Ressources numériques :
enjeux et dispositifs de leur médiation
1 Numérique et politiques publiques
Bibliothèque départeme...
2
1.Numérique et politiques
publiques
2.Définir les cibles et les objectifs :
marketing public
3.La médiation numérique et...
3
Pour Benoît Thieulin, le numérique « dévore » les
pratiques informationnelles et les contenus culturels.
L'accès à l'inf...
4
Perte d'adhérence ?
La volatilité correspond à la disparition
de l’adhérence des contenus au support.
C'est la numérisat...
5
Ubiquité ?
C’est le réseau (numérique) qui rend possible l’ubiquité.
Ces nouveaux services ne sont pas uniquement dispon...
6
Une affaire de technologie
Le P2P tel qu’il est connu aujourd’hui n’est pas possible
sans le réseau Internet, sans forma...
7
8
Mais, comme le souligne Milad Doueihi, le
numérique est également une culture à part
entière, c'est-à-dire un ensemble d...
9
Transition numérique :
peut-on parler d'un retard français ?
CCBY-NDhttps://www.flickr.com/photos/121070943@N04/
10
Un contexte national...
De nombreux rapports récents (Assemblée des
Départements de France, Conseil national du
numériq...
11
Des concepts interdépendants…
● lutter contre la « fracture » ou les « fossés » numériques, afin
d'assurer une égalité ...
12
Des concepts interdépendants…
● moderniser et rendre plus efficient le secteur public, en développant les services
numé...
13
Des concepts interdépendants…
● accompagner le développement des usages numériques individuels, avec
l’identification d...
14
De fait, l’e-exclusion a des effets qui rejaillissent sur plusieurs
politiques publiques, notamment :
• les politiques ...
15
Rapport CNNum : les publics de l'e-inclusion
16Et les bibliothèques dans tout ça ?
17Si l'on observe quelques tendances :
CChttps://www.flickr.com/photos/shinra34/
18
Érosion des inscrits actifs…
19
Érosion des emprunteurs actifs…
20
Érosion des prêts audiovisuels…
21
Érosion des prêts audiovisuels…
22
Ou plus précisément des CD…
23
Cependant, le livre résiste à cette érosion…
24
Pouvons-nous expliquer cette tendance
par des baisses de moyens ?…
25
Pouvons-nous expliquer cette tendance
par des baisses de moyens ?…
26
Pouvons-nous expliquer cette tendance
par des baisses de moyens ?…
27
Ou bien le modèle « bibliothèque » est-il
concurrencé par l'abondance du Web ?
CChttp://www.flickr.com/photos/freed33/
28
Image:PabloGenoves
« La collection de la bibliothèque n’est plus le trésor
unique et indispensable à toute étude et rec...
29
Source : Christophe Robert, Médiation documentaire numérique http://fr.slideshare.net/Aspergillus1/mdiation-documentair...
30
Désormais, le web peut globalement être considéré comme
une bibliothèque globale, répondant aux fonctions de base
que s...
31
La bibliothèque, combinaison de ressources,
d'installations et de services…
Ressources
Installations Services
Territoir...
32
Ressources, territoire, service…
le numérique modifie ces notions.
LicenceCCBY:https://www.flickr.com/photos/dullhunk/
33
Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
34
Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
35
Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
36
Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
37
Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
38
Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
39
Le bibliothécaire peut-il s'adapter ?
CChttp://www.flickr.com/photos/monado/
40
Plaire à l'usager
comme seul
horizon ?
…
Non
41
Abandonner les
collections ?
…
Non
42
Tout dématérialiser ?
Fermer
les
bibliothèques
?
Non
43
Il faut changer de posture…
CChttp://www.flickr.com/photos/beardymonsta/
44
Où réside notre coeur de métier ?
Positionnement des bibliothécaires :
Se situer par rapport à des collections ou par
r...
45
Le coeur de métier réinterprété
« Le statut de la bibliothèque dépendra désormais
beaucoup plus de la qualité de ses se...
46
« Ce tropisme de la collection chez les
bibliothécaires fait oublier que l’existence d’une
collection imprimée n’est qu...
47
Traits majeurs de l’évolution des bibliothèques de lecture publique et axes
de progrès pour les années à venir :
●
L’ap...
48
● La redéfinition des orientations de politique documentaire
et le développement des ressources électroniques sont
des ...
49
● Les enjeux éducatifs et l’innovation sociale, non
dissociables de l’action culturelle, l’accompagnement des
publics e...
50
La bibliothèque : une « boîte à outils » au service
des politiques publiques sur un territoire
CChttp://www.flickr.com/...
51
Ne pas confondre :
Politic
« phénomène de luttes pour le pouvoir, de concurrence entre les
partis, des groupes d’influe...
52
Une définition des politiques publiques
● produit de l’activité d’une autorité investie de puissance
publique et de lég...
53
54
OBJECTIFS
MOYENS RÉSULTATS
quantitatifs et qualitatifs
effets // impacts
Cohérence Efficacité
Efficience
55
Mais la bibliothèque est au carrefour
de nombreuses politiques sectorielles :
Lecture
publiqueÉducation
Culture
Social
...
56
Plusieurs enjeux ou problèmes de politiques
publiques impactent la « lecture publique » :
● Massification des études (¾...
57
Se doter d'une stratégie :
« l’art d’atteindre les objectifs fixés par la politique en
utilisant au mieux les moyens do...
58
Mettre en place une offre de ressources numériques?
Un projet qui répond à un (des) objectif(s),
qui suppose(nt) donc u...
59
Merci de votre attention !
Des questions ?
Me contacter ou retrouver les supports :
http://ruralsmart.net
renaud@rurals...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Enjeux numériques en bibliothèques et politiques publiques

274 vues

Publié le

Enjeux numériques en bibliothèques et politiques publiques pour la Bibliothèque départementale de la Sarthe du 16 au 18 septembre 2015.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
274
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
156
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • […] la bibliothèque campe fondamentalement sur un principe de rareté : rareté du stock, rareté des exemplaires, rareté des lieux et rareté des horaires. La bibliothèque est un univers de non-disponibilité, radicalement inverse de celui qui naît avec la logique du numérique.
    C’est pourquoi, bien que relevant d’un service public non marchand, elle est un avatar de l’économie de la rareté. La bibliothèque de l’abondance reste donc encore à inventer…
    D. Lahary in http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article991
  • Non seulement ce n’est qu’une ressource parmi d’autres, mais elle est seconde
  • Si l’on conserve ces 3 axes dans le numérique, les équilibres changent :
    Politique d’acquisition : les avatars du choix (bouquets, modèle PDA..)
    Politique de conservation : moins cruciale car on n’est plus fortement conditionné par les
    contraintes d’espace avec le num. La question se déplace : Quelle pérennité
    pour les collections lorsque la BU se désabonne ? Questions de continuité à l’accès ?
    Accès, visibilité, médiation : devient la question fondamentale, la principale modalité
    d’expression de la poldoc avec le numérique, tel qu’il sera abordé en dernière partie
    Le centre de gravité se déplace professionnellement des acquisitions vers l’accès
  • Le centre de gravité se déplace professionnellement des acquisitions vers l’accès
    « Ce tropisme de la collection chez les bibliothécaires fait oublier que l’existence d’une collection imprimée n’est que la conséquence de la rareté de l’espace disponible dans les bâtiments que sont les bibliothèques. Sur le web, ces restrictions n’existent pas, ce qui déplace l’enjeu de la collection vers la médiation. » Silvère Mercier
  • La comparaison peut être interne – écart entre un résultat et les résultats précédents. Si elle est externe, elle fera appel à la méthode de l’étalonnage (benchmarking)(*), qui consiste à identifier les meilleures performances obtenues dans un même domaine et dans des conditions comparables, pour en faire une valeur de référence. La comparaison peut être interne (par exemple d’une bibliothèque à l’autre au sein du même réseau) ou externe (par exemple à partir de la performance exemplaire d’une bibliothèque).
    L’efficacité se mesure à partir d’objectifs. Les indicateurs d’efficacité sont des impacts calculés en termes de proportion : le nombre des usagers actifs est un résultat qui n’a de sens que par rapport au pourcentage à la population à desservir, c’est-à-dire le « pourcentage de fréquentation de la population cible »(*). Plus largement, la question est de savoir si ce pourcentage témoigne bien d’un développement de la lecture, de la réussite scolaire, de l’élévation du niveau de connaissance de la population, etc. ; ce que le taux de pénétration de la population ne peut déterminer à lui seul, et ce qui exigera d’autres combinaisons de données et des enquêtes.
    La cohérence ou pertinence se mesure à partir de l’estimation du montant des moyens humains, matériels et financiers, des objectifs assignés. L’attribution de moyens étant l’expression concrète de la décision, la dimension financière doit être partie intégrante de toute proposition. De même qu’un directeur des services techniques ne présentera pas un projet de voirie ou d’urbanisme sans en indiquer le coût, les projets documentaires ou de services présentés par un directeur de bibliothèque doivent être, de même, présentés en termes de coûts et non l’inverse : on ne demande pas des crédits pour acheter des documents, on présente un projet documentaire chiffré.
    L’efficience est appréciée en comparaison des meilleures performances de production obtenues dans un même domaine et avec des résultats comparables. Une bibliothèque, dont le temps consacré à la constitution du catalogue est de 1 % à 2 % du temps de travail du personnel, les bibliothèques où il occupe 15 %, voire 30 % pour un résultat qualitatif équivalent ou inférieur, devront se fixer pour objectif de se rapprocher de la performance optimale considérée, voire de l’améliorer.
    Ces différentes dimensions peuvent être résumées de la façon suivante :
    Logique de questionnement et typologie des objectifs d’évaluation
    Pourquoi ?Par rapport à quoi ?Type d’évaluation
    Enjeu ou problème de sociétéObjectifs de politiques publiquesEfficacité : impacts et effets
    Besoins de l’actionCoûts
    Satisfaction des besoins et attentesPertinence
    Qualité
    Optimiser les moyensMeilleures performancesEfficience
  • La nécessité d’une stratégie territoriale
    Qu’est-ce qu’une stratégie ?
    Pas de consensus sur une définition unique et précise de la stratégie mais un éventail de définitions
    Les éléments essentiels de la définition de la stratégie :
    La stratégie est un choix d'orientation de longue durée pour
    l'ensemble de l'organisation.
    La stratégie fixe le système d'objectifs de l'organisation pour une durée plus ou moins longue.
    La stratégie délimite les moyens alloués pour atteindre les objectifs définis.
  • La nécessité d’une stratégie territoriale
    Qu’est-ce qu’une stratégie ?
    Pas de consensus sur une définition unique et précise de la stratégie mais un éventail de définitions
    Les éléments essentiels de la définition de la stratégie :
    La stratégie est un choix d'orientation de longue durée pour
    l'ensemble de l'organisation.
    La stratégie fixe le système d'objectifs de l'organisation pour une durée plus ou moins longue.
    La stratégie délimite les moyens alloués pour atteindre les objectifs définis.
  • Enjeux numériques en bibliothèques et politiques publiques

    1. 1. Ressources numériques : enjeux et dispositifs de leur médiation 1 Numérique et politiques publiques Bibliothèque départementale de la Sarthe - Le Mans, 16-18.IX.2015 CChttp://www.flickr.com/photos/apothecary/
    2. 2. 2 1.Numérique et politiques publiques 2.Définir les cibles et les objectifs : marketing public 3.La médiation numérique et ses dispositifs 4.Identité(s) sur le Web 5.Stratégie éditoriale 6.Management et participation Enjeux et dispositifs de la médiation numérique Programme : Renaud Aioutz @ruralsmart Diaporama mis à disposition selon les termes de la Licence CC BY 4.0 Réalisé en partie grâce aux diaporamas constitués pour Biblioquest (CNFPT - INSET)
    3. 3. 3 Pour Benoît Thieulin, le numérique « dévore » les pratiques informationnelles et les contenus culturels. L'accès à l'information et à la culture sont profondément modifiés par les outils et réseaux numériques. Gilles Rettel, ancien discothécaire et formateur, en rappelle trois caractéristiques : volatilité, ubiquité, non-rivalité… De quoi le numérique est-il le nom ?
    4. 4. 4 Perte d'adhérence ? La volatilité correspond à la disparition de l’adhérence des contenus au support. C'est la numérisation qui a rendu possible la volatilité (pour la musique, elle existe depuis 1982 avec le CD-Audio). Gilles Rettel LicenceCCBY-NC-NDhttp://www.flickr.com/photos/sedagenvakna/5127877151
    5. 5. 5 Ubiquité ? C’est le réseau (numérique) qui rend possible l’ubiquité. Ces nouveaux services ne sont pas uniquement disponibles sur Internet et sur ordinateur mais également sur les smartphones, liseuses, tablettes... on parle de mobinautes. Gilles Rettel LicenceCCBYhttp://www.flickr.com/photos/glenbledsoe/5540953795
    6. 6. 6 Une affaire de technologie Le P2P tel qu’il est connu aujourd’hui n’est pas possible sans le réseau Internet, sans formats de compression des fichiers, sans logiciels de lecture et d'échange, sans supports de stockage... Gilles Rettel LicenceCCBYhttp://www.flickr.com/photos/rocketraccoon/227241974
    7. 7. 7
    8. 8. 8 Mais, comme le souligne Milad Doueihi, le numérique est également une culture à part entière, c'est-à-dire un ensemble de savoirs et de savoir-faire nouveaux, avec de nouvelles façons de penser, de créer ou de partager, de nouvelles communautés et de nouvelles règles. Il n'est donc pas exagéré de considérer que médiation numérique = médiation culturelle Le numérique est aussi l'affaire des médiateurs culturels que nous sommes… De quoi le numérique est-il le nom ?
    9. 9. 9 Transition numérique : peut-on parler d'un retard français ? CCBY-NDhttps://www.flickr.com/photos/121070943@N04/
    10. 10. 10 Un contexte national... De nombreux rapports récents (Assemblée des Départements de France, Conseil national du numérique, Rapport Camani / Verdier, Rapport Akim Oural…) insistent sur la nécessité de mettre en place, parallèlement au développement des infrastructures permettant l'accès au très haut débit, une véritable politique de médiation  numérique, avec plusieurs finalités, intimement liées mais utiles à distinguer : Médiation du / au / par le numérique
    11. 11. 11 Des concepts interdépendants… ● lutter contre la « fracture » ou les « fossés » numériques, afin d'assurer une égalité de traitement des citoyens, aussi bien pour l'accès au numérique que pour le développement des usages (concept d'e-inclusion) ; ● promouvoir l'insertion, avec pour objectif l'autonomie (relative) des publics en difficulté sociale, en leur permettant d'acquérir les savoirs et savoir-faire numériques de base (concept  d'illectronisme) ; RichardWalker:CCBY-NC2.0https://www.flickr.com/photos/121070943@N04/
    12. 12. 12 Des concepts interdépendants… ● moderniser et rendre plus efficient le secteur public, en développant les services numériques interactifs aux citoyens (concept d'e-administration) ; ● et en ouvrant ses données publiques pour favoriser leur dissémination dans l'écosystème informationnel des internautes mais aussi encourager l'innovation et la création de valeur (concepts d'open data et de linked data) ;
    13. 13. 13 Des concepts interdépendants… ● accompagner le développement des usages numériques individuels, avec l’identification d'espaces publics favorisant le lien social et les pratiques collectives (concepts  de  tiers-lieux,  de  fablab  et  de  makerspace,  de  télétravail et de co-working…) ; ● renouveler le management de l'action publique, pour mieux concevoir les services à la population, en y associant l'utilisateur final (concept  de  démarches participatives et de design des politiques publiques). CréativitéetdesignthinkingByGiorgioPauletto.CC-BY-NC-ND3.0http://www.ot-lab.ch/?p=5605
    14. 14. 14 De fait, l’e-exclusion a des effets qui rejaillissent sur plusieurs politiques publiques, notamment : • les politiques d’aménagement du territoire (accès à l’information et aux ressources, existence ou non de lieux adaptés, attractivité et compétitivité…) ; • les politiques sociales (accès aux droits, insertion socio- professionnelle, égalité devant la réussite scolaire…) ; • mais aussi et enfin, les politiques culturelles (démocratisation de la culture, transmission de la connaissance, exercice du jugement et de la citoyenneté) et notamment celles des bibliothèques : ressources électroniques, services à distance, médiation numérique des collections… L'e-exclusion a des impacts sur l'action publique :
    15. 15. 15 Rapport CNNum : les publics de l'e-inclusion
    16. 16. 16Et les bibliothèques dans tout ça ?
    17. 17. 17Si l'on observe quelques tendances : CChttps://www.flickr.com/photos/shinra34/
    18. 18. 18 Érosion des inscrits actifs…
    19. 19. 19 Érosion des emprunteurs actifs…
    20. 20. 20 Érosion des prêts audiovisuels…
    21. 21. 21 Érosion des prêts audiovisuels…
    22. 22. 22 Ou plus précisément des CD…
    23. 23. 23 Cependant, le livre résiste à cette érosion…
    24. 24. 24 Pouvons-nous expliquer cette tendance par des baisses de moyens ?…
    25. 25. 25 Pouvons-nous expliquer cette tendance par des baisses de moyens ?…
    26. 26. 26 Pouvons-nous expliquer cette tendance par des baisses de moyens ?…
    27. 27. 27 Ou bien le modèle « bibliothèque » est-il concurrencé par l'abondance du Web ? CChttp://www.flickr.com/photos/freed33/
    28. 28. 28 Image:PabloGenoves « La collection de la bibliothèque n’est plus le trésor unique et indispensable à toute étude et recherche : elle est devenue une ressource parmi d’autres et le fonds imprimé comme une toile de fond plus ou moins lointaine et obscurcie sur le devant de laquelle l’information en ligne occupe le premier plan. » François Cavalier
    29. 29. 29 Source : Christophe Robert, Médiation documentaire numérique http://fr.slideshare.net/Aspergillus1/mdiation-documentaire-numrique
    30. 30. 30 Désormais, le web peut globalement être considéré comme une bibliothèque globale, répondant aux fonctions de base que sont la recherche, l’identification et la fourniture, et qu’il revient aux bibliothèques institutionnelles de trouver leur place relative dans ce nouveau paysage, sans avoir à se soucier d’une « concurrence d’internet », quand celui-ci n’est que le cadre dans lequel il convient pour partie de se repositionner. Mais si les ressources sont plus ou moins accessibles suivant la logique d’usage (accès illimité, réutilisation, portabilité, gratuité ou faible coût de préférence forfaitaire plutôt qu’à l’unité), que deviendrait la spécificité de la bibliothèque ? En quoi représenterait-elle une aubaine, qui permettrait au service public de s’appuyer sur un avantage concurrentiel pour exister dans le paysage ? Dominique Lahary, in bbf 2012 - t. 57, n° 4 : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-04-0006-001
    31. 31. 31 La bibliothèque, combinaison de ressources, d'installations et de services… Ressources Installations Services Territoire Population à desservir Usager
    32. 32. 32 Ressources, territoire, service… le numérique modifie ces notions. LicenceCCBY:https://www.flickr.com/photos/dullhunk/
    33. 33. 33 Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
    34. 34. 34 Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
    35. 35. 35 Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
    36. 36. 36 Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
    37. 37. 37 Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
    38. 38. 38 Extrait d'une présentation de Lionel Dujol
    39. 39. 39 Le bibliothécaire peut-il s'adapter ? CChttp://www.flickr.com/photos/monado/
    40. 40. 40 Plaire à l'usager comme seul horizon ? … Non
    41. 41. 41 Abandonner les collections ? … Non
    42. 42. 42 Tout dématérialiser ? Fermer les bibliothèques ? Non
    43. 43. 43 Il faut changer de posture… CChttp://www.flickr.com/photos/beardymonsta/
    44. 44. 44 Où réside notre coeur de métier ? Positionnement des bibliothécaires : Se situer par rapport à des collections ou par rapport à des besoins et pratiques ? Où se situe l’offre de la bibliothèque : Dans les collections de la bibliothèque ou dans sa capacité d’accompagnement différencié ? Source : Joëlle Muller, Impact des ressources numériques sur la politique documentaire http://fr.slideshare.net/CHARRIER/ressources-numriques-et-pol-doc
    45. 45. 45 Le coeur de métier réinterprété « Le statut de la bibliothèque dépendra désormais beaucoup plus de la qualité de ses services et de sa capacité d'assistance que du volume et de la qualité de ses collections physiques. » J. Mackenzie Owen, Université d'Amsterdam. Plasticité des collections, plasticité des usages et des services, plasticité des espaces […] Le cœur de métier n'est pas fondamentalement révolutionné : sélection, conservation, service et assistance demeurent les piliers de l'activité bibliothécaire ; mais ceux-ci sont réinterprétés par le numérique […]. Source : Les collections électroniques, une nouvelle politique documentaire sous la direction de Pierre Carbone et François Cavalier, éd. Cercle de la Librairie, 2009.
    46. 46. 46 « Ce tropisme de la collection chez les bibliothécaires fait oublier que l’existence d’une collection imprimée n’est que la conséquence de la rareté de l’espace disponible dans les bâtiments que sont les bibliothèques. Sur le web, ces restrictions n’existent pas, ce qui déplace l’enjeu de la collection vers la médiation. » Silvère Mercier
    47. 47. 47 Traits majeurs de l’évolution des bibliothèques de lecture publique et axes de progrès pour les années à venir : ● L’appropriation du rôle stratégique des équipements dans le développement des territoires est de plus en plus souhaitable : l’articulation des niveaux communautaire et municipal, ou métropolitain et départemental, peut en effet remettre en cause les regroupements constitués depuis plusieurs années, ● Un saut qualitatif est indispensable pour les établissements présentant des points faibles, en termes de locaux par exemple, ou bien une simple « stabilité positive », l’augmentation des prêts croisant la baisse sensible du nombre des inscrits ; l’automatisation des prêts, l’emploi étudiant ou « pluriel », à temps partiel, offrent de possibles recours pour l’extension des horaires d’ouverture, Les analyses de l'Inspection générale des bibliothèques
    48. 48. 48 ● La redéfinition des orientations de politique documentaire et le développement des ressources électroniques sont des thématiques émergentes, venant en contrepartie de l’offre inégale de documents musicaux et audiovisuels ou de ressources pour l’autoformation et la formation tout au long de la vie, ● Le développement d’une culture de réseau, les évolutions liées aux bibliothèques numériques, les plans d’urgence et de sauvegarde du patrimoine, les projets de réserves ou silos de conservation, a fortiori, sont insuffisamment partagés, Les analyses de l'Inspection générale des bibliothèques
    49. 49. 49 ● Les enjeux éducatifs et l’innovation sociale, non dissociables de l’action culturelle, l’accompagnement des publics et la reconquête des publics perdus ou absents sont mieux pris en compte, ● L’évolution des profils d’emploi, le développement de la culture numérique et du pilotage de l’informatique ; la place de l’accueil, de la médiation des publics et de l’action pédagogique dans la formation des personnels trouvent heureusement de mieux en mieux leur place dans les projets d’établissements. Les analyses de l'Inspection générale des bibliothèques
    50. 50. 50 La bibliothèque : une « boîte à outils » au service des politiques publiques sur un territoire CChttp://www.flickr.com/photos/aisabol/
    51. 51. 51 Ne pas confondre : Politic « phénomène de luttes pour le pouvoir, de concurrence entre les partis, des groupes d’influence, des catégories sociales, des personnes pour l’exercice de l’influence et pour l’occupation des fonctions d’autorité dans une collectivité, dans un pays, sur un marché électoral » Policy « cadre d’orientation pour l’action, un programme ou une perspective d’activité » Y. Mény et J.C. Thoenig, Politiques publiques, 1989
    52. 52. 52 Une définition des politiques publiques ● produit de l’activité d’une autorité investie de puissance publique et de légitimité gouvernementale […] ; ● ensemble de mesures concrètes de caractère plus ou moins autoritaire, voire coercitif, inscrites dans un cadre d’action affiné d’année en année ; ● destinées à satisfaire un public, c’est-à-dire des individus, groupes ou organisations dont la situation est affectée par la politique publique, et mises en œuvre au nom d’objectifs, de normes et de valeurs ; Y. Mény et J.C. Thoenig, Politiques publiques, 1989
    53. 53. 53
    54. 54. 54 OBJECTIFS MOYENS RÉSULTATS quantitatifs et qualitatifs effets // impacts Cohérence Efficacité Efficience
    55. 55. 55 Mais la bibliothèque est au carrefour de nombreuses politiques sectorielles : Lecture publiqueÉducation Culture Social Emploi & formation Seniors Numérique Petite enfance
    56. 56. 56 Plusieurs enjeux ou problèmes de politiques publiques impactent la « lecture publique » : ● Massification des études (¾ d'une classe d'âge post-baccalauréat, contre ¼ il y a 30 ans) mais fort abandon en 1er cycle universitaire etc. ; ● Des carrières professionnelles décousues, un besoin de formation (formelle et informelle) tout au long de la vie ; ● Développement d'une société du « temps libre » et des loisirs ; ● Des fractures sociales et culturelles croissantes vs des pratiques culturelles cumulatives pour les CSP favorisées ; ● En parallèle, le développement d'une « culture des individus »… ; ● La culture est aussi un facteur d'attractivité territoriale et un vecteur de communication pour les collectivités ; ● En période de crise, le service public a prouvé son rôle d'amortisseur social pour l'accès à certains services ou ressources ; ● Une société hyper-connectée mais victime d'infobésité, des usages du numérique insuffisamment maîtrisés ou partagés… ● Une société fragmentée où défiance et rejet de l'autre semblent s'installer durablement, un « vivre ensemble » fragilisé…
    57. 57. 57 Se doter d'une stratégie : « l’art d’atteindre les objectifs fixés par la politique en utilisant au mieux les moyens dont on dispose. » (A. Beaufre cité par Th. Giappiconi) CChttp://www.flickr.com/photos/apothecary/
    58. 58. 58 Mettre en place une offre de ressources numériques? Un projet qui répond à un (des) objectif(s), qui suppose(nt) donc une stratégie de service…
    59. 59. 59 Merci de votre attention ! Des questions ? Me contacter ou retrouver les supports : http://ruralsmart.net renaud@ruralsmart.net twitter : @ruralsmart Licence CC BY 4.0

    ×