», a déclaré la mois après la mort de Kim Jong-il? La (AIEA) expulsés il y a trois ans. Au secrétaire d’Etat américaine, Hillary Corée du Nord a annoncé hier un mo- même moment, Washington annon- Clinton. Washington et Pyongyang a réalisatrice Shar- torturées chaque année pour ratoire sur les lancements de missiles çait la reprise de l’aide alimentaire à avaient tenu la semaine dernière enL meen Obaid-Chinoy a décroché le premieroscar de l’histoire du Pakis- avoir refusé une proposition de mariage ou dans le cadre de crimes d’honneur et de longue distance ainsi que sur les es- sais nucléaires et l’activité d’enrichis- sement de l’uranium menée dans son cette dictature communiste autarci- que à l’économie en déroute. «Nous avions l’espoir que les nouveaux diri- Chine des discussions pour la reprise des négociations à six (les deux Co- rées, Chine, Japon, Russie, Etats-tan pour son documentaire violences domestiques. usine de Yongbyon. Le régime de geants nord-coréens fassent le choix de Unis) sur la dénucléarisation de la pé-sur les attaques à l’acide. Pyongyang a par ailleurs accepté le mener leur nation sur le chemin de la ninsule coréenne. S. Etr.Une fierté pour ce pays et les Peu après son couronne-victimes de ces violences ment, l’équipe du documen-terrifiantes. «La gloire desoscars au Pakistan !» : leportrait de SharmeenObaid-Chinoy, émouvante taire a lancé sur son site (Sa- vingfacefilm.com) une campagne pour amplifier le combat contre ces attaques, «Sarkozy a déjà bien trop forcé sa chance. S’il la force encore, cela passera comme AuxEtats-Unis,Romney reprendl’avantageet tout sourire, brandissant en partenariat avec l’Acidla statuette la plus convoitée Survivors Foundation (ASF), une déclaration dedu cinéma mondial, s’est af- une ONG pakistanaise qui guerre à la culturefiché en une de tous les jour- aide depuis 2006 les victi-naux du pays. Une image de mes à être opérées et à se re- française, au droitfierté et d’espoir très loin du construire. «Sharmeen est français et à l’Etat PRIMAIRE Après les gains de l’Arizona et du Michigan,quotidien d’un pays rythmé notre championne ! Cette de droit français.» le mormon doit confirmer lors du «Super Tuesday».par les attentats, les graves aventure a transformé une Ahmet Davutoglu chef de lacrises économique et politi- honte nationale en une fierté diplomatie turque, hierque et la corruption. A Hol- nationale», a déclaré à Libé- l ne flamboie toujours contre 27% pour Santorum. Mitt Romney reste le candi-lywood, la réalisatrice pa-kistanaise a rendu hommage«à toutes les femmes qui ration Valérie Khan Yusufzai, la présidente d’ASF, une Française mariée à un Pakis- L’HISTOIRE I pas, mais il a repris la tête de l’étrange course répu- blicaine à la Maison Blanche: Deux autres candidats sont encore en lice, Newt Gin- grich et Ron Paul, mais ils dat des plus riches, des plus éduqués et des plus âgés, ont encore montré les sondagesœuvrent pour le changement» tanais. Son combat a contri- UN SITE TRÈS Mitt Romney s’est sorti n’avaient pas les moyens de de sortie des urnes. «Mêmedans son pays. bué à la promulgation, d’une mauvaise passe en faire réellement campagne s’il est au final le candidat du fin 2011, d’une loi punissant COCHON remportant les deux primai- dans ces deux Etats. Parti républicain, Romney ris-Son documentaire court Sa- ces crimes de quatorze ans Un Berlinois a eu la riche res de ce mardi, au Michigan «Romney a réussi à esquiver la que de se retrouver dans la po-ving Face («sauver le visage, de prison minimum et d’une idée de commercialiser et en Arizona. «Je suis prêt à balle ce mardi, résume Mi- sition de John McCainla face»), coréalisé avec amende d’au moins des cochons élevés aux conduire notre parti à la vic- chael McDonald, professeur en 2008, qui avait du mal àl’Américain Daniel Junge, 8 300 euros. épluchures de pommes de toire et à ramener la prospé- à la George Mason Univer- mobiliser sa propre base con-traite de l’une des pratiques Mais pour l’heure, et en dé- terre sur son site Mei­ rité !» a-t-il triomphé, dans sity. Mais plusieurs autres servatrice tandis que les élec-les plus moyenâgeuses du pit des paillettes hollywoo- nekleinefarm.org. Les ama­ une de ses formules toutes balles se dirigent encore vers teurs centristes allaient verspays: le vitriolage. Il suit no- diennes, le Pakistan reste teurs d’échine peuvent faites qui peinent à chauffer lui: il risque de perdre quelques Obama, prédit le professeurtamment le travail du chi- l’un des pires pays au monde aussi rendre visite sur le les cœurs républicains. Etats au Super Tuesday.» Dix McDonald. Ces primaires ex-rurgien pakistano-britanni- pour les droits des femmes. Web au goret pour s’assu­ Sur sa terre natale du Michi- Etats sont invités à voter la posent les faiblesses de Rom-que Mohammad Jawad, Mercredi, le quotidien Daily rer qu’il profite «de sa belle gan, où son père était gou- semaine prochaine, lors de ney, perçu comme un riche quirevenu dans son pays pour Times relevait ainsi que «les vie de cochon», comme verneur et où il l’avait em- ce «Super mardi» qui peut a du mal à faire le lien avec lesaider les femmes aspergées cas de violence domestique l’indique Dennis Buch­ porté avec 9 points d’avance encore remettre le «favori» électeurs ordinaires.» Maisd’acide à se reconstruire sont en hausse dans la capi- mann, nostalgique de ces sur John McCain en 2008, en question. Newt Gingrich rien n’est joué, rappelle-t-il:physiquement et psycholo- tale». Islamabad est pourtant éleveurs à l’ancienne armés Romney était menacé cette espère un come-back dans «La plupart des Américains negiquement. Au Pakistan, jus- bien plus libéral que la de fourches à deux dents. année par Rick Santorum, un les Etats du Sud, la Géorgie suivent pas vraiment ces pri-qu’à 200 femmes sont ainsi moyenne du pays. • Dès que le cochon sort du freluquet qui lui a déjà ravi en particulier dont il fut maires. S’il est vraiment le hachoir, l’acheteur repart trois Etats du Midwest (Iowa, longtemps l’élu. L’autre ba- candidat, Mitt Romney aura avec ses saucisses fraîches Minnesota et Missouri). taille clé sera celle de l’Ohio, encore le temps […] de retra-ÉGYPTE La première élec- CUBA La sœur aînée de Fidel et avec la photo du goret. Romney a stoppé l’hémorra- un swing state crucial pour le vailler son image pour revenirtion présidentielle depuis la Castro, Angela Castro Ruz, Dennis Buchmann fait aussi gie au Michigan mardi, avec vote à la présidentielle de en force à l’automne.»chute de Hosni Moubarak, il 88 ans, est décédée mardi à passer «un permis cochon» 41% des suffrages, contre novembre. Les derniers son- De notre correspondantey a un an, aura lieu les 23 La Havane des suites d’un truffé de questions vaches 38% pour Santorum. En Ari- dages y donnent Rick Santo- à Washingtonet 24 mai. cancer et d’un alzheimer. sur le fromage de tête. zona, il l’emporte avec 47%, rum largement gagnant. LORRAINE MILLOT 24h a moscou Vendredi 2 mars 2012 dès 6h émissions spéciales en continu depuis Moscou et Paris à la veille de l’élection présidentielle en Russie, toutes les émissions de France Culture se consacrent, entre Moscou et Paris, à l’exploration de ce pays-continent. franceculture.fr en partenariat avec
  9. 9. FRANCELIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 9 François Hollande et Ed Miliband au Parlement de Westminster, hier.HollandeversiontamiséeàLondresLe candidat socialiste, peu connu en Grande-Bretagne, n’a pas comblé hier son déficit d’image.Par MATTHIEU ÉCOIFFIER dentielle à l’étranger. Que le pro- lui donne un surcroît de légitimité, ça le Tamise. Et de traduire son slogan «leEnvoyé spécial à Londres gramme de sa journée, composée marque surtout à droite. Rajoy, Merkel changement c’est maintenant» par REPÈRESPhoto SÉBASTIEN CALVET d’un déjeuner avec Ed Miliband, le et Berlusconi, ce sont des soutiens em- «Change is now». «On ne dirait pas leader du Parti travailliste, et d’une barrassants», souligne le second. ça en anglais. Mais en français, ça ne ED MILIBAND Agé de 42 ans, le leader«W ho is he ?» Qui est conférence au King’s College, ne de- Hollande n’en a cure. «Je ne suis pas veut rien dire non plus», plaisante un donc cet homme vrait pas combler. Après Madrid, fâché. Les chefs d’Etat et de gouverne- journaliste du Times. du Labour depuis 2010 souriant, entouré Berlin, Bruxelles et Rome, Londres ment, j’attendrai d’avoir le vote des incarne une rupture plus de caméras, de- marque une nouvelle déception. Français pour les rencontrer. Je ne suis «TROUILLE». L’absence de rendez- à gauche par rapportmande une dame anglaise aux joues Hollande n’a pas rendez-vous avec qu’un candidat. Il y a un candidat sor- vous avec le pouvoir limite l’écho aux années Blair­Brown.rouges ? Il est 11 h 39, à la gare de David Cameron, le Premier ministre tant qui doit être jusqu’au bout le Prési- médiatique de la visite. Hormis laSaint-Pancras à Londres, hier : à britannique. Pour l’heure, il n’a ren- dent», déclare le socialiste qui doit BBC, venue de Paris, aucune télévi-peine le pied posé sur le sol britanni- contré aucun chef d’Etat européen, rencontrer le Premier ministre de sion britannique n’est là. «Hollande, Le Labour (Parti tra­que, le candidat socialiste hormis un Zapatero sur le centre droit polonais, Donald Tusk, ici on ne sait pas qui c’est. Les Anglais vailliste) a été au pouvoirdélivre son message dans REPORTAGE départ. «Downing Street a la semaine prochaine. connaissaient Dominique Strauss- en Grande­Bretagnela langue de Shakespeare. claqué la porte à une de- 14 h 44, Hollande fait avec Miliband Kahn, apprécié pour son centrisme. de 1997 à 2010, avec Tony«We must have regulation everywhere» mande de l’équipe de Hollande. A Ber- une «déclaration commune» aussi of- Depuis que Hollande s’est déclaré l’en- Blair et Gordon Brown(«nous avons besoin de régulation lin, Angela Merkel qui soutient Nicolas ficielle que possible dans le bureau du nemi de la finance, il a progressé en no- comme Premier ministre.partout»), y compris à la City, mar- Sarkozy a fait la même chose», insiste travailliste au Parlement de West- toriété mais fout la trouille», rapportetèle-t-il dans un anglais scolaire mais le Times, quotidien conservateur minster. Sur une cheminée, des pho- une journaliste locale. «L’image deintelligible. «Il n’est pas handicapé en outre-Manche dans son édition tos de Ed en famille. Ce dernier loue Hollande est encore terne. Il n’est pas «La gauche aanglais comme Nicolas Sarkozy», per- d’hier. Hollande ne regrette rien. «Je le «leadership impressionnant» de son invisible mais il lui reste à imprimer la gouverné pendantsifle son porte-parole, Bernard Caze- n’avais pas fait de demande», assure- hôte. Mais ne le suit pas dans sa pro- conscience des Britanniques», com- quinze ans […],neuve. Le Président accuse Hollande t-il. position de taxer à 75% les très ri- plète Michael McCarthy, reporter de elle a libéraliséde faire «semblant d’être Thatcher à ches : «Nous n’irions pas au-dessus The Independent.Londres et Mitterrand à Paris» ? A PHOTOS. Dans sa délégation, Elisa- de 50%. Les solutions sont différentes 16 heures : Hollande fait son speech l’économie etLondres comme à Paris, «c’est Fran- beth Guigou et Pierre Moscovici ac- dans chaque pays.» «C’est François le au King’s College. «Rien de neuf», ouvert les marchésçois Hollande, et c’est le même», as- cusent pourtant à demi-mots le chef rose et Ed le rouge», ironise Hollande. tranche Owen, étudiant en «études à la finance et à lasure l’intéressé. Qui ajoute : «Je ne de l’Etat d’organiser le boycott de Sur la pelouse de Westminster, il pré- européennes». Le candidat sent qu’il privatisation. Il n’ysuis pas dangerous !» son adversaire. «Il y a une énorme cise: «Je n’en veux pas à la finance qui n’a pas fait un tabac. «Je n’ai pas a pas à avoir peur.»Favori dans les sondages en France, pression de Nicolas Sarkozy pour qu’il permet de soutenir l’économie réelle, je parlé de la finance. Je n’ai pas voulule candidat du PS accuse encore un ne soit pas reçu. On le sait», assure la m’en prends à la finance folle.» Avant faire peur», lâche-t-il en descendant François Hollandedéficit d’image et de stature prési- première. «Sarkozy s’imagine que ça d’aller serrer des mains au bord de la de la tribune. Mission accomplie. • au Guardian, le 13 février

×