Chapitre 1

526 vues

Publié le

education

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
526
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
236
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chapitre 1

  1. 1. Chapitre 1 : « L’équilibre du marché » Intro : définition de la micro : la microéconomie est la branche de la science économique qui étudie l’allocation des ressources rares entre des fins alternatives ou concurrentes. 1. Equilibre du consommateur qui se rapporte à la manière dont un individu arbitre dans sa consommation entre deux biens et son budget. 2. Equilibre du producteur qui étudie la manière dont un chef d’entreprise se dote en facteurs de productions eues égard au volume de production attendu et à son budget d’investissement. I) La microéconomie A)Homoéconomicus La microéconomie part de l’idée que les agents sont rationnels c’est à dire qu’ils choisissent les moyens les plus adéquats pour atteindre leurs objectifs. Pour étudier le comportement des agents la microéconomie s’appuie sur des modèles : un modèle est une représentation simplifiée de la réalité qui met l’accent sur les trais essentiels de celle-ci. En d’autres termes, il s’agit d’un tableau de pensées qui accentue les trais les plus caractéristiques des personnes ou des organisations. B)Systèmes économiques et institutions. L’allocation des ressources dépend fondamentalement du système économique et des institutions qui encadrent l’échange. Dans une économie de marché, les biens et les services sont échangés librement sur la base de prix relatifs résultant de la confrontation de l’offre et de la demande. Prix relatif : quantité d’un bien exprimé en volume ou en unité d’un autre bien.
  2. 2. L ‘économie de marché combine l’action des agents et de l’Etat dans un cadre social, culturel et institutionnel donné. Il y a propriété privée des moyens de production lorsque les entreprises détenues par une partie des agents (actionnaires) qui s’en partagent les bénéfices. Les entreprises utilisent le travail et les autres facteurs de production (en particulier le capital) pour produire des biens qu’elles vendent à un prix de marché. Les consommateurs utilisent leurs revenus du travail, du capital qu’ils détiennent ainsi que les revenus sociaux (allocations) pour acheter les biens et les services nécessaires à la satisfaction de leurs besoins. Le bien être se défini alors comme la liberté de choisir le mode de vie que l’on souhaite. II)La loi de l’offre et de la demande. A) Courbes d’offres et de la demande « ceteris paribus » Toute chose égale par ailleurs Toute chose égale par ailleurs, la courbe d’offre indique comment l’offre d’un bien évolue en fonction du prix de vente. Cette courbe est généralement croissante des prix. C’est à dire que lorsque les prix augmentent, les entreprises décident de produire d’avantage. Toute chose égale par ailleurs, la courbe de demande indique la manière dont la demande d’un bien évolue en fonction de son prix. Généralement cette courbe est décroissante des prix  plus le prix diminue plus la demande augmente. Les courbes d’offres et de demandes peuvent être plus ou moins sensibles au prix du bien considéré. Par exemple, si les entreprises utilisent leur capacité de production au maximum, elles ne pourront pas (du moins à court terme) augmenter significativement leur production même si le prix augmente. (Courbe oblique)  Grosse variation prix, petite variation quantité. A l’inverse, si les capacités de production sont excédentaires les entreprises pourront décider de produire beaucoup plus pour une petite augmentation du prix. (Courbe plus horizontale).  Très sensible : petite variation prix, grosse variation quantité
  3. 3. B) Quantités offertes et coûts de productions Les quantités offertes d’un bien dépendent de son prix mais également d’autres variables tels que le prix des matières premières ou des salaires et plus généralement des coûts de productions. Si ces coûts de productions diminuent : l’entreprise pourra produire d’avantage pour un même coût et cela se traduit par un déplacement horizontal C)Quantités demandées et revenus Les quantités demandées par les consommateurs ne dépendent pas seulement du prix considéré, elles dépendent également d’autres variables tel que : • Le prix • Les goûts • Tempérament etc. Si les consommateurs deviennent plus riches, ils pourront demander une quantité supérieure de biens pour un même prix. Ainsi, une hausse du revenu se traduira par un déplacement horizontal de la courbe de demande. III) Le mécanisme du marché Il y a excès d’offre lorsque les quantités offertes sont supérieurs aux quantités demandées  Tendance à diminuer les prix pour vendre surplus Il y a pénurie lorsque les quantités demandées sont supérieures aux quantités offertes  Certains consommateurs sont prêts à payer plus pour pouvoir consommer le bien disponible en quantité limité Ce processus se traduit généralement par une hausse des prix qui se poursuit jusqu’à ce que l’offre soit égal à la demande.
  4. 4. Au point d’intersection entres les courbes d’offres et de demandes, le marché est en équilibre ce qui signifie qu’au prix de marché, toute la demande exprimée est satisfaite ou toute offre trouve un débouché. Le prix apparaît comme un mécanisme d’ajustement entre l’offre et la demande c’est la loi du marché. Les prix s’ajustent automatiquement pour former l’équilibre. Cet équilibre assure l’autorégulation du marché. Cependant, cette dernière fonctionnera d’autant mieux que les agents la connaissent et en déduisent les choix et les arbitrages qui maximise leur satisfaction. En ce sens, la loi de l’offre et de la demande est un jeu social incluant des règles implicites, des croyances et des institutions. IV) Equilibre partiel et équilibre général 2 biens sont des substituts si la demande de l’un augmente lorsque l’autre devient plus cher. Les 2 biens ont des usages suffisamment proches pour pouvoir répondre aux mêmes besoins des consommateurs. Aussi, si l’un des biens devient plus cher, certains consommateurs vont décider de consommer moins de celui-ci et plus de l’autre bien. 2 biens sont des compléments lorsque la demande de l’un diminue lorsque l’autre devient plus cher. Ex : prix gazole augmente  vente de voiture gazole diminue Le consommateur consomme les 2 biens conjointement afin de satisfaire ses besoins Les marchés sont donc liés entres eux, ils sont plus ou moins interdépendants : L’analyse économique adopte 2 optiques : d’une part, lorsqu’elle analyse la formation de l’équilibre sur le marché D’une part l’approche de l’équilibre partiel considère un marché donné et l’étudie sans s’intéresser aux autres marchés dans l’économie. Cette étude met l’accent sur les effets du premier tour c’est à dire les effets directs. On étudie ainsi l’impact d’une variation de prix ou de taxe sur l’offre et la demande d’un bien en faisant comme s’il s’agissait du seul bien de l’économie. (toute chose égale par ailleurs)
  5. 5. Ex : augmentation taxe fuel  baisse consommation D’autre part, l’approche de l’équilibre général envisage la loi de l’offre et de la demande sur tous les marchés simultanément, elle considère ainsi que le prix d’équilibre sur un marché dépend des prix d’équilibres sur tous les autres marchés. Cette analyse tient compte des effets du second tour c’est à dire des effets qui découlent de l’interdépendance des marchés. Ex : augmentation taxe fuel  augmentation de la consommation d’électricité. (Qui modifiera à son tour la demande sur d’autres marchés et à terme à nouveau modifier la demande de fuel)

×