Rapport
d’activité
2013
Sommaire
Qui sommes-nous ?........................................................................................... 3
Si...
2
Acronymes
VIH : Virus de l’Immunodéficience Humaine
SIDA : Syndrome de l’Immunodéficience Acquise
IST : Infection Sexuel...
Qui sommes-nous ?
L’ALCS est la première et plus importante association de lutte contre le sida constituée dans la région
...
4
Les instances dirigeantes de l’ALCS
Les assises nationales
Les assises sont l’organe d’orientation de base de l’associat...
Situation épidémiologique du VIH/SIDA
Depuis la déclaration du premier cas de sida en 1986, le nombre cumulatif de cas de ...
Du 7 au 15 avril 2013
Semaine mondiale d’action contre l’accord de libre échange entre l’UE et l’INDE
L’ALCS, aux côtés de...
Mai 2013
Semaine mondiale d’action contre l’accord de libre échange entre l’UE et l’INDE
Election de Pr Mehdi Karkouri, Vi...
1er juin 2013
Journée Nationale du Dépistage
Malgré tous les efforts fournis par le ministère de la Santé et ses partenair...
Juillet 2013
Résultat de la recherche «Partages»
« Partages » est un projet de recherche international mené par la Coaliti...
Septembre 2013
Constitution du MENA-CAB
Dans le cadre d'une initiative régionale visant à renforcer le plaidoyer pour amél...
Du 25 au 29 septembre 2013
Université des personnes vivant avec le VIH
Les actions communautaires sont considérées comme l...
Octobre 2013
Elaboration du plan stratégique national 2014-2017
Le plan stratégique de l’ALCS 2014 – 2017 a été élaboré da...
Vision et mission
Au cours des 4 prochaines années, la vision qui va guider nos actions est celle d’un monde où le droit
à...
1er décembre 2013
La journée mondiale de lutte contre le Sida
L’ALCS a célébré la journée mondiale de lutte contre le sida...
Activités internationales
Participation à la Conférence ICASA
L’ALCS a participé à la 17ème Conférence ICASA (7 - 11 Décem...
Les programmes de l’ALCS
Le département des programmes
Le département des programmes est une instance technique de l’ALCS ...
17
Professionnelles du sexe (34 villes)
Professionnels du sexe (9 villes)
Routiers (6 villes)
Ouvriers (19 villes)
Migrant...
Prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH
Implantation :
Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech, Meknès, ...
Soutien psychologique
Les psychologues disponibles à l’ALCS, en coordination avec l’équipe des médiateurs thérapeutiques,
...
Prévention de proximité auprès des travailleuses du sexe
Implantation :
Tanger, Asilah, Tétouan, Martil, Rabat, Salé, Tema...
L’année 2013 en chiffres
49.465 nouveaux contacts
1.769.114 préservatifs distribués
1.592 permanences au local
5.381 perman...
22
Prévention de proximité auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec
d’autres hommes (HSH) et des professionnel...
23
L’année 2013 en chiffres
42 éducateurs pairs formés
20.103 Nouveaux Contacts
30.964 Anciens Contacts
593.788 Préservatif...
24
Prévention auprès des routiers
Implantation
Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Guelmim, Marrakech, Tanger
Bailleurs de Fo...
25
Prévention de proximité dans le milieu du travail
Implantation
Agadir, Casablanca, Rabat, Taroudant, Marrakech, Meknès,...
26
Prévention de proximité auprès des migrants subsahariens
Implantation
Casablanca, Rabat
Bailleurs de Fond
Fonds Mondial...
27
L’année 2013 en chiffres
5 469 nouveaux contacts
2 252 Anciens contacts
1 297 Tests de dépistage dont 55 positifs, soit ...
28
Programme de réduction des risques auprès des usagers de drogues injectables
Implantation
Tétouan
Bailleurs de Fond
Fon...
29
Prévention auprès des jeunes
Au Maroc, d’après le ministère de la Santé, les jeunes entre 15 et 34 ans représentent prè...
30
Dépistage du VIH
Implantation
27 Centres d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) fixes et 4 CIDAG mobil...
31
Prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles (IST)
La consultation des IST est une activité offerte aux po...
32
Répartition de la consultation des IST selon population cible et par semestre durant l’année 2013
Population cible/sexe...
33
Réalisations des projets de prévention de proximité et de dépistage
Synthèse des réalisations des projets de prévention...
34
Réalisations globales en matière de dépistage VIH par stratégie :
Stratégie
Tests VIH
réalisés
Tests
positifs
Fixe
Mobi...
35
Les activités de plaidoyer
L’ALCS estime que la lutte contre le sida ne peut être dissociée du combat pour les droits h...
36
• Action contre une campagne de xénophobie et de sérophobie à l’égard d’un détenu PVVIH subsaharien
hospitalisé au CHU ...
37
AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les personnes
infectées et affectées par le VIH
Implant...
38
Fonds d’Appui aux Structures Partenaires
Le FASP lancé en 2008, financé par Sidaction Maroc, a pour objectif le renforce...
39
Allo Info Sida
Bailleurs
Ministère de la Santé – Fondation Drosos
Dans une société peu préparée à aborder les risques l...
40
Bila7araje
Implantation
Nationale
Bailleurs
One World UK – Fonds Mondial de Lutte Contre le Sida, la Tuberculose et le ...
41
Recherche Communautaire
2Rebbani K, Ouladlahsen A, Bensghir A, Akil A, Lamdini H, Issouf H, Brahim I, Kitab B, Fakhir F...
42
Cellule de formation de l’ALCS
Depuis sa création en 1988, l’ALCS a accordé une place centrale à la formation, activité...
Le département financier
43
En 2006, l’ALCS a effectué une restructuration du département comptable avec l’installation du ...
Rue Salim Cherkaoui, Quartier des Hôpitaux, 20360, Casablanca - Maroc
Tél :(212) 5 22 22 31 13/14 - Fax :(212) 5 22 22 28 ...
Rapport d'activité 2013
Rapport d'activité 2013
Rapport d'activité 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport d'activité 2013

15 049 vues

Publié le

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
15 049
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
112
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activité 2013

  1. 1. Rapport d’activité 2013
  2. 2. Sommaire Qui sommes-nous ?........................................................................................... 3 Situation épidémiologique du VIH/SIDA ............................................................ 5 Les temps forts................................................................................................. 6 Les programmes de l’ALCS............................................................................... 16 Le département financier................................................................................ 43 1
  3. 3. 2 Acronymes VIH : Virus de l’Immunodéficience Humaine SIDA : Syndrome de l’Immunodéficience Acquise IST : Infection Sexuellement Transmissible PVVIH : Personne Vivant avec le VIH
  4. 4. Qui sommes-nous ? L’ALCS est la première et plus importante association de lutte contre le sida constituée dans la région MENA. L’association a vu le jour en 1988 alors qu’il n’y avait que 30 cas de sida déclarés. A l’origine de cette mobilisation, la conviction que plus la prévention est précoce plus elle est efficace. L’ALCS est également membre fondateur de la Coalition Plus et en assure actuellement la présidence. Reconnue d’utilité publique en 1993, l’ALCS a trois objectifs: - La prévention de l’infection à VIH - La prise en charge des personnes vivant avec le VIH - La défense des droits des personnes vivant avec le VIH Les activités de l’ALCS − Prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH: Achat de médicaments pour le traite- ment des infections opportunistes et des effets secondaires de la trithérapie, achat de consommables médicaux, examens biologiques et radiologiques, frais de transport pour les consultations − AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les personnes infectées et/ou affectées par le VIH − Défense des droits des personnes vivant avec le VIH − Plaidoyer pour l’accès aux traitements au Maroc et dans les pays en voie de développement − Actions de prévention auprès du grand public, des jeunes, des routiers, des ouvriers (ère)s et des groupes vulnérables: professionnel(le)s du sexe, usagers de drogue, migrants − Dépistage anonyme et gratuit dans les 27 CIDAG (Centre d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit) de l’ALCS et grâce à quatre unités mobiles − Formations en interne et en externe Les services de l’ALCS − Ligne téléphonique Allo Info Sida, d’écoute et d’orientation N°080 100 25 25 − Plateforme web et SMS Bila7araje, de prévention et d’information sur la santé sexuelle : www.bila7araje.org , www.facebook.com/bila7araje , N° SMS 5808 Au niveau national l’ALCS c’est − 19 sections: Agadir, Beni Mellal, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Guelmin, Laâyoune, Larache, Marrakech, Safi, Meknès, Nador, Oujda, Rabat, Tanger, Taroudant, Tétouan et Tiznit − 27 CIDAG − 4 CIDAG mobiles 3
  5. 5. 4 Les instances dirigeantes de l’ALCS Les assises nationales Les assises sont l’organe d’orientation de base de l’association. C’est un rendez-vous privilégié de tous les acteurs de lutte contre le VIH/sida au Maroc. Elles se présentent comme un moment de réflexion collective de l’ensemble des volontaires, pour faire le point et repenser les actions et les orientations. Elles sont aussi un espace de partage des initiatives et des expériences diverses en matière de lutte contre le sida. Les partenaires nationaux et internationaux, institutions, programmes gouvernementaux et associations amies sont invitées à participer activement à ces rencontres. Le conseil national Le conseil national est l’organe d’orientation et de décision de l’association. Il est chargé de faire le bilan de l’action de l’association entre chaque réunion et de tracer ses orientations pour l’avenir. Tous les trois ans, il se prononce sur l’action du bureau national sortant et élit le bureau qui doit lui succéder. Le conseil se compose de la totalité des membres de l’ensemble des bureaux de l’association. Il se réunit 4 fois par an et à chaque fois que les circonstances l’exigent. Le bureau national Constitué de personnes élues, il est l’organe d’administration et de décision au niveau national, dans le cadre des orientations tracées par les assises et le conseil. A défaut de ces orientations, il jouit des pleins pouvoirs pour déterminer lui-même l’action à entreprendre. Les bureaux locaux des sections sont tenus d’adresser chaque année au bureau national une copie de leurs rapports annuels moraux et finan- ciers, des procès-verbaux de réunion des assemblées, ainsi que tout autre document qui représente un intérêt national. Le bureau national se réunit tous les 15 jours. Le bureau local C’est l’organe d’administration courante de la section qui exécute les décisions prises par les assemblées générales et se conforme à leurs orientations. Les volontaires des sections de l’ALCS élisent leurs instances dirigeantes tous les 3 ans et déterminent leur action en pleine autonomie, dans le cadre des statuts, du règlement intérieur et des orientations de l’association. Le bureau local est composé de 3 à 5 personnes : un président, un trésorier, un trésorier adjoint, un secrétaire général et un secrétaire adjoint. Ce bureau représente la section au sein du conseil national.
  6. 6. Situation épidémiologique du VIH/SIDA Depuis la déclaration du premier cas de sida en 1986, le nombre cumulatif de cas de VIH/sida notifiés à fin 2013, s’élève à 8.705 dont 3.416 cas VIH asymptomatiques et 5.243 cas de sida (soit 60% des infec- tions déclarées à un stade tardif). Ainsi, si l’on se réfère au nombre de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) estimé à 30.000 et si l’on fait abstraction des décès parmi les cas notifiés, près de 72% des PVVIH ne connaîtraient pas leur statut sérologique. Les jeunes adultes, de 25 à 44 ans, représentent 66% des cas notifiés et la transmission par voie sexuelle est largement prédominante avec 90% des cas, dont 85% pour le mode hétérosexuel. La prévalence de l’infection à VIH au sein de la population générale marocaine reste faible (0,14%), mais avec des prévalences plus élevées et une épidémie concentrée parmi les professionnelles du sexe et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, avecdes prévalences respectives de 5,8% et 5,6% au niveau de la région du Souss-Massa-Draa. De même, une prévalence de 25% a été observée chez les usagers de drogue injectable à Nador avec une moyenne nationale de 11%. Ceci définit une épidémie concentrée au niveau de la région du Souss-Massa-Draa et de la ville de Nador avec deux autres régions qui se démarquent ; la région de Marrakech Tensift El Haouz et le grand Casablanca. Chaque année surviennent près de 3.100 nouvelles infections par le VIH dont 70 nouveaux nés atteints par le VIH/sida. Près de 67% des nouvelles infections se font dans les réseaux des professionnelles du sexe et leurs clients. De même, près de 1.400 décès liés au VIH sont à déplorer. Il s’agit donc d’une épidémie largement « cachée » avec près de 72% des PVVIH du Maroc qui ignorent encore leur statut sérologique, beaucoup de couples séro-différents qui s’ignorent, beaucoup de femmes enceintes qui ignorent leur statut faute d’accès au dépistage dans le cadre de la consultation prénatale et un accès insuffisant des populations clés au dépistage du VIH. Compte tenu des nouvelles infections et décès liés au sida, l’épidémie est toujours active avec une augmentation annuelle du nombre des PVVIH de près de 1.900 personnes. 5
  7. 7. Du 7 au 15 avril 2013 Semaine mondiale d’action contre l’accord de libre échange entre l’UE et l’INDE L’ALCS, aux côtés de plusieurs partenaires associatifs, s’est mobilisée contre l’accord de libre échange en négociation entre l’Union Européenne et l’Inde. Cet accord commercial bilatéral en négociation depuis 2007 revêt une importance toute parti- culière dans la mesure où l’Inde est considérée comme la « pharmacie des pays en développe- ment », produisant entre autres plus de 80% des médicaments génériques utilisés contre le VIH/sida dans les pays en développement. L’exemple de l’anticancéreux Glivec et la victoire des malades du cancer et du gouvernement indien dans le procès l’opposant à Novartis est la parfaite illustration de la nécessité de mener ce combat. Alors que le médicament était vendu $2400 par personne par mois par Novartis sous le nom de marque Glivec, le même médicament était vendu pour $200 par personne par mois par les génériqueurs indiens. Au-delà des médicaments antirétroviraux et anticancéreux, l’Inde produit de nombreux médicaments essentiels à moindre coût. Malgré les alertes répétées de la société civile, le texte de l’accord en négociation contient toujours des mesures dangereuses, en particulier pour l’accès aux médicaments, en Inde, ainsi que dans l’ensemble des pays en développement qui bénéficient aujourd’hui massivement de médicaments génériques à bas prix produits en Inde. L’ALCS s’est mobilisée dans le cadre d’une semaine mondiale d’action organisée du 7 au 15 avril 2013, aux côtés de la Coalition Internationale pour la préparation aux traitements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (ITPC-MENA), le CSAT-MENA, , le Réseau Marocain Pour le Droit à la santé (RMDS), l'Espace associatif (EA) et l'Association Marocaine des droits humains (AMDH). Ces acteurs de la société civile ont signé un communiqué de presse dénonçant une nouvelle fois les conséquences de l’accord commer- cial entre les deux parties. Ils ont également demandé à la commission européenne et à l’Inde de sup- primer de cet accord toutes les clauses dangereuses pour l’accès aux médicaments. Malheureusement, cet accord fait partie d’une longue liste de négociations commerciales à travers lesquelles l’UE chercher à imposer des dispositions renforçant la propriété intellectuelle dans les pays en développement, au profit de son industrie du médicament et au dépend des enjeux de santé publique. Les temps forts 6
  8. 8. Mai 2013 Semaine mondiale d’action contre l’accord de libre échange entre l’UE et l’INDE Election de Pr Mehdi Karkouri, Vice-président de l’ALCS Le conseil national de l’ALCS s’est réuni le 4 mai 2013 et a élu à l’unanimité le Pr Mehdi Karkouri au poste de vice-président de l’ALCS, nouvellement créé. La création de ce poste a été motivée par la multipli- cation des responsabilités de la présidente de l’ALCS Pr Hakima Himmich, notamment sa nomination au Conseil Economique, Social et Environnemental et son élection au poste de Présidente de la Coalition Plus. Pr Mehdi Karkouri est volontaire à l’ALCS depuis quinze ans et membre du Bureau national, comme secrétaire général, depuis cinq ans. Il a été en charge du dépistage du VIH au sein de l’ALCS pendant de nombreuses années. Il a complètement réorganisé et professionnalisé cette activité, à laquelle il a, par ailleurs, formé les médecins, de sorte qu’il est devenu expert en la matière auprès du ministère de la Santé. Il a par ailleurs travaillé comme consultant auprès du Conseil national des droits de l’Homme sur « le sida et les droits humains ». Depuis 2008, il est en charge de la formation, qu’il a structuré et professionnalisé. Cette activité lui a donné l’occasion de former des volontaires, des salariés et des membres des bureaux de section. Il est aussi très impliqué dans les travaux de recherche menés à l’ALCS. Au niveau international, le Pr Mehdi Karkouri est un expert reconnu auprès de l’OMS, de l’ONUSIDA et de l’Union Européenne. Il est également reconnu par nos partenaires associatifs, notamment AIDES, et représente l’ALCS dans différentes instances. 7
  9. 9. 1er juin 2013 Journée Nationale du Dépistage Malgré tous les efforts fournis par le ministère de la Santé et ses partenaires de la société civile, le nombre de cas notifiés de VIH n’est que de 8040 à fin octobre 2013, alors que les estimations sont de 30.000 personnes vivant avec le VIH, soit plus de 10% de personnes ayant une infection à VIH qui l’ignore. L’ALCS a organisé, le 1er juin 2013, la 7e édition de la journée nationale de dépistage du VIH. Au total, 6831 personnes ont effectué le test de dépistage dans plus de 80 sites de dépistage sur 60 villes et villages du Royaume. Les tests ont été assurés par 90 médecins bénévoles avec l’appui de 400 volontaires de l’ALCS et d’associations partenaires. Sur le total des tests effectués, 18 se sont révélés positifs pour le VIH, notamment dans les régions Souss- Massa-Drâa, Marrakech-Tensift-El Haouz, l’Oriental et Doukkal-Abda. Cette journée a également permis de sensibiliser un grand nombre de personnes sur l’infection à VIH. Ainsi, 36.138 personnes ont été contactées, 64.610 préservatifs et 60.520 outils d’information ont été distribués. Le lancement de la journée a eu lieu à Agadir, en partenariat avec le comité régional du Conseil National des Droits de l'Homme (CNDH) dans le cadre de sa caravane des droits de l’Homme qui sillonnait la région Souss-Massa-Drâa. Le lancement s’est fait en présence de représentants du comité régional du CNDH, de volontaires de l'association "Voix des femmes marocaines", et d'artistes locaux et étrangers: Izenzaren, Imghrane, Lahoucine Ailale, Ramon Jimenez et Daniel Mercier. La contribution du ministère de la Santé et des associations partenaires a permis le succès de cette journée, à travers la mise à dispo- sition des centres de santé et de différents locaux, rendant ainsi le dépistage accessible dans plusieurs régions. 8
  10. 10. Juillet 2013 Résultat de la recherche «Partages» « Partages » est un projet de recherche international mené par la Coalition Plus et portant sur le partage du statut sérologique chez les personnes vivant avec le VIH. Il s’agit d’un projet multi-pays mené au Maroc, Equateur, Mali, République Démocratique du Congo et Roumanie. Cette recherche est axée sur le partage du statut sérologique afin de comprendre ses facteurs, ses consé- quences et les différentes stratégies pour conserver le secret. Il s’agit de mieux comprendre à qui, dans quelles conditions et pour quelles raisons les personnes séropositives décident de parler ou non de leur séropositivité. Le rapport présentant les résultats de la recherche sur le partage du statut sérologique effectuée auprès de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) issues de la file active de l’ALCS au Maroc a été entamé en 2011 et finalisé durant l’année 2013. L’étude a concerné un échantillon de 300 PVVIH recrutées dans les centres de dépistage de l’ALCS des villes d'Agadir, Casablanca, Rabat, Fès et Marrakech. Les PVVIH éligibles sont âgées de 18 ans ou plus et connaissent leur séropositivité au moins 6 mois avant le début de l’enquête. La collecte des données a duré cinq mois (entre mai et octobre 2011) et a été réalisée à l’aide d’un questionnaire administré après consentement éclairé du participant. Les résultats ont montré que parmi les 300 PVVIH enquêtées, 72% ont partagé leur statut sérologique avec au moins une personne de leur entourage. Ce partage a été volontaire chez 135 personnes soit 62,5%. La divulgation par une tierce personne a été reportée par 94 de ces enquêtés. La PVVIH dans notre pays semble davantage partager son statut sérologique avec son partenaire sexuel, dans presque 58% des cas. Les mères et les sœurs viennent après avec, respectivement, 43,2% et 39,1 % des réponses. Ces résultats permettront de mettre en place des actions d’accompagnement au partage du statut sérologique, à destination des personnes vivant avec le VIH qui le souhaitent, tout en préservant la confi- dentialité de la sérologie. 9
  11. 11. Septembre 2013 Constitution du MENA-CAB Dans le cadre d'une initiative régionale visant à renforcer le plaidoyer pour améliorer la prise en charge des personnes vivant avec le VIH dans la région Afrique du Nord et Moyen Orient (MENA), l’Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) au Maroc en collaboration avec l’ITPC-MENA, a créé en septembre 2013 le Comité Consultatif Communautaire de la région MENA (MENA-CAB). Le principal objectif du MENA-CAB est d’assurer un dialogue à l’échelle régionale entre les personnes vivant avec le VIH et/ou l’hépatite C d’un côté et les représentants de l’industrie pharmaceutique et les décideurs de l’autre côté afin d’assurer une amélioration de l’accès au traitement, aux soins et à la prise en charge des patients. Un comité d’experts désigné par l’ALCS a eu pour mission de sélectionner 7 candidats parmi 19 candi- datures reçues suite à un appel à candidature, pour être membre du comité de pilotage du MENA-CAB. Le comité de pilotage compte 7 membres. Deux postes ont été réservés à l’ALCS et l’ITPC-MENA. Les 5 autres membres viennent de 5 pays différents de la région MENA (Pakistan, Palestine, Soudan, Egypte et Tunisie). Ce comité décide du programme et des participants aux réunions et activités du MENA-CAB, en collaboration avec le secrétariat du MENA-CAB assuré par l’ALCS. 10
  12. 12. Du 25 au 29 septembre 2013 Université des personnes vivant avec le VIH Les actions communautaires sont considérées comme le premier souci au niveau des différentes instances de décision à l’ALCS. La réponse à la question de la place des personnes et des communautés concernées, reste le moteur de la réflexion pour toute action collective ou activité de mobilisation. Dans ce contexte, l’ALCS a organisé, du 25 au 29 septembre 2013 à Azrou, une nouvelle édition des Universités des personnes vivant avec le VIH. Après une première édition en 2009, cette université a eu pour but de soutenir les capacités des PVVIH à agir favorablement pour leur santé par la mobilisation des ressources indivi- duelles et collectives, ainsi que le partage des problématiques de vie avec le VIH. Cette université a vu la participation de 60 personnes vivant avec le VIH, accompagnés dans les différents centres référents de prise en charge, et dans les sections qui hébergent ou qui sont satellites de ces centres. La recommandation était de privilégier les PVVIH qui ne connais-sent pas assez l’ALCS et qui la côtoient juste pour des prestations sociales ou d’ordre thérapeutique. La représentativité selon le genre, les tranches d’âge, l’appartenance à des communautés spécifiques, surtout les plus vulnérables, ont été prises en considération. Le programme de l’université d’Azrou a alterné apprentissage et détente, il s’est découpé comme suit : Les plénières Les plénières ont traité de sujets spécifiques qui touchent les personnes vivant avec le VIH au quotidien. Les thématiques étaient : discrimination et stigmatisation, sexualité et VIH et partage de la séropositivité. Ateliers Ateliers thématiques 5 ateliers thématiques en continuum ont été organisés sous forme d’ateliers en groupes constitués de 10 à 12 participant(e)s et animés par deux animateurs, sur chacun des thèmes suivants: Faisons connais- sance, Nos sexualités/nos préventions, Relation soignés/soignants, Dicibilité, Vivre positivement Ateliers optionnels Ce sont des ateliers laissés au choix pour les participants. L’idée était de regrouper essentiellement les deux populations les plus vulnérables (travailleuses du sexe et hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes) en deux ateliers communautaires pour débattre de la spécificité de ces populations avec la séropositivité (double discrimination, violence, prévention secondaire…). Par ailleurs, des ateliers créatifs ont été ouverts durant toute la période de l’événement pour que les participant(e)s expriment leurs potentiels et se manifestent par des productions créatives qui ont été exposées lors de la séance de clôture. 11
  13. 13. Octobre 2013 Elaboration du plan stratégique national 2014-2017 Le plan stratégique de l’ALCS 2014 – 2017 a été élaboré dans le cadre d’un large processus de consul- tation et de concertation avec tous les militants de l’ALCS, les populations-clés, les PVVIH ainsi que les autres acteurs impliqués dans la lutte contre le sida tant au niveau national qu’international (partenaires institutionnels, partenaires associatifs, financeurs, partenaires internationaux…). Ce processus inclusif, a tenu compte du contexte national et international ainsi que les enjeux régionaux en matière de lutte contre le sida (engagement politique du Maroc de haut niveau en matière de lutte contre le sida, révision du plan stratégique national et les nouvelles cibles pour la prévention du VIH/sida et la prise en charge des PVVIH, la persistance de cas de stigmatisation et de discrimination des populations clés et PVVIH dans les structures de prévention et de prise en charge, la rareté des financement et le nouveau mode de financement du FM, la fin possible de l’épidémie du VIH/sida, la visibilité du VIH/sida dans l’agenda post 2015 et son maintien dans les priorités nationales et internationales. Les priorités de l’ALCS pour les quatre prochaines années (2014 – 2017) • Améliorer la couverture des populations clés en focalisant sur les plus vulnérables parmi elles dans les zones prioritaires au Maroc • Maintenir un niveau important de contribution dans les cibles des indicateurs nationaux (environ 80%) tout en améliorant la qualité de l’offre et la création de la demande • Contribuer au lever des principales barrières à l’accès des populations clé et passerelles aux services de prévention, soins et traitements précoces et de qualité • Renforcer l’appropriation des programmes nationaux par les instances de gouvernance des sections et obtenir une meilleure implication dans la mobilisation des ressources et le plaidoyer pour un environ- nement favorable à la réalisation du programme • Poursuivre les initiatives d’optimisation, de rationalisation des ressources et des interventions • Maintenir la confiance des partenaires par l’intensification des efforts en matière de transparence et de qualité de gestion financière des ressources • Redynamiser l’engagement militant des membres/volontaires de l’ALCS au niveau de la base, au niveau national, régional et international • Renforcer la collaboration et la coordination des interventions avec les autres acteurs de la société civile, les autorités municipales, régionales, les services de santé, de la sécurité, de la justice • Renforcer les capacités de la structure pour qu’elle puisse respecter ses engagements avec les parte- naires, mais aussi répondre aux sollicitations au niveau national, régional et international en lien avec ses missions et ses valeurs 12
  14. 14. Vision et mission Au cours des 4 prochaines années, la vision qui va guider nos actions est celle d’un monde où le droit à la différence est une valeur partagée, où nul ne s’infecte, ou ne meurt du VIH; un monde où la vie des êtres humains a une égale valeur. Notre mission est de contribuer à l’amélioration de la qualité et des conditions de vies des populations les plus vulnérables à l’infection à VIH, par la valorisation et la promo- tion de l’action communautaire participative et inclusive prenant en compte les communautés elles- mêmes, les personnes vivant avec le VIH, leur entourage, le personnel de santé, les chercheurs, les asso- ciations ayant les mêmes buts, les médias et plus généralement toute personne qui s’implique dans la riposte au VIH, et la garantie de la redevabilité à tous les niveaux. Buts stratégiques : 1. Consolider nos acquis en matière de couverture zones et populationnelles 2. Contribuer à la création d’un environnement favorable à l’optimisation des investissements dans les populations clés et passerelles, la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, la promotion des préservatifs, et le développement des comportements à moindre risque d’infection à VIH 3. Renforcer notre engagement politique pour l’accès des communautés aux services de qualités et le maintien de la lutte contre le VIH et le sida dans les priorités régionales nationales et internationales Créer une ALCS forte, plus centrée sur les communautés les plus affectées par le VIH et le sida avec un rayonnement national régional et international. 13
  15. 15. 1er décembre 2013 La journée mondiale de lutte contre le Sida L’ALCS a célébré la journée mondiale de lutte contre le sida sous le thème des adolescents et des jeunes. Au Maroc et dans le monde, les adolescents continuent d’être vulnérables à l’épidémie. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), alors que les décès liés aux VIH dans la population générale ont baissé de 30%, chez les adolescents, ils ont augmenté de 50% entre 2005 et 2012. A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, l’OMS a publié de nouvelles recommandations sur l’infection à VIH et appelle à l’accroissement du dépistage, du conseil, du traitement et des soins pour les adolescents. Au Maroc, d’après le ministère de la Santé, les jeunes entre 15 et 34 ans représentent près de la moitié (48%) des personnes touchées par le VIH/sida. Chez les enfants, l’infection est la conséquence de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Près de 120 enfants naissent infectés par le VIH chaque année, soit 1 enfant tous les trois jours, alors que ces infections sont aujourd’hui évitables grâce aux traitements La section de Tanger, en partenariat avec des associations locales, a lancé cette journée par une marche de mobilisation contre le sida, le dimanche 1er décembre 2013. Plus de 300 participants ont pris part à cette marche qui a démarré à 9h du siège de la section de Tanger et s’est dirigée vers la Place des Nations où était prévu un stand d’animation, d’information et de dépistage du VIH. Les 19 sections de l’ALCS se sont mobilisées également en organisant des activités de sensibilisation et de prévention dans les établissements scolaires, les universités, les associations et les maisons de jeunes. Au total, pas moins de 130 actions ont été organisées tout au long de la semaine. 14
  16. 16. Activités internationales Participation à la Conférence ICASA L’ALCS a participé à la 17ème Conférence ICASA (7 - 11 Décembre 2013, à Cape Town) avec les commu- nications suivantes : - La difficulté de parler de sa séropositivité dans le monde du travail au Maroc A Ben moussa, M Karkouri, M Loukid, A Abadie, N Rafif, O Mellouk, MK Hilali, H Himmich, E Henry, J Otis, M Preau - Programme d’assistance aux migrants subsahariens victimes de violences sexuelles au Maroc F.Rhoufrani, H. Himmich - Des actions de veille et de plaidoyer : de la réaction à l'action. Expérience d'une ONG 2010 - Mai 2013 M A Douraidi, H. Himmich - Utilisation du préservatif chez les travailleuses du sexe dans la région de Fès : expérience d’une clinique mobile B Loudyi, H. Himmich Activités de plaidoyer au niveau international L’ALCS a contribué à diverses actions de plaidoyer pour le financement de la lutte contre l’infection à VIH dans les pays du Sud. Ces actions ont été menées dans le cadre de la Coalition PLUS, présidée par l’ALCS. Coalition PLUS, dont l’ALCS est un des membres fondateurs, est l'union de 13 acteurs communautaires de lutte contre le sida, présents sur trois continents, tous acteurs majeurs dans leur pays, inscrits dans la transformation sociale et intervenant au niveau international. Présence de l’ALCS au niveau international - L’ALCS est membre de plusieurs conseils d’administrations d’associations au niveau international : - Coalition Plus, AIDES, Sidaction, Le conseil scientifique de l’ANRSs 15
  17. 17. Les programmes de l’ALCS Le département des programmes Le département des programmes est une instance technique de l’ALCS dont le rôle est d’appuyer la direc- tion dans la gestion des programmes mis en œuvre par l’ALCS. Cette instance a été mise en place en 2008 pour coordonner l’action de l’ALCS dans la prévention, le dépistage du VIH, la prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH et la recherche communautaire liée au VIH/sida. En effet, tous les projets de prévention ont des points de convergences (dépistage VIH, prise en charge des PVVIH…) et de ce fait, la gestion de ces différents programmes ne peut être compartimentée ni cloisonnée. Le département crée donc un espace de coordination et de collaboration entre les différents chargés de projets selon le cadrage stratégique des instances politiques. La mise en place du département des programmes a permis la standardisation du système de suivi et d’évaluation de l’ALCS, l’amélioration du suivi financier des projets, la formation des chargés de projets en matière de montage de projets, mais également la participation à des projets comme la préparation collégiale de la soumission au Round 10 du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le département se réunit 4 fois par an pour faire le suivi des projets, leur évaluation annuelle, et la mise en place des objectifs pour l’année à venir. 16
  18. 18. 17 Professionnelles du sexe (34 villes) Professionnels du sexe (9 villes) Routiers (6 villes) Ouvriers (19 villes) Migrants (2 villes) Usagers de drogue (1 ville) Prévention de proximité auprès de : Autres activités de prévention : Jeunes et grands publics dans toutes les sections de l’ALCS Centre d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (27 centres ) Prise en charge psychosociale des PVIH (14 villes) Programme AMALI : Activités Génératrices de Revenus (7 villes) Dépistage et prise en charge psychosociale : 4 unités mobiles de dépistage Activités de prise en charge psychosociale, prévention et dépistage EL HAJEB DAKHLA AOULOUZ AÏT MELLOUL BELFAA BIOUGRA GUIGOU FQIH BENSALAH MARTIL ASILAH AZEMMOUR TÉTOUAN AZROU TIZNIT INEZGANE GUELMIM TANTAN EL JADIDA SALÉ TEMARA LARACHE MOHAMMEDIA TADLA AGADIR NADOR OUJDA MEKNÈS ESSAOUIRA SAFI BENI MELLAL LAÂYOUNE TAROUDANT MARRAKECH CASABLANCA RABAT TANGER FÈS
  19. 19. Prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH Implantation : Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech, Meknès, Nador, Oujda, Rabat, Tanger Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme – Fondation Drosos – Sidaction – Sidaction Maroc – ministère de la Santé La prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH représente un volet important du travail de l’ALCS. Ces activités réalisées par une équipe pluridisciplinaire, consistent en un accompagne- ment des personnes infectées et affectées par le VIH/sida visant à améliorer la qualité de leur prise en charge globale à travers un soutien psychologique, social, thérapeutique et économique. L’année 2013 été caractérisée par le renforcement de l’équipe du programme par la formation de 11 nouveaux médiateurs thérapeutiques. L’ALCS a pu mobiliser les PVVIH dans différentes activités en dehors des centres référents, dans le but de renforcer l’estime de soi et d’améliorer leur qualité de vie. L’évènement phare de l’année a été l’organi-sation de la troisième édition de l’université des PVVIH avec la participa- tion de 59 PVVIH originaires de 18 villes. La médiation thérapeutique Les séances de médiation thérapeutique, réalisées par des médiateurs formés, ont pour but d’assurer une éducation thérapeutique du patient en matière de connaissances sur le VIH/Sida, que ce soit en termes de soins ou en termes d’hygiène de vie. Ces séances sont aussi primor-diales pour l’installation d’un climat de confiance entre les patients et l’équipe soignante mais également pour identifier les problèmes d'insertion, de couverture sociale et les problèmes psychologiques pour mettre en place les mesures de soutien et d'accompagnement qu'ils impliquent. Le soutien thérapeutique Dès l’arrivée du patient au niveau du centre référent, le médecin infectiologue réalise un bilan initial clinique et biologique pour évaluer l’état général et immunitaire du patient. Parallèlement la personne infectée par le VIH s’entretient avec la médiatrice thérapeutique qui assure un soutien psychologique dés l’annonce de la séropositivité et l’accompagnement dans les démarches administratives, pour une meilleure intégration et adhésion au circuit de prise en charge. Ces premières consultations jouent un rôle fondamental pour le suivi ultérieur des PVVIH, car elles permettent de consolider la relation de confiance avec l’équipe de prise en charge. 18
  20. 20. Soutien psychologique Les psychologues disponibles à l’ALCS, en coordination avec l’équipe des médiateurs thérapeutiques, font face aux demandes en matière de soutien psychologique en organisant des séances de psychothé- rapie, des groupes de parole et des séances thématiques. L’équipe fait face à des problèmes somatiques discrets, des manifestations psychiatriques majeures ou même des «situations de crise» nécessitant un transfert vers les services de psychiatrie. Soutien social, matériel et économique La maladie liée au VIH peut induire une précarisation chez les personnes ayant jusque-là des conditions de vie satisfaisantes; dans d'autres cas la précarité précède la maladie liée au VIH rendant la personne encore plus vulnérable. La majorité des PVVIH faisant partie de la file active de l’ALCS appartiennent à cette dernière catégorie. L’équipe des assistantes sociales et des médiateurs sociaux de l’ALCS est de plus en plus confrontée au problème d'accès au logement. Malheureusement, les centres d’accueil et d’hébergement pour les plus démunis sont rares et refusent parfois de prendre en charge des personnes infectés par le VIH, avec toujours la persistance du problème relatif à la stigmatisation et la discrimination. L’équipe intervient également pour aider les PVVIH dans certaines démarches administratives, l’orientation vers des services juridiques… L’année 2013 en chiffre : 3.929 bénéficiaires PVVIH 6.969 séances de médiation thérapeutiques 1.428 billets de transport achetés 708 paniers alimentaires pour les plus démunies 823 bilans biologiques et radiologiques Plus de 4.182 ordonnances médicales pour le traitement des infections opportunistes et des effets secondaires des ARV. 19
  21. 21. Prévention de proximité auprès des travailleuses du sexe Implantation : Tanger, Asilah, Tétouan, Martil, Rabat, Salé, Temara, Meknès, Fès, Guigo, Casablanca, Bénimellal, Fqih Bensaleh, Kesbat Tadla, Essaouira, Marrakech, Agadir, Inezgane, Ait Melloul, Khmis Ait Amira, Biogra, Lakliâa, Tiznit, Taroudant, Goulmim, Tantan, El Jadida, Azemmour, Safi, Nador, Oujda, Larache, Awloz, El Hajeb et Azrou Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme - Fondation Drosos – Fondation GSK France L’ALCS œuvre depuis 1991 pour la réduction de la vulnérabilité au VIH auprès des travailleuses du sexe. Ce programme, présent aujourd’hui sur 35 villes, a pour objectif la sensibilisation des bénéficiaires à l’infection à VIH, tout en favorisant un changement de comportement sur le long terme. Les actions de prévention se font au niveau des sites de regroupement des professionnelles du sexe permanentes, occasionnelles et saisonnières, sur des sites fermés et ouverts (grands boulevards, hôtels, maison closes, cafés, bars, parcs, discothèques…). Ces sites sont répertoriés selon une cartographie réalisée lors de la mise ne place du projet au niveau de chaque ville. Elle est mise à jour de façon trimestrielle, en fonction de l’identification de nouveaux sites, de la dispari- tion de certains sites du fait de facteurs externes (rafles policières, flux des clients, saisons…). Durant l’année 2013, au regard des besoins importants qui restent à couvrir, l'ALCS a implanté le projet sur deux nouvelles villes couvrant la région de Doukkala-Abda qui comptent un nombre important de femmes vulnérables. L’ALCS a également renforcé les équipes existantes et intégré des nouveaux sites. L’année 2013 a connu, la réalisation de 4 sessions de mobilisation des partenaires en collaboration avec le Conseil National des Droits Humains pour la lutte contre la violence à l’égard des travailleuses du sexe, l’organisation d’une formation sur les IST au profit des intervenants du projet, la tenue d’un atelier de mutualisation et de fidélisation des anciennes éducatrices paires, la création de nouveaux outils d’anima- tion et l’organisation de séances thématiques répondant aux besoins des travailleuses du sexe en matière de droit, santé reproductive, RAMED, activités génératrices de revenus… Une évolution positive de la participation communautaire grâce au travail fait avec les éducatrices paires a été notée ainsi qu’une meilleure acceptation des prestations par la population. L’ALCS a également renforcé ses liens avec les associations locales renforçant ainsi la collaboration avec la société civile. 20
  22. 22. L’année 2013 en chiffres 49.465 nouveaux contacts 1.769.114 préservatifs distribués 1.592 permanences au local 5.381 permanences sur le terrain 12.248 tests de dépistage du VIH, dont 150 positifs 3.239 consultations IST 74 formations des éducatrices paires 171 formations pour les intervenants du projet 75 séances de convivialité 942 séances d’information 169 séances thématiques 21
  23. 23. 22 Prévention de proximité auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) et des professionnels du sexe Implantation du projet Tanger, Rabat, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Agadir, Marrakech, Meknès et Tiznit Bailleurs Le projet est cofinancé par le FMLSTP, la fondation DROSOS, la fondation AMFAR, la Fondation de France, la mairie de Paris Les HSH au Maroc vivent dans un contexte défavorable aggravé par les préjugés, la discrimination et la stigmatisation. L’ALCS a mis en place un programme de prévention de proximité auprès des HSH dès le début des années 1990. Le projet couvre aujourd’hui 9 villes et offre l’accès aux informations liées au VIH et aux IST, aux outils de prévention, au dépistage, à une offre des traitements pour certaines IST et au circuit de prise en charge pour les séropositifs. L’ALCS se trouve dans une position pilote vue la confiance accordée à l’équipe du projet et aux volontaires des sections par la population HSH, traduite par la facilité de l’accès aux services de l’association et la progression du niveau d’implication ressenti par tous les acteurs du projet chez la population HSH fidèle à l’ALCS. Durant l’année 2013, l’ALCS a pu renforcer les permanences sur le terrain et dans les locaux des sections grâce à l’implication des pairs éducateurs dans les différentes actions du projet et la collaboration étroite avec les référents. Elle a également ren- forcé les capacités des intervenants en matière de formations sur la proximité, le suivi des évaluations et la santé sexuelle. L’ALCS a également amplifié la participation des pairs éducateurs au niveau de la planification des actions locales et aussi des groupesde parole avec les différents consultants. En octobre 2010, l’ALCS a mis en place un centre de santé sexuelle à Marrakech, pour améliorer la santé des HSH et tenter de réduire leur vulnérabilité au risque d'infection à VIH et aux IST. A chaque consulta- tion, anonyme mais codifiée, un dossier est ouvert pour permettre le suivi avec un plan d’accompagne- ment personnalisé défini en concertation avec les bénéficiaires. En 2013, 283 personnes ont bénéficié des différents services du centre de santé comme le dépistage du VIH, les tests syphilis, les services dermatologiques et proctologiques, les consultations psychologiques, la médiation thérapeutique… En plus de ces soins, le centre propose une aide sociale aux personnes en situation précaire, ainsi qu’une caisse de solidarité pour l’aide aux soins.
  24. 24. 23 L’année 2013 en chiffres 42 éducateurs pairs formés 20.103 Nouveaux Contacts 30.964 Anciens Contacts 593.788 Préservatifs distribués 454 Consultations IST 4.931 tests de dépistage du VIH, dont 76 positifs 6 Séances Conviviales 431 Séances d’information 69 Séances Thématiques
  25. 25. 24 Prévention auprès des routiers Implantation Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Guelmim, Marrakech, Tanger Bailleurs de Fond Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme L’ALCS mène depuis 2007 un projet de prévention de proximité des IST/sida spécifiquement dédié aux transporteurs routiers circulant sur les grands axes routiers au Maroc, entre Guelmim et Tanger. L’efficacité de ce programme a été mise en exergue par une étude d’impact auprès des bénéficiaires (avant et après intervention de l’ALCS) menée en 2012. L’étude a montré une meilleure connaissance des modes de transmission et moyens de prévention du VIH, une utilisation plus régulière du préservatif et une meilleure fréquentation des centres de dépistage. Les actions de prévention sont réalisées au niveau des sites de regroupement des transporteurs routiers en attente : stations de service, aires de repos, gares routières, parking, cafés, places des transporteurs). Mais également au niveau des locaux de l’ALCS et des locaux des associations des routiers. En plus des actions de prévention et de dépistage réalisées en 2013, l’ALCS a organisé 4 sessions de formation au profit de 36 relais de prévention routiers, ainsi que 20 réunions de suivi avec 59 relais de prévention routiers dans les différentes sections impliquées dans le projet. L’ALCS a également mis en place un atelier de formation au profit des intervenants du projet dédié au renforcement de leurs capacités en matière de communication sur les IST. Au niveau des structures fixes, l’ALCS accueille de plus en plus de nouveaux routiers orientés par les intervenants du projet, mais aussi de plus en plus d’anciens bénéficiaires témoignant d’une satisfaction à l’égard de prestations reçues. L’année 2013 en chiffres 1.221 actions de prévention 605 permanences sur le terrain 541 permanences dans les locaux de l’ALCS 28.951 routiers sensibilisés 350.513 préservatifs distribués 152.009 supports IEC sous forme de carnets de bord, CD et dépliants distribués 5.421 tests VIH, dont 15 positifs 69 actions mobiles de dépistage 1.994 tests de syphilis 183 consultations IST
  26. 26. 25 Prévention de proximité dans le milieu du travail Implantation Agadir, Casablanca, Rabat, Taroudant, Marrakech, Meknès, Fès, Larache, Tanger, Oujda, Tétouan, Safi, Beni Mellal, Essaouira, El Jadida Bailleurs de Fond Fondation Drosos, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Fondation GSK France Ce programme s’articule autour du conseil, du test VIH volontaire, d’actions d’information, de sensibili- sation et d’éducation par les pairs dans le milieu du travail, particulièrement auprès des ouvriers (ères). Le plaidoyer pour la mise en œuvre des directives du Bureau International du Travail et l’appropriation de la recommandation R2001 en sont des composantes importantes. Ces actions se font en partenariat avec les responsables des entreprises, les syndicats et les associa- tions féminines ou de développement proches des bénéficiaires. Présent dans 11 villes (contre 8 en 2012), ce projet vise la réduction du risque d’infection à VIH et la formation de relais de prévention au sein des entreprises. En 2013, 24 relais de prévention ont bénéficié d’une formation continue et 41 nouveaux relais ont été formés. Plusieurs actions de coopération et de plaidoyer ont été programmées. Une journée de mobilisation des différents partenaires s’est tenue en février 2013 à Ait Amira Chtouka Ait Baha, et un séminaire de mobilisation des inspecteurs du travail a eu lieu à Benimellal le 8 mars 2013. L’ALCS a organisé 5 rencontres d’appropriation de la recommandation R200 de l’OIT, à Casablanca, Agadir, Taroudant et Marrakech. L’année 2013 en chiffre 28 951 Nouveaux Contacts 12 830 Anciens Contacts 350 513 Préservatifs distribués 152 009 Supports d’information distribués 506 séances de sensibilisation 9.342 tests de dépistage, dont 22 positifs 168 consultations IST 1Recommandation concernant le VIH/sida et le monde du travail, adoptée à Genève pendant la 99ème session de la Conférence Internationale du Travail, 17 juin 2010
  27. 27. 26 Prévention de proximité auprès des migrants subsahariens Implantation Casablanca, Rabat Bailleurs de Fond Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, la coopération Suisse, l’Organisation Internationale pour les Migrations D’un pays de transit, le Maroc est devenu un pays d’accueil pour les populations migrantes subsa- hariennes. Les conditions de vie précaires auxquelles sont contraints la majorité des migrants subsa- hariens, déterminent des besoins médicaux et psychologiques qui ne sont pas pris en compte. L’ALCS travaille sur cette question depuis 2005, dans une approche multi-partenariale dictée par les besoins de cette communauté en matière d’accès aux soins, à la prévention et à la prise en charge des IST/sida. L’ALCS est le principal prestataire d’une prise en charge globale médicale ; psychologique et sociale pour une population ne pouvant bénéficier actuellement d’aucun système d’assurance maladie. L’ALCS travaille dans ce domaine avec d’autres associations dans le cadre d’une plateforme de protection des migrants. Cette plateforme, constituée de dix associations, a été créée en 2006 pour coordonner et renforcer les actions des associations travaillant auprès des migrants. Un groupe de travail « collectif santé » a été crée au sein de cette plateforme avec pour mission de coordonner et d’optimiser la prise en charge en matière de santé des migrants à Rabat. C’est également un programme à caractère communautaire mis en place et conçu avec les commu- nautés subsahariennes. Le projet est géré par une équipe composée de médecins, d’une infirmière, d’une psychologue, de pairs éducateurs, de médiateurs thérapeutiques et d’intervenants de prévention sur le terrain. Il se divise en quatre principaux volets. D’abord la réduction du risque d’infection par le VIH, la réduction de l’impact chez les PVVIH, le plaidoyer pour le respect des droits des migrants subsahariens et en particulier le droit à la santé et la promotion de l’accès aux soins à travers le système de santé marocain. L’assistance aux femmes et enfants victimes de violences sexuelles est un programme à part entière. En effet l’ALCS Rabat a repris, fin 2012, le projet d’assistance de femmes et enfants victimes de violences sexuelles initialement mis en place par MSF. Grâce à l’implication de ses militants et des partenaires, l’équipe de ce projet a assuré entre octobre 2012 et décembre 2013, la prise en charge de 311 cas de violence, dont 92 % sont des femmes (15 % VIH +) et 17 % des mineurs. L’équipe a aussi mis en place un programme de sensibilisation de la population migrante sur la prévention et la prise en charge des violences sexuelles. Avec l’aide de ses partenaires, l’ALCS a pu renforcer ses activités de plaidoyer auprès du secrétaire général du Ministère de la Santé ; du directeur de la Direction des Hôpitaux et des Soins Ambulatoires ; des directeurs des hôpitaux et CHU de Rabat pour l’adaptation de l’accessibilité des migrants aux soins face à l’instauration du RAMED.
  28. 28. 27 L’année 2013 en chiffres 5 469 nouveaux contacts 2 252 Anciens contacts 1 297 Tests de dépistage dont 55 positifs, soit une prévalence de 4,24% 80 726 préservatifs distribués aux locaux de l’ALCS et sur le terrain 20 Nouveaux Educateurs Pairs ont été formés sur la prévention de proximité 301 Consultations IST effectuées
  29. 29. 28 Programme de réduction des risques auprès des usagers de drogues injectables Implantation Tétouan Bailleurs de Fond Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme – Fondation Drosos L’ALCS a mis en place un programme d’activités de réduction des risques (RdR) auprès des personnes usagères de drogues (PUD) depuis 2009. En septembre 2012, l’ALCS a démarré un vaste programme sur la ville de Tétouan, l’une des villes du Nord les plus touchées par le phénomène de la consom- mation des drogues. La mission de l’équipe des intervenant(e)s à Tétouan est d’informer les PUD sur les risques sanitaires qu’ils encourent, de mettre à leur disposition des outils de réduction des risques (du matériel d’injection stérile, du papier aluminium pour les fumeurs, des préservatifs pour ceux qui le souhaitent…), de les orienter vers une prise en charge spécialisée (programme de substitution des opiacés) et d’organiser des activités de convivialité et de restauration de l’estime de soi. En 2013, l’ALCS a fait l’acquisition d’un local d’accueil où sont organisées plusieurs activités de soutien et de convivialité : des séances de sensibilisation et de débat, des ateliers de musique, dessin et théâtre. Ce local est également un lieu de vie où les bénéficiaires peuvent obtenir des collations et prendre une douche. L’équipe a ainsi pu toucher 1.311 PUD injectables, dont la majorité est composée d’hommes. Parmi eux, 164 sont des injecteurs et 1.147 sont des fumeurs de drogues injectables. L’équipe a pu distribuer plus de 50.000 seringues, de 95.000 unités de papier aluminium et plus de 44.000 préservatifs. Elle a, de plus, réussi à récupérer plus de 10.000 seringues usagées. L’année 2013 en chiffre 1.311 nouveaux contacts 704 actions terrains 50.110 seringues distribuées 6.568 seringues récupérées 44.313 préservatifs distribués
  30. 30. 29 Prévention auprès des jeunes Au Maroc, d’après le ministère de la Santé, les jeunes entre 15 et 34 ans représentent près de la moitié (48%) des personnes touchées par le VIH. L’association de lutte contre le sida ne manque aucune occasion pour aller à leur rencontre afin de les sensibiliser à la prévention de l’infection à VIH et de faire émerger leurs questionnements sur cette thématique. Le but étant de permettre un contact plus aisé entre les jeunes et les dispositifs de prévention, de dépistage et de soins, en plus de les aider à prendre conscience de la nécessité de se protéger et de protéger l’autre. Tout au long de l’année, les sections de l’ALCS organisent des conférences et des séances de sensibilisa- tion dans les établissements scolaires, les clubs de santé, des universités, les maisons de jeunes et tien- nent des stands lors de divers évènements afin d’atteindre le maximum de personnes. L’ALCS est égale- ment présente lors de divers festivals et manifestations culturelles: L’Boulevard et le Tremplin des jeunes musiciens à Casablanca, Timitar à Agadir, Festival de Gnaoua à Essaouira… Parallèlement à cela, des actions plus structurées ciblant principalement les jeunes sont mises en œuvre par l’ALCS notamment les deux projets OCP skills à Ben Guérir en partenariat avec AMIDEAST et Youssoufia en partenariat avec la Fondation orient occident. En matière de prévention de proximité auprès des populations clés durant l’année 2013, les jeunes représentent près de 38% des personnes couvertes, 37% des tests VIH réalisées et 23% des PVVIH dépistées. 2013 en chiffres 49.200 jeunes ont été couverts par les programmes de prévention de proximité auprès des populations clés 25.570 tests VIH ont été réalisés auprès des jeunes dont 126 sont positifs 37.245 tests de dépistage auprès du grand public
  31. 31. 30 Dépistage du VIH Implantation 27 Centres d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) fixes et 4 CIDAG mobiles Bailleurs de Fond Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme Le dépistage anonyme et gratuit, qu'il soit mobile ou fixe, est présent dans toutes les actions de préven- tion des projets de proximités et au niveau de toutes les sections de l’ALCS. Le projet a été mis en place par l’ALCS depuis 1992 et renforcé par l’arrivée du Fonds Mondial de Lutte contre la Tuberculose, le Paludisme et le Sida (FMLSTP) et la fondation Drosos. Le projet vise l’amélioration et l’extension de l’offre de dépistage de l’ALCS afin d’atteindre les régions éloignées des CIDAG fixes ainsi que la prise en charge des IST aux populations clés les plus exposées au risque d’infection par le VIH. Durant l’année 2013, l’ALCS a connu deux grandes actions de dépistage : la 7ème Journée Nationale de Dépistage (Cf page….) et la participation à la campagne de dépistage organisée par le ministère de la Santé entre le 20 novembre et le 27 décembre 2013. Pendant cette campagne, l’ALCS a renforcé les permanences au niveau de ses centres de dépistage et a organisé des actions mobiles ciblées sur les populations clés. Au total, 460.867 tests VIH ont été effectués durant cette campagne par le ministère de la santé et les différents acteurs associatifs, dont 73.053 au profit de femmes enceintes. 778 tests se sont révélés positifs dont 50 concernent des femmes enceintes. L’ALCS a effectué à elle seule 24.345 tests dont 106 se sont révélés positifs. Dans le cadre du volet assurance-qualité de l’activité de dépistage mis en place en 2010, l’ALCS a organisé un atelier régional au profit des médecins du CIDAG, ainsi qu’une formation de médecins conseillers en dépistage du VIH. L’année 2013 en chiffre : 70.625 tests de dépistage 542 tests positifs (42% du total des tests positifs réalisés au Maroc)
  32. 32. 31 Prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) La consultation des IST est une activité offerte aux populations clés comme le dépistage du VIH. Elle se fait par les médecins formés par le ministère de la Santé sur la base de l’approche syndromique de la consultation des IST. Les consultations se font dans les locaux de l’ALCS et dans les bus mobiles de dépistage. Durant l’année 2013, le nombre de consultations des IST a atteint 5 131 consultations. Les sections de Casablanca et de Rabat ont réalisé à elles seules 49,1 % des réalisations. Les femmes sont les plus touchées par la consultation des IST que les hommes, avec un pourcentage de 79,83 %. Les cervicites et les vaginites représentent plus de 57% des syndromes dépistés. Répartition de la consultation des IST par section et par semestre pour l’année 2013 Agadir 235 94 329 6,4 Béni Mellal 51 58 109 2,1 Casablanca 596 450 1046 20,4 El Jadida 316 90 406 7,9 Essaouira 178 79 257 5,0 Fes 271 105 376 7,3 Guelmim 93 91 184 3,6 Larache 39 9 48 0,9 Marrakech 125 92 217 4,2 Meknes 259 74 333 6,5 Nador 9 31 40 0,8 Oujda 4 5 9 0,2 Rabat 896 578 1474 28,7 Safi 38 46 84 1,6 Tanger 46 0 46 0,9 Taroudant 42 52 94 1,8 Tiznit 36 43 79 1,5 Total général 3234 1897 5131 Sections Semestre 1 Semestre 2 Total général Contribution à la réalisation total en %
  33. 33. 32 Répartition de la consultation des IST selon population cible et par semestre durant l’année 2013 Population cible/sexe Sexe F M Sexe F M Total général Total général 2567 667 3234 1529 368 1897 5131 Total 1 semestre Total 2 semestre GP 349 181 530 167 89 256 786 HSH 0 274 274 180 180 454 Migrants 98 60 158 96 47 143 301 Ouvriers 145 9 154 3 11 14 168 PS 1976 1976 1263 1263 3239 Routiers 0 142 142 0 41 41 183
  34. 34. 33 Réalisations des projets de prévention de proximité et de dépistage Synthèse des réalisations des projets de prévention : janvier-décembre 2013 Réalisations globales en matière de dépistage VIH par population clé : Janvier - Décembre 2013 Projet Actions de prévention Nouveaux contacts Anciens Contacts Préservatifs distribués Gels distribués Supports d’information Kits distribués Seringues récupérées Travailleuses du sexe Homme ayant des relations sexuelles avec des hommes Ouvrier(ère)s Routiers Migrants Usagers de drogues injectables 8 256 49 465 66 449 1 769 114 4 858 20 103 30 964 593 788 133 850 9 870 506 25 825 162 235 65 143 1 221 28 951 12 830 350 513 152 009 757 5 469 2 252 80 726 487 10 228 704 1 311 10 696 44 313 5 011 6 568 Total 16 302 131 124 123 191 3 000 689 134 337 237 250 5 011 6 568 Population Global Femmes Hommes Prévalence Tests VIH réalisés Tests positifs Tests positifs Tests VIH réalisés Femmes Hommes Globale Grand public Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Migrants Ouvrier(ère)s Travailleuses du sexe Routiers Usagersdedroguesinjectables Total général 14650 94 22595 120 0,64% 0,53% 0,57% 0 4931 76 1,54% 1,54% 622 29 675 26 4,66% 3,85% 4,24% 4225 6 5117 16 0,14% 0,31% 0,24% 12246 150 2 0 1,22% 1,22% 9 0 5397 15 0,28 0,28% 21 1 135 9 4,76% 6,67% 6,41% 31773 280 38852 262 0,88% 0,67% 0,77%
  35. 35. 34 Réalisations globales en matière de dépistage VIH par stratégie : Stratégie Tests VIH réalisés Tests positifs Fixe Mobile Journéenationale dedépistage Total 27867 412 36142 114 6616 16 70625 542
  36. 36. 35 Les activités de plaidoyer L’ALCS estime que la lutte contre le sida ne peut être dissociée du combat pour les droits humains. Il ne peut y avoir d’accès au dépistage et aux soins sans lutte contre les préjugés et les tabous, comme il ne peut y avoir de prise en charge médicale efficace sans lutte contre la stigmatisation et pour le respect des droits fondamentaux des personnes vivant avec le VIH. C’est avec cette vision que l’ALCS mène depuis sa création des actions de plaidoyer pour la défense des droits des personnes vivant avec le VIH et des popula- tions vulnérables. L’ALCS se mobilise sur le terrain, seule ou en alliance avec plusieurs ONGs de défense des droits humains, contre les différentes violations des droits humains. La création d’une coalition d’ONGs avec les différents défenseurs de droits est une nécessité pour une meilleure riposte au VIH, pour agir sur les lois, les politiques, les normes sociales et l’environnement. Aussi, ce combat ne peut être mené et réussi sans l’implication des populations concernées. Actions de plaidoyer menées en 2013 • Action urgente avec l’Espace Associatif et l’Association Marocaines des Droits Humains (AMDH) pour l’arrêt immédiat des rafles contre les migrants subsahariens, particulièrement celles menées à proximité des centres sociaux destinés aux migrants. Mars 2013 - Action : Interpellation du ministère de l’Intérieur et du Conseil National des Droits Humains (CNDH) - Résultat : les rafles ont été momentanément stoppées à proximité des centres sociaux • Action urgente contre l’obligation nouvellement imposée de soumettre les étrangers à un test VIH pour le renouvellement de leur titre de séjour. Cette action a été menée avec l’AMDH et la Plateforme de défense des droits des migrants. Avril 2013 - Action : Interpellation du CNDH et des ministres de la Santé et de l’Intérieur - Résultat : la DGSN a rectifié la circulaire qui a été mal interprétée par les administrations concernées, avec l’arrêt immédiat de la soumission au test VIH pour le renouvellement du titre de séjour • Dénonciation, avec l’Observatoire Marocain des Prisons, de la divulgation du statut sérologique d’un détenu islamiste décédé en détention. Mai 2013 - Action : Interpellation du chef du gouvernement, du ministre de la Justice et du directeur de l’administration pénitentiaire - Résultat : envoi du CNDH et de la délégation interministérielle des droits de l’Homme de courriers à l’adminis- trationpénitentiaireluidemandantdesexplications.Cetteactionabénéficiéd’unelargecouverturemédiatique.
  37. 37. 36 • Action contre une campagne de xénophobie et de sérophobie à l’égard d’un détenu PVVIH subsaharien hospitalisé au CHU Avicenne de Rabat. Octobre 2013 - Action : interpellation du chef de gouvernement et de l’administration pénitentiaire - Résultat : la direction du CHU a exigé à l’Administration pénitentiaire d’autoriser nos médiateurs thérapeutiques à rendre visite au malade et à sensibiliser le personnel et les codétenus hospitalisés • Action urgente avec l’AMDH et d’autres organismes de la société civile contre une campagne de séro- phobie visant des travailleuses du sexe dans le Moyen Atlas. Décembre 2013 - Interpellation des autorités et du CNDH et organisation d’actions de mobilisation contre a violence à l’égard des travailleuses du sexe à Agadir et Tanger - Résultat : le CNDH a constitué un comité qui s’est rendu sur place pour inciter les autorités locales à stopper ces violations et à respecter les droits de ces femmes
  38. 38. 37 AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les personnes infectées et affectées par le VIH Implantation Agadir, Taroudant, Marrakech, Casablanca, Rabat, Fès, Tanger Bailleurs de Fond Agence de Développement Social – Fonds Mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme Lancé en 2006, le programme AMALI est un programme d’activités génératrices de revenus au profit des personnes infectées par le VIH, de leur entourage et des populations les plus vulnérables à l’infection à VIH Il vise à réduire l’impact socio-économique du VIH au sein de ces popula- tions. Le programme a démarré en 2006, avec un finance- ment de Sidaction Maroc et de l'Agence de Développement Social. Depuis 2012, ce programme bénéficie d’un co-financement du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme Le programme est co-géré par l’ADS, l’ALCS et des associations locales de développement, permettant ainsi un accompagnement des bénéficiaires allant du montage à la mise en valeur de leurs projets. Après des débuts difficiles, 148 bénéficiaires ont pu démarrer des projets qui vont de l’épicerie à la couture en passant par la vente de diverses marchandises, avec des budgets compris entre 5.000 et 40.000 dirhams. Une enquête réalisée par l’ALCS en 2011 a montré que du fait de l'acquisition d'une autonomie financière et d’un statut social, la majorité des bénéficiaires ressentent une meilleure estime de soi, des changements comportementaux et une insertion dans la société; ce qui facilite la prise en charge médicale et psychosociale. Les résultats du projet sont encourageants, mais il reste des défis à relever : une consolidation de la gestion du programme au niveau de l'ALCS afin de répondre avec plus d'efficience aux besoins budgétaires des projets, un accompagnement renforcé des bénéficiaires, l'élargissement du programme à d’autres villes et à d’autres populations clés notamment les migrants et les usagers de drogues. L’année 2013 en chiffres 45 projets approuvés et financés 917.015,85 Dirhams dédiés aux porteurs de projets
  39. 39. 38 Fonds d’Appui aux Structures Partenaires Le FASP lancé en 2008, financé par Sidaction Maroc, a pour objectif le renforcement au niveau national de la lutte contre le sida par un soutien financier de projets ayant trait à la recherche scientifique et médicale, la formation, la prévention, l’amélioration de la qualité de vie, et le soutien aux personnes vivant à VIH et/ou leurs proches. Il vise aussi à favoriser le développement, le partenariat et l’émergence d’acteurs de la lutte contre le sida au Maroc.En 2013, ce fonds a permis l’attribution d’une subvention d’une valeur de 2.196.592 DH, soit 21% du montant de la collecte à 8 associations impliquées dans la lutte contre le sida ou la réduction des risques auprès des personnes usagères de drogues et 3 organismes de recherche. Organismes bénéficiaires: Associations : - Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF) - Association de Lutte contre les Maladies infectieuses (ALMI) - Association Soleil pour le soutien des enfants affectés par le VIH/SIDA au Maroc - Association Hasnouna de Soutien aux Usagers de Drogue (AHSUD) - La Rabita Mohammedia des Oulémas (RMO) - Association Nationale de Réduction des Risques liés à l’usage des Drogues (RDR Maroc) - Ligue Marocaine de lutte contre les Maladies Sexuellement Transmissibles (LMLMST) - Association du Jour Instituts de recherche : - Institut Pasteur Maroc - Service des Maladies Infectieuses, CHU Ibn Rochd de Casablanca - Association Pasteur Maroc pour la recherche et le développement (APMRD)
  40. 40. 39 Allo Info Sida Bailleurs Ministère de la Santé – Fondation Drosos Dans une société peu préparée à aborder les risques liés à la sexualité, l’ALCS a décidé d’offrir un espace d’intimité, de compréhension et de communication en créant la ligne d’écoute en décembre 2002. AIS est un moyen d’obtenir anonymement une information adaptée à la compréhension des appelants, à leur situation et à leurs besoins. Il est au service des personnes en difficulté face à des questions relatives à la prévention, ou ayant des comportements à risque. C’est un instrument de prévention qui a constitué depuis sa création, un moyen indispensable dans la chaîne de prévention contre le VIH. Une coordinatrice et trois écoutants répondent en toute confidentialité à toutes les questions liées à l’infection à VIH et aux IST, de 9h00 à 16h00, tous les jours de la semaine, sauf le dimanche et les jours de fériés. Cette année AIS a noté un pic des appels reçus après la participation de l’ALCS à des évènements tels que le festival Gnawa à Essaouira, la campagne de dépistage du ministère de la Santé, la journée natio- nale de dépistage organisée par l’ALCS…. La tranche d’âge qui appelle le plus est de 25-29 ans, elle représente un taux de 32% des appelants, suivie par celle des 20-24 ans avec un taux de 16%, puis celle des 30-34 ans avec un taux de 21%. La majorité des appelants sont des hommes, à la recherche d’informations sur l’infection à VIH en premier lieu, et infections sexuellement transmissibles. Les questions d’ordre général viennent en tête avec 49% et les questions sur le vécu ou les symptômes représentent 20%. L’année 2013 en chiffres 4.037 appels
  41. 41. 40 Bila7araje Implantation Nationale Bailleurs One World UK – Fonds Mondial de Lutte Contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme Bila7araje est la version marocaine du projet "Learning about Living" conçu et développé par Oneworld UK et Butterfly Works au Nigéria, Sénégal, Mali et Egypte. C’est une plateforme SMS de prévention de l’infection à VIH destinée aux jeunes. Elle a pour objectif de leur assurer un accès aux informations liées à la santé sexuelle et reproductive en utilisant Internet et les téléphones portables. La plateforme est accessible par SMS au numéro 5808, sur le site web www.bila7araje.org et sur la page facebook : www.facebook.com/bila7araje. Une équipe de conseillers a été formée afin de répondre, dans un délai qui ne dépasse pas les 24h, aux différentes préoccupations des jeunes. Mis en place en 2011 avec un seul opérateur téléphonique, le service a été étendu aux trois opérateurs nationaux au prix d’1 DH la minute. Les questions les plus fréquentes concernent le VIH (54%), la sexualité, la puberté et les changements corporels, ainsi que les infections sexuellement transmissibles. L’année 2013 en chiffres 7.686 questions traitées depuis le lancement de la plateforme 1.339 questions traitées en 2013, dont 62 demandes via le net
  42. 42. 41 Recherche Communautaire 2Rebbani K, Ouladlahsen A, Bensghir A, Akil A, Lamdini H, Issouf H, Brahim I, Kitab B, Fakhir FZ, Wakrim L, Marhoum El Filali K, Himmich H, Ezzikouri S, Benjelloun S. Co-infections with hepatitis B and C viruses in human immunodeficiency virus-infected patients in Morocco. Clin Microbiol Infect. 19(10):E454-7, 2013. 3Brochure sur la recherche Partages : http://www.coalitionplus.org/wordpress/wp-content/uploads/2013/04/PARTAGES_brochure_FR.pdf 4Rapport national : La question du partage du statut sérologique des personnes vivant avec le VIH au Maroc : http://fr.slideshare.net/alcsmaroc/la-question-du-partage-du-statut-srologique-au-maroc 5Factors Associated with HIV Status Disclosure to One’s Steady Sexual Partner in PLHIV in Morocco. Mohamed Loukid, Alise Abadie, Emilie Henry, Mohamed Kamal Hilali, Lionel Fugon, Nadia Rafif, Othoman Mellouk, Ouarsas Lahoucine, Joanne Otis, Marie Preau L’ALCS a toujours été consciente de l’importance de la recherche communautaire et ses projets de recherche ont pris de l’ampleur au fil des années. Ces recherches, basées sur des méthodes scientifiques, répondent à des problèmes rencontrés sur le terrain. Les résultats sont ensuite traduits en actions (prévention, prise en charge, plaidoyer…). Plusieurs sujets ont déjà fait l’objet de recherche : les professionnelles du sexe, les routiers, la stigmatisation et la discrimination. L’ALCS finance par ailleurs des projets de recherche biomédicales réalisées par l’Institut Pasteur et le service des maladies infectieuses du CHU Ibn Rochd, dans le cadre du Fonds d’Appui aux Structures Partenaires financé par Sidaction Maroc2 . En 2013, l’ALCS a mené plusieurs recherches : - « La question du partage du statut sérologique des personnes vivant avec le VIH au Maroc3 » . Le projet Partages avait pour but de faire une analyse comparée des facteurs associés au partage du statut sérolo- gique chez les personnes vivant avec le VIH dans 5 pays : Equateur, Mali, RDC, Roumanie Maroc). Les résultats de l’étude au Maroc, ont donné naissance à un rapport national4 et un premier article sur le partage avec le partenaire sexuel5 . - Dans le cadre d’une étude multinationale incluant dix pays africains dont le Maroc, L’ALCS à été le parte- naire de SAHARA (Social Aspects of HIV/AIDS Research Alliance) et HSRC (Human Sciences Research Council) dans une recherche visant à déterminer quelles sont, parmi les initiatives de lutte contre le sida dans le milieu du travail, celles qui ont démontré une meilleure efficacité. Les résultats de cette étude ont fait l’objet d’un rapport qui sera soumis à l’organisation internationale du travail (OIT). - Un nouveau projet d’initiation de recherche, sur la relation entre les activités génératrices de revenu et les personnes infectées ou affectées par le VIH et les populations clé, est soumis à l’agence française nationale de recherche sur le sida et les hépatites (ANRS).
  43. 43. 42 Cellule de formation de l’ALCS Depuis sa création en 1988, l’ALCS a accordé une place centrale à la formation, activité garante de la qualité de ses services et de la motivation de ses militants. Dans la cadre d’une démarche qualité, l’ALCS a procédé en 2013 à l’évaluation de son plan de formation 2011/2012 arrivé à échéance. Un atelier national a ainsi permis d’analyser les réalisations, d’identifier les insuffisances et de mener une concer- tation sur les priorités en vue de la préparation du plan de formation biennal suivant. Parallèlement, en 2013, 15 nouveaux formateurs ont été validés et ont pu rejoindre le pool de formateurs. Un travail de capitalisation des informations a aussi été mené, avec pour résultat un outil pédagogique destiné à soutenir le travail des formateurs. Dans le but de renforcer la recherche communautaire, l’ALCS a organisé un atelier de rédaction des modules d’une formation sur la recherche communautaire, en collaboration avec la Coalition Plus. Plusieurs documents, présentations et outils ont été produits et donneront naissance à un module de formation, prévu pour 2014. D’autres formations ont été effectuées au profit des volontaires, des relais de prévention, des médecins, et des membres élus de l’association. D’autres sont en cours d’élaboration notamment sur les thèmes de la santé sexuelle et reproductive... 2013 en chiffres 39 formations 22 formateurs mobilisés 542 bénéficiaires
  44. 44. Le département financier 43 En 2006, l’ALCS a effectué une restructuration du département comptable avec l’installation du progiciel comptable SAGE, avec le soutien technique et financer de AIDES et de la Coalition Plus. Depuis cette restructuration, le service comptable a été renforcé par le recrutement d’une équipe composée d’une directrice administrative et financière, un chef comptable, deux comptables, deux gestionnaires de fonds et un coordinateur régional. L’ALCS a également élaboré un nouveau plan analytique pour répondre aux différents besoins d’états financiers, et pour permettre de suivre analytiquement les projets, les bailleurs, les charges, et les diffé- rentes informations utiles à la bonne gestion de l’association. La direction financière est en contact permanent avec le département des programmes pour le suivi des projets. En 2013, l’ALCS a lancé un travail de formalisation de ses procédures comptables, financières et de gestion des ressources humaines dans le cadre d’un manuel de procédures. L’ALCS est auditée par le cabinet international Grant Thornton depuis 2006, et ses états financiers sont certifiés par le commissaire aux comptes « sans réserves ».
  45. 45. Rue Salim Cherkaoui, Quartier des Hôpitaux, 20360, Casablanca - Maroc Tél :(212) 5 22 22 31 13/14 - Fax :(212) 5 22 22 28 59 email:alcs@menara.ma - www.alcs.ma

×