Rapport d'activité 2014

916 vues

Publié le

Rapport d'activité de l'ALCS 2014

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
916
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
215
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activité 2014

  1. 1. 1
  2. 2. 2 Sommaire Acronymes........................................................................................................... 3 Qui sommes-nous ? ............................................................................................. 4 Situation épidémiologique du VIH/sida au Maroc ............................................... 6 Les temps forts .................................................................................................... 7 Les programmes de l’ALCS................................................................................. 14 Le département financier .................................................................................. 29
  3. 3. 3 Acronymes VIH : Virus de l’Immunodéficience Humaine SIDA : Syndrome de l’Immunodéficience Acquise PVVIH : Personne Vivant avec le VIH PUD : Personne Usagère de Drogues injectables VHC : Virus de l’Hépatite C IST : Infection Sexuellement Transmissible ARV : Antirétroviraux IEC : information et communication RdR : Réduction des Risques
  4. 4. 4 Qui sommes-nous ? L’ALCS est la première et plus importante association de lutte contre le sida constituée dans la région MENA. L’association a vu le jour en 1988 alors qu’il n’y avait que 30 cas de sida déclarés. A l’origine de cette mobilisation, la conviction que plus la prévention est précoce plus elle est efficace. L’ALCS est également membre fondateur de la Coalition Plus et en assure actuellement la présidence. Reconnue d’utilité publique en 1993, l’ALCS a trois objectifs: - La prévention de l’infection à VIH - La prise en charge des personnes vivant avec le VIH - La défense des droits des personnes vivant avec le VIH Les activités de l’ALCS  Prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH: Achat de médicaments pour le traitement des infections opportunistes et des effets secondaires de la trithérapie, achat de consommables médicaux, examens biologiques et radiologiques, frais de transport pour les consultations  AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les personnes infectées et/ou affectées par le VIH  Défense des droits des personnes vivant avec le VIH  Plaidoyer pour l’accès aux traitements au Maroc et dans les pays en voie de développement  Actions de prévention auprès du grand public, des jeunes, des routiers, des ouvriers (ère)s et des groupes vulnérables: professionnel(le)s du sexe, usagers de drogue, migrants  Dépistage anonyme et gratuit dans les 25 CIDAG (Centre d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit) de l’ALCS et grâce à cinq unités mobiles  Formations en interne et en externe Les services de l’ALCS  Ligne téléphonique Allo Info Sida, d’écoute et d’orientation N°080 100 25 25  Plateforme web et SMS Bila7araje, de prévention et d’information sur la santé sexuelle : www.bila7araje.org , www.facebook.com/bila7araje , N° SMS 5808 Au niveau national l’ALCS c’est  19 sections: Agadir, Beni Mellal, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Guelmin, Laâyoune, Larache, Marrakech, Safi, Meknès, Nador, Oujda, Rabat, Tanger, Taroudant, Tétouan et Tiznit  25 CIDAG  5 CIDAG mobiles
  5. 5. 5 Les instances dirigeantes de l’ALCS Les assises nationales Les assises sont l’organe d’orientation de base de l’association. C’est un rendez-vous privilégié de tous les acteurs de lutte contre le VIH/sida au Maroc. Elles se présentent comme un moment de réflexion collective de l’ensemble des volontaires, pour faire le point et repenser les actions et les orientations. Elles sont aussi un espace de partage des initiatives et des expériences diverses en matière de lutte contre le sida. Les partenaires nationaux et internationaux, institutions, programmes gouvernementaux et associations amies sont invitées à participer activement à ces rencontres. Le conseil national Le conseil national est l’organe d’orientation et de décision de l’association. Il est chargé de faire le bilan de l’action de l’association entre chaque réunion et de tracer ses orientations pour l’avenir. Tous les trois ans, il se prononce sur l’action du bureau national sortant et élit le bureau qui doit lui succéder. Le conseil se compose de la totalité des membres de l’ensemble des bureaux de l’association. Il se réunit 4 fois par an et à chaque fois que les circonstances l’exigent. Le bureau national Constitué de personnes élues, il est l’organe d’administration et de décision au niveau national, dans le cadre des orientations tracées par les assises et le conseil. A défaut de ces orientations, il jouit des pleins pouvoirs pour déterminer lui-même l’action à entreprendre. Les bureaux locaux des sections sont tenus d’adresser chaque année au bureau national une copie de leurs rapports annuels moraux et financiers, des procès-verbaux de réunion des assemblées, ainsi que tout autre document qui représente un intérêt national. Le bureau national se réunit tous les 15 jours. Le bureau local C’est l’organe d’administration courante de la section qui exécute les décisions prises par les assemblées générales et se conforme à leurs orientations. Les volontaires des sections de l’ALCS élisent leurs instances dirigeantes tous les 3 ans et déterminent leur action en pleine autonomie, dans le cadre des statuts, du règlement intérieur et des orientations de l’association. Le bureau local est composé de 3 à 5 personnes : un président, un trésorier, un trésorier adjoint, un secrétaire général et un secrétaire adjoint. Ce bureau représente la section au sein du conseil national.
  6. 6. 6 Situation épidémiologique du VIH/sida au Maroc Selon les dernières données du ministère de la Santé, le nombre cumulatif de cas de VIH/sida notifiés entre 1986 et fin 2014 est de 10 017, dont 4 184 personnes porteuses du VIH et 5 756 personnes déclarées au stade sida. Plus de la moitié des cas cumulés ont été notifiés entre 2010 et 2014. Parallèlement à ces données, selon les estimations du ministère de la Santé, 32.000 personnes vivent avec le VIH au Maroc, dont près 70% ignorent leur séropositivité pour le VIH. Entre 2010 à 2014, les jeunes âgés de 20 à 34 ans représentent 46% des cas notifiés, et la transmission par voie sexuelle est largement prédominante avec près de 85% de transmissions par mode hétérosexuel. Les femmes représentent 50% des cas de VIH notifiés, dont 73% contaminées par leurs conjoints. La prévalence de l’infection à VIH dans la population générale reste faible (0.16%), mais l’épidémie se concentre parmi les travailleuses du sexe et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes à Agadir (plus de 5%), et chez les personnes usagères de drogues injectables à Nador (25%) et à Tétouan (7%); 70% des nouvelles infections sont enregistrées chez les populations les plus exposée au risque du VIH (travailleuses du sexe, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes et personnes usagères de drogues injectables) ou parmi leurs partenaires sexuels. Les régions du Souss-Massa-Draa, Marrakech- Tensift- Al Haouz et le Grand Casablanca, regroupent à elles seules 50% des cas notifiés. Toujours selon les estimations du ministère de la Santé, près de 3000 nouvelles infections sont survenues en 2013, et 1400 décès dus au sida sont à déplorer en 2014. Il s’agit donc d’une épidémie largement « cachée » avec des milliers de personnes vivant avec le VIH qui l’ignorent, beaucoup de couples où l’un est séropositif et l’autre séronégatif et qui s’ignorent, beaucoup de femmes enceintes qui ignorent leur statut faute d’accès au dépistage dans le cadre de la consultation prénatale et un accès insuffisant des populations clés au dépistage VIH. Evolution des cas notifiés à un stade asymptomatique (2007- 2014)
  7. 7. 7 Les temps forts Janvier 2014 10èmes assises nationales de l’ALCS sous le thème : « Nouvelle politique de l’immigration et accès aux services de santé » L’ALCS a organisé, les 17, 18 et 19 janvier 2014 à Rabat, ses Assises Nationales sous le thème : « Nouvelle politique de l’immigration et accès aux services de santé ». Au cours des dix dernières années, d’un pays de transit pour les migrants qui se déplacent vers l’Europe, le Maroc est devenu un pays de séjour. Les conditions de vie précaires auxquelles sont contraints la majorité des migrants subsahariens et la violence à laquelle ils sont exposés déterminent des besoins médicaux et psychologiques qui ne sont pas pris en compte. Le rapport récemment publié par le Conseil National des Droits de l’Homme met en lumière la situation inquiétante des migrants au Maroc. A la suite de ce rapport, le Souverain a initié une nouvelle politique d’immigration, respectueuse des droits de l’Homme et des engagements internationaux du Royaume ; créant ainsi un cadre favorable à l’amélioration des conditions de vie et d’accès aux soins de cette population. A l’occasion de ses 10es assises, l’ALCS a rassemblé divers acteurs dans le domaine de la migration et de la lutte contre le sida pour débattre de ce sujet brûlant d’actualité. Ces assises ont été l’occasion de réfléchir avec les partenaires institutionnels et associatifs sur comment améliorer l’accès aux soins aux populations migrantes. A l’issue de ces journées, conformément à la nouvelle politique d’immigration du Royaume, les participants ont émis une série de recommandations, visant l’amélioration de vie et de prise en charge médicale des migrants sub-sahariens.
  8. 8. 8 Avril 2014  Partenariat avec le centre OCP Skills L’ALCS a entamé en 2014 un partenariat avec l’OCP, à travers ses centres « OCP Skills ». Une convention a été signée en avril avec AMIDEAST, qui assure la gestion du centre « Rhamna Skills ». AMIDEAST apportera son soutien financier pour la mise en place d’un projet sur deux volets : la prévention des IST/sida auprès des jeunes fréquentant le centre Rhamna Skills et l’appui à la prévention combinée en direction des populations les plus exposées au VIH au niveau de la province de Ben Guerir. Des conventions similaires seront signées avec les centres OCP Skills de Khouribga et de Youssoufia.  Mission IBM au siège de l’ALCS Une équipe de 4 experts d’IBM s’est installée au siège de l’ALCS, entre le 24 avril et le 25 mai 2014, dans le cadre du programme IBM Corporate Service Corps. L’objectif était de soutenir le plan de développement des activités ALCS par la définition de solutions informatiques répondant aux besoins de pilotage, d’auditabilité, de transparence et d’efficacité accrue des processus existants. A la fin de leur mission, l’équipe IBM a élaboré un cahier de charges pour le développement d’une base de données concernant le suivi budgétaire et programmatique. L’équipe a fait une liste de recommandations sur les problèmes identifiés, notamment sur le volet informatique, programmatique, base de données, solution d’archivage….
  9. 9. 9 Juin 2014 Première réunion du MENA CAB Dans le cadre d'une initiative régionale visant à renforcer le plaidoyer pour améliorer la prise en charge des personnes vivant avec le VIH dans la région Afrique du Nord et Moyen Orient (MENA), l’ALCS en collaboration avec l’ITPC-MENA, a créé en septembre 2013 le Comité Consultatif Communautaire de la région MENA (MENA-CAB). Le principal objectif du MENA-CAB, est d’assurer un dialogue à l’échelle régionale entre les personnes vivant avec le VIH et/ou l’hépatite C d’un côté et les représentants de l’industrie pharmaceutique et les décideurs de l’autre coté afin d’assurer une amélioration de l’accès au traitement, aux soins et à la prise en charge des patients. Le comité de pilotage compte 6 membres de 5 pays différents de la région MENA (Pakistan, Soudan Egypte Tunisie et Maroc). Ce comité décide du programme et des participants aux réunions et activités du MENA-CAB en collaboration avec le secrétariat du MENA –CAB assuré par l’ALCS. Le premier meeting du MENA-CAB a eu lieu à Casablanca du 30 juin au 1er juillet 2014. C’était l’occasion pour les 17 participants représentant le Pakistan, la Tunisie, l’Egypte, le Soudan, l’Algérie, la Jordanie, la Mauritanie et le Liban, de s’entretenir directement et pour la première fois dans la région MENA avec des représentants de ViiV healthcare une grande firme pharmaceutique qui produit l’Abacavir et le Dolutegravir et aussi Medicine Patent Pool (MPP) au sujet de l’accès des ARVs dans la région. Septembre 2014 Lancement de la plateforme régionale MENA L’association française AIDES soutient depuis le milieu des années 90 des associations africaines et Magrébines de lutte contre le sida. En 1997, privilégiant une démarche collective et inclusive, elle a initié le Réseau Afrique 2000, réseau de renforcements mutuels réunissant une quarantaine d’associations communautaires de lutte contre le sida du Maghreb, d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale. Afin d’ouvrir une nouvelle page dans son engagement auprès des partenaires internationaux, AIDES a souhaité privilégier les dynamiques partenariales régionales en transférant progressivement les outils et savoir-faire développés par l’association depuis plus de dix ans d’activités de renforcement de capacités. C’est ainsi qu’est né le programme « Transfert » qui consiste en un accompagnement à la création et le renforcement d’une plateforme régionale d’appui aux associations de lutte contre le VIH/sida dans la région MENA. La plateforme est co-financée par l’association AIDES et l’Agence Française de Développement. Hébergée à l’ALCS, elle regroupe dans sa phase de lancement trois associations : l’ALCS du Maroc, l’APCS de l’Algérie et l’ATL de la Tunisie et vise l’inclusion de nouvelles associations de la région. Elle encourage également le développement de synergies régionales en matière de lutte contre le sida. A terme, ce programme a pour vocation de contribuer à la concrétisation de l’accès universel à la prévention et à la prise en charge de l’infection à VIH.
  10. 10. 10 Octobre 2014  2ème conférence nationale sous le thème : « Pour une nouvelle approche des usages de drogues fondée sur la santé et les droits humains » Après une première édition organisée en 2011, l’ALCS a tenu une 2ème conférence nationale, le 9 octobre 2014 au siège du CNDH à Rabat, sous le thème : « Pour une nouvelle approche des usages de drogues fondée sur la santé et les droits humains ». De nombreuses études ont montré qu’aucune politique de réduction des risques auprès des usagers de drogues ne peut réussir sans l’amélioration de leurs conditions de vie et la lutte contre la stigmatisation dont ils sont victimes au quotidien. Cette conférence, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet de plaidoyer pour les usagers de drogues financé par l’Open Society Foundation (OSF), avait pour objectif de sensibiliser les décideurs et l’opinion publique à cette thématique. Elle a connu la participation de représentants de la gendarmerie royale, des forces auxiliaires, de la justice et de la société civile. A l’issue de cette rencontre, les participants ont adopté un plan de plaidoyer d’une année. Ce plan prévoit une série d’activités et de réunions pour la promotion du respect des droits des PUD et la dépénalisation de l’usage de drogues.  Obtention du Label « Association Responsable» L’ALCS est parmi les quatre premières associations marocaines qui obtiennent le label « Association Responsable » délivré par la société Vigéo. Ce label atteste que les structures et la gouvernance de l’association sont conformes avec le référentiel de responsabilité sociale. L’obtention de ce label a nécessité un audit détaillé afin d’établir un diagnostic de responsabilité sociale. L'ensemble de ce travail de décortication de notre association a pris 2 mois et a porté sur 15 critères d’évaluation et 145 indicateurs couvrant plusieurs domaines. Le Label «Association Responsable» est délivré pour une période de 3 ans, renouvelable sur la base d’audits réguliers.
  11. 11. 11 Novembre 2014 Participation de l’ALCS au Forum Mondial des Droits de l’Homme L’ALCS a participé activement au 2ème Forum Mondial sur les Droits Humains, du 27 au 30 novembre à Marrakech. L’ALCS et Coalition Plus, en partenariat avec le CNDH, ont organisé un forum sur la thématique « VIH & droits humains » avec une session spéciale « Droit à la santé, un droit humain fondamental ? Barrières de propriété intellectuelle et accès aux médicaments du VIH et du VHC». Cette session a porté sur les défis à relever afin d’assurer un accès universel à la santé, notamment les questions de propriété intellectuelle, les accords de libre échange, les licences volontaires, l’accès aux génériques… Les deux rencontres se sont déroulées avec la participation d’acteurs de la lutte contre le sida de la région MENA, ainsi que de la France, du Canada, de la Russie, des Etats Unis, du Royaume Uni, du Brésil, de la Turquie… Ils ont discuté de la place des droits humains dans la riposte au VIH dans notre pays et de la mise en œuvre des principales recommandations des agences des Nations Unies. A l’issue des travaux du forum, les participants ont adopté plusieurs recommandations, notamment la promulgation des lois protectrices des droits de l’Homme, l’interdiction de la discrimination sur la base du statut VIH, et la revue des approches gouvernementales par rapport à la consommation de drogues et au travail du sexe.
  12. 12. 12 Décembre 2014 Sidaction Maroc 2014 Sous le Haut Patronage de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, l’ALCS organise tous les deux ans depuis 2005, la campagne nationale de sensibilisation et de collecte de fonds, Sidaction Maroc. La 5ème édition a eu lieu du 1er au 24 décembre 2014, avec une soirée télévisée, le 19 décembre 2014, en direct sur 2M et 2M Monde. La campagne Sidaction Maroc est un évènement majeur de la lutte contre le sida dans notre pays. En plus de la collecte de fonds, elle permet une large diffusion des messages de prévention de l’infection à VIH et de lutte contre la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH. Grâce à nos partenaires, la campagne a bénéficié d’une large campagne de communication, d’une grande mobilisation de la presse écrite et électronique, des radios et télés, ainsi que d’un important dispositif d’affichage. Cette 5ème édition était axée sur les jeunes, avec pour thème « Donnons pour sauver les jeunes du sida ». Les jeunes se sont mobilisés avec l’ALCS au sein même de leurs établissements scolaires en organisant des journées de sensibilisation et de collecte. Les équipes de l’ALCS ont animé des stands d’info-prévention et des conférences dans une trentaine d’établissements scolaires publics et privés, de l’Education Nationale et de l’Enseignement Français au Maroc. Parallèlement aux activités de sensibilisation, certains de ces établissements ont organisé des opérations de collecte au profit de la campagne Sidaction Maroc. La somme totale collectée a été remise par deux élèves sur le plateau de l’émission Sidaction Maroc. Comme les précédentes, la soirée a été animée par Choumicha Chafay et Ali Baddou sur le plateau de 2M, ainsi que Aziza Laâyouni et Momo de Hit Radio au call center. L’émission a connu la participation de nombreux artistes de renommée nationale et internationale, d’animateurs télé et radio et d’experts nationaux et internationaux. La soirée était composée de plateaux d’information, reportages, divertissement et témoignages de personnes vivant avec le VIH. Pendant plus de trois heures, les artistes et experts ont fait passer des messages de prévention, de solidarité et d’appel au don. Des reportages réalisés par les équipes de 2M ont permis de montrer les importantes actions que mènent l’ALCS et ses partenaires, et de donner la parole à des personnes vivant avec le VIH. Le moment phare de la soirée a été le poignant et courageux témoignage à visage découvert d’Abderrahim, jeune homme vivant avec le VIH. Ainsi, grâce aux efforts de tous, l’émission a été instructive, émouvante, et divertissante. Elle a été regardée par plus de 1.900.000 téléspectateurs, atteignant une part d’audience de 30.9%. Les marocains, d’ici et d’ailleurs, ont fait preuve de grande générosité, ce qui a permis d’atteindre un montant de 10.2 millions de dirhams de promesses de dons. Une partie des fonds collectés sera destinée à financer des projets d’associations partenaires dans le cadre du Fonds d’Appui aux Structures Partenaires. Nos remerciements vont à nos partenaires, nos brillants animateurs, artistes, experts, médias, volontaires et donateurs, tous engagés à nos côtés.
  13. 13. 13 Activités de plaidoyer - Diffusion d’un communiqué de presse conjoint ALCS/AMDH/Collectif « Droit à la Santé » et ITPC-MENA sur l’accord de libre échange Maroc/Union Européenne (ALECA), janvier 2014 - Participation à la journée internationale des droits des femmes sous le thème : « mon corps, mes droits », mars 2014 - Diffusion d’un communiqué de presse sur l’exclusion du Maroc de la licence du laboratoire Gilead pour les nouveaux traitements de l’Hépatite C, septembre 2014 - Dans le cadre du projet de plaidoyer pour les droits des personnes usagères de drogues, l’ALCS a organisé une conférence nationale sous le thème : « Pour une nouvelle approche des usages de drogues fondée sur la santé et les droits humains », le 9 octobre 2014 à Rabat - Participation de l’ALCS à la marche orange contre la violence à l’égard des femmes, le 6 décembre 2014 Activités internationales - Pr Mehdi Karkouri représente l’ALCS au 34ème Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA à Genève, juillet 2014 - Réélection de Pr Hakima Himmich en tant que présidente de la Coalition Internationale Plus en juin 2014. Coalition PLUS, dont l’ALCS est un des membres fondateurs, est l'union de 13 acteurs communautaires de lutte contre le sida, présents sur trois continents, tous acteurs majeurs dans leur pays, inscrits dans la transformation sociale et intervenant au niveau international. Présence de l’ALCS au niveau international - L’ALCS est membre de plusieurs conseils d’administrations d’associations au niveau international : - Coalition Plus - AIDES - Sidaction - Le conseil scientifique de l’ANRS
  14. 14. 14 Les programmes de l’ALCS Le département des programmes Le département des programmes est une instance technique de l’ALCS dont le rôle est d’appuyer la direction dans la gestion des programmes mis en œuvre par l’ALCS. Cette instance a été mise en place en 2008 pour coordonner l’action de l’ALCS dans la prévention, le dépistage du VIH, la prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH et la recherche communautaire liée au VIH/sida. En effet, tous les projets de prévention ont des points de convergences (dépistage VIH, prise en charge des PVVIH…) et de ce fait, la gestion de ces différents programmes ne peut être compartimentée ni cloisonnée. Le département crée donc un espace de coordination et de collaboration entre les différents chargés de projets selon le cadrage stratégique des instances politiques. La mise en place du département des programmes a permis la standardisation du système de suivi et d’évaluation de l’ALCS, l’amélioration du suivi financier des projets, la formation des chargés de projets en matière de montage de projets, mais également la participation à des projets comme la préparation collégiale de la soumission au Round 10 du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le département se réunit 4 fois par an pour faire le suivi des projets, leur évaluation annuelle, et la mise en place des objectifs pour l’année à venir.
  15. 15. 15 Dépistage du VIH et prise en charge des IST Implantation 25 Centres d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) fixes et 5 CIDAG mobiles Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme Depuis l’inauguration en 1992 du premier CIDAG en partenariat avec le ministère de la Santé, l’ALCS n’a cessé d’élargir l’offre de prise en charge des IST et de dépistage de l’infection à VIH aux populations les plus exposées au risque de l’infection à VIH. A ce titre, l’ALCS compte aujourd’hui 25 CIDAG fixes opérationnels et 5 unités mobiles de dépistage du VIH, dont une pour la réduction des risques chez les usagers de drogue à la section de Tétouan. Le dépistage de l’infection à VIH est un point de convergence des programmes de prévention du VIH/sida auprès des populations-clés que l’ALCS mène. En effet, toute offre de prévention génère une demande en test VIH. La disponibilité, l’accessibilité et la continuité de ce service constitue un élément vital de toute politique de lutte contre le sida. L’année 2014 a été marquée par le lancement, en accord avec le ministère de la Santé de l’expérience pilote du dépistage communautaire au niveau de quatre sections (Agadir, Casablanca, Marrakech et Rabat) pour évaluer la faisabilité de cette stratégie en matière de dépistage conduit par des intervenants terrain non médecins. A travers cette démarche innovante, l’ALCS pourra diversifier son offre de dépistage auprès des professionnelles du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et des migrants subsahariens. Les conseillers communautaires en dépistage VIH exercent dans les CIDAG fixes de l’ALCS les CIDAG mobiles et dans les locaux des structures partenaires en utilisant les mallettes. Cette expérience pilote est destinée à être généralisées à toutes les sections de l’ALCS et à d’autres associations impliquées dans le lutte contre le sida Durant l’année 2014, le réseau des centres de dépistage s’est également renforcé avec l’ouverture d’un nouveau CIDAG à la ville de Casablanca.,. Le projet ambitionne en 2015 de réaliser 80.000 tests de dépistage et 6.000 consultations IST, ainsi que le renforcement et l’élargissement de la couverture par le dépistage VIH des populations clés au niveau des zones éloignées et difficiles d’accès. La consultation des IST est une activité offerte aux populations clés au même titre que le dépistage du VIH. Elle se fait par les médecins formés par le ministère de la Santé sur la base de l’approche syndromique des IST. Les consultations se font dans les locaux de l’ALCS et dans les unités mobiles aménagées à cet effet. Durant l’année 2014, le nombre de consultations des IST a atteint 5 413 consultations. 2014 en chiffres 55.100 tests de dépistage, dont 501 tests positifs 5.413 consultations IST
  16. 16. 16 Réalisations des projets de prévention de proximité et de dépistage Réalisations des projets de prévention auprès des populations clés et du grand public Janvier - Décembre 2014 PS HSH Migrants Ouvriers Routiers UDI Total Nouveaux contacts 35 028 22 182 5 518 19 686 24 295 1 723 108 432 Anciens contacts 71 010 38 078 2 912 0 8 898 17 113 138 011 TOTAL 106 038 60 260 8 430 19 686 33 193 18 836 246 443 Nb de préservatifs distribués par projet de proximité 1 504 317 599 793 97 855 121 741 321 467 10 490 2 655 663 Educateurs Pairs ou relais formés 0 86 30 45 45 0 206 Réalisations globales en matière de dépistage VIH par population clé Janvier - Décembre 2014 PS HSH Migrants Ouvriers Routiers Grand Public UDI Total Nb de tests VIH réalisés par le CIDAG Fixes 7 540 4434 1 354 768 328 7 320 83 21 827 Nb de tests VIH + réalisés par le CIDAG Fixes 96 73 54 16 4 127 2 372 Nb de tests VIH réalisés par le CIDAG Mobiles 5437 3699 198 7688 5873 9942 436 33 273 Nb de tests VIH + réalisés par le CIDAG Mobiles 47 18 3 10 13 8 30 129 Nb de consultations IST 3667 524 277 99 403 407 36 5413
  17. 17. 17 Prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH Implantation - Prise en charge psychosociale : Casablanca, Rabat, Agadir, Marrakech, Meknès, Fès, Nador, Oujda, Tanger, Béni Mellal, et Laâyoune - Activités de soutien social : Essaouira et Safi Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ; Sidaction ; Sidaction Maroc, Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) Le projet de prise en charge psychosociale des PVVIH vise à améliorer durablement les conditions de vie des PVVIH et de les aider à aller vers un mieux être sur les plans psychologique, médical et social. Le projet comporte plusieurs volets : médiation thérapeutique, soutien thérapeutique, soutien psychologique, soutien social, matériel et économique. Durant l’année 2014, les ressources humaines œuvrant dans les activités de PEC ont été maintenues avec le même effectif au niveau des différents sites de prise en charge. En dehors des activités programmées dans le cadre du projet, d’autres activités ont été menées visant le renforcement de l’estime de soi des PVVIH et l’amélioration de leur qualité de vie : groupes de paroles, séances thématiques, groupes d’auto- supports, séances de convivialités… Pour l’année 2015, l’objectif majeur pour l’équipe du projet est d’assurer la prise en charge psychosociale et la médiation thérapeutique de 75% de la file active nationale des PVVIH, conformément à la stratégie nationale d’extension de l’accès aux ARV. La relance du plan de formation en collaboration avec le Plan National d’Accompagnement Psychologique et Social (PNAPS) sera un défi à la fois pour la formation initiale visant le renforcement du pool des médiateurs, et pour la formation continue pour motiver et actualiser les connaissances des équipes. La reprise des activités de mobilisation et d’entraide entre les PVVIH, le renforcement de leurs capacités, l’émergence et la formation d’un pool de PVVIH leaders reste la nouvelle approche à mettre en place pour améliorer l’impact du projet de prise en charge des PVVIH. 2014 en chiffres 9 301 séances de médiation thérapeutiques, dont 1 841 séances initiales et 7 460 de suivi 5 415 bénéficiaires PVVIH 3 999 ordonnances médicales pour le traitement des infections opportunistes et des effets secondaires des ARV 2 442 billets de transport achetés 1 022 paniers alimentaires pour les plus démunies 665 bilans biologiques et 204 bilans radiologiques
  18. 18. 18 Prévention de proximité auprès des travailleuses du sexe Implantation Tanger, Asilah, Tétouan, Martil, Rabat, Salé, Temara, Meknès, Fès, Guigo, Casablanca, Bénimellal, Fqih Bensaleh, Kesbat Tadla, Essaouira, Marrakech, Agadir, Inezgane, Ait Melloul, Khmis Ait Amira, Biogra, Lakliâa, Tiznit, Taroudant, Goulmim, Tantan, El Jadida, Azemmour, Safi, Nador, Oujda, Larache, Awloz, El Hajeb et Azrou Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, UNFPA L’ALCS œuvre depuis 1991 pour la réduction de la vulnérabilité au VIH auprès des travailleuses du sexe. Ce programme, présent aujourd’hui sur 35 villes, a pour objectif la sensibilisation des bénéficiaires à l’infection à VIH et à la santé sexuelle et reproductive, tout en favorisant un changement de comportement sur le long terme. Les actions de prévention se font au niveau des sites de regroupement des travailleuses du sexe permanentes, occasionnelles et saisonnières, sur des sites fermés et ouverts (grands boulevards, hôtels, maison closes, cafés, bars, parcs, discothèques…). Ces sites sont répertoriés selon une cartographie réalisée lors de la mise en place du projet au niveau de chaque ville. Elle est mise à jour de façon trimestrielle, en fonction de l’identification de nouveaux sites ou de la disparition de certains sites suite à des facteurs externes (rafles policières, flux des clients, sites saisonniers…). De nouveaux outils d’info-prévention sur la santé sexuelle et reproductive ont également été conçus dans le cadre d’un projet avec l’UNFPA. Durant toute l’année, les équipes ont bénéficié de plusieurs formations et ateliers, permettant une meilleure communication entre les équipes et conduisant à une méthodologie de travail unifiée. Pour l’année 2015, le projet prévoit la revue de la couverture des sites d’intervention, la mise à disposition de la pilule contraceptive et la création d’un comité national des éducatrices paires afin de les impliquer de façon plus officielle à l’échelle nationale. 2014 en chiffres 1 504 317 préservatifs distribués 35 028 nouveaux contacts 12 977 tests de dépistage du VIH 5 370 permanences au local et sur le terrain 3 667 consultations IST 154 séances thématiques 36 séances de convivialité
  19. 19. 19 Prévention de proximité auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) et des travailleurs du sexe Implantation Tanger, Rabat, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Agadir, Marrakech, Meknès et Tiznit Bailleurs Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ; Mairie de Paris Ce projet a pour objectifs de réduire le risque d'infection à VIH, assurer une plus grande accessibilité aux informations sur le VIH/Sida afin d’accroitre le niveau de connaissances de ces groupes vulnérables sur ces questions, rendre les moyens de prévention, et notamment le préservatif, plus accessibles, et faciliter l'accès au test de dépistage anonyme et gratuit et aux soins IST. Ce programme vise aussi à assurer une écoute, un espace de parole et un soutien psychosocial aux plus vulnérables parmi cette population, ainsi qu’à garantir une prise en charge la plus complète possible des personnes infectées par le VIH. Les principales réalisations de l’année 2014 sont la mise en place d’un système de codification unique pour le suivi des bénéficiaires, l’élaboration d’un guide des normes et standards pour le travail auprès des HSH et la formation d’agents pour le dépistage communautaire. Le centre de santé sexuelle «Al Borj», basé à Marrakech et dédié aux HSH, a atteint une file active de 344 usagers. Il a été mis en place pour permettre l’accès des HSH à des services de conseil, de prévention, de traitement, de soins et de soutien adaptés à leurs besoins dans une démarche communautaire de promotion de la santé en général. Les usagers du centre ont bénéficié de des différents services du centre de santé comme le dépistage du VIH, les tests syphilis, les services dermatologiques et proctologiques, les consultations psychologiques, la médiation thérapeutique… Au total, 268 tests VIH, 162 tests syphilis et 27 consultations IST ont été réalisés. En plus de ces soins, le centre propose une aide sociale aux personnes en situation précaire, ainsi qu’une caisse de solidarité pour l’aide aux soins. Le projet comporte également un volet de prévention sur Internet qui s’appuie sur l’usage des sites de dialogue et de rencontres fréquentés par les HSH pour diffuser l’information sur le VIH/sida et informer sur les services de l’ALCS. Une étude bio comportementale réalisée en fin 2010 auprès des HSH a démontré que 19,5% à Agadir et 22% à Marrakech nouent via internet. La réalité des sites de rencontre classiques (rues, parcs…) est telle que certains HSH préfèrent l’usage d’internet vu que ces sites sont connus par les attaques homophobes, les agressions, les descentes de police et aussi les attaques des médias. Grâce à cette méthode, plus de 1 200 HSH ont été orientés vers les services de l’ALCS (locaux de l’ALCS, centres de dépistage, Allo Info Sida…). 2014 en chiffres 599 793 préservatifs distribués 22 182 nouveaux contacts 8 133 tests de dépistage du VIH, dont 45 positifs 3 966 permanences au local et sur le terrain 524 consultations IST 482 séances d’information 86 éducateurs pairs formés 49 séances thématiques
  20. 20. 20 Prévention auprès des routiers Implantation Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Guelmim, Marrakech, Tanger Bailleurs Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme Ce programme cible les transporteurs routiers circulant sur l’axe Guelmim-Tanger à travers une offre régulière de prestations préventives sur leurs sites d’attente ou de repos afin de leur faciliter l’accès à l’information, aux supports de prévention, au dépistage du VIH et aux soins IST. La cartographie du projet est réactualisée régulièrement et compte actuellement 70 sites potentiels. Certains sites routiers sont à proximité de sites de travailleuses du sexe qui profitent également des prestations du projet. En plus des actions sur le terrain, des permanences régulières ont lieu dans les CIDAG fixes des sections impliquées dans le projet pour accueillir, dans un cadre paisible et propice à l’écoute, les routiers orientés depuis le terrain pour le dépistage et/ou soins IST. Le projet comporte également la formation des relais de prévention routiers et la mobilisation des associations des routiers pour favoriser l’appropriation du projet par la communauté et l’extension de sa couverture. Le recyclage des intervenants du projet permet notamment de renforcer leurs compétences en matière de communication ciblée, incitant au changement de comportements. L’année 2014 a été marquée par l’organisation d’une caravane de sensibilisation et de dépistage du VIH et soins IST en juin 2014, couvrant 57 sites routiers dans 38 villes. Cette caravane était composée de 3 unités mobiles couvrant le sud, le centre et le nord du pays. Elle a connu la participation de 15 médecins, 31 intervenants, 14 volontaires, des relais de prévention et l’implication d’associations régionales de routiers. Cette activité a permis de sensibiliser 7.624 routiers et 366 travailleur(se)s du sexe, distribuer 84.000 préservatifs et 99.439 supports IEC, et assurer 4.655 tests VIH et 300 consultations IST. Une attention particulière a été portée au renforcement de la communication pour le changement de comportements. Tout d’abord, et comme recommandé dans les conclusions de l’étude d’évaluation du projet de 2012, le carnet de bord du routier a été enrichi par des messages sur la PEC, le traitement et les IST, tous accompagnés d’illustrations facilitant leur assimilation. D’autre part, un guide des séances de sensibilisation des routiers destiné aux intervenants du projet a été élaboré tenant compte de leurs besoins. Ce guide met à leur disposition un document de référence clair et précis servant d’appui et d’orientation dans leurs tâches d’animation des séances d’info prévention. Cette année a connu également des changements au niveau des équipes du projet avec le recrutement de nouveaux coordinateurs locaux au niveau de Guelmim, Agadir, Marrakech, Casa et Tanger. 2014 en chiffres 321 467 préservatifs distribués 99 439 supports IEC distribués 24 295 nouveaux contacts 6 201 tests de dépistage du VIH, dont 11 positifs 1 178 actions de prévention 642 permanences sur le terrain 403 consultations IST 65 actions de dépistage mobile 45 relais de prévention formés
  21. 21. 21 Prévention de proximité dans le milieu du travail Implantation Agadir, Casablanca, Rabat, Taroudant, Marrakech, Meknès, Fès, Larache, Tanger, Oujda, Tétouan, Safi, Beni Mellal, Essaouira, El Jadida Bailleurs Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ; Fondation GSK Ce programme s’articule autour du conseil, du test VIH volontaire, d’actions d’information, de sensibilisation et d’éducation par les pairs dans le milieu du travail, particulièrement auprès des ouvriers (ères). Présent dans 11 villes, ce projet vise la réduction du risque d’infection à VIH et la formation de relais de prévention au sein des entreprises. Ces actions se font en partenariat avec les responsables des entreprises, les syndicats et les associations féminines ou de développement proches des bénéficiaires. Les actions de dépistage ont été renforcées à travers l’organisation d’une caravane de sensibilisation, d’information et de dépistage au profit des agriculteurs de la région de Zagora qui a fait le départ d’Agadir jusqu'à Mhamid Aghizlane, et une autre à Assni dans le Grand Atlas. Le dépistage a d’ailleurs connu une évolution notable cette année, passant de 42 tests en 2004 à plus de 8000 en 2014. Consciente de l’ampleur des violations auxquelles sont exposés les travailleurs en lien avec la stigmatisation et à la discrimination liée au VIH, l’ALCS ne rate aucune occasions pour plaider pour le respect des droits et pour une protection sociale adaptée en mettent en avant les directives pratiques du Bureau International du Travail (BIT) et l’appropriation politique de la R200 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Durant l’année 2014, et en plus des actions de lutte contre la discrimination, un plateau spécial a été consacré à la question dans le cadre de la campagne Sidaction Maroc 2014. 2014 en chiffres 121 741 préservatifs distribués 42 576 supports IEC distribués 19 686 bénéficiaires 8 456 tests de dépistage du VIH 99 consultations IST 45 relais d’informations formés
  22. 22. 22 Prévention de proximité auprès des migrants subsahariens Implantation Casablanca, Rabat Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ; Coopération Suisse, Organisation Internationale pour les Migrations Bien que la provenance de pays à haute prévalence ne soit pas en elle-même un facteur de risque de transmission du VIH, les conditions souvent difficiles entourant le processus de mobilité des migrants, peuvent donner lieu à des comportements fortement associés à un risque accru de transmission du VIH, et constituer des obstacles à l'accès aux services. L’ALCS travaille sur cette question depuis 2005, dans une approche multi-partenariale dictée par les besoins de cette communauté en matière d’accès aux soins, à la prévention et à la prise en charge des IST/sida. L’ALCS est le principal prestataire d’une prise en charge globale médicale; psychologique et sociale pour une population ne pouvant bénéficier actuellement d’aucun système d’assurance maladie. Elle travaille dans ce domaine avec d’autres associations dans le cadre d’une plateforme de protection des migrants. Cette plateforme, constituée de dix associations, a été créée en 2006 pour coordonner et renforcer les actions des associations travaillant auprès des migrants. Un groupe de travail « collectif santé » a été crée au sein de cette plateforme avec pour mission de coordonner et d’optimiser la prise en charge en matière de santé des migrants à Rabat et Casablanca. Durant l’année 2014, et en plus des activités de prévention, la commission de prise en charge de la section de Rabat a assuré le suivi de 106 migrants vivant avec le VIH. De plus, 423 séances de médiation thérapeutique ont eu lieu au profit de 92 personnes, soit 87% de la file active des migrants. En octobre 2012, l’ALCS a repris un programme d’assistance aux migrants victimes de violences sexuelles, initié par Médecins Sans Frontières. Depuis le début du projet à fin 2014, l’ALCS a soutenu 520 victimes dont 20% sont mineures, 83% des femmes, 34% enceintes et 15% Séropositives au VIH. Ces migrants ont bénéficié d’une prise en charge médicale, psychologique et sociale selon le protocole de l’OMS. Depuis septembre 2013, l’initiative royale concernant la nouvelle politique de l’immigration, a créé une dynamique favorable à l’amélioration des conditions de vie et d’accès aux soins des populations migrantes. Le manque de couverture médicale chez une population à statut administratif irrégulier exige de l’ALCS un soutien médical quasi-total pour les migrants vivant avec le VIH, couvrant les examens complémentaires et l’achat de médicaments. L’ALCS prévoit une extension du projet en 2015 à la ville d’Oujda, ainsi que l’amélioration de la couverture des sites actuels et l’amélioration de l’accès des migrants à la santé sexuelle et reproductive. 2014 en chiffres 97 855 préservatifs distribués aux locaux de l’ALCS et sur le terrain 13 465 supports IEC distribués 5 518 nouveaux contacts 1542 tests de dépistage 276 consultations IST effectuées 30 nouveaux éducateurs pairs formés 2 nouveaux intervenants formés
  23. 23. 23 Programme de réduction des risques auprès des usagers de drogues injectables Implantation Tétouan et régions Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ; Fondation Drosos Par la mise en place du projet de réduction des risques (RdR) auprès des personnes usagères de drogues injectables (PUD) sur la ville de Tétouan et régions, l’ALCS s’est fixée comme objectif de préserver l’état de santé des PUD et leur faciliter la consommation à moindres risques, et de parvenir à minimiser le risque d’infection à VIH et VHC parmi cette population vulnérable. Plusieurs activités qui visent la réduction de risques ont été mises en place grâce à la mobilisation des efforts humains, logistiques et financiers. La mise en circulation du premier bus de RdR au Maroc était le fait le plus marquant de l’année 2014. Ce bus a permis le renforcement du projet par la mise en place des permanences sur les sites de regroupement nocturnes des PUD non touchées par les activités de routine, chose qui ne se fait sur aucun autre site dans le cadre du programme de RdR. Ce bus offre un espace de convivialité et d’info- sensibilisation. Il permet la distribution de matériel de prévention et l’échange de seringues, le dépistage rapide du VIH et de la syphilis, des soins primaires et des consultations IST. Ceci a été un levier pour renforcer les différentes activités du projet déjà mises en place dans le local fixe d’accueil à bas seuil de «Sidi Talha». Le démarrage du traitement de substitution aux opiacés (TSO) par le ministère de la Santé a été un point fort dans le renforcement et la crédibilité de ce projet. Les principaux défis pour l’année 2015 sont le maintien des réalisations du projet en courbe ascendante, la bonne collaboration avec le pôle médical du programme de RdR et la mise en place d’un réseau local fort avec les partenaires. Ce dernier va permettre le développement d’actions de plaidoyer pour assurer un environnement favorable à la mise en place des activités du projet afin d’avoir un impact positif sur l’amélioration des conditions sanitaires de cette population marginalisée. 2014 en chiffres 54 940 seringues distribuées 53 885 préservatifs distribués 15 081 seringues usagées récupérées 8 296 collations servies 1 763 nouveaux contacts, dont 56 femmes 856 permanences au local et sur le terrain 519 tests de dépistage du VIH 168 tests de syphilis 36 consultations IST
  24. 24. 24 AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les personnes infectées et affectées par le VIH Implantation Agadir, Taroudant, Marrakech, Casablanca, Rabat, Fès, Tanger Bailleurs Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ; Agence de Développement Social Lancé en 2006, le programme AMALI est un programme d’activités génératrices de revenus au profit des personnes infectées par le VIH, de leur entourage et des populations les plus vulnérables à l’infection à VIH. Il vise à réduire l’impact socio-économique du VIH au sein de ces populations. Le programme a démarré en 2006, avec un financement de Sidaction Maroc et de l'Agence de Développement Social. Depuis 2012, ce programme bénéficie d’un co-financement de l’Agence de Développement Social (ADS) et du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme. Le programme est co-géré par l’ADS, l’ALCS et des associations locales de développement, permettant ainsi un accompagnement des bénéficiaires allant du montage à la mise en valeur de leurs projets. Une enquête réalisée par l’ALCS en 2011 a montré que du fait de l'acquisition d'une autonomie financière et d’un statut social, la majorité des bénéficiaires ressentent une meilleure estime de soi, des changements comportementaux et une insertion dans la société; ce qui facilite la prise en charge médicale et psychosociale. Après des débuts difficiles, 180 bénéficiaires ont pu démarrer des projets qui vont de l’épicerie à la couture en passant par la vente de diverses marchandises, avec des budgets compris entre 5.000 et 40.000 dirhams. Au mois de mars 2014, un projet de recherche dont le principal objectif est de questionner les performances du programme de microcrédit Amali au Maroc est lancé. Deux actions sont prévues : un diagnostic organisationnel complet du programme pour détailler les difficultés de mise en œuvre par les différentes ONG et l’étude localisée de la relation des populations clés avec les programmes de microcrédit dans cinq villes du royaume (Agadir, Casablanca, Rabat, Tanger, Taroudant). Les résultats du projet sont encourageants, mais il reste des défis à relever : une consolidation de la gestion du programme au niveau de l'ALCS afin de répondre avec plus d'efficience aux besoins budgétaires des projets, un accompagnement renforcé des bénéficiaires ainsi que l'élargissement du programme à d’autres villes et à d’autres populations clés notamment les migrants et les usagers de drogues. 2014 en chiffres 34 projets approuvés et financés par les remboursements des bénéficiaires 771 331,00 Dirhams dédiés aux porteurs de projets
  25. 25. 25 Fonds d’Appui aux Structures Partenaires Le fonds d’appui aux structures partenaires est un outil financier pour développement de la lutte contre le sida au Maroc. Lancé en 2008, il s’inscrit dans le cadre d’un des objectifs du Sidaction Maroc, à savoir favoriser le développement et/ou l’émergence d’acteurs de la lutte contre le sida au Maroc. Le Fonds d’appui aux structures partenaires est multithématique. Il a pour objectif le renforcement au niveau national de la lutte contre le sida par un soutien financier de projets ayant trait à la recherche scientifique et médicale, la formation, la prévention, l’amélioration de la qualité de vie, et le soutien aux personnes atteintes par l’infection à VIH et/ou leurs proches. Par conséquent, il doit favoriser le développement, le partenariat et l’émergence d’acteurs de la lutte contre le sida au Maroc. Au moment de l’organisation du Sidaction Maroc, un appel à projets est lancé par l’ALCS avec la mise en place d’un comité d’experts. Ce dernier analyse les projets reçus et les soumet au Bureau National de l’ALCS pour validation finale. Les projets retenus font l’objet de conventions de partenariats, qui, une fois signées, donnent lieu au déblocage des fonds. Les fonds alloués à chaque association sont débloqués semestriellement en fonction des rubriques budgétaires de la convention. La structure partenaire s’engage à envoyer des rapports narratifs et financiers afin de permettre le suivi du bon fonctionnement des projets et en fonction de l’échéancier prévu dans la convention. Le Fonds d’Appui issu de la collecte du Sidaction Maroc 2012 a permis l’attribution d’une subvention à sept associations et deux instituts de recherche, d’un montant de 1.677.407,36 MDH. Ce budget a permis de financer des ressources humaines et des frais de fonctionnement, ainsi que des projets de prévention auprès des personnes usagères de drogues, de prise en charge sociale et médicale des PVVIH, d’activités de sensibilisation aux IST/SIDA et de recherche appliquée. Les structures financées sont : - Association Marocaine de Planification Familiale. (AMPF) - Association Soleil pour le soutien des enfants affectés par le VIH/SIDA au Maroc. - La Rabita Mohammedia des Oulémas (RMO). - Association Hasnouna de Soutien aux Usagers de Drogue (AHSUD). - Association de Lutte contre les Maladies infectieuses (ALMI). - Association Nationale de Réduction des Risques liés à l’usage des Drogues. (RDR Maroc). - Ligue Marocaine de lutte contre les Maladies Sexuellement Transmissibles (LMLMST). - Institut Pasteur Maroc. - Association Pasteur Maroc pour la recherche et le développement (APMRD)
  26. 26. 26 Centre d’écoute Allo Info Sida Bailleurs Ministère de la Santé Allo Info Sida est un centre d’écoute et d’accès à l’information sur la prévention VIH/sida, les IST et sur la prise en charge psycho-sociale des PVVIH au niveau national. La ligne est ouverte au profit des personnes vivant avec le VIH et de toute personne à la recherche d’informations et d’accompagnement, dans l’anonymat et la confidentialité les plus strictes. Allo Info Sida est aussi un point d’information incontournable pendant les évènements de l’ALCS tels que le Sidaction Maroc, ou la Journée Nationale de Dépistage. Le centre d’écoute est un moyen d’obtenir anonymement une information adaptée à la compréhension des appelants, à leur situation et à leurs besoins. Il est au service des personnes en difficulté face à des questions relatives à la prévention, ou ayant des comportements à risque. C’est un instrument de prévention qui a constitué depuis sa création, un moyen indispensable dans la chaîne de prévention de l’ALCS contre le VIH/sida. Une chargée de projet et deux écoutants répondent en toute confidentialité à toutes les questions liées au VIH/sida et aux IST, de 9h00 à 16h00, tous les jours de la semaine, sauf le dimanche et les jours de fêtes religieuses. Les jeunes sont en général plus vulnérables aux risques de l’infection au VIH/SIDA et aux IST. La tranche d’âge qui appelle le plus est celle des 25-29 ans (31%), suivie par celle des 20-24 ans (19%), puis celle des 15-19 ans (17%). Les personnes vivant avec le VIH représentent 27% des appelants. Près de 89% des appelants, ont évoqué le VIH en premier. Les questions sur les IST n’étaient que de l’ordre de 5%. Les affiches et brochures ont été le moyen de communication par excellence avec un taux de 36%, suivies par la radio et la télévision avec 22% et Internet avec 19%. 2014 en chiffres 3.970 appels Plateforme SMS et web « Bila7araje » Bila7araje est une plateforme destinée aux adolescent(e)s et aux jeunes. Elle vise la prévention du VIH/SIDA et l'accès aux informations liées à la santé de la reproduction en utilisant les NTICs. Bila7araje utilise essentiellement les supports numériques : Internet et les téléphones portables pour rendre accessible les informations liées à la santé de la reproduction aux adolescent(e)s et aux jeunes. Bila7araje est un projet mis en œuvre par OneWorld UK au Maroc depuis 2011 en partenariat avec l'ALCS. C’est la version marocaine du projet "Learning about Living" conçu et développé par Oneworld UK et Butterfly Works au Nigéria, Sénégal, Mali et l’Egypte. Bila7araje reste l’unique service qui emploie les NTIC pour la promotion de la santé sexuelle et de la reproduction au pays, qui propose un traitement approprié et personnalisé aux questions des jeunes. 2014 en chiffres 8.992 questions traitées depuis le lancement de la plateforme 1.306 questions reçues en 2014
  27. 27. 27 Recherche Communautaire Consciente de l’importance de la recherche dans l’implantation et l’amélioration des programmes de lutte contre le VIH/SIDA, l’ALCS s’est impliquée très tôt dans la recherche communautaire dans le cadre de laquelle chercheurs et acteurs communautaires collaborent et s’inscrivent ensemble dans une démarche scientifique axée sur les besoins qui émanent directement des personnes touchées ou particulièrement vulnérables au VIH/sida. L’année 2014 a été marquée par la mise en place de plusieurs études et recherche :  Mise en place d’une étude liée au projet « Amali » d’activités génératrices de revenue. C’est une étude financée par l’Agence nationale de recherche sur le Sida/VIH et les hépatites et qui a comme principal objectif d’étudier la relation entre les activités génératrices de revenus et les PVVIH ou les populations clés. L’étude a démarré par le diagnostic organisationnel du programme auprès de tous les acteurs du projet. Une enquête a ensuite était menée dans cinq villes (Casablanca, Rabat, Agadir, Taroudant et Tanger) auprès des bénéficiaires actuels et potentiels du projet. Un séminaire est prévu à la fin de cette étude pour échanger les différentes expériences à l’échelle internationale sur la micro finance et le VIH.  Enquête intégrée de surveillance bio-comportementale menée par le ministère de la Santé. Cette année la deuxième IBSS auprès des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) aura lieu en plus des villes d’Agadir et Marrakech incluses lors de la première étude en 2010, les villes de Casablanca et Tanger. L’ALCS siège dans le comité de pilotage de cette étude tout en mettant à la disposition de ses partenaires au ministère de la santé, son expertise et ses intervenants sur le terrain pour la réalisation de cette étude.  Rédaction d’un article sur l’estime de soi chez les personnes vivant avec le VIH au Maroc à partir des résultats de l’enquête sur le partage du statut sérologique achevée en 2013. L’ALCS a participé à des conférences internationales de lutte contre le sida notamment à :  IAS à Melbourne, avec trois posters : o HIV Prevention for MSM in Muslim Settings: Lessons learned from 20 years experience of ALCS in Morocco" o A program of Income generating Activities Can Improve the Self-esteem and Strengthen the Adherence: Example of the Program of the ALCS in Morocco o Scaling up combined community-based HIV prevention interventions targeting truck drivers in Morocco: effectiveness on HIV Testing and Counseling and sexual behaviors  AFRAVIH à Montpellier avec trois communications orales et deux posters : o Centre de Santé Sexuelle pour HSH: Un Nouveau Concept pour Réduire la Vulnérabilité des Hommes Ayant des Rapports Sexuels avec des Hommes au Maroc" o Facteurs Associés à l'Estime de Soi chez des Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH) Issues de Files Actives Associatives au Maroc" o Programme Communautaire de Réduction des Risques auprès des Personnes Usagères de Drogues dans la Région de Tétouan, Maroc o Actions Urgentes pour Stopper les Violations de Droits Humains en Lien avec le VIH/Sida : Expérience d'une Coalition d'ONG Sida et des Droits Humains" o Un programme d’activités génératrices de revenu peut améliorer l’estime de soi et renforcer l’adhérence : exemple du programme de l’ALCS au Maroc
  28. 28. 28 Cellule de formation de l’ALCS Depuis sa création en 1988, l’ALCS a accordé une place centrale à la formation, activité garante de la qualité de ses services et de la motivation de ses militants. Les 15 nouveaux formateurs qui ont rejoint le pool de formateurs en 2013, ont tous animé au moins une formation chacun. Un travail de capitalisation des informations a aussi été mené, avec pour résultat un outil pédagogique destiné à soutenir le travail des formateurs. Dans le but de renforcer le dépistage communautaire, l’ALCS a organisé un atelier de rédaction d’un module de formation sur le dépistage communautaire, et une formation pour former des intervenants de proximité capables de gérer le conseil et le test volontaire du VIH afin de contribuer à l’élargissement de l’offre de dépistage auprès des populations les plus exposées au risque d'infection par le VIH a été effectuée au profits de 20 intervenants de l’ALCS. Plusieurs documents, présentations et outils ont été produits et ont donné naissance à des modules de formation : suivi et évaluation, santé sexuelle et reproductive et un module destiné aux jeunes qui fréquentent les centre OCP Skills, prévu pour 2015. D’autres formations ont été effectuées au profit des volontaires, des relais de prévention, des médecins, et des membres élus de l’association. D’autres sont en cours d’élaboration notamment sur la recherche communautaire. 2014 en chiffres 37 formations 26 formateurs mobilisés 557 bénéficiaires
  29. 29. 29 Le département financier En 2006, l’ALCS a effectué une restructuration du département comptable avec l’installation du progiciel comptable SAGE, avec le soutien technique et financer de AIDES et de la Coalition Plus. Depuis cette restructuration, le service comptable a été renforcé par le recrutement d’une équipe composée d’une directrice administrative et financière, un chef comptable, deux comptables, deux gestionnaires de fonds et un coordinateur régional. L’ALCS a également élaboré un nouveau plan analytique pour répondre aux différents besoins d’états financiers, et pour permettre de suivre analytiquement les projets, les bailleurs, les charges, et les différentes informations utiles à la bonne gestion de l’association. La direction financière est en contact permanent avec le département des programmes pour le suivi des projets. En 2013, l’ALCS a lancé un travail de formalisation de ses procédures comptables, financières et de gestion des ressources humaines dans le cadre d’un manuel de procédures. L’ALCS est auditée par le cabinet international Grant Thornton depuis 2006, et ses états financiers sont certifiés par le commissaire aux comptes « sans réserves ».
  30. 30. 30
  31. 31. 31
  32. 32. 32

×