Synthèse d'activité de l'ALCS 2009

430 vues

Publié le

Synthèse d'activité de l'ALCS
2009

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
430
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Synthèse d'activité de l'ALCS 2009

  1. 1. contre le sida (ALCS) a vu le jour au Maroc en 1988, alors que le premier cas de sida venait d'être déclaré deux ans plus tôt seulement. L' (ALCS) est aujourd’hui un acteur incontournable de la société civile représentant un espace d’aide et de défense des droits des personnes vivant avec le virus : accès au savoir, droit aux soins, droit au travail, l'ALCS a choisi d’aller encore plus près de ses publics à l’écoute de leur réalité, de leurs différences et de leurs besoins. Les volontaires de l'ALCS mènent une contre l’ignorance, les préjugés et le déni. Présents dans les écoles, les cafés, les rues, les usines, les parcs, ils écoutent, orientent, expliquent et infor- ment. En effet, structure principalement médicale à ses de type communautaire et militante qui, malgré une de l’accord de libre échange conclu avec les Etats- Unis d’Amérique et ses conséquences désastreuses sur l’accès aux traitements, ou, aujourd’hui, lors des d'accès des migrants subsahariens aux systèmes de soins. ments, la prise en charge et la défense des droits des personnes vivant avec le VIH, dans le strict respect des droits de l’Homme et des principes éthiques de parvient à offrir une assistance matérielle et un vivant avec le VIH. Plus innovant encore, l’ALCS installe dès 1991 des usagers de drogue par voie intraveineuse et même dans les prisons. Avec l’ouverture, en 1992, du premier centre (CIDAG), dont le nombre est porté aujourd’hui à 22, Dépistage.Grâce à un partenariat avec Sida Info Service, soutenu par la mairie de Paris, l’ALCS lance en 2003 la première ligne téléphonique dans le le Sida. Enfin, en 2005, l’ALCS marque un véritable tournant a remporté le même franc succès.
  2. 2. L'Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) désignée lauréate, au côté de 25 autres ONG à travers le monde, pour le Prix Ruban Rouge, Mexico 2008 Le Leadership et l'Action des Communautés sur le Sida* (Red Ribbon Award). L'annonce publique des 25 organisations lauréates a eu lieu le 10 juin 2008, lors de la Session Extraordinaire de l'Assemblée Générale de l'ONU sur le VIH/Sida (UNGASS) à New York, à laquelle a participé un représentant de l'ALCS, Dr Othoman Mellouk, invité quant à lui à intervenir dans la session interactive de la société civile sur l'accès aux traitements. Le prix a été décerné lors de la XVIIème Conférence internationale sur le Sida (AIDS 2008), au cours d’une soirée exceptionnelle qui a connu la présence du Lady Mary Robinson, ex président de l’Ireland, Sir Judge Edwin, Mr Michel Kazatchkine et d’autres représentants de haut niveau institutionnels et gouvernementaux. En outre, les représentants de l'ALCS à la conférence étaient hôtes d'un Espace de Dialogue Communautaire, la "Communauté Tequio", au cœur du Village Mondial de la conférence, aux côtés des 25 autres initiatives lauréa- tes. Cette distinction donne davantage de visibilité au travail de terrain de l'ALCS, lui permet d'échanger et de parta- ger les expertises avec les autres ONG internationales, et de porter la voix des pays de la région Maghreb/Moyen-Orient au sein des forums internationaux. Retenue parmi plus de 550 candidatures, la candida- ture de l'Association de Lutte Contre le Sida a été considérée par le Comité de Révision Technique comme « *exceptionnelle en termes de durabilité et adaptabilité, impact, innovation, capacité, inclusion des personnes vivant avec le VIH et partenariats stratégiques* ». Ce prix international, décerné par le PNUD, rend hommage aux initiatives d'organisations de terrain qui démontrent un leadership remarquable lors de leurs réponses à l'épidémie. *« Le Prix Ruban Rouge est unique en ce qu'il récompense l'innovation sur le terrain et offre une visibilité à des initiatives commu- nautaires*», a déclaré Betty Makoni du Girl Child Network au Zimbabwe. L’ALCS est membre de comités scientifiques et exécutifs de diverses ONG et institutions internationales actives dans la lutte contre le SIDA, notamment : AIDES, ONUSIDA, OMS, Union Européenne, Sidaction, etc… . L’ALCS est membre fondateur de la Coalition Plus, aux côtés de Aides (France), ARCAD Sida (Mali) et Coq Sida (Canada). L'ALCS fait également partie du comité de pilotage de la Coalition internationale de préparation aux traite- ments (ITPC) et du mouvement Pan-africain pour l'accès aux traitements (PATAM). En outre, L’ALCS a été nommée en 2008 responsable de la coordination régionale du CSAT* pour la région Afrique du Nord/ Moyen-Orient. L’ALCS a comme responsabilité, sous la coordination de l’hôte global, ICASO, d’aider les organisations de la société civile de la région dans leur soumission et mise en place des projets finan- cés par le Fonds Mondial, à travers l’identification des besoins en appui technique et en renforcement de la société et la coordination des activités de plaidoyer à l’échelle régionale et globale. De plus, l’ALCS est la seule organisation non européenne parmi la quarantaine d’ONG accréditées à avoir été choisie pour faire partie du Forum européen de la société civile sur le VIH/Sida**. En participant activement aux travaux du Forum, l’association joue pleinement son rôle dans la défense des intérêts des malades issus des pays en développement. Par ailleurs, l’ALCS se fait le porte-parole des pays du Sud pour rappeler à l’Union Européenne ses engagements. Notamment, défendre deux priorités : la mobilisation de ressources financières L’ALCS, porte parole de la société civile de la région MENA (Afrique du Nord/Moyen Orient) 2
  3. 3. ques, plus précisément les traitements de 2ème ligne. notamment en cas de problèmes liés à la mise en place du programme. ** Le Forum Européen de la société civile sur le VIH/SIDA a été créé en 2005 par la commission européenne. Il sexuellement transmises (IST) est également en contre 100.000 en 1993). Enfin, les données de la de séroprévalence aussi inquiétants que les suivants: 2,1 % chez les professionnelles du sexe, personnes ayant une tuberculose, 4,4% chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et 0,3% des personnes ayant une IST. baisser la garde. L’épidémie est bel et bien là, et elle gagne du terrain. Nous Le Maroc à un tournant de l’épidémie Bien que le Maroc soit considéré comme un pays de faible prévalence, le nombre de nouveaux cas de sida ne cesse ques du ministère de la Santé, le Maroc compterait actuelle- montent à plus de 3000 cas fin 2009. La progression annuelle serait d’environ 40% des nouveaux cas de sida. Le premier cas de sida a été enregistré en 1986. menter, année après année. Les jeunes restent les plus touchés (64% ont entre 15 et 39 ans) et le mode de transmis- sion est majoritairement à caractère hétérosexuel, (80%). La grande majorité des personnes touchées résident en zone urbaine et les couches sociales défavorisées sont les faible, cependant tous les spécialistes s’accordent sur le fait que le Maroc est actuellement à un tournant de l’épidémie. sida danslarégiond’Agadir(Souss-Massa-Drâa)etlafémini- de nombreuses personnalités du monde du sport et du cinéma, ainsi que la présence de grands spécialistes, tels que le Dr. Peter Piot, le Pr. Michel Kazatchkine ou M. Pierre Bergé, ont contribué à ce succès. Onze ans après « Le Sida en Clair », la première émission sur le Sida où il a été fait appel à la générosité publique dans un pays du sud, l’ALCS a organisé 9 décembre 2005, sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed dans sa démarche. 3
  4. 4. projets de recherche…). témoigner de leur vécu et de leurs difficultés. Pour la première fois, une personne vivant avec le VIH a témoigné à visage découvert à la télévision devant des millions de téléspectateurs, en direct sur plusieurs chaînes télévi- VIH/sida. ciblée, approches novatrices, impact du projet), de la l’efficience du projet, de la complémentarité avec les autres sources de financements possibles et de la capa- d’experts indépendant, composé de 9 membres bénévo- éligibles et reconnus pour leur compétence dans les à un appel à projets lancé auprès de structures partenai- soutenus. 2008 ont permis d’alimenter un fonds spécifique : le Fonds d’Appui aux structures partenaires (FASP) dont l’enveloppe globale s’est élevée à 2 624 668 MAD. est de répondre aux besoins du terrain par un favoriser le développement et/ou l’émergence des laboratoires publics impliqués dans la recherche sur le VIH. Le FASP permet de financer les structures partenai- res pour des projets de 2 années se déroulant sur tout le territoire marocain. Les projets présentés peuvent portés sur les coûts liés à la défense des droits des Personnes Vivants avec le VIH (PVVIH) et au plaidoyer, les coûts liés à Le Fonds d’Appui aux structures partenaires (FASP) 4
  5. 5. Le 1er décembre 2002, l’ALCS lance la première ligne d’écoute, d’information et de prévention du VIH/SIDA au Maroc et dans la région. Il est désormais possible à tous les marocains qui le souhaitent de s’informer, et par-là même de se prémunir contre le sida, les IST et les hépatites virales, en appelant Allo Info Sida au 080 100 25 25 - numéro économique- et ce, de manière anonyme et confidentielle. En ouvrant cette ligne, l’ALCS comble et pallie aux carences en matière d’information sur le VIH/SIDA, en offrant à toutes les personnes qui le souhaitent une information claire et une écoute, sans émettre ni jugement ni appréciation « moraliste ». Quatre ans après sa création, la ligne d’écoute a déjà enregistré plus de 18.000 appels et continue d’être le témoindespeurs,desexclusions etdesdifficultésquoti- diennes liées au VIH/SIDA. Une équipe d’écoutants professionnels, formés à tous les aspects liés à la mala- die, apportent tous les jours un soutien à toutes les personnes s’interrogeant sur des questions liées au VIH/SIDA, à celles désirant une orientation vers un centre de dépistage ou une structure de prise en charge de l’infection à VIH ou encore à celles ayant pris des risques récents. Allo Info Sida joue également un rôle important dans l’accompagnement des personnes vivant avec le VIH dans un pays où la stigmatisation reste encore très forte. Grâce au partenariat avec diverses institutions dont Sida Info Service France, La Mairie de Paris, le minis- tère des Affaires Étrangères Français, Maroc Télécom et le ministère de la Santé, Allo Info Sida est devenue un outil essentiel dans le dispositif de lutte contre le sida, les IST et les hépatites au Maroc. Allo info sida, la prévention au bout du fil 5
  6. 6. Portail www.alcsmaroc.ma Le Maroc compte aujourd’hui plus de 4 millions d’internautes, et un taux de pénétration d’Internet des plus dynamiques en Afrique grâce à la baisse continue des frais de connexion et à un réseau de plus de 3.000 cybercafés très bon marché, entre 3 et 5 DH (0,3 à 0,5 centimes d’€) de l’heure, répartis sur l’ensemble de territoire. Internet constitue donc un nouveau média dont les jeunes sont de plus en plus friands et qui peut s’avérer très utile pour véhiculer l’information concer- nant la prévention du VIH/SIDA. C’est donc tout naturellement que l’ALCS a mis en ligne en 2003 son site web : www.alcsmaroc.ma. Organisé en plusieurs rubriques, le site contient toutes les infor- mations nécessaires au grand public pour s’informer sur le VIH/SIDA mais également les IST et les hépatites virales tant en ce qui concerne les modes de transmis- sion, les moyens de prévention, le dépistage que le traitement. Le portail de l’ALCS constitue également une vitrine de l’association et présente ses diverses activités dans tous les domaines, et plus généralement l’actualité de la lutte contre le sida au Maroc. Le forum Questions/réponses permet aux internautes de poser leurs questions et de consulter les réponses dans l’anonymat que permet Internet aujourd’hui. A ce jour, le site a enregistré plus de 286 720 visites avec une moyenne actuelle de 2 707 connexions par mois. L’ALCS ayant toujours porté un grand intérêt au rôle que peuvent jouer les médias dans l’information, la sensibilisation ainsi que dans la lutte contre la stigmatisation et les discriminations à l’encontre des personnes vivant avec le VIH/sida, a également lancé le blog "Médias & Sida", un site Internet dédié au traitement journalistique du VIH/sida au Maroc aussi bien par la presse nationale qu’étrangère. Accessible à partir de l’adresse : www.blog.ma/mediasida, le site est articulé autour de deux rubriques : "le sida vu par la presse Marocaine" et "le sida au Maroc vu par la presse étrangère". Il est désormais possible à toute personne intéressée par l’actualité de la lutte contre la maladie au Maroc de consulter l’intégralité des articles traitant du sujet en trois langues (arabe, français et anglais), avec une mise à jour quotidienne. KERMESSE, un exemple d’action de prévention auprès du grand public Présente lors de festivals ou d’évènements rassemblant la jeunesse marocaine, l’ALCS cherche sans cesse de nouveaux outils pour mobiliser les jeunes afin de les sensibiliser aux risques du VIH/sida. Dans ce but, l’ALCS a organisé à l’occasion de la Journée mondiale contre le sida 2008 une kermesse de deux jours à Marrakech. Le concept était innovant : adapter les jeux bien connus de la kermesse (chamboule-tout, pêche à la ligne, jeu de l’oie…) à la thémati- que du VIH/sida pour faire passer les messa- ges de prévention dans une ambiance festive et ludique. Chaque jeu, construit par l’équipe de l’ALCS, permettait de sensibiliser à l’un des aspectsdelaprévention:modesdetransmis- sion, moyens de prévention, situation épidémiologique, etc. Le test de dépistage était proposé à proximité de la kermesse d’établissements scolaires pendant les dix jours suivants. Forte de son succès, la kermesse de l’ALCS a pu être reconduite à Marrakech en 2009, puis à Casablanca en 2010. et relayés par les volontaires-animateurs. Au côté de l’équipe de l’ALCS Marrakech et des volontaires impliqués, la kermesse a également permis la formation d’éducateurs-pairs dans le cadre du programme « jeunes pour jeunes » initié par le FNUAP, qui ont eu la responsabilité de dupliquer la kermesse dans leurs établissements. La kermesse a ainsi été transposée dans une quinzaine de clubs de jeunes et d’établissements scolaires pendant les dix jours suivants. Forte de son succès, la kermesse de l’ALCS a pu être reconduite à Marrakech en 2009, puis à Casablanca en 2010. grâce à la présence du CIDAG mobile. Lesparticipantsàlakermesse,majoritaire- ment de jeunes lycéens, se sont montrés très enthousiastes vis-à-vis de la kermesse, ce qui a facilité l’intégration des messages de prévention véhiculés par les jeux une quinzaine de clubs de jeunes et 6
  7. 7. Le projet de prévention de l’infection à VIH/sida et des IST auprès des routiers a pour objectif principal de réduire la vulnérabilité des routiers vis-à-vis des IST et du VIH/Sida au Maroc. Il est mis en place au niveau de l’axe Guelmim, Tanger , ou 6 sections de l’ALCS sont impli- quées: Guelmin, Agadir, Marrakech, Beni mellal, Casablanca, et Tanger . Chacune des sections concernées agit sur une aire géographique de 100 Km de diamètre en moyenne. Les activités réalisées dans le cadre de ce projet sont : Une enquête nationale sur les connaissances et comportements des routiers en matière de VIH et d’IST Des actions de sensibilisation et de prévention par l’Organisation des séances de sensibilisa- tion à travers la mise en place de permanences sur les lieux de regroupement des routiers identifiés et au niveau du local de l’ALCS. Les séances de sensibilisation ont été encadrées par des médecins et des intervenants formés sur la question de prévention au VIH/sida et aux techniques d’animation. La distribution de préservatifs et de supports d’information (dépliants, affiches, autocollants…) et d’autres outils conçus spécifiquement pour les routiers (carnets de bord, affiches routiers, cassettes audio…)et la promotion du dépistage volontaire anonyme et gratuit, avec orientation des travailleuses du sexe et des routiers vers les Centre de Dépistages Anonymes et Gratuits fixes ou mobiles de l’ALCS. Le volet médical revêt toute son importance dans ce projet : les consultations IST et la délivrance des médi- caments sont assurés par les médecins volontaires de l’ALCS. Les CIDAG mobiles ont été équipé de façon à pouvoir réaliser ces consultations pour rapprocher ce service des bénéficiaires. La prescription d’examens biologiques pour le diagnos- tic et/ou la recherche d’une éventuelle complication des IST : Au niveau l’Institut Pasteur pour Casablanca et Tanger Au niveau d’un laboratoire privé à Agadir D’autres examens seront effectués au niveau de toutes les sections concernées par le projet Dans le cadre de ce projet, des formations ont été faites pour les intervenants, les coordinateurs locaux et les médecins des CIDAG des sections impliquées dans le projet. Le projet est soutenu par l’institut Pasteur, le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le Prix de Nobel de Médecine, Francoise Barré Sinoussi est directement impliquée avec nous dans ce projet Zoom sur les chiffres année 2009 : Nombre de routiers sensibilisés: 27 980 Nombre de tests réalisés: 8 056 Nombre de préservatifs distribués: 104 954 Nombre des éducateurs paires formés: 37 Le projet de prévention de proximité contre l’infection VIH/sida et IST dans le milieu du travail, (PPO) a pour objectif principal de réduire le risque d’infection à VIH et d’infections sexuellement transmissibles (IST) chez les ouvriers et ouvrières. Le projet a été mis en place depuis 1993, puis restructuré en 2003, il est localisé au niveau de 13 Sections de l’ALCS : Tanger, Taroudant, Tétouan, Larache, Casablanca, Meknès, Rabat, Agadir, Goulmim, Tantan, Lâayoune, Dakhla et Oujda. L’ALCS a engagé très tôt des actions de sensibilisation et de prévention au VIH/SIDA dans le monde du travail auprès des ouvriers et ouvrières. Ces actions ont permis d’introduire la question de la prévention dans les lieux de travail, de protéger les travailleurs et leurs familles, et de lutter contre la stigmatisation et la discrimination des PVVIH. Prévention de proximité contre l’infection VIH/sida et IST dans le milieu du travail Projet de prévention de l’infection VIH/sida auprès des routiers 7
  8. 8. Ainsi, l’ALCS a tissé des liens privilégiés avec de gran- des entreprises et autres organismes et mène réguliè- rement des actions de prévention au profit de leurs employés (agents administratifs, cadres, etc). L’ALCS a bénéficié du soutien des syndicats pour ces actions. A cet effet, le projet PPO s’organise en actions de sensibi- lisation et de prévention par l’organisation de séances spécifiques auprès des ouvriers et ouvrières dans les sites de travail (usines, fermes…). Il s’agit de séances interactives animées par les intervenants de l’ALCS. Ces séances sont aussi un moyen important pour promouvoir le dépistage volontaire, anonyme et gratuit après de ces bénéficiaires. L’ALCS organise en continu, dans le cadre du projet, des formations de relais de prévention (éducateurs pairs) dans le milieu du travail qui sont identifiés parmi les bénéficiaires. Pour mobiliser les inspecteurs de travail, Plusieurs rencontres et ateliers ont été organisés afin de les sensibiliser à la question de lutte contre le VIH, du fait du rôle important qu’ils jouent en tant qu’acteurs représentant des instances de régulation sociales. Le projet est soutenu par de multiples partenaires nationaux et internationaux : le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, la fondation DROSOS, Sidaction Maroc, GSK et SIDA ENTREPRISE Maroc. Zoom sur les chiffres année 2009 : Nombre d’actions (séances de sensibilisation) 147 Nombre de personnes sensibilisées 8 870 Nombre de préservatifs distribués 25 200 Nombre tests réalisés 180 Depuis 1991, l’ALCS mène des actions de prévention de proximité auprès des femmes impliquées dans des rapports de prostitution et en situation vulnérable d’infection VIH/sida au Maroc. Le projet a pour objectif principal de réduire le risque d’infection à VIH et des infections sexuellement transmis- sibles IST chez les professionnelles du sexe. Le projet est mis en place au niveau de 21 villes du royaume : Oujda, Nador, Tanger, Tétouan, Larache, Meknès, Azrou, Fès, Béni Mellal, Rabat, Casablanca, Essaouira, Marrakech, Agadir, Inezgane, Ait Melloul, Tiznit, Tarou- dant, Awlouz, Goulmim et Tantan. Le projet se déroule en permanences au niveau des locaux de l’ALCS et des sites de regroupement des femmes impliquées dans des rapports de prostitution, selon une cartographie détaillée de chacune des villes. Ces permanences sont assurées par des intervenants, qui sont issus du milieu et assure les actions de préven- tion de proximité, au niveau des sites de regroupement des femmes. Les permanences locales sont réalisées par les intervenants du projet au niveau des locaux de l’ALCS, ils animent des séances d’information et de sensibilisation sur les différentes IST - VIH/sida et leurs moyens de prévention. Pour animer ces actions, les intervenants de l’ALCS s’appuient sur les différents outils de prévention conçus et adaptés aux thèmes traités : préservatifs, photos, dépliants, affiches, guides… Ces séances sont aussi un moyen important pour promouvoir auprès de ces bénéficiaires - le dépistage volontaire, anonyme et gratuit - les consultations des IST et leur prise en charge Des séances spécifiques s’organisent au niveau des locaux de l’ALCS qui représente un véritable espace d’échange d’expériences et d’idées autour de la question VIH/sida. Il s’agit de séances thématiques sur la planifi- cation familiale, les droits humains, l’estime de soi, le nouveau consensus de l’état civil de la femme, l’usage correct du préservatif, les moyens et méthodes de conviction des clients sur le port de préservatifs, la législation Prévention auprès des professionnelles du sexe 8
  9. 9. Le projet de prévention de proximité auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et des hommes impliqués dans des rapports de prostitution (PPM) a pour objectif de réduire le risque d’infection à VIH/Sida et des IST auprès des hommes ayants des relations sexuelles avec d’autres hommes et des hommes impliqués dans des rapports de prostitution. Le projet est mis en place au niveau de 11 sections : Tanger, Meknès, Rabat, Salé, Casablanca, Essaouira, Marrakech, Agadir, Tiznit, Inezgane et El Jadida. Le projet se déroule en permanences locales et terrain, assurées par des intervenants de proximité qui assurent des actions d’information et de sensibilisation en organisant des séances d’information et sensibilisation sur l’infection à VIH – IST et sur les moyens de prévention. Pour animer ces actions, Les intervenants de l’ALCS s’appuient sur les différents outils de prévention conçus adaptés aux thèmes traités : préservatifs, photos, dépliants, affiches, guides… Ces séances sont aussi un moyen important pour promouvoir auprès de ces bénéficiaires le dépistage volon- taire, anonyme et gratuit et les initier aux consultations des IST et leur prise en charge. Des séances spécifiques s’organisent au niveau du local de l’ALCS qui représente un véritable espace d’échange d’expériences et d’idées autour de la question VIH/sida. Il s’agit de séances thématiques qui permettent aux bénéficiaires de mieux assimiler les séances d’information. Plus innovateur encore, depuis deux ans, le projet a franchis un pas exceptionnelle dans la prévention, par une action de prévention par Internet qui se fait par l’intermédiaire des sites de dialogue et de rencontres gays, grâce auxquels il est possible de toucher une population d’HSH qui ne fréquente pas les sites de drague par soucis de préserver leur anonymat. Les contacts sont ensuite transférés sur MSN afin de pouvoir établir une conversation plus durable et plus facilement enregistrable. Les intervenants du projet assurent des permanences terrain sur les lieux de drague, selon une cartographie détaillée, en fonction des différentes caractéristiques socio culturelles des villes. Les actions menées par les éducateurs paires qui sont eux-mêmes des bénéficiaires du projet, sont identifiées et formés pour mener des actions d’information et de sensibilisation auprès de leurs collègues, du même milieu, pour contribuer au changement de leur comportement en termes de prévention des IST et VIH/sida. Dans le cadre du projet, l’ALCS organise des formations en faveur des éducateurs pairs et des intervenants. Elles portent notamment sur le VIH/sida, les IST, les techniques d’animation et de communications participatives, etc. marocaine concernant les droits de la femme battue, l’espace de parole, etc. , et d’autres de convivialité qui permettent aux femmes de mieux assimiler les séances d’information, en utilisant des jeux pédagogiques et des ateliers de divertissement : théâtre, soins esthétiques… L’approche de l’éducation par les paires constitue une activité importante du déroulement du projet, à travers laquelle, des bénéficiaires du projet, sont identifiés et formés pour mener des actions d’information et de sensi- bilisation auprès de leurs collègues, issues du même milieu pour les accompagner au changement de leurs comportements à risque vis-à-vis des IST et VIH/sida, et d’adopter les moyens de prévention appropriés. Dans le même cadre, le projet s’appuie sur des formations thématiques spécifiques au bénéfice des interve- nants et des bénéficiaires, en matière de santé reproductive, santé sexuelle, violence à l’égard de la femme, estime de soi, relation d’aide … Des campagnes de dépistage VIH et de consultation des IST sont périodiquement organisées, au profit des professionnelles du sexe situées au niveau des zones géographiques qui ne disposent pas de locaux de l’ALCS. Le projet est soutenu par le fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et la fondation Drosos. Zoom sur les chiffres année 2009 : 3 169 Tests de dépistage VIH anonyme et gratuit réalisés 291 518 préservatifs distribués gratuitement au niveau local et au niveau terrain 47 319 contacts ont été sensibilisés 15 actions de dépistage et de PEC des IST par les unités mobiles, en corrélation avec les compagnes PPR. Formation de 26 éducatrices paires Prévention de proximité auprès des professionnels du sexe 9
  10. 10. Depuis sa création, l’ALCS s’est toujours attachée à réaliser des enquêtes de terrain (recherche-action) avant de démarrer un projet de prévention, afin de s’assurer de sa pertinence et de lui donner la forme la plus adaptée possible au contexte. Au fil des ans, les projets de recherche de l’ALCS ont pris une ampleur plus importante et, de partenaire, l’ALCS est devenue initiatrice d’études en lien avec le VIH et les groupes les plus exposés au risque d’infection. Toujours avec le souci d’impliquer les personnes vivant avec le VIH et les groupes vulnéra- bles. Ces recherches communautaires, tout en se basant sur des méthodes scientifiquement éprouvées, partent des besoins des personnes vulnérables ou touchées par le VIH pour permettre en définitive d’améliorer les réponses par la transposition des résul- tats en action sur le terrain. L’étude sur le comportement des travailleuses de sexe en matière de risque d’infection au VIH menée en 2007-2008 dans le sud du Maroc en est l’illustration. Comme l’en est également l’importante enquête bio-comportementale auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes des villes de Marrakech et d’Agadir que l’ALCS compte mener en 2010. Enfin, dans l’objectif de mise en place d’un plan de plaidoyer, l’ALCS a commencé en 2007 une étude s sur la stigmatisation et les discriminations liées au VIH, qui s’appuie sur des entretiens auprès de 133 personnes vivant avec le VIH. Convaincue qu’en la matière, les ONG sont des acteurs clés, bénéficiant d’une expertise basée sur leur travail de terrain et étant les plus à mêmes d’impliquer les populations affectées par le VIH dans toutes les étapes de la recherche, l’ALCS admet cependant l’utilité de s’appuyer dans ses études sur des partenaires universi- taires, mais aussi institutionnels. Ceci constitue une opportunité majeure pour renforcer la collaboration entre les acteurs de la lutte contre le sida. Dans ce cadre, l’ALCS a initié en 2008 un projet intitulé « Univer- sité et Sida en Afrique du Nord » qui vise à instaurer ou renforcer l’implication des universités dans la lutte contre le sida au Maghreb. Année après année, les recherches conduites par l’ALCS sont de plus en plus orientées vers les popula- tions bénéficiaires de ces programmes pour améliorer les projets définies pour elles. L’ALCS a accru sa collabo- ration avec différents partenaires pour développer ses activités de recherche. L’association finance égale- ment elle-même certains projets de recherches initiés par d’autres partenaires, grâce aux fonds récoltés à l’occasion de l’opération Sidaction. L’ALCS, moteur de la recherche communautaire Le projet a pour objectif de réduire les risques du sida et des hépatites auprès des usagers de drogues. Il est localisé au niveau des villes de Tétouan et Tanger, et communes de la zone Ce projet permet de développer 2 axes principaux - Renforcement des capacités de l’unité mobile de réduction de risques de l’ALCS Tétouan, et de l’Association de soutien au centre médico-psychologique Hasnouna de Tanger. grâce à la fourniture d’un véhicule, équipement et matériel pour son fonctionnement. - Distribution de kits pour injection propre Projet de prévention auprès des usagers de drogues par voie intraveineuse Autres ateliers et rencontres d’échange ont lieu afin de permettre à l’équipe des intervenants et des éducateurs pairs de partager leurs expériences en matière de prévention et de prise en charge du VIH/sida et IST, et d’échanger la question de la prévention des professionnels du sexe. Le projet est soutenu par le fond mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et la fondation DROSOS. Zoom sur les chiffres année 2009 : Sensibilisation de 22 695 contacts Distribution de 100 434 préservatifs 1 123 tests de dépistage du VIH Formation de 47 pairs éducateurs sur différentes sections 10
  11. 11. - Mise en place d’une campagne de sensibilisation dans la région de Tétouan – Tanger qui cible les Usagers de drogues, leurs familles et les associations Les activités prévues à l’unité de réduction des risques du Tanger : - Fourniture de matériel pour la publication et diffusion d’un bulletin élaboré par les ex-usagers de drogues du centre de Tanger. - Un plaidoyer régional pour la réduction des risques auprès des usagers de drogues dans la région Tétouan Tanger - le renforcement des capacités de l’unité de Tanger et l’unité mobile de Tétouan pour la prévention de des hépa- tites et leur dépistage chez les usagers de drogues. - Lancement d’un programme de substitution à la méthadone a la Région du Tétouan – Tanger avec le soutien du programme de substitution du Méthadone de La Catalogne. Le Maroc a pris la décision de mettre en place un programme de mise à disposition de la méthadone (produit de substitution des drogues dures) mais il n’est pas encore fonctionnel PARTENAIRES NATIONAUX ET INTERNATIONAUX Ministère de la Santé, l’OMS, l’ONUSIDA, Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Agence Catalane de Coopération et Développement ; Association de soutien au centre médico-psychologique Hasnouna de Tanger. ALCS Tétouan Il s’agit d’un projet dont l’objectif principal est de réduire le risque d’infection à VIH/Sida et des IST auprès des migrants subsahariens en situation irrégu- lière au Maroc. Ce projet est mis en place au niveau des villes de Rabat et Casablanca. Les activités réalisées dans le cadre ce projet sont : • Action d’information et de sensibilisation L’ALCS organise des séances d’information et sensibili- sation sur l’infection à VIH – IST et sur les moyens de prévention en direction des migrants. Ces séances sont assurées par les intervenants et ont lieu : - sur les lieux de drague - au niveau des locaux des sections de l’ALCS. Pour animer ces actions, Les intervenants de l’ALCS s’appuient sur les différents outils de prévention conçus adaptés aux thèmes traités : préservatifs, photos, dépliants, affiches, guides… Ces séances sont aussi un moyen important pour promouvoir auprès de ces bénéficiaires - le dépistage volontaire, anonyme et gratuit - les consultations des IST et leur prise en charge Des séances spécifiques s’organisent au niveau du local de l’ALCS qui représente un véritable espace d’échange d’expériences et d’idées autour de la ques- tion VIH/sida. Il s’agit de séances thématiques qui permettent aux bénéficiaires de mieux assimiler les séances d’information. • Action d’éducation par les paires Ce sont des actions menées par les éducateurs paires qui sont eux-mêmes des bénéficiaires du projet, identi- fiés et formés pour mener des actions d’information et de sensibilisation auprès de leurs collègues pour contri- buer au changement de leur comportement en terme de prévention des VIH/sida et IST. • Formation de l’équipe impliquée dans ce projet L’ALCS organise des formations en faveur des éduca- teurs pairs et des intervenants. Elles portent notam- ment sur le VIH/sida, les IST, les techniques d’animation et de communications participatives, etc. Autres ateliers et rencontres d’échange ont lieu afin de permettre à l’équipe des intervenants et des éduca- teurs pairs de partager leurs expériences en matière de prévention et de prise en charge du VIH/sida et IST, et d’échanger la question de la prévention des migrants. Zoom sur les chiffres année 2009 : 6 123 contacts ont étés sensibilisés sur la question VIH et IST 20 éducateurs paires ont étés formés 168 tests ont étés réalisés 21 917 préservatifs ont étés distribués. Projet de prévention de proximité auprès des migrants contre l’infection VIH/sida. 11
  12. 12. Promouvoir le dépistage anonyme et gratuit Consciente de l’intérêt du test de dépistage, l’ALCS a ouvert dès 1992 le premier centre d’information et de dépistage anonyme et gratuit (CIDAG) au Maroc en partenariat avec le ministère de la Santé. Aujourd’hui, l’association dispose d'un réseau d'une vingtaine de CIDAG répartis à travers le Royaume et qui assurent des consultations de conseil et test VIH, anonyme et gratuit, par semaine grâce à des médecins bénévoles, formés à cet effet. Ces centres utilisent les tests rapides permettant d'obtenir le résultat en moins d'une demi-heure. En 2009, près de 37 007 tests ont été réalisés dans l’ensemble des CIDAG de l’ALCS. Parallèlement, et dans le souci de faciliter l’accès aux populations les plus éloignées au test de dépistage, l’ALCS a mis en circulation en 2003 un centre mobile de diagnostic anonyme et gratuit. Depuis, et devant le succès de cette forme de dépistage, 4 autres nouveaux bus ont été mis en circulation dont un grâce à un don de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. En 2009, plus de 23 240 tests ont été effectués à bord de ces unités mobiles de diagnostic lors des différentes campa- gnes d’info-prévention menées par l’ALCS. Toujours dans le cadre de la promotion de démarches innovantes en matière d'encouragement au dépis- tage, l'ALCS a organisé la Journée Nationale du Dépis- tage (JND) en 2007, cet évènement est depuis devenu un rendez-vous annuel incontournable, la plus grande opération de promotion du dépistage jamais organi- sée au Maroc. Cette opération est facilitée par le travail des associations locales, partenaires de l’ALCS et par la collaboration de médecins du secteur privé et de certains centres de santé. En outre, l’importante mobilisation de l’ensemble des médias nationaux et locaux a contribué à la réussite de l’opération qui a largement dépassé toutes les prévisions. En effet, chaque année, plus de 5000 personnes se font tester au cours de la JND. Aujourd’hui au Maroc, 65% des personnes développant un sida ne découvrent leur séropositivité qu’à un stade avancé de la maladie. Or les avancées en matière de traitements, disponibles gratuitement au Maroc depuis 2003, associées à un dépistage précoce, permettraient une meilleure prise en charge des personnes infectées. C’est pour cela que l’ALCS a mis en place une opération pilote : « La journée nationale du dépistage du VIH » orga- nisées depuis l’année 2007. Il s’agit de la plus grande opération de promotion du dépistage jamais organisée au Maroc. La journée nationale du dépistage Il s’agit d’un rendez-vous annuel pour la promotion et l’incitation au dépistage anonyme et gratuit. En 2007, la campagne a mobilisé en trois jours 75 médecins, 300 volontaires et 3 unités mobiles de dépistage répartis sur 50 sites déployés sur l’ensemble du territoire natio- nal. Elle a également été facilitée par le travail des associations locales, partenaires de l’ALCS dans les différentes régions du pays, et par la collaboration de cabinets de médecins du secteur privé et de certains centres de santé. En outre, l’importante mobilisation de l’ensemble des médias nationaux et locaux a contribué à la réussite de l’opération qui a largement dépassé toutes les prévi- sions. En effet, 7.492 personnes ont fait le test de dépistage en trois jours, contre 6 401 tests réalisés sur l’ensemble de l’année 2005 dans les CIDAGs de l’ALCS. En 2008, nous avons pu réaliser 4514 tests en une journée, en mobilisant 70 médecins volontaires te 350 bénévoles à travers 60 sites au niveau de tout le royaume. L’ALCS était fidèle au rendez-vous également en 2009, elle a pu réaliser 5359 tests auprès de la population générale au niveau de tout le royaume 12
  13. 13. renforcer les compétences en matière prise en charge des : médiateurs, assistantes sociales, psycho- logues, médecins, infirmiers, volontaires… En fin 2009, l’ALCS a renforcé un programme de prise en charge pédiatrique, qui rentre dans les activités transversales du projet initial. Le projet de la prise en charge est soutenu par Sidac- tion Maroc, Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ; Sidaction ; Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière en Réseau; Fondation Drosos, BMS. Zoom sur les chiffres année 2009 : - Une équipe de prise en charge constituée d’une chargée de projet, 19 médiateurs thérapeutiques et 5 assistantes sociales - Plus de 1951 PVVIH sont suivies par l’ALCS - 457 séances initiales de médiation thérapeutiques ont étés réalisées - 2 582 séances de suivi en médiation thérapeutique réalisés - 943 séances de soutien psychologique - 24 groupes de paroles et 19 séances de régulation. - Plus de 1 500 examens biologiques et radiologiques ont étés pris en charge par l’ALCS. fournis par le Ministère de la Santé, le paiement des examens biologiques et radiologiques qui ne sont pas disponibles dans les différents centres de prise en charge du VIH/sida, l’achat des consommables (drains, prothèses…). Médiation thérapeutique pour les personnes infec- tées et affectées par le VIH/sida (adultes, femme enceinte, enfants) en organisant des séances de médiation thérapeutiques assurées par les média- teurs qui sont formés sur cette question. Ces séances permettent de fournir au patient toutes les informa- tions nécessaires pour une meilleure connaissance de la maladie, ses modes de transmission, sa surveillance et de leur apprendre à mieux faire face aux situations spécifiques de leur vie courante. Les médiateurs informent et sensibilisent les patients à la prévention secondaire (prévention des infections sexuellement transmissible et sexualité). Soutien psychologique aux patients et à leurs familles par des psychologues de l’ALCS qui assurent le soutien etl’accompagnementdespersonnesinfectéesetaffec- tées par le VIH/sida à travers l’organisation de séan- ces individuelles et groupes de paroles (collectives). Soutien social et économique aux patients et leurs famille par la prise en charge du transport des patients les plus démunies et de leurs familles qui sont géographiquement éloignés des centres de prise en etc. L’ALCS assure ainsi : le traitement pour les infec- tions opportunistes et autres médicaments complémentaires des patients suivis dans le CHU de Casablanca, le CHU de Rabat et les centres référents (Tanger, Agadir, Marrakech, Fes, Meknès, Nador, Oujda). L’acheminement des médi- caments antirétroviraux nies et qui sont géographi- quement éloignées de l’Hôpital Hassan II. C’est aussi un espace convivial, d’écoute et de repos pour les bénéficiaires. La formation de l’équipe de la prise en charge est un volet cruciale du projet de la de la prise en charge, l’ALCS organise des sessions de formation et des ateliers d’échanges Afin de Le projet de la prise en charge des PVVIH a pour objec- tif de contribuer à une prise en charge de qualité des PVVIH et améliorer leur qualité de vie. Il est mis en place au niveau des sections de l’ALCS situées dans des villes où il y a un service spécialisé dans la prise en charge médicale des patients atteints d’infection à VIH : Agadir, Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Nador, Oujda, Fès et Meknès. Dans le cadre de ce projet, nous réalisons les activités de prise en charge thérapeutique : médicaments, examens biologiques et radiologiques, consommables charge, l’ALCS assure également l’achat des Kit pour les femmes enceintes (biberons, couches, habits pour bébé…) et couches pour les patients hospitalisés, la fourniture des paniers alimentaires (ces sont les médiateurs de l’ALCS et les médecins des centres de la prise en charge qui accompagnent les patients pour améliorer leur équilibre alimentaire) et accompagne- ment dans les différentes démarches administratives, avec leur orientation vers des services sociaux.Une maison d’accueil a été mise en place à Agadir pour répondre aux besoins des personnes les plus dému- Soutien psychosocial et aide à l’observance 13
  14. 14. Les fonds du programme proviennent d’un organisme public : l’Agence de développement Social et d’un fonds collecté par l’ALCS lors d’un appel à la générosité publique (SIDACTION Maroc). Les premiers résultats montrent que, après trois années de la mise en œuvre du programme, plus d’une quaran- d’entre eux ont totalement remboursé le prêt, 43% sont en cours de remboursement, 34 % bénéficient encore leur projet Le programme est actuellement en cours d’extension avec un élargissement géographique prévu sur 10 villes et infectées et affectées par le VIH au Maroc L’ALCS est considérée comme une composante essen- caine s’intéressant à la défense des droits humains en général. L’ALCS a toujours soutenu le respect total du droit des frappe les femmes et les hommes vivant avec le VIH, Dans ce cadre, en 2008/2009, l’ALCS a mis en place une vivant avec le VIH et d’élaborer une stratégie de sont tenues en janvier 2010 à Marrakech sur le thème « qui ont rassemblé plus de 300 personnes, dont les comparaison avec d’autres pays ayant déjà mis en vision plus complète de la nature et de la fréquence construire la réponse la plus appropriée à ces viola- A l’issue de ces assises, le sida et inciter toutes .étiroirpenueriaf Défense des droits des personnes 14
  15. 15. caments génériques, l’ALCS ne ménagera aucun effort che sera couronnée de succès et le Maroc introduit des le prix du traitement à 800DH (80€) mensuels. dans le lobbying pour faire profiter le pays de ressour- 2002.Depuis septembre 2003, l’accès au traitement suivi, charge virale et CD4, est généralisé et gratuit à toutes les personnes qui en ont besoin. Cependant, nombre d’examens complémentaires non disponibles dans les hôpitaux. Actuellement, le combat de l’ALCS se focalise sur l’accès aux traitements de 2ème et 3 ème ligne dont le de la nouvelle loi sur la propriété intellectuelle et la signature de l’Accord de libre échange avec les Etats- Unis d’Amérique. cheval de bataille. une réalité au Maroc. Grâce au plaidoyer de l’ALCS et notamment au témoi- gnage à la télévision d’une personne vivant avec le le ministère de la Santé a décidé de consacrer un budget à l’achat des ARV en 1998. Par ailleurs, l’ALCS a pu obtenir la prise en charge par Prévoyance Sociale) du traitement ARV de ses adhé- rents et convaincre certaines entreprises de prendre en charge leurs employés en besoin de traitement. ce qui a permis de baisser leur prix d’environ 35%. L’ALCS entame ensuite les premières démarches trithérapie passera ainsi de 12.500Dh (1.250€) par mois à 1.500Dh (150€). 15

×