Conférence de presse Hollande 2014

802 vues

Publié le

analyse du discours verbal et non verbal du président de la république

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
802
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
129
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conférence de presse Hollande 2014

  1. 1. Résumé : une conférence de presse plutôt réussie qui montre d'emblée une évolution dans la gestuelle de François Hollande (moins robotisée que d'habitude) et dans sa prosodie (un parler davantage oralisé et plus rapide que d'habitude). Le discours alterne une maîtrise parfaite du discours (avec parfois des émotions visibles, parfois non) et de petits moments de cafouillage où le discours s'enlisent sur lui-même : énumérations, usage répété du futur, champ sémantique du protocolaire, etc. Analyse des signes verbaux et non verbaux du discours de Hollande LA CONF DE PRESSE DE HOLLANDE EN 10 SLIDES par Elodie Mielczareck, sémiologue, sciigno.net
  2. 2. EMOTIONS NON VISIBLES arrivée de François Hollande dans la salle tO EMOTIONS VISIBLES le pacte de responsabilité t+3 extérieur : la zone euro et le Mali t+4 les circonstances exceptionnelles t+5 je veux t+6 Closergate T+7 non maîtrise du discours : cafouillage, etc. maîtrise du discours début prise de le constat parole de FH t+2 t+1 début des questions des journalistes début temps fin discours de François Hollande devant la presse
  3. 3. non maîtrise du discours : cafouillage, etc. maîtrise du discours arrivée de François Hollande dans la salle tO - une arrivée très sobre du président : le visage fermé mais reposé, les bras le long du corps, avec "un pas décidé" - nous sommes dans une "logique froide", le corps n'exprime que la rationalité et les émotions ne sont pas visibles - avant même qu'il n'ouvre la bouche, sa gestualité nous indique le "ton" de cette conférence de presse...il semble moins "jovial" que d'habitude. Les sujets abordés vont être complexes.
  4. 4. maîtrise du discours non maîtrise du discours : cafouillage, etc. début prise de parole de FH t+1 - la gestuelle est très souple, surtout au niveaux des yeux : il regarde tout le monde en balayant lentement tous ses auditeurs, il ne regarde pas ses notes, ou très peu, les premières minutes, il ne lit pas de prompteur : il est beaucoup plus humanisé et moins robotisé que lors de ces voeux aux français. Nous sommes donc dans une logique plus émotionnelle. Ce qui est logique puisque nous somme en début de discours, il crée du lien avec son public. - sa prosodie est inhabituelle : plus rapide que d'habitude, la voix porte le dynamisme. Le rythme ternaire plusieurs fois employé permet également une certaine fluidité musicale du discours
  5. 5. non maîtrise du discours : cafouillage, etc. maîtrise du discours le constat t+2 - le discours est très rationnel - un discours avec beaucoup de présent à valeur de vérité générale,"les premiers résultats sont là, trop fragiles", qui frôle presque la lapalissade, "nous n'avons pas encore gagnée la bataille contre l'emploi" (d'ailleurs n'aurait-il pas été plus juste de parler de bataille contre le chômage ou pour l'emploi ?) - le discours se réchauffe un peu certains instants avec un parler plus oralisé, très rare chez le président (beaucoup moins chez Sarkozy): "peut pas y'avoir d'investissement si..." - enfin un geste de bouche qui trahit une émotion forte : dès qu'il commence à parler d'économie, sa bouche se pince en arrière vers la gauche : le dépit !
  6. 6. maîtrise du discours non maîtrise du discours : cafouillage, etc. le pacte de responsabilité t+3 - le discours sur le pacte de responsabilité se veut professoral : "l'offre crée la demande" / on assiste à un cours de marketing -un discours définitoire, qui accumule les définitions, toujours sur la même construction art défini + nom + c'est + GN : "le pacte... c'est une chance...", "le principale problème de la France, c'est sa production" ou bien pour conclure : "voilà ce qu'est..." - le discours mélange le présent définitoire et le futur protocolaire : "se réunira dans quelques mois", "voilà la première étape qui a été franchit", "un document sera remis..." C'EST LE MEILLEUR MOYEN D'ENDORMIR LES FOULES
  7. 7. non maîtrise du discours : cafouillage, etc. maîtrise du discours extérieur : la zone euro et le Mali t+4 - pour une fois, l'usage du passé par le président n'est pas utilisé sans un objectif précis : il lui permet de capitaliser sur ce qui a déjà été fait, sur les actions menées par le gouvernement et les avancées positives de celui-ci : "la zone euro a été stabilisée", "Au Mali je décidais... le résultat est là", etc. - un passage qui lui permet de valoriser sa "méthode" et sa "volonté" puisque "le résultat est là"
  8. 8. maîtrise du discours non maîtrise du discours : cafouillage, etc. les circonstances exceptionnelles t+5 - c'est vers la fin de son discours : c'est là où le président est le moins bon ! il est fatigué et les signes qu'il renvoie ne trompent pas : il gigote sur place, ses yeux balayent la salle beaucoup trop vite, il regarde même en bas vers le pupitre, le rythme vocal s'emballe. Il semble prendre conscience que son discours, fait d'énumération endort. - l'alternance des plans serrés et plans larges se succèdent très rapidement mais sans ponctuer le discours, ce qui ajoute au côté "décousu" du discours - l'anaphore est donc le moment qui va lui permettre de "réveiller" un peu son auditoire et de reconnecter à son public : "c'est pour la jeunesse que..."
  9. 9. non maîtrise du discours : cafouillage, etc. maîtrise du discours je veux t+6 - c'est la fin du discours, le rythme se veut plus emphasique : un peu plus de mouvement au niveau des bras qui s'agitent en même temps - jeu sur l'homonymie "voeux" et "veux" -> projection de la France dans 10 ans
  10. 10. non maîtrise du discours : cafouillage, etc. maîtrise du discours Closergate T+7 - c'est le moment le plus attendu de la conférence de presse - François Hollande est dans la maîtrise totale de son discours, il ne cafouille pas, répond de façon très claire à la question qui lui est posée - pour autant sa mimogestualité (gestualité du visage) trahit quelques émotions : les lèvres pincées vers l'intérieur montre qu'il retient ses émotions, il va même jusqu'à mordiller ses lèvres (ce qui signifie l'embarras), puis le sourcil droit se lève (il veut mettre l'autre à distance). Tous ces gestes s'effectuent de façon successive alors qu'il prononce la phrase "chacun peut traverser des épreuves..."

×