Gestion la rémunération du personnel

3 591 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 591
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
93
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Gestion la rémunération du personnel

  1. 1. FIORELLA BARY & ANTHONY DI SCIACCA La rémunération du personnel Travail de gestion
  2. 2. Introduction « Quand on donne des cacahuètes, on a que des singes ! » De nos jours, le salaire peut parfois être fatal pour une entreprise. En effet, une mauvaise rémunération pourrait avoir des conséquences catastrophiques : grèves, crises, départ de personnel etc. De plus, cette rétribution coûte à la société. C’est pourquoi nous allons vous donner un petit aperçu de ce qu’il faut savoir sur notre future source de revenus. 1. Vocabulaire  Salaire : est une somme d’argent versée à un salarié en contrepartie de son travail qu’il soit manuel ou intellectuel.  Appointements : rémunération fixe, salaire annuel attaché à un poste, un emploi.  Gage : peut être la rémunération d’un domestique, d’une cuisinière ou en droit, la garantie d’un paiement. En effet, le gage est un objet que l’on remet à son créancier pour assurer son ou ses engagements par exemple pour le remboursement d’une dette.  Solde (ou Paie) : rémunération réservée aux militaires.  Commission : pourcentage perçu pour sa rétribution.  Pourboire : gratification qu’un client laisse en supplément au personnel.  Honoraires : rémunération des personnes exerçant une profession libérale.  Traitement : rétribution d’un fonctionnaire.  Cachet : rémunération d’un artiste (musicien, chanteur,..)  Emoluments : rétribution d’un officier ministériel. 2. En plus du salaire, la rémunération comprend une série d'avantages que certains employeurs accordent à leur personnel.  repas à prix réduit  indemnité de transport  véhicule de société  Gsm de société  logement gratuit  marchandises reçues gratuitement  …
  3. 3. Nb : avec le véhicule et le gsm de société, L’employé est susceptible de se rendre partout et d’être joignable n’importe quand. Cela représente donc un avantage à double tranchant. Il jouit de ce que lui fournit la société mais doit montrer que cela sert aussi à la société. Certains avantages ne doivent pas être déclarés. Comme par exemple :  les chèques-repas  les crèches d'entreprises  les produits de l'entreprise reçus en cadeau  …. Il existe également d’autres avantages tels que les prêts à taux 0 % ou préférentiels, la mise à disposition d’un ordinateur, les paiements par la société des notes de gaz et d’électricité, … Un avantage essentiel pour les employés : la prime de fin d’année. Beaucoup de salariés reçoivent un petit bonus en fin d'année, que ce soit sous la forme d'une prime de fin d'année ou d'un treizième mois, on retrouve cet avantage sous diverses appellations. La majorité des employeurs sont obligés d'en donner une, suite à des accords sectoriels. Le montant de la prime peut être fixe, comme pour les employés bénéficiant d'un treizième mois, ou peut correspondre à un pourcentage du salaire ou à un nombre d'heures multiplié par le salaire horaire. Participation aux bénéfices La participation aux bénéfices entraîne l'attribution aux travailleurs d'une partie des bénéfices de l'exercice comptable, en argent liquide. Pour la société, il s'agit d'une simple affectation du résultat, suivie du versement de l'argent. Ce sont des dividendes que la société verse chaque année aux actionnaires en fonction des parts de l’entreprise qu’ils possèdent. 3. Salaire cout + brut + net,… Avant de réexpliquer le calcul d’un salaire, quelques notions de base s’imposent :  Salaire brut : c’est le salaire qui va nous permettre de calculer notre fiche de paie donc montant purement théorique  Salaire net : montant que l’on va recevoir sur notre compte.  Salaire coût : la somme que notre patron va devoir débourser quand il va nous engager.
  4. 4.  Charges patronales : sont des cotisations de la part des employeurs. Elles représentent +/- 40 % du salaire brut  Prélèvement ONSS : est ponctionné sur le salaire brut du travailleur et est envoyée à l’ONSS par l’intermédiaire du patron. Elles s’élèvent à 13.07 % du salaire brut.  Précompte professionnel : paiement anticipé des impôts des personnes physiques. Il est établit selon un barème. En effet, puisqu’il dépend du salaire des personnes physique, il ne sera pas le même pour tout le monde. On estime que le taux moyen du précompte professionnel tourne aux environs de 22 ou 25 %. Fonctionnement  Salaire coût : salaire brut + charges patronales  Salaire imposable : salaire brut – cotisations ONSS  Salaire net : salaire imposable – précompte professionnel  Salaire coût : salaire brut + charges patronales Pour plus de clarté, nous allons prendre un exemple Le salaire brut d’un ouvrier est de 2000 € et le précompte professionnel est de 386.74 €  Salaire cout : 2000+800 = 2800 €  Salaire imposable : 2000-261.4 = 1738.6 €  Salaire net : 1738.6 - 386.74 = 1351.86 € 4. En toute logique, les salaires ont un coût pour l’entreprise. Mais si on voit l’économie de façon plus globale, les salaires sont aussi les ressources des ménages. Plus ces salaires sont élevés, plus les ménages peuvent consommer, c’est donc positif pour l’activité économique. En effet, l’augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs stimule leurs demandes de biens de consommation, ce qui donne lieu à une bonne activité économique, et c’est grâce à cette bonne activité économique que les salaires peuvent être élevés, puisque les entreprises sont plus riches.
  5. 5. Il est également prouvé que l’augmentation des salaires motive les travailleurs et augmente leur productivité, mais encore qu’elle incite les employés à conserver leur emploi, ce qui réduit les dépenses de l’entreprise en recrutement et en formation des travailleurs. Le premier chef d’entreprise à avoir parié sur l’augmentation du salaire des ouvriers fut Henry Ford. « Un ouvrier bien payé est un excellent client », disait-il. C’est en 1914 qu’il prit l’initiative révolutionnaire pour l’époque d’instaurer le salaire journalier des ouvriers à 5$ (alors que le salaire journalier moyen variait de 2 à 3$) et une réduction du temps de travail. C’est ce qu’on appelle le « fordisme ». 5. Un salaire élevé est un moyen pour attirer les meilleurs éléments mais il faut les fidéliser ! (« chasseur de têtes ») Il existe différentes théories sur les salaires. Une des plus importantes est celle du salaire d’efficience. Selon cette théorie, un salaire élevé rend les travailleurs plus productifs. Il ne faut pas réduire le salaire en cas d’offre excédentaire de travail car cela diminuerait la productivité des employeurs et donc le profit. Selon un autre point de cette théorie, la qualité de la main-d’œuvre d’une entreprise dépend de la rémunération de celle-ci. Si l’entreprise réduit ses salaires, les meilleurs de ses travailleurs seront incités à rechercher un emploi ailleurs, ne laissant dans l’entreprise que les travailleurs les moins efficaces, et donc les moins susceptibles de trouver un emploi ailleurs.  C’est ce que l’on appelle le phénomène de sélection adverse. Pour atténuer ce phénomène, il faut payer un salaire supérieur à la moyenne, pour améliorer la qualité de la main-d’œuvre et ainsi augmenter leur productivité. Toujours selon cette théorie, il est affirmé que plus l’on paie un salaire élevé, plus il en coûte au travailleur d’être licencié. Il fera donc son travail plus consciencieusement que s’il touche un salaire minimum.  Cela accroit également la productivité. Si l’employeur ne paie pas des salaires suffisants, il devra faire face aux chasseurs de têtes. Travaillant au sein d’un cabinet, le chasseur de têtes s’occupe essentiellement du recrutement de cadres dirigeants dans le monde entier. La mission d’un chasseur de têtes est de trouver pour le compte d’une entreprise des profils rares, spécialisés et de haut niveau. Autrement dit, des dirigeants, des cadres supérieurs ou des cadres confirmés. La procédure est souvent la même : dès qu’une entreprise confie une mission à un cabinet de " chasse de têtes ", le chargé de recherche, qui travaille en général pour un consultant, interroge les banques de données dans lesquelles figurent les CV de salariés de haut niveau et les contacte par téléphone.
  6. 6. Conclusion L’importance d’une bonne rémunération digne de ce nom pour obtenir un travail performant et par extension, une bonne productivité pour l’entreprise. Il existe énormément de façons d’avoir de l’argent soit en accomplissant des tâches, en s’étant surpassé entre autres. Mais il ne faut jamais oublié que notre salaire représente un coût pour la société. Donc (hormis pour les cas extrêmes : licenciement économique, crise, grève,…) autant faire son maximum et nous serons tous gagnants.

×