Qu’est-ce qu’une allégorie ? Une allégorie (du grec allêgorein, parler par images) est la représentation métaphorique d’un...
Figurons-nous des hommes dans une demeure souterraine, 
en forme de caverne.
Ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs...
La lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, 
au loin derrière eux.
Entre le feu et les prisonniers il y a un petit mur. Le long de ce mur, des hommes portent des objets de toute sorte, 
des...
Les prisonniers n’ont jamais vu autre chose que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne.
GLAUCON – 
Quel étrange tableau! 
Quels étranges prisonniers! 
SOCRATE – 
Ils nous ressemblent!
Ils n’ont jamais vu que des ombres. 
Ils les confondent avec la réalité. 
Ils vivent dans l’ignorance.
Si l’on détachait l’un des prisonniers… 
Si on le délivrait de ses chaines… 
Si on le forçait à se dresser 
il tournerait ...
Si on le conduisait au delà du feu, en dehors de la caverne 
en lui faisant gravir une montée rude et escarpée… 
ne souffr...
Si on le traînait jusqu’à la région supérieure, 
ne serait-t-il pas ébloui par l’éclat du soleil?
Il attendrait la nuit, pour contempler les astres et la lune
puis le jour, 
pour contempler la nature. 
Il se réjouirait!
Mais il se rappellerait de 
ses compagnons de captivité 
qui se décernaient de vaines honneurs et des louanges 
à qui sais...
Dans la caverne il aurait les yeux aveuglés par les ténèbres… 
Il essairait de délier les prisonniers… 
Et les conduire en...
Ces prisonniers 
pourraient même arriver 
à le tuer! 
Qui est le prisonnier affranchi qui essaie de délier ses compagnons?...
C’est Socrate!
Deux interprétations de l’allégorie de la caverne 
L’interprétation épistémologique 
L’interprétation sociopolitique
L’interprétation épistémologique 
Projetez l’analogie de la ligne sur la scène de l’allégorie! 
Le Bien 
Le monde des idée...
Le monde sensible est comme une caverne 
dans laquelle nous sommes tous captifs 
C’est un espace fermé et obscure ; 
c’est...
Le chemin escarpé et laborieux vers l’extérieur 
c’est la recherche de la science, l’épistémè. 
C’est l’ascèse de l’âme 
v...
Le monde extérieur c’est le monde des Idées, 
la vraie réalité, 
celle qui est digne d’être contemplée. 
Le prisonnier dél...
Le Soleil qui brille en dehors de la caverne 
c’est l’idée du Bien. 
Il ne peut être perçue qu’au bout d’un long processus...
L’interprétation sociopolitique 
Projetez la philosophie politique de Platon sur la scène de l’allégorie! 
Le Bien 
Le mon...
La caverne = l’espace social et politique 
Selon Platon, 
l’espace politique de la cité d’Athènes 
était une espèce de cav...
Pourquoi le prisonnier délivré retourne-t-il à la caverne ? 
Pour Platon, le savoir est lié à la solidarité. 
L’ancien pri...
Le retour du prisonnier délivré à la caverne 
= 
La tâche politique du philosophe 
Le philosophe doit quitter les sommets....
La tâche politique du philosophe 
Les philosophes sont les seuls citoyens 
qui n’ont aucune ambition politique. 
Ils préfè...
VIIe lettre de Platon 
« Tant que les philosophes 
ne seront pas rois dans les cités, 
ou que ceux qu'on appelle aujourd'h...
La réaction des prisonniers 
Les prisonniers de la caverne ne se sentent pas prisonniers. 
Ils pensent que leur mode de vi...
Le prisonnier affranchi = Socrate 
Si le prisonnier affranchi insiste pour les délier, Platon dit que les prisonniers arri...
Les hommes porteurs d’objets = les démagogues, les politiciens mystificateurs, les propagandistes 
Dans la démocratie athé...
Les ombres et les échos = 
les idéologies trompeuses 
Platon croyait que la multitude était 
ignorante, qu’elle était vict...
Leçon 8 platon   l'allégorie de la caverne
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Leçon 8 platon l'allégorie de la caverne

2 710 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 710
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Leçon 8 platon l'allégorie de la caverne

  1. 1. Qu’est-ce qu’une allégorie ? Une allégorie (du grec allêgorein, parler par images) est la représentation métaphorique d’une idée.
  2. 2. Figurons-nous des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne.
  3. 3. Ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux. Une chaîne les empêche de tourner la tête.
  4. 4. La lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux.
  5. 5. Entre le feu et les prisonniers il y a un petit mur. Le long de ce mur, des hommes portent des objets de toute sorte, des statuettes d’hommes et d’animaux, qui dépassent le mur. Les uns parlent, les autres se taisent.
  6. 6. Les prisonniers n’ont jamais vu autre chose que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne.
  7. 7. GLAUCON – Quel étrange tableau! Quels étranges prisonniers! SOCRATE – Ils nous ressemblent!
  8. 8. Ils n’ont jamais vu que des ombres. Ils les confondent avec la réalité. Ils vivent dans l’ignorance.
  9. 9. Si l’on détachait l’un des prisonniers… Si on le délivrait de ses chaines… Si on le forçait à se dresser il tournerait son cou il marcherait vers l’arrière de la caverne il regarderait le feu il se rendrait compte qu’il n’a vu jusqu’alors que de vains fantômes il guérirait de son ignorance
  10. 10. Si on le conduisait au delà du feu, en dehors de la caverne en lui faisant gravir une montée rude et escarpée… ne souffrirait-il pas vivement?
  11. 11. Si on le traînait jusqu’à la région supérieure, ne serait-t-il pas ébloui par l’éclat du soleil?
  12. 12. Il attendrait la nuit, pour contempler les astres et la lune
  13. 13. puis le jour, pour contempler la nature. Il se réjouirait!
  14. 14. Mais il se rappellerait de ses compagnons de captivité qui se décernaient de vaines honneurs et des louanges à qui saisissait mieux le passage des ombres. Il les plaindrait. Il redescendrait dans la caverne
  15. 15. Dans la caverne il aurait les yeux aveuglés par les ténèbres… Il essairait de délier les prisonniers… Et les conduire en haut… Mais est-ce que les prisonniers accepteraient ses jugements? Ne se moqueraient-ils pas de lui? N’iraient-ils pas dire qu’il est revenu avec la vue ruinée, que ce n’est pas la peine d’essayer de monter en haut? Ne préféraient-ils pas de rester enchaînés?
  16. 16. Ces prisonniers pourraient même arriver à le tuer! Qui est le prisonnier affranchi qui essaie de délier ses compagnons? Qui est-ce qu’il symbolise?
  17. 17. C’est Socrate!
  18. 18. Deux interprétations de l’allégorie de la caverne L’interprétation épistémologique L’interprétation sociopolitique
  19. 19. L’interprétation épistémologique Projetez l’analogie de la ligne sur la scène de l’allégorie! Le Bien Le monde des idées L’étude La recherche de la vérité Le soleil Le monde sensible Les images Le Soleil La Nature L’ascension Le feu La caverne Les ombres
  20. 20. Le monde sensible est comme une caverne dans laquelle nous sommes tous captifs C’est un espace fermé et obscure ; c’est l’espace de l’ignorance. Si nous restons dans le monde sensible, c’est-à-dire si nous nous bornons à nos sensations, nous ne connaîtrons jamais la vraie réalité. Nous serons prisonniers des ombres.
  21. 21. Le chemin escarpé et laborieux vers l’extérieur c’est la recherche de la science, l’épistémè. C’est l’ascèse de l’âme vers le monde des idées, le chemin de la libération de la prison de l’ignorance le chemin des mathématiques et de la dialectique Ce chemin ne peut pas être parcouru sans effort ni sans douleur. L’étude et la vie intellectuelle est une bataille incessante qu’on doit livrer contre la négativité.
  22. 22. Le monde extérieur c’est le monde des Idées, la vraie réalité, celle qui est digne d’être contemplée. Le prisonnier délivré de ses chaînes, libre des ténèbres de la caverne, ressent un bonheur extrême quand il découvre la clarté et la splendeur du monde extérieur. Le bonheur est lié à l’activité intellectuelle, à la connaissance, pour Platon.
  23. 23. Le Soleil qui brille en dehors de la caverne c’est l’idée du Bien. Il ne peut être perçue qu’au bout d’un long processus dialectique. La splendeur du Bien émeut et bouleverse le philosophe. Rien ne peut être comparé à l’instant où on touche la vérité du doigt. Le philosophe est amoureux du savoir . Eros pousse l’âme vers la connaissance.
  24. 24. L’interprétation sociopolitique Projetez la philosophie politique de Platon sur la scène de l’allégorie! Le Bien Le monde des idées La tâche politique du philosophe Les politiciens qui manipule le peuple La cité injuste Les idéologies politiques trompeuses , les préjugés, la propagande Le Soleil Le monde extérieur La descente à la caverne Les trompeurs La caverne Les ombres
  25. 25. La caverne = l’espace social et politique Selon Platon, l’espace politique de la cité d’Athènes était une espèce de caverne, où les citoyens étaient esclaves de préjugés politiques. Ils ignoraient LA JUSTICE et se laissaient tromper par des démagogues qui manupulaient l’opinion publique profitant de la démocratie.
  26. 26. Pourquoi le prisonnier délivré retourne-t-il à la caverne ? Pour Platon, le savoir est lié à la solidarité. L’ancien prisonnier doit affranchir ses compagnons captifs. Le philosophe a le devoir d’élargir l’horizon de la conscience collective.
  27. 27. Le retour du prisonnier délivré à la caverne = La tâche politique du philosophe Le philosophe doit quitter les sommets. Il doit s’enfoncer dans les ténèbres. Le philosophe doit gouverner la cité idéal
  28. 28. La tâche politique du philosophe Les philosophes sont les seuls citoyens qui n’ont aucune ambition politique. Ils préfèrent se consacrer à une vie contemplative, heureuse et paisible, et rester en dehors de la caverne. Néanmoins, les philosophes doivent s’engager dans l’action politique, car ils sont les seuls à avoir contemplé l’Idée de Justice.
  29. 29. VIIe lettre de Platon « Tant que les philosophes ne seront pas rois dans les cités, ou que ceux qu'on appelle aujourd'hui rois et souverains ne seront pas vraiment et sérieusement philosophes, [...] il n'y aura de cesse aux maux de la cité, ni, ce me semble, à ceux du genre humain. »
  30. 30. La réaction des prisonniers Les prisonniers de la caverne ne se sentent pas prisonniers. Ils pensent que leur mode de vie est la vraie vie. Pour eux les ombres sont réelles. Ils ne peuvent pas tourner la tête. Les prisonniers ne veulent pas croire celui qui est revenu. Pour eux les réponses qu’il apporte du monde supérieur sont des paroles violentes, dures à écouter. Ils ont toujours cru que ce qu’ils avaient devant les yeux était la vérité. Croire au prisonnier affranchi remettrait en question toute leur existence. Cette révélation les perturbe.
  31. 31. Le prisonnier affranchi = Socrate Si le prisonnier affranchi insiste pour les délier, Platon dit que les prisonniers arriveraient à le tuer! Socrate essaya d’affranchir ses concitoyens des préjugés. Il fut assassiné, tout comme le prisonnier délivré de l’allégorie de la caverne.
  32. 32. Les hommes porteurs d’objets = les démagogues, les politiciens mystificateurs, les propagandistes Dans la démocratie athénienne de l’époque classique, le peuple était manipulé par des démagogues. ¿Qui étaient ces démagogues ? C’était des politiciens qui faisaient des discours grandiloquents faisant appel aux sentiments les plus élémentaires des citoyens, à leurs passions les plus viles. Les démagogues flattaient le peuple pour conquérir le pouvoir. Ils leur parlaient de la supériorité d’Athènes sur les autres cités grecques; ils incitaient le peuple à engager une politique impérialiste. Ils furent à l’origine des guerres du Peloponnèse. Beaucoup de citoyens se laissèrent convaincre et votèrent en faveur de la guerre.
  33. 33. Les ombres et les échos = les idéologies trompeuses Platon croyait que la multitude était ignorante, qu’elle était victime d’idées politiques inauthentiques, semblables aux ombres de la caverne. La foule ne visait pas la vérité politique. Elle n’avait pas un vrai idéal de la justice. Elle se laissait bercer par des ombres, des idéologies mensongères ; elle se méprenait sur le bien de la cité.

×