Rites sacrificiels lévites - l'offrande en don

153 vues

Publié le

L'offrande en don, deuxième rituel sacrificiel préconisé à Moïse préfigure l'adoration.

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
153
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rites sacrificiels lévites - l'offrande en don

  1. 1. Rites sacrificiels lévites : L'offrande en don (ou oblation) 1. Les ingrédients principaux...............................................................................................................2 1.1 La fleur de farine........................................................................................................................2 1.2 L'huile........................................................................................................................................3 1.3 L'encens.....................................................................................................................................3 2. Les modes de cuisson.......................................................................................................................4 2.1 Cuisson au four .........................................................................................................................4 2.2 Cuisson à la plaque ...................................................................................................................4 2.3 Cuisson à la poêle .....................................................................................................................5 3. Levain et Miel, ingrédients interdits.................................................................................................5 4. Le sel, ingrédient obligatoire............................................................................................................6 Rites sacrificiels lévites : L'offrande en don (Oblation) Le tabernacle ; la bâtisse, le mobilier et le sacerdoce exercé par les lévites nous parle du royaume de Dieu sur terre. Un royaume qui a été fait sur le modèle de celui qui est au ciel. Un royaume spirituel dans lequel on entre dès la conversion. Une conversion véritable que le Seigneur, qui sonde les cœurs et les reins, est Seul capable d'attester. Le Tabernacle : Image du royaume de Dieu sur terre
  2. 2. Le rituel sacrificiel en aliments à base de farine (offrande en don (ou oblation)) est le deuxième type de sacrifice préconisé par Dieu après l'holocauste. L'ordre n'est pas anodin. Ce type de sacrifice ne peut être ni agréé ni même fait correctement si l'on a pas préalablement offert sa vie en holocauste à Dieu. L'offrande en don, encore appelée oblation suivant les différentes traductions de la Bible symbolise l'adoration. Le terme Minchah (‫ח(ה‬ָ‫(ה‬ ‫נ‬ְ‫ָח‬ ‫מ‬ִ ) évoque un don ou un tribut qu'on paierait en signe de soumission à Dieu. Sans revendiquer implicitement quelque chose en contre partie à l'instar des quatre autres types de sacrifices qui font implicitement appel au pardon des péchés. Les traductions Offrande en don, d'Ostervald ou Oblation de la traduction du Rabbinat et de la King James sont donc plus fidèles à la pensée du Seigneur. Les deux ingrédients indispensables à cette offrande ; l'huile et l'encens évoquent l'adoration en esprit. Pour comprendre ce sacrifice, il est nécessaire de lire en parallèle Lévitique 2 et Jean 4. Jésus et la femme samaritaine. Jean 4 : 9- 10 «Mais cette femme samaritaine lui dit : Comment toi qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme Samaritaine ? Car les Juifs n'ont pas de relations avec les Samaritains. 10 Jésus lui répondit, et lui dit : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est Celui qui te dit : Donne- moi à boire ! Tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive». Ici, le Seigneur nous explique que le don de Dieu, le don par excellence dont il est question ici c'est le don de l'Eau vive. La Parole de Dieu manifestée en Jésus-Christ de Nazareth. Pour rappel, voici les cinq types d'offrandes préconisés dans Lévitiques : L’holocauste, l’offrande en don (ou oblation), le sacrifice d'action de grâce, l'offrande pour le péché et l'offrande de culpabilité. La compréhension de la symbolique de ses sacrifices n'est pas aisée et à posé beaucoup de problèmes aux traducteurs de la Bible. Les versions Ostervald (OST) et King James (KJV) sont les plus fidèles de ce point de vue. Il est toutefois nécessaire de lire en parallèle les versions BJC, Ostervald et King JAMES pour être bien éclairé sur ces sacrifices. 1. Les ingrédients principaux Lévitique 2 : 1 « Quand quelqu'un fera à l'Éternel une offrande en don, son offrande sera de fleur de farine, sur laquelle il versera de l'huile, et mettra de l'encens». 1.1 La fleur de farine La fleur de farine est la partie la plus fine de la farine. Elle est obtenue après avoir passé le grain (blé, mais, etc.) par différents processus de broyage et tamisage. Ces étapes, dans le processus industriel sont successivement appelées Broyage, Claquage et Convertissage. La meule se faisant plus lisse et le tamis plus fin à chaque étape. Dans la terminologie Biblique, le Grain représente la Parole de Dieu. C'est la semence. On le voit dans la parabole du Semeur dans Luc 5:8-15. Le Seigneur explique cette parabole aux disciples comme suit : «Voici donc ce que signifie cette parabole : La semence, c’est la parole de Dieu. 12 Ceux qui ont reçu la semence le long du chemin, ce sont ceux qui entendent la parole ; mais ensuite le diable vient, et ôte la parole de leur cœur, de peur qu’ils ne croient et ne soient sauvés. 13 Et ceux qui ont reçu la semence dans un endroit pierreux, ce sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la parole, la reçoivent avec joie, mais ils n’ont pas de racine, ils croient pour un temps, mais au moment de la tentation ils se retirent. 14 Et ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses, et les plaisirs de la vie ; et ils ne portent pas de fruit qui vienne à maturité. 15 Mais ce qui est tombé dans une bonne terre, ce sont ceux qui ayant entendu la parole, la retiennent dans un cœur honnête et bon, et portent du fruit avec persévérance ».
  3. 3. Les étapes de broyage, claquage puis convertissage peuvent être assimilés à la méditation. Ces étapes sont souvent répétées dans le processus industriel. De même, le croyant doit ruminer la Parole de Dieu pour pouvoir en obtenir la fine fleur. La fleur de farine. La fleur de farine n'est donc rien d'autre la révélation de la Parole de Dieu au travers de Jésus-Christ de Nazareth. Tant que le Parole n'était pas révélée au travers de Jésus-Christ quiconque en buvait avait toujours soif. Jean 4:12-13 «Es-tu plus grand que Jacob notre père, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? 13 Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; 14 Mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, n'aura plus jamais soif, mais l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira pour la vie éternelle». 1.2 L'huile L'huile est un ingrédient indispensable. C'est l'Esprit de Dieu. Sans le Saint-Esprit, le grain ne peut être broyé. C'est l'Esprit Lui-même qui vient ouvrir l'intelligence du croyant pour lui permettre de comprendre les écritures. Il est donc impossible ni de comprendre la Parole de Dieu, ni même de pouvoir l'adorer correctement sans avoir en soi le Saint-Esprit. Jean 4:19-24 «La femme lui dit : Seigneur, je vois que tu es un prophète. 20 Nos pères ont adoré sur cette montagne, et vous, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. 21 Jésus lui dit : Femme, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. 22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons ; car le salut vient des Juifs. 23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. 24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité». L'apôtre Paul dira dans Romains 8:26-27 « 26 De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède pour nous par des soupirs inexprimables ; 27 et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, car il intercède en faveur des saints, selon Dieu». Sans l'aide de l'Esprit-Saint, on ne peut même pas prier convenablement et encore moins adorer. 1.3 L'encens L'encens, dans la prophétie biblique, évoque l'adoration. On le voit dans Exode 30:34-38 «34 Yahweh dit aussi à Moïse : Prends des aromates, à savoir de la gomme, de l'ongle odorant, du galbanum, le tout préparé, et de l'encens pur, le tout à poids égal. 35 Et tu en feras un parfum aromatique selon l'art du parfumeur, et tu y mettras du sel ; vous le ferez pur, et ce sera pour vous une chose sainte. 36 Et quand tu l'auras pilé bien menu, tu en mettras dans la tente d'assignation devant le témoignage, où je me trouverai avec toi. Ce sera pour vous une chose très sainte. 37 Quant au parfum que tu feras, vous ne ferez point pour vous de semblable composition ; ce sera une chose sainte pour Yahweh. 38 Quiconque en fera un semblable pour le sentir sera retranché de ses peuples». Le Seigneur indique ici que l'adoration revient à Lui Seul! Quiconque se fera adorer sera ôté du milieu des sacrificateurs. C'est la mort spirituelle. On le voit également lorsque des mages, venus d'orient, vont adorer Jésus dans Matthieu 2:9-10 «Quand ils virent l'étoile, ils furent saisis d'une très grande joie. 11 Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent. Ils ouvrirent ensuite leurs trésors et lui offrirent des présents : De l'or, de l'encens et de la myrrhe».
  4. 4. 2. Les modes de cuisson Le Seigneur préconise trois modes de cuisson de cette offrande à base de farine, d'huile et d'encens : Par le four, la plaque et la poêle. Ces différents modes évoquent différentes façons d'adorer le Seigneur. Elles évoquent différents modes de représentation du Seigneur. 2.1 Cuisson au four Lévitiques 2:4 «Et quand tu feras une offrande en don de ce qui est cuit au four, ce sera des gâteaux sans levain, de fine farine, pétris à l'huile, et des galettes sans levain, ointes d'huile» Le levain évoque le péché. L'absence du levain évoque d'abord la sainteté du Seigneur. C'est un des attributs majeurs de Dieu parmi lesquels on peut également citer la Justice et l'Amour. De même, toute adoration du Seigneur doit se faire avec un cœur sanctifié. Dieu est saint et il est impossible d'être dans l'intimité avec Lui tout en étant dans le péché. C'est pour cela qu'il est impossible à quiconque de pouvoir véritablement adorer si l'on pratique un péché quelconque. Aussi « mignon» soit-il. Un croyant dans le péché qui adore Dieu fait monter un parfum nauséabond au ciel. Il faut se sanctifier. Aucune chance de s’en sortir sinon. Les gâteaux et les galettes évoquent respectivement la double nature du Seigneur que nous avons déjà détaillé dans l'enseignement Révélations de Dieu en chiffres : Le 2. Le Père et le Fils. C'est une double nature spirituelle qui confère à au Père le rôle de Shilo (Celui à qui tout appartient). La fine farine pétris à l'huile évoque sa nature Parole/Esprit. Le Fils (Oint d'huile) est quant à Lui une projection du Père au travers de toute l'Histoire de l'humanité. Elle est rendue nécessaire à cause de la sainteté du Père. Il est tellement Saint que toute apparition sous sa véritable forme tuerait sur le champ quiconque la perçoit. C'est la raison pour laquelle Il dira à Moïse dans Exode 33:20 « Puis il dit : Tu ne pourras pas voir ma face, car nul homme ne peut me voir et vivre». La Lumière prendra ainsi différents noms (Melchisédek, Ange de l'Éternel, Germe, etc) et différentes formes (Colonne de feu, nuée, Eaux d'Elim, le Bois de Mara, la manne, le Serpent d'airain, etc.) dans le Tanakh. Dans la nouvelle Alliance, la Lumière s'incarne et se révèle sous son véritable Nom. Jésus-Christ de Nazareth. Le gâteau a donc un Nom et ce Nom c'est Jésus-Christ de Nazareth. 2.2 Cuisson à la plaque Lévitiques 2:5-6 «Et si ton offrande est une oblation cuite sur la plaque, elle sera de fine farine, pétrie à l'huile, sans levain. 6 Tu la rompras en morceaux, et tu verseras de l'huile dessus; c'est une oblation». «Tu la rompras en morceaux, et tu verseras de l'huile dessus» Cette symbolique est reprise par le Seigneur dans Matthieu 26 «Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit le pain, et après avoir rendu grâces à Dieu, il le rompit, et le donna à ses disciples, et leur dit : Prenez, mangez, ceci est mon corps». Le Seigneur leur expliquait ici par quelle mort Il devait mourir pour le salut de l'humanité. La rupture en morceau de cette offrande cuite à la plaque préfigure donc la destruction de l'enveloppe charnelle de Dieu incarné pour permettre à quiconque accepterait le plan du salut d'être sauvé. La seconde onction d'huile évoque la gloire qui devait Lui être donnée du fait de son sacrifice. C'est la scène évoquée dans Apocalypse 5:6-14 «Et je regardai, et voici il y avait au milieu du trône et des quatre êtres vivants, et au milieu des anciens, un Agneau qui se tenait là comme immolé, ayant sept cornes, et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre. 7 Et il vint et prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. 8 Et quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre anciens se prosternèrent devant l'Agneau, ayant chacun des harpes et des coupes d'or pleines de parfums, qui sont les prières des saints. 9 Et
  5. 5. ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux ; car tu as été mis à mort, et tu nous as achetés pour Dieu par ton sang, de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; 10 et tu as fait de nous des rois et des prêtres pour notre Dieu ; et nous régnerons sur la terre. 11 Puis je regardai, et j'entendis la voix de plusieurs anges autour du trône, et des anciens; et leur nombre était de plusieurs millions. 12 Et ils disaient à haute voix : L'Agneau qui a été mis à mort est digne de recevoir puissance, richesses, sagesse, force, honneur, gloire et louange. 13 J'entendis aussi toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, et sous la terre, et dans la mer, et toutes les choses qui y sont, disant : A celui qui est assis sur le trône et à l'Agneau, soient louange, honneur, gloire, et force, d'âges en âges ! 14 Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les vingt-quatre anciens se prosternèrent et adorèrent celui qui est vivant d'âges en âges». Du fait de son sacrifice, Il reçoit toute la puissance de Dieu (les 7 cornes, les 7 yeux). Il reçoit le droit de juger le monde (le livre pris de la main droite de Celui qui est assis sur le trône). Il reçoit l'adoration de la part de toute la création. 2.3 Cuisson à la poêle Lévitiques 2:7 «Et si ton offrande est une oblation cuite à la poêle, elle sera faite de fine farine avec de l'huile». Ce mode de cuisson évoque l'adoration que nous devons, en tant qu'humains, vouer à Dieu. Pour pouvoir adorer Dieu, il faut savoir qui Il est ; L'adoration est la conséquence de la révélation de Dieu. C'est la raison pour laquelle Abraham, Isaac et Jacob dressaient un autel à Dieu à chaque fois qu'Il se présentait à eux. La fine farine et l'huile évoquent donc la nature Parole/Esprit du Seigneur comme nous l'avons précédemment expliqué. Ces ingrédients évoquent également la façon dont nous devons adorer Dieu. En paroles et en Esprit. C'est ce que dit le Seigneur à la femme Samaritaine dans Jean 4:23-24 «Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. 24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité». L'Esprit de Dieu qui habite l'esprit du croyant va lui inspirer des paroles (intelligibles ou non) et/ou des chants (intelligibles ou non) pour adorer Dieu. C'est là quelque chose d’extraordinaire. C'est sans doute, plus que les miracles et les signes, ce que nous avons à vivre de plus spectaculaire dans notre marche avec Dieu. L'adoration c'est l'arme ultime du croyant. Lorsqu'on est assaillit par toutes sortes d'attaques, d'intimidations, d'angoisses, il faut simplement adorer ; Se cacher dans le sein du Père. 3. Levain et Miel, ingrédients interdits Lévitiques 2:11 «Quelque oblation que vous offriez à l'Éternel, elle ne sera point faite avec du levain; car vous ne ferez fumer ni levain ni miel en sacrifice fait par le feu à l'Éternel». L'adoration doit se faire en esprit. Elle doit s'affranchir de l'âme et de ses imperfections. L'âme est le siège des émotions et des sentiments (le miel). Souvent dans les écritures, le miel symbolise le Seigneur comme avec Jonathan dans 1 Samuel 14 ou dans l’énigme de Samson dans Juges 14 mais ici, il symbolise les sentiments. C'est également dans l'âme que naissent tous les péchés (orgueil, malice, fornication, méchanceté, pensées impure, etc.) avant de prendre effet au travers du corps (en parole ou en acte). C'est le levain. Ce sont donc deux ingrédients prohibés dans le cadre de l'adoration. Lévitiques 2:12 «Vous pourrez les offrir à l'Éternel comme offrande des prémices; mais ils ne seront point mis sur l'autel comme offrande d'agréable odeur» Les prémices évoquent, comme nous l'avons expliqué ICI, la résurrection physique et spirituelle des
  6. 6. croyants. Spirituelle dès leur conversion puis physique lors de l'enlèvement. Cette résurrection spirituelle se passe au moment de la conversion. Le Saint-Esprit vient habiter dans l'esprit du croyant et ce dernier, dont l'esprit était mort à cause du péché, ressuscite. C'est la conversion. À la conversion, le croyant a encore besoin d'être enseigné et de s'affermir. C'est la raison pour laquelle le Seigneur tolère, sans agréer, le levain et le miel à ce stade. Il faut se sanctifier et se débarrasser des sentiments pour atteindre l'arrivée. L'ennemi se sert souvent des sentiments pour nous lier au péché. « C'est quand même mon père dans la foi », « c'est quand même mon pasteur », « c'est quand même mon père, ma mère, mes frères, mes sœurs », etc. Il faut bien sûr exhorter les uns et les autres qui s'égarent mais, en matière de salut, il ne faut pas regarder derrière. La sanctification consiste à se séparer de ce qui est mal. Il faut se sauver. Sans fuir évidemment les responsabilités que le Seigneur nous confère (premier cercle familial en particulier). 4. Le sel, ingrédient obligatoire Lévitiques 2:13 «Tu saleras de sel toutes tes oblations; et tu ne laisseras point ton offrande manquer du sel, signe de l'alliance de ton Dieu; sur toutes tes offrandes tu offriras du sel» Le sel est un ingrédient qui a deux propriétés : Il donne la saveur aux aliments et les préserve de la corruption. De la même façon, notre alliance avec Dieu nous donne de la saveur. Elle permet que nous soyons des sujets de bénédiction au milieu de nos familles, de nos sociétés. Matthieu 5:13-14 «Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi le salera-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. 14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; 15 et on n'allume pas la lampe pour la mettre sous un boisseau, mais sur un chandelier et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 16 Ainsi, que votre lumière luise devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux». Notre alliance avec Dieu nous préserve également de la corruption. Les bonnes œuvres que nous devons faire pour la gloire de Dieu et la sanctification dans laquelle nous devons demeurer sont rendues possibles grâce à l'aide du Saint-Esprit. Pour que ce soit effectif, chacun doit personnellement y veiller. Jour et nuit jusqu'à ce que le Seigneur revienne.

×