LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON
L’oeuvre de Platon, toute entière, est sous-tendue par des préoccupations politiques. Platon développe sa réflexion sur la...
Le cadre de la réflexion politique platonicienne 
Les sophistes 
Socrate 
DÉVALORISATION DE LA LOI 
PROTAGORAS : La loi es...
Défense de la démocratie 
PROTAGORAS 
LYCOPHRON 
Défense de la tyrannie 
CALLICLÉS 
THRASYMAQUE
Socrate ne s’intéressa pas à la réforme politique, mais plutôt à la réforme morale. Il dialoguait avec des individus dans ...
Le contexte politique 
Au IVe siècle, les guerres du Péloponnèse 
viennent de terminer. 
Mais Athènes reste une cité convu...
Platon construit la fiction d’une cité en formation. Socrate et ses interlocuteurs décident de jeter par la pensée les fon...
C’est le besoin de l’entre-aide, dit Platon. Ce n’est donc pas la crainte d’être agressé, ainsi que le prétend Glaucon (et...
Dans la Cité parfaite, pour le bien de la communauté, il faut faire régner la division du travail, la spécialisation des t...
[donc] TROIS CLASSES SOCIALES 
LES GOUVERNEURS PHILOSOPHES 
LES GUERRIERS 
LES LABOUREURS, LES ARTISANS ET LES COMERÇANTS ...
A chaque classe sa fonction ! 
Platon propose une structure sociale 
strictement hiérarchique. 
La division du travail est...
La théorie du roi-philosophe 
Ce sont les philosophes qui doivent gouverner.
Parce que ce sont ceux qui ont contemplé 
l’idée de Justice, 
ceux qui ont purifié leurs âmes des désirs sensibles 
et de ...
UNE ARISTOCRATIE 
DU SAVOIR ET DE LA VERTU 
car seuls le savoir et la vertu 
justifient l’exercice du pouvoir. 
Platon pro...
Ni le peuple ni les guerriers ne doivent prétendre prendre des décisions politiques. 
Que le peuple tienne les rênes de l’...
« Tant que les philosophes ne seront pas rois dans les cités, ou que ceux qu'on appelle aujourd'hui rois et souverains ne ...
Les citoyens doivent se situer dans les classes sociales en fonction de leurs âmes 
LES INDIVIDUS 
EN FONCTION DE LEURS ÂM...
Ainsi pourra naître une harmonie entre l’âme et la cité La cité a besoin d’individus adéquats à leurs postes et l’individu...
La mobilité sociale Ces trois classes sociales ne sont aucunement des « castes ». En fait, les gardiens auront tôt fait de...
Pourra-t-on faire admettre par la classe de laboureurs, artisans et marchands, le pouvoir de l’ordre des gardiens ? 
Plato...
Platon propose d’inculquer à tous les membres de la Cité un mythe selon lequel tous sont des enfants de la même terre de l...
L’ambition politique leur manque. 
Ils préfèrent jouir du bonheur de la vie contemplative au lieu de s’engager dans les af...
Pourquoi le philosophe peut-il être obligé à gouverner?
La vie des gardiens 
Les gardiens doivent être pris dans 
l’élite intellectuelle, morale et physique 
des adolescents 
et ...
La vie des gardiens 
Les femmes ne sont pas exclues du gouvernement! 
Platon prône l’égalité des sexes 
dans la classe des...
La vie des gardiens 
Les gardiens ne doivent avoir ni famille, 
ni maison, aucune possession privée. 
3 
De peur qu’ils n’...
La vie des gardiens 
Les enfants seront élevés dans des crèches publiques. 
Ils ne connaîtront ni leurs pères ni leur mère...
La vie des gardiens 
Platon ne se prononce pas contre l’esclavage, 
mais ne propose pas qu’il y ait d’esclaves 
dans la Ci...
La justice dans la cité ne consiste que 
dans l’ordre hiérarchique de ses trois parties. 
Or dans l’homme il en est exacte...
Le siège de la sagesse se trouve dans les gouvernants. 
Le siège du courage se trouve chez les gardiens-auxiliaires. 
Quan...
Il est clair que la Cité parfaite n’a jamais existé. Est-elle impossible ? 
Platon ne croit pas qu’elle le soit. 
Elle n’e...
Trois voyages en Sicile 
Platon fit trois voyages en Sicile, pour essayer d’implanter ses idéaux politiques dans la cité d...
Platon fut réduit en esclavage 
Les trois voyages furent des échecs retentissants. L’aventure syracusaine tourna mal ; Pla...
Les cités imparfaites 
LA TIMOCRATIE 
L’OLIGARCHIE 
ou 
LA PLOUTOCRATIE 
LA DÉMOCRATIE 
LA TYRANNIE
LA TIMOCRATIE 
^
L’OLIGARCHIE 
^ 
e
LA TYRANNIE 
m 
^
LA DÉMOCRATIE 
^ 
e 
´ 
^
CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON 
Platon a de bonnes intentions : 
 Il essaie d’éviter le gouvernement de p...
CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON 
 Platon essaie d’éviter le chaos de la démocratie athénienne où le peuple...
CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE 
POLITIQUE DE PLATON 
 La troisième classe est réduite presque à l’esclavage. Platon est antid...
CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON 
 Platon est classiste et élitiste. 
 Platon ne laisse aucune liberté au ...
CRITIQUE DE LA THÉORIE DU ROI-PHILOSOPHE 
 KANT : Le philosophe ne doit pas détenir le pouvoir, car l’exercice du pouvoir...
CRITIQUE DE LA THÉORIE DU ROI-PHILOSOPHE 
Platon nourrit l’illusion qu’il existe un idéal absolu de Justice. Il se trompe....
Donc 
L’État idéal de Platon ne nous semble pas très attirant. 
Son élitisme, sa dictature qui prive le peuple de la prise...
https://www.youtube.com/watch?v=yvat5p-CsBg
Leçon 11 platon   la philosophie politique platonicienne
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Leçon 11 platon la philosophie politique platonicienne

2 541 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 541
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
34
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Leçon 11 platon la philosophie politique platonicienne

  1. 1. LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON
  2. 2. L’oeuvre de Platon, toute entière, est sous-tendue par des préoccupations politiques. Platon développe sa réflexion sur la justice dans un dialogue intitulé La République.
  3. 3. Le cadre de la réflexion politique platonicienne Les sophistes Socrate DÉVALORISATION DE LA LOI PROTAGORAS : La loi est relative et conventionnelle. Néanmoins elle est nécessaire HIPPIAS : La loi est hostile à la nature ANTIPHON: On ne doit obéir à la loi que si l’on risque d’être puni. RESPECT DE LA LOI SOCRATE: La loi doit être respectée. Mieux vaux mourir que de la transgresser!
  4. 4. Défense de la démocratie PROTAGORAS LYCOPHRON Défense de la tyrannie CALLICLÉS THRASYMAQUE
  5. 5. Socrate ne s’intéressa pas à la réforme politique, mais plutôt à la réforme morale. Il dialoguait avec des individus dans les places publiques, mais ne faisait pas de discours à l’Assemblée. Il méprisait l’opinion du vulgaire. Il considérait que la multitude était incapable de faire grand bien ni grand mal. « Ce qu’elle fait est l’effet du hasard », disait-il. Lorsqu’il fut jugé, il affirma, selon Platon, qu’il considérait la voie politique sans issue, car Athènes s’était convertie dans une cité inique, où celui qui se mettait en tête d’empêcher l’injustice risquait sa vie.
  6. 6. Le contexte politique Au IVe siècle, les guerres du Péloponnèse viennent de terminer. Mais Athènes reste une cité convulsée de nombreux conflits internes, entre les oligarques et les démocrates. Le régime démocratique est interrompu par deux coups d’État : celui des Trente Tyrans et celui des Quatre Cents. La démocratie est toujours restaurée. Mais elle condamne Socrate à la peine de mort.
  7. 7. Platon construit la fiction d’une cité en formation. Socrate et ses interlocuteurs décident de jeter par la pensée les fondements d’un État parfait, une cité idéale, l’Idée de Cité. KALIPOLIS
  8. 8. C’est le besoin de l’entre-aide, dit Platon. Ce n’est donc pas la crainte d’être agressé, ainsi que le prétend Glaucon (et le fera Hobbes au XVIIe siècle). Qu’est-ce qui donne naissance à une cité ?
  9. 9. Dans la Cité parfaite, pour le bien de la communauté, il faut faire régner la division du travail, la spécialisation des tâches. « On fait plus et mieux et plus aisément, lorsque chacun ne fait qu'une chose, celle à laquelle il est propre. »
  10. 10. [donc] TROIS CLASSES SOCIALES LES GOUVERNEURS PHILOSOPHES LES GUERRIERS LES LABOUREURS, LES ARTISANS ET LES COMERÇANTS LES GARDIENS DE LA CITÉ }
  11. 11. A chaque classe sa fonction ! Platon propose une structure sociale strictement hiérarchique. La division du travail est la base de l’organisation sociale. Donc, il est indispensable que chaque classe sociale accomplisse sa fonction sans jamais s’ingérer dans les tâches des deux autres classes sociales.
  12. 12. La théorie du roi-philosophe Ce sont les philosophes qui doivent gouverner.
  13. 13. Parce que ce sont ceux qui ont contemplé l’idée de Justice, ceux qui ont purifié leurs âmes des désirs sensibles et de la soif du pouvoir, donc ceux qui sont capables de gouverner en vue du Bien commun, et pas en vue de leurs propres intérêts ou des intérêts de classe. Pourquoi les philosophes doivent-ils gouverner?
  14. 14. UNE ARISTOCRATIE DU SAVOIR ET DE LA VERTU car seuls le savoir et la vertu justifient l’exercice du pouvoir. Platon propose donc le régime suivant:
  15. 15. Ni le peuple ni les guerriers ne doivent prétendre prendre des décisions politiques. Que le peuple tienne les rênes de l’État, le système politique devient une piteuse ploutocratie (le gouvernement des riches). Que les guerriers tiennent les rênes de l’État, le régime tourne à une déplorable dictature militaire, qui finit par dégénérer elle aussi dans une ploutocratie.
  16. 16. « Tant que les philosophes ne seront pas rois dans les cités, ou que ceux qu'on appelle aujourd'hui rois et souverains ne seront pas vraiment et sérieusement philosophes ; tant que la puissance politique et la philosophie ne se rencontreront pas dans le même sujet ; tant que les nombreuses natures qui poursuivent actuellement l'un ou l'autre de ces buts de façon exclusive ne seront pas mises dans l'impossibilité d'agir ainsi, il n'y aura de cesse, mon cher Glaucon, aux maux des cités, ni, ce me semble, à ceux du genre humain, et jamais la cité que nous avons décrite tantôt ne sera réalisée, autant qu'elle peut l'être, et ne verra la lumière du jour. Voilà ce que j'hésitais depuis longtemps à dire, prévoyant combien ces paroles heurteraient l'opinion commune. Il est en effet difficile de concevoir qu'il n'y ait pas de bonheur possible autrement, pour l'Etat et pour les particuliers. » PLATON, République, livre V 472a
  17. 17. Les citoyens doivent se situer dans les classes sociales en fonction de leurs âmes LES INDIVIDUS EN FONCTION DE LEURS ÂMES LES CLASSES SOCIALES Les rationaux les philosophes gardiens - gouverneurs Les irascibles les guerriers gardiens auxiliaires Les concupiscibles les laboureurs, les artisans et les commerçants
  18. 18. Ainsi pourra naître une harmonie entre l’âme et la cité La cité a besoin d’individus adéquats à leurs postes et l’individu ne peut être heureux qu’à occuper un poste dans la cité en accord avec sa psychologie.
  19. 19. La mobilité sociale Ces trois classes sociales ne sont aucunement des « castes ». En fait, les gardiens auront tôt fait de découvrir des sujets supérieurs parmi les enfants de la troisième classe, qu’ils élèveront bien vite au rang de gardiens ; ou, au contraire, de découvrir une nature inférieure parmi les descendants de l’élite et de l’envoyer aux champs ou à l’atelier.
  20. 20. Pourra-t-on faire admettre par la classe de laboureurs, artisans et marchands, le pouvoir de l’ordre des gardiens ? Platon estime qu’il suffit d’ apprendre à tous les membres de la Cité une notion correcte de la hiérarchie naturelle et vraie des valeurs, le respect des meilleurs et surtout le respect du savoir.
  21. 21. Platon propose d’inculquer à tous les membres de la Cité un mythe selon lequel tous sont des enfants de la même terre de leur patrie ; que, par conséquent, ils sont tous frères. Toutefois, des métaux différents se trouvent avoir été employés dans la constitution de chacun d’eux LES MÉTAUX LES ÂMES LES CLASSES SOCIALES or l’âme rationnelle les philosophes - gouverneurs argent l’âme irascible les guerriers - gardiens auxiliaires airain l’âme concupiscible les laboureurs, les artisans et les commerçants
  22. 22. L’ambition politique leur manque. Ils préfèrent jouir du bonheur de la vie contemplative au lieu de s’engager dans les affaires publiques. Ils seront obligés à gouverner. Le bon gouvernement est le gouvernement de ceux qui ne désirent pas gouverner. L'homme qui s'est élevé jusqu'à la lumière du Bien ne doit pas s'évader dans la contemplation, mais doit accepter sa tâche terrestre. Dans la cité idéale le philosophe a l’obligation de redescendre dans la caverne pour organiser la conduite de l'individu et de la Cité.
  23. 23. Pourquoi le philosophe peut-il être obligé à gouverner?
  24. 24. La vie des gardiens Les gardiens doivent être pris dans l’élite intellectuelle, morale et physique des adolescents et ils doivent être soigneusement instruits. 1
  25. 25. La vie des gardiens Les femmes ne sont pas exclues du gouvernement! Platon prône l’égalité des sexes dans la classe des gardiens 2
  26. 26. La vie des gardiens Les gardiens ne doivent avoir ni famille, ni maison, aucune possession privée. 3 De peur qu’ils n’arrivent quand même à se corrompre, Platon leur interdit non seulement de posséder, mais même de toucher à l’or et à l’argent. La Cité les nourrit, les habille, les arme. Pour le reste ils ont tout en commun, même les femmes et les enfants.
  27. 27. La vie des gardiens Les enfants seront élevés dans des crèches publiques. Ils ne connaîtront ni leurs pères ni leur mères, ni leurs frères, afin que l’affection exclusive pour les « siens » n’affaiblisse pas l’attachement que les gardiens doivent à la Cité. Comme il n’y a plus de famille particulière, la classe des gardiens devient une grande famille. Chacun, dans tous les enfants d’un certain âge, reconnaît ses propres enfants.
  28. 28. La vie des gardiens Platon ne se prononce pas contre l’esclavage, mais ne propose pas qu’il y ait d’esclaves dans la Cité parfaite. 4
  29. 29. La justice dans la cité ne consiste que dans l’ordre hiérarchique de ses trois parties. Or dans l’homme il en est exactement de même. Le règne de la justice dans l’âme consiste aussi dans l’ordre hiérarchique de ses trois parties. L’âme humaine est une contrepartie ou une image exacte de la Cité.
  30. 30. Le siège de la sagesse se trouve dans les gouvernants. Le siège du courage se trouve chez les gardiens-auxiliaires. Quant à la tempérance, elle est la vertu propre des classes productrices, mais elle embrasse tout le corps social. La partie rationnelle de l’âme doit dominer chez lui les passions comme le philosophe gouverne la cité. L’homme juste est celui dont l’âme rationnelle est sage, l’âme irascible est courageuse et l’âme concupiscible est tempérante. La justice est la somme de la sagesse, le courage et la tempérance dans l’âme et dans la cité.
  31. 31. Il est clair que la Cité parfaite n’a jamais existé. Est-elle impossible ? Platon ne croit pas qu’elle le soit. Elle n’est pas contradictoire en elle-même ; elle n’est pas non plus incompatible avec la nature humaine. Il est très peu probable, sans doute, que des philosophes soient jamais chefs d’État. Pourtant il n’est pas impossible qu’un philosophe naisse un jour dans une famille royale.
  32. 32. Trois voyages en Sicile Platon fit trois voyages en Sicile, pour essayer d’implanter ses idéaux politiques dans la cité de Syracuse. Syracuse était une des cités les plus puissantes et les plus riches de la Méditerranée. Il essaya de soumettre à son influence et convertir à la philosophie les tyrans Denys I et plus tard Denys II de Syracuse. Bientôt Platon se rendit compte que ces tyrans et leur cour fastueuse étaient imperméables aux idéaux philosophiques.
  33. 33. Platon fut réduit en esclavage Les trois voyages furent des échecs retentissants. L’aventure syracusaine tourna mal ; Platon fut embarqué un beau jour sur un navire et renvoyé chez lui. Mais à la suite d’une tempête ou d’instructions secrètes, le navire fit escale à Égine, alors en guerre contre Athènes, ce qui signifiait pour Platon la mort ou l’esclavage. Platon fut réduit en esclavage. Par bonheur il fut reconnu par un de ses disciples, Annicéris, et racheté par lui.
  34. 34. Les cités imparfaites LA TIMOCRATIE L’OLIGARCHIE ou LA PLOUTOCRATIE LA DÉMOCRATIE LA TYRANNIE
  35. 35. LA TIMOCRATIE ^
  36. 36. L’OLIGARCHIE ^ e
  37. 37. LA TYRANNIE m ^
  38. 38. LA DÉMOCRATIE ^ e ´ ^
  39. 39. CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON Platon a de bonnes intentions :  Il essaie d’éviter le gouvernement de politiciens egoïstes, immorales, qui ne cherchent pas le bien publique, mais qui ambitionnent le pouvoir pour s’enrichir.  Il rejette la tirannie du pouvoir économique, le gouvernement en fonction d’intérêts économiques.  Il rejette la dictature militaire.
  40. 40. CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON  Platon essaie d’éviter le chaos de la démocratie athénienne où le peuple manipulé par des démagogues prenait des décisions désastreuses (la mort de Socrate, l’impérialisme athénien).  Platon repousse l’esclavisme. Platon croit en l’égalité des sexes.
  41. 41. CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON  La troisième classe est réduite presque à l’esclavage. Platon est antidémocratique! Il ravit la souveraineté au peuple. Il ne reconnaît pas le droit de chaque citoyen à participer des décisions politiques. Le système qu’il propose est une tyrannie affreuse. POPPER : Platon est le premier penseur du totalitarisme.
  42. 42. CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE PLATON  Platon est classiste et élitiste.  Platon ne laisse aucune liberté au citoyen. Il prétend placer chaque individu dans une classe. Chaque citoyen a le droit de choisir sa profession et chercher sa place dans la société.  Platon néglige l’éducation du peuple, car il le méprise.
  43. 43. CRITIQUE DE LA THÉORIE DU ROI-PHILOSOPHE  KANT : Le philosophe ne doit pas détenir le pouvoir, car l’exercice du pouvoir entrave la liberté d’esprit du philosophe.  KANT : Le roi ou (ou le gouverneur) ne doit pas devenir philosophe, car l’excès d’éthique affaiblit celui qui doit agir. Donc les gouverneurs doivent respecter la liberté des philosophes et s’en inspirer. Les philosophes doivent illuminer le chemin des gouverneurs grâce à leur flambeau éthique.
  44. 44. CRITIQUE DE LA THÉORIE DU ROI-PHILOSOPHE Platon nourrit l’illusion qu’il existe un idéal absolu de Justice. Il se trompe. C’est une idée politique extrêmement dangeureuse, car elle peut mener à la dictature. Il n’existe pas de “Vérité Politique” ni de “Justice Absolue”. Dans le terrain de la politique, il n’y a que de positions politiques différentes. Toutes (ou presque toutes) sont valables. Il est nécessaire d’établir un débat, une négociation autour des projets et des intérêts des uns et des autres.
  45. 45. Donc L’État idéal de Platon ne nous semble pas très attirant. Son élitisme, sa dictature qui prive le peuple de la prise de décisions quand c’est lui le premier concerné, nous semble néfaste. Son rêve d’un divorce complet du pouvoir politique et du pouvoir économique nous paraît naïf. Dans la société occidentale de nos jours, dans nos démocraties, nous exigeons que le peuple souverain se gouverne soi-même. Nous n’acceptons pas qu’il existe aucune classe “supérieure. Nous critiquons nos démocraties car elle ne nous paraît pas assez “démocratiques”…
  46. 46. https://www.youtube.com/watch?v=yvat5p-CsBg

×