Discours as mwhoswho

3 092 vues

Publié le

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 092
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Discours as mwhoswho

  1. 1. Discours A&DN°1 - Le who’s whoDia 1Bonsoir à tous, j’ouvre le bal des présentations, c’est plus adapté quede dire « je viens » au charbon. Je suis Anne-Sophie une sœursd’Alice parmi d’autres et c’est moi qui me suis auto-saisie de la partiediscours côté MélardEn guise de préambule et d’ouverture de parapluie, je voudraispréciser que ce discours n’a pas reçu d’imprimatur et qu’il n’a pas nonplus été testé… C’est du « sans filet »Dia 2 petit message de bienvenueDia 3 Le rire :Voici une toile intitulée « le Rire » pour que cette soirée soit placéesous le signe de la légèreté et pour introduire une certaine apesanteursouriante et bienveillante dans les rapports humainsDia 4 who’s whoCertains d’entre vous se demandent peut-être :« Quel jour somme-nous ? Qu’est-ce que je fais ici ? J’ai raté unépisode, qui est cette fille en blanc qui semble bien apprêtée pour unpique-nique tardif sur l’herbe? Et ces personnes en uniformes, y a t-ilune garnison près d’ici ? J’ai entendu parler étranger, cette régionprésente-t-elle un réel intérêt touristique ? »Ou alors, dans le meilleur des cas, cad si vous comprenez qu’il s’agitd’un mariage, des interrogations d’un autre ordre peuvent quandmême surgir :« Je confonds les deux belles-mères, qui est qui ? Elles ont un peu lamême tête, non ? À qui sont ces enfants d’honneur, ils sont mignons,j’aimerai en acheter un…Qui est mon voisin de table, il me regarde bizarrement… J’ai déjà vusa tête quelque part mais où ? Pourvu que ce ne soit pas un cousinrasoir qui va me tenir la jambe toute la soirée… J’ai un doute, est-cetante Brigitte, Odile ou Nicole que j’aperçois, j’ai toujours confondueles trois… » and so on…Don’t panic ! Pas de panique, j’ai une réponse documentée à chacunede ces interrogations. 1
  2. 2. Voici donc pour commencer une présentation des parties en présence.Désolée par ailleurs si je vous coupe l’herbe sous le pied puisque biendes conversations devaient tourner autour de votre lien de parenté oud’amitié avec Alice ou Denis. Il vous restera la météo et les signes duzodiac après cette mise au point.Dia 5 et 6 – planche Eydoux - Éric +Véronique (47 ans de mariage) - La famille ISSARD - Bertrand + Nathalie (14 années de mariage) - Estelle +Alexandra toutes 2 recrutées comme demoiselles d’honneur - Denis + Alice (+ Adèle) (8 mois de mariage)Pourquoi une famille hors du commun ? D’abord parce qu’ÉricEydoux est Norvégien par sa mère, Elisabeth Nissen qui était commelui traductrice, et français par son père Henri-Paul qui était haut-fonctionnaire et écrivain.Je ne vais pas vous faire la liste des états de services d’Éric Eydoux nicelle de ses parents mais sachez simplement qu’on est là dans le hautdu gratin du panier de la crème de la cerise de l’érudition et de l’éliteintellectuelle et littéraire.Mais après réflexion, c’est un peu dommage…Je vais peut-être quandmême utiliser cette figure de style qui s’appelle la prétérition et quiconsiste à parler d’une chose après avoir annoncé qu’on allait lapasser sous silence…Donc : « Est-il nécessaire de rappeler » ou plutôt « Je ne vous feraipas l’affront de vous rappeler » qu’Eric Eydoux est commandeur del’Ordre royal du mérite norvégien des palmes académiques de Saint-Olav (oui, j’ai fait un petit amalgame entre 3 médailles différentespour aller plus vite, mais c’est l’idée, il croule sous les récompenses etles distinctions-); qu’il est lauréat du prix Akademika de l’universitéd’Oslo ; que c’est un éminent spécialiste de la littérature et de lacivilisation scandinaves et du monde nordique en général, qu’il atraduit un sacré paquet de livres (30 kg environ) Dia 7; qu’il a étéprofesseur d’allemand en France, professeur de français en Norvège,professeur de norvégien au Zimbabwe, professeur de zimbabwéen enSuède (cette dernière info sur le Zimbabwe est fausse car2
  3. 3. malheureusement on n’y apprend pas le norvégien et que par ailleurs,je ne sais même pas où c’est) ; bref est-il encore besoin de soulignerqu’il œuvre depuis plus de trente ans à mieux faire connaître le mondenordique, Dia 8 au-delà du cliché d’Ikéa, du saumon frais ou fumé, dela belle gretchen blonde et bien roulée, de la nature intacte et sauvagebordée de fjords grandioses et majestueux baignés de la lumièreféerique du soleil de minuit, Dia 9au-delà du cliché du romantisme incarné par Edvard Grieg, de celui du« cri » d’Edvard Munch qui phagocyte toutes ses autres toilestellement il est repris et diffusé voire parodié Dia 10 ou encore dessystèmes démocratiques contemporains assez réussi de ces pays, enfintous ces stéréotypes sur la Norvège « et Cie » qui traînent dans notreimaginaire collectif.Mais je ne vous apprends sans doute rien sur Eric Eydoux ce maillonessentiel de la médiation interculturelle franco-norvégienne, puisquetout ceci était mentionné sur le faire-part de mariage de 12 pages quivous a été envoyé.Je ne vous parlerai pas non plus de son engagement comme conseillerauprès lambassade de France puis directeur du centre culturel dOslo,et encore moins de son rôle de maire-adjoint à la culture de Caen etfondateur du salon du livre de cette ville, d’autant plus qu’EricEydoux est très modeste et n’apprécie pas du tout qu’on parle de lui.Loin de moi l’idée de le contrarier.Je relève par contre que Mr Eydoux n’est ni membre des amateurs depétanque du boulodrome de Caen ni président du fan-club deNormandie de Mickey Mouse. Cela ne me surprend guère et nousn’apprécions pas non plus ce genre de distractions oiseuses dans mafamille.Quoiqu’il en soit, tout ce que je peux dire au nom de la familleMélard, Éric, c’est que tout ça, ça tombe très bien car on est « totalfan » de Vikings dans la famille ; que maman a appris par coeur unlivre de Ibsen et qu’on se refile entre nous (sans arriver à le lire) LeMonde de Sophie « Sofies verden » dans le texte, de Jostein Gaarder.En ce moment c’est Delphine qui essaie d’en venir à bout et je l’ai euchez moi pendant 16 ans puisque je l’ai acheté à sa sortie française en1995. 3
  4. 4. Autre exemple au hasard : encore dernièrement je me suis intéressée àla mythologie nordique (et il est vrai à la plastique de ChrisHemsworth), en allant voir Thor au cinéma et croyez-moi, cet acteuraustralien Chris Hemsworth qui incarne le Dieu du tonnerre est trèscrédible dans la peau du fils d’Odin et je dois dire qu’il maniait sonmarteau de son petit nom Mjöllnir avec brio. Sa blondeur et samusculature m’ont tout à fait convaincue. Là inutile de parler dans levide, il faut une image que voici. Dia 11De plus vous remarquerez que nous avons dans la famille une enfantprénommée Solveig, Dia 12 « chemin vers le soleil » en norvégien,c’est la preuve éclatante que nous sommes convaincus intimement dela beauté de toute chose norvégienne… Au fait qui a eu la bonne idéed’appeler Solveig Solveig ? En tout cas bien vu Jacques et Delphine,vous avez été inspirés car ça nous donne un petit crédit aujourd’hui...Mais assez parler des Mélard car j’y reviendrai plus tard et revenons àla famille Eydoux. Et bien ne comptez pas sur moi pour vous dire quele père d’Eric, Henri-Paul né à Tarbes en 1907 semble avoir été faitde la même farine que son fils (ou l’inverse) et que cet illustre écrivainet résistant français qui s’est distingué en Algérie a été décoré de lacroix de guerre 39-45, de la rosette de la Résistance et de la « Medalof Freedom » Dia 13;Petit message anodin au passage, je ne sais pas si vous êtes au courantque papa et son frère font collection de médailles et d’uniformes…Nous y reviendrons aussi.qu’il figure dans l’encyclopédie, que son œuvre rédigée dans lesannées 1960 comprend une quarantaine de volumes dans différentsdomaines : lhistoire et la géographie de lAfrique ; larchéologie etlarchitecture médiévales et modernes, la Gaule romaine. Je nem’appesantirais donc pas non plus sur le fait qu’il est considérécomme un pionnier de la vulgarisation ou plutôt de la « diffusion » delarchéologie vers un public « cultivé », enfin disons un public« averti » ou même un public de « spécialistes motivés » (en tout cas,j’ai l’impression que c’est pas pour moi). Dia 14 Qu’il est mort à 79ans en 1986 et qu’il repose depuis au pied du château dePeyrepertuse dans lAude, château quil aimait et avait contribué àfaire connaître en 1969, en publiant son ouvrage Châteaux4
  5. 5. Fantastiques. Un buste que vous pouvez voir sur ce transparent y ad’ailleurs été élevé en sa mémoire.Quant à évoquer d’autres ancêtres illustres de Denis, je m’y opposecar vous trouverez tous les détails de leur saga familiale sur Internetd’où je tire moi-même tous ces renseignements.Sachez quand même qu’il existe un général Joseph-Paul Eydoux (néà Carpentras en 1852 et mort en 1918). Dia 15 qui en plus d’avoir sapage wikipedia a ). Dia 16 un château et une rue à son nom. Que cegénéral était un grand-oncle d’Henri-Paul Eydoux, le père d’Ericdont je ne vous ai absolument pas parlé à l’instant et un oncle d’uncertain Denis Eydoux, autre Eydoux célèbre en l’honneur de quij’imagine Denis ici présent a été prénommé. Cet autre Denis fut parailleurs directeur des études de lEcole polytechnique de 1925 à 1941.C’est confondant. Après ça les Mélard, il va falloir bien nous tenir,s’accrocher et convier nos neurones à un grand rassemblement : on vaessayer de ne pas déchoir et de soutenir la conversation sans élever ledébat à défaut de soutenir la comparaison avec ces grosses pointuresintellectuelles.Venons en gentiment au cas de Denis Dia 17 (denis enfant). Je ne vaispas faire un panégyrique de Denis qui tout comme ses ancêtres n’a pasle morphotype du crétin et n’a pas non plus passé sa jeunesse àéqueuter des haricots mais plutôt à s’instruire. De plus, malgré sessuccès, Denis ne prend pas son nombril pour boussole, ce qui estappréciable. Disons qu’il pourrait être surnommé homotriplex,puisqu’il bétonne en langues et connaissances en général, qu’ilcartonne en sport, et qu’il a aussi de humour (pour info, il regardemême des vidéos de Rael alias Claude Vorilhon, celui qui a chignonau sommet du crâne).Mais ne soyons pas dupes : résumer la personnalité ou la penséedenisienne est une tentative illusoire. Autant nourrir le projet d’allerratisser les étoiles...En tout cas avec Denis, c’est toujours le feu d’artifice de l’esprit, lafête de l’intelligence (et non celle du slip) et je pense qu’il a faitsienne la maxime de Gandhi qui disait :« Vis comme si tu devais mourir demain.Apprends comme si tu devais vivre toujours. » 5
  6. 6. Denis est en effet issu de cette lignée prestigieuse dont il a hérité latare principale, l’addiction au travail et l’hyperactivité. Oui, je lesdiagnostique sans peine et je sais reconnaître les accros du boulot, lesWorkalcoolics, les drogués du turbin, les shootés au savoir Dia 18. Onne fait pas suffisamment de prévention pour ça en France car il estvrai que ce n’est pas encore un véritable problème de santé publique.Bon Denis je vais te donner 6 atouts, 4 piliers, 7 pistes et 8 clés pourt’en sortir mais il va falloir que tu bosses sur ce problème d’addiction.C’est encore possible de devenir médiocre et insignifiant et de surtoutte scléroser et ne plus progresser. Ne te décourage pas même si tum’as l’air d’être un cas un peu désespéré.Mes conseils : Tu pourrais essayer le « je m’en foutisme », le« aquoibonisme (je pratique beaucoup : tu te dis « A quoi bon, c’estvain, la vie est dérisoire » et tu t’abstiens), le « vite et mal » est pasmal non plus, tu as aussi le « laisser courir », l’à-peu-près, l’esbroufe,le faire illusion, l’imposture, le donner le change, l’improvisation, le« grand n’importe quoi » (très amusant), la non-conscienceprofessionnelle, le foutage-de-geule, la coolitude, la zenitude, leminimum syndical, la glandouille pure et simple, la contemplation(qui revient à écouter pousser ses cheveux et à manger du vent). Pourne citer qu’eux car il existe bien d’autres techniques pour se dégoûterdu travail et décrocher de cette mauvaise habitude.Bon ce défaut n’est pas rédhibitoire en soi mais quand même…De plus je m’aperçois Denis, que tu n’as pas subit l’examen depassage traditionnel pour rentrer dans notre famille, à l’instar deJacques ou de tante Sylvie qui ont passé et réussi ce test d’admissionde façon endo-naso-digital (les doigts dans le nez quoi). On pourraitdire que tu as été homologué sur dossier et que de toute façon tu auraisréussi puisqu’il s’agit -en plus d’épreuves physiques- de répondre àdes questions assez basiques mais un peu « tricky » (piège) du genre :« avec quoi nettoie-t-on son fusil ? » « Avec le plus grand soin » ou« En quoi sont les lavabos de la garnison ? » « en nombre suffisant ».Maintenant c’est trop tard puisque vous venez de vous marier unedeuxième fois mais j’ai quand même voulu vérifier ton degré decompatibilité avec les valeurs Mélard qui sont les suivantes : Dia 19 etDia 206
  7. 7. Mais avant de dévoiler les résultats du test de compatibilité de Denis,je dois un peu expliquer et illustrer ce « Mélard spirit » et sesorigines. Pourquoi polytechnique, pourquoi Napoléon, pourquoil’armée en dehors du fait que Mélard est le même mot que l’armée enverlan, pourquoi la religion catholique, etc.Commençons par le syndrome Napoléon et la fixette polytechnique.Dia 21Ce culte pour Napoléon est un peu conjoncturel : Nicolas Mélard, unancêtre né à Longwy 1804 a été débaptisé de Nicolas en Napoléoncomme cela se faisait beaucoup à lépoque et l’Empereur qui passaiten cette ville en 1805 a parrainé l’enfant. De même, pour « coller auplus près à lactualité », ses soeurs ont reçu les prénoms de Joséphineet de Marie-Louise. Pour l’anecdote, Alice, qui est né en Martiniquecomme Joséphine de Beauharnais a aussi failli s’appeler Joséphine.C’est en tous cas la tradition depuis ce Nicolas de prénommer chaquefils aîné Léon. Et ceci s’est prolongé jusqu’à mon frère Guillaume.Le fils de ce Napoléon Mélard, François-Léon, a fait l’X en 1856 à17 ans et il est sorti Major du Génie et de lartillerie à Metz - Capitaineà 24 ans et décoré au Mexique de la Légion dhonneur. Il est mortmalheureusement à 53 ans en 3 jours d’une grippe attrapée alors quilsortait dune église parisienne mal chauffée (et oui, ça peut êtredangereux d’aller à la messe à Pâques), l’année même où il étaitinscrit sur la liste des généraux, en 1892. Il est donc resté Colonel.GRRRRR ! Pas de chance. De plus il n’a ni rue ni de château à sonnom comme le général Eydoux mais un justicier masqué essaie deréparer cette injustice et de le faire connaître en taguant des panneaux« à la sauvage ». Vois plutôt. Dia22Son fils, notre arrière grand-père Léon Mélard a lui aussi faitpolytechnique et il était inspecteur général des Poudres et Salpêtres.Donc Denis, tu comprends mieux cette obsession pour l’armée etpolytechnique.On a déjà les uniformes, les mîtes vont finir par bouffer lesbicornes avant qu’on les réutilise ! Il y a urgence ! On attend depuis3 générations la bonne connexion neuronale pour qu’un Mélard (oudescendant, peu importe son nom, ça peut être un Berling, un Aulanierou un Eydoux, l’important c’est qu’il ait du sang Mélard dans lesveines) donc pour qu’un descendant fasse aussi bien que François- 7
  8. 8. Léon ou Léon et intègre polytechnique, la seule voie prestigieuse ou àdéfaut Saint-Cyr comme papa et oncle Xavier. Mais jusqu’ici tout lemonde a failli et déçu. Si les petites Berling ne relèvent pas le défi etbottent en touche, vos futurs enfants sont les prochains sur la liste…Mais dépêchez-vous car papa n’est plus tout jeune, il a eu 37 ans cetteannée.C’est vrai qu’Alice s’est un peu rattrapée en embrassant la carrièremilitaire mais elle est loin d’aimer les maths et n’a pas fait d’étudesscientifiques. Ne parlons pas de Guillaume qui dans son métier decontrôleur de gestion ne porte même pas d’uniforme.Voici des dias pour illustrer ce que je viens de vous révéler.Dia 23à 30Alice a bien intégré ces obsessions de papa et voici comment elle l’afait parler alors qu’il visitait Coëtquidan cette année… Dia31Au sujet des médailles Que veux-tu, on est collectionneur chez nouset même si Napoléon créateur de la légion d’honneur a dit lui-même<< On prétend que la Légion d’Honneur est un hochet. Et bien, c’estavec des hochets que l’on mène les hommes. >>, ça fait toujoursplaisir ces petites choses colorées, et c’est beau, c’est comme unbijoux pour une femme. Papa fait collection de médaille, Delphine faitcollection de boucles d’oreilles, c’est du même ordre et une médailleprouve que l’on a du mérite à quelque chose, a priori ça vientsanctionner un effort. Dia32 à 35Pour la religion, c’est comme ce gène de l’X, ce n’est pastransmissible génétiquement et comme on dit « nul n’est prophète enson pays » mais ma grand-mère avait la foi du charbonnier, ses troisenfants sont croyants et mes parents très dissemblables sur bien despoints se rejoignent sur ce terrain. Comme tu le sais, papa estcommandeur du Saint-Sépulcre et tu pourras l’interroger sur ce qu’il yfait et maman enseigne le catéchisme depuis des lustres et s’esttoujours investie pour la paroisse, le secours catholique, ATD ¼monde, etc. Dia36 à 38Pour te donner un exemple véridique, j’ai relevé il y a quelquesannées sur un de mes petits carnets, les titres des livres qui traînaientsur leur table de chevet respective ici dans leur chambre de crécyparce que ça m’avait fait rire. Côté droit du lit, celui de papa8
  9. 9. « L’imitation de J-C » et côté maman, « Manuel du brevetd’instruction religieuse. Dogme écriture sainte et apologétique » 1933.That’s so yesterdayLes parents, vous pourriez au moins lire des choses plus actuellescomme « Un coach nommé jésus » ou « Dieu a changé d’adresse » quiviennent de sortir, ça m’a l’air plus funJ’ai retrouvé les couvertures de ces 4 ouvrages sur Internet DIA39Puisque je viens d’évoquer cette grand-mère croyante, Anne-MarieMélard né Dreyer, qui nous a quitté depuis 12 ans et qui repose dansle cimetière de l’église de Crécy, j’aimerai dire un mot sur elle au nomde ses 10 petits enfants. Son esprit plane ici et c’est le premier mariagede l’un d’entre nous auquel elle ne participe pas. Veuve à 52 ans,notre grand-mère aimait beaucoup cette maison qu’elle occupaitchaque été et dont elle était l’âme, l’animatrice, la régente, la reinemère. Personnage drôle, charmant et charmeuse, elle était affectueuseavec nous, nous accueillant même dans son lit pour des lecturesmatinales en attendant l’heure officielle du petit déjeuner. Ellechérissait particulièrement les Aulanier qu’elle allait voir tous les moisen Bretagne en conduisant pied au plancher sa Diane Charleston maisils avaient droit comme chacun à « beurre OU confiture » au goûter,les traitements de faveur et indulgences étant venus plus tard avec les« petits Mélard », François et Hortense alors qu’elle avait viré degrand-mère fouettard, son surnom officiel à grand-mère gâteau....L’une de ses phrases favorites était « Mes enfants, vous n’aurez rienrien, rien ». Cela ne l’a pas empêcher de se contredire, nous faisant parexemple hériter tous les 10 d’une somme d’argent de son vivant ouaccueillant des petits enfants squatteur dans son appartement parisienquand nous cherchions du travail ou étions trop chiche pour payer unloyer. Bon ce n’est pas la première personne à ne pas accorder sesactes sur déclarations publiques. C’est ce qu’on appelle le manque decongruence en PNL (programmation neurolinguistique). Elle disaitaussi « Je préfère dépenser 10 000 F que 10 F d’où ses économies debouts de chandelles comme de réutiliser une allumette ou des sachetsde thé restés un an dans une soucoupe sur la table de la salle à manger,mais ses dépenses somptuaires pour la toiture de crécy ou la tapisseriedu grand salon. Quoi qu’originaire d’Épinal, elle avait untempérament méridional avec une tendance à l’exagération. 9
  10. 10. Lorsqu’elle nous racontait ses sorties mondaines, elle pouvait nousdire par exemple « Mes enfants, il y avait 350 personnes à cecocktail ; et bien, sans conteste, j’étais la mieux ». Car en modestie,elle ne craignait personne. Mais si elle avait été parmi nousaujourd’hui cela serait peut être vrai car elle avait beaucoupd’élégance tout comme sa sœur Denise dont des descendants sont làaujourd’hui et sa sœur Françoise autre personnage de caractère. DIA40à44Notre grand-mère était aussi imbattable en naïveté et manque depsychologie. Elle jugeait sur le paraître et pour elle, aller à la messe,avoir une particule et une chevalière, faire partie d’un rallye ou avoirfait Saint-Cyr était garant de « bonne moralité » et suffisait à rendreune personne fréquentable. Quelle candeur ! Nous on sait bien qu’ilfaut en plus être Breton et surtout avoir le château et les fonds qui vontavec la particule ou la chevalière. Il est évident qu’« Il n’est pasnécessaire d’être riche et célèbre pour être heureux. Il suffit d’êtreriche. » Bon en tout cas, Gd mère était fière de ses 3 enfants, de sesdeux fils Saint-cyriens même si elle déplorait leur grossièretéslangagières dues à l’armée et son jargon assez vert et surtout, elle étaitpersuadée d’avoir enfanté 3 saints (bingo 100 % de réussite au niveaude la transmission de la foi et de la voie vers la sanctification). Je vousrassure après enquête du Vatican, il n’en est rien et l’affaire estlargement surestimée. On ferait mieux d’investiguer coté « piècerapportée » car d’étranges phénomènes inexpliqués ont été observéschez Catherine Loison/Mélard. J’en ai été témoin, voyez plutôt DIA45 2 photos de maman (auréole + ailes anges + plus avec tanteMonique à l’abbaye)Dia 74 L’enquête test de différents itemsCritères esthétiques (rajout de moi, ça ne fait pas partie des valeursMélard mais c’est comme ça, j’aime les gens beaux.)Dia 75Amour filial, se passe de démonstration, Denis aime ses parents, sasœur, ses nièces. It’s obviousJusqu’à Dia 84 : Résultats d’enquêtechecked OK, checked, OK…Congratulations10
  11. 11. C’est époustouflifiant, cela va au-delà de nos exigences, tu tutoiesl’excellence, c’est du zéro défaut. Tu fais honneur au genre humain.Ne reculant devant aucun effort ni ridicule, je te lis un poème enfranglais que j’ai composé pour toi avant de passer à la suiteDenis,Wecome in the Mélard’s familyYou speek english fluently and I try alsoYou practice sports and I’m also interested in sports on TVYou make evry day a press review (revue de presse) and je fais duscrapbooking et du décopatchI’m definitively one of your greatest fanBig hug and good luck, all my wishes for your hapiness with ourlittle AlicePassons aux MélardDia 85 et 86 -planches Mélard seniorsvoici le tableau :En haut vous avez donc les parents (45 ans de mariage... Pas decompétition mais vous vous êtes fait battre de deux ans par Eric etVéronique qui en sont à 47 ans. Par ailleurs vous avez 2 enfants deplus mais est-ce que c’est la quantité qui compte, je vous laissejuges…)Les parents ont fait le choix d’une politique de naissance parallotissement. Échelle de temps nous sommes dans les années 1968puis les années 70 (apparition du lot 1), qui est un trio surnommé les 3petits cochons et composé de (l’aînée et les DFT) GAP (fossé)(d’environ 10 ans) - 1981 lot 2 constitué par Alice, un singleton.Faux faux jumeaux « double fake twins (DFT)» Traduction libre defrère et sœur dizygotes. En fait (actualy) j’ai 2 ans de plus qui G, quiest né le jour de mon anniv selon un timing très apprécié pourl’organisation parentale des anniversaires. Bien sur ça aussi c’étaitintentionnel fait on purpose, tout comme cette histoire de lots. Lesparents l’ont planifié pour ne pas avoir à se remémorer trop de dates(maman est un peu limitée pour la mémorisation).Petite digression (ça c’est typique des Loison les digressions, c’estexaspérant, on perd le fil mais je le fais aussi) : Vous avez peut-être 11
  12. 12. remarqué que mon discours est émaillé de petites interjections ou demots-outils en anglais. C’est que je ne veux pas exclure le publicanglophone. Mon niveau étant less than fluently pour employer unelitote understatement, j’assurerai ma propre traduction en anglaismais d’un mot sur 350 seulement…). Et vous avez aussi peut-êtreremarqué que je parle très fort mais je ne veux pas exclure non plus lepublic malentendant (papa, est-ce que tu me reçois 5/5 ?)… So I comeback to our sheeps revenons à nos moutons… : on en était à cedécalage, cette désynchronisation de 10 années. Ca fait donc grossomodo 9 années d’enfance heureuse pour Guillaume (et même moinscar avant d’être jaloux d’Alice, il était déjà jaloux de notre chienZéphirin).Analysons cette constellation familiale. Au centre, le groupe quireprésente la catégorie des « célibataires incasables » Il y en a danschaque famille, c’est classique, on assume. a priori la branche mortede l’arbre généalogique, l’arbre de vie (useless, hopless). En voied’extinction, sauf si on nous clone ou qu’on nous cryogénise mais àquoi bon, ce n’est pas prévu et en plus on n’a pas les budgets.Ca donne en image Dia 872e petite digression à ce stade : pour G, il faut se presser si vous voulezfaire sa connaissance car comme il fume en excès et qu’il pratique desurcroît l’hérésie alimentaire (pas religieuse, je vous rassure, ça c’estma partie, on s’est partagé les comportements déviants) son espérancede vie sans incapacité est dors et déjà fortement compromise. Il fautprofiter de lui sans attendre et même si j’ai coutume de dire qu’ilgagne plus au bridge qu’à être connu, c’est faux. Nous avons là unfrère, un fils pour les parents, exceptionnel, extra-ordinaire même sic’est son choix de vouloir rester tout à fait ordinaire, discret, secret etanonyme, de mener sa vie sans tambour ni trompette, toujours portéau travail de fond, à l’action sans paillettes, aux principes et auxvaleurs essentiels comme de toujours avoir un sucrier assorti à sathéière - en argent massif -. Whatever…Donc on fait l’impasse sur ceux du milieu et on se concentre sur lesextrémités : les couples mariés : Delphine et Jacques (ceux là en ontpris pour 18 ans) et bien sur cette nouvelle entité qui nous réunitaujourd’hui, avec un beau potentiel créatif…, à suivre de près donc...Bilan : c’est donc du fifty/fifty pour les couples mariés. Précisonsmariés et… non encore divorcés… On ne le souhaite pas12
  13. 13. naturellement mais j’aimerai quand même rappeler que « La premièrecause du divorce, c’est le mariage ».Et oui, pensez y les gens mariés, c’est un peu à cause de vous toutesces mauvaises statistiques.Autre remarque en passant : je ne le prends pas mal qu’Alice se marieavant moi, no big deal, je dirai même que c’est tout à son honneur etje rappelle que j’ai eu mon bac avant elle... On ne peut pas être lespremiers en tout, tout le temps, c’est fatiguant !Enfin, ici, vous avez le groupe des petits-enfants : 3 petites Berling surlesquelles on mise beaucoup « Allez les filles, on compte sur vous, iln’est pas trop tard pour faire polytechnique. » J’oubliais le groupe desanimaux : Adèle 1re adoption de la famille D. EydouxRetour Dia 86Pour les beaux-pères, la question ne se pose même pas et ils n’ontrien en commun physiquement, ni le nez, ni les oreilles… Dia 89En ce qui concerne les belles-mères : je suis surprise de la confusion,elles ne se ressemblent pas tant que ça, Dia 90 vous pouvez a prioriles distinguer. Il semblerait aussi qu’elles ne s’habillent pas au mêmeendroit et n’ont pas le même couturier. Dia 91Sont présents aussi ce soir les Mélard juniors Dia 92 et 93Voici la famille Aulanier Dia 94 et 95 et là on est obligé de faire unfocus sur Loïc Aulanier, 50 ans aujourd’hui Dia 96, voici la famille deLoïc Dia 97. Mais qui dit Loïc appelle Nicolas Dia 98 son frère cadetd’un an. Cette association de malfaiteurs composée de Loik le cerveauet Niklaus le killer a été surnommée les frères O’Lanier, recherchésmorts ou vifs mais morts de préférence avec pour récompense, unobjet en plâtre véritable…Voici à gauche un document d’époque quiest encore placardé dans le grenier de cette maison et quelques photosde leurs exploits Dia 99Voici donc le trombinoscope des cousins germains d’Alice côtéMélard. Ce soir Dia 100 , nous sommes 9 présents sur 10 (seuleHortense n’est pas là) et Alice est la 8e sur cette liste. 13
  14. 14. Au passage une présentation des cousins germains de l’âge d’Alice :en gros, ceux qu’elle a vu tout nus. : les Mélard juniors, François etHortense qui ont 3 et 4 ans de moins qu’elle et avec qui elle a doncbeaucoup joué Dia101 Oui, comme on a une seule grande baignoire àCrécy, on fait bain commun pour des questions d’économie d’eau. Onest « planète friendly ». Dia 102 comme vous pouvez le vérifier surcette photo.Photos des bains en communs à crécyCôté Loison, nous sommes 15 petits enfants et Alice a donc 14cousins germains. Elle est la 12e dans cette lignée qui comporte entête Nicolas Atger qui a 52 ans, Carl Radeck ici présent occupe la 3eposition et que voici DIA 103 et en toute fin Philippine Loison, unejeunette de 23 ans. Ses contemporains sont donc les enfants deBernard et surtout Antoine, 30 ans, avec qui elle a le plus d’achomescrottus. Dia 104 et 105Voici le clan Loison de la génération d’au dessus, à l’esprit de famillemassif, indéfectible, imputrescible et légendaire. Voyez que mamanest bien entourée et j’aurais beaucoup à dire sur ses sœurs. Dia 106,107 et 108Nous avons aussi aujourd’hui des représentants Berling. Dia 109 LesBerling sont très importants pour nous car sur les 5 enfants de Coletteet Emmanuel, on a réussi à choper les deux derniers. D’abordDelphine qui s’est marié avec Jacques ici même il y a 18 ans, le 26juin 1993 Dia 110 et Dia 111 puis notre cousine Virginie Guéniot Dia112 qui a rencontré Henri à ce mariage et l’a épousé deux ans après.Dia 113 C’est donc l’anniversaire de mariage de Jacques et Delphinemais aussi l’anniversaire de la première rencontre d’Henri et Virginiequi nous font la joie d’être ici alors qu’ils habitent Hambourg et denous fournir 2 enfants d’honneur. Par ailleurs, Guillaume Berling estaussi parmi nous ce soir car il est notre DJ pour a soirée dansante àvenir (osmose ondulatoire).Passons maintenant aux enfants d’honneur, qui par leur spontanéité etleur fraîcheur participent de la réussite d’un beau mariage…Dia 114 - Planche des enfants d’honneur14
  15. 15. Voici pour ceux qui s’intéresseraient à leur prestation les prix de latroupe d’aujourd’hui : sur demande/ à négocier/ out of your league/hors catalogue/very expensive/en location seulementVous savez sans doute que les enfants sont le cauchemar desphotographes (children are photographer’s nightmare)Bien sûr ça ne s’improvise pas d’être enfant d’honneur et un mauvaiscasting peut faire foirer une cérémonie. Alors voilà comment lerecrutement s’est effectué : ces enfants ont été choisis par lesorganisatrices du mariage - les mères des mariés- sur des critèresphysiques :- ils doivent être beaux pour pouvoir obtenir des photos-souvenirconvenablesmais aussi comportementaux (suitable behaviours): - ils doivent savoir respecter certaines règles de bienséance, poser devant l’objectif avec professionnalisme et être expressifs.Le jury a été particulièrement sensible aux écarts de conduiteprésentés ici Dia 115Lors des essais Dia 116, nous avons écarté plusieurs d’entre eux etavons hésité pour d’autres comme le duo Solveig-Ariane, connu pourses grimaces Dia 117, l’Hector d’honneur Dia 118 qui peut faire lepitre quand il est entraîné. Alexandra et Estelle Issard Dia 119 ont étérecrutée même si elles avaient rampé sous la table lors du mariagecivil parce que leur grand-mère (50% du jury) a beaucoup insisté etqu’on ne peut rien lui refuser… Il y a eu aussi des déçus, des recalésDia 120 comme Astrid B dont le casier judiciaire était déjà chargémais aussi sa cousine Juliette Dia 121, trop créative dans ses tenues…ainsi que quelques autres postulants dont on taira le nom par charité etdont on tentera d’oublier le visage disgracieux Dia 122… Bon, jem’adresse à ces enfants s’ils sont là : « Bravo, vous avez assuré cetaprès-midi, j’espère avoir une ou deux photos de vous réussies sur150, je vous félicite. »De toute façon avec le numérique on ne gaspille plus de pellicule…Pour fixer les idées, révisons un peu les tantes côté Dreyer… Dia 123Je n’ai pas trouvé de photos d’Odile Fleys plus récente mais je suistombée sur plusieurs photos de son mari Jacques Fleys Dia 124 quepapa appelle « le bon docteur » à différentes époques avec son cousin, 15
  16. 16. ici avec leur grand père Joseph Dreyer. On peut ainsi vérifier que ces2 Jacques sont toujours beaux…Ce who’s who ne serait pas complet si je ne mentionnais pas d’autresproches d’Alice, des amis qui comptent pour elle et qui sont présentsce soir. Dia 125.On retrouve Denis et sa belle famille, sa famille resserrée, la « celluleau sens strict », ses amis d’enfance et témoins (Laure-Alex, Claire,Bénédicte) Dia 126, ses amis de l’EMCTA (Arnaud, Lionel) Dia 127,ses amies de droit Dia 128 (Berengère, etc.)Pour en finir et céder la parole aux autres, voiciDia 128.La marraine d’Alice : Anne Martin, amie d’enfance de maman quiest comme une sœur pour elle puisqu’elles se sont connues enmaternelle à Fontainebleau. C’est à elle que l’on doit ces bellesdécorations (personne n’égale son goût) …Dia 129Filleule : Domitille on peut vérifier en image qu’Alice était bien là aubaptême et à la communion : mission accomplie.Dia 130Qui donc peut bien être le parrain d’Alice ? Je crois que lui-même nele sait pas ou feint de l’ignorer depuis 30 ans…roulement detambour… and the winner is … Dia 131.NICOLAS AULANIER !Alors là c’est le scoop de la journée : je m’adresse à Nicolas Aulanierpour qui cela doit constituer un choc : « Oui, c’est toi beau Nicolas quia été choisi il y a 30 ans pour cette charge honorifique – Je ne sais passi tu te souviens avoir accepté. En tout cas, Alice est combléematériellement mais tu pourras dorénavant échanger avec elle à lalumière de cette nouvelle relation privilégiée » Je crois même pourbien démarrer que tu peux embrasser la mariée !Dia 133 FIN16

×