le journal le monde economie du 28-2-2012

3 053 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 053
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

le journal le monde economie du 28-2-2012

  1. 1. A qui sert l’extrême droite ? D Si on retrouve partout la dimension anti- immigrés, chaque leader des extrêmes droites européennes adapte son discoursLe droit du travail pour attirer le maximum d’électeurs tout en évitant les contradictions avec ses fondamentaux idéologiques. Sur ce plan, le programme économique et social du Front national est un râteau à la fois très fin et très large; Mme Le Pen l’accompagne d’une dénonciation de l’ultrali- béralisme européen. Même un chercheur peut trouverest-il un frein des éléments attractifs: un budget de la recherche en hausse spectaculaire, à côté d’un improbable remplace- ment de l’anglais par le français comme langue scientifi- que dominante. Même chose pour l’ouvrier, le retraité, etc. Tous gagnants avec, en prime, un déficit public à zéro en 2017. Tout cela grâce à une mythique manneà la compétitivité ? créée par la politique d’immigration, par la sortie de l’euro ou encore par une optimiste croissance de 2,8% en 2017. Bref, ce programme économique n’a pas vocation à être appliqué, pas plus que celui des partis frères en Euro- pe. Mais cela ne signifie pas que l’extrême droite n’a pas vocation à participer au pouvoir. Les expériences per- mettent de révéler sa pratique en matière économique. Dernière en date, la Grèce. Si le parti d’extrême droite, letEn France, syndicats et patronat ont ouvert, le 17 février, Laos, s’est désolidarisé du dernier plan de rigueur impo- sant, notamment, une baisse du budget des armées, ildes négociations destinées à réduire le coût du travail avait jusqu’alors participé à un gouvernement validant privatisations ou baisse des pensions sans remise en cau-tL’Espagne et l’Italie affichent leur volonté de réforme pour faciliter se des avantages des armateurs et de l’Eglise. Au début du siècle, le parti de Haider, le FPÖ autrichien, formaitles licenciements et, ainsi, lever des freins à l’embauche une coalition avec les conservateurs. Il détenait même le portefeuille de l’économie. Karl-Heinz Grasser appliqua alors la politique la plus libérale depuis la seconde guerre mondiale. Quand elle n’est pas directement au gouverne- ment, l’extrême droite peut donner un soutien exté- rieur à des gouvernements minoritaires. Ce fut le cas au Danemark entre 2001 et 2011. Au menu, une réfor- me fiscale réduisant l’impôt sur le revenu des plus aisés ou, plus récemment, la division par deux de la durée d’indemnisation du chômage et la réduction des allocations familiales. aaa Lire la suite page 2 Annonces Dirigeants p Finance, administration, juridique, RH p Banque assurance p Conseil, audit p Marketing, commercial, communication p Santé p Industries et technologies p Carrières internationales Multiposte p Collectivités territoriales Pages 7 et 8 Consultez notre site: www.lemonde.frL es accords dits « compétitivi- déclarait ainsi Jean-Paul Bouchet social?»), le 15 février, critiquant la Cette attente de flexibilité est té-emploi », négociés par les (CFDT-cadres) à la veille de l’ouver- volonté d’inverser la priorité don- exacerbée par la crise, une croissan- centrales syndicales et le ture des négociations sur ces née par la loi actuelle au contrat cequis’annonceenberneetleman-patronatdepuis le17 février, etdes- accords d’entreprise qui permet- individuel sur l’accord collectif en que de visibilité des entreprises. Latinés à restaurer la compétitivité traient de modifier, en fonction de cas de modification du contrat. France, qui se compare si souvent àdes entreprises, ont été dénoncés la conjoncture – et sans avoir à Une position qui pose la question l’Allemagne, se met ainsi dans les demander le consentement du de la réforme de la législation au pas de ses voisins du Sud. En effet,Dossier salarié –, la durée du travail, les salaires, la mobilité géographique nom de la compétitivité. Les « accords » négociés depuis enEspagnecommeen Italie,l’adap- tation du marché du travail à la et l’organisation du travail. le 17 février répondent à une forte conjoncture est à l’ordre du jour.par plusieurs syndicats, comme « Nous sommes dans une négo- demande des entreprises d’assou- L’Espagne prévoit de revoir lesprétexte pour remettre en cause le ciation qui a pour but de voir si on plir le marché du travail. C’est en conditions de licenciement et d’im-droit du travail. « Il faut retrouver peut se passer de l’accord des indivi- effet le premier des dispositifs poser par les conventions collecti-des leviers de compétitivité, certes. dus», disait de son côté le secrétai- avancés par l’Union des industries ves une plus grande flexibilité surMais c’est une vision réductrice de renationalCFE-CGC,BernardValet- et métiers de la métallurgie les horaires, sur les postes et sur lacroire que ça ne passe que par un te, à la « journée débat » du Congrès (UIMM), dans ses propositions de mobilité géographique.détricotage du droit du travail », HR’ des DRH (« 2012 : Alerte sur le réforme présentées le 16 février. aaa Lire la suite page 4Acteurs p.2 Chronique p.3 Stratégie page 6Pastilles Valda : Leslimites Carl Zeiss Vision,le génie du référendum, numéroun mondialmarketing par Thibault de l’équipementd’HenriCanonne Gajdos d’optiqueoculaireCahier du « Monde » N˚ 20872 daté Mardi 28 février 2012 - Ne peut être vendu séparément
  2. 2. 2 Economie Expertises 0123 Mardi 28 février 2012Aquisert L’éclairage La fracturation hydraulique permetl’extrêmedroite?aaa Suite de la chronique de d’exploiter les hydrocarbures non conventionnelsPhilippe Askenazy et ouvre une ère nouvelle à l’énergie primaire L’âge d’or du gaz Depuis 2010, le gouvernementnéerlandais du sémillant MarkRutte – ancien DRH du géant Uni-lever (Omo, Dove, Slim Fast…) –est à son tour soutenu par le Partipour la liberté de Geert Wilders.Sous prétexte d’obtenir une res-triction de l’immigration ou uneloi contre la burqa, l’extrême droi-te en Europe au pouvoir est doncsystématiquement un pilier despolitiques néolibérales, et ultime- Par Martin Wolf Lment, du grand capital. Les électeurs n’en sont pas tou- e monde connaît une raitàluiseul,aurythmeactuel,qua- et 2035. Même selon un scénario de novembre 2011 du Scientific teurs; troisièmement, des capaci-jours indéfiniment dupes. L’extrê- révolution du gaz natu- rante années de consommation de plus modéré, la demandeaugmen- American, le journaliste scientifi- tés des régulateurs ; quatrième-me droite a ainsi reculé lors des rel. L’Agence internatio- gaz aux Etats-Unis. te de 1,7 % par an, ce qui représente que Chris Mooney rappelle que ment,des avantages du gaz par rap-élections législatives danoises du nale de l’énergie évo- L’EIA a demandé à des consul- une augmentation totale de 55 % « la fracturation horizontale exige port aux combustibles alternatifs15 septembre 2011, permettant le que elle-même un « âge tants d’étudier quarante-huit gise- surcette mêmepériode.Il en résul- d’énormesvolumesd’eau et de pro- (ou à la préservation des milieuxretour d’un gouvernement social- d’or du gaz ». Si un tel ments de gaz de schiste dans tren- te que le gaz remplace d’autres duits chimiques. Il faut également naturels),ycomprissurle plandeladémocrate. optimisme s’avérait justifié, les te-deux pays. Leur rapport estime combustibles, notamment dans la prévoir d’immenses bassins ou sécurité ; cinquièmement, enfin, Aux Pays-Bas, elle est en chute conséquences seraient bien plus que les ressources mondiales de productiond’électricitéet le chauf- réservoirs afin de stocker l’eau pol- d’une meilleure connaissance deslibre dans les sondages. Mais les importantes qu’une dissolution gaz de schiste « techniquement fage. D’une manière générale, sou- luée qui remonte par le puits une impacts de cette technologie. Pourélecteurs oublient aussi vite, com- douloureusede la zoneeuro, et sur- récupérable» seraient supérieures ligne BP dans ses dernières « Pers- fois la fracturation accomplie ». ne prendre qu’un seul exemple, lame le montre la résurgence électo- tout positives sur le plan économi- à 130 milliards de tonnes, soit à pectives énergétiques », le gaz Un seul forage latéral consom- concomitance d’une forte deman-rale du FPÖ en Autriche. Retour que. La montée en puissance éco- peu près l’équivalent des réserves pourrait rivaliser dès 2030 avec le me entre huit et seize millions de de d’eau et des risques de pollutionen France. Pas besoin de l’extrême nomique des pays émergents va prouvées actuelles. Les plus gran- charbon et le pétrole comme sour- litres d’eau et de 60 000 à pourraient rendre dangereuse l’ex-droite pour cibler les immigrés, faire croître de manière spectacu- des ressources identifiées, hormis ce d’énergie primaire. 240 000 litres de produits chimi- traction à grande échelle du gaz detraquer la burqa ou faire craindre laire la demande d’énergie com- celles des Etats-Unis, se trouvent Substituer le gaz au charbon ou ques. Il n’est guère étonnant dans schiste en Chine.un retour aux années sombres de merciale dans les décennies à en Chine (25,5 milliards de tonnes), au pétrole est souhaitable du ces conditions d’entendre les Le gaz de schiste met en lumièrel’Europe. Nous avons déjà des venir. Le gaz est donc important. en Argentine (15,5 milliards), au point de vue des émissions de gaz adversaires de la nouvelle techno- l’ingéniosité de ceux qui s’effor-ministres de l’intérieur fort zélés. Cette révolution a un nom : Mexique (13,5 milliards), en Afri- à effet de serre et de nombreux logie affirmer qu’elle pourrait cent de trouver de nouvelles sour-Mais dans une période où l’on « fracturation hydraulique». que du Sud (9,7 milliards), etc., et autres polluants. Par unité de pro- entraîner une pollution grave des ces d’énergie. Il entrouvre aussi lapeut douter de la dynamique de Comme pour pratiquement en France (3,6 milliards). Parmi les duction d’énergie, le gaz émet un nappes phréatiques et qu’elle perspective bienvenue d’un gazla droite « classique», on com- toutes les innovations technologi- régions n’ayant pas fait l’objet peu plus de la moitié du gaz carbo- constituepour cette raison un cau- naturel peu coûteux disponibleprend l’intérêt croissant de plus ques du XXe siècle, celle-ci a vu le d’une étude figurent la Russie, nique émis par le charbon et 70 % chemar écologique. L’article indi- durant de nombreuses décennies.en plus de patrons français pour jour aux Etats-Unis. La US Energy l’Asie centrale, le Moyen-Orient, de celui émis par le pétrole. Les que cependantqu’à ce jour aucune Mais cette révolution pourraitla montée du Front national (FN), Information Administration (EIA) preuve d’une telle contamination tourner au pacte faustien. Il fautpatrons déjà intrigués par les pro-jets de créer des syndicats FN, explique que « la mise en œuvre simultanée du forage horizontal et Selon ses adversaires, la nouvelle n’a été établie. Au stade actuel, conclut l’auteur, les risques sont faire preuve de prudence dans les conditions et le rythme de mise enpotentielles prémices de syndi-cats verticaux. de la fracturation hydraulique a accru de manière notoire la capaci- technologie pourrait constituer incertains. Les activités de la nou- velle industrie doivent être, par- œuvre de la fracturation hydrauli- que: les coûts environnementaux Laurence Parisot, la présidentedu Medef, l’organisation patrona- té des opérateurs à produire du gaz naturel à partir de formations géo- un cauchemar écologique tout, rigoureusement contrôlées. Les bénéfices pouvant résulter pourraient être élevés. « Hâtons- nous lentement », comme disaientle, a voulu tuer dans l’œuf cette logiques de faible perméabilité, d’une mise en œuvre rapide de la les Romains.pattraction en courant, cet autom- notamment des formations de l’Asie du Sud-Est et l’Afrique cen- émissions de monoxyde de carbo- fracturationhydrauliqueà l’échellene, les médias avec son ouvrage schiste» («World ShaleGas Resour- trale. Le potentiel mondial devrait ne dues au gaz représentent le cin- mondiale dépendront de plusieurs Cette chronique de Martin Wolf,contre le programme de Marine ces : an Initial Assessment of donc être bien plus vaste encore. quième de celles du charbon. Les considérations: tout d’abord, des éditorialiste économique, est publiéeLe Pen (Un piège bleu Marine, Cal- 14 Regions Outside the United Sta- Quelles conséquences cette émissions d’anhydride sulfureux coûts d’opportunité locaux de en partenariat exclusif avecmann-Lévy, 2011). Las, le mouve- tes », 5 avril 2011, www.eia.gov). abondance de gaz naturel (en pre- et de particules sont négligeables. l’eau; en deuxième lieu, de la com- le « Financial Times ». © FT.ment patronal Ethic (sic) – celui AuxEtats-Unis,la productionde nant aussi en compte le gaz Dansn’importequel scénarioplau- pétence et de la fiabilité des opéra- (Traduit de l’anglais par Gilles Berton.)qui lance chaque année la douteu- gaz de schiste est passée d’environ conventionnel) pourrait-elle avoir sible de gestion des émissions dese journée « J’aime ma boîte » – a 8 millions de tonnes en 2000 à sur l’avenir énergétique mondial ? gaz à effet de serre, le gaz naturelfait salle comble fin janvier lors- 96 millions en 2010, soit 23 % de la Dans ses « Perspectives énergéti- devra se substituer aux autres n D’autres débats sur Lemonde.frqu’il a reçu Marine Le Pen sous production américaine de gaz. Et la ques mondiales2011 », l’EIAremar- combustibles. « Réorienter d’urgence l’agriculture française», Jacques Caplat, Agir pour l’environne-des applaudissements nourris. progression devrait être énorme que que, « dans tous les scénarios Le gaz de schiste représente-il ment, Marie-Paule Jamme et Jean Huet, coprésidents de la fédération Artisans du mon-Des images que n’ont pu voir ses dans les années qui viennent. L’EIA examinés (…), le gaz naturel repré- vraiment le développement béné- de, Hugues Toussaint, président de Bio Consom’acteurs, Bob Brac de La Perrière, coor-électeurs.p estimeà plus de 17 milliards de ton- sente en 2035 une plus grosse part fique que vantent ses partisans ? dinateur de BEDE, Xavier Bonvoisin, président de Chrétiens dans le monde rural. nes les réserves de gaz de schiste du mix énergétique mondial Pas si sûr. L’aspect controversé de « La loi sur le secret des affaires : un pansement sur une jambe de bois », Jean-Philippe Askenazy, directeur «techniquementexploitables» aux qu’aujourd’hui». Selon le scénario cette nouvelle énergie est son Jacques Urvoas, député (PS) du Finistère, secrétaire national du PS chargé de lade recherche au CNRS, Ecole Etats-Unis. Si ces estimations sont de son « âge d’or », la demande de impact sur l’environnement.Dans sécurité, Floran Vadillo, doctorant spécialiste des questions de renseignements, Cen-d’économie de Paris. correctes, le gaz de schiste satisfe- gaz croît de 2 % par an entre 2009 un article publié dans le numéro tre Emile-Durkheim, Sciences Po Bordeaux. Economie du bonheur Lucie Davoine La Découverte,Le livre 128 pages, 10 ¤ Les acteurs de l’économie Jacques-Marie VaslinLa croissance heureuse La mine des pastilles vertes d’Henri CanonneA D ssocier économie et bon- le point sur les théories existan- Souvent, des pro- sa stratégie: «Vendre bon, pour sont ornées d’un automate repré- de propriétaire. Le dernier en heur, ce n’est pas évident en tes, leurs limites, les débats. Elle duits sont utilisés vendre beaucoup. Vendre beau- sentant un personnage ron- date, le laboratoire GlaxoSmithKli- ces temps de crise financiè- soulève de surprenants résultats d’une génération à coup, pour vendre bon marché». douillard, le docteur Valda, avec ne, souhaite d’ailleurs s’en sépa-re. Les chercheurs étudient pour- et démonte quelques idées l’autre sans que l’on connaisse Il devra cependant sa notoriété un chapeau haut-de-forme et une rer ? alors même que le succès destant cette corrélation depuis les reçues. Saviez-vous « que l’arrivée leur histoire. Et pourtant, derrière à l’invention d’un produit. Malgré redingote. Puis, durant les Années pastilles ne se dément pas. Il seannées 1950, remarque Lucie d’un enfant avait un effet éphémè- une marque, se cache fréquem- les avancées de la médecine, la folles, des campagnes assurent la vend aujourd’hui un million deDavoine. re sur le bonheur» ? Ou que « l’Etat- ment une aventure humaine. tuberculose fait encore des rava- promotion de la pastille dans le boîtes par an. p Cette jeune doctorante – spécia- providence n’aurait pas les effets C’est le cas des pastilles Valda, qui ges à la Belle Epoque. Cette mala- monde entier avec des publicités àlisée sur la satisfaction au travail, désincitatifs qu’on lui attribue » nous collent aux dents depuis die a d’ailleurs emporté la premiè- l’effigie de Michèle Morgan ou Jacques-Marie Vaslin, maîtrela qualité de l’emploi en Europe et sur le chômage ? plus de cent ans. re femme de Canonne à l’âge de encore une affiche signée par de conférences à l’IAE d’Amiens.l’économie du bonheur – publie Le grand mérite de ce livre est L’histoire débute au début du 22 ans. Pour lutter contre les Antoine de Saint-Exupéry. Les peti-son premier livre en solo sur cesujet. Elle y explique, en détail d’apporter, de manière simple et concise, les réponses aux tendan- XXe siècle. Henri-Edmond Canon- ne (1867-1961), un pharmacien lil- maux de gorge, sources d’infec- tions pulmonaires, il met au tes pastilles vertes remportent un succès considérable dans une qua- 0123mais sans lourdeur, les « méthodes ces sociétales de ces dernières lois, se trouve un peu à l’étroit point une pastille verte contenant rantaine de pays. Pour répondre à Siège social : 80, bd Auguste-Blanquiemployées, la signification des années. Pourquoi les femmes se dans la capitale du Nord. Il décide cinq antiseptiques naturels : euca- une demande croissante, des usi- 75707 PARIS CEDEX 13 Tél.: +33 (0)1-57-28-20-00concepts utilisés » dans cette disci- déclarent plus heureuses que les en 1899 de s’installer à Paris, mais lyptus, menthe poivrée, thym, nes sont construites aux quatre Fax.: +33 (0)1-57-28-21-21pline. Une fois ces bases posées, hommes? Le mal-être français au pas n’importe où. Chronomètre pin des landes et bois de gaïac. La coins du monde. Grâce à la publici- Télex : 206 806 Felles’intéresseau «paradoxed’Eas- travail est-il réel ? en main, il définira son emplace- pastille Valda est inventée. té, la marque est mondialement Edité par la Société éditriceterlin » qui veut que la croissance A trois mois de l’élection prési- ment en fonction de la fréquenta- connue. Canonne ne se contente du « Monde » SA,économique aux Etats-Unis n’ait dentielle, le dernier chapitre méri- tion de la rue. Son choix se portera Marketing pas d’être un industriel accompli, Président du directoire,pas rendu ses citoyens plus heu- te qu’on s’y attarde. Il s’intéresse sur le 49, rue de Réaumur, juste en Henri Canonne n’hésite pas à il est aussi un amateur d’art éclairé directeur de la publication :reux. Et pose son analyse : « Ce aux politiques publiques inspi- face des magasins Félix-Potin. Il affirmer, avec un soupçon d’exagé- et se constitue l’une des plus belles Louis Dreyfusn’est pas la croissance en tant que rées par les travaux sur l’écono- vend alors une quantité invraisem- ration, que ses pastilles permettent collections de tableaux impres- Directeur du « Monde »,telle qui compte, mais la manière mie du bonheur. blable de produits, des médica- «la préservation des voies respira- sionnistes, avec notamment une membre du directoire :dont elle est produite (…), consom- Et adresse un avertissement : ments bien sûr, mais aussi de l’eau toires et la guérison des maladies quarantaine d’œuvres de Monet, Erik Izraelewiczmée, distribuée, partagée.» « La définition du bien-être et du minérale de 175 sources différen- de poitrine». Mais le génie de dont une série de dix-sept Nym- La reproduction de tout article est interdite sans l’accord de l’administration. Commission paritaire L’économie, mais pas seule- progrès doit faire l’objet d’un débat tes, et même, un peu plus tard, des Canonne n’est pas là; il dispose phéas, une dizaine de Renoir, des des journaux et publications no 0712 C 81975.ment. Le bonheurest liéà une mul- public, et ne peut être laissée entre appareils photographiques! d’un sens aigu du marketing qui Cézanne… ISSN : 0395-2037titude de facteurs – travail, vie pri- les mains d’experts ou d’adminis- Canonne mise sur les économies transformera la pastille verte en or. L’entreprise, rebaptisée Labora- Pré-presse Le Mondevée, religion, culture, institutions trations. L’économie du bonheur d’échelle, la pharmacie s’étend Il met en place une redoutable toires Canonne en 1986, est ensui- Impression Le Mondepolitiques… –, tous décortiqués doit également résister aux sirènes rapidement sur trois immeubles stratégie publicitaire. Tous les sup- te vendue à un groupe pharma- 12, rue M.-Gunsbourg 94852 Ivry Cedexparles économistes,psychologues du paternalisme.» p et se vante d’être la moins chère de ports sont utilisés. Dans les années ceutique dans les années 1990. Printed in Franceou sociologues. Lucie Davoine fait Léa Davy Paris. Son slogan résume à lui seul 1910, les vitrines des distributeurs Elle change depuis régulièrement
  3. 3. 0123Mardi 28 février 2012 Expertises Economie 3 Les limitesEntreprise JulieXx Xxxx Xxxx Battilana fondamentalesComment réduire le stress au travail? du référendum D Nicolas Sarkozy s’est engagé, s’il était élu, à consulter les Français par voie de réfé-D Depuis vingt ans, le mal-être au travail, aussi bien en versité de Michigan) et Christine leur travail s’intègre à la stratégie rendum sur des questions aussi diverses niveau de satisfac- termes de diminution de la pro- Porath (professeure à l’université et à la mission de l’entreprise. que l’indemnisation des chômeurs ou le droit des étran- tion des individus ductivité que de réputation, ne de Georgetown), trois mesures Enfin, la troisième mesure touche gers. Il semble par là faire droit à un argument vieuxau travail a baissé, tandis que leur peuvent plus ignorer le problème. simples permettraient de créer aux processus d’évaluation. Ces comme la démocratie, exposé par Rousseau dans sonniveau de stress a eu tendance à D’après une étude menée en 2011 des conditions plus favorables à derniers doivent aller de pair avec Contrat social : « La souveraineté ne peut être représen-augmenter. Ces évolutions ne se par le cabinet de conseil Towers l’épanouissement professionnel un accompagnement personnali- tée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée (…).limitent pas à la France, on les Watson auprès des dirigeants de des employés. La première concer- sé tout au long de l’année, qui per- Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent êtreretrouve dans beaucoup de pays 149 multinationales, plus de 75 % ne leur pouvoir discrétionnaire. met à chaque salarié d’avoir accès ses représentants, ils ne sont que ses commissaires; ils neoccidentaux, et notamment aux d’entre eux déclarent vouloir fai- Quel que soit leur niveau dans la aux ressources nécessaires à son peuvent rien conclure définitivement.»Etats-Unis. Charge de travail plus re de la santé de leurs salariés une hiérarchie de l’organisation, les développement professionnel. Le référendum est supposé permettre aux citoyensimportante, pression accrue pour priorité pour les années à venir, et employés sont plus motivés lors- L’enjeu pour les entreprises est d’exprimer leurs préférences. Et c’est là que les problè-améliorer la productivité et préca- plus de la moitié vouloir s’atteler qu’ils peuvent prendre de façon de permettre à leurs employés de mes commencent.rité exacerbée du marché du tra- au problème des conditions de tra- autonome des décisions qui affec- donner du sens à leur travail et de En premier lieu, Nicolas Sarkozy se réserve l’initiati-vail sont autant de facteurs qui vail stressantes. tent directement leur travail. Cet- continuer d’apprendre au quoti- ve et la formulation des référendums. Or, comme l’ontcontribuent à augmenter le stress te autonomie leur confère plus de dien. Il s’agit là de deux conditions montré Thomas Romer et Howard Rosenthal (« Bureau-de la population active. Autonomie contrôle et leur donne plus d’op- nécessaires à leur épanouisse- crats Versus Voters », The Quarterly Journal of Econo- Cette tendance, qui a des consé- Pour ce faire, les entreprises portunités d’apprentissage. Le ment. Lorsqu’elles sont remplies, mics, 1979), il est dans ce cas possible d’amener les élec-quences néfastes sur la santé des doivent repenser l’organisation second changement a trait au par- les salariés sont plus satisfaits, teurs à approuver une décision très éloignée de celleindividus, est particulièrement du travail et les systèmes d’évalua- tage de l’information dans l’orga- mais aussi plus productifs.p qu’ils auraient souhaitée. Il suffit pour cela que l’op-présente au sein des multi- tion qu’elles utilisent. D’après une nisation. Les salariés sont à la fois tion retenue en cas d’échec du référendum soit suffi-nationales. Ces dernières ont série d’études menées par Gret- plus motivés et plus efficaces lors- Julie Battilana, professeure associée à samment désastreuse. C’est un levier dont le général deadopté, au cours des dernières chen Spreitzer (professeure à l’uni- qu’ils comprennent comment la Harvard Business School. Gaulle a usé (avec un succès inégal), en annonçantdécennies, des systèmes de avant chaque référendum son départ en cas d’échec.contrôle et d’évaluation standardi-sés qui imposent à leursemployés le suivi de procédures Le «vouloir» d’achat, par Avoine Chronique de la semainede fonctionnement et la poursui-te de critères de performanceparfois difficiles à atteindre. Cette Thibault Gajdos, CNRSstandardisation, couplée à desimpératifs de productivité accrue, Si l’objectif était de revitaliser la démocratie, il auraita accompagné le développement été préférable d’accorder aux citoyens l’initiative durapide de grandes entreprises à référendum, comme le prévoit la réforme constitution-l’échelle internationale, mais elle nelle de 2008. Curieusement, le président de la Républi-a aussi contribué à une perte de que n’a pas jugé bon de publier la loi organique quisens pour les employés dont le aurait rendu cette nouvelle disposition applicable.pouvoir discrétionnaire est Mais il ne suffit pas que les questions soient poséesconsidérablement réduit. sans arrière-pensées. Encore faut-il que l’on soit capa- Alors que la gestion des ressour- ble d’en interpréter les réponses.ces humaines (RH) est apparue, au Imaginons que deux partis soient en présence : lesiècle dernier, en réponse à une parti « D », hostile à la hausse des minima sociaux, desorganisation du travail mécani- droits de succession, et du nombre d’enseignants, et leque et déshumanisée, l’ironie veut parti « G » favorable à ces trois mesures. Supposons quedonc qu’un siècle plus tard, cer- la population soit répartie en quatre groupes. Le pre-tains des outils de gestion dévelop- mier comporte 40% de la population, et adhère totale-pés pour permettre une meilleure ment au programme du parti D.Les trois autres grou-prise en charge des RH et une pes, comptant chacun 20 % de la population, approu-meilleure coordination à l’échelle vent les deux tiers du programme du parti G, et rejet-internationale aient conduit à une tent chacun une proposition différente. Ces trois grou-nouvelle forme de déshumanisa- pes sont plus proches du parti G que du parti de D. Letion du travail. Les salariés parti G recueillera donc 60 % des suffrages.doivent remplir des objectifs de Supposons maintenant que l’on décide d’organiserperformance précis, mais n’ont un référendum point par point. Chaque mesure propo-souvent que peu d’autonomie sée par le parti G recueillera 40% des voix, et sera doncpour y parvenir. Sans surprise, ces rejetée. Une telle procédure conduirait ainsi à l’applica-conditions de travail sont source tion de la totalité du programme du parti D, pourtantde tension et parfois même de rejeté par la majorité ! C’est le paradoxe d’Ostrogorski,souffrance psychologique. qui montre une limite fondamentale du référendum: Les entreprises, conscientes du il nécessite que chaque question puisse être considéréecoût que représente pour elles ce indépendamment des autres. La prudence exige donc de réserver cette procédure à des questions qui peu- vent être considérées, en première approximation, comme indépendantes de toute autre. Si le choix d’une Constitution est peut-être de cet ordre, ce n’est certaine- ment pas le cas des questions soulevées par Nicolas Sarkozy. Il convient donc d’être circonspect et de retenirDroit social Francis KesslerXx Xxxx Xxxx l’avertissement par lequel Rousseau conclut son raison- nement: « Le peuple anglais pense être libre, il se trom-Très chers et indépendants cadres dirigeants… pe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement: sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.» pD L’équation « cadres des responsabilités dont l’impor- d’une indemnité de RTT, etc. Se cord collectif relatif aux 35heures dirigeants, gros salai- tance implique une grande indé- pose alors, en justice, la question applicable comme donnant la qua- LInsee présente : res » est connue. Lafonction attire donc. Il est par pendance dans l’organisation de son emploi du temps, qui est habi- de l’interprétation de la définition légale figurant au code du travail. lité de dirigeant. Par un arrêt du 19 janvier 2012, Emploi et salairescontre souvent ignoré que le lité à prendre des décisions de La jurisprudence donne à cet la chambre sociale de la Cour de en France…concept juridique de cadre diri- façon largement autonome et qui égard plusieurs directives. Le juge cassation a rappelé que les exigen-geant est récent : il ressort, en perçoit une rémunération se du fond doit examiner la situation ces du code du travail sont cumu-effet, de la loi du 19 janvier 2000, situant dans les niveaux les plus au cas par cas, en fonction de l’acti- latives. Seul celui qui se voitla fameuse « loi sur les 35 heures». élevés des systèmes de rémunéra- vité réelle du salarié au sein de l’en- confier des responsabilités dont Concrètement, le cadre diri- tion pratiqués dans l’entreprise treprise: peu importe alors la quali- l’importance implique une gran-geant n’est pas concerné par cette ou l’établissement». fication figurant sur le contrat de de indépendance dans l’organisa-durée légale hebdomadaire du tra- travail ou le bulletin de paie. Ainsi, tion de son emploi du temps, quivail, il n’a donc pas droit à des heu- Rappels de salaire dans un arrêt du 18juin 2008, la est habilité à prendre des déci-res supplémentaires. Il n’est pas Le statut de « cadres supérieurs chambre sociale de la Cour de cas- sions de façon largement autono- > Politiques salariales et performance des entreprises,non plus soumis aux limites de la exerçant les fonctions de direc- sation est revenue sur la qualité de me, et qui perçoit une rémunéra-durée journalière ou hebdomadai- tion», qu’il ne faut pas confondre cadre dirigeant donnée à un sala- tion se situant parmi les plus éle- > Les parcours professionnels au fil des générations,re du travail, il peut dès lors légale- avec celui de mandataire social, où rié, estimant que ce dernier bénéfi- vées des systèmes de rémunéra-ment effectuer plus de 10 heures il n’y a pas de contrat de travail ciait d’une autonomie de décision tion pratiqués dans l’entreprise > Le coût de la main-d’œuvre en Europe depuis 1996…par jour et plus de 48 heures par pour l’exercice des fonctions de insuffisante puisqu’il ne pouvait ou l’établissement, peut être quali-semaine. Ni l’obligation de bénéfi- direction, donne parfois lieu à des embaucher de personnel que dans fié de cadre dirigeant. Prudence, > Les analyses et les chiffrescier d’un repos quotidien et heb- litiges, généralement au moment le cadre des directives reçues, et donc, pour les entreprises, dans Références sur l’emploi et les salairesdomadaire, ni l’interdiction de tra- de la rupture du contrat de travail qu’il n’avait pour rôle que de met- l’utilisation de la qualification devail le 1er mai, ni les règles protec- dudit cadre. Le cadre dirigeant tre en œuvre des politiques com- cadre dirigeant, sous peine detrices relatives au travail de nuit, réclame alors des rappels de salai- merciales définies en dehors de sanctions sous forme de redouta-ni le régime des astreintes ne s’ap- re correspondant aux heures sup- lui. La Cour de cassation nous bles rappels de rémunérations! p En vente en librairie et sur www.insee.frpliquent au cadre dirigeant. plémentaires et/ou au repos com- apprend aussi que le juge ne peut Le code du travail définit le pensateur non pris et/ou une se dispenser de cette appréciation Francis Kessler, maître de conférences 18,80 € - Collection Insee Référencescadre dirigeant à l’article L. 3111-2 indemnisation pour défaut de in concreto même si l’emploi occu- à l’université Paris-I-Panthéon-comme celui « à qui sont confiées repos dominical, voire le paiement pé par le cadre est désigné par l’ac- Sorbonne.
  4. 4. 4 Dossier 0123 Mardi 28 février 2012 a COÛT HORAIRE DE LA MAIN-D’ŒUVRE EN EUROPE, en euros, en 2008 a COÛT HORAIRE DE LA MAIN-D’ŒUVRE MONDIALEComparaisons Industrie manufacturière Services marchands DANS L’INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE, en dollars, en 2010Dans les entreprises de plus de dix salariés du secteur manufacturier, Portugal 9,9 12,8 Philippines 1,9 Italie 33,4le coût horaire de la main-d’œuvre en France était, en 2008, légèrement Grèce 15,8 16,2 Mexique 6,2 Etats-Unis 34,7inférieur à celui constaté en Allemagne, selon les derniers chiffrespubliés en février par l’Insee et Eurostat. En revanche, dans les services Espagne 20,2 18,5 Pologne 8 Irlande 36,3marchands, le coût horaire du travail était plus élevé de ce côté-ci du Royaume-Uni 21,5 20,8 Brésil 10,1 France 40,6Rhin. Néanmoins, si l’on se réfère aux statistiques internationales éta- Italie 24 25,5 Portugal 11,7 Pays-Bas 40,9blies par le département américain du travail portant sur l’année 2010, Zone euro 27,8 25,7 Argentine 12,7 Allemagne 43,8le coût horaire du travail dans l’industrie manufacturière reste très infé-rieur en France à celui de l’Allemagne. Pourtant, selon cette même sour- France 33,2 32,1 Grèce 22,2 Suède 43,8ce de comparaison, la part des cotisations sociales dans le coût du tra- Allemagne 33,4 26,8 Espagne 26,6 Danemark 45,5vail est en France nettement plus élevée que chez nombre de ses concur- Suède 34,5 33,7 Royaume-Uni 29,5 Belgique 50,7rents européens, à l’exception de la Suède et de la Belgique.Depuis 2003, la part de la population en âge de travailler et employée Danemark 34,8 36,9 Japon 32 Norvège 57,5en CDD est globalement restée stable en France, tandis que celle en CDI Belgique 36,7 35,7reculait nettement. Cet écart reflète notamment la progression du chô-mage au cours des trois dernières années.p SOURCES : EUROSTAT, INSEE SOURCE : BLSSelon le Bureau américain du travail, le coût salarial dans l’industrieen Allemagne ou au Danemark demeure plus élevé qu’en FranceLedialoguesocial,unoutildecompétitivitéaaaSuite de la première page mobilités et des transitions profes- une plus grande anticipation des par des taxes supplémentaires sur seuils de salariés, « ce qui représen- monde– entrepriseset salariés,sou- sionnellesdes salariéset l’assouplis- conditionsde sortie de l’entreprise la valeur ajoutée, des cotisations te des économies substantielles en ligne-t-il. Il est protecteur et organi- En Italie, le gouvernement de sement du cadre juridique des pour « pacifier le droit du travail ». sur la formation professionnelle et temps alloué et en informations à sateur, et protège le faible du fortMario Monti envisage la mise en entreprises dans la gestion de leurs Le respect de la loi a un coût, de nouvelles obligations de créa- donner », précise M. Levoivenel. dans un lien de subordination. »place d’un contrat unique pour ressources humaines». Serait-ce le mais«ledroitdu travailn’estpasun tion d’institutions représentatives Mais ce « saucissonnage » de Dansun marchédutravailfragilisémettre fin à la multiplicité de ceux droit du travail qui freine la com- frein à la compétitivité, estime au du personnel, on y réfléchit à deux l’entreprise fragilise les salariés parla criseéconomique,le droit estexistant. En France aussi, ce der- pétitivité en France ? contraire Bernard Vivier, directeur foisavant d’embaucherle cinquan- des sociétés ainsi créées. « La socié- donc plus nécessaire que jamaisnier a ses adeptes. « Dans le contexte général, le de l’Institut supérieur du travail. Il tième salarié, alors que l’entreprise té mère n’est en effet plus redeva- pour la sécurité des salariés. L’Association nationale des droit du travail n’arrange pas la ne faut pas confondre complexité et se développe dans la progressivité, ble pour les établissements juridi- Il n’en demeure pas moins queDRH (ANDRH), par exemple, pro- situation», explique Jean-Christo- insécurité. Depuis qu’en 1841, une loi pas par paliers», note M. Le Feuvre. quement distincts de la participa- les entreprises ont besoin de sécu-pose la mise en place d’un contrat phe Le Feuvre, PDG du cabinet de a réglementé le travail des enfants, tion aux résultats de l’entreprise rité pour se développer sereine-detravail unique« par natureindé- recrutement Piana HR Group et le code du travail s’est épaissi, certes, Filiales artificielles obligatoire à partir de 50 salariés ; ment. « Le droit de licenciementterminé », qui se substituerait à auteur de Faut-il jeter aux orties le à 3 000 pages. Il est de plus en plus Pour éviter ces effets de seuil, et en cas de fermeture de site, il n’y économique est incertain, l’entre-tous les CDI, CDD, contrats de mis- code du travail ? (Eyrolles, 12 ¤). complexe. Mais c’est le reflet de la certaines entreprises en viennent a plus de mise en concurrence obli- prise est en insécurité juridique sursions et autres contrats saison- « Entre la multiplicité des contrats société d’aujourd’hui. Et cette com- à créer des filiales artificielles. gatoire des salariés “remerciés” le contrôle du motif économique,niers. Mais plus largement, les et la réglementationpléthorique, le plexité est une bonne chose, car elle « Des sociétés déclarées au registre avec ceux des autres établisse- ainsi que sur l’obligation de reclas-entreprises réclament en France droit du travail est un frein pour la permet d’organiser le travail de la du commerce ne sont en réalité que ments de l’entreprise [en fonction sement », critique Jean-Christo-une simplification du droit du tra- compétitivité, assure ce partisan façon la plus fine possible». des établissements de sociétés des critères de licenciement] », phe Sciberras, président devailet davantagede «certitudejuri- du contrat unique. Il est urgent de Il y a pourtantdes cas où la légis- mères », témoigne Philippe Levoi- indique M. Levoivenel. l’ANDRH. Le 6 mars, la Cour de cas-dique » pour faciliter leur gestion simplifier le droit du travail, car lation semble ne satisfaire ni l’en- venel, vice-président de l’Associa- Lecoûtdudroitdutravail incite- sationdoit rendre un arrêt sur l’an-du personnel. pour se développer, l’entreprise treprise ni le salarié. Le cas d’école tion de défense et de promotionde rait donc les entreprises à contour- nulation d’un plan de sauvegarde L’UIMM motive ainsi sa doit pouvoir, quand elle en a est ce qu’on appelle « les effets de l’inspection du travail. Elles évi- ner le droit. «Il y a des quantités de de l’emploi avant sa mise endemande de réforme du marché besoin, recruter vite et bien, et se seuil » qui multiplient les coûts tent ainsi d’instaurer les institu- mesures qu’on peut simplifier, œuvre, qu’avait prononcée la courdu travail au nom d’un « meilleur séparer vite et bien d’un salarié », pour l’entreprise. « Lorsque le pas- tions représentatives du person- reconnaîtM. Vivier.Mais le droitdu d’appel de Paris pour absence deéquilibre entre la sécurisation des ajoute-t-il. M. Le Feuvre préconise sage de 49 à 50 salariés se traduit nel obligatoiresà partir de certains travail existe pour sécuriser tout le motif économique. aaaMario Monti veut s’attaquer à la profusion Questions-réponsesdes contrats italiens pour relancer la croissance Législation 1Rome souplesse dans les rapports entre sans tabou, en concertation étroite l’instauration d’un salaire mini- Que prévoit calculée en jours sur l’année.Correspondant employeurs et salariés. « Ce avec les syndicats», a-t-il promis. mal garanti en cas de licencie- la proposition de loi Visant certaines catégories de contrat, a-t-elle expliqué, permet- Les premières négociations ont ment, sur le modèle de l’assuran- Warsmann en cadres, et depuis 2005, de non-Près de 400types de contrat de tra- trait de faire revenir peu à peu sur débuté lundi 13 février. Le gouver- ce-chômage en France. matière de flexibilité ? cadres, il prévoit une durée maxi-vail sont en vigueur en Italie, le marché du travail les personnes nement espère présenter avant L’article18 du code du travail En discussion au Parlement, male de travail de 218 jours par anrecord d’Europe! Certains sont qui en sont aujourd’hui exclues et, mars sa réforme qui pourrait sera-t-il supprimé? La Confindus- elle dispose, dans son article 40, qui peut, depuis 2008, aller jus-une assurance « ceinture et bretel- à l’inverse, il ne couvrirait plus à prendre la forme d’un contrat à tria, le Medef italien, et une partie que « la mise en place d’une répar- qu’à 235 jours, moyennant uneles» et permettent à qui en bénéfi- 100 % la frange de la population durée indéterminée (CDI), auquel de la droite et de la gauche souhai- tition d’horaires sur une période majoration de rémunération d’aucie d’avoir un emploi à vie. jusqu’ici hyperprotégée.» C’est le salarié accéderait au terme d’un tent en finir avec cet article qui supérieure à la semaine et au plus moins 10 %. Le forfait-jour doitD’autres, de plus en plus nom- vers le modèle danois de la flexi- parcours professionnel de trois sanctionne les licenciements égale à l’année, prévue par un être prévu par un accord collectifbreux, ne sont que l’habillage juri- sécurité que lorgnent les profes- ans. Une sorte d’« apprentissage «sans juste cause» dans les entre- accord collectif, ne constitue pas dans lequel figurent des modali-dique de la précarité. Les contrats seurs du gouvernement Monti. de l’emploi » récompensé par des prises de plus de 15 salariés, les obli- une modification du contrat de tés concrètes de respect du reposcollectifs nationaux se divisent droits. Si l’intéressé ne faisait pas geant à réintégrer les employés travail». L’accord du salarié n’est et des durées maximales de tra-globalement en sept catégories : le « Modernisation » l’affaire au cours de cette phase, il évincés en leur versant une com- donc pas nécessaire pour qu’elle vail, a rappelé la Cour de cassationcontrat à durée indéterminée, le Prudent face à l’hostilité de se verrait proposer une indemni- pensation. M. Berlusconi a plu- s’applique. Le 10 février, les secré- à plusieurs reprises. 3contrat à durée déterminée, le principe des syndicats transalpins té compensatoire. « Le système sieurs fois, en vain, tenté de le fai- taires généraux de la CFDT, de la Où en est le projetcontrat temporaire, le contrat à pour l’instant plutôt bien dispo- qui fonctionne est celui qui permet re, confronté aux manifestations CGT et de FO ont écrit au ministre de contrat de travailtemps partiel, le contrat d’appren- sés à son égard, M. Monti préfère aux jeunes d’entrer sur le marché organisées par la CGIL, la plus du travail, Xavier Bertrand, pour unique ?tissage, le contrat de formation tra- parler de « modernisation» plutôt du travail avec un vrai contrat et importante et la plus à gauche des lui demander d’interrompre le Défendu en 2004 par les écono-vail et le contrat de collaboration. que de « libéralisation». « Nous non un contrat précaire », estime organisations syndicales. vote de cet article qui, selon eux, mistes Pierre Cahuc et Francis Kra- Pour Mario Monti, qui entend procéderons sans dogmatisme et Elsa Fornero. Egalement à l’étude: Fidèle à sa méthode, M. Monti percute la négociation sur les marz et figurant parmi les propo-relancer la croissance, cette situa- devrait chercher à… mécontenter accords compétitivité-emploi. Un sitions de Nicolas Sarkozy ention pèse sur la compétitivité. Pour en savoir plus tout le monde, tentant d’arracher argument rejeté par le ministre, 2007, le contrat de travail uniqueAprès avoir restauré les comptes aux syndicats la simplification pour lequel l’article40 concerne se substituerait aux contrats àpublics, il souhaite désormais har- Sur le Web – « De la précarité à la mobilité : des contrats de travail et à la les « seuls aménagements du durée indéterminée, à durée déter-moniser la situation entre « ceux – Le dossier « Emploi et salaires », vers une Sécurité sociale Confindustria un accord sur une temps de travail ». minée, d’usage, de mission. Il 2qui ont trop de droits et ceux qui édition 2012, paru le 22 février, professionnelle », rapport de indemnité de chômage. Pour le Qu’est-ce que pourrait être rompu pour fauten’en ont pas assez ». A cette fin, il a est disponible sur www.insee.fr. Pierre Cahuc et Francis moment, il n’envisage que des le forfait-jour ? du salarié, d’un commun accordchargé sa ministre du travail et – Les données du département Kramarz au ministre de l’écono- expérimentations territoriales Mis en place par la ou pour motif économique. Lesdes politiques sociales, Elsa For- américain du travail, sur le site mie et au ministre de l’emploi, jusqu’en 2015. Les régions de Véné- loi Aubry sur les 35 heures, le for- droits du salarié s’accumuleraientnero, de réfléchir « avec pragma- Web du Bureau of Labor Statistics : déc. 2004, 202 p. tie, du Trentin et de Calabre sont fait-jour permet aux employeurs en fonction de son anciennetétisme » à l’élaboration d’un http://bls.gov/(rubrique «Interna- A lire sur le site Web : candidates.p de soumettre certaines catégories (durée du préavis, prise en comp-« contrat unique» créant plus de tional Labor Comparisons »). Ladocumentationfrancaise.fr. Philippe Ridet de salariés à une durée du travail te dans un plan social, etc.). p

×