Les Bassins Hydrauliques du Maroc1. PRESENTATIONLe bassin de Sebou formeune cuvette entre le Rifau Nord, le moyen Atlaset ...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc             • 133.620 ha de grande hydraulique             • 182.380 ha de petite et moy...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc2. RESSOURCES EN EAU        2-1. Les eaux de surfaceLe bassin renferme près du tiers des ...
Les Bassins Hydrauliques du MarocLes ouvrages hydrauliques du bassin permettent larégularisation d’un volume de 2360 Mm3/a...
Les Bassins Hydrauliques du MarocCes nappes renferment une ressource renouvelable de l’ordrede 1300 Mm3 par an. Ces ressou...
Les Bassins Hydrauliques du MarocAtlas. Il est formé par la nappe profonde du Lias et la nappephréatique du Quaternaire.  ...
Les Bassins Hydrauliques du MarocLa transmissivité est faible (10-6 m2/s) dans les zones àdominance sablo-argileuse sur le...
Les Bassins Hydrauliques du Marocet de la fonte des neiges que connaissent les affleurementscalcaires des causses du Moyen...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc                                                                                         ...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc Entrées (Mm3)                                            Sorties (Mm3) Recharges        ...
Les Bassins Hydrauliques du MarocNappe profondeLa nappe profonde circule dans des terrains d’âge plio-quaternaire que l’on...
Les Bassins Hydrauliques du Marocvers l’océan, par la drainance ascendante vers la nappephréatique et par les prélèvements...
Les Bassins Hydrauliques du Marocvaste plaine du Gharb, à l’Ouest par l’océan atlantiqueentre Rabat et Kénitra et à l’Est ...
Les Bassins Hydrauliques du Marocest marqué par une limite de mise en charge orientéeapproximativement Est-ouest. Au nord ...
Les Bassins Hydrauliques du MarocLa baisse modérée observée au niveau de la zone côtière estexpliquée par l’intrusion des ...
Les Bassins Hydrauliques du Marocd’environ 65 Km2. Il s’agit d’un aquifère mono-couche formépar des galets.Au centre de la...
Les Bassins Hydrauliques du MarocLa recharge de la nappe se fait exclusivement par lesinfiltrations pluviales. Elle est ex...
Les Bassins Hydrauliques du Marocsystème aquifère et ses caractéristiques hydrogéologiques nesont pas bien connues.La napp...
Les Bassins Hydrauliques du MarocBilan moyen de la nappe du couloir Fès-TazaEntrées (Mm3)                    Sorties (Mm3)...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc3. QUALITE DES RESSOURCES EN EAU        3-1. Les sources de pollutionLe bassin du Sebou e...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc         Ville          Charge en DBO5          Milieu récepteur                         ...
Les Bassins Hydrauliques du MarocL’activité industrielle génère près de 3,5 millionsd’équivalents-habitants de pollution o...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc    • La pollution d’origine agricoleDisposant d’une importante superficie agricole utile...
Les Bassins Hydrauliques du Marocde nombreux points critiques notamment les retenues debarrages et les cours d’eau qui lon...
Les Bassins Hydrauliques du MarocPour améliorer la qualité de loued Sebou, des lâchers deau àpartir des barrages Al Wahda,...
Les Bassins Hydrauliques du Marocqui limite leur utilisation pour l’approvisionnement en eaupotable.Sur un total de 80 sta...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc4. MOBILISATION ET UTILISATION DES RESSOURCES EN EAU        4-1. L’effort de mobilisation...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc                 Les Petits barrages et lacs collinairesUne quarantaine de petits barrage...
Les Bassins Hydrauliques du MarocAIN GUETTARA                   TAOUNATE                   20 000            AC - ITIZGUIT...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc                            Superficie         Apports         Vol. mobilisé  Nappe      ...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc           diamètre et 15,5 km de longueur) d’une débitance           maximale de 38 m3/s...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc             • L’eau potable en milieu urbainEn 2004, le volume d’eau utilisé pour l’alim...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc             • L’eau potable en milieu ruralUn effort considérable aété déployé depuis 19...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc             • L’irrigationLe    volume    d’eau    utiliséactuellement pour l’irrigation...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc5. DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES EN EAU        5-1. La demande en eauLa demande en eau pot...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc        5-2. Développement des ressources en eauLes axes de développement des ressources ...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc            supplémentaire par ces barrages a été alloué au            transfert d’eau du...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc                                      CapacitéSite                   Province      (1000 ...
Les Bassins Hydrauliques du MarocHAILA                  KHEMISSET                      1020    AC.AEP             25AIT MY...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc     ne faire recours aux eaux de forages de secours qu’en     période de pénurie ou de t...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc    •    Exploitation du barrage Sidi Chahed :Les eaux de ce barrage permettront de renfo...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc    • Nappes du Moyen Atlas plissé et du couloir Fès-      TazaL’état de connaissance des...
Les Bassins Hydrauliques du MarocMm3/an, dépassant les ressources mobilisables qui sont del’ordre de 210 Mm3/an.Une augmen...
Les Bassins Hydrauliques du Maroc    • l’établissement des périmètre de protection des      captages d’AEP et interdiction...
Les Bassins Hydrauliques du MarocCe projet vise une parfaite coordination et mise encohérence       desdifférentes actions...
3 sebou déf
3 sebou déf
3 sebou déf
3 sebou déf
3 sebou déf
3 sebou déf
3 sebou déf
3 sebou déf
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

3 sebou déf

6 716 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 716
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
522
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

3 sebou déf

  1. 1. Les Bassins Hydrauliques du Maroc1. PRESENTATIONLe bassin de Sebou formeune cuvette entre le Rifau Nord, le moyen Atlaset la méseta au sud, lecouloir Fès -Taza à l’Estet l’océan Atlantique àl’Ouest.D’une superficie d’environ 38.380 km2, il est l’un des bassinsles plus importants du royaume et renferme actuellementune population totale de près de 5.73 millions d’habitants,dont 49% en milieu urbain et 51% en milieu rural. Il disposed’une économie agricole et industrielle qui contribue defaçon importante à l’économie nationale.Le climat régnant sur l’ensemble du bassin est de typeméditerranéen à influence océanique et à l’intérieur dubassin le climat devient plus continental. La pluviométriemoyenne annuelle du bassin est de 640 mm, avec unmaximum de 1000 mm/an sur les hauteurs du Rif et unminimum de 300 mm sur le haut Sebou et les vallées du Beht.Le bassin versant du Sebou est l’un des plus riches en eau etconstitue l’une des régions les mieux loties en terres irriguéeset en industries. Le potentiel cultivé s’élève à 1.750.000 ha.Les superficies irrigables sont estimées à 375.000 ha, dont316.000 sont actuellement irrigués, répartis entre :Bassins Hydraulique de Sebou 66
  2. 2. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • 133.620 ha de grande hydraulique • 182.380 ha de petite et moyenne hydraulique et d’irrigation privée. • 209.000 tonnes de papierLe bassin de Sebou connaît • 80.000 tonnes d’huile d’oliveune activité industrielle (65% de la production nationale)très développée. Les unités • 12.000 tonnes de cuirimportantes à l’échelle du (60% de la production nationale)bassin sont : les sucreries, • 3.300 tonnes de pétrole raffinéles papeteries, les • 1845 tonnes de sucre produithuileries, les tanneries, les (50% de la production nationale)cimenteries, l’industrie dutextile et la raffinerie de pétrole. Production annuelle industrielleIl est également très riche en potentialités touristiques. On ytrouve des villes impériales à civilisation millénaireconstituant un patrimoine universel comme les villes de Fèset Meknès, les sites romains de Walili (Volubilis) et les grottesde Friouatou dans la région de Taza.Le bassin de Sebou couvre en totalité ou en partie: • 5 régions économiques : Fès-Boulemane, Al Hoceima-Taza–Taounate, Meknès-Tafilalt, Gharb- Chrarda-Beni Hssen et Rabat–Zemmour-Zair ; • 3 Wilayas : Fès_Boulemane, Meknès-Tafilalt et Cherarda-Beni Hsen ; • 15 provinces et préfectures dont 8 en totalité (Meknès, El Hajeb, Fès, My Yaacoub, Sefrou, Taounate, Kénitra, Sidi kacem) et 7 partiellement : (Ifrane, Boulemane, Taza, Chefchaouen, Khémisset, Khénifra et Al Hoceima).Bassins Hydraulique de Sebou 67
  3. 3. Les Bassins Hydrauliques du Maroc2. RESSOURCES EN EAU 2-1. Les eaux de surfaceLe bassin renferme près du tiers des eaux de surface du Payset peut être subdivisé de point de vu hydrologique en quatreensembles : le Sebou issu du moyen Atlas et constitué par les bassins du haut Sebou (5875 km2), de l’Inaouène (5015 km2) et du moyen Sebou (5200 km2); l’Ouergha qui a une superficie de l’ordre de 7040 km2 ; le Beht qui a une superficie de l’ordre de 8680 km2, reçoit l’oued R’dom avant de rejoindre le Sebou dans la plaine du Gharb ; le bas Sebou, dont la superficie couvre environ 5785 km2, et qui constitue un chenal instable et insuffisant pour supporter les débits de crues.Les apports en eau du bassin s’élèvent à 5600 millions de m3par an (moyenne sur la période 1939-2002), dont : • 3210 Mm3/an (57%) sont drainés par le bassin de l’Ouergha • 720 Mm3/an (13%) sont drainés par le haut Sebou • 420 Mm3/an (8%) sont drainés par le Beht.Ces apports présentent une irrégularité dans l’espace et dansle temps. Le haut Sebou en amont du barrage Allal El Fassi sedistingue par un écoulement pérenne grâce notamment auxapports de sources telles que : Ain Sebou, Ain Timedrine etAin Ouender. Les autres affluents de l’oued Sebou,notamment l’Ouergha et l’Inaouène, ont un régime pluvialavec des crues très importantes pendant les saisonspluvieuses.Bassins Hydraulique de Sebou 68
  4. 4. Les Bassins Hydrauliques du MarocLes ouvrages hydrauliques du bassin permettent larégularisation d’un volume de 2360 Mm3/an en eaux desurface hormis le prélèvement d’environ 140 Mm3/an au fil del’eau. Plus de 1000 Mm3 sont utilisés actuellement pourl’irrigation et l’AEPI. APPORT ANNUEL (M m 3) AU BARRAGE APPORT ANNUEL (M m 3) AU BARRAGE ALLAL EL FASSI AL WAHDA 1200.0 5000.0 4000.0 800.0 3000.0 2000.0 400.0 1000.0 0.0 0.0 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 APPORT ANNUEL (Mm3) AU BARRAGE DEBIT M OYEN A NNUEL (m 3/S) A U NIV EA U DE SOURC E A IN T IM EDRINE EL KANSERA 2.0 800.0 1.6 600.0 1.2 400.0 0.8 200.0 0.4 0.0 0.0 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Evolution des apports du bassin du Sebou 2-2. Les eaux souterrainesLes ressources en eau souterraine du bassin constituent unepart importante du patrimoine hydraulique du bassin duSebou et représentent 30% environ du potentiel renouvelablenational.A l’échelle du bassin versant du Sebou, on peut distinguerplusieurs unités hydrogéologiques recelant une douzaine denappes dont les principales sont : système aquifère du Saiss,complexe des nappes Maamora - Gharb, nappe des caussesmoyens Atlasiques, nappe de Bou Agba, nappe du couloir Fès–Taza, la nappe du moyen Atlas plissé et la nappe de Taza.Bassins Hydraulique de Sebou 69
  5. 5. Les Bassins Hydrauliques du MarocCes nappes renferment une ressource renouvelable de l’ordrede 1300 Mm3 par an. Ces ressources contribuent audéveloppement économique et social du bassin en assurantlapprovisionnement en eau potable dune grande partie descentres urbains et ruraux et la mise en valeur de grandessuperficies irriguées.Ces nappes productives sont vulnérables à la sécheresse, à lasurexploitation et à la pollution. Bien gérées et protégées,elles représentent des atouts majeurs pour le développementsocio-économique du bassin. Situation des nappes du bassin du Sebou UE Nappe Nappe IQ Souier Drader Bouagba NT Ouezzane LA AT N Taounate EA OC NAP P ED UG HAR B Taza a ag pe ss Kenitra M ap ou Sidi Kacem N Nappe de Nappe Taza Maamora RIDES E DES NAPP IFAINE S PRER Fès N A P P E DU COULOIR GION RE LA SET Rabat DE IS FES-TAZA PPE KHEM NA DE S NE EK -M Sefrou ES D EF Meknés P PE SE NA IS S PL UE Khemisset IQ S LA AS AT TL N A YE N- O E CAUSSES OY M DU DAGOURAI M S Ifrane E SE PP US NA CA NAPPE DES S Boulemane DE BASALTES DAZROU P PE NA 20 Km • Système aquifère du SaissLe système aquifère du Saiss, compté parmi les principauxsystèmes aquifères du Maroc, est limité au Nord par le Prérif,à l’Est par la vallée de l’oued Sebou, à l’Ouest par lesaffluents de l’oued Beht et au Sud par les Causses du MoyenBassins Hydraulique de Sebou 70
  6. 6. Les Bassins Hydrauliques du MarocAtlas. Il est formé par la nappe profonde du Lias et la nappephréatique du Quaternaire. Coupe géologique schématique du bassin Fès-MeknèsNappe phréatiqueD’une superficie d’environ 2100 Km2, la nappe phréatiquecircule principalement dans des grès et des conglomératsreposant sur des sables plus ou moins argileux au centre et àlOuest de la plaine, tandis qu’ à lEst, la nappe est siégéedans des calcaires lacustres.Dans la plus grande partie du Bassin, lépaisseur de l’aquifèrevarie de 20 à 50 m. Elle devient plus importante dans lescuvettes miocènes tel est le cas au SE de Ain Lorma (30 à 70m).Bassins Hydraulique de Sebou 71
  7. 7. Les Bassins Hydrauliques du MarocLa transmissivité est faible (10-6 m2/s) dans les zones àdominance sablo-argileuse sur les bordures S et N du bassin,moyenne (10-4 m2/s) dans les conglomérats et forte dans lescalcaires lacustres karstifiés (6.6 10-2 m2/s).La recharge de cette nappe se fait à travers l’infiltrationpluviale, par drainance ascendante à partir de la nappeprofonde et par les retours d’eau d’irrigation. Laminéralisation de l’eau est faible et reste inférieure à 1g/l.La nappe est exploitée surtout à des fins agricoles. Le niveaude la nappe par rapport au sol est variable et peut dépasser60 m dans le plateau de Meknès et il est de l’ordre de 30mdans la région d’Ain Taoujdate et en bordure du Causse.Nappe profondeL’aquifère profond du bassin Fès- Meknès, couvre unesuperficie d’environ 3500 Km2, et siège dans les formationscalcaires dolomitiques du Lias fortement fissurés. Sous l’effetde la tectonique, l’aquifère est subdivisé en plusieurspanneaux (Saiss, Haj Kaddour, Meknès…) qui sontprobablement inter-communicants par endroits.L’épaisseur de l’aquifère varie de quelques dizaines demètres sur la bordure sud à 760 m au nord de la plaine.La transmissivité et la perméabilité sont très variables enraison de la porosité de fissure de ce système aquifère. Engénéral, l’aquifère présente des caractéristiqueshydrodynamiques intéressantes. En moyenne, latransmissivité est de lordre de 5.10-1 m2/s et la perméabilitéest de 2 10-2 m/s.L’alimentation de cette nappe se fait d’une part, parabouchement latéral à partir de la nappe des Caussesadjacente au sud et d’autre part, à partir des eaux de pluieBassins Hydraulique de Sebou 72
  8. 8. Les Bassins Hydrauliques du Marocet de la fonte des neiges que connaissent les affleurementscalcaires des causses du Moyen Atlas au sud. Ses eauxcirculent du Sud vers le Nord, et se mettent en charge sousune épaisse série de marnes imperméables du Miocène quisépare les deux nappes.Le niveau d’eau se situe en moyenne à une profondeur de50m par rapport au sol dans la partie captive et il atteintactuellement la pression de 12 bars dans la partie artésienne(avant 1980, la pression mesurée atteignait 25 bars, soit unjet de 250 m par rapport au sol). La productivité de la nappeest importante et peut dépasser 120 l/s. La minéralisation del’eau est faible et varie de 0.3 à 0.7g/l.La nappe est exploitée par des forages profonds destinés àl’AEP des ville de Meknès, Fès et des centres situés dans laplaine (Ain Taoujtate, Ras El Ma, Sebaa Ayoune et HajKaddour) et également pour l’irrigation. La profondeur desouvrages qui l’exploitent varie de 200 m au Sud à 1700 m aucentre de la plaine.Evolution piézomètrique du système aquifère de SaissL’examen de l’historique piézomètrique montre que lesaquifères du Saiss avaient une tendance relativement stablejusqu’à l’année 1980. Après cette date, le processus debaisse a été déclenché en raison des cycles de sécheresseenregistrés et du renforcement de l’exploitation lié au déficitdes eaux de surface et à l’accroissement des besoins.Bassins Hydraulique de Sebou 73
  9. 9. Les Bassins Hydrauliques du Maroc Evolution Piezometrique de la nappe profonde EvolutionPiezometrique delanappephréatiquePiézom 1095/ 15 étre Piézométre 290/22 0 Profondeur de leau/sol 0 -5 -10 -10 -20 -30 -15 -40 Point asséché -50 -20 -60 -25 -70 59 61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 -80 68 70 72 74 76 78 80 82 84 86 88 90 92 94 96 98 00 02 04 Année AnnéeAinsi depuis 1980, le niveau piézomètrique a accusé une baiseatteignant 15 m dans la nappe phréatique et 60 m dans lanappe profonde. La baisse annuelle atteint 40 cm pour lapremière et 3 m pour la deuxième.Cette baisse du niveau piézométrique a induit une diminutionde la productivité des forages, des débits des sources et del’aire d’artésianisme. La chute des pressions en tête deforages a atteint 6 bars au niveau du panneau de Haj Kaddouret 12 bars au niveau du panneau du Saiss.Cette baisse alarmante, sous la pression croissante desprélèvements anarchiques, est à l’origine d’une catastropheécologique caractérisée par la disparition de nombreux lacset sources de la région qui faisaient la fierté de la populationde cette région. Aujourd’hui, la situation est désolante : denombreuses espèces de faunes et de flores sont sur le pointde disparaître à tout jamais. Les activités socio-économiqueset touristiques de la région se sont très fortement déclinéeslorsqu’elles n’ont pas complètement disparues.Bilan hydraulique du système aquifère de SaïssDepuis 1980, le déstockage moyen annuel est estimé à 100Mm3/an, entraînant ainsi un déficit global de l’ordre de 1.6Milliards de m3.Bassins Hydraulique de Sebou 74
  10. 10. Les Bassins Hydrauliques du Maroc Entrées (Mm3) Sorties (Mm3) Recharges : 40 Débit drainé par les : 20 pluviales sources et oueds Débits entrant : 140 Prélèvements d’AEP : 100 aux limites Retour : 40 Prélèvement : 160 d’irrigation d’irrigation Sources captées : 40 Total entrées : 220 Total sorties : 320 • Système aquifère du GharbLa plaine du Gharb, d’une superficie de 4000 Km2 est limitéeau Nord par les collines de Lalla Zohra, au sud par la plainede Maamora, à l’est par les collines de Bou Draa et Bel Ksiriet à l’ouest l’océan atlantique ENE EN NW N E W Coupe géologique de la plaine du GharbNappe phréatiqueL’aquifère supérieur est constitué par des formations argilo-silteuses du Quaternaire récent est rencontré dans la partiecentrale du Gharb. Il est plutôt de qualité médiocre etprésente un intérêt Hydrogéologique limité.Bassins Hydraulique de Sebou 75
  11. 11. Les Bassins Hydrauliques du MarocNappe profondeLa nappe profonde circule dans des terrains d’âge plio-quaternaire que l’on peut subdiviser en deux faciès : unfaciès à prédominance de niveaux graveleux et/ouconglomératiques, séparés par des niveaux limono–argileux(Est de la nappe) et un faciès est à prédominance de niveauxsableux, de grés et de calcarénites, séparés par des niveauxlimono-argileux (zone côtière et secteur Sud côté Maâmora).Dans le détail, des lentilles argileux semi perméablesd’épaisseur variable s’intercalent entre les couchesperméables. Cette configuration rend l’aquifère profond duGharb multicouche. L’ensemble aquifère repose sur lesmarnes bleues du Miocène.L’épaisseur saturée de l’aquifère varie de 50 à 150 m et elleest plus importante au centre de la plaine et s’amincie versles bordures. Le niveau de la nappe est rencontré en généralentre 5 et 20m du sol et peut atteindre localement 40 m.L’écoulement général de la nappe se fait en direction dulittoral océanique.L’aquifère profond est captif sur une grande partie du bassindu Gharb et libre le long des affleurements ouest (Zone d’ElManasra) et des affleurements Est.Sur le plan hydrodynamique, les valeurs les plus fréquentesde la transmissivité sont comprises entre 10-3 et 10-1 m2/s.La qualité de l’eau est bonne de façon générale,contrairement à la nappe phréatique caractérisée par unesalinité élevée. Cependant, des salinités allant jusquà 8g/lont été notées au droit des zones industrielles.La recharge de l’aquifère s’effectue par l’infiltration despluies sur les affleurements, par l’abouchement desécoulements profonds en provenance de la nappe de laMaâmora, par la percolation à travers les lits des ouedsOuergha et Sebou à l’Est de la plaine, et par retour des eauxd’irrigation. Les sorties sont constituées par l’écoulementBassins Hydraulique de Sebou 76
  12. 12. Les Bassins Hydrauliques du Marocvers l’océan, par la drainance ascendante vers la nappephréatique et par les prélèvements pour l’AEPI etl’agriculture.Evolution piézomètrique de la nappe profonde du GharbGlobalement, 0 ,0 0l’aquifère du Gharb -1,0 0est resté relativement - 2 ,0 0 - 3 ,0 0stable à l’exception - 4 ,0 0des zones des -5,0 0champs - 6 ,0 0captant destinés à 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 A n né el’AEP et certaines Evolution piézométrique de la nappe profonde du Gharbzones côtières.Les fluctuations piézométriques amorties observées sont enliaison avec les conditions favorables de recharge de lanappe, notamment par abouchement souterrain à partir de lanappe de la Maâmora et par les retours des eaux d’irrigationà partir des eaux de surface.Entrées (Mm3) Sorties (Mm3)Apports naturels : 110 Prélèvements pour : 240 l’irrigationDéversement de la : 35 Prélèvements pour l’AEPI : 30nappe MaamoraRetour d’irrigation : 125 Déversement vers : 30 l’océanInfiltration par les : Sorties par les Oueds : 30Oueds 60Total entrées : 330 Total sorties : 330 • Nappe de la MaâmoraLe plateau de la Maâmora d’une superficie de 1890 km2 estdélimité au Sud par le massif de la Meseta, au Nord par laBassins Hydraulique de Sebou 77
  13. 13. Les Bassins Hydrauliques du Marocvaste plaine du Gharb, à l’Ouest par l’océan atlantiqueentre Rabat et Kénitra et à l’Est par l’oued Beht.Le plateau de la Maâmora recèle une nappe phréatique librecirculant dans des grès calcaires, sables et sables argileux duPlio-quaternaire. L’ensemble repose sur un substratumimperméable formé par les marnes du Miocène. Cette nappefait partie de l’unité hydrogéologique connue sous le nom dubassin du Gharb-Maâmora.L’épaisseur saturée de la nappe varie de 75 m Nord-Ouest à100 m au Nord-Est. Cette épaisseur passe progressivement à40 m puis à 20 m au centre de la plaine. Au Sud, l’aquifèresemble se biseauter. La profondeur de la nappe estgénéralement comprise entre 20 et 40 m et peut dépasserlocalement 80m.Le sens général de l’écoulement de cette nappe se faitd’abord du Sud-Est vers le Nord-Ouest en direction del’océan, puis prend ensuite la direction Sud-Nord en directionde la nappe du Gharb. Coupe géologique de la MaamoraLe passage du domaine de la nappe libre du plateau de laMaâmora à celui de la nappe profonde de la plaine du GharbBassins Hydraulique de Sebou 78
  14. 14. Les Bassins Hydrauliques du Marocest marqué par une limite de mise en charge orientéeapproximativement Est-ouest. Au nord de cette ligne, lanappe devient progressivement captive au-dessous des limonsquaternaires de recouvrement de la plaine du Gharb.La transmissivité de la nappe varie dans une fourchettecomprise entre 10-3 et 10-1 m2/s. Elle est de 5 10-3 m2/s auvoisinage de Kénitra. Au niveau de Bouknadel, elle varie de2,8.10-3 à 7,2.10-3 m2/s et elle est de lordre de 1,5 10-1 m2/sau niveau du secteur de Sidi Taïbi .Du point de vue qualité chimique, les eaux de la nappe sontde bonne qualité chimique au centre de la plaine (0.5 g/l) etd’une qualité moindre (1 à 2.8 g/l) au sud-Est et au Nord-Ouest de la plaine. En zone littorale, la salinité estrelativement élevée à cause de l’invasion marine entraînéepar l’intensification des pompages en zone littorale.La recharge de la nappe s’effectue exclusivement parl’infiltration pluviale. Les sorties sont constituées parl’écoulement vers l’océan, par le sous écoulement vers lanappe du Gharb, par le drainage de l’oued Beht et des autresoueds du plateau (Fouarat, Tiflet) ainsi que par lesprélèvements pour l’AEPI (captages ONEP, RAK) etl’agriculture.Evolution piézomètrique de MaâmoraSelon l’analyse de la 39chronique 38piézométrique, il y a 37 36une tendance globale à 35 34la baisse entre 1980 et 332003 qui varie de 0.5 32 31m dans la zone côtière 30à 6.5 m au centre de la 29 28plaine. 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 A N N EEBassins Hydraulique de Sebou 79
  15. 15. Les Bassins Hydrauliques du MarocLa baisse modérée observée au niveau de la zone côtière estexpliquée par l’intrusion des eaux salées dans l’aquifère,permettant ainsi d’amortir les baisses causées par lespompages. Cette situation est la conséquence directe de lasurexploitation et de la sécheresse.Bilan hydraulique de la nappe de MaâmoraL’examen des termes du bilan hydraulique de la nappe de laMaâmora, montre l’importance des sorties (184 Mm3/an) parapport aux entrées constituées principalement par lesinfiltrations de pluies. Le déficit est de 9 Mm3/an.Il est également important de noter que la baisse continue dela nappe en zone littorale a engendré l’intrusion de 5 Mm3d’eau salée dans l’aquifère. Certes, si aucune mesure n’estprise pour optimiser les pompages d’eau souterraine, levolume d’intrusion marine augmentera davantagecompromettant ainsi, à terme la qualité des eaux de lanappe.Entrées (Mm3) Sorties (Mm3)Apports naturels, : 175 Prélèvements d’AEPI : 70recharge pluvialeRetour : 5 Prélèvements d’irrigation : 55d’irrigation Déversement vers l’océan : 10 Déversement vers la nappe du : 35 Gharb et Beht Sorties par les Oueds : 25Total entrées : 180 Total sorties 195 • Nappe de Bou AgbaSituée au NW du bassin de Sebou, entre les villes d’Ouazzaneet de Souk El Arbaa, cette nappe s’étend sur une superficieBassins Hydraulique de Sebou 80
  16. 16. Les Bassins Hydrauliques du Marocd’environ 65 Km2. Il s’agit d’un aquifère mono-couche formépar des galets.Au centre de la plaine, la profondeur de l’aquifère estd’environ 100 m, avec une épaisseur de l’ordre de 120 mdiminuant vers les bordures de la nappe.La recharge de l’aquifère s’effectue essentiellement parl’infiltration des eaux pluviales qui s’infiltrent dans lesaffleurements des formations plio-quaternaire. Les sortiessont constituées par les prélèvements pour l’AEP de la villede Ouezzane et le milieu rural et pour l’irrigation.Bilan hydraulique de la nappe de Bou AgbaLe bilan de cette nappe est déficitaire de 1 Mm3/an soit 33%des apports. Entrées (Mm3) Sorties (Mm3) Recharge pluviale : 3 Prélèvements AEP : 3 Prélèvements irrigation : 1 Total entrées : 3 Total sorties 4 • Nappe des Causses moyens AtlasiquesD’une superficie de l’ordre de 4600 Km2, la nappe desCausses moyens atlasiques est encadrée entre le bassin deFès Meknès au nord et le Moyen Atlas au Sud. Cet aquifère estformé par des terrains carbonatés plus ou moins tabulaires duLias. Sa géométrie et ses caractéristiques hydrogéologiquesne sont pas bien connues.La qualité des eaux de cette nappe est très bonne. Laminéralisation de l’eau est en effet inférieure à 0.5 g/l.Bassins Hydraulique de Sebou 81
  17. 17. Les Bassins Hydrauliques du MarocLa recharge de la nappe se fait exclusivement par lesinfiltrations pluviales. Elle est exploitée par forages et puitspour l’AEP des centres de la région (Ifrane, Imouzzer, Azrou,El Hajeb, Agouray…), ainsi que pour l’irrigation. Lesprélèvements destinés à l’AEPI peuvent être estimés à 15Mm3 /an, alors que ceux utilisés en irrigation sont évalués à25 Mm3/an.Bilan hydraulique de la nappe des causses moyensatlasiquesL’effet combiné de la sécheresse et la surexploitation de lanappe des Causses se traduit par un déstockage annuel desréserves de l’aquifère de 10 Mm3. Ce déstockage aura desimpacts négatifs sur les ressources en eau de surface etsouterraines puisque la zone des Causses représente lechâteau d’eau assurant plus de 50% de l’alimentation dusystème aquifère du Saiss; et donnant naissance à plusieurssources au niveau du piémont ainsi qu’à la source d’Oum ErRbia .Entrées (Mm3) Sorties (Mm3)Recharge pluviale : 450 Prélèvements d’irrigation : 40 Prélèvements d’AEPI : 40 Drainage par les sources : 10 et oueds Sources captées : 190 Alimentation de la nappe 190 Fès-Meknès et Fès-Taza :Total entrées : 450 Total sorties 470 • Nappe du Moyen Atlas plisséLa nappe du Moyen- Atlas plissé d’une superficie d’environ4200 km2, occupe les terrains situés au Sud-Est du bassin deSebou et assure l’écoulement des grandes sources du hautSebou (principalement la source de Sebou: 2 m3/s). C’est unsystème multicouche dont le principal aquifère est constituépar les carbonates du Lias inférieur. La géométrie de ceBassins Hydraulique de Sebou 82
  18. 18. Les Bassins Hydrauliques du Marocsystème aquifère et ses caractéristiques hydrogéologiques nesont pas bien connues.La nappe est exploitée pour l’AEP des centres de la provincede Boulemane et pour l’irrigation. Sa recharge, estimée à 215Mm3/an, se fait à partir de l’infiltration pluviale.Bilan moyen de la nappe du Moyen Atlas plissé Entrées (Mm3) Sorties (Mm3) Recharge pluviale : 230 Prélèvements : 25 d’irrigation Prélèvements d’AEPI : 5 Drainage par les : 150 sources et oueds Sources captées : 50 Total entrées : 230 Total sorties 230 • Nappe du couloir Fès-TazaLa nappe du couloir Fès-Taza couvre une superficie d’environ1200 Km2 et elle est constituée par deux niveaux aquifèresd’importance inégale: le premier représenté par les grès duMiocène de faible potentiel mobilisable et le secondreprésenté par les carbonates liasiques constituant l’aquifèreprincipal de la zone. La qualité de l’eau est bonne avec uneminéralisation entre 360 et 1400 mg/l.L’épaisseur de l’aquifère profond est comprise entre 100 et200 m et la profondeur de l’eau par rapport au sol varie de 0(dans la zone artésienne) à 800m. L’alimentation de la nappeest assurée par l’infiltration des eaux de pluie. Elle estexploitée pour l’AEP de Matmata, Tahla, Oued Amlil, …, ainsique pour l’irrigation.Bassins Hydraulique de Sebou 83
  19. 19. Les Bassins Hydrauliques du MarocBilan moyen de la nappe du couloir Fès-TazaEntrées (Mm3) Sorties (Mm3)Recharge pluviale : 50 Prélèvements d’irrigation : 10Alimentation par Prélèvements d’AEPI : 10le Moyen Atlas : 50 Drainage par les sources et : 44 oueds Sources captées : 36Total entrées : 100 Total sorties 100 • Nappe deTazaLa nappe de Taza sétend à lest et au sud-est de la ville deTaza, entre la retombée nord-est de Tazzekka et le Pré-rif.Elle est limitée à louest par laffleurement triasique laséparant du panneau de Magoussa, au sud par laffleurementtriasique de Ras El Ma, à lest par la ligne de partages deseaux séparant les bassins versants de loued Inaouène et ouedMelloulou, et au nord par les formations du pré-rif.Les exutoires anciens de ce panneau (110 km2) étaient lessources (Aïn Nsa, Aïn Anémli, Aïn Cherchiri...) de débit totalde 160 à 180 l/s. La ressource mobilisable varie entre 3 et 10Mm3/an, suivant l’année hydrologique.La totalité de la ressource mobilisée est destinée à lAEP de laville de Taza à travers 6 forages dexploitation avec un débitmoyen de lordre de 170 l/s.Bassins Hydraulique de Sebou 84
  20. 20. Les Bassins Hydrauliques du Maroc3. QUALITE DES RESSOURCES EN EAU 3-1. Les sources de pollutionLe bassin du Sebou est le bassin le plus pollué du pays. Eneffet, si on exclut le bassin côtier atlantique dont fait partiela ville de Casablanca qui rejette ses eaux usées en mer, leSebou est situé en tête de l’ensemble des bassins du Marocen terme de pollution organique d’origines industrielle etdomestique et de pollution toxique. Il est suivi de loin par leTangérois, le Tensift et le Bouregreg.Les sources de pollution sont multiples et se résument commesuit: • La pollution d’origine domestiqueLes 82 villes et centres urbains du bassin rejettent un volumeannuel d’eau usée estimé à 80 Mm3, dont 86% sont déversésdans les cours d’eau, 12% dans la mer et 2% épandus sur lessols. Ces rejets génèrent une pollution organique totale del’ordre de 76.000 tonnes de DBO5, représentant 25 % du totalnational.Parmi les villes qui posent le plus de problèmes de pollutionde l’eau, on trouve la ville de Fès dont les rejetsreprésentent 40% de l’impact total de l’ensemble des rejetsau niveau du bassin du Sebou. Le traitement des eaux uséesde cette ville constitue donc une priorité absolue comptetenu du rang occupé par ce bassin à l’échelle nationale.La répartition par ville de la pollution domestique à l’échelledu bassin est présentée dans le tableau suivant :Bassins Hydraulique de Sebou 85
  21. 21. Les Bassins Hydrauliques du Maroc Ville Charge en DBO5 Milieu récepteur (T/J) Fès 38.4 Oued Fès-Sebou Meknès 20.6 Oued Rdom Kénitra 16.6 Oued Sebou/mer Sidi Kacem 7.6 Oued Rdom Taza 6.1 Oued Inaouène Khémisset 3.5 Oued Beht Sefrou 2.2 Oued Aggay-Sebou Taounate 1.0 Oued Ouergha Ifrane 0.5 Oued TizguitLa dégradation de la qualité de leau par les rejets deau uséedomestique et industrielle est le résultat du grand retardconstaté en matière dassainissement et dépuration desrejets. Le taux de raccordement au réseau dassainissementvarie de 0% pour les petits centres ruraux à 70% dans lesgrandes villes. • La pollution d’origine industrielleLe secteur industriel est très diversifié dans le bassin duSebou. Les principales branches industrielles sont : lagro-alimentaire (sucreries, huileries, laiteries, conserveries,…),les papeteries, les tanneries, le textile, le raffinage depétrole, la levurerie, la production d’alcool,…L’activité industrielle estconcentrée dans lesgrandes villes telles que Fèset Kénitra. On dénombrepas moins de 200 unités,auxquelles il faut ajouterdes milliers d’huileriestraditionnelles (maâssras). Tanneries de la Médina de FèsBassins Hydraulique de Sebou 86
  22. 22. Les Bassins Hydrauliques du MarocL’activité industrielle génère près de 3,5 millionsd’équivalents-habitants de pollution organique, dont près 70%proviennent des sucreries, des papeteries et des huileries. Branche Contribution à la industrielle pollution en % Huileries 20 Papeteries 36 Sucreries 11 Autres 33 Contribution des branches industrielles à la pollutionLa part des principales branches dactivité industrielle est lasuivante:Les huileries représentent le foyer de pollution le plusmenaçant, car il sagit dune activité saisonnière (Décembre-Janvier-Février) et répartie sur la quasi totalité du bassin(avec des concentrations marquées à Aïn Taoujdate, Fès,Taounate). Elle entraîne de ce fait une forte concentrationen matières organiques, grandes consommatrices de loxygènedissous de leau.Les réalisations en matière de traitement des rejets sont nonproportionnelles à la pollution générée et aux multiples etnéfastes impacts induits. Les projets réalisés sont rares(raffinerie de Sidi Kacem, Centrale laitière de Meknès) ou ontparfois un caractère expérimental et ont été initiés par lesbailleurs de fonds étrangers tels que la station dedéchromatation des tanneries et les bassins d’évaporationnaturelle des margines de Fès. Il en résulte que le taux derabattement de la pollution industrielle na pas excédé 3 % auniveau de lensemble de bassin.Bassins Hydraulique de Sebou 87
  23. 23. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • La pollution d’origine agricoleDisposant d’une importante superficie agricole utile, le bassindu Sebou est parmi les régions agricoles les plus importantesdu pays. Il connaît ainsi une intensification agricole par lerecours à l’irrigation et à l’utilisation des engrais et desproduits phytosanitaires. Il en résulte l’infiltration dans leseaux souterraines des produits agrochimiques.Les charges polluantes sont constituées essentiellement desnitrates et des phosphates et sont estimées à : • 8 670 tonnes par an de l’azote total; • 2 050 tonnes par an des phosphates. • La pollution par les décharges publiquesLes décharges publiques non contrôlées constituent unesource de pollution non négligeable. En plus de leurlocalisation en général à côté des villes et parfois non loindes milieux hydriques (oueds, nappes), elles dégagent deslixiviats qui rejoignent les eaux superficielles ou souterrainesselon la géologie du site. La production totale des déchetssolides est estimée à 750.000 tonnes par an, occasionnantune pollution denviron 6 900 tonnes de DBO5.A lexception des villes de Fès et Tiflet qui disposent dedécharges publiques bien aménagées, la majorité des autresvilles sont au stade des études de recherche etdaménagement de nouveaux sites. • La pollution accidentelleLa pollution des eaux d’origine accidentelle est égalementnon négligeable. Quoique localisée dans le temps et dansl’espace, elle peut avoir un impact très étendu et peutengendrer de considérables dégâts si les moyens de remèdenécessaires ne sont pas mis à la disposition des équipesd’intervention en temps opportun. Le bassin du Sebou recèleBassins Hydraulique de Sebou 88
  24. 24. Les Bassins Hydrauliques du Marocde nombreux points critiques notamment les retenues debarrages et les cours d’eau qui longent d’importants axesroutiers connaissant des trafics de transport des produitspolluants. 3-2. Impact de la pollution sur les ressources en eau Eau de surface Mort de poissons au barrage de GardeLes incidences ches industrielles à la pollutionnégatives générées parles différentes sourcesde pollution sur lesressources en eau sontprincipalement ladégradation de laqualité des eaux del’oued Sebounotamment en aval des rejets de Fès jusqu’à l’embouchure.En effet, les stations de traitement deau potable quialimentent les centres de Kariat Ba Mohamed et Mkansa àpartir de lOued Sebou sont souvent contraintes à arrêter leuractivité, particulièrement pendant les périodes de fortepollution qui coïncident avec la saison oléicole.De même au niveau du barrage de garde, la mortalité depoissons est souvent constatée dans loued Sebou.La qualité des eaux estégalement dégradée au tres mauvaise 25% excellente 6%niveau de l’oued Rdom bonne 31%en aval de Meknès ainsique l’oued Beht en aval mauvaise moyennede Sidi Slimane (Voir 22% 16%carte). Répartition des stations d’eau de surface par niveau de qualitéBassins Hydraulique de Sebou 89
  25. 25. Les Bassins Hydrauliques du MarocPour améliorer la qualité de loued Sebou, des lâchers deau àpartir des barrages Al Wahda, Idriss Ier et Allal El Fassi sonteffectués.A titre dexemple le volume deau lâché en 2003 étaitdenviron 22,5 Mm3.Sur un total de 32 stations d’échantillonnage, près de lamoitié présente une eau de mauvaise qualité. Etat de la qualité des eaux de surface Eau souterraineParmi les impacts négatifs des sources de pollution sur leseaux souterraines, on note une dégradation de la qualité deseaux par endroit au niveau des trois nappes Fès-Meknès, ElGharb et Maâmora en raison des teneurs en nitrates quidépassent la valeur maximale admissible fixée à 50 mg/l, ceBassins Hydraulique de Sebou 90
  26. 26. Les Bassins Hydrauliques du Marocqui limite leur utilisation pour l’approvisionnement en eaupotable.Sur un total de 80 stations d’échantillonnage, environ 53%présente une qualité dégradée. bonne tres mauvaise 24% 34% Répartition du niveau de qualité des eaux souterraines moyenne mauvaise 23% 19% Nappe de Fès-Meknès Nappe de la Maamora 100% 100% 80% 80% 60% 60% 40% 40% 20% 20% 0% 0% Q,ORG Q,BAC Q,MIN Q,AZO Q,GLO Q,ORG Q,BAC Q,MIN Q,AZO Q,GLO Qualité globale des nappes Fès-Meknès, Nappe du Gharb Gharb et Maamora Légende: 100% 90% Excell 80% Bon Moye 70% 60% 50% 40% Mauv 30% T.Mauv 20% 10% 0% Q,ORG Q,BAC Q,MIN Q,AZO Q,GLOBassins Hydraulique de Sebou 91
  27. 27. Les Bassins Hydrauliques du Maroc4. MOBILISATION ET UTILISATION DES RESSOURCES EN EAU 4-1. L’effort de mobilisation Les Grands barragesLe bassin du Sebou comporte 20 grands barrages et 44 petitsbarrages et lacs collinaires. Parmi ces ouvrages figure lebarrage Al Wahda, deuxième grand barrage en Afrique, avecune capacité de stockage de 3720 Mm3. Ce barrage joue unrôle capital dans l’irrigation de la plaine du Gharb et saprotection contre les crues dévastatrices de l’oued Ouergha.La capacité globale actuelle de stockage des 20 grandsbarrages du bassin est de plus de 6020 Mm3, permettant derégulariser un volume total de près de 2400 Mm3. Volume Année de Normal de la Volume Energie Mise en retenue régularisé produite Barrage But service (Mm3) 3 (Mm ) (GWH/an)EL KANSERA E,I,AEPI 1935 266,00 208,00 20,00IDRISS 1er E,I 1973 1 186,00 973,00 120,00ALLAL AL FASSI E,I,AEPI 1990 81,50 335,00 270,00GARDE DUSEBOU I 1991 40,00 144,00 -SAHLA I,AEPI,PE 1994 62,00 32,00 -AL WAHDA I, E, EC, T 1997 3 800,00 1740,00 400,00 -SIDI CHAHED AEPI, I 1997 170,00 80,00 -BOUHOUDA I, AEP 1999 55,50 38,00 -BAB LOUTA AEP 1999 37,00 8,30 -ASFALOU I, E, PE 2000 317,00 114,00 Des Aménagements hydrauliques existantsBassins Hydraulique de Sebou 92
  28. 28. Les Bassins Hydrauliques du Maroc Les Petits barrages et lacs collinairesUne quarantaine de petits barrages et lacs collinaires ont étéréalisés en régie dans le bassin du Sebou. Ils totalisent unecapacité de stockage globale de 20 Mm3 et sont destinésessentiellement au renforcement de l’alimentation en eaupotable, à l’irrigation de petits périmètres, à l’abreuvementdu cheptel et également à la protection contre lesinondations.Dénomination Province Capacité (m3) ButMOULAY ARAFA FES 620 000 ECEL GAAADA FES 2 890 000 ECOUED EL ATCHANE M.YACOUB 273 000 AC - IAGGAY SEFROU 2 000 000 ECBEN SASSI SEFROU 61 000 ECEL KOUCHET SEFROU 45 000 ECHARBEL MEKNES 11 000 AC - IKHNADEK MEKNES 530 000 AC - IAMAN SYERNINE ELHAJEB 362 500 AC - IARBAOUA KENITRA 150 000 AC - ISIDI MBAREK KENITRA 180 000 AC - IARROUIDA KHEMISSET 50 000 AC - IEL OULJA KHEMISSET 50 000 ACRHOUANEM II SIDI KACEM 24 000 AC - IOULED JELLAL SIDI KACEM 35 000 AC - IGHARBIA TAOUNATE 1 030 000 AC - IANK JMEL TAOUNATE 160 000 AC - IBOUMAIZA TAOUNATE 200 000 AC - IOULED YAHIA TAOUNATE 29 000 AC - IOULJET EL HAFA TAOUNATE 40 000 AC -ILAKHZAINE TAOUNATE 25 000 AC - IBAB BOUGHAZI TAOUNATE 20 000 AC - IJORF ELGHORAB TAOUNATE 900 000 AC - AEPESSAF TAOUNATE 1 000 000 AC - AEPBassins Hydraulique de Sebou 93
  29. 29. Les Bassins Hydrauliques du MarocAIN GUETTARA TAOUNATE 20 000 AC - ITIZGUIT AMONT IFRANE 440 000 AC - ITIZGUIT AVAL IFRANE 120 000 EC - PLLAC ZERROUKA I IFRANE 10 500 PISLAC ZERROUKA II IFRANE 48 700 PISOUMALI IFRANE 21 800 PISAIN MARSA IFRANE 87 890 PISDAYET AOUA IFRANE 2 333 000 LNAGUEMGUEM IFRANE 16 500 PISSIDI MIMOUNE IFRANE 52 650 PISRAS EL MA I IFRANE 16 500 PISRAS EL MA II IFRANE 5 500 PISAIN AGHBAL I IFRANE 7 920 PISAIN AGHBAL II IFRANE 4 620 PISAMGHASS I IFRANE 144 000 PISAMGHASS II IFRANE 20 700 PISAMGHASS III IFRANE 15 800 PISAMGHASS IV IFRANE 4 200 PISAMGHASS V IFRANE 20 200 PISAFENOURIR IFRANE 158 300 L.NAGUELMAM TIFOUNAS. IFRANE 607 000 L.NDAYET HACHLAF IFRANE 500 000 L.NDAYET IFRAH IFRANE 1 250 000 L.NAGUELMAM SIDI ALI KHENIFRA 2 000 000 L.N Petits barrages et lacs collinaires dans le bassin du Sebou Les eaux souterrainesSur environ 1300 Mm3 d’eau souterraine renouvelable,les efforts entrepris ont permis de mobiliser près de 830Mm3. En revanche, les prélèvements effectifs opérés auniveau du bassin avoisinent 1250 Mm3 par anreprésentant ainsi 96% du potentiel. Le tableau ci-aprèsrécapitule les volumes des apports et mobilisés pour lesprincipales nappes du bassin :Bassins Hydraulique de Sebou 94
  30. 30. Les Bassins Hydrauliques du Maroc Superficie Apports Vol. mobilisé Nappe (km²) (Mm3) (Mm3) Saïss 2.200 245 435 Maamora 1.890 162 131 Gharb 4.000 163 149 Bou Agba 65 3 5 Causses 4.600 277 50 Moyen Atlas 4.200 199 25 plissé Couloir Fès- 1.200 247 25 Taza Taza 110 5 6 TOTAL 1300 826 Volumes mobilisés, mobilisables à partir des nappes du bassin du Sebou Les transferts d’eau • Transfert Haut Sebou-InaouèneLe complexe hydraulique du Haut Sebou constitue l’une despièces maîtresses de l’aménagement du Bassin du Sebou. Laconstruction du Barrage Allal El Fassi et de la galerie deMatmata permet de dériver les eaux du Sebou vers la retenued’Idriss 1er, réalisée sur l’Oued Inaouène, profitant ainsi dela chute existante entre les deux oueds pour la production del’énergie et des possibilités de stockage plus importantesdans le bassin de l’Oued Inaouène que dans le sous-bassin duHaut Sebou.Le complexe hydraulique du Sebou comporte : - Le Barrage d’Idriss 1er dont la capacité initiale est de 1186 Mm3 ; - Le Barrage Allal El Fassi d’une capacité initiale de 80 Mm3 ; - La dérivation de Matmata constituée d’une prise d’eau, d’une galerie à écoulement libre (4,5 m deBassins Hydraulique de Sebou 95
  31. 31. Les Bassins Hydrauliques du Maroc diamètre et 15,5 km de longueur) d’une débitance maximale de 38 m3/s et d’une conduite forcée d’amenée d’une débitance de 160 m3/s vers l’usine hydroélectrique de Matmata dont la puissance installée est de 240 MW.Ce transfert à l’intérieur du bassin du Sebou de 550 Mm3 apour objectif principal la valorisation maximale desressources en eau du Haut Sebou par la productionénergétique et l’optimisation des ouvrages de régularisation. • Transfert Sebou-Loukkos SudLe transfert du Sebou vers le Loukkos Sud a pour objectifl’irrigation d’une superficie de 7200 ha. Le volume alloué àce périmètre à partir de l’oued Sebou est de 80 Mm3/an. Lasuperficie en cours d’équipement de ce périmètre intéresse3900 ha. • Transfert vers SaléLe volume d’eau transféré actuellement de la nappe de laMaâmora vers la ville de Salé est de 20 Millions de m3. 4-2. L’utilisation de l’eauLe volume d’eau utilisé actuellement dans le bassin du Sebous’élève à 1700 Mm3 répartis entre : • 1000 Mm3 d’eau de surface utilisés à raison de 92% pour l’irrigation et 8% pour l’AEPI ; • 700 Mm3 d’eau souterraine utilisés à raison de 78% pour l’irrigation et 22% pour l’AEPI.Bassins Hydraulique de Sebou 96
  32. 32. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • L’eau potable en milieu urbainEn 2004, le volume d’eau utilisé pour l’alimentation enpotable et industrielle s’élevait à 180 Mm3 dont 150 Mm3 (83%) d’eau souterraine et 30 Mm3 (17%) d’eau de surface.La couverture des besoins en eau potable en milieu urbain estlargement satisfaisante par rapport au milieu rural. L’accès àl’eau potable avoisine les 100% dont presque 90% debranchements particuliers. Ces besoins sont couvertsessentiellement à partir des eaux souterraines quiconnaissent des surexploitations, en particulier la nappe deSaïss qui alimente les villes de Fès et Meknès. Cependant vul’horizon de saturation des ressources mobilisées (2010), lamobilisation des eaux de surface pour alimenter en eau cesdeux métropoles est un choix inévitable. Ville Origine de l’AEP Fès Nappe profonde de Fès-Meknès, oued Sebou Meknès Nappe profonde de Fès-Meknès Nappe de Taza Taza Barrage Bab Louta Kénitra Nappes Maamora et Gharb Khémisset, Tiflet Barrage El Kansera Ifrane Nappe du causse Moyen Atlasique Sidi Kacem Nappe du Gharb Ouazzane Nappe de Bouagba Origine de l’AEP des principales villes du bassin du SebouBassins Hydraulique de Sebou 97
  33. 33. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • L’eau potable en milieu ruralUn effort considérable aété déployé depuis 1995par les différentsintervenants dans cedomaine à savoir la DGH,l’ONEP et les CollectivitésLocales pourl’amélioration del’alimentation en eaupotable de la populationrurale.C’est ainsi que le taux d’accès à l’eau potable a passé de 13% en 1995 à 75 % à fin 2005.Ce taux varie de 50% dans la province de Taza à 95% dans laprovince de Sefrou. Les localités desservies jusquà présentsont celles situées le long des conduites régionales ONEP oulà où les eaux souterraines existent. Les localités restantessont situées dans les zones soit à accès difficile soit où leseaux souterraines font défaut cas des zones du Pré-rif et duRif (Provinces de Taounate, Sidi Kacem, Taza, Kénitra)Les futurs projets doivent relever un double défi : celui degénéraliser l’accès à l’eau potable dans le milieu rural etcelui de promouvoir une gestion durable et rentable deséquipements installés.Bassins Hydraulique de Sebou 98
  34. 34. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • L’irrigationLe volume d’eau utiliséactuellement pour l’irrigations’élève à 1500 Mm3 dont 1000Mm3 (66%) d’eau de surface et500 Mm3 (33 %) en provenancedes nappes d’eau souterraine. • L’énergie hydroélectriqueLes usines hydroélectriques associées aux barrages Idriss Ier,El Kansera, Al Wahda et Allal El Fassi disposent d’unepuissance installée de 535 MW.La valorisation de la ressourcemobilisée par ces usineshydroélectriques permet deproduire en moyenne de près de800 GWH par an. Cetteproduction permet au paysd’éviter l’importation d’environ280.000 tonnes de fuel. Usine hydroélectrique MatmataLe bassin renferme d’autres usines hydroélectriques demoindre importance situées au fil de l’eau. Il s’agit desusines de Ras El Ma (province de Taza), de Oued Fès aval(Préfecture Fès), Oued Aggay (Province de Sefrou) et OuedBoufekrane (Préfecture de Meknès).Bassins Hydraulique de Sebou 99
  35. 35. Les Bassins Hydrauliques du Maroc5. DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES EN EAU 5-1. La demande en eauLa demande en eau potable et industrielle au niveau dubassin devrait passer de 180 Mm3 en 2004 à 340 Mm3 en 2020.La demande en eau d’irrigation est évaluée actuellement à1500 Mm3 pour l’irrigation de 120.000 ha en grandehydraulique (périmètre du Gharb) et 100.000 ha de PMH etd’irrigation privée. Cette demande devrait atteindre 3460Mm3 à terme avec l’équipement de la TTI du Gharb(troisième tranche d’irrigation) et le développement de laPMH amont notamment les périmètres d’Asflaou, Bouhouda,Sidi Abbou et le projet Moyen Sebou-Inaouène aval. Lasuperficie irriguée devrait passer à terme à 372.000 ha dont224.000 ha en grande hydraulique. GH EXISTANTE GH PROJETEE PMH EXISTANTE PMH PROJETEE BARRAGE PROJETE Cartographie des périmètres irrigués du bassinBassins Hydraulique de Sebou 100
  36. 36. Les Bassins Hydrauliques du Maroc 5-2. Développement des ressources en eauLes axes de développement des ressources en eau dans lebassin du Sebou s’articulent autour de : • la mobilisation des eaux de surface ; • l’exploitation optimale des ressources en eau souterraines ; • la dépollution et la protection des ressources en eau. La mobilisation des eaux de surface Les Grands barragesLes barrages programmés dans le cadre du plan directeurintégré d’aménagement des eaux des bassins du Sebou, BouRegreg et Oum Er Rbia approuvé par le Conseil Supérieur del’Eau et du Climat lors de sa sixième session tenue en 1992 etqui ne sont pas encore réalisés sont : • le complexe Mdez–Ain Timedrine sur le haut Sebou pour le renforcement de l’irrigation des périmètres du Gharb et pour la production hydroélectrique ; • le barrage Sidi Abbou sur l’oued Lebene pour l’irrigation des périmètres de la petite et moyenne hydraulique situés à son aval ; • le barrage Ouljet Es Soltane sur l’oued Beht pour le renforcement de l’irrigation du périmètre de Sidi Slimane et l’AEPI de Khémisset et Tiflet ; • les barrages Tafrant, Rhafsai et Bab Ounder respectivement sur les affluents Aoudour, Aoulai et sur l’oued l’ouergha pour le renforcement de la régularisation des eaux de cet oued au niveau du barrage Al Wahda. Le volume régulariséBassins Hydraulique de Sebou 101
  37. 37. Les Bassins Hydrauliques du Maroc supplémentaire par ces barrages a été alloué au transfert d’eau du Sebou vers le Sud ; • Mechraâ Lahjar pour dériver les eaux de l’oued Sebou en faveur de certains secteurs du Beht et de la troisième tranche d’irrigation du Gharb. Puissance RetenueBarrage ued But installée (Mm3) (MW)M’dez Sebou I,E 600 52Ain Timedrine Sebou E 3 148Sidi Abbou Lebene I 70 5Ouljet Soltane Beht AEP,I 210 16Taffrant Ouergha PE 290 21Rhafsai Ouergha PE 145 30Bab Ouender Ouergha PE,I 390 38Mechraa Lahjar Sebou I 20 7 Aménagements hydrauliques projetés Les petits et moyens barrages étudiés Plusieurs sites de barrages moyens et petits barrages sont étudiés dans le bassin du Sebou : Capacité Site Province (Mm3) But Hauteur ( m ) ADAROUCH IFRANE 48 I.A.C.AEP 51 ZRIZER TAOUNATE 6 I.AEP.PE 39 AIN ABDOUN TAOUNATE 10 I.PE 52 BOUSFOUL TAOUNATE 2 I.AC.PE 44 AOULAI TAOUNATE 145 I.AC.PE 66 TIZIMELLAL AL HOCEIMA 20 I.PE 78 Barrages moyens étudiés Bassins Hydraulique de Sebou 102
  38. 38. Les Bassins Hydrauliques du Maroc CapacitéSite Province (1000 m3) But Hauteur ( m )MRINT AL HOCEIMA 5000 I.AC 40AZILA AL HOCEIMA 350 I.AC 43BOUHOUT AL HOCEIMA 780 I.AC 38ADDAD TAOUNATE 890 I.AC.PE 27DAROUA TAOUNATE 500 I.AC.PE 25DOUAR MECHKOUR TAOUNATE 500 I.AC.PE 30EL KHENG TAOUNATE 4000 I.AC 36 AEP.AC.EL GAADIIENE TAOUNATE 270 28 PEKALAAT EL AEP.AC. TAOUNATE 570 34ASSASSA PEOULJAT MERZIN TAOUNATE 930 I.AC 32SI Med SAHLI TAOUNATE 1000 I.PE.AEP 30MSALIA TAOUNATE 600 I.PE.AEP 23AZIT TAOUNATE 530 I.PE.AEP 16Dr.EL HAJRA TAOUNATE 1150 I.PE.AEP 22HADDAD TAOUNATE 1500 I.PE.AEP 26MERJDOUAR TAOUNATE 405 I.PE.AEP 24Dr.EL BADOUI TAOUNATE 480 I.PE 20MOKRACH TAOUNATE 650 I.AEP.AC 26AMLILIS TAZA 1360 I.AC 38BOUKHACHBA TAZA 320 I.AC 28MAJANE MEKNES 2360 I.EC 20O.AIN SMEN FES 2800 PFP 8BSABIS SEFROU 1750 I.AC 37KOUCHA CHEFCHAOUEN 1348 AEP.I.PE 37 AEP.AC.DOUAHAR CHEFCHAOUEN 1060 26 PEKCHACHDA CHEFCHAOUEN 5220 AEP.I.PE 37 AEP.AC.MOKHRISSAT CHEFCHAOUEN 990 30 PE AEP.AC.TILIOUANE CHEFCHAOUEN 608 34 PE AEP.AC.SIDI ABDESSALEM CHEFCHAOUEN 1790 40 PEKABRITE SIDI KACEM 637 I.AC 12Dr.CHOUAKEUR SIDI KACEM 580 I.AC 17OULAD SALEM SIDI KACEM 404 I.AC 17Bassins Hydraulique de Sebou 103
  39. 39. Les Bassins Hydrauliques du MarocHAILA KHEMISSET 1020 AC.AEP 25AIT MY AHMED IFRANE 2430 I.AC 28 Barrages collinaires étudiés L’exploitation optimale des eaux souterrainesLes nouvelles possibilités dexploitation deau souterrainedans le bassin du Sebou se limitent aux aquifères du Moyenatlas plissé et du couloir Fès-Taza. Cependant, le degré deconnaissance de ces réservoirs souterrains est insuffisant, cequi nécessite des investigations complémentaires pour mieuxles cerner. • Le système Causse Moyen Atlas-SaissLa succession des années de sécheresse durant les deuxdernières décennies ont engendré une réduction des apportsd’eau naturels, induisant la prolifération anarchique despoints de pompages des eaux souterraines pour compenser ledéficit en écoulement de surface. Les prélèvements d’eausouterraine ont évolués de 6 Mm3/an avant 1980 à environ355 Mm3/an. Cette situation a provoqué la rupture del’équilibre naturel du système aquifère Causse-Saiss, dont labaisse du niveau d’eau a atteint 60 m dans la nappe profondeet 15 m dans la nappe phréatique.Le déstockage moyen annuel des réserves d’eau souterrainedu Saiss est évalué à prés de 60 Mm3/an depuis 1980.Partant de ce constat, les consignes aboutissant à une gestionrationnelle des ressources en souterraine de ce systèmesont :A court terme • exploiter au maximum les eaux de la station de traitement ONEP sur l’oued Sebou pour l’AEP de Fès etBassins Hydraulique de Sebou 104
  40. 40. Les Bassins Hydrauliques du Maroc ne faire recours aux eaux de forages de secours qu’en période de pénurie ou de turbidité des eaux. Cette station est en effet équipée pour produire 1600 l/s et ne produit actuellement que 560l/s ; • améliorer le rendement du réseau de distribution d’AEP qui est inférieur à 50%; • équiper la 1ère tranche du barrage Sidi Chahed pour l’AEP de Meknès en même temps arrêter le pompage dans la nappe de Saïss ; • maintenir les droits d’usage existants sur les eaux des sources et des oueds non encore taris par l’adoption de périmètre de protection et par l’interdiction de nouveaux pompages, conformément à la loi 10-95; • contrôler et maîtriser les prélèvements à usage agricole et encourager l’irrigation localisée ; • surseoir à tout prélèvement supplémentaire à usage agricole à partir de la nappe profonde de Saiss et de la nappe des Causses qui l’alimente ; • étudier les possibilités de recharge artificielle pour restaurer l’équilibre naturel du système; • mettre en place les synergies nécessaires pour une meilleure concertation de l’utilisation des eaux souterraines avec les différents intervenants et la promotion de la participation et l’implication des usagers d’eau à travers ce que l’on appelle désormais « contrat de nappe ».A Moyen et Long termes • Transfert d’eau du haut Sebou vers le Saïss :L’amenée de l’eau de l’oued de Sebou vers la plaine de Saïsspermettrait de soulager l’utilisation accrue des eauxsouterraines par les eaux de surface. Une étude de faisabilitéde ce transfert est en cours.Bassins Hydraulique de Sebou 105
  41. 41. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • Exploitation du barrage Sidi Chahed :Les eaux de ce barrage permettront de renforcer l’AEP deMeknès qui commence déjà à connaître une saturation desdébits prélevés.En effet, 57% deseaux exploitées Barrage Sidi Chahedpour l’AEP decette villeproviennent dessources,considéréescomme des pointsvulnérables sur lesplans quantitatifset qualitatifs.D’autre part, la diversification de l’eau produite constitueraune sécurisation de l’AEP de la ville en cas de sécheresse ouen cas d’interruption de débitance des sources. Une étude duschéma directeur d’AEP des deux villes de Fès, Meknès etcentres de la plaine de Fès-Meknès est en cours par l’Agencedu Bassin Hydraulique du Sebou. • Réutilisation des eaux usées :Les eaux usées (estimées à 3 m3/s) peuvent être réutiliséesaprès épuration pour l’irrigation localisée d’une superficie del’ordre de 6.000 ha au lieu des 3.000 ha actuellement irriguéspar ces eaux à l’état brut. En absence de stationd’épuration, ce potentiel hydrique ne fait qu’accentuer lapollution du milieu naturel et en l’occurrence les coursd’eau.Bassins Hydraulique de Sebou 106
  42. 42. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • Nappes du Moyen Atlas plissé et du couloir Fès- TazaL’état de connaissance des nappes du Moyen Atlas plissé etdu couloir Fès-Taza a mis en évidence une ressourceexploitable supplémentaire de l’ordre 200 Mm3/an quipourrait être mobilisée pour couvrir une partie des besoinsaccrus de la PMH et de l’AEPI dans le bassin.Cependant, des précautions doivent être prises afin deminimiser l’influence sur le débit des sources qui résulterasuite à l’accroissement des pompages. Pour ce faire, unmodèle de simulation mathématique doit être réalisé. Unprogramme d’actions visant l’amélioration de la connaissanceau niveau des deux systèmes Moyen Atlas et couloir Fès-Tazadoit être également mené à terme. Ce programmecomprend : • le renforcement du suivi piézométrique et des débits des sources et cours d’eau ; • la réalisation de sondages de reconnaissance et une prospection géophysique du Lias profond sous toute la zone miocène afin de mieux cerner la géométrie des réservoirs d’eau souterraine ; • la réalisation de forages d’essai pour déterminer les paramètres hydrodynamiques des aquifères ; • l’étude d’impact socio-économique et environnemental d’une éventuelle intensification de pompage, ainsi qu’une étude des aspects réglementaires, notamment ceux relatifs aux droits d’eau des résurgences actuelles qui, dans cette perspective, risquent de disparaître. • Le système Gharb- MaamoraLe bilan du système Gharb Maâmora est déjà déficitaire.L’utilisation globale de l’eau du système totalise 225Bassins Hydraulique de Sebou 107
  43. 43. Les Bassins Hydrauliques du MarocMm3/an, dépassant les ressources mobilisables qui sont del’ordre de 210 Mm3/an.Une augmentation des prélèvements se répercuterait par unedégradation de la qualité des eaux, notamment dans la zonecôtière par l’intrusion des eaux salées qui atteignent déjà unvolume de 5 Mm3/an dans la nappe de la Maâmora.La nappe peut atteindre 80 m d’épaisseur au niveau de lafrange côtière ; et en cas d’invasion marine plus accentuée,les solutions à mettre en œuvre pour limiter ce phénomèneseront très délicates.Par ailleurs, la demande en eau ne cesse de s’accroître faceà une ressource en eau souterraine limitée et menacée parl’invasion marine, donc une détérioration quasimentirréversible de la qualité chimique de l’eau. C’est pourquoi,des mesures de gestion rationnelle doivent être prises pourlutter contre la dégradation de cette ressource. Ces mesuresconsistent en : • la mise en place d’un dispositif optimal de suivi et de contrôle des ressources en eau souterraine tant sur le plan quantitatif que qualitatif; • l’élaboration d’un inventaire des prélèvements d’eau souterraine sur l’ensemble de la plaine Gharb- Maâmora dans l’objectif d’une maîtrise des termes du bilan hydraulique des ressources en eau souterraines; • le contrôle et maîtrise des prélèvements à usage agricole; • le recours à l’utilisation exclusive des eaux de surface pour tout projet d’aménagement au niveau de la zone côtière; • l’élaboration d’un modèle de simulation de l’intrusion marine dans le système pour assurer une gestion quantitative et qualitative des ressources en eau souterraine;Bassins Hydraulique de Sebou 108
  44. 44. Les Bassins Hydrauliques du Maroc • l’établissement des périmètre de protection des captages d’AEP et interdiction de nouveaux pompages, dans les zones surexploités de la frange côtière, conformément à la loi 10-95; • la concertation entre l’Agence de bassin et les usagers d’eau et la reconnaissance des droits d’eau doivent entrer dans le processus de la planification et de l’allocation en eau à travers l’établissement de «contrat de nappes». Transfert d’eau vers le sudCe projet concerne le transfert de près de 1200 Mm3 par andu Sebou vers le Sud pour assurer la pérennité dudéveloppement d’une région considérée comme le poumonde l’économie nationale, en faisant face à une augmentationde la demande en eau potable et industrielle de Casablancaet en permettant une meilleure valorisation d’importantspérimètres agricoles dans les Doukkala. La faisabilité de ceprojet va être étudiée dans le cadre de l’étuded’actualisation du Plan d’Aménagement Intégré du Bassin duSebou en cours. La dépollution et la protection des ressources eneauPlusieurs efforts sont déployés pour faire face aux diversproblèmes de pollution dont le plus important est le projetintégré pour le développement durable du bassin du Sebou,initié par le Ministère de l’aménagement du territoire, del’eau et de l’environnement.Bassins Hydraulique de Sebou 109
  45. 45. Les Bassins Hydrauliques du MarocCe projet vise une parfaite coordination et mise encohérence desdifférentes actionsà mener pourassurer undéveloppementintégré et durablede tous lessecteurs socio-économiques dubassin. Station d’épuration de la ville de Ain TaoujdateLes principaux objectifs de ce projet se résument en larésorption des retards enregistrés et la mise à niveau dessous-secteurs en matière de protection des ressourcesnaturelles (Assainissement notamment l’épuration des eauxusées et leur réutilisation), aménagement des bassinsversants, équipements hydro-agricoles et généralisation del’accès à l’eau potable.En parallèle, des projets de dépollution des ressources en eausont bien avancés et dont l’intérêt est capital pour lasauvegarde de la qualité de l’eau dans le bassin du Sebou. Ils’agit de : • Station d’épuration des eaux usées urbaines de la ville de Fès, dont les travaux de la première tranche démarreront en 2006. il est prévu que la station soit opérationnelle en 2008. • Dépollution industrielle de la ville de Fès qui doit être réalisée avant la mise en service de la future station d’épuration, en particulier pour les huileries d’olives, les tanneries, quelques unités agro-Bassins Hydraulique de Sebou 110

×