Traitement chirurgical des séquelles             du noma Exercice en zone sous-médicalisée        ABBAS A*, Tall A, Diouf ...
Introduction            •     stomatite gangréneuse de la face, à point de départ endobuccal,                  s’étendant ...
Etiologie→ gingivite ulcéro-nécrosante aiguë (GUNA)  Baratti-Mayer D et al. Noma: an "infectious" disease of unknown aetio...
Diagnostic clinique            • Le noma évolutif (phase aiguë): ulcération mutilante de la face            localisation j...
Classification du noma séquellaire, adoptée par OMS•   Type I : pertes de substance jugo-commissurales•   Type II : pertes...
Méthodes•   à distance épisode aiguë: 1 an•   Buts: - suppression de la constriction permanente des mâchoires          - l...
Principes thérapeutiquesLa gestion de la constriction permanente des mâchoires   Précède/concourt PDS tissulaire   dents e...
Notre pratique en zone sous-médicalisée    Lambeaux locaux:-   d’ABBE-ESTLANDER-   de WEBSTER (traction maximale)-   de CA...
Discussion         Plupart des reconstructions par lambeau : volume suffisant         symétrisant le visage         PDS mu...
Cas cliniques
I: lambeau musculo-cutané de granddentelé libre replié sur lui-même (liningendobuccal) + commissuroplastie
I: grande PDS: lambeau sous-mental pédiculé en  externe et fascia temporalis préfabriqué en interne
I bilatéral: 2 lambeaux de grand dorsal pédiculés repliés sur eux-mêmes + commissuroplastie 2nd (lèvres insérées sur la   ...
I: greffe composite de conque
II: Lèvre supérieure sans conservation  commissurale: lambeau d’Estlander
III: lèvre inférieure avec atteintecommissurale: lambeau d’Estlander
II: mobilisation des moignons latéraux (bec de lièvre)       + lambeau frontal & greffe de côte pour            reconstruc...
IV (car CPM): fascia temporalis préfabriqué + delto-pectoral
Conclusionlambeaux de lèvres locaux et loco-régionaux de réalisation simple excluant leslambeaux libres en zone sous-médic...
Noma SFORL 2007
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Noma SFORL 2007

861 vues

Publié le

communication on noma surgery in sub-Saharan practice

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
861
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Noma SFORL 2007

  1. 1. Traitement chirurgical des séquelles du noma Exercice en zone sous-médicalisée ABBAS A*, Tall A, Diouf R, Ndiaye I, Diop EM *Interne des Hôpitaux de Marseille Service d’ORL, CHU A. Le Dantec Dakar, Sénégal Congrès SFORL 15 Octobre 2007
  2. 2. Introduction • stomatite gangréneuse de la face, à point de départ endobuccal, s’étendant vers l’extérieur en détruisant les parties molles et osseuses adjacentes • « visage de la pauvreté » • 200 000 cas par an avec une mortalité de l’ordre de 80 à 90% en l’absence de traitement initial • pic d’incidence du noma évolutif entre 2 et 5 ans, SR 1World Health Organization, 1998. Noma Today: a Public Health Problem? Report of an Expert Consultation Organized by WHO Using the Delphi Method.Geneva: World Health Organization
  3. 3. Etiologie→ gingivite ulcéro-nécrosante aiguë (GUNA) Baratti-Mayer D et al. Noma: an "infectious" disease of unknown aetiology. Lancet Infectious 2003;3;419-31
  4. 4. Diagnostic clinique • Le noma évolutif (phase aiguë): ulcération mutilante de la face localisation jugale : 42,4% cas labiale supérieure:31,1% cas • Le noma séquellaire: 2 processus: - destructeur: PDS muqueuse, cutanée & osseuse - réparateur : fibrose rétractile responsable de CPM 10 à 40% casBourgeois DM, Diallo B, Frieh C, Leclercq MH. Epidemiology of the incidence of orao-facial noma: a study of cases in Dakar, Senegal, 1981-1993. Am J Trop med Hyg1999;61:909-13
  5. 5. Classification du noma séquellaire, adoptée par OMS• Type I : pertes de substance jugo-commissurales• Type II : pertes de substance labiales supérieures, souvent nasales, des berges alvéolaires et du palais. Parfois perte de substance du septum.• Type III : pertes de substance de la lèvre inférieure qui peut s’associer à une perte de substance de la mandibule et du plancher buccal.• Type IV : formes destructrices avec pertes de substance étendues : jugale, labiale, palatine, malaire, maxillaire mais aussi de la paupière, du nez et parfois exentération.
  6. 6. Méthodes• à distance épisode aiguë: 1 an• Buts: - suppression de la constriction permanente des mâchoires - la réparation des PDS plan par plan - les retouches par modelage des lambeaux - le rétablissement d’une denture suffisante• chirurgie réparatrice difficile nécessitant parfois dans les stades III et IV des lambeaux libres, difficile de réalisation en Afrique sub- saharienne en l’absence de matériel de chirurgie microvasculaire et d’un service de soins post-opératoires correct
  7. 7. Principes thérapeutiquesLa gestion de la constriction permanente des mâchoires Précède/concourt PDS tissulaire dents exposées et mal-positionnées extraites ostéotomie mandibulaire avec coronoïdectomie controlatérale éventuelle prévention de la récidive par interposition du lambeau delto-pectoral + éducationReconstruction des parties molles Tenir compte: - très grande laxité de la lèvre africaine - l’importance de la PDS muqueuse - croissance faciale
  8. 8. Notre pratique en zone sous-médicalisée Lambeaux locaux:- d’ABBE-ESTLANDER- de WEBSTER (traction maximale)- de CAMILLE-BERNARD modifié selon WEBSTER Lambeaux loco-régionaux pédiculés:- grand dorsal- delto-pectoral Association entre lambeaux +++ Reconstruction osseuse 1ère si atteinte:- palais (fistule naso-palatine)- malaire (contenu orbitaire s’effondrant dans la cavité buccale)- symphyse mandibulaire- Maxillaire & lèvre supérieure avant nez
  9. 9. Discussion Plupart des reconstructions par lambeau : volume suffisant symétrisant le visage PDS muqueuse toujours supérieure à la PDS cutanée Pays sous-médicalisés: lambeaux locaux homo- ou hétéro- labiaux (ESTLANDER +++) : suffisant dans les cas modérés sans constriction. Pratique idem à SERVANTPays industrialisés: lambeaux locaux et à distance (lambeaux libres+++)MONTANDON: - lambeaux libres (éviter de nouvelles cicatrices sur la face et le cou et préserver les sites donneurs de la face après croissance achevée) - PDS nasales par des lambeaux de WASHIO associés à des greffes osseuses - lambeaux sandwich de galéa greffés (plan muqueux) ou composites de muscle temporal intermaxillaires après libération CPM, avec lambeau de grand dorsal couvrant le plan cutané.
  10. 10. Cas cliniques
  11. 11. I: lambeau musculo-cutané de granddentelé libre replié sur lui-même (liningendobuccal) + commissuroplastie
  12. 12. I: grande PDS: lambeau sous-mental pédiculé en externe et fascia temporalis préfabriqué en interne
  13. 13. I bilatéral: 2 lambeaux de grand dorsal pédiculés repliés sur eux-mêmes + commissuroplastie 2nd (lèvres insérées sur la palette cutanée du lambeau)
  14. 14. I: greffe composite de conque
  15. 15. II: Lèvre supérieure sans conservation commissurale: lambeau d’Estlander
  16. 16. III: lèvre inférieure avec atteintecommissurale: lambeau d’Estlander
  17. 17. II: mobilisation des moignons latéraux (bec de lièvre) + lambeau frontal & greffe de côte pour reconstruction nasale secondaire
  18. 18. IV (car CPM): fascia temporalis préfabriqué + delto-pectoral
  19. 19. Conclusionlambeaux de lèvres locaux et loco-régionaux de réalisation simple excluant leslambeaux libres en zone sous-médicaliséeprévention du noma = prévention de lamalnutrition, de la vaccination contre larougeole et de l’éducation de la santé auprèsdes familles et du personnel de soinsprimaires

×