LYCEE THEORIQUE “TRAIAN DODA” 
C A R A N S E B E S 
R o u m a n I e
La Roumanie, pays de vingt millionse 
habitants, se trouve à l’est de l’Europe, 
ayant pour voisins : la Hongrie, 
l’Ukrai...
L’image représente 
les armoiries de notre ville. 
Sur le bouclier, on voit une 
couronne, symbole de la 
ville fortifiée....
La ville de Caransebes est située à l’ouest de la Roumanie, 
dans le département de Caras-Severin. Traversée par 
deux riv...
En 85-89 après J.-C., Décébale, roi des Daces 
- nos ancêtres - engage deux grandes guerres 
contre les Romains. Décébale,...
En 101-102, pour mettre 
fin à cet accord 
humiliant, Trajan lance 
sa première campagne 
contre les Daces. 
En 105-106, l...
C’est l’oeuvre du 
Syrien Apollodore 
de Damas. 
Décorée d’un bas-relief 
sculpté en 
spirale, la Colonne 
retrace , en 15...
Les scènes XXI et XXII représentent des soldats à cheval devant une 
fortification. On y voit les chevaux s’abreuver dans ...
Tabula Peutingeriana est une copie du XIIIe siècle de 
l’ ancienne carte romaine (postérieure à l’année 328) où 
figurent ...
Le camp militaire de Tibiscum est fondé par les Romains 
(Cohors Vindelicorum) en 106, non loin de l’habitat civil 
des Da...
La retraite aurélienne de 271-274 n’ a pas interrompu la 
cohabitation daco-romaine, la plupart de la population 
romaine ...
Un document de 
l’année 535 (Novella 
XII) rédigé en latin, 
à l’époque de 
l’empereur 
Justinien de 
Byzance, parle 
d’un...
Un autre empereur byzantin, Basile II, fonde en 1019 
un patriarcat ayant en sous-ordre l’évêché de 
Divisiscos (transcrip...
A la suite de l’installation à Timisoara de 
Charles Robert d’Anjou, roi de Hongrie 
(1315-1323), la présence des Hongrois...
Vlad Dracul, père de Vlad 
l’Empaleur ( le légendaire 
Dracula) et les Turcs 
avaient pillé Caransebeş 
en 1432.
La ville continue son développement et 
acquiert une importance stratégique 
devant le danger grandissant des 
invasions t...
La Mairie, bel édifice de style éclectique, date de 
1903. 
Le 16 juin 1531, Ioan Zapolya, voïvode de Transylvanie 
(1510-...
Les plus anciens 
sceaux de la ville 
datent de 1457 et 
de 1503. 
Sur le document 
de 1457 on peut 
remarquer le fait 
qu...
En 1688 le général autrichien Veterani délivre la ville de la 
domination turque et donne des dispositions à l’ingénieur 
...
A la suite d’un ordre de 
1762 de l’impératrice 
Marie-Thérèse d’Autriche, 
on organise des unités 
militaires pour la gar...
A la même époque, a été constitué le Régiment 43 
d’infanterie, commandé directement par l’empereur Franz 
Josef/ François...
Franz Josef Ioan Dragalina 
A la fin de la première guerre mondiale, le 1er Décembre 1918, 
notre région, le Banat, ainsi ...
A la suite de la paix 
de Karlowitz, en 
1699, on décide de 
démolir plusieurs 
cités fortifiées dont 
celle de 
Caransebe...
Entre 1699-1701, 
le comte Luigi 
Ferdinando 
Marsigli, officier 
italien dans 
l’armée 
autrichienne, 
s’établit à 
Caran...
A la suite de la paix 
de Passarowitz, la 
ville de Caransebes 
passe sous 
domination 
autrichienne. 
En 1717 , l’ingénie...
Le Lycée « TRAIAN DODA » 
P A S S É 
P R É S E N T
Le Lycée Pédagogique 
PASSÉ 
PRÉSENT
Le Séminaire théologique,
Le Tribunal
La Maison de la Culture, ancien palais « ROSENFELD »
P R É S EN T 
La POSTE 
P A S S É
La Bibliothèque
La Banque Commerciale et l’ancienne polyclinique, de style 
néo-gothique
P A S S É P R É S E N T 
La Cathédrale Orthodoxe Saint Georges
La Cathédrale catholique de l' Immaculée Conception date 
de 1730.
Le palais de la Communauté de Biens
P R É S E N T P A S S É 
Palais Korongy - 1877
Ancien 
palais du 
XIX-e siècle - 
actuel hôtel 
« Armando »
P A S S É P R É S E N T 
La synagogue
En 1871 le Régiment roumano-banatien n° 13 se 
désagrégea à la suite de l’instauration du régime 
dualiste qui faisait de ...
Le centre-ville, zone historique et commerciale 
à la fois , avec son « CORSO », ses boutiques, ses 
cafés, est une concen...
Parmi les personnalités de la ville : 
TRAIAN DODA 
IOAN DRAGALINA 
EFTIMIE MURGU 
CONSTANTIN DIACONOVICI LOGA 
SORIN TITE...
 Ce Power-Point est réalisé et présenté par les 
élèves du Lycée Théorique »Traian Doda » de 
Caransebes, participants à ...
Caransebes - Comenius Spania 2013  Liceul Teoretic "Traian Doda"
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Caransebes - Comenius Spania 2013 Liceul Teoretic "Traian Doda"

418 vues

Publié le

Prezentarea orasului Caransebes din cadrul proiectului Comenius “LA MÉMOIRE CULTURELLE DES PEUPLES” - Spania 2013, Liceul Teoretic "Traian Doda" Caransebes

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
418
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Caransebes - Comenius Spania 2013 Liceul Teoretic "Traian Doda"

  1. 1. LYCEE THEORIQUE “TRAIAN DODA” C A R A N S E B E S R o u m a n I e
  2. 2. La Roumanie, pays de vingt millionse habitants, se trouve à l’est de l’Europe, ayant pour voisins : la Hongrie, l’Ukraine, la République Moldave, la Serbie et la Bulgarie. Le Danube sépare la Roumanie de la Bulgarie au sud et forme un très beau delta avant de se jeter dans la Mer Noire.
  3. 3. L’image représente les armoiries de notre ville. Sur le bouclier, on voit une couronne, symbole de la ville fortifiée. Le bras en armure tenant une épée, symbolise la défense de la cité médiévale. A droite, un soldat romain représentant Virtus, divinité romaine, symbole du courage , figurait sur les monnaies romaines de l’époque où la Dacie avait été une province romaine. A gauche, c’est Saint Georges, le patron de la ville.
  4. 4. La ville de Caransebes est située à l’ouest de la Roumanie, dans le département de Caras-Severin. Traversée par deux rivières, le Sebes et le Timis, la ville compte actuellement environ 35.000 habitants.
  5. 5. En 85-89 après J.-C., Décébale, roi des Daces - nos ancêtres - engage deux grandes guerres contre les Romains. Décébale, victorieux, accepte toutefois de se reconnaître client de l’Empire, mais omet de rendre les prisonniers et les étendards des légions.
  6. 6. En 101-102, pour mettre fin à cet accord humiliant, Trajan lance sa première campagne contre les Daces. En 105-106, lors de la deuxième campagne, une partie du sud et de l’ouest de la Dacie devient province romaine. Pour marquer cette victoire, l’empereur Trajan fait construire à Rome la Colonne Trajane, tout près du Forum romain.
  7. 7. C’est l’oeuvre du Syrien Apollodore de Damas. Décorée d’un bas-relief sculpté en spirale, la Colonne retrace , en 154 scènes, les deux guerres conduites par Trajan contre les Daces et la conquête de la Dacie.
  8. 8. Les scènes XXI et XXII représentent des soldats à cheval devant une fortification. On y voit les chevaux s’abreuver dans l’eau de Tibisco, rivière au bord de laquelle se trouvait l’habitat civil et qui allait donner son nom au camp militaire romain de Tibiscum.
  9. 9. Tabula Peutingeriana est une copie du XIIIe siècle de l’ ancienne carte romaine (postérieure à l’année 328) où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain. Le segment VII de cette table indique le nom du camp romain de Tibisco et un autre habitat civil qui existe encore de nos jours, Caput Bubali (Valea Boului), de même que la capitale romaine de la Dacie: Ulpia Traiana Sarmizegetusa, située à 53 km de Caransebes.
  10. 10. Le camp militaire de Tibiscum est fondé par les Romains (Cohors Vindelicorum) en 106, non loin de l’habitat civil des Daces. De nos jours, il y reste un site archéologique, situé à 5 km de l’actuel emplacement de la ville.
  11. 11. La retraite aurélienne de 271-274 n’ a pas interrompu la cohabitation daco-romaine, la plupart de la population romaine civile n’ ayant pas quitté le municipe. Cela explique d’ailleurs la formation du peuple roumain, parlant une langue latine, phénomène singulier au sud-est de l’Europe.
  12. 12. Un document de l’année 535 (Novella XII) rédigé en latin, à l’époque de l’empereur Justinien de Byzance, parle d’une population d’origine romaine, vivant sur ces terres.
  13. 13. Un autre empereur byzantin, Basile II, fonde en 1019 un patriarcat ayant en sous-ordre l’évêché de Divisiscos (transcription en gréco-byzantin du nom de l’ancien camp romain de Tibiscum). Non loin du camp romain se trouvait l’habitat civil. La première attestation documentaire de Caransebes date de 1289.
  14. 14. A la suite de l’installation à Timisoara de Charles Robert d’Anjou, roi de Hongrie (1315-1323), la présence des Hongrois en Banat s’est intensifiée, mais a été très faible dans notre ville. L’existence d’une vie religieuse de culte byzantin à Caransebes est attestée aussi dans les documents qui présentent la visite de l’empereur byzantin Jean V le Paléologue à Buda en 1365, son passage à l’aller et au retour par Caransebes.
  15. 15. Vlad Dracul, père de Vlad l’Empaleur ( le légendaire Dracula) et les Turcs avaient pillé Caransebeş en 1432.
  16. 16. La ville continue son développement et acquiert une importance stratégique devant le danger grandissant des invasions turques, étant considérée ville de frontière. Des privilèges sont accordés à la ville en 1458 par le roi Matei Corvin, fils de Iancu de Hunedoara.
  17. 17. La Mairie, bel édifice de style éclectique, date de 1903. Le 16 juin 1531, Ioan Zapolya, voïvode de Transylvanie (1510-1526) et roi de Hongrie (1526-1540), confirme les droits accordés par le roi Sigismond de Luxembourg. Pendant le règne de Jean II Sigismond Zapolya (1559-1571), Caransebeş était considérée ville royale, ayant les mêmes droits que Buda et Timişoara.
  18. 18. Les plus anciens sceaux de la ville datent de 1457 et de 1503. Sur le document de 1457 on peut remarquer le fait que notre ville n’a subi l’occupation ottomane qu’une trentaine d’années ( de 1658 à 1688).
  19. 19. En 1688 le général autrichien Veterani délivre la ville de la domination turque et donne des dispositions à l’ingénieur Visconti de fortifier de nouveau la ville. La fortification bastionnée de la citadelle de type Vauban a duré deux ans. Chaque bastion portait un nom : Archiducal, Transilvania, Impérial, Orşova…
  20. 20. A la suite d’un ordre de 1762 de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, on organise des unités militaires pour la garde des frontières et on construit à Caransebes une Caserne (actuellement Musée d’histoire et d’ethnographie). En 1768, la ville devient le siège du régiment de frontière qui, à partir de 1838 s’appelle « Régiment de frontière roumano-banatien n° 13 ».
  21. 21. A la même époque, a été constitué le Régiment 43 d’infanterie, commandé directement par l’empereur Franz Josef/ François-Joseph. C’est ce qui explique la présence d’une statue de l’empereur dans le parc, devant la caserne.
  22. 22. Franz Josef Ioan Dragalina A la fin de la première guerre mondiale, le 1er Décembre 1918, notre région, le Banat, ainsi que toute la Transylvanie reviennent à la Roumanie. La statue de l’empereur a été remplacée par celle du général roumain Ioan Dragalina.
  23. 23. A la suite de la paix de Karlowitz, en 1699, on décide de démolir plusieurs cités fortifiées dont celle de Caransebes. Après la guerre austro-turque de 1716- 1718, l’Autriche réussit à vaincre les Turcs.
  24. 24. Entre 1699-1701, le comte Luigi Ferdinando Marsigli, officier italien dans l’armée autrichienne, s’établit à Caransebeş, ayant la mission de démolir les cités fortifiées de la zone, conformément au traité de Karlowitz (1699).
  25. 25. A la suite de la paix de Passarowitz, la ville de Caransebes passe sous domination autrichienne. En 1717 , l’ingénieur sous-lieutenant François Nicola a été chargé de rédiger un autre plan de fortification de la ville.
  26. 26. Le Lycée « TRAIAN DODA » P A S S É P R É S E N T
  27. 27. Le Lycée Pédagogique PASSÉ PRÉSENT
  28. 28. Le Séminaire théologique,
  29. 29. Le Tribunal
  30. 30. La Maison de la Culture, ancien palais « ROSENFELD »
  31. 31. P R É S EN T La POSTE P A S S É
  32. 32. La Bibliothèque
  33. 33. La Banque Commerciale et l’ancienne polyclinique, de style néo-gothique
  34. 34. P A S S É P R É S E N T La Cathédrale Orthodoxe Saint Georges
  35. 35. La Cathédrale catholique de l' Immaculée Conception date de 1730.
  36. 36. Le palais de la Communauté de Biens
  37. 37. P R É S E N T P A S S É Palais Korongy - 1877
  38. 38. Ancien palais du XIX-e siècle - actuel hôtel « Armando »
  39. 39. P A S S É P R É S E N T La synagogue
  40. 40. En 1871 le Régiment roumano-banatien n° 13 se désagrégea à la suite de l’instauration du régime dualiste qui faisait de l’Autriche et de la Hongrie deux états égaux. A la suite de ce compromis politique de 1867 qui établissait le dualisme austro-hongrois, la région du Banat, y compris notre ville , a été annexée arbitrairement à la Hongrie, jusqu'au 1 Décembre 1918, lors de la grande union avec la Roumanie.
  41. 41. Le centre-ville, zone historique et commerciale à la fois , avec son « CORSO », ses boutiques, ses cafés, est une concentration de belles demeures datant du XVIII-e, du XIX-e et du XX-e siècle.
  42. 42. Parmi les personnalités de la ville : TRAIAN DODA IOAN DRAGALINA EFTIMIE MURGU CONSTANTIN DIACONOVICI LOGA SORIN TITEL CORNELIA STEFANESCU CORNELIU BABA STEFAN POPA POPA’S
  43. 43.  Ce Power-Point est réalisé et présenté par les élèves du Lycée Théorique »Traian Doda » de Caransebes, participants à la réunion de projet organisée en Espagne à Sanguesa:  Abagiu Raluca, Bijan Lenuta, Ciubuc Marci,  Coste Anastasia, Iovanuţ Andrei.  Professeurs coordonateurs:  Rodica Eugenia Fiedler  Felix Borcean

×