Détenteur d’un MBA exécutif de l’Université Concordia, Alain Fortier a également fait des études de deuxième cycle 
en aff...
SURFACE • juillet-août-septembre 2014 43 
capteurs partout, alors on créera un autre déchet à 
éliminer éventuellement. L’...
80 % des courriels sont qualifiés de pourriels. Au-delà 
des coûts en sécurité et en dommage pour les 
entreprises, les po...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Magazine Surface - Technologies et développement durable - Alain Fortier

508 vues

Publié le

L’informatique verte toujours d’actualité ?
http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140716trib000840183/l-informatique-verte-toujours-d-actualite-.html
Green computing
http://fr.wikipedia.org/wiki/Green_computing
Five things UK CIOs need to do about Green IT- And the two reasons for doing them
http://www.cio.co.uk/insight/compliance/five-things-uk-cios-need-do-about-green-it/
Internet des objets
http://ici.radio-canada.ca/emissions/la_sphere/2013-2014/chronique.asp?idChronique=330217
L’Internet des Objets - Quels enjeux pour l’Europe
http://books.openedition.org/editionsmsh/84
Wireless Sensor Networks enhancing the efficiency and safety of logistics operations
http://www.libelium.com/wireless_sensor_networks_m2m_logistics_operations/
Goodbye Checkout? The Future Of Payment Processing And The Internet Of Things
http://www.retailsolutionsonline.com/doc/goodbye-checkout-the-future-of-payment-processing-internet-of-things-0001
Nest
https://nest.com/
Nest
https://nest.com/thermostat/life-with-nest-thermostat/
Discover how the Nest Learning Thermostat works in an office or small business
http://support.nest.com/article/Will-Nest-work-in-an-office-or-a-small-business
Gartner Says the Internet of Things Installed Base Will Grow to 26 Billion Units By 2020
http://www.gartner.com/newsroom/id/2636073
20% des entreprises investissent dans l'Internet des objets
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-20-des-entreprises-investissent-dans-l-internet-des-objets-58263.html
IDC evaluates state of IoT Technologies in Retail
http://www.machinetomachinemagazine.com/2014/08/07/idc-retail-evaluates-state-of-iot-technologies-in-retail/
Why the Internet of Things Could Be the Next Biggest Thing in Retail
http://www.huffingtonpost.com/steve-olenski/internet-of-things_b_5311879.html
Internet of Things: The next major disruptor for retail
http://www.the-future-of-commerce.com/2014/02/03/internet-of-things-retail-disruption/
The Internet of Things Could Drown Our Environment in Gadgets
http://www.wired.com/2014/06/green-iot/
Mobile app
http://en.wikipedia.org/wiki/Mobile_app
Android Still Growing Market Share By Winning First Time Smartphone Users
http://techcrunch.com/2014/05/06/android-still-growing-market-share-by-winning-first-time-smartphone-users/
TEC™ Installation Systems Coverage Calculator App
http://www.hbfuller.com/north-america/innovation-and-experience/blog/Download-the-free-TEC-Installation-Systems-Coverage-Calculator-App-available-in-the-US-on-iPhone-devices.html
Mercier Wood Flooring
https://itunes.apple.com/ca/app/mercier-wood-flooring/id371747761?mt=8
Flooring Estimator
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.sraoss.floorestimator&hl=fr_CA
Lumber Liquidators
http://www.lumberliquidators.com/ll/flooring/FloorFinderApp
Apps Help Construction Go Green on Earth Day
http://www.constructech.com/news/articles/article.aspx?article_id=9631

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
508
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Magazine Surface - Technologies et développement durable - Alain Fortier

  1. 1. Détenteur d’un MBA exécutif de l’Université Concordia, Alain Fortier a également fait des études de deuxième cycle en affaires électroniques et marketing sur les nouveaux médias à l’Université Laval. Depuis près de 20 ans, il travaille dans le domaine du développement de solutions d’affaires pour la relation client-entreprise (B2C) et entreprise-entreprise (B2B), entre autres dans le commerce de détail et le secteur public. Alain est actuellement consultant Le temps presse pour comprendre l’Internet des ob-jets, car il est déjà bien présent. L’Internet des objets est un réseau d’objets connectés qui commu-niquent sur Internet. Ces objets se déclinent, entre autres, sous la forme d’ordinateurs, de téléphones mobiles ou de capteurs comme les puces de radio-identification dans les badges d’accès. L’Internet des objets permet de mesurer et d’échanger des données entre les mondes physiques et virtuels. Actuellement, il est utilisé pour suivre et pour surveiller les conditions dans lesquelles des pro-duits sont déplacés et manutentionnés. Durant le transport, le taux d’humidité et les chocs subis sont des données qui s’ajoutent à la capacité de suivre le déplacement d’un objet dans un conteneur. Au niveau de l’entreposage, certains capteurs per-mettent de signaler qu’un objet inflammable est à proximité d’une source de chaleur. Pour le com-merce de détail, les traditionnels points de vente dans le magasin sont remplacés par un système de capteurs installés sur les produits, permettant ainsi au client d’effectuer le paiement au commerçant directement sur son téléphone mobile sans passer à la caisse. Dans les domiciles, certains consommateurs utilisent les thermostats Nest, propriété de Google. Ce nouveau type de thermostat s’adapte au mode de vie des résidents pour réduire les coûts énergé-tiques jusqu’à 20 % tout en maintenant la qualité de vie sur le plan du confort. Le propriétaire d’un Nest sera en mesure de faire des lectures à distance sur un appareil mobile ou de modifier la tempéra-ture s’il change sa routine9. Le Nest peut aussi s’installer dans un bureau ou un petit magasin pour économiser de l’énergie. Ainsi, l’Internet des objets commence à s’implanter graduellement dans le quotidien. La société de recherche et de conseil Gartner évalue que, avant 2020, 26 milliards d’objets seront interconnectés par capteur. Cette prédiction sug-gère que la connectivité par capteur deviendra une option courante. Selon le cabinet Pricewaterhouse- Coopers, un nombre croissant d’entreprises investis-sent massivement dans l’Internet des objets actuellement. IDC Retail Insights, une firme qui aide les entreprises de vente au détail et leurs responsables informatiques à prendre des décisions technologiques plus efficaces, propose un rapport faisant état des applications de l’Internet des objets pour les détaillants, par exemple dans leurs inter-actions avec les consommateurs. Les améliorations possibles et les gains en ges-tion des inventaires et des équipements offrent des possibilités d’avantages compétitifs. L’Internet des objets s’impose et exige l’attention des détaillants, selon plusieurs sources sérieuses comme le maga-zine Forbes. Dans un même souffle, Blueocean Market Intelligence considère ce changement comme une technologie aussi perturbatrice que le commerce en ligne le fut pour le commerce de détail. L’Internet des objets dans un contexte éco-responsable devient intéressant s’il limite, par exemple, le déplacement en voiture en permettant le suivi à distance. Par contre, si on installe des en gestion et technologie. alain.fortier@cgi.com http://ca.linkedin.com/in/alainfortiermba Technologies et développement durable par Alain Fortier Il y a cinq ans, les entreprises étaient au plus haut de la vague « verte » qui déferlait sur l’ensem-ble des industries. L’informatique n’y a pas fait exception. L’infor-matique verte vise à réduire l’em-preinte économique, écologique et sociale des technologies de l’information et des communica-tions (TIC). Cette démarche était initialement motivée par des raisons purement économiques. Récemment, le magazine CIO identifiait la démarche éco-responsable en TIC comme une manière de réduire les coûts tout en améliorant l’image de l’entre-prise. Les TIC transforment les entreprises de revêtements de sol et leur servent de levier pour améliorer leur efficacité. Plu-sieurs facteurs modifient ac-tuellement les relations entre les clients, les fournisseurs et les marchands, ce qui représente une excellente opportunité de repenser son approche des TIC en affaires pour réduire son em-preinte écologique. 42 SURFACE • juillet-août-septembre 2014
  2. 2. SURFACE • juillet-août-septembre 2014 43 capteurs partout, alors on créera un autre déchet à éliminer éventuellement. L’Internet des objets de-meure un sujet à suivre pour saisir les nouvelles op-portunités qu’il offre. Les applications mobiles De plus en plus d’applications utiles sont disponibles pour les appareils mobiles. Les appli-cations mobiles (en anglais « mobile apps ») sont des logiciels applicatifs qu’on télécharge sur un appareil mobile, par exemple un appareil iPhone avec le système d’exploitation IOS de l’entreprise Apple. Au niveau mondial, les téléphones utilisant le système d’exploitation Android dominent avec plus de 80 % des parts de marché. Les applications mobiles, dont certaines sont gratuites, peuvent être téléchargées sur Google Play pour les appareils avec Android et sur l’App Store pour les appareils utulisant IOS. Des manufacturiers comme H.B. Fuller développent et offrent des applications mobiles, par exemple une application permettant de cal-culer le nombre de carreaux et la quantité néces-saire de produits de préparation, d’installation et de coulis. Grâce à cette application, on a la possi-bilité de faire une estimation plus précise et plus complète chez le client. Des manufacturiers et dis-tributeurs comme Planchers de bois Mercier pro-posent des applications qui permettent aux consommateurs de visualiser les différents types de bois dans leur décor. L’application dirige ensuite le consommateur vers les magasins où le produit choisi est offert. L’entreprise iquick Tools offre une sélection d’applications pour estimer les besoins et les coûts du toit jusqu’au plancher. L’estimation sera fournie en tenant compte de l’ensemble des coûts des matériaux, des marges de profits et des coûts de gestion. Des détaillants comme Lumber Liquida-torsont développé une application avec laquelle le consommateur visualise les divers types de revête-ments offerts et accède à des rabais exclusifs. Selon Constructech, les applications mobiles contribuent à réduire significativement l’utilisation de docu-ments papier dans le secteur de la construction. Les applications mobiles dans le domaine du couvre-plancher offrent à l’ensemble des acteurs l’oppor-tunité d’optimiser les déplacements et d’améliorer l’efficacité une fois sur place. Les communications électroniques Les courriels constituent une façon efficace pour les entreprises de communiquer avec leurs clients. Ils sont peu coûteux, pratiques et permettent d’aug-menter les ventes et la productivité en offrant des rabais, des renseignements utiles et des conseils professionnels adaptés aux besoins de la clientèle. Afin de renforcer leur réputation et de tisser des liens durables avec leurs clients, les entreprises doivent toutefois connaître la différence entre un courriel d’affaires légitime et un pourriel. Ce dernier est un message électronique importun et souvent sans intérêt, constitué essentiellement de publicité, qui est envoyé à un grand nombre d’internautes, sans leur consentement, et qu’on destine habituellement à la poubelle. Depuis juillet 2014, une nouvelle loi cana-dienne encadre l’envoi de messages commerciaux aux clients. Entre autres, il est impératif d’offrir un mécanisme de désabonnement et de conserver un document valide de consentement. Notons que
  3. 3. 80 % des courriels sont qualifiés de pourriels. Au-delà des coûts en sécurité et en dommage pour les entreprises, les pourriels représentent un coût élevé en énergie, jusqu’à la hauteur de la consommation annuelle de 2,4 millions d’habitations. Les pourriels sont donc une véritable pollution. Avec l’application de la nouvelle loi, la lutte aux pourriels entraîne des coûts pour plusieurs entreprises, mais créera un meilleur climat de confiance. Depuis près de quatre décennies, les entre-prises utilisent des supports électroniques pour échanger des données de transaction entre elles. Dans l’industrie du couvre-plancher, l’association Floor Covering Business to Business (FCb2b) en-courage depuis peu l’adoption d’un standard de communication électronique qui permettrait aux différents partenaires d’échanger plus facilement de l’information. L’objectif est d’en obtenir des avantages com-pétitifs tout en améliorant l’ensemble des opéra-tions. Dans plusieurs industries, les standards ont joué un rôle essentiel dans le succès de certaines architectures de commerce électronique. Un stan-dard couramment utilisé, l’Electronic Data Inter-change (EDI), permet de capter les mêmes informations que les entreprises ont toujours échangées grâce à des documents de transaction en format papier. En somme, les standards de communication électronique favorisent une approche plus verte dans l’industrie du couvre-plancher. Les TIC (technologies de l’information et des communications) influencent les comportements et exigent une attention particulière pour demeurer compétitives. L’émergence de l’Internet des objets offre une opportunité de repenser et d’améliorer les services rendus aux clients. Le recours aux applications mobiles suggère une meilleure utili-sation de l’outil et des déplacements pour com-pléter les achats. La communication électronique, lorsque bien gérée, permet de croire en des gains d’utilisation des ressources énergétiques et infor-m a t iques. Selon un sondage de la firme McKinsey, les en-treprises n’ont plus le luxe de se poser la question à savoir si elles doivent adopter des comportements écoresponsables; elles doivent désormais se pencher sur les moyens de relever le défi et d’en tirer un profit. Les TIC présentent une avenue im-portante en ce sens.

×