Réseaux sociaux et communication en bibliothèque

2 879 vues

Publié le

Support de la formation donnée les 6 et 7 octobre 2016 à Nevers pour le CNFPT Bourgogne

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 879
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 035
Actions
Partages
0
Téléchargements
33
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • l’économiste Herbert Simon (Wikipédia) datant de 1971 : “Ce que l’information consomme est assez évident : l’information consomme l’attention de ceux qui la reçoivent. Du même coup, une grande quantité d’information créée une pauvreté de l’attention et le besoin de répartir efficacement cette attention entre des sources très nombreuses au milieu desquelles elle pourrait se dissoudre.”
    biens public rivaux et non rivaux
  • http://www.demainlaveille.fr/2010/08/29/infobesite-arretez-avec-ce-non-sens/
    Aujourd’hui je reviens à la charge en affirmant encore une fois que l’infobésité relève plutôt du non-sens puisque c’est une caractéristique intrinsèque de l’évolution de l’Homme et de son rapport à la connaissance. Récemment, le New York Times a publié un article invitant ses lecteurs à faire des pauses régulières dans l’utilisation des terminaux électroniques : iPad, Smartphone, Laptop… Selon le journal, le cerveau a besoin d’un temps de repos, (ah bon! je le savais pas!) et ce de manière régulière, pour éviter le burnout, et lui préserver toutes ses capacités de « calcul ».
    Or, il faut savoir que déjà, à l’ère des livres, les mêmes problèmes se posaient aux utilisateurs et lecteurs : comment éviter les maux de tête et la fatigue pour trouver, lire et exploiter les bonnes ressources documentaires ? Robert Burton, dès 1621
     
    C’est plutôt la conscience du fait qu’on a une capacité limitée de consommation qui nous « oblige » à s’organiser pour éviter de tomber dans l’excès (sauf exception bien sûr).
  • en effet : plusieurs réseaux sociaux territoriaux. commenter le slide, montrer le diversité, insisiter sur le lien local/global.
  • attention tout ça ne doit pas faire oublier les communautés locales. Aucune raison pour que les amateurs de musique sur place ne bénéficient pas du travail depublication / repérage / veille de la communauté d'intérêt musique ! 
    (ici exemple de peuplade qui localise sur un territoire des communautés d'intérêt = les amamteurs de musique = la peuplade musique.)
  • citation de thierry crouzet dans l'alernative nomade :
    Comment s’y prennent les propulseurs ? Ils se connectent les uns avec les autres. Ils se passent le mot de bouche à oreille. Ils se passent l’info de la main à la main. « On propulse en se connectant. On se connecte en propulsant. » Pour propulser, il faut pouvoir transmettre à des destinataires, être connectés avec eux, être un des fils qui sous-tend le Flux, une ligne de vie. 
     
    Il ne suffit pas d’injecter des contenus dans le Flux et de les laisser vivre seuls. Ils auraient toutes les chances de se scléroser. Mais pour se connecter, taper sur l’épaule de quelqu’un n’a pas beaucoup d’effet. Mieux vaut lui apporter quelque chose, au moins un bonheur passager. « Tiens, lis ça. C’est absolument génial. »
  • Une rencontre en offre et demande
    Je retiens : tout dispositif : physique.numérique
    Accés et diffusion organisés ou fortuites
    Et donc s’inscrit dans quel espace documentaire ?
  • Nathalie : historique du réseau
    question point
     
    réponses à distance à la Bpi : 
    •Les RADis (Réponses A Distance), service créé dès les débuts de la Bpi en 1977
    •D’abord par téléphone, courrier postal, fax, Ajout du Minitel en 1986, Ajout du courrier électronique en 1997
    2006 : lancement de BiblioSésame (20 membres en 2011), service accessible par formulaire depuis les sites des bibs partenaires
    réponse gratuite en 3 jours ouvrés aux demandes d'information (pas de fourniture de doc)
    2009 : création du site www.bibliosesame.org
    2011 : facebook
  • Des contenus multi-médias
    La force de l'écriture web est dans la possibilité d'enrichir le texte de contenus multimédias :  Images, vidéos, animations ...
    A l'exemple du Monde : il est un quotidien papier qui se transforme en ligne en une web TV, web radio et autres infographies.
    Un internaute est aujourd'hui en attentes de ces contenus multimédias au risque de se disqualifier à ses yeux avant même qu'il est pris le temps de lire le moindre article.
  • http://scinfolex.wordpress.com/2012/05/16/utiliser-le-lecteur-exportable-de-spotify-sur-un-site-de-bibliotheque/
  • http://scinfolex.wordpress.com/2012/05/16/utiliser-le-lecteur-exportable-de-spotify-sur-un-site-de-bibliotheque/
  • http://scinfolex.wordpress.com/2012/05/16/utiliser-le-lecteur-exportable-de-spotify-sur-un-site-de-bibliotheque/
  • http://scinfolex.wordpress.com/2012/05/16/utiliser-le-lecteur-exportable-de-spotify-sur-un-site-de-bibliotheque/
  • Pour y voir plus clair partons de la notion de curiosité. La bibliothèque est le lieu qui propose des choses, qui répondent à des attentes plus ou moins exprimées. En gros, il y a deux manières d’arriver dans une bibliothèque : je sais précisément ce que je cherche ou alors je ne le sais pas, et j’ai de vagues centres d’intérêts.
    Ce dernier usage est celui du butinage. Pour moi l’acte de renseigner est au cœur de l’activité du bibliothécaire = la médiation. Or aujourd’hui qui dit médiation dit s’orienter dans l’abondance des contenus, des flux et des supports. Autrement dit, pour garder l’idée du lieu, le bibliothécaire est celui qui proposera une carte, qui va permettre une orientation dans des grappes de contenus = le plan de classement, et la topographie de la bibliothèque et l’aménagement même de ce lieu bibliothèque. On est bien dans l’idée d’une orientation dans l’abondance qui est aussi celle du « mur des supports » de la bibliothèque.
    L’ère du numérique est celle de l’amateur éclairé qui va lui-même prendre de l’influence et déployer des contenus, des flux (rss) et des supports. L’amateur est quelqu’un de reconnu comme un connaisseur du domaine. L’amateur de polar a aujourd’hui autant de moyens que le bibliothécaire pour pratiquer une médiation/orientation efficace. Alors comment se positionner ? Nous n’avons d’autre choix à mon avis de nous fondre dans la figure de l’amateur. Devenir des biblio-amateurs aux côtés des amateurs et non pas contre ou au-dessus…
  • Réseaux sociaux et communication en bibliothèque

    1. 1. Réseaux sociaux et communication des bibliothèques 6 et 7 octobre 2016 CNFPT Bourgogne Anne-Gaëlle GAUDION
    2. 2. Diaporama mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 France Réseaux sociaux et communication des bibliothèques 1. Enjeux et contexte de la transformation numérique - les principales évolutions dans le domaine numérique - les réseaux sociaux : panorama et usages 2. Développer sa présence en ligne : communication et médiation - communication ou médiation numérique ? - définir une identité numérique - élaborer une stratégie éditoriale - organiser une chaîne de publication et de validation de contenus - les communautés à cibler en bibliothèque - l'animation de communautés - outils pour la dissémination des contenus
    3. 3. Un contexte de transformations intenses
    4. 4. « Petite Poucette est née au début des années 1980. Elle a une trentaine d'années aujourd'hui. Les gens comme moi, nés d'avant l'ordinateur, nous travaillons AVEC lui. Nous sommes en dehors de l'ordinateur. Petite Poucette, elle, vit DANS l'ordinateur. Pour elle, l'ordinateur n'est pas un outil, mais fait partie de ses conditions de vie. Elle est sur Facebook, les réseaux sociaux, son téléphone est branché avec elle… » Michel Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde"
    5. 5. Le terme “Digital Native” suggère à tort que les jeunes savent intuitivement comment utiliser les nouvelles technologies. Cela perpétue la perception de certains parents, enseignants et politiques, et fait qu’on omet d’intégrer dans les parcours scolaires la transmission de compétences essentielles. Les jeunes ont tendance à surestimer le niveau de leur compétence numérique. Les évaluations pratiques montrent que si leur confiance en eux-mêmes est forte, leur compétence dans l’usage des ordinateurs et d’internet est loin d’être accomplie. En utilisant les technologies numériques, les jeunes acquièrent des compétences du quotidien (usage des réseaux sociaux, de la vidéo, jeux...), mais n’acquièrent pas les compétences requises sur le marché du travail. Tous les citoyens devraient avoir la possibilité de développer leurs compétences numériques et les jeunes ne doivent pas être mis de côté. Si les jeunes n’ont pas accès à l’éducation numérique d’une manière et formelle et structurée, ils pourraient ne jamais utiliser à plein le potentiel des nouvelles technologies – en tant qu’apprenants, employés, entrepreneurs ou citoyens – et devenir une génération perdue. L’évidence montre que l’exposition à la technologie ne peut pas équivaloir à l’aptitude à en faire usage. Les « digital natives » n'existent pas ! Source : http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/21/les-digital-natives-nexistent-257833
    6. 6. Source : étude Deloitte Usages Mobiles 2015 http://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/technology-media-and-telecommunications/articles/usages-mobiles-2015.html
    7. 7. http://www.ipsos.fr/ipsos-mediact/actualites/2014-03-14-print-tablettes-autres-ecrans-nouveaux-usages-moins-20-ans
    8. 8. 38% des français jugent les objets connectés intelligents et 30% les jugent utiles Source : étude Deloitte Usages Mobiles 2015 http://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/technology-media-and-telecommunications/articles/usages-mobiles-2015.html
    9. 9. Source : étude MaisonaPart.com La domotique et les objets connectés 2015 http://www.journaldugeek.com/2015/10/27/infographie-les-10-objets-connectes-preferes-des-francais/
    10. 10. Source : Dix tendances tech qui vont bouleverser notre société http://meta-media.fr/2016/04/05/dix-tendances-tech-qui-vont-bouleverser-notre-societe.html
    11. 11. Sur le web ABONDANCE
    12. 12. L’information est un flux Source : http://www.flickr.com/photos/steve_steady64/1426454467/
    13. 13. La rareté du XXIe siècle c’est l’attention
    14. 14. L'économie de l'attention Sur le web, ce qui est rare, ce ne sont plus les contenus, mais le temps disponible pour les consulter… A lire : Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants. Affordance, 31/03/10
    15. 15. Le ContentShock ou les dangers de l'infobésité La surcharge informationelle ou infobésité, désigne le fait que nous avons tous accès à une multitude de canaux, radio, internet, télévision, portable, instantanément et en continu. Nous sommes ainsi pris sous une avalanche d’informations que nous avons l’impression de pouvoir gérer, sans se rendre compte que leur nombre nous fait perdre la notion de leur valeur. Et cela n’est pas sans conséquences.
    16. 16. Réseaux sociaux ou médias sociaux ? Médias sociaux : « les différentes activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale, et la création de contenu » Réseau sociaux : « points de rassemblement sur internet d’un groupe d’individus, et qui met à leur disposition des outils favorisant les échanges entre eux ». CC BY-NC-ND s.red, Flickr
    17. 17. Inscriptions sur les réseaux sociaux des 13-18 ans Etude Ipsos Junior Connect' 2015 : La conquête de l'engagement
    18. 18. Source : http://www.suissemoi.com/wp-suissemoi/wp-content/uploads/2016/02/tlmd_20160207_0_0_39lm7.pdf
    19. 19. Source : http://blog.gaborit-d.com/infographie-cartographie-reseaux-sociaux-version-francaise-2016/
    20. 20. Source : http://blog.gaborit-d.com/infographie-cartographie-reseaux-sociaux-version-francaise-2016/
    21. 21. Le monde à travers mes amis : mode d'accès à l'information qui devient dominant
    22. 22. Facebook
    23. 23. Source : http://www.jourj.buzz/infographie-reseaux-sociaux
    24. 24. Page, profil ou groupe ? Le profil Facebook est  utilisé  pour  partager et communiquer facilement avec ses amis,  qui  sont  en  général  des  personnes  proches.  Mais  il  est  nécessaire  avant tout d’envoyer une demande d’ami à la personne et  que celle-ci accepte l’invitation afin d’établir une connexion.  Après,  la relation doit être réciproque.  Chacun  pourra  avoir un aperçu du profil, des informations personnelles, des  photos  ainsi  que  les  publications  de  l’autre  sur  son  fil d'actualité. Il est à noter que le nombre d’amis est limité à  5000.
    25. 25. Page, profil ou groupe ? La page Facebook  est  dédiée  à  une  communication  plus  large axée sur la promotion d'un lieu, de services ou de marques. Pour ce type de compte, on ne parle plus d’amis,  mais de fans, abonnés ou likers. Pour devenir abonné à  une page, il est nécessaire de cliquer sur le bouton  J’aime  de la page (ou « like » en anglais), aucune validation de la  part du compte qui est contraire au profil. La règle reste la  même, les internautes doivent être abonnés à une page afin  d’obtenir des informations venant de celle-ci. En revanche,  la page peut être visible même à ceux qui n'ont pas de profil  sur facebook.
    26. 26. Page, profil ou groupe ? Les groupes Facebook sont  faits  pour  communiquer et partager entre membres d'une communauté.  Les  groupes  sont  un  espace  d’échanges  autour  de  centres  d’intérêt  communs.  Ce  qui  les  diffère  d’une  page,  c’est  surtout la confidentialité. Il existe trois types de groupe : - ouvert ou groupe public, c’est-à-dire que tout le monde peut  avoir  accès  et  voir  les  publications  sur  le  timeline  du  groupe  même en étant pas membre ; - fermé ou privé qui n’est accessible que par les membres, les  publications ne sont pas donc visibles par le public ; -  secret,  c’est-à-dire  que  le  groupe  ainsi  que  les  messages  publiés ne sont pas visibles par le public, mais seulement par les  membres.
    27. 27. Source : http://fr.slideshare.net/Agoralink/10-conseils-pour-grer-votre-page-facebook-professionelle
    28. 28. Quelques points essentiels à connaître avant de se lancer dans la création d'une page sur Facebook  → les pages Facebook sont gratuites, même s'il y a une forte  incitation à utiliser les services de monétarisation   → par défaut, le contenu publié sur une page est public → il n'est pas obligatoire d'avoir un profil pour créer une page  facebook, mais il est conseillé d'administrer une page à partir  de plusieurs profils (sécurité, invitation aux évènements, etc.) → les changements de nom sont laborieux (impossible une  fois que vous aurez dépassé 200 likers), veillez à choisir le  bon dès le départ
    29. 29. Quelques règles à suivre Source : http://fr.slideshare.net/OTGourdon/creer-et-animer-sa-page-facebook-2016
    30. 30. Complétez les informations de  tous les onglets
    31. 31. Suivez la visite guidée proposée par Facebook, puis : - ajoutez une photo de profil (180 x 180) - ajoutez une photo de bannière (851 x 315) - complétez les informations de la catégorie « A propos » - likez des pages en lien avec la vôtre - créez un album photos - créez un ou plusieurs évènements - créer un bouton d'appel à l'action Explorez la catégorie Paramètres - dans l'onglet « Principal », paramétrez les publications des visiteurs - paramétrez l'attribution des publications - dans l'onglet « Rôles de la page », ajoutez de nouveaux rôles à vos collègues - paramétrez votre audience de page
    32. 32. L'image de profil Source : http://fr.slideshare.net/regisvans/comment-crer-une-page-facebook-pour-entreprise
    33. 33. La photo de bannière / de couverture Source : http://fr.slideshare.net/regisvans/comment-crer-une-page-facebook-pour-entreprise
    34. 34. Des outils en ligne pour développer les fonctionnalités de sa page Facebook
    35. 35. Des outils en ligne pour développer les fonctionnalités de sa page Facebook
    36. 36. Rédigez votre premier post ! Articles, liens,  humeurs,  informations, questions Photos et  vidéos  auxquelles  vous pourrez  ajouter une  présentation Après avoir choisi la  catégorie de  publication, écrivez ! Rédigez des brouillons  ou planifiez vos  publications Choisissez l'audience de  votre publicationAjoutez des photos ou des vidéos,  un emoji, une géolocalisation ou  réduisez l'audience
    37. 37. Modifiez vos posts Epingler en haut : maintenir ce post comme  étant le 1er s'affichant en haut de la page Certaines modifications de la page se publient  automatiquement dans le flux, alors qu'elles ne  sont pas toujours pertinentes à afficher Erreur de frappe, mauvaise image, il est  parfois nécessaire de modifier ou de supprimer  une publication
    38. 38. → A aucun moment, l'utilisateur ne va consulter les pages qu'il « aime ». La portée « naturelle » maximale des publications partagées (le reach) s'élève, selon Facebook, à 16% des abonnés d'une page. Théoriquement donc, seule une minorité des abonnés d'une page Facebook voit s'afficher les mises à jour en provenance de celle-ci. Source : http://fr.slideshare.net/OTGourdon/creer-et-animer-sa-page-facebook-2016
    39. 39. Facebook  publie  sur  le  fil  d'actualité  de  chaque  utilisateur  uniquement  des  publications jugées pertinentes par rapport aux personnes et pages de qui  cet  utilisateur  souhaite  recevoir  de  l’information  et  aux  types  de  contenus  qu’il  privilégie  (textes,  photos,  vidéos…). → Le seul moyen dont vous disposez pour que vos contenus soient lus, c'est d'apparaître dans le fil d'actualité de vos « likers ». Le terme EdgeRank désigne l'algorithme qui détermine  la  visibilité  des  statuts  Facebook  partagés  dans  le  fil  d'actualités d'un utilisateur de Facebook. On parle aussi  de Newsfeed Ranking Algorithm.
    40. 40. Le EdgeRank est déterminé selon 4 critères essentiels : → L'affinité / l'historique avec le fan : un fan qui « aime », commente ou  partage des publications plusieurs fois par semaine a un « score d'affinité »  plus élevé qu'un membre qui interagit moins souvent avec la page. Le  premier verra donc s'afficher davantage de mises à jour dans son fil  d'actualités que le second. → Le poids relatif aux types de contenus et d'interactions : par défaut,  une publication riche (photo, vidéo) a un EdgeRank supérieur à un simple  statut (texte uniquement) et sera donc plus susceptible d'être partagée. Le  second élément est le type d'interaction : un partage a, a priori, plus de  valeur qu'un simple like, car l'action est plus engageante. → La fraicheur de la publication : une publication récente a un EdgeRank  plus élevé qu'une publication plus ancienne. Elle a donc davantage de  chances de s'afficher dans le flux d'actualités d'un utilisateur qui se  connecte à Facebook. → Le temps de lecture des contenus : plus les fans passent de temps à  lire ou visionner vos contenus, mieux ceux-ci seront placés dans le fil  d'actualité.
    41. 41. Comment accroître la portée de ses publications ? Source : http://www.commentcamarche.net/faq/35092-edgerank-facebook-accroitre-la-visibilite-des-publications-d-une-page → les publications doivent susciter le maximum  d'interactions (engagement). → les publications doivent être hiérarchisées par ordre  d'importance : en préférant les vidéos, et surtout des  photos aux simples statuts. → tous les types d'interactions ne sont pas égaux : le  partage a plus de poids qu'un simple « j'aime ». → il est nécessaire de publier au bon moment, pour  bénéficier du maximum d'attention et atteindre une  audience la plus large possible (portée).
    42. 42. Quelles actions mener pour accroître le taux d'engagement ? Source : http://www.commentcamarche.net/faq/35092-edgerank-facebook-accroitre-la-visibilite-des-publications-d-une-page → publier régulièrement : une à deux fois par jour, y compris le  week-end (et en particulier le dimanche). → préférer les textes courts : de 100 à 250 caractères. → privilégier les contenus visuels, dans l'ordre selon le niveau  d'engagement : les vidéos, les albums photos, les photos et les liens  Choisir les photos avec précaution, celles-ci devant rester  cohérentes avec l'univers.  → solliciter l'opinion de la communauté au travers des  publications. → trouver le bon timing de publication en faisant des tests pour  voir à quels moments de la journée les publications ont le plus  d'impact.
    43. 43. Quelles actions mener pour accroître le taux d'engagement ? Source : http://www.commentcamarche.net/faq/35092-edgerank-facebook-accroitre-la-visibilite-des-publications-d-une-page → mentionner vos sources : quand vous partagez un contenu, ne  pas hésiter à « tagger » la source (si elle a une page sur facebook)  afin que la publication apparaisse aussi sur sa page. → partager vos contenus dans des groupes en lien avec les  thématiques de votre page afin que ceux-ci soient vus par des  communautés plus larges que la vôtre. → inciter les internautes à activer les notifications sur votre page  et à positionner vos contenus en premier dans le fil d'actualité. → ajouter des hashtags (mots-dièses), pour caractériser vos  contenus et le lier à d'autres contenus existants.
    44. 44. Facebook pénalise : → les contenus postés plusieurs fois sur une même page → l’incitation aux interactions (par exemple : « si tu es d’accord  avec ce statut, clique sur j’aime, sinon commente ») → les titres racoleurs tels que « Cette personne est le témoin  d’une chose incroyable, vous ne devinerez jamais ce qu’elle va  faire ensuite ! » → les posts qui ont beaucoup de commentaires négatifs. Source : http://blog.laplateformedelarenovation.fr/10-conseils-pour-augmenter-sa-visibilite-sur-facebook/
    45. 45. Twitter Source :  http://www.leblogducommunicant2-0.com/datavisualisation/twitter-celebre-ses-10-ans-dexistence-retour-en-images-sur-les-faits-marquants/
    46. 46.     Source : http://www.abilways-digital.com/magazine/devenir-un-vrai-twitto-en-un-tuto/
    47. 47.     Source : http://www.abilways-digital.com/magazine/devenir-un-vrai-twitto-en-un-tuto/
    48. 48.     Source : https://www.1min30.com/social-media-marketing/twitter-bases-tweet-parfait-8604
    49. 49. Pinterest Source :  http://www.globalmediainsight.com/blog/pinterest-users-statistics/ 2,7 millions d'utilisateurs en France + d’1 milliard de boards/tableaux à travers le monde 7 milliards d’épingles géolocalisés dans le monde (octobre 2015) 80% des utilisateurs passent par l’application mobile Christian Radmilovitch, premier utilisateur français avec 1,1 millions d’abonnés
    50. 50. Instagram Source : http://www.journaldugeek.com/2016/02/24/infographie-visibilite-instagram/
    51. 51. Instagram Source : http://www.journaldugeek.com/2016/02/24/infographie-visibilite-instagram/
    52. 52. Tumblr Les chiffres clés de Tumblr en 2015 : → Tumblr est un réseau social  permettant, tout comme  WordPress, de créer un blog en  quelques clics. → Tumblr c’est 86400 nouveaux  utilisateurs chaque jour en 2015 → 58 millions de publications  sont partagées chaque jour sur  Tumblr → 172 800 nouveaux blogs sont  créés chaque jour sur Tumblr
    53. 53. Tumblr
    54. 54. Source : http://www.commentcamarche.net/faq/14404-les-reseaux-sociaux-locaux
    55. 55. Les réseaux sociaux locaux
    56. 56. Les réseaux sociaux littéraires et culturels
    57. 57. définir sa présence web http://www.flickr.com/photos/carolinegagne/4755663402  Définir sa présence web !
    58. 58. Parmi la masse de contenus disponibles sur  Internet, cela devient de plus en plus difficile pour  l’internaute de trouver le contenu pertinent qu’il  recherche et par conséquent votre site Internet,  surtout si celui-ci ne met pas en place une vraie  stratégie de présence en ligne. Benjamin Romei, Consultant - http://blueboat.fr
    59. 59. Une présence web n’est pas une collection d’outils Source : http://www.flickr.com/photos/magnuscanis/526247731  Le choix des supports importe peu, l’important est d’avoir une présence cohérente. Une stratégie de présence ne s’exprime pas en supports choisis, mais plutôt en objectifs et moyens.
    60. 60. Source : http://www.flickr.com/photos/cma3/3867400297 L’idée d’un lieu de lecture privilégié et monétisable, le site web, est révolue. Nous  avons des sources d’informations, les blogs par exemple, qui propulsent  l’information pure dans le cyberspace. Puis elle circule, s’interface, se représente,  se remodèle.  Les sites deviennent des bases de lancement. Nous n’avons plus besoin de les visiter. Ils ont leur importance, tout comme celui qui parle a de l’importance,  mais nous n’avons aucune raison de nous trouver en face de lui pour l’entendre.  Nous pouvons le lire ailleurs, l’écouter ailleurs, le voir en vidéo ailleurs… Nous allons pousser des données dans le flux global. Certains d’entre nous se  contenteront de régler la tuyauterie, d’autres d’envoyer avec leur blog des  satellites en orbite géostationnaire, d’autres de courts messages microblogués,  juste des liens, des sourires, des impressions pendant que d’autres expédieront  des vaisseaux spatiaux pour explorer l’infini, des textes longs et peut-être  profonds. Le temps des propulseurs est venu. Vers un web sans site web - Thierry Crouzet - Le Peuple des connecteurs. “Vers un web sans site web”
    61. 61. Apparaître sur les réseaux sociaux
    62. 62. Objectifs recherchés par une bibliothèque lors de la mise en œuvre d'une présence sur les réseaux sociaux ? → faire découvrir les collections  proposées par la bibliothèque,  diffuser des produits  documentaires → mettre en valeur les  différents services proposés → échanger avec les usagers  en amont d'une animation,  comme en aval, pour recueillir  des avis, restituer les  expériences → présenter l'institution (lieux,  horaires, modalités d'accès,  équipe, services) → promouvoir la culture locale,  les acteurs du territoire et les  partenaires
    63. 63. Source : https://bibliotheques.paris.fr/userfiles/file/Bibliographies/reseaux-sociaux-bibliotheques/reseaux-sociaux-bibliotheques.html Un benchmark, dans le milieu marketing, est un ensemble de procédures de recherches et d'analyses comparatives de la concurrence. Plus qu'une technique marketing, le benchmarking permet d'améliorer les performances d'une entreprise grâce à l'élaboration d'un plan d'action, rédigé grâce aux conclusions tirées de cette analyse.
    64. 64. La médiation numérique des savoirs «La médiation numérique des savoirs est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de nature techniques, éditoriaux ou interactifs pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir- faire.»  Source : Silvère Mercier
    65. 65. 97 Médiation numérique des savoirs : une méthode Silvère Mercier http://www.bibliobsession.net/
    66. 66. Identité numérique ? Tous ce qui caractérise la présence en  ligne d'un individu, d'une marque, d'une  institution ...
    67. 67. Identité numériqueIdentité numérique 99 Qui parle ? Quelle identité numérique de la bibliothèque et des bibliothécaires ? Identité numérique = mise en scène de soi Attention à l'e-réputation !!!
    68. 68. Identité Institutionnelle Identité de service Identité thématique Identité de personnes- ressources
    69. 69. Identité Institutionnelle Identité de service Identité thématique L'exemple de la Bibliothèque Municipale de Lyon
    70. 70. Logo : celui de la collectivité / de la  bibliothèque Pseudo : le nom de la bibliothèque /  la ville / la collectivité / l'organisation,  etc. Positionnement : faire connaître des  contenus ou des services / rendre  ou co-construire des services /  recueillir des feedbacks Canaux : site institutionnel, facebook,  twitter, etc. Cible principale : le public local  fréquentant le lieu / amateurs du  thème si bibliothèque spécialisée La présence en ligne officielle
    71. 71. Logo : avatar à figure humaine réel ?  fictif ? Pseudo : nom de la personne + nom  de la bibliothèque ? Positionnement : renseigner,  informer, orienter Canaux : site institutionnel, facebook,  twitter, etc. Cible principale : public local  Le bibliothécaire comme personne ressource / propulseur
    72. 72. Source : Why your nonprofit needs a personality and NOT a brand   « La plupart des amis avec lesquels vous êtes  connectés sur Facebook et Twitter sont des personnes.  Et je parie que vous passez 95% de votre temps de  connexion avec des gens - et non des organisations.  Et si vous avez des liens avec une organisation, vos  meilleures expériences sont avec les personnes qui  travaillent dans cette organisation. » John Haydon
    73. 73. Savoir jouer avec son identité numérique Profil Miss Media / Bibliothèque de Metz Les Geemiks / SKEMA Business School
    74. 74. Logo : un avatar à figure humaine ?  un logo spécifique ? le logo de  l'institution modifié ? Pseudo : le nom du média  Positionnement : recommander /  répondre à des besoins  documentaires identifiés Canaux : site institutionnel, facebook,  twitter, etc. Cible principale : Public local +  amateurs du thème Média(s) thématique(s)
    75. 75. Logo : celui du service Pseudo : celui du service Positionnement : communiquer sur  l'existence du service / rendre le  service là où sont les gens Canaux : site institutionnel, facebook,  twitter, etc. Cible principale : public distant /  public local Le service rendu à distance
    76. 76. Source:
    77. 77. Coordination des identités numériques
    78. 78. De la méthode !
    79. 79. Espace numérique Espace physique Une médiation globale Lionel Dujol http://labibapprivoisee.wordpress.com/ Identité institutionnelle IdentitédeService Identitéthématique Identitépersonneressource
    80. 80. Production et diffusion de contenus  3 pré-requis essentiels ………..  Maîtriser les règles de l'écriture web  Rédiger des contenus numériques efficaces (cf. les 4C = crédibilité, clarté, concision, cohérence)  Optimiser ses contenus (référencement + dissémination + mutualisation)
    81. 81. Une écriture web ?
    82. 82. Écrire pour le web, ça s’apprend
    83. 83. Encourager à explorer ce qui se trouve plus bas sur la page. Un sommaire pour les articles les plus longs
    84. 84. Structurer l’information inter-titres mots en gras citations
    85. 85. Les fractures visuelles doivent être bien pensées : → Les gros titres favorisent le balayage visuel et facilitent la lecture mais ils ont un revers : le lecteur ne voit pas les autres informations contenues dans la page. → Le lecteur ne lira pas une accroche trop petite sous un titre trop gros, sauf si elle est placée à côté (plutôt qu'en dessous). → Des titres plus petits induiront davantage de scroll et favoriseront la lecture des accroches en réduisant ces fractures visuelles. Insérer des fractures visuelles
    86. 86. Le lecteur ne lit que les premiers mots d'un même ensemble textuel : la fixation de l'oeil est plus longue sur le premier tiers. Il est donc impératif d'y concentrer l'information principale et prioritaire, d'où le terme de front-loading (chargement en façade). Pour cette raison, l'accroche ne doit pas être redondante avec le titre mais complémentaire (autre avantage : le snippet des moteurs de recherche et des réseaux sociaux). Front-loading : le premier tiers
    87. 87. Ecrire court 15 à 20 mots maximum !
    88. 88. Une écriture multimédia
    89. 89. Enregistrer tout ce qui se passe à la bibliothèque !
    90. 90. Créer une web TV La chanson inavouable : mieux connaître les bibliothécaires ! http://www.dailymotion.com/playlist/x2w2br_bibliothequegrenoble_chanson-inavouable/1#video=x1ju03l
    91. 91. http://racontines.tumblr.com/ Insérer des enregistrements sonores dans un blog
    92. 92. Proposer des sélections musicales
    93. 93. Créer une chaîne YouTube pour diffuser ses productions audiovisuelles
    94. 94. Louise & Michel : une présentation originale de la programmation culturelle https://www.youtube.com/channel/UCKa0zHKrfGQNwP8RJ5dYd3w Créer une chaîne YouTube pour présenter la programmation culturelle
    95. 95. Ouvrons le carton : une présentation originale de sélections documentaires https://www.youtube.com/channel/UCKa0zHKrfGQNwP8RJ5dYd3w Créer une chaîne YouTube pour présenter une sélection documentaire
    96. 96. Les petites cuillères de culture ! https://www.youtube.com/playlist?list=PLDI8ojPugd0b1CW_WcGgQDJCRc6vpMPBt Créer un BookTube
    97. 97. Organiser l'accès aux contenus
    98. 98. Popularité Thèmes Thèmes Rédactionnel Signature du rédacteur Illustration Intégration d'une vidéo Liens en fin d'article
    99. 99. Interactivité Dissémination virale
    100. 100. Dissémination virale Lecteurs musique et vidéo intégrés
    101. 101. Comment s'organiser ?
    102. 102. Source : http://www.lagazettedescommunes.com/dossiers/reseaux-sociaux-et-collectivites-territoriale-quelle-strategie-adopter/
    103. 103. Source : http://www.netpublic.fr/2014/09/construire-une-equipe-editoriale-pour-les-reseaux-sociaux-2-guides-pratiques/
    104. 104. Réaliser une grille pour définir la ligne éditoriale sur les réseaux sociaux Source : http://thebaultmarc.expertpublic.fr/2015/02/15/construire-sa-ligne-editoriale-sur-les-reseaux-sociaux/
    105. 105. Rédiger une charte d'expression dans les réseaux sociaux pour les rédacteurs
    106. 106. Une chaine de publication et de validation des contenus Source : http://www.flickr.com/photos/setaou/2935943672/
    107. 107. Élaborer une chaîne de publication numérique
    108. 108. Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Lundi
    109. 109. → pour publier des posts / statuts en dehors de ses heures de travail/périodes d'activité → pour étaler ses posts / statuts à intervalles réguliers, pour éviter des publications trop rapprochées (flooding) et le risque de perdre des abonnés → pour recruter de nouveaux followers / likers en optimisant son temps de présence sur les réseaux sociaux http://www.commentcamarche.net/faq/33502-automatiser-la-gestion-de-ses-comptes-twitter-et-facebook Pourquoi planifier ses publications sur les réseaux sociaux ? → utiliser les outils d'automation
    110. 110. Diffuser et partager sur les réseaux sociaux
    111. 111. Diffuser et partager sur les réseaux sociaux
    112. 112. Diffuser et partager sur les réseaux sociaux
    113. 113. Stratégie pour animer une communauté → définir une identité numérique de la bibliothèque → fédérer sa communauté : capter l'attention des internautes cibler des communautés locales d'usagers investir un territoire numérique de proximité repérer les communautés d'intérêt proches et suivre leur évolution → alimenter sa communauté : produire des contenus adaptés à son environnement → impliquer sa communauté : ne pas seulement répondre aux questions, mais en poser
    114. 114. Pour aller plus loin Source : http://www.echosciences-grenoble.fr/articles/mediation-culturelle-et-reseaux-sociaux-un-mooc-pour-apprendre-et-partager?utm_medium=twitter&ut
    115. 115. Collectivités territoriales et réseaux sociaux http://www.edgar-quinet.fr/barometre-collectivites-territoriales-reseaux-sociaux/etude-annuelle-201 Réseaux sociaux en bibliothèque : évolution d'une profession, évolution des formations http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65016-reseaux-sociaux-en-bibliotheques- Une bibliothèque numérique sur les réseaux sociaux : l'exemple de Gallica http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-05-0031-007 Les réseaux sociaux en bibliothèque et leurs pratiques https://bibliotheques.paris.fr/userfiles/file/Nouveautes/Canopee/livre-blanc.pdf Le marketing automation pour les fauchés https://bibliothequecanopee.wordpress.com/2016/01/20/le-marketing-automation-pour-les-fauches 13 chartes d'utilisation des réseaux sociaux par des institutions et services publics http://www.netpublic.fr/2014/06/13-chartes-d-utilisation-des-reseaux-sociaux-par-des-institutions-e L'animation de communautés, nouvelle frontière des bibliothèques ? http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-005 Guide Bonnes pratiques sur Facebook pour les professionnels http://www.netpublic.fr/2013/03/guide-bonnes-pratiques-facebook/ 14 groupes Facebook pour créer et innover avec le numérique en bibliothèque http://www.netpublic.fr/2016/06/14-groupes-facebook-pour-creer-et-innover-avec-le-numerique-en- Pour aller plus loin
    116. 116. Merci de votre attention ! Anne-Gaëlle Gaudion Agence BibliSmart biblismart@openmailbox.org http://twitter.com/#!/agaudion https://www.facebook.com/biblismart/ http://www.slideshare.net/angiegaudion http://anne-google.tumblr.com/

    ×