Édito                                                                       “                                             ...
Janvier/Février 2012                             #5     Sommaire                         Édito_03                         ...
Tourisme                                                                                     1Immergé en plein cœur de laG...
Tourisme                                                                                                                  ...
Tourisme                                                                                                                  ...
Évasion                                               L’habitation Latouche est certainement l’une des plus               ...
A contrario des croyances actuelles, le lamantin nest pasNature                                seulement un personnage de ...
Nature                                                                                                via une implication ...
Voyage                                1La Soufrière, cest le nompresque trop banal que londonne à la terre millénairedomin...
Voyage1- 2 - 3. Petit et Grand Piton, dômes envoûtants de la Soufrière de Sainte-Lucie4. Masques multicolores de Zaka5. Bo...
Voyage                                                                                                                    ...
DécouvertePlante vivace et haute, le maniocfut exploité par les Arawaks,Indigènes et Caraïbes dans lestréfonds de lAmériqu...
Découverte                                                                                         Le manioc, au 5ème rang...
Découverte                                                                                                                ...
1PatrimoineObjet de nombreusesrecherches depuisplusieurs années, il estaujourd’hui admis que lecarnaval des Caraïbeset dAm...
2                                                                                                             Patrimoine  ...
Patrimoine                                                                                                                ...
Patrimoine                                                                                                                ...
8                                                                                                     Patrimoine    S’il s...
Patrimoine                                                                                                                ...
Patrimoine1-3. Danseuses de samba.2. Aile des Baianas.                                                                    ...
Actualité                                                          Le SIAEAG, un syndicat majeur dans le domaine de l’eau ...
Actualité2    U           n Syndicat au service de la      Le 26 avril 1963, le “Syndicat            11 communes composent...
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012

3 789 vues

Publié le

Inflight Air Antilles Express airlines
http://www.flyairantilles.com/

Journal de bord d'Air Antilles Express
http://www.airantilles.com/

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 789
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le Bon Air Antilles & Guyane n°5 Janvier-Février 2012

  1. 1. Édito “ Chers Passagers, T outes les équipes dAir Antilles Express et dAir Guyane Express se joignent à moi pour vous souhaiter une heureuse année 2012 pleine de bonheur, de réussite et de voyages… 2012 sera pour nos compagnies lannée de la maturité… car nous aurons le plaisir de fêter ensemble notre dixième anniversaire. Beaucoup de cadeaux et de surprises vous attendent tout au long de lannée afin de célébrer dignement ces dix ans de "bon air" ! Rappelez-vous, la naissance de nos compagnies, en 2002, a permis de rompre une situation de monopole, de faire baisser de manière significative les tarifs du transport aérien régional et dans un même temps, de capter très vite plus de 30% de parts de marché. Cette réussite appartient et profite à tous nos compatriotes car c’est grâceBimestriel édité par à vous qu’Air Antilles Express, entreprise au capital majoritairement local,Agence Blue Marine1 boulevard Houelbourg sur Mer totalise aujourdhui plus de 2,5 millions de passagers transportés avecZI Jarry - 97122 Baie-Mahault - 0590 32 64 36 une flotte entièrement renouvelée (trois ATR 42 neufs, deux Twin Otter).bluemarine@wanadoo.frSiret : 442 804 456 00014 2011 aura été marquée par louverture de deux nouvelles lignesSARL au capital de 8000€ régulières vers Santo Domingo et Sainte-Lucie (3 rotations régulièresDirecteur de Publication hebdomadaires - ndlr) élargissant ainsi les destinations du réseauChristian MARCHAND opérées par la compagnie (Saint-Martin, Saint-Barth, Guadeloupe,Responsable dÉditionNadège CERETTO Martinique, Sainte-Lucie, Saint-Domingue), sans oublier le partenariatConception /Réalisation renforcé avec la compagnie Corsairfly.Agence Blue MarineRédaction La mise en place d’un accord de partage de code avec ce partenaire deN. Ceretto / Math Yass / Parc National de la Guadeloupe - W. Long Courrier permettra de renforcer notre position sur le marché localDémonio / Jardin du Carbet - R. Fontenille / N. Dumont / SIAEAG (>35%) tout en développant au départ de la métropole une nouvelleB. Rossi / C. Cavallera / Renault Guadeloupe / Conseil Général deGuadeloupe - D. Mirval & C. Hoton / Nestlé Antilles-Guyane / forme de tourisme multi-destinations, positive pour nos régions.Nuits Caraïbes La prochaine étape visera à vous allouer des offres sur le transatlantique etCrédits Photos à accroitre ainsi notre volume dactivité denviron 10%.photo@ctguyane - Comité du Tourisme de la Guyane / JE Hay /Jardin du Carbet / Parc National de la Guadeloupe / St Lucia Air Guyane Express, pour sa part, se réjouit de la mise en service de sonTourist Board / Zaka from St Lucia / Maniocrie de Germaine / troisième LET 410, dédié au désenclavement du territoire guyanais.Comité du Tourisme de Guadeloupe - JM Lecerf / Comité duTourisme de la Martinique - H. Salomon / Tourism Office of Haiti / Ce nouvel appareil permettra daméliorer la qualité de service sur lesSIAEAG - F. Sapotille / Musée SJP de Pointe-à-Pitre & Fondation différentes dessertes, dintensifier le service fret et de mieux faire face auxde SJP (Aix en Provence) / C. Cavallera / Agence 2 Look - B.Michaux-Vignes, B. Boucard, D. Nerciris, C. Kabile / H. Bernier / besoins de notre exploitation.Lady-B Prod par Pure Magazine / Renault Guadeloupe / Mode -G. Aricique / Au Féminin - M. Flyold par Eyes 971 / Nuits Caraïbes / Je vous souhaite un très bon vol, une bonne lecture et bien sûr…photos VIP - H. Bernier - Kathe Vulpillat / Thinkstock Beaucoup de Bon Air pour 2012 !Direction ArtistiqueMarc PRAQUINRégie Publicitaire0690 71 82 98ImpressionAntilles ImprimeriePapier provenant des forêts gérées durablement. Christian Marchand Président Directeur Général Air Antilles Express & Air Guyane Express Le Bon Air. Janvier/Février 2012 4
  2. 2. Janvier/Février 2012 #5 Sommaire Édito_03 Tourisme_06 Évasion_10 Nature_12 Voyage_14 Découverte_18 Patrimoine_22 Actualité_32 Littérature_36 Technologie_40 Solidarité_44 Artiste_46 Auto_50 Évènement_52 Photos VIP_56 Mode_64 Recette gourmande_66 Musique_68 Santé_70 Au féminin_72 Recette_74 Aviation_76 Agenda_82 Le Bon Air. Janvier/Février 2012 6
  3. 3. Tourisme 1Immergé en plein cœur de laGuyane, dans ses environs vertset sauvages saignés de fleuves,on ne peut que constater les liensétablis entre ces longs affluentset les ethnies vivant aux abords,imperturbables, rieuses, accueil-lantes, apprivoisant au jour le jourleurs rives, tantôt magiqueset ô combien mystiques... En Guyane, Au fil des savoirs de leau... 1. Sur les bords du Maroni, les enfants simprègnent des savoirs liés à la pirogue. 2-3. Touristes en visite sur le fleuve Approuague. 4. Guyanais en pirogue à moteur sur le Maroni. 5. Pirogues amarrées sur le fleuve Approuague.7 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  4. 4. Tourisme 2L a pirogue, ciment des courants et les sauts sur des rendu possible par la plasticité du bois cultures du fleuve... embarcations plutôt étroites et longues, utilisé : au fur et à mesure, on insère aux extrémités incurvées. Dans la sur les flancs des lattes de plus en région du Maroni, les diverses variétés plus longues qui viennent soutenir laMarais et interminables cours deau de pirogues servent donc un structure initiale. Cette techniquesillonnent la Guyane comme autant patrimoine retraçant clairement les reconnue pour la solidité et la stabilitédartères grouillantes de souvenirs, différentes étapes historiques des lieux quelle confère aux pirogues est encorede coutumes, de vie, dénergie et et démontrant les us des peuples aujourdhui massivement exploitéedenvie. Tout autour sactivent maintes locaux : formes, ornements, pratiques en Guyane. Les Kalina distinguenttribus ayant appris à exister ensemble, usuelles... En fonction de ses origines nettement trois catégories de pirogues :à perpétuer leur culture propre et à et de ses propriétaires ethniques, les canawa, les culiala et leurs pluscomprendre celle du voisinage, à chaque pirogue se révèle finalement petites sœurs nécessitant moins desémanciper à plusieurs et se construire sous un jour différent. monde pour les magner. Ainsi,ainsi un présent commun ponctué certaines dentres-elles auraientde quelques rituels conjoints. Sur le disparues en parallèle des ethniesMaroni par exemple, ce fleuve traçant Les pirogues indigènes, les ayant conçues, qui se décimaientles frontières entre la Guyane française chefs-dœuvre des rivières ? au fil des ans. Désormais, la sociétéet le Suriname, Amérindiens et Les Amérindiens creusaient un tronc et leur niveau de vie se modernisant,Bushinenge développent, chacun à darbre dune seule pièce quils il semble que les jeunes Amérindiensleur manière, un microsystème proche relevaient ensuite de quelques guyanais préfèrent acheter leursde la nature, en accord avec les morceaux de bois sur les côtés. Au pirogues à leurs confrères du Surinamehumeurs de la forêt et du fleuve quils départ, le fond de lembarcation est plutôt que de passer trop de tempscôtoient au quotidien. Sans doute façonné dans une grume. Lorsque la à les construire eux-mêmes. Dans laest-ce pour cela que la pirogue, unique coque est parfaitement arrondie et bien même idée de modernité, la voile etmoyen de véhiculer hommes, équilibrée, on lévase davantage grâce les moteurs remplacent petit à petitfemmes, enfants, nourritures et objets au processus délargissement au feu les pagaies et la force des bras...de la vie courante entre les bourgséconomiques du département et lespeuples de leau, se construit, se 3restaure et se manœuvre avecprécaution, selon des rites anciens,à la fois religieux et pratiques. Voilàpourquoi cette embarcation ancestraletraverse les siècles et saffiche commelun des symboles majeurs descoutumes guyanaises. Car, qui napas filer en pirogue les légendairesrivières de la Guyane française nepeut se vanter de bien la connaître !Tandis que les Amérindiens préfèrentnaviguer dans lestuaire du fleuve àbord de pirogues larges, hautes, etpeaufinées à la poupe dune étravesuspendue fendant les vagues, lesBushinenge, eux, affrontent les Le Bon Air. Janvier/Février 2012 8
  5. 5. Tourisme 4 5 Si les activités fluviales périlleuses sont confiées aux hommes de la tribu, Sur les rives les femmes ne demeurent pas moins dune histoire plurielle : téméraires : à bord des canots-pagaies, Etymologiquement, le mot pirogue cadeau de leur époux lors du mariage, se rapproche du mot maya elles se rendent dun village à un autre, piragua qui désigne un petit canot. partent à la pêche non loin des rivages Sculptée dans un unique morceau principaux, puisent leau utile aux de bois, la pirogue dite traditionnelle corvées journalières, rejoignent les peut aussi se composer de bancs, abattis. Elles enseignent aussi aux détais, dun balancier et déléments enfants les mœurs de leur peuple : dès décoratifs de ralliement à un groupe. lâge de huit ans, les gosses manient Lorsquelle navigue sur les fleuves la takari (perche) qui propulse et dirige de maintes contrées mondiales, le bateau. Plus tard, ils apprendront dans les premiers temps de son aussi les subtilités de lart tembé, histoire, elle est ornée de symboles ornementations érotiques représentant destinés à protéger ses occupants lamour, laccouplement et la naissance, des mauvais esprits et des dangers Les pirogues Bushinenge, effectuées à base de peinture ou de de la mer. Persistant dans les embarcations dactualité ? marqueterie, qui décorent tous les régions tropicales et équatoriales, Parce que le Maroni nest pas un outils de lexistence quotidienne, son utilisation sest désormais long fleuve tranquille, les Bushinenge dont les flancs des pirogues. Notons optimisée : on a gagné en sécurité, durent trouver des solutions alternatives cependant que ces traditions en vitesse et en confort de aux pirogues amérindiennes, pas artistiques tendent à disparaître, navigation. En Guyane, elle sert prévues pour passer les sauts et les laissant place à des motifs amusants au transport des marchandises remous trop agités près des chutes, et légers, directement liés aux servant à la subsistance des notamment en période des pluies. influences sociétales contemporaines : habitants du fleuve, à véhiculer Ils abandonnèrent les canots munis drapeaux, tags footballistiques, filles dune ville à lautre les enfants de quille et de gouvernail, préférant aux atouts proéminants et vêtues scolarisés et les travailleurs, mais des constructions de bois plus dun bikini flashy, effigies à Bob Marley. aussi à chasser et pêcher. Au cours aisément maniables (coque expansée 6 de chaque traversée, tous les dix rehaussée dun bordage, extrémité kilomètres environ, les bruits dune curviligne, poupe en pointe), vie humaine qui sétablit en développant également le panel des bordure du fleuve égayent le trajet : embarcations dédiées à dompter les en contrebas des petits villages impétueux tourbillons. Depuis quelques surélevés pour limiter les risques décennies déjà, cette civilisation dinondation, aux pieds dun africaine de Guyane détient le débarcadère improvisé, des monopole de la navigation en amont mômes jouent, des femmes du saut Hermina : touristes, militaires, lavent du linge, des pêcheurs personnes de ladministration, artisans, nettoient leurs filets. commerçants, élèves, travailleurs, tous font appel au service des Marrons.9 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  6. 6. Évasion L’habitation Latouche est certainement l’une des plus anciennes de la Martinique, Fondée en 1643, elle sétend sur une surface de 15 hectares. A fleurs de... … Jardin du Carbet dun incroyable voyage au temps des flibustiers : loccasion de se rendre compte que déjà à cette époque, bon nombre de pirates aimaient à se reposer dans les baies abritées du Carbet et de Saint-Pierre. Astuce Bon Air : il existe un Pass entre les deux jardins (Balata et Carbet), pensez-y ! Renseignements au : 0596 52 76 08 www.jardinbotaniqueducarbet.com Ouverture de 9h30 à 17h. S ituée au Carbet, dans une vallée sublimé par ses compositions au pied du morne Orange, botaniques. lhabitation est traversée par la rivière des Cadets. Son travail de coloriste de la nature s’est une fois encore exprimé dans Dès 1664, sa production est dévouée un autre “théâtre” végétal totalement au sucre, puis sen suivent une nouveau et différent. Il a misé sur les rhumerie, une maniocrie, lexploitation masses colorées, jouant avec les de cacao, la fabrication de poteries vestiges des lieux, utilisant en toile de et la production dindigo et de roucou. fond des nappes de végétaux : il a Lors de l’éruption de la montagne réalisé de merveilleux tableaux Pelée, la plupart des bâtiments sont dignes des plus grands peintres. détruits mais des vestiges magnifiques heureusement demeurent : maison Un résultat saisissant à découvrir dhabitation, indigoterie, sucrerie, lors de votre passage sur Saint-Pierre aqueduc, etc. car ce jardin est véritablement complémentaire à celui de Balata. Créateur du célèbre jardin de Balata à Fort-de-France, Jean-Philippe Pour parfaire les lieux, une exposition Thoze a également réussi à embellir sur deux étages - unique dans toute ce site et à créer un endroit unique la Caraïbe - a été conçue dans le but11 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  7. 7. A contrario des croyances actuelles, le lamantin nest pasNature seulement un personnage de conte, une ombre tutélaire de lélément aquatique de nos régions. Mammifère aussi étrange quinoffensif, il a bel et bien vécu dans les eaux de la Guadeloupe jusquau 19ème siècle. Et il occupe encore les côtes de plusieurs pays de la Caraïbe... Le lamantin, Du mythe à la réalité...13 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  8. 8. Nature via une implication des riverains et de lensemble des usagers. Lespèce anciennement habituée des mangroves des îles françaises survit encore en bien des endroits autour de la Caraïbe : Cuba, Porto-Rico, Mexique, Guyane, Colombie... Cest pourquoi les responsables du Parc National de la Guadeloupe sattachent à renforcer la coopération avec ces pays qui ont acquis une grande2 expérience de travail sur cette espèce et qui sen avèrent également des J ouerait-on à cache-cache est née de réintroduire dans les eaux potentiels donateurs. avec lui ? de la Guadeloupe ce mammifère Si lhomme la fait disparaître du porteur dhistoire. Longtemps resté Grand Cul-de-Sac Marin, il pourrait embryonnaire, ce projet a pris forme Carte didentité bien ly faire réapparaître dici quelques de façon concrète il y a 5 ans. Porté Nom : Lamantin des Antilles années. Les équipes du Parc National par léquipe du Parc National de la de la Guadeloupe y travaillent en tout Guadeloupe, il est devenu une des Nom scientifique : Trichechus cas darrache-pied : un tel projet est priorités de cet établissement. Il sinscrit manatus manatus. de nature à faire de la Guadeloupe ainsi en objectif à moyen terme et Classification : mammifère un lieu exemplaire en matière de constitue une démarche audacieuse marin de lordre des siréniens conservation de la biodiversité et à lui qui va mobiliser toute une population (lamantins et dugongs). conférer ainsi une reconnaissance autour dune ambition commune : Taille et poids (adulte) : jusquà internationale en matière de protection retranscrire la Guadeloupe en un lieu 3 m de long et 500 kg de lenvironnement. Tout doucement, représentatif au niveau mondial en lidée fait son chemin... matière de conservation de la biodiversité. Espérance de vie : entre 50 et 60 ans Habitat : eaux douces, saumâtres Le lamantin (autrement appelé manati), Le classement des Antilles Françaises ou salées peu profondes variant mammifère aquatique qui peut parmi les 35 points chauds de la de 24 à 28C° atteindre jusquà trois mètres de biodiversité mondiale, laccent porté Régime alimentaire : herbivore, longueur et peser jusquà 500 kg, vit sur la biodiversité selon la loi de le lamantin se nourrit dherbiers dans les fleuves dAfrique et programmation relative à la mise en marins et plantes aquatiques dAmérique Centrale et du Sud. œuvre du Grenelle de l’Environnement, Reproduction : une femelle donne Herbivore, il ressemble à une grosse le fonds créé par le WWF France naissance à un petit après une vache de mer, ce qui lui vaut dailleurs (BIOME) en faveur de la biodiversité de période de gestation de 12 mois son nom anglais de “sea cow”. loutre-mer, et enfin le projet de création et allaite entre 1 et 2 ans. Elle peut Friand dherbiers sous-marins, il se dun sanctuaire marin des Antilles mettre bas tous les trois ans. nourrit aussi de plantules de Françaises, confèrent un caractère palétuviers et de jacinthes deau. Répartition géographique : Mer dexemplarité qui contribuera au Si ce trichechus manatus manatus rayonnement régional et international des Caraïbes, Golfe du Mexique, existe encore pour les scientifiques, de la Guadeloupe et de la France. côte orientale de lAmérique du Sud en Guadeloupe et Martinique, il jusquau Brésil. sapparente plutôt à une espèce De retour sur les côtes et dans les Statut : le lamantin est considéré disparue des contes et légendes : marais de larchipel guadeloupéen, en danger dextinction au niveau impassible et trop paisible, il fut le lamantin devrait mettre tout le international : il est donc protégé recherché pour sa graisse et sa chair monde daccord : voilà en effet un par des conventions internationales car très facile à chasser, et perturbé prétexte fort pour une meilleure et la loi française. aussi par la réduction de ses zones gestion environnementale du littoral dhabitat en raison de lexpansion rapide des hommes. Ainsi, il a disparu des Antilles Françaises depuis plus dun siècle mais lanimal reste néanmoins présent plus ou moins confusément dans la mémoire collective. Plusieurs écrivains lévoquent dans leurs œuvres, le plus souvent comme un être sympathique... Bientôt nous allons le (re)trouver ! Cest donc pour réparer une vieille “erreur humaine” que la fabuleuse idée Le Bon Air. Janvier/Février 2012 14
  9. 9. Voyage 1La Soufrière, cest le nompresque trop banal que londonne à la terre millénairedominant la baie du Sud-Ouest de Sainte-Lucie, àcette étendue poétiquementrustre aux camaïeux debleus et verts infinimentlyriques, à ces dômesintimement liés à lhistoiregéologique de cetteîle magique... Sainte-Lucie, Ce volcan qui émerveille...15 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  10. 10. Voyage1- 2 - 3. Petit et Grand Piton, dômes envoûtants de la Soufrière de Sainte-Lucie4. Masques multicolores de Zaka5. Boutique “Zaka The Studio” 2 tabac, cacao, sucre, tout ici semble prendre racine. Durant plusieurs décennies, le territoire oscille entre Français et Britanniques se le disputant sans relâche. Plus tard, de 1780 à 1991, ouragans et séismes prennent le relais sur les conflits humains, montrant que la force des éléments toujours lemporte sur la condition terrienne, vile et matérialiste. A quelques pas de la Soufrière, le jardin botanique des Diamond Falls joue les écrins de verdure, coloré, parfumé, répondant au qualificatif dun éden tranquille. Pacifique, miraculeuse, la nature ici transparait dans ce quelle a de meilleur : flore des tropiques et impétueuse cascade aux eaux guérisseuses, enrichies en soufre, sulfate de cuivre, magnésium, fer, manganèse et calcium. Ainsi, des bassins sont à disposition du grandS i je vous dis Sainte-Lucie, qui siège, lové au creux de ces public qui peut venir couler vous me répondez sans détour panoramas de rêve déclarés au dheureux instants de plénitude, pitons fantasmagoriques. patrimoine de lUNESCO en 2004, se délasser et se débarrasser deCest votre raison qui parle bien enregistré comme la toute première ses douleurs chroniques, articulaires et musculaires.entendu, mais aussi votre imaginaire, capitale de lîle lorsque celle-ci étaitderrière vos paupières closes, encore sous dominance française.vagabondant quelque part entre de Aujourdhui très tournée vers lehautes roches escarpées au refrain tourisme, ce district, ancien villagemythique, desquelles les oiseaux de pêcheurs, sémancipent : le cadresenvolent vers les intenses vagues féérique que suggèrent les deux pitonsmarines. Le Qualibou - autre nom de encourage cette démarche de mieux 3la Soufrière de Sainte-Lucie - offre aux vivre et mieux accueillir à Sainte-Lucie.Petites Antilles un paysage unique, Là-bas, on respire, on oublie. Chaqueplusieurs fois centenaire, imperturbable, minute et chaque brise subtile sesurplombant les eaux de ses deux pics déclinent comme une invitation àqui transcendent locaux et touristes lâcher prise... Les attractions localesdepuis la nuit des temps, à tel point ne manquent pas deuphoriser lesquils sinscrivent graphiquement amateurs de détente à lombre tièdeparlant sur le drapeau de Saint Lucia. des Sulphur Springs, du DiamondPetit Piton (743 mètres), au Nord, et Estate, des Diamond Falls, desGrand Piton (770 mètres), au Sud, sont plantations de cacao ou de ladanciens dômes de lave désormais Rainforest.recouverts dune dense végétationluxuriante devenue forêt subtropicalepluviale, transperçant le ciel azur de Les prémisses de la Soufrièreleurs aiguilles acerbes. Entre eux deux, de Sainte-Lucie datent de loccupationla caldeira - 5km de long sur 3km de amérindienne de lîle. Quand leslarge - prend ses aises, ne se lassant premiers colons français investissentjamais de voir à ses pieds le littoral les lieux vers 1746, cest pour yet ses criques sablonneuses où se développer lagriculture rendue fertilesont implantés certains établissements grâce aux sols volcaniques très richeshôteliers plus que privilégiés. Non loin en minéraux que les esclaves issusde là, cest le bourg même de Soufrière dAfrique viennent cultiver. Coton, Le Bon Air. Janvier/Février 2012 16
  11. 11. Voyage 4 Simon D. Gajadhar vit depuis se lance, en parallèle à son activité de réel succès localement, dans toute la presque 20 ans à Sainte-Lucie, au base, dans la création de petits totems Caraïbe et ailleurs : très vite, les cœur du bourg de Soufrière, au pied en Campêche - bois dense, lourd et masques et totems sexportent au du Petit Piton quil affectionne tant. extrêmement dur - sapparentant Royaume-Uni, en France Londonien de souches, cet aux célèbres statues de lIle de Pâques, métropolitaine, à New-York, au autodidacte, amoureux du bois, dans le Pacifique. Néanmoins, les Suriname, à Trinidad, à la Barbade, à débarque aux Antilles à lâge de 29 ans, personnages de bois ne se vendent Antigues, à la Grenade et à Curaçao. pour se trouver personnellement et pas. Ils demeurent, dans un coin du se perfectionner professionnellement petit magasin, prenant la poussière. Les masques et totems de Zaka dans le secteur qui jusqualors le Un matin comme un autre, tandis que sont conçus dans des bois tropicaux passionne vraiment : la charpente/ Simon travaille dans son atelier, il précieux - Cèdre Rouge, Mahogany, menuiserie des bateaux. Initialement, remarque quun des totems sest Mahoe Bleu, Bois Blanche, Lowyé cest le district de Gros-Islet qui fissuré, le bois sétant naturellement Mabwé - qui sont biologiquement laccueille et lui offre ses premières fendu. Cest lillumination ! Cette fissure traités contre les parasites (dont vers opportunités demplois en tant confère à la sculpture une identité forte, à bois) et mis à sécher pendant près quintervenant/ constructeur bois un tempérament peu banal aux airs dun an avant dêtre taillés par lartiste. sur dimportants yachts. En 1996, le presque vivants. Quelques coups de Des stades successifs sont jeune homme, plus mâture et sûr de marteaux plus tard, et le premier nécessaires pour garantir un art lui, ouvre enfin sa propre boutique et masque de Zaka est finalisé et exposé durable et de qualité : dabord, le bois sadonne à la restauration sur sa devanture. En seulement deux est débité en scierie pour ne conserver dantiques bâtisses que les grandes semaines, plus de 50 masques, tous que le meilleur de son essence, puis familles de lîle souhaitent renforcer et différents, rejoignent la vitrine et les traité ; ensuite on peut graver les conserver en bon état, en souvenir murs de léchoppe, ressemblant premières expressions faciales (yeux, des épisodes historiques et désormais davantage à une galerie nez, oreilles, bouche), puis sadonner politiques de Sainte-Lucie. La même quà un atelier de charpente/ aux détails du visage (en ciselant les année, un de ses meilleurs amis sur menuiserie. La nouvelle entreprise de angles, les mimiques), et enfin les place lui ouvre les portes dun art quil Zaka - surnom de Simon, tiré du dieu créations recouvrent leurs couleurs ne connaît pas encore, davantage haïtien des champs et de la terre - nait grâce à la peinture acrylique, avant affilié à lébénisterie. Lartiste, alors, donc en janvier 1997 et connaît un dêtre vernies pour léternité. Généralement, Zaka sinspire des 5 paysages de Sainte-Lucie et rend ainsi hommage à son île dadoption quil chérit tant. De temps à autre, il mêle aussi son art aux traditions culturelles amérindiennes. Chaque masque est unique et signé de la main de son créateur : le sceau de Zaka garantit quil sagit bien dun authentique masque ou totem. Contact : ZAKA - Caribbean Masks & Totems Malgeroute - Soufrière (St Lucia) Web : www.zaka-art.com Email (informations et vente à distance) : zaka_art@yahoo.com17 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  12. 12. DécouvertePlante vivace et haute, le maniocfut exploité par les Arawaks,Indigènes et Caraïbes dans lestréfonds de lAmérique tropicaleavant de convaincre maintespopulations à travers le monde,notamment dans les paystropicaux, de le cultiver sansrelâche. Ensemble, levons levoile sur ce végétal tantôtmiracle, parfois fatal... Quand le manioc prend racine, Il était une fois une Euphorbiacée... 1. Manioc brut. 2. Germaine coupe une racine de manioc. 3. Le manioc épluché et nettoyé est broyé. 4. Le manioc, une fois pressé et égoutté de tout son jus, est stocké dans un sac. 5. Une fois détrempé, le manioc est séché sur une plaque. 6. Fabrication de galettes de manioc. 7. Garnies, les galettes de manioc se dégustent sans modération.19 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  13. 13. Découverte Le manioc, au 5ème rang mondial des plantes alimentaires : Certains pensent que le manioc - Manihot Esculenta - originaire de lAmérique du Sud, fut importé aux Antilles dès les prémisses de la colonisation, par les Arawaks et les Caraïbes, les premiers occupants connus de cette zone, qui savaient déjà, dit-on, que cette plante peu banale pouvait savérer aussi toxique que vertueuse... Dautres envisagent plutôt quelle fut introduite à la même période que la traite esclavagiste négrière, et que les Portugais la firent connaitre à lAfrique centrale dans les années 1600, ce qui expliquerait quelle compose la base de lalimentation de pays tels que le Congo, la Côte2 dIvoire et le Golfe de Guinée, où elle occupe une place de choix dans laL es mythes de la Racine... inhumée dans limmense jardin du consommation derrière le maïs, le riz, Longtemps déjà avant larrivée domaine familial. Sur sa tombe, douze le blé et la pomme de terre. des Européens, le continent mois plus tard, fleurissait une plante Quoi quil en soit, le manioc estsud-américain - particulièrement le inconnue jusquici. Tandis que les aujourdhui essentiellement cultivé surBrésil et le Mexique - exploitait le oiseaux mourraient, sempoisonnant des territoires chauds et humides quimanioc, originaire dAmazonie, après avoir becté ses feuilles, on creusa lui permettent de sépanouir decomme base alimentaire quotidienne. pour la déterrer. Le corps de Mani manière optimale et de garantir uneCette plante mystique, car aussi jamais ne fut retrouvé. Mais la racine intense production, soit 200 000bienfaitrice que malveillante selon de vie, blanche en son cœur et tonnes récoltées par an. Sans glutenson utilisation, était donc au cœur recouverte dun épiderme marron et riche en fécule (amidon et sucres),des premières légendes indigènes foncé, quant à elle, sauva les tribus cette racine possède des tuberculeslocales, et paraît-il directement environnantes de la famine... Cest pouvant mesurer jusquà 50associée à celle du peuple Tupi. Il y a ainsi que le mot "manioc" désignerait centimètres de long pour 10plusieurs centaines dannées, le chef en fait "Mani Oca", cest-à-dire centimètres de diamètre, soit un poidsdu village de lactuel Santarem voulut littéralement "la maison de Mani". parfois imposant de 5 kilogrammes.punir lhomme blanc qui avait mis safille enceinte puis qui lavait quittée. 3 5Puisque sa fille ne souhaitait pas luirévéler le nom de celui qui lavaitdéshonorée, le père décida de latuer à la place de celui quelleprotégeait. La veille du meurtre, ilrenonça pourtant à cette idée,rêvant quun homme blanc le suppliaitde ne pas mettre fin aux jours decelle quil aimait plus que tout. Neuf 4mois plus tard, le chef de la tribu devintgrand-père dun beau bébé métisseà la peau incroyablement blanche etau minois innocent, répondant au douxprénom de Mani. On raconte que lesgens venaient de très loin pour adulercette jeune fillette au teint pâle, quimourut, sans raison apparente, à peineun an après sa naissance, et qui fut Le Bon Air. Janvier/Février 2012 20
  14. 14. Découverte La farofa brésilienne est confectionnée avec de la semoule de manioc frite dans de lhuile, que lon accompagne de maïs, de viande fumée (bacon), de saucisse, dœuf et dharicots rouges. A Noël, on lassaisonne avec des abats de volaille qui servent ensuite à farcir la traditionnelle dinde du 25 décembre. Quelques-unes des boissons indigènes distillées, réalisées à base de manioc (cauim, tiquira, cachaça) pourront agrémenter la fin du repas. Le vatapa brésilien ou matapa du Mozambique se prépare à base de jeunes pousses de feuilles de manioc pilées mêlées à lail, et grâce à la farine extraite des tubercules que lon cuit avec du crabe et des crevettes. Lattiéké savère le plat national en Côte dIvoire. Il sagit de la semoule de manioc cuite à la vapeur. Cette mixture est relayée localement par le foutou, un pain riche en amidon utile à la nutrition 6 de base des Ivoiriens. 7 Le saka saka du Congo se compose Etape n°1 : pelage et lavage de feuilles de manioc pilées, huilées manuel des tubercules de manioc. puis mélangées à des morceaux de Etape n°2 : immersion du manioc poissons préalablement épicés. lavé et pelé dans leau. A Madagascar, cest le Ravitoto Etape n°3 : broyage en bouillie qui enchante les papilles : les feuilles des tubercules (moulin) selon de manioc une fois pilées sont servies savoir-faire artisanal. avec du riz et du zébu de porc Etape n°4 : la bouillie est mise en assaisonnés au lait de noix de coco. sac puis passée sous presse pour en extraire le jus nocif contenant A lIle Maurice, la farine de manioc Le manioc, cest bon ! lacide cyanhydrique. intervient dans la confection des Mais attention... pâtisseries et des gâteaux secs Etape n°5 : les blocs compacts aromatisés à la cannelle, à la coco La famille du manioc compte des sont tamisés et réduits en farine ou au sésame. variétés dites douces - sapparentant pour être débarrassés des éventuels à un légume - et dautres amères - déchets restant. Attention, le manioc est une plante uniquement comestibles après qui peut être nocive voire mortelle si Etape n°6 : rouissage de la farine elle est mal utilisée. Pour éviter tout transformation en farine, souvent qui est jetée sur une platine appelée moussache ou cicipa. souci de santé, ne consommez que chauffée au feu de bois, permettant le manioc issu des maniocries. Concrètement, cest la teneur des une cuisson lente. racines en acide cyanhydrique - cyanure - qui les différencie : seule Etape n°7 : une fois refroidie, la lécorce est toxique dans le manioc farine est empaquetée pour être doux tandis que lintégralité de la ensuite commercialisée puis Nous remercions la Maniocrie de tubercule est nocive dans le manioc consommée. Germaine de Capesterre-Belle-Eau amer. Maintes étapes sont donc en Guadeloupe pour les informations nécessaires pour rendre consommable et les photos nous ayant permis Ils le cultivent et le cuisinent... et commercialisable cette plante : dillustrer ces pages : par exemple, le rouissage qui prévoit A lère précolombienne, Brésil, Mexique, que les racines trempent plusieurs Pérou et Guyane avaient déjà percé Tél. : 05 90 86 92 44 jours durant dans une eau courante, les secrets de cette Euphorbiacée, Web : et le râpage qui envisage que chaque ses méfaits comme ses vertus. Ils www.maniocriedegermaine.fr tubercule, une fois débarrassée de consommaient le manioc régulièrement, son écorce, soient râpée puis mise sous différentes formes, selon leur Email : à sécher et à fermenter pendant culture culinaire, par exemple en contact@maniocriedegermaine.fr minimum 72 heures. bouillon, en farine, cuit à leau ou frit.21 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  15. 15. 1PatrimoineObjet de nombreusesrecherches depuisplusieurs années, il estaujourd’hui admis que lecarnaval des Caraïbeset dAmérique du Sudrepose sur des fondationssociales produites par lemélange des diversestraditions africainestransplantées parles esclaves des colonies,mêlées à celles del’héritage chrétien descolons portugais,espagnols et français,et mixées à la cultureamérindienne locale... Le Carnaval Imaginaire et transgression festive ? 1. Jeune femme guadeloupéenne en tête du défilé. 2. Char du groupe La Passion, en Haïti. 3. Les Diables Rouges, en Martinique. 4. Défilé Wélélé Band, en Martinique. 5. En Guyane, groupe de musiciens du défilé. 6-9-10-11. Femmes Touloulous, selon la tradition carnavalesque guyanaise. 7-8. Le carnaval bat son plein en Martinique.23 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  16. 16. 2 Patrimoine L ’impérieuse nécessité d’une construction identitaire pour ces sociétés nouvelles a généré une à l’Epiphanie, l’esprit de “Vaval” entre en scène pour répandre sa magie festive et créative dans le cœur des responsabilités de chacun au sein de ses différentes sphères d’appartenances (familiale, formidable dynamique d’adaptation - carnavaliers, jusqu’au Mercredi des professionnelle…). voire de transmutation - du rapport Cendres qui marque la fin des Mais si l’histoire propose effectivement au social, au religieux et à l’art issus réjouissances. un socle commun aux Antilles, c’est des civilisations millénaristes. dans la manière de vivre le carnaval La mutation des imaginaires singuliers Cette période de bouleversement de que chaque île ou région se distingue... vers une production commune a rendu l’ordre social convoque tous les possible l’installation dans un nouvel éléments d’une cosmogonie réinventée espace social. et syncrétique, qui permettra à tous les Guadeloupe : l’art du Mas sujets du roi Vaval d’entrer avec sérénité Le carnaval de Guadeloupe a évolué C’est dans un temps rythmé par le dans le temps du Carême, ce dernier dans le temps. Néanmoins, il a su calendrier liturgique que le carnaval symbolisant la privation, le labeur et le conserver les traces de son passé à des Antilles Françaises va se dérouler. retour sur soi propices aux profonds travers les différentes figures du Après le temps de Noël qui s’achève questionnements sur les rôles et “mas”. Le “mas” est en quelque sorte l’empreinte laissée par un groupe 3 social. On peut ainsi distinguer les “mas a fouét” (masques à fouet), les “mas à kongo” (masques des congos), les “mas a goudron” (masques à goudron), les “mas a konn” (masques à cornes), les “mas a lous” (masques de l’ours), les “moko zombi ou anglè su bèki” (masques de zombie ou anglais sur béquilles), et les mariages burlesques… La culture “mas” propose à travers une relecture du passé, la reformulation de l’histoire qui permet la réappropriation de certains éléments du patrimoine culturel. Il en résulte de nombreux groupes comme ceux du “mouvement kulturel voukoum” de Basse-Terre, AKIYO de Pointe-à-Pitre… Le Bon Air. Janvier/Février 2012 24
  17. 17. Patrimoine 4 La population participe également carnavalesque et durant les jours gras. des grandes figures, et pourtant en au carnaval. En Guadeloupe, la Parfois, certaines manifestations perpétuel renouvellement, quant à la pratique est organisée au sein d’un sont assimilables au théâtre de rue dimension créative et à la capacité collectif. Les déguisements sont et ressemblent à la tradition de la d’intégrer l’actualité. réalisés à partir de costumes aux “commedia dell’arte” ; comme dans Guyane : les célèbres Touloulous couleurs flamboyantes qui sont autant le cas de la pièce “L’assassin et le de variations autour d’un thème malheureux” scénarisée autour d’une Comme en Guadeloupe, le “mouvan défini pour l’ensemble des festivaliers. histoire en plusieurs actes qui se joue kiltirèl” des “mas a po” s’inscrit dans Leur fabrication se fait dans le cadre au fil dune démarche ambulante. la culture de rue, mais se construit associatif ou par lintermédiaire de en alimentant des liens de solidarité petits comités. La Guadeloupe offre un carnaval à travers des soirées de tambours vivace comme la vie. Ses codes sont guyanais communément appelées Les sorties, quant à elles, ont lieu les à la fois permanents, du point de vue “Kasé ko” ou “Léwol”. dimanches de la période La musique des “mas a po” enivre 5 dans un rythme mouvementé, étourdissant, qui permet à tout un chacun de se brancher sur la vibration de l’énergie urbaine de Cayenne. Les fameux groupes comme “Ijata”, “Papiyon” ou encore “Piti a neg” servent donc cette frénésie guyanaise. Le carnaval guyanais a lui aussi ses figures mythiques comme le roi Vaval, la célébrissime Touloulou, une élégante dame excessivement vêtue afin de s’assurer un parfait anonymat. Elle apparaît lors des défilés de rue et au cours des bals masqués. D’autres personnages viennent se joindre au “panthéon” carnavalesque tels que le “nèg marrons” (esclave en fuite), le “zombi baréyo” (le zombie), le jé farin (boulanger), soussouris (chauve souris)…25 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  18. 18. Patrimoine 6 Concrètement, en Guyane, le carnaval I Les bals masqués qui sont organisés Martinique : le cortège se vit principalement sous trois angles : dans les “universités” (dancing), où les des Diables Rouges hommes se voient soumis aux désirs I Le carnaval de rue et ses Connu pour sa spontanéité, le des Touloulous quon ne retrouvent déambulations tous les dimanches carnaval martiniquais est vraiment le après-midi, à Cayenne, Kourou et nulle part ailleurs quen Guyane. On y rendez-vous populaire par Saint-Laurent du Maroni. Là, le son danse la biguine, le piké djouk ou excellence. Parmi les personnages des percussions et des cuivres encore la mazurka. Parmi les clubs incontournables figurent les enthousiasme les défilés dans lesquels les plus renommés, on peut citer : “malpropres” qui, lors des jours gras, se laissent contempler les groupes “Chez Nana” à Cayenne, “Matado” à défileront sous vos yeux en chantant brésiliens et les dragons animés par Kourou, “Le Grand Blanc” à Macouria… des chansons grivoises. Car, après la communauté asiatique. L’orchestre joue bien sûr un rôle tout, le carnaval est transgression et majeur dans la réussite de ces soirées. tout ce qui s’y fait doit l’illustrer. Entre I Le carnaval en famille qui a lieu Vous pourrez danser sur la musique autres attractions attendues, se autour de la galette des rois et qui se des Mécènes à la salle “Polina” ou bien déroule le légendaire défilé des poursuit de semaine en semaine, aussi sur celle des bleues stars qui officient “vieilles voitures” dont les longtemps quil faut pour que chacun “chez Nana”. propriétaires redoublent d’inventivité se renvoie l’invitation. au point de susciter l’envie des plus grands amateurs de tunning. Voilà loccasion de découvrir de fabuleux véhicules sortis dun imaginaire fou, par exemple avec une baignoire sur le toit ou tout autre objet ou personnage insolite tel qu’un “bwabwa” (célébrité politique ou vedette du moment). Si vous choisissez d’être “cocofiolo” (spectateur), alors préparez-vous à voir progresser sous vos yeux des vidés impressionnants animés notamment par des “groupes à pied” , dont la progression se dirige par à-coups : le cortège reste sur place en dansant, puis soudain tout le monde part, puis s’arrête de nouveau, et ainsi 7 de suite jusqu’au rendez-vous final.27 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  19. 19. 8 Patrimoine S’il semble plus ouvert que celui de Rassurez-vous, ses fidèles sauront Ancré dans la mémoire collective la Guadeloupe, le carnaval se consoler jusqu’à l’année suivante : créole depuis le temps de lesclavage, martiniquais demeure cependant chaque carnavalier, vidéyeur ou le carnaval ne cesse dagrandir son soumis à des codes pour les tenues cocofiolo aura alors l’immense cercle dadeptes. Alors, les langues vestimentaires. Le lundi traitera du bonheur d’assister à sa réincarnation se délient, sopposant aux tabous, mariage burlesque, le mardi pour emmener de nouveau son les inhibitions tombent, laissant place imposera que lon soit vêtu en rouge peuple vers de nouvelles festivités. aux débordements "gentils" de et noir - c’est le jour des diables bonne humeur et dambiance rouges - et le mercredi, en blanc et sympathiquement dépravée. Tantôt noir puisque c’est le jour le plus ange, tantôt démon, ne seraient-ce triste de l’année et qu’il convient pas les deux facettes humaines qui d’accompagner sa majesté Vaval en se dévoilent à carnaval ? sa dernière demeure… 9 10 11 Le Bon Air. Janvier/Février 2012 28
  20. 20. Patrimoine 1Sous sa forme actuelle,le carnaval de Rio sinspireen fait dune rencontrecolorée et enrichissante,celle des chants et dansesdes esclaves africainsaffluant sur place parmilliers, cumulée auxpenchants extravagantset démesurés des famillesaristocratiques portugaisesalors installées au Brésil... Rio, lÉlue mondiale du Carnaval R io, lautre nom du Carnaval : sonnée, rien ne peut empêcher la Désormais, toutes les audaces sont Qui sest imprégné de la réalité joie de vivre de régner, de sexprimer autorisées, dans la communion dune festive des carnavals du Brésil par tous les moyens possibles et célébration utopique et délicieusement sait combien il sagit là dune imaginables. Dans ce tumulte farfelue, démontrant au monde entier expérience hors norme, remportant improbable mais pourtant réel, que la magie du moment peut réunir ladhésion de toutes les couches touristes et locaux entrent dans la les hommes, et prouvant, pour un sociales de la populations, mouvant ronde mémorable de la fête en temps, que politiques et religions dans une folle énergie commune majuscule, oubliant les tracas, nont pas toujours raison de nos riches et indigents aux origines nécoutant que la ferveur de leur consciences respectives. diverses et aux cultes religieux distincts. cœur enchanté battant la chamade A Rio, une fois lheure des festivités devant tant dexcitation populaire.29 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  21. 21. Patrimoine1-3. Danseuses de samba.2. Aile des Baianas. 2 Le Carnaval à bonne école... dune clef géante de la ville, offerte personnes dun même groupe, par le maire. Et cest dès le lendemain évolution festive du défilé, raffinement Comme le nouvel an, le carnaval que senchainent les défilés des des costumes, élégance du porte- sinscrit dans les mœurs brésiliennes : écoles issues des bidonvilles et des drapeau, choix de la chanson qui mène chaque année, durant les quatre jours quartiers ouvriers : de 19h jusquà les troupes, etc. Seuls les six meilleures qui précèdent le Mercredi des Cendres, laube, les groupes, euphoriques et écoles pourront déchainer les passions il explose les compteurs de la bonne fiers, se succèdent devant les jurys, du carnaval le samedi suivant, lors humeur, de la convivialité et du dénombrant près de trois mille du Défilé des Champions organisé le savoir-vivre. Selon la culture païenne danseurs et plusieurs dizaines de long du Sambodrome, avenue européenne, les cérémoniaux qui chars. Concrètement, chaque connue telle la passerelle du rêve… laccompagnent louent lentrudo, établissement scolaire porte les symbolisant lentrée dans le Carême. couleurs dun thème - enredo - servant La genèse des festivités raconte que de fil conducteur à lensemble de la Cette année, le Carnaval de Rio de les premiers cordoes, petits groupes cérémonie et des pièces maîtresses Janeiro se tiendra officiellement carnavalesques, ont déambulé dans qui la composent, dont les costumes du 17 au 21 février 2012, bien les rues dès le 19ème siècle, dansant des participants et les chars qui les que les premières festivités et jouant des percussions, donnant véhiculent. Divers critères permettent pré-carnavalesques commenceront naissance aux actuelles écoles de aux jurys de noter les festivaliers : un mois avant. Parfait écrin samba. A Rio, le début du carnaval impression densemble, harmonie et denthousiasme, daudace, de se manifeste par la remise officielle adéquation avec le thème et entre les transe, de chaleur, de challenge, de rêveries et de débordements 3 en tous genres, le Brésil est sans doute le pays du carnaval par excellence. Rio de Janeiro, Bahia, Sao Paulo,... Dans les capitales des états brésiliens, les populations se dévouent corps et âme aux spectacles de rue et à la démesure. Cest lélan dune année entière qui tout dun coup éclate au grand jour, conférant à toute avenue, à la moindre allée ou au moindre carré de verdures, des allures dapothéose...31 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  22. 22. Actualité Le SIAEAG, un syndicat majeur dans le domaine de l’eau 1 et de l’assainissement en Guadeloupe. Le SIAEAG © Fred Sapotille 1ère collectivité gestionnaire d’eau et d’assainissement du département 1-5. Station d’épuration 2. Prise d’eau en rivière de Capesterre Belle-Eau 3. Carte du réseau d’eau potable du SIAEAG 4. Bâtiment du SIAEAG33 Le Bon Air. Janvier/Février 2012
  23. 23. Actualité2 U n Syndicat au service de la Le 26 avril 1963, le “Syndicat 11 communes composent le syndicat. Guadeloupe depuis plus de Intercommunal d’Adduction d’Eau 45 ans. En 1963, les zones de la Région de Pointe-à-Pitre” a vu 1 syndicat : 3 missions économiques de Jarry et de le jour. Et suite à l’adhésion d’autres Sur l’ensemble de son territoire, le Pointe-à-Pitre ont connu un essor communes de la Guadeloupe, le SIAEAG assure trois missions de important qui, additionné à l’afflux syndicat a été renommé et est service public : massif des populations nouvelles sur devenu le “Syndicat Intercommunal l’agglomération pointoise, a exigé d’Alimentation en Eau et I La gestion de l’Eau Potable que les communes recherchent de d’Assainissement de la I L’Assainissement Collectif nouvelles ressources en eau hors de Guadeloupe”. I Le Service Public d’Assainis- leur territoire et développent des sement Non Collectif (SPANC) infrastructures lourdes et coûteuses. Depuis 1995, le Président du Syndicat est Amélius Hernandez. Eau potable : le syndicat assure toutes Ces investissements essentiels ne les dépenses d’investissement tant pouvant être supportés par chaque Le territoire du SIAEAG pour le renouvellement des installations commune de manière isolée, la Capesterre Belle-Eau, Goyave, que pour la construction de création d’un syndicat fédérateur Petit-Bourg, Baie-Mahault, Gosier, nouveaux ouvrages. s’est avérée être une opportunité. Ste-Anne, St-François, Moule, Désirade, Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, ces Assainissement collectif : le syndicat assure l’entière compétence en matière 3 d’investissement et d’exploitation des installations d’assainissement des eaux usées. Assainissement non collectif : le nouveau service au SIAEAG, le SPANC, a pour mission d’informer ou conseiller les particuliers sur le choix du système à installer ; contrôler la conception, l’implantation et l’exécution des installations nouvelles ou réhabilitées ; contrôler l’état initial des installations existantes pour dresser un diagnostic de l’ouvrage ; contrôler le bon entretien et le fonctionnement des installations existantes. Le Bon Air. Janvier/Février 2012 34

×