282195546 web-marketing

387 vues

Publié le

les fonctions du web marketing ainsi que les outils

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
387
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
30
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

282195546 web-marketing

  1. 1. Le Webmarketing
  2. 2. Qu'est-ce que c'est ?
  3. 3. Le Webmarketing
  4. 4. Le Webmarketing La création de trafic • le référencement, • la publicité en ligne, • l'emailing, • les jeux-concours, • ... L e w e b m a r k e t i n g stratégique • l'analyse de la demande sur Internet, • la veille stratégique, • le positionnement du site Internet, • ... L'analyse des performances • l'analyse de visibilité, • l'analyse de trafic, • l'analyse des ventes, • ... La fidélisation • L ' a n i m a t i o n e t l e r e n o u v e l l e m e n t d u contenu du site, • L a c r é a t i o n d ' u n e communauté, • ...
  5. 5. Les outils « classiques » du webmarketing
  6. 6. Les outils « classiques » du webmarketing L'emailing : Consiste à envoyer un courrier é l e c t r o n i q u e g r o u p é à d e nombreux contacts. • Outil d'acquisition performant qui permet de maitriser le ROI • Outil de fidélisation selon le cycle de contacts des clients
  7. 7. Les outils « classiques » du webmarketing L'emailing : Consiste à envoyer un courrier é l e c t r o n i q u e g r o u p é à d e nombreux contacts. • Outil d'acquisition performant qui permet de maitriser le ROI • Outil de fidélisation selon le cycle de contacts des clients Le display Désigne la publicité sur Internet avec achat d'espace et utilisation d'éléments graphiques. • Outil de notoriété • Outil à utiliser de préférence en couplage avec des opérations ciblées (emailing, newsletter, etc. )
  8. 8. Les outils « classiques » du webmarketing L'affiliation : Technique marketing permettant à un site marchand ou à vocation commerciale de promouvoir son offre sur des sites web partenaires • Utiliser un réseau de prescripteurs qualifiés rémunérés selon l'action réalisée par l'internaute • Outil de recrutement, avec paiement à la performance • À utiliser de préférence pour générer des demandes de devis, des souscriptions à un service ou de l'achat de produit L'emailing : Consiste à envoyer un courrier é l e c t r o n i q u e g r o u p é à d e nombreux contacts. • Outil d'acquisition performant qui permet de maitriser le ROI • Outil de fidélisation selon le cycle de contacts des clients Le display Désigne la publicité sur Internet avec achat d'espace et utilisation d'éléments graphiques. • Outil de notoriété • Outil à utiliser de préférence en couplage avec des opérations ciblées (emailing, newsletter, etc. )
  9. 9. Les outils « classiques » du webmarketing L'affiliation : Technique marketing permettant à un site marchand ou à vocation commerciale de promouvoir son offre sur des sites web partenaires • Utiliser un réseau de prescripteurs qualifiés rémunérés selon l'action réalisée par l'internaute • Outil de recrutement, avec paiement à la performance • À utiliser de préférence pour générer des demandes de devis, des souscriptions à un service ou de l'achat de produit L'emailing : Consiste à envoyer un courrier é l e c t r o n i q u e g r o u p é à d e nombreux contacts. • Outil d'acquisition performant qui permet de maitriser le ROI • Outil de fidélisation selon le cycle de contacts des clients Le display Désigne la publicité sur Internet avec achat d'espace et utilisation d'éléments graphiques. • Outil de notoriété • Outil à utiliser de préférence en couplage avec des opérations ciblées (emailing, newsletter, etc. ) Liens sponsorisés : C'est une annonce commerciale qui se présente comme une réponse classique à une requête sur un moteur de recherche. • Maîtrise totale du positionnement : l'annonceur choisi la position de son annonce sur la page de résultat • I m p a c t i m m é d i a t s u r l a fréquentation d'un site web • Permet facilement d'avoir un bon ROI • Mode de paiement : CPC (coût par clic), l'annonceur ne paye que lorsqu'un internaute clic sur le lien • Permet d'élargir sa zone de chalandise virtuelle : car il s'adresse à un très large profil d'internautes
  10. 10. Les outils « classiques » du webmarketing L'affiliation : Technique marketing permettant à un site marchand ou à vocation commerciale de promouvoir son offre sur des sites web partenaires • Utiliser un réseau de prescripteurs qualifiés rémunérés selon l'action réalisée par l'internaute • Outil de recrutement, avec paiement à la performance • À utiliser de préférence pour générer des demandes de devis, des souscriptions à un service ou de l'achat de produit L'emailing : Consiste à envoyer un courrier é l e c t r o n i q u e g r o u p é à d e nombreux contacts. • Outil d'acquisition performant qui permet de maitriser le ROI • Outil de fidélisation selon le cycle de contacts des clients Le display Désigne la publicité sur Internet avec achat d'espace et utilisation d'éléments graphiques. • Outil de notoriété • Outil à utiliser de préférence en couplage avec des opérations ciblées (emailing, newsletter, etc. ) Liens sponsorisés : C'est une annonce commerciale qui se présente comme une réponse classique à une requête sur un moteur de recherche. • Maîtrise totale du positionnement : l'annonceur choisi la position de son annonce sur la page de résultat • I m p a c t i m m é d i a t s u r l a fréquentation d'un site web • Permet facilement d'avoir un bon ROI • Mode de paiement : CPC (coût par clic), l'annonceur ne paye que lorsqu'un internaute clic sur le lien • Permet d'élargir sa zone de chalandise virtuelle : car il s'adresse à un très large profil d'internautes Sponsoring/partenariat : Le fait d'utiliser un réseau de prescripteurs pour augmenter sa notoriété • Partenariat avec des sites éditoriaux • Opération sponsorisée sur des blogs
  11. 11. Le display Un display est une bannière publicitaire déposée sur un site éditeur par un annonceur. L’objectif est d’attirer l’attention des internautes pour qu’ils cliquent sur la bannière et visitent son propre site. Le display est donc un dispositif qui fonctionne selon le principe de l’interruption marketing.
  12. 12. Le display Un display est une bannière publicitaire déposée sur un site éditeur par un annonceur. L’objectif est d’attirer l’attention des internautes pour qu’ils cliquent sur la bannière et visitent son propre site. Le display est donc un dispositif qui fonctionne selon le principe de l’interruption marketing. Les avantages du display: • Principal outil pour faire de la notoriété de masse sur le web. • Faire de l'extended reach • Créées avec des outils comme Flash d'Adobe, ces bannières peuvent contenir du rich media • Avec le développement du marketing comportemental, possibilité de cibler des profils d'internaute en fonction de leur navigation sur un réseau de sites. 

  13. 13. Le display Un display est une bannière publicitaire déposée sur un site éditeur par un annonceur. L’objectif est d’attirer l’attention des internautes pour qu’ils cliquent sur la bannière et visitent son propre site. Le display est donc un dispositif qui fonctionne selon le principe de l’interruption marketing. Les avantages du display: • Principal outil pour faire de la notoriété de masse sur le web. • Faire de l'extended reach • Créées avec des outils comme Flash d'Adobe, ces bannières peuvent contenir du rich media • Avec le développement du marketing comportemental, possibilité de cibler des profils d'internaute en fonction de leur navigation sur un réseau de sites. 
 Les limites du display: • Basé sur le principe de l’interruption marketing, les bannières sont jugées envahissantes par les internautes qui ont appris à "ne plus les voir". 
 • Le temps de l'internaute est une ressource rare, son nombre de clic n'est pas proportionnel au nombre de bannières auxquelles il est exposé. 
 

  14. 14. Le display Un display est une bannière publicitaire déposée sur un site éditeur par un annonceur. L’objectif est d’attirer l’attention des internautes pour qu’ils cliquent sur la bannière et visitent son propre site. Le display est donc un dispositif qui fonctionne selon le principe de l’interruption marketing. Les limites du display: • Basé sur le principe de l’interruption marketing, les bannières sont jugées envahissantes par les internautes qui ont appris à "ne plus les voir". 
 • Le temps de l'internaute est une ressource rare, son nombre de clic n'est pas proportionnel au nombre de bannières auxquelles il est exposé. 
 
 Les métriques du display: 3 ratios sont utilisés pour mesurer l’efficacité des campagnes de bannières: 
 •CPM (Coût Pour Mille vues) mesure le coût de l’exposition d’une campagne en termes de nombre d’affichages.
 •CTR: Click Through Ratio mesure le pourcentage d'internautes exposés à la campagne qui a cliqué sur la bannière.
 •CPC : Cost Per Clic ou coût effectif payé par l’annonceur pour obtenir 1 clic sur sa bannière. Quand ce ratio est utilisé par les annonceurs comme base de rémunération des régies, on parle de campagne à la performance.
  15. 15. Le display Un display est une bannière publicitaire déposée sur un site éditeur par un annonceur. L’objectif est d’attirer l’attention des internautes pour qu’ils cliquent sur la bannière et visitent son propre site. Le display est donc un dispositif qui fonctionne selon le principe de l’interruption marketing.
  16. 16. Le display Un display est une bannière publicitaire déposée sur un site éditeur par un annonceur. L’objectif est d’attirer l’attention des internautes pour qu’ils cliquent sur la bannière et visitent son propre site. Le display est donc un dispositif qui fonctionne selon le principe de l’interruption marketing.
  17. 17. Search engine optimization Le SEO regroupe un ensemble de recommandations et de techniques visant à faire apparaître les liens vers les pages d’un site le plus haut possible sur les moteurs de recherche en réponse aux requêtes des internautes. Il vise à améliorer le référencement naturel, appelé aussi référencement organique.
  18. 18. Search engine optimization Le SEO regroupe un ensemble de recommandations et de techniques visant à faire apparaître les liens vers les pages d’un site le plus haut possible sur les moteurs de recherche en réponse aux requêtes des internautes. Il vise à améliorer le référencement naturel, appelé aussi référencement organique. Les avantages du SEO: • Les moteurs de recherche étant devenus l'outil privilégié des internautes pour obtenir de l'information, l'étude des mots clés saisis par les internautes permet d'adapter le contenu des pages du site aux informations qui les intéressent. • La longue traîne permet de valoriser l'ensemble de son catalogue de produits en automatisant le SEO. • Le SEO permet aussi une veille concurrentielle sur les points forts et les points faibles de ses concurrents. 

  19. 19. Search engine optimization Le SEO regroupe un ensemble de recommandations et de techniques visant à faire apparaître les liens vers les pages d’un site le plus haut possible sur les moteurs de recherche en réponse aux requêtes des internautes. Il vise à améliorer le référencement naturel, appelé aussi référencement organique. Les avantages du SEO: • Les moteurs de recherche étant devenus l'outil privilégié des internautes pour obtenir de l'information, l'étude des mots clés saisis par les internautes permet d'adapter le contenu des pages du site aux informations qui les intéressent. • La longue traîne permet de valoriser l'ensemble de son catalogue de produits en automatisant le SEO. • Le SEO permet aussi une veille concurrentielle sur les points forts et les points faibles de ses concurrents. 
 Les limites du SEO: • Pour les mots clés les plus concurrentiels du web, l'application des techniques du SEO exige un effort prolongé dont les résultats ne sont jamais acquis. • Le référencement organique n'est pas une ressource gratuite, il nécessite de s’investir dans cette activité. • Les résultats du SEO sont dépendants des choix de Google dans le classement des sites • Google modifie régulièrement son algorithme d’indexation et le type de contenu qu'il souhaite remonter en tête des résultats de requête. • Les moteurs de recherche représentent un apport de trafic significatif pour les sites de e- commerce et les sites à fort contenu.
  20. 20. Search engine optimization Le SEO regroupe un ensemble de recommandations et de techniques visant à faire apparaître les liens vers les pages d’un site le plus haut possible sur les moteurs de recherche en réponse aux requêtes des internautes. Il vise à améliorer le référencement naturel, appelé aussi référencement organique. Les limites du SEO: • Pour les mots clés les plus concurrentiels du web, l'application des techniques du SEO exige un effort prolongé dont les résultats ne sont jamais acquis. • Le référencement organique n'est pas une ressource gratuite, il nécessite de s’investir dans cette activité. • Les résultats du SEO sont dépendants des choix de Google dans le classement des sites • Google modifie régulièrement son algorithme d’indexation et le type de contenu qu'il souhaite remonter en tête des résultats de requête. • Les moteurs de recherche représentent un apport de trafic significatif pour les sites de e- commerce et les sites à fort contenu. Les métriques du SEO: L'investissement dans le SEO peut-être suivi à travers quelques ratios très simples: • Google Webmaster permet de connaitre le nombre d'affichage et la position des pages du site par terme de requête, ceci est un indice de notoriété du site sur le web par rapport aux sites concurrents. • Avec les outils de Webanalytics, un site de e-commerce peut connaître les mots clés qui ont le meilleur taux de transformation et calculer leur ROI. • Pour les sites de contenu, ces mêmes outils de Webanalytics permettent de connaître les mots clés auxquels correspondent le plus grand nombre de pages consultées et la plus longue durée de consultation de ces pages. 

  21. 21. Search engine optimization Le SEO regroupe un ensemble de recommandations et de techniques visant à faire apparaître les liens vers les pages d’un site le plus haut possible sur les moteurs de recherche en réponse aux requêtes des internautes. Il vise à améliorer le référencement naturel, appelé aussi référencement organique. Les limites du SEO: • Pour les mots clés les plus concurrentiels du web, l'application des techniques du SEO exige un effort prolongé dont les résultats ne sont jamais acquis. • Le référencement organique n'est pas une ressource gratuite, il nécessite de s’investir dans cette activité. • Les résultats du SEO sont dépendants des choix de Google dans le classement des sites • Google modifie régulièrement son algorithme d’indexation et le type de contenu qu'il souhaite remonter en tête des résultats de requête. • Les moteurs de recherche représentent un apport de trafic significatif pour les sites de e- commerce et les sites à fort contenu. Les métriques du SEO: L'investissement dans le SEO peut-être suivi à travers quelques ratios très simples: • Google Webmaster permet de connaitre le nombre d'affichage et la position des pages du site par terme de requête, ceci est un indice de notoriété du site sur le web par rapport aux sites concurrents. • Avec les outils de Webanalytics, un site de e-commerce peut connaître les mots clés qui ont le meilleur taux de transformation et calculer leur ROI. • Pour les sites de contenu, ces mêmes outils de Webanalytics permettent de connaître les mots clés auxquels correspondent le plus grand nombre de pages consultées et la plus longue durée de consultation de ces pages. 

  22. 22. Search engine marketing le SEM, ou référencement payant, donne la possibilité aux e-commerçants de payer pour faire apparaître les liens vers leurs pages web en tête des résultats de requêtes. C'est aussi le moyen pour les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing,...) de valoriser leur audience. Ce paiement se fait par un système d’enchère au CPC (Coût par Clic), qui est donc le prix que l’e- commerçant est prêt à payer pour acquérir une visite sur son site. Le SEM est l'activité qui consiste à optimiser le référencement payant. Sa principale efficacité réside dans le Call To Action.
  23. 23. Search engine marketing le SEM, ou référencement payant, donne la possibilité aux e-commerçants de payer pour faire apparaître les liens vers leurs pages web en tête des résultats de requêtes. C'est aussi le moyen pour les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing,...) de valoriser leur audience. Ce paiement se fait par un système d’enchère au CPC (Coût par Clic), qui est donc le prix que l’e- commerçant est prêt à payer pour acquérir une visite sur son site. Le SEM est l'activité qui consiste à optimiser le référencement payant. Sa principale efficacité réside dans le Call To Action Présentation d’Adwords, le système d’enchère de Google: Pour assurer la qualité de son service, la politique de Google est de favoriser les annonces correspondant aux recherches des internautes. Le CPC que le e-commerçant se déclare être prêt à payer n’est pas l’unique critère pour apparaître en tête des annonces payantes. A l’instar du Page Rank, Google attribue à chaque annonce un Quality Score, indice évaluant la probabilité que l'annonce corresponde à ces recherches. Le Quality Score pondère les enchères afin de favoriser les annonces ayant les taux de rebond les plus faibles.
  24. 24. Search engine marketing le SEM, ou référencement payant, donne la possibilité aux e-commerçants de payer pour faire apparaître les liens vers leurs pages web en tête des résultats de requêtes. C'est aussi le moyen pour les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing,...) de valoriser leur audience. Ce paiement se fait par un système d’enchère au CPC (Coût par Clic), qui est donc le prix que l’e- commerçant est prêt à payer pour acquérir une visite sur son site. Le SEM est l'activité qui consiste à optimiser le référencement payant. Sa principale efficacité réside dans le Call To Action Présentation d’Adwords, le système d’enchère de Google: Eléments entrant en compte dans le calcul du Quality Score: • L'historique du compte. • La qualité de la page cible (landing page). • L'adéquation entre le texte de l'annonce et le contenu de la Landing Page. • Le CTR (Click Through Rate) de l’annonce. Un bon Quality Score permet d’améliorer le ROI des campagnes de liens payants puisque, toutes choses égales par ailleurs, il en diminue le CPC.
  25. 25. Search engine marketing le SEM, ou référencement payant, donne la possibilité aux e-commerçants de payer pour faire apparaître les liens vers leurs pages web en tête des résultats de requêtes. C'est aussi le moyen pour les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing,...) de valoriser leur audience. Ce paiement se fait par un système d’enchère au CPC (Coût par Clic), qui est donc le prix que l’e- commerçant est prêt à payer pour acquérir une visite sur son site. Le SEM est l'activité qui consiste à optimiser le référencement payant. Sa principale efficacité réside dans le Call To Action Les avantages du SEM: • Un internaute qui clique sur un lien commercial est un prospect. L’entreprise doit tenter de le transformer en client. Le SEM se situe dans la phase de considération du tunnel de conversion, juste avant l'achat. • A l'inverse du marketing de l’interruption, il va à la rencontre des internautes en phase de recherche. • Il permet d'adopter une démarche ROiste. • Les résultats sont immédiats en termes de visibilité, contrairement au SEO qui demande du temps avant de porter ses fruits. • Avec le SEM, il est aisé de tester plusieurs annonces avec plusieurs landing pages pour ne retenir que celles qui obtiennent les meilleurs résultats en termes de conversion.
  26. 26. Search engine marketing le SEM, ou référencement payant, donne la possibilité aux e-commerçants de payer pour faire apparaître les liens vers leurs pages web en tête des résultats de requêtes. C'est aussi le moyen pour les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing,...) de valoriser leur audience. Ce paiement se fait par un système d’enchère au CPC (Coût par Clic), qui est donc le prix que l’e- commerçant est prêt à payer pour acquérir une visite sur son site. Le SEM est l'activité qui consiste à optimiser le référencement payant. Sa principale efficacité réside dans le Call To Action Les limites du SEM: • La simplicité de l'outil et le fait que le SEM touche l'internaute en phase de considération entraîne une concurrence élevée sur les mots clés les plus génériques. • De nombreux sites se sont positionnées en intermédiaires et vivent du différentiel entre le coût du clic et le bénéfice qu'ils tirent de la diffusion de displays sur leur site ou du prix auquel ils revendent ce trafic aux sites e-marchands. • Outil principalement à destination des sites d’e-commerce ou des sites BtoB dans le cadre de qualification de prospects, cet outil n’est pas adapté aux sites de contenu pour acquérir du trafic. • Activité très spécialisée, consommatrice du temps pour gérer des groupes d’annonces sur des ensembles des mots clés, elle est souvent externalisée à des agences spécialisées qui s'y consacrent à temps plein.
  27. 27. Search engine marketing le SEM, ou référencement payant, donne la possibilité aux e-commerçants de payer pour faire apparaître les liens vers leurs pages web en tête des résultats de requêtes. C'est aussi le moyen pour les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing,...) de valoriser leur audience. Ce paiement se fait par un système d’enchère au CPC (Coût par Clic), qui est donc le prix que l’e- commerçant est prêt à payer pour acquérir une visite sur son site. Le SEM est l'activité qui consiste à optimiser le référencement payant. Sa principale efficacité réside dans le Call To Action Les métriques du SEM: Les indicateurs suivant permettent de mesurer les performances de ses mots clés payants: • Le CPA ou Cost Per Acquisition: coût moyen dépensé pour recruter un nouveau client. Cet indicateur permet de mesurer la rentabilité des actions de recrutement, en divisant le budget de la campagne d’acquisition par le nombre de nouveaux clients issus de cette campagne. • Le CPO ou Cost Per Order: coût pour une commande effectuée sur le site. Le CPO est directement proportionnel au taux d’abandon. Il est absolument fondamental d’avoir à l’esprit qu’une entreprise qui divise par 2 le taux d’abandon sur son site divise par deux son CPO. Ex : un site a un CPC=1€ et il lui faut 100 visites pour convertir 1 vente (taux de conversion = 1%), le CPO de ce site est donc de 100€. S’il double l’efficacité de son tunnel de conversion et que le taux de conversion passe à 2%, son CPO diminue proportionnellement à 50€. • Le revenu par clic : revenu moyen généré pour un clic. Cet indicateur est à comparer au CPC. Par mots clés et par campagne, il permet de connaître ceux qui atteignent le ROI fixé comme objectif et de calculer le ROAS. • Le ROAS ou Return On Ad Spend : revenus issus des clics d’une campagne / (CPC X Nombre de clics sur l’annonce). Instructif pour comparer les revenus aux coûts par mots clés et par campagne.
  28. 28. Search engine marketing
  29. 29. Search engine marketing
  30. 30. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé.
  31. 31. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé. Les deux principaux acteurs de l’affiliation: • L’affilieur : principalement les sites d'e-commerce mais aussi tout site souhaitant générer des contacts (demandes de devis, essai de produits, ...). L'affiliation est déconseillée aux marques ayant une gestion très stricte de leur image puisque l'affilieur n'a pas de contrôle sur le contenu du site de l'affilié. • L’affilié : site ou un blog disposant d'un trafic conséquent ou d'une base d'e-mails qualifiés, acceptant de servir d’intermédiaire entre l'internaute et l’affileur. L’affiliation est donc un moyen de valoriser une présence sur Internet. 

  32. 32. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé. Les deux principaux acteurs de l’affiliation: • L’affilieur : principalement les sites d'e-commerce mais aussi tout site souhaitant générer des contacts (demandes de devis, essai de produits, ...). L'affiliation est déconseillée aux marques ayant une gestion très stricte de leur image puisque l'affilieur n'a pas de contrôle sur le contenu du site de l'affilié. • L’affilié : site ou un blog disposant d'un trafic conséquent ou d'une base d'e-mails qualifiés, acceptant de servir d’intermédiaire entre l'internaute et l’affileur. L’affiliation est donc un moyen de valoriser une présence sur Internet. 
 Les affiliés se regroupent eux-mêmes en plusieurs catégories : Les sites de thématiques Les comparateurs de prix Les sites de bons de réductions et de cashstore Les e-mailers Les Keyworders
  33. 33. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé. Les avantages de l’affiliation: • L'affilié étant payé à la performance, l'affiliation permet de maîtriser ses coûts d'acquisition
  34. 34. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé. Les limites de l’affiliation: • Ne pas sous-estimer les coûts de gestion : les plates-formes d'affiliation prennent en moyenne 30 % de commission. • Seuls 5 % des affiliés rapportent 70 % du chiffre d'affaires, les bons affiliés sont une ressource rare, ils sont en position de force et très sollicités. • La gestion d’un programme d'affiliation, côté affilieur, est chronophage. Il nécessite souvent une personne dédiée à plein temps. • Le risque de canalisation : dans de nombreux cas, les affiliés se trouvent en concurrence directe avec l'affilieur pour l’acquisition de trafic. Les annonceurs ont recours à l'affiliation pour obtenir de nouveaux clients. Une fois ces clients acquis, l’intérêt de l’affilieur n’est pas de racheter indéfiniment le trafic de ces clients qui passeraient indéfiniment par le site de l’affilié. Il existe un risque que la propriété de la relation client appartienne à l’affilié, au détriment de l'affilieur. • Le risque d'image : l'annonceur renonce à contrôler intégralement sa marque. Certains affiliés peu scrupuleux peuvent avoir développé des pratiques dommageables en termes d’images pour l’affilieur : envois massifs de spam, pops- up sur le site, etc. • Le risque de fraude au clic : il est conseillé à l’affilieur d'ajouter dans le contrat de l'affilié une clause de réalisation effective de la transaction (c'est-à-dire à l'issue de période légale de rétractation). • L'affiliation est un outil d'acquisition de trafic d'internautes souvent en phase d'achat, il est donc à utiliser en complément des autres outils d’acquisition de trafic : du SEM la, du display ou de l'e-mailing, sans se substituer complètement à eux.
  35. 35. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé. Les métriques de l’affiliation: Les métriques appliquaient à l’affiliation sont les mêmes que ceux du SEM.
  36. 36. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé.
  37. 37. L’affiliation L'affiliation est un système où un site, l'affilié, se donne comme objectif d'attirer du trafic pour l'amener ensuite sur un autre site, l'affilieur. Sur le site de l’affilieur, l'internaute sera alors amené à réaliser certains objectifs. L'affilieur rémunère l'affilié en fonction du nombre d’objectifs réalisés par les internautes que l’affilié lui a envoyé.
  38. 38. L’e-mailing L'e-mail intervient à toutes les étapes du cycle de vie du client C’est aussi un outil particulièrement adapté aux stratégies multicanal : • prospection de nouveaux clients; • création de trafic vers un site internet; • relance d'internautes ayant visité un site ; • relance d'internautes ayant abandonné un panier sans aller au bout du parcours d'achat ; • selon l'historique des achats d'un internaute, accès à certaines promotions ; • fidélisation.
  39. 39. L’e-mailing L'e-mail intervient à toutes les étapes du cycle de vie du client C’est aussi un outil particulièrement adapté aux stratégies multicanal : • prospection de nouveaux clients; • création de trafic vers un site internet; • relance d'internautes ayant visité un site ; • relance d'internautes ayant abandonné un panier sans aller au bout du parcours d'achat ; • selon l'historique des achats d'un internaute, accès à certaines promotions ; • fidélisation. Les avantages de l’e-mailing: • coût, rapidité et réactivité du dispositif (aucun coût de duplication puisqu'un e-mail est un fichier duplicable à l'infini) ; • accélération des campagnes de marketing direct ; • toute opération d'e-mailing est traçable et permet donc de mesurer le retour des campagnes 
 de manière précise ; • personnalisation et ciblage des messages ; • automatisation du marketing client en fonction de scripts prédéfinis ; • l'objectif d'un e-mail est d'obtenir une action de la part du récepteur de l'e-mail: principe du Call to Action.
  40. 40. L’e-mailing L'e-mail intervient à toutes les étapes du cycle de vie du client C’est aussi un outil particulièrement adapté aux stratégies multicanal : • prospection de nouveaux clients; • création de trafic vers un site internet; • relance d'internautes ayant visité un site ; • relance d'internautes ayant abandonné un panier sans aller au bout du parcours d'achat ; • selon l'historique des achats d'un internaute, accès à certaines promotions ; • fidélisation. Il n’est pas nécessaire de posséder sa propre base d’e-mails pour mener une campagne d’e-mailing, il est possible de passer par des intermédiaires, à savoir: • les mégabases : acteurs traditionnels du marketing direct, spécialistes de la collecte des données personnelles off-line, ils ont aussi collecté jusqu’à plusieurs millions d’adresses e- mails; • les sites de jeux : ils demandent en échange aux internautes de renseigner leurs données personnelles en échange de l’appât du gain (espérance de lots à gagner); • les programmes de fidélité, le plus connu étant maximiles.com, proposent de capitaliser des points de fidélité lors d’achat sur des sites partenaires d’e-commerce; • les sites communautaires, qui peuvent louer les adresses e-mails de leurs membres; • les sites de commerce, autres.... Le choix d'un fichier pour une campagne se fait 
 principalement en fonction de la cible qu'on souhaite toucher.
  41. 41. L’e-mailing L'e-mail intervient à toutes les étapes du cycle de vie du client C’est aussi un outil particulièrement adapté aux stratégies multicanal : • prospection de nouveaux clients; • création de trafic vers un site internet; • relance d'internautes ayant visité un site ; • relance d'internautes ayant abandonné un panier sans aller au bout du parcours d'achat ; • selon l'historique des achats d'un internaute, accès à certaines promotions ; • fidélisation. Le calcul du ROI se fait par le suivi: • du nombre d’e-mails envoyés ; • du nombre d’e-mails aboutis et, par déduction, du nombre de NPAI (n’habite pas à l’adresse indiquée); • du nombre d’e-mails délivrés, c’est-à-dire le nombre de mails n’ayant pas été filtré par les anti-spams des messageries électroniques; • du nombre d’e-mails ouverts (calcul du taux d’ouverture). La solution la plus simple pour 
 connaître cette information est d’inclure dans l’e-mail une ligne de code cachée qui télécharge une image de 1X1 pixel dans celui-ci quand il est ouvert par le destinataire; • du nombre d’e-mails sur lesquels les internautes ont cliqué (calcul du taux de clic); • du nombre d’achats ou d’actions transformés à la suite de la campagne (calcul du taux de transformation ou taux de conversion), ce qui nécessite de paramétrer le lien contenu dans le mail en fonction de la solution de webanalytics pour que celle-ci reconnaisse l’origine du trafic et affecter correctement la vente à la campagne d’e-mailing.
  42. 42. L’e-mailing L'e-mail intervient à toutes les étapes du cycle de vie du client C’est aussi un outil particulièrement adapté aux stratégies multicanal : • prospection de nouveaux clients; • création de trafic vers un site internet; • relance d'internautes ayant visité un site ; • relance d'internautes ayant abandonné un panier sans aller au bout du parcours d'achat ; • selon l'historique des achats d'un internaute, accès à certaines promotions ; • fidélisation.
  43. 43. L’e-mailing L'e-mail intervient à toutes les étapes du cycle de vie du client C’est aussi un outil particulièrement adapté aux stratégies multicanal : • prospection de nouveaux clients; • création de trafic vers un site internet; • relance d'internautes ayant visité un site ; • relance d'internautes ayant abandonné un panier sans aller au bout du parcours d'achat ; • selon l'historique des achats d'un internaute, accès à certaines promotions ; • fidélisation. Les limites de l'e-mailing sont directement liées à la facilité de sa mise en place: • la pratique du spamming nuit à l'efficacité de ce canal ; • la réussite d’une campagne passe par le respect des internautes en appliquant la politique d’opt-in
  44. 44. L’e-mailing
  45. 45. L’e-mailing les nouvelles tendances de l’e-mailing Le Retargeting: les taux de conversion sur les sites de e-commerce étant très faibles, le principe est de relancer les internautes après leurs visites par un e-mail personnalisé en fonction des produits qu'ils ont consultés. Il suffit qu'un possesseur de base d'e-mails dépose un cookie dans le navigateur des internautes à l'ouverture des e-mails qu'il a envoyés pour qu'il suive leurs parcours au fur et à mesure des sites partenaires qu'ils visitent. Le re-targeter se propose d'envoyer ensuite des e-mails personnalisés aux internautes, ce que les sites partenaires ne peuvent pas faire par eux-mêmes puisqu’ils n’ont accès à l’historique de navigation des internautes que sur leur propre site.
  46. 46. L’e-mailing les nouvelles tendances de l’e-mailing Le Retargeting conversion sur les sites de e-commerce étant très faibles, le principe est de relancer les internautes après leurs visites par un e-mail personnalisé en fonction des produits qu'ils ont consultés. Il suffit qu'un possesseur de base d'e-mails dépose un cookie dans le navigateur des internautes à l'ouverture des e-mails qu'il a envoyés pour qu'il suive leurs parcours au fur et à mesure des sites partenaires qu'ils visitent. Le des e-mails personnalisés aux internautes, ce que les sites partenaires ne peuvent pas faire par eux-mêmes puisqu’ils n’ont accès à l’historique de navigation des internautes que sur leur propre site. Le Trigger Marketing: en réponse à la saturation des boites e-mails des internautes, spammés par les envois de masse non discriminés, la parade des e- mailers est d’envoyer des messages pertinents, à valeur ajoutée pour l’internaute. En paramétrant leur outil d’e- mail marketing avec des algorithmes qui envoient des messages ciblés et personnalisés en fonction d’une multitude de scenarii (date de naissance, dernière commande, dernière visite,...), les e- marchands peuvent désormais automatiser leur marketing relationnel et tendre vers une relation one to one (personnalisée à chaque internaute), grâce à l’exploitation des données collectées lors des visites sur le site.
  47. 47. Les réseaux sociaux
  48. 48. Les réseaux sociaux Facebook Est un réseau social permettant à toute personne ou à toute marque, société, association, entreprise de créer une page et d'y publier des informations. • La page d'une société est la pierre angulaire de la stratégie • Les applications peuvent être des outils efficaces de recrutement • Les Facebook Ads : la publicité micro-ciblée • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque
  49. 49. Les réseaux sociaux Facebook Est un réseau social permettant à toute personne ou à toute marque, société, association, entreprise de créer une page et d'y publier des informations. • La page d'une société est la pierre angulaire de la stratégie • Les applications peuvent être des outils efficaces de recrutement • Les Facebook Ads : la publicité micro-ciblée • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque Twitter R é s e a u s o c i a l e t o u t i l d e microblogging qui permet à l'utilisateur d'envoyer de brefs messages (140 caractères). • Les tweets sponsorisés • La viralité de la diffusion des messages postés sur son profil • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité
  50. 50. Les réseaux sociaux Facebook Est un réseau social permettant à toute personne ou à toute marque, société, association, entreprise de créer une page et d'y publier des informations. • La page d'une société est la pierre angulaire de la stratégie • Les applications peuvent être des outils efficaces de recrutement • Les Facebook Ads : la publicité micro-ciblée • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque Twitter R é s e a u s o c i a l e t o u t i l d e microblogging qui permet à l'utilisateur d'envoyer de brefs messages (140 caractères). • Les tweets sponsorisés • La viralité de la diffusion des messages postés sur son profil • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité Youtube et Dailymotion Sites web d'hébergement et de partage de vidéos, sur lesquels les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser, commenter et partager les vidéos. • Les possibilités d'une chaîne ou d'une web TV • Le community management pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité (videos ads, display, chaînes améliorées, opérations spéciales, ...)
  51. 51. Les réseaux sociaux Facebook Est un réseau social permettant à toute personne ou à toute marque, société, association, entreprise de créer une page et d'y publier des informations. • La page d'une société est la pierre angulaire de la stratégie • Les applications peuvent être des outils efficaces de recrutement • Les Facebook Ads : la publicité micro-ciblée • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque Twitter R é s e a u s o c i a l e t o u t i l d e microblogging qui permet à l'utilisateur d'envoyer de brefs messages (140 caractères). • Les tweets sponsorisés • La viralité de la diffusion des messages postés sur son profil • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité Youtube et Dailymotion Sites web d'hébergement et de partage de vidéos, sur lesquels les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser, commenter et partager les vidéos. • Les possibilités d'une chaîne ou d'une web TV • Le community management pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité (videos ads, display, chaînes améliorées, opérations spéciales, ...) Viadeo et Linkedin Réseaux sociaux professionnels • Recrutement de collaborateurs • Participation aux hubs ou aux groupes afin d'asseoir son s t a t u t d ' e x p e r t o u d e spécialiste dans son secteur d'activité • Publicité • Community management pour animer et valoriser l'image de marque
  52. 52. Les réseaux sociaux Facebook Est un réseau social permettant à toute personne ou à toute marque, société, association, entreprise de créer une page et d'y publier des informations. • La page d'une société est la pierre angulaire de la stratégie • Les applications peuvent être des outils efficaces de recrutement • Les Facebook Ads : la publicité micro-ciblée • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque Twitter R é s e a u s o c i a l e t o u t i l d e microblogging qui permet à l'utilisateur d'envoyer de brefs messages (140 caractères). • Les tweets sponsorisés • La viralité de la diffusion des messages postés sur son profil • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité Youtube et Dailymotion Sites web d'hébergement et de partage de vidéos, sur lesquels les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser, commenter et partager les vidéos. • Les possibilités d'une chaîne ou d'une web TV • Le community management pour animer et valoriser l'image de marque • La publicité (videos ads, display, chaînes améliorées, opérations spéciales, ...) Viadeo et Linkedin Réseaux sociaux professionnels • Recrutement de collaborateurs • Participation aux hubs ou aux groupes afin d'asseoir son s t a t u t d ' e x p e r t o u d e spécialiste dans son secteur d'activité • Publicité • Community management pour animer et valoriser l'image de marqueGoogle + Réseau social créé par Google, permettant de partager des informations avec des contacts, classés par cercles. • Le bouton « +1 » permet d'ajouter des fans à la page de la marque • Le community management : travail de fond indispensable pour animer et valoriser l'image de marque
  53. 53. Les plateformes communautaires de marques
  54. 54. Les plateformes communautaires de marques Les réseaux utilisateurs La marque offre un espace d'échange aux internautes autour de leur passion ou de leur engagement. La marque est l'unique animatrice de ce réseau. Quelques exemples : • cmonatelier.cultura.com • nikerunning.nike.com
  55. 55. Les plateformes communautaires de marques Les réseaux utilisateurs La marque offre un espace d'échange aux internautes autour de leur passion ou de leur engagement. La marque est l'unique animatrice de ce réseau. Quelques exemples : • cmonatelier.cultura.com • nikerunning.nike.com Les plateformes de partage d'expérience La marque offre un espace aux internautes pour relater le lien qui les unit à un produit ou directement à la marque. Quelques exemples : • mystarbucksidea.force.com • debats.sncf.com
  56. 56. Les plateformes communautaires de marques Les réseaux utilisateurs La marque offre un espace d'échange aux internautes autour de leur passion ou de leur engagement. La marque est l'unique animatrice de ce réseau. Quelques exemples : • cmonatelier.cultura.com • nikerunning.nike.com Les plateformes de partage d'expérience La marque offre un espace aux internautes pour relater le lien qui les unit à un produit ou directement à la marque. Quelques exemples : • mystarbucksidea.force.com • debats.sncf.com Les blogs d'entreprises et de marques Ces blogs reprennent l'essentiel du concept des blogs personnels. Mais, on y exprime son point de vue professionnel, en commentant par exemple l'actualité de son domaine ou en donnant des conseils sur son métier. Quelques exemples : • blog.spartoo.com • www.francoisegri.com • blog.quinny-reporter.com • www.bravolapetitefleur.com
  57. 57. Les plateformes communautaires de marques Les réseaux utilisateurs La marque offre un espace d'échange aux internautes autour de leur passion ou de leur engagement. La marque est l'unique animatrice de ce réseau. Quelques exemples : • cmonatelier.cultura.com • nikerunning.nike.com Les plateformes de partage d'expérience La marque offre un espace aux internautes pour relater le lien qui les unit à un produit ou directement à la marque. Quelques exemples : • mystarbucksidea.force.com • debats.sncf.com L e s p l a t e f o r m e s d e c o - création L a m a r q u e o f f r e u n e s p a c e d'expression sur ses produits ou sur ses services pour les faire évoluer en partenariat avec les clients. Quelques exemples : • wishyouwerehere.veuve- clicquot.com • www.visionsofbeauties.com Les blogs d'entreprises et de marques Ces blogs reprennent l'essentiel du concept des blogs personnels. Mais, on y exprime son point de vue professionnel, en commentant par exemple l'actualité de son domaine ou en donnant des conseils sur son métier. Quelques exemples : • blog.spartoo.com • www.francoisegri.com • blog.quinny-reporter.com • www.bravolapetitefleur.com
  58. 58. Le commerce social
  59. 59. Définition : Le commerce social se décrit comme : toutes les solutions techniques qui permettent de mettre le potentiel des médias sociaux au service de la vente et de l'achat de produits et de services. Le commerce social peut se décliner : • la recommandation de produits • diffusion d'expérience de consommation via la mise en ligne de blogs • l'achat collaboratif Quelques chiffres : 90% des consommateurs font confiance aux recommandations de leurs amis et 70% aux avis d'autres consommateurs en ligne (blog.nielsen.com) Le commerce social
  60. 60. Définition : Le commerce social se décrit comme : toutes les solutions techniques qui permettent de mettre le potentiel des médias sociaux au service de la vente et de l'achat de produits et de services. Le commerce social peut se décliner : • • diffusion d'expérience de consommation via la mise en ligne de blogs • l'achat collaboratif Quelques chiffres : 90% des consommateurs font confiance aux recommandations de leurs amis et 70% aux avis d'autres consommateurs en ligne (blog.nielsen.com Définition : • Le commerce social passe par une véritable stratégie de social CRM (gestion de la relation client) • L'enjeu est de répondre aux attentes collaboratives des clients Le commerce social
  61. 61. Les plateformes de curation
  62. 62. Définition : C e s p l a t e f o r m e s p e r m e t t e n t d e sélectionner, d'éditer et de partager les contenus les plus pertinents du web pour une requête ou un sujet donné. Les avantages : • formaliser une veille sur un sujet précis • médiatiser la veille pour démontrer une expertise dans un cœur de métier • En interne : Diffuser une veille et c o n s e r v e r l ' e n s e m b l e d e s e s collaborateurs à jour dans le domaine d'exercice du métier Les plateformes de curation Quelques exemples :
  63. 63. Les plateformes de curation Quelques exemples :
  64. 64. Les plateformes de curation Quelques exemples : Scoop. It ! • Permet de créer sa propre revue de presse • A v e c l e s c o n t e n u s e t sources de votre choix • F a c i l e à p a r t a g e r s u r Twitter, Facebook, Tumblr, etc. • P e r m e t d e d é c o u v r i r d'autres site et blogs pour améliorer une veille • Design très journalistique sous forme de blocs : s'adapte au principe de revue de presse
  65. 65. Les plateformes de curation Quelques exemples : Scoop. It ! • Permet de créer sa propre revue de presse • A v e c l e s c o n t e n u s e t sources de votre choix • F a c i l e à p a r t a g e r s u r Twitter, Facebook, Tumblr, etc. • P e r m e t d e d é c o u v r i r d'autres site et blogs pour améliorer une veille • Design très journalistique sous forme de blocs : s'adapte au principe de revue de presse Delicious • Permet de sauvegarder et de partager ses marques- pages Internet et de les classer par mots clés • Repose sur la technologie des tags • P e r m e t d e r e t r o u v e r facilement les différents sites ayant un rapport avec le mot du tag • D i f f u s i o n d e c o m p t e s Delicious à la communauté de lecteurs • Design basé sur les tags et les mots clés (nuages de
  66. 66. Les plateformes de curation Quelques exemples : Scoop. It ! • Permet de créer sa propre revue de presse • A v e c l e s c o n t e n u s e t sources de votre choix • F a c i l e à p a r t a g e r s u r Twitter, Facebook, Tumblr, etc. • P e r m e t d e d é c o u v r i r d'autres site et blogs pour améliorer une veille • Design très journalistique sous forme de blocs : s'adapte au principe de revue de presse Delicious • Permet de sauvegarder et de partager ses marques- pages Internet et de les classer par mots clés • Repose sur la technologie des tags • P e r m e t d e r e t r o u v e r facilement les différents sites ayant un rapport avec le mot du tag • D i f f u s i o n d e c o m p t e s Delicious à la communauté de lecteurs • Design basé sur les tags et les mots clés (nuages de Pearltrees • P e r m e t à c h a c u n d e partager et d'organiser ce qu'il aime dans Internet • Repose sur l'idée que la multiplication des contenus de natures diverses rend nécessaire une organisation n o u v e l l e d ' i n t e r n e t , d ' i n s p i r a t i o n p l u s sémantique • Favorise une navigation intuitive de l'information • D e s i g n b a s é s u r l e s ramifications d'un arbre
  67. 67. L'émergence des réseaux sociaux de photos
  68. 68. Définition : Ce sont tous les réseaux sociaux qui permettent de communiquer et de diffuser une image via la diffusion de photographies Les avantages : • Renforcement de dispositifs évènementiels • Valorisation des thématiques ou des axes précis • Développement de la relation avec les utilisateurs • L'enrichissement du principe de co-création • Permettent aux marques d'être encore plus proches des utilisateurs • À travers ces images, les marques dévoilent leur personnalité d'une façon qui parait plus spontanée et créative. L'émergence des réseaux sociaux de photos Quelques exemples :
  69. 69. Quelques exemples : L'émergence des réseaux sociaux de photos
  70. 70. Quelques exemples : Instagram • Application à télécharger sur Smartphone • Permet de poster des photos « en coulisse », des making-of ou des instants pris sur le vif • Idéal pour faire du storytelling • Une gigantesque banque d'images • Favorise l'aspect participatif (exemple Adidas encourage les utilisateurs à poster des photos selon leur vision du style Adidas) L'émergence des réseaux sociaux de photos
  71. 71. Quelques exemples : Instagram • Application à télécharger sur Smartphone • Permet de poster des photos « en coulisse », des making-of ou des instants pris sur le vif • Idéal pour faire du storytelling • Une gigantesque banque d'images • Favorise l'aspect participatif (exemple Adidas encourage les utilisateurs à poster des photos selon leur vision du style Adidas) Tumblr • Service de microblogging qui permet de partager toute sorte de c o n t e n u s d e m a n i è r e t r è s personnalisable • Les Tumblr basés sur la photo restent les plus populaires. • Cet outil mise sur la créativité et le partage • Les images remplacent les billets de blogs traditionnels • Permet d'enrichir et de mettre en valeur une identité, de générer du trafic et de la visibilité L'émergence des réseaux sociaux de photos
  72. 72. Quelques exemples : Instagram • Application à télécharger sur Smartphone • Permet de poster des photos « en coulisse », des making-of ou des instants pris sur le vif • Idéal pour faire du storytelling • Une gigantesque banque d'images • Favorise l'aspect participatif (exemple Adidas encourage les utilisateurs à poster des photos selon leur vision du style Adidas) Tumblr • Service de microblogging qui permet de partager toute sorte de c o n t e n u s d e m a n i è r e t r è s personnalisable • Les Tumblr basés sur la photo restent les plus populaires. • Cet outil mise sur la créativité et le partage • Les images remplacent les billets de blogs traditionnels • Permet d'enrichir et de mettre en valeur une identité, de générer du trafic et de la visibilité Pinterest • Son principe est d'épingler les photos sur le mur du compte de la marque et de les utiliser comme un catalogue en ligne • Permet de partager facilement et visuellement les valeurs de la marque sous forme de photos • L'impact sur les internautes est direct grâce à l'aspect visuel L'émergence des réseaux sociaux de photos
  73. 73. Et maintenant ?!

×