Dossier de candidature French Tech Rennes

3 827 vues

Publié le

Le dossier de candidature de la French Tech Rennes, déposé le 12 juin 2014.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 827
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 212
Actions
Partages
0
Téléchargements
91
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de candidature French Tech Rennes

  1. 1. fairederennesune métropole numérique internationale RENNES,candidatEAUlabelMÉtropole French Tech @LaFTRennes
  2. 2. 2 Une mobilisation du territoire pour inscrire Rennes dans la French Tech Rennes souhaite s'inscrire dans la dynamique nationale de la French Tech et faire partie des métropoles French Tech. L'ensemble des acteurs du territoire, fortement mobilisés pour élaborer le projet d'intégration de Rennes dans la French Tech, a mené la réflexion pour mettre en avant les atouts du territoire, en termes de dynamique entrepreneuriale, de savoir-faire technologiques, économiques et sociaux, de savoir-être pour construire des projets collectifs et bâtir un écosystème d'innovation entraînant l'ensemble des acteurs du numérique dans leur diversité. C'est également ensemble qu'a été proposé un projet de développement économique du territoire dans le domaine du numérique, en identifiant les forces et les potentiels, en imaginant les moyens de les amplifier, en cherchant également à définir les trajectoires à suivre et les manques à combler, tant sur le plan des services qu'en matière d'organisation et de gouvernance. La candidature de Rennes à la labellisation en tant que "métropole French Tech" présente l'ensemble de ces éléments. Les différents aspects qui fondent aujourd'hui la reconnaissance dont jouit Rennes, aux niveaux national et international, dans le domaine de l'économie numérique font l'objet de la première partie, qui détaille le tissu d'entreprises dans ce secteur, la diversité des acteurs et des initiatives qui contribuent à la très forte intensité numérique du territoire, la cohésion de l'écosystème. Le projet que les acteurs définissent ensemble pour que le territoire continue à être attractif et producteur de valeurs dans l'économie numérique, et qu'il serve le développement et la reconnaissance de l'économie nationale dans ce domaine fait l'objet de la deuxième partie. Elle détaille la stratégie, les objectifs, le plan opérationnel de court terme, la gouvernance, l'inscription territoriale de la French Tech Rennes, ainsi que la palette d'actions et de services existants ou à développer au service de cette ambition collective. C'est la conjonction de cette ambition collective et de ces atouts qui permettra à Rennes d'être moteur dans l'économie numérique nationale de demain.
  3. 3. 3 Sommaire 1. Rennes, Un écosystème de startups numériques parmi les plus remarquables en France...................................4 1.1 L'écosystème entrepreneurial rennais : une masse critique et un dynamisme remarquable 5 1.2 Un écosystème mobilisé pour la croissance de ses startups numériques 20 2. Un projet ambitieux, mobilisateur et fédérateur de croissance de l’écosystème rennais de startups .......... 30 2.1 Une stratégie ambitieuse qui vise à faire de l’écosystème rennais une référence internationale, la « Métropole French Tech » 31 2.2 Une forte mobilisation des acteurs du territoire en faveur des entrepreneurs et des startups 37 2.3 Un programme coordonné d’entreprises « championnes » du territoire rennais 40 2.4 Des programmes privés d’accélération de startups et d’entreprises de croissance 41 2.5 Un programme riche d’animation de l’écosystème 45 2.6 Un programme d’attractivité et de visibilité internationale 47 2.7 Des programmes d’accueil de talents étrangers en faveur de l’écosystème entrepreneurial de Rennes 50 2.8 Des programmes d'accès et de développement des compétences au bénéfice des startups 52 2.9 Des programmes d’inclusion sociale et d’ouverture sur le grand public 54 2.10 Une politique d'achat public favorable aux startups 56 2.11 Des aménagements, des infrastructures et des services favorables à la croissance et l’attractivité internationale de l’écosystème numérique rennais 58
  4. 4. 4 1. RENNES, UN ÉCOSYSTÈME DE STARTUPS NUMÉRIQUES PARMI LES PLUS REMARQUABLES EN FRANCE
  5. 5. 5 1.1 L'écosystème entrepreneurial rennais : une masse critique et un dynamisme remarquable Nombre et effectifs de TPE, de PME et d’ETI numériques dans la métropole, et évolution sur trois ans La description quantitative de la filière numérique peut reposer sur plusieurs approches : La première d’entre elles s’appuie sur la définition proposée par l’observatoire du numérique (OdN), qui propose une « composition sectorielle du secteur producteur des TIC » s’appuyant sur 14 codes NAF. Cette approche présente l'avantage de permettre des comparaisons entre territoires, même si elle représente un descriptif incomplet de la filière numérique. C’est la première approche retenue ci-dessous pour décrire la filière numérique rennaise. La seconde approche, complémentaire, est celle proposée par la Meito, association bretonne favorisant l’innovation dans les TIC et fédérant 250 acteurs, qui développe un observatoire du secteur TIC en Bretagne se basant non seulement sur le code d’activité des entreprises mais également sur la déclaration explicite du secteur d’activité réalisée par les établissements interrogés. Ainsi figurent dans la base de données MEITO des entreprises absentes de la définition de de l’OdN pourtant complètement intégrées dans le secteur du numérique (par exemple, Technicolor R&D France, qui possède un établissement employant plus de 500 salariés sur l’agglomération rennaise, a pour code NAF « 7112B - Ingénierie, études techniques », non intégré dans la définition de l’OdN). Cette approche donne une image plus réaliste de la filière numérique du territoire mais ne permet pas les comparaisons entre les territoires. Le territoire de Rennes Métropole se caractérise par une proportion d’emplois dans la filière numérique particulièrement élevée avec 6,8% de l'emploi total, et par une croissance soutenue sur les dernières années, d’après des études sur la filière numérique de l’ADEUS, agence d’urbanisme de Strasbourg, publiées en décembre 2012 et en septembre 2013.
  6. 6. 6 Approche basée sur la définition de l’observatoire du numérique 2008 2012 % évolution Nombre total d’entreprises (établissements) 397 1 159 +192% 1 Effectif cumulé dans les entreprises 12 995 15 938 +23% Nombre d’entreprises unipersonnelles 98 741 +656% Nombre de TPE 211 305 +45% Effectif cumulé dans les TPE 1 354 1 657 +22% Nombre de PME 73 95 +30% Effectif cumulé dans les PME 5 299 6 045 +14% Nombre d’ETI 15 18 +20% Effectif cumulé dans les ETI 6 244 7 495 +20% MÉTHODE DE CALCUL : Source INSEE SIRENE et Annuaire CCI au 31/12/2008 et 31/12/2012. La définition en tant que TPE, PME ou ETI se base uniquement sur les effectifs de chaque établissement (indépendamment de l’appartenance à un groupe ou pas). Le périmètre géographique retenu est le territoire de Rennes Métropole (43 communes, 425 000 habitants) ; une étude sur la zone d’emploi de Rennes (267 communes, 760 000 habitants) indiquerait des chiffres nécessairement supérieurs (sans doute de 15 à 20%). 1 Cette forte augmentation s'explique surtout par la création du statut d'auto-entrepreneur au 1er janvier 2009
  7. 7. 7 Observatoire régional de la Meito (Extraction à partir de la base régionale ; à l’échelle bretonne, le secteur des TIC représente en 2013 46 618 emplois dans 1109 établissements). 2013 Nombre d’établissements d’entreprises 475 Effectif cumulé dans les entreprises 21 118 Dont effectif ingénieur 15 722 Nombre d’entreprises unipersonnelles et TPE 398 Effectif cumulé dans les entreprises unipersonnelles et TPE 4 331 Nombre de PME 60 Effectif cumulé dans les PME 6 346 Nombre d’ETI 17 Effectif cumulé dans les ETI 10 441 MÉTHODE DE CALCUL : Ces chiffres se basent sur une extraction de la base de données régionale Meito, pour le territoire de Rennes Métropole (uniquement les communes de la communauté d’agglomération, ce n’est donc pas la zone d’emploi qui est retenue ici). Dans cette approche, les entreprises unipersonnelles sont clairement sous-évaluées, le reste des données étant vraisemblablement assez fidèle à la réalité. À noter que la définition en tant que TPE, PME ou ETI se base uniquement sur les effectifs de chaque établissement (indépendamment de l’appartenance à un groupe ou pas). Le périmètre de l'enquête ayant été modifié en 2012, une comparaison avec des données antérieures n’apparaît pas significative. Entreprises de l’écosystème avec un chiffre d’affaires supérieur à 5 M€ Environ 70 entreprises numériques présentes dans la zone d'emploi de Rennes Métropole et ayant un chiffre d'affaires supérieur à 5 M€ ont été identifiées. Elles se répartissent pour moitié entre des entreprises ayant leur siège sur le territoire, et pour l'autre moitié dans des établissements secondaires importants, employant plus de 80 salariés, d'entreprises ayant leur siège en dehors de Rennes Métropole. Parmi les entreprises les plus importantes en terme de chiffre d'affaires et de salariés, il convient de citer SODIFRANCE (880 salariés, 71 M€ de CA), NEO-SOFT SERVICES (640 salariés, 43 M€ de CA), LACROIX ELECTRONICS (500 salariés, 67 M€ de CA), NIJI (480 salariés, 38 M€ de CA), THOMSON VIDEO NETWORKS (420 salariés), ASTELLIA (310 salariés, 47 M€ de CA) pour les entreprises qui ont leur siège sur Rennes Métropole ; ORANGE (4800 salariés), CAP GEMINI (860 salariés) et TECHNICOLOR (principal centre R&D du groupe avec 550 salariés) pour les établissements secondaires d'entreprises.
  8. 8. 8 Nombre de création d’entreprises numériques innovantes (startup, JEI) par an sur les trois dernières années Le nombre de créations d’entreprises numériques sur la métropole rennaise, en se basant sur une approche par les codes NAF, est en moyenne de 120 par an (118 en 2013, 112 en 2012 et 121 en 2013). Il est difficile de quantifier précisément la part d’entreprises innovantes parmi ces 120 entreprises. L’approche ici retenue est de lister les entreprises innovantes qui bénéficient d’un accompagnement à la création, principalement par Rennes Atalante. 2011 2012 2013 Nombre de création d’entreprises numérique 20 14 27 MÉTHODE DE CALCUL : Sélection « manuelle » des entreprises localisées dans la zone d’emploi de Rennes et ayant une activité relevant du numérique prépondérante parmi les entreprises innovantes accompagnées par la technopole Rennes Atalante ou La Cantine Numérique et créée dans l’année de référence. Capital amorçage : montant cumulé des investissements dans des entreprises du territoire, chaque année sur les trois dernières années 2011 2012 2013 Montant cumulé des investissements d’amorçage 4,912 M€ 1,383 M€ 2,405 M€ MÉTHODE DE CALCUL : 1 ère levée de fonds, intervenant dans les 3 premières années d’existence d’une entreprise numérique, sur la base des informations connues par les partenaires. Capital-risque et capital développement : liste des investissements supérieurs à 1M€ dans des entreprises du territoire, chaque année sur les trois dernières années Figurent dans le tableau suivant toutes les levées de fonds connues supérieures à 1 M€ pour les entreprises numériques, à la fois en capital-amorçage, en capital-risque et en capital-développement, en 1 ou plusieurs fois, pour les entreprises de la zone d’emploi de Rennes.
  9. 9. 9 Nom de l’entreprise (année de création) Brève description Code postal Nom du dirigeant Montant levé (M€) Investisseur régional (oui/non) ENVIVIO (2000) Développement et commercialisation de solutions de convergence IP. Solutions de convergence vidéo sur IP. (siège de l’entreprise à San Francisco - Rennes abrite le centre R&D, soit 110 salariés sur 160) 35136 Julien SIGNES 38 (2012) 2 non FLEXYCORE (2008) Développement de solutions logicielles pour les téléphones mobiles 35700 Gilbert CABILLIC 16,9 3 (2013) non 1,5 (2011) non AVIWEST (2008) Étude, développement et commercialisation de produits TV numérique 35760 Erwan GASC 2 (2011) non KERLINK (2004) Fournisseur de solutions M2M d´interconnexion d´équipements distants 35235 William GOUESBET 1,5 (2013) non HOLIDAY & CO (2007) Camping-and-co.com est une société technologique connectée aux principaux logiciels utilisés par les campings et propose ainsi en temps réel les séjours disponibles et la réservation dans 10 pays d'Europe. 35270 Guillaume PATRIZI 1,5 (2012) non ARIADNEXT (2010) Fournisseur de solutions innovantes pour la dématérialisation et la sécurisation des données 35700 Guillaume DESPAGNE 1,3 (2010) non CAILABS (2013) Développement et commercialisation de systèmes optiques innovants pour les télécommunications et l'usinage laser. 35000 Jean-François MORIZUR 1 (2013) non UBIKOD (2008) Éditeur d’une solution SaaS de marketing mobile (changement dénomination et siège en mai 2012 : Capptain, enregistré à Paris) 35000 Laurent LATHIEYRE 1,2 (2012) 4 non INNES (2005) équipementier audiovisuel français spécialisé sur le marché de l’affichage dynamique 35000 Franck DUPIN 1 (2013) oui &non MOBILITY TECH GREEN (2009) Fournisseur d’e-colibri, solution logicielle destinée à gérer et à optimiser un parc automobile et des véhicules en libre-service ou en autopartage. 35000 Didier HOUAL 0,3 (2014) oui 0,2 (2012) oui 0,6 (2010) oui NELI TECHNOLOGIES (2008) Diffusion sur réseaux domestiques via la technologie CPL des flux issus des tuners TNT 35650 Issam AGLAN 0,35 (2012) oui & non 0,6 (2010) oui & non 0,32 (2008) oui ARCHIVIDEO (1985) Production d'images de synthèse 3D pour les métiers de l'architecture, de la construction et de l'aménagement du territoire. Éditeur de logiciel dédié à l'urbanisme et de services web en cartographie. 35000 François GRUSON ? (2013 5 non 2 Cette levée de fonds correspond à l’introduction d’Envivio au Nasdaq en avril 2012 (50 M$ levés) 3 Rachat par Google en octobre 2013 4 Capptain a fait l’objet d’un rachat par Microsoft en mai 2014 5 Rachat par Dassault Systèmes en avril 2013
  10. 10. 10 Événements professionnels destinés aux acteurs du numérique L'écosystème rennais est très dynamique et propose aux acteurs du numérique une typologie variée d'évènements dont le nombre annuel est supérieur à 250. Parmi ceux-ci figurent notamment les évènements organisés par la Cantine numérique, par la technopole Rennes Atalante, par le pôle de compétitivité Images & Réseaux, par la Meito, etc. Liste de lieux d’animation et d’accueil de startups (« cantines », incubateurs, pépinières, espace de co-working, etc.) sur le territoire Nom du lieu Type de lieu Description Code postal Dimensionnement La Cantine Numérique Cantine – Espace de présentations, coworking, …etc Depuis 2010, open space au centre de Rennes favorisant les croisements entre les différentes communautés du numérique alliant coworking et animation. 35000 200 m 2 (coworking : 15 pers. et animation : 130 pers.), 200 évènements par an L’annexe (de la Cantine) Espace de coworking et espace d'accélération de projets Lieu proche de la Cantine Numérique au centre de Rennes inauguré en 2013, visant à accélérer les projets de potentiels futurs créateurs de startups adossé à une communauté active (coachs, serial entrepreneurs, …) avec un programme d'animations et de coaching. 35000 200 m² pouvant accueillir des porteurs de projets en résidence ou temporairement. Projet d'extension à court terme, car forte demande. Espace Créateur de Rennes Atalante Incubation Bureaux équipés dédiés à l’'incubation de projets, gérés par la technopole Rennes Atalante. 35510 120 m 2 , pour accueil simultané de maximum 5 projets Pépinières Gallium et Germanium Pépinières d'entreprises publiques de Rennes Métropole Pépinières créées en 1987 dédiées aux entreprises technologiques innovantes du numérique/TIC. Destinées à être remplacée par une nouvelle pépinière numérique en 2016. Les entreprises y sont hébergées en moyenne pendant les 5 années post-création, avec un loyer progressif qui tend vers le prix du marché au bout des 5 ans, et une souplesse locative. Les pépinières Gallium et Germanium ont hébergé environ 100 entreprises depuis 2000. 35700 3 780 m 2 , permettant l'accueil simultané d’un maximum de 40 entreprises Incubateur Télécom Bretagne Incubateur / Pépinière d’entreprises Télécom Bretagne, école d’ingénieurs reconnue et réputée, a développé sur son campus de Rennes un incubateur d’entreprises depuis 2001. Il permet d’accueillir des projets d’entreprises à vocation technologique et à potentiel de croissance, les essaimages de la recherche de l'école, ainsi que l'émergence de projets issus de la communauté Web. L’accompagnement de ces porteurs et le lien avec les enseignants-chercheurs de l’école est facilité par la présence d’un animateur de cet incubateur. De plus, les entrepreneurs sont confrontés 3 fois par an à des jurys nationaux de créateurs, d'industriels et de financeurs à travers 2 outils internes de financement : le prêt d'honneur Télécom et le fonds d'amorçage 3T Capital. 35510 Actuellement, 250 m 2 pour 10 bureaux individuels et une salle de réunion partagée. De nouveaux locaux sont en construction pour porter la surface à 500 m 2 , avec des bureaux individuels, un espace de pré- incubation en open- space et un showroom.
  11. 11. 11 Nom du lieu Type de lieu Description Code postal Dimensionnement Centre de co- localisation EIT ICT Labs Incubateur / espace de coworking et de réunions Situé sur le campus de Beaulieu, à proximité la technopole Rennes Atalante, il offre un lieu privilégié de rencontre, d’animation et de communication ouvert à tous les acteurs rennais de l’innovation, de la création d’entreprise et du développement économique. Il permet également l’accueil temporaire de chercheurs et d’étudiants porteurs de projets d’entreprises en phase de maturation ainsi que l’hébergement de PME européennes en situation de "soft landing". 35700 bureaux, open-space, salles de réunion et de cours dans un espace rénové et convivial de 180 m 2 dans des locaux de l’Université de Rennes 1 ; 430 m 2 à partir de fin 2015. Ubiplex Espace de coworking À 20 minutes de Rennes, dans un cadre verdoyant, un château de 1858 et de 2 000 m 2 héberge les salariés de l’entreprise Ubiflow et l’Ubiplex, espace de coworking privé ouvert aux startups et aux freelances, qui partagent un accès partagé à l’espace détente et à l’espace restauration. 35830 32 postes de travail équipés en open space, et salle de réunion dédiée aux occupants de l’open space. Maison des associations Espace de coworking, réunions et incubateur de projets Ouverture début 2015 au centre-ville, gérée par l’association Bug pour accompagner l’émergence de projet et la création d’activités issues du monde associatif. 35000 2 000 m², espace de prototypage (FabLab), open space et salles de réunion. LabFab Espace de fabrication numérique Ouvert depuis mai 2012 à l’École Européenne Supérieure des Arts de Bretagne afin de partir des usages du numérique et du travail d’artiste pour produire des objets ou des services. Extensions dans une dizaine d’espaces numériques sur la ville de Rennes afin de mailler le territoire en proximité. 35000 400 m², imprimantes 3D, découpeuses laser, cartes électroniques, bibliothèque de capteurs, …etc. Environ 50 projets en cours. Les lieux ci-dessus sont dédiés préférentiellement ou exclusivement à des activités numériques. Il existe également sur le territoire une offre généraliste d’accueil de salariés (co-working, espaces de télétravail) et d’entreprises en création (pépinières), dans laquelle peuvent être et sont hébergés des projets numériques :  Pépinières d’entreprises de la CCI Rennes (1 600 m 2 ) ;  Pépinières d’entreprises généralistes de Rennes Métropole (Orchis, Nucléole et Haut-Blosne, 3 200 m 2 ) ;  Les Petits Bureaux, association qui permet à des créateurs d’entreprise en phase de démarrage, d’être accueillis au sein d’une entreprise existante disposant de bureaux vides, ce qui permet de partager et d’échanger les expériences et d’accéder à des locaux à un tarif modéré ;  3 centres d’affaires Buro Club, pour 90 bureaux et 2 500 m 2 au total, offrant des locations de bureaux, salles de réunion, postes de travail en open-space pour des durées flexibles y compris de manière ponctuelle) ;  Centre d’affaires Alizés, 60 bureaux pour 1 800 m 2 , location en durée flexible y compris de manière ponctuelle.
  12. 12. 12 Conférences professionnelles récurrentes internationales destinées aux acteurs du numérique Nom de l’événement Brève description Date de création Date approximative chaque année Nombre de participants Nombre de participants étrangers Opportunités Digitales Un lieu de rencontres pour tous les acteurs francophones du numérique : c’est ainsi que se définissent ces « Opportunités digitales » que lancent Rennes Métropole et Québec International, l’agence de développement économique de la région de Québec. 2014 mi-octobre 400 30% (Québec et autres pays francophones) Stunfest Festival de jeux vidéo d'envergure européenne spécialisé dans le retrogaming et les jeux de combat. Il est organisé chaque année par l'association rennaise 3 Hit Combo. Au fil des années le festival a évolué, proposant également des concerts, des conférences, des projections, des animations, du rétro- gaming, des bornes d’arcade et des jeux musicaux, et plus récemment des espaces dédiés aux jeux vidéo indépendants 2005 début mai 12 000 Environ 10% Manifestations professionnelles récurrentes nationales destinées aux acteurs du numérique Nom de l’événement Brève description Date de création Date approximative chaque année Nombre de participants Les Rencontres du Grand Ouest Mise en relation d’entreprises en recherche de financement avec des investisseurs locaux et nationaux 2000 Oct/nov 80 à 100 dont 50% investisseur, 50% entreprises Start West Concours d’entreprises innovantes à la recherche de financement en amorçage et création. Présentation des entreprises sélectionnées devant un panel d’investisseurs. L’événement est organisé en alternance entre Rennes et Nantes. 2001 avril Environ 20 projets sélectionnés chaque année
  13. 13. 13 Nom de l’événement Brève description Date de création Date approximative chaque année Nombre de participants Trophées Loading The Future Dispositif dédié aux projets de R&D collaborative labellisés par le pôle Images & Réseaux et qui se différencient en intégrant à la fois une rupture technologique et des usages innovants. L’objectif est de mettre en valeur la diversité des projets réalisés dans les domaines d'excellence du pôle et de récompenser et faire connaître les plus audacieux, les plus innovants, les plus aboutis en terme de potentiel économique. 2011 mi-octobre de chaque année Une moyenne de 12 projets en compétition chaque année. Un public de 150/180 personnes Startup Weekend Évènement se déroulant sur 54h réunissant en un lieu unique une centaine de participants qui ont pour seul objectif de créer des startups viables en 54h. 2010 (monde) 2014 (Rennes) Dernier week- end de mars 150 Lean Startup Machine Workshop de 3 jours basé sur la construction d'un business model. Lean Startup Machine (LSM) est une expérience immersive de 48 heures, pas une conférence, pas un hackathon. Rennes est la 2 ème ville française après Paris à accueillir un LSM. 2012 (monde) 2014 (Rennes) Dernier week- end de juin 100 C&ESAR C&ESAR, Computer & Electronics Security Applications Rendez-vous, sont des journées d'échanges et d'information couvrant divers thèmes du domaine de la sécurité des systèmes d'information, organisées par DGA- Maîtrise de l'Information et ses partenaires. 1997 Fin novembre 300
  14. 14. 14 Entreprises au développement le plus emblématique depuis trois ans, incarnant le mieux la dynamique entrepreneuriale et d’innovation de l’écosystème, et sur lesquelles la French Tech Rennes pourra construire sa communication internationale Artefacto Artefacto est spécialisée dans la simulation 3D et la réalisation d’applications virtuelles pour les secteurs de l'architecture, l'urbanisme, la muséographie et le transport. Nom du dirigeant Valérie COTTEREAU Année de création 2000 CA 2010 1,5 M€ CA 2012 2,2 M€ Effectif 2013 45 Cumul des levées de fonds 2011-2013 - Artefacto a réalisé un chiffre d’affaires de 2,2 M€ en 2012, en croissance de plus de 50% par rapport à l’exercice précédent, et vise un chiffre d'affaires de 3 M€ d’ici à fin 2014. Après avoir ouvert en 2013 un bureau commercial sur la 5e Avenue à New York, Artefacto voit confortée l’extension de son activité à l’international, et notamment le marché américain. L’entreprise s’est illustrée plusieurs fois au salon annuel Wanted Design qui regroupe des grands designers et des architectes de la scène internationale, tel que Grimshaw qu’elle compte parmi ses fidèles clients. Elle était présente cette année à l’AWE, salon mondial de la réalité augmentée à Santa Clara. Pour accompagner son développement, l’entreprise a renforcé son équipe managériale et vient d’emménager dans de nouveaux locaux à Betton, à côté de Rennes. Astellia Leader mondial de solutions d'analyse de la performance des réseaux de téléphonie mobile et de l'expérience des abonnés. Nom du dirigeant Christian QUEFFELEC Année de création 2000 CA 2011 33,9 M€ CA 2013 47,3 M€ Effectif 2013 310 Cumul des levées de fonds 2011-2013 - (8 M€ levés fin 2007 lors de l’introduction sur le marché Alternext) Astellia fait figure aujourd’hui de « Pure Player », 100% dédié à l’optimisation des réseaux. Elle bénéficie d’une expertise télécom reconnue. Elle offre une vision globale des réseaux mobiles, des équipements réseaux (QoS) à l’utilisateur final (QoE). En 2013, son chiffre d’affaires a atteint 47,3 M€, dont 77% à l’international. Ces quatre dernières années, Astellia a travaillé avec 200 opérateurs mobiles différents, représentant 1 milliard d’abonnés monitorés. L’entreprise a ouvert des filiales à New York, Singapour, Beyrouth, Rio de Janeiro, Pretoria, New Delhi, Prague et Saint-Petersbourg. Le développement de l’entreprise est continu depuis sa création, et s’est renforcé début 2014 par l’acquisition de 100% du capital de l’entreprise espagnole Ingenia Telecom, spécialiste de l’optimisation radio des réseaux mobiles. Parmi les distinctions obtenues par Astellia, figurent le prix Stratégie Innovation Export du Moci obtenu en 2013, le prix EnterNext Ouest 2013 – Deloitte Fast 50 ou celui de la PME la plus attractive dans la région Ouest selon RegionJob (2011). Astellia va regrouper ses équipes dans un nouveau siège de 5 000 m² mi-2014 sur l’agglomération rennaise.
  15. 15. 15 Digitaleo Mise à disposition des entreprises et des points de vente d'une plateforme de cloud marketing leur permettant de piloter en temps réel leurs actions de marketing digital via SMS, site mobile/QRcode, email, vocal, réseaux sociaux et tablettes tactiles. Nom du dirigeant Jocelyn DENIS Année de création 2004 CA 2010 2,5 M€ CA 2012 5,8 M€ Effectif 2013 55 Cumul des levées de fonds 2011-2013 - Digitaleo vise un chiffre d'affaires de 8 M€ en 2014, dont 20 % consacrés à la recherche-développement. Elle possède un portefeuille de 2 500 clients en France, avec des ambitions à l'international. L’entreprise vient d’emménager dans de nouveaux locaux, au sein d’une ancienne fabrique d’armement du XIXème siècle. L'aménagement comme l'organisation du travail s'inspire des géants du net implantés en Californie, dans la Silicon Valley. Ce bâtiment accueillera un programme d’accélération de startups et les équipes de Digitaleo, qui pourraient atteindre 100 personnes à horizon 2016. Digitaleo figure dans le classement du Deloitte Fast 500 EMEA depuis 2010, et a mis en œuvre une stratégie de management participatif qui lui a valu d’être première au classement national des PME du Palmarès Employeurs 2013 de RégionsJob. Envivio Développement et commercialisation de solutions de convergence IP. Solutions de convergence vidéo sur IP. Nom du dirigeant Julien SIGNES Année de création 2000 CA 2010 8,8 M€ CA 2013 14,8 M€ Effectif 2013 96 Cumul des levées de fonds 2011-2013 50 M$ levés au Nasdaq en avril 2013 Envivio, entreprise créée en 2000 d’un essaimage de France Télécom à Rennes, possède son siège à San Francisco et son centre R&D à Rennes (entité Envivio France). L’ensemble atteint un CA de 43M$ en 2013 pour un effectif de 160 salariés. Avec plus de 300 clients dans le monde (répartis dans plus de 50 pays), aujourd’hui, Envivio est le leader de la transformation vidéo sur les nouveaux écrans, travaillant notamment avec les plus grands opérateurs de télécoms, fournisseurs d’accès à Internet, opérateurs de services mobiles, etc. Dix-sept brevets mondiaux protègent les innovations de l'entreprise technologique qui s'est introduite au Nasdaq. Envivio possède des bureaux commerciaux à Rennes, Pékin, Singapour, Tokyo, Londres et Paris.
  16. 16. 16 Etiam Éditeur-opérateur de logiciels/services de téléimagerie médicale et de télémédecine. Conception, développement et commercialisation/exploitation. Nom du dirigeant Eric LE BIHAN Année de création 1996 CA 2010 3,5 M€ CA 2013 5,1 M€ Effectif 2013 49 Cumul des levées de fonds 2011-2013 - Etiam réalise 35% de son CA à l'export, et s'appuie sur la présence de salariés aux USA, Allemagne, Belgique, Suisse, Chine. En 2013, signature d'un contrat à 2 M€ avec la DGA en partenariat avec Cassidian portant sur la fourniture d’une plateforme de télé-expertise reliant les sites d’opération extérieure aux 9 hôpitaux des armées. L'entreprise est impliquée dans l’IRT b<>com. Création en 2013 du consortium industriel ECC avec Consort-Santé (Neuilly-sur-Seine), société d'intégration et d'infogérance de solutions technologiques, et Covalia Interactive (Besançon), éditeur de logiciels collaboratifs pour la télémédecine et le télédiagnostic, avec pour ambition de devenir le premier opérateur français de télémédecine Golaem Éditeur de logiciel d'animation de personnages numériques pour les artistes des studios de l'industrie Media & Entertainment qui doivent peupler des arrière-plans et second-plans de films, séries, publicités et jeux vidéo. Nom du dirigeant Stéphane Donikian Année de création 2009 CA 2011 88 k€ CA 2013 169 k€ Effectif 2013 12 Cumul des levées de fonds 2011-2013 900k€ (300k€ en 2011 et 600k€ en 2013) Golaem est issue de travaux de recherche à Inria Rennes Bretagne Atlantique, et est lauréat du Concours National d’Aide à la Création d’Entreprises de Technologies Innovantes du Ministère de la Recherche, en émergence en 2008 et en création- développement en 2009. 85% de son chiffre d'affaires est réalisé à l'étranger principalement aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, au Brésil et au Japon. Le logiciel Golaem Crowd est utilisé pour peupler les arrières plans de publicités partout dans le monde (Nike, Lipton, Nissan, PSA, Honda, Orange, AT&T, Budweiser, Brahma, Capital One, Crédit Suisse, Paco Rabanne), de plusieurs séries américaines (Game Of Thrones, Walking Dead, Nashville), de films de fiction (Warm Bodies, Astérix et Obélix au service de sa majesté, Der Medicus, When the Game Stands Tall, et plusieurs blockbusters en cours sortant en 2014/2015), de films d'animation (Metegol en Argentine, Buddha2 au Japon), ou encore de tele novelas, téléfilms, documentaires historiques et autres cinématiques de jeux vidéo. Objectif de CA 2014 : 800 k€.
  17. 17. 17 Kerlink Conception et développement de solutions Machine To Machine (M2M) et Internet des Objets (IoT). Nom du dirigeant William GOUESBET Année de création 2004 CA 2010 2,56 M€ CA 2012 3,75 M€ Effectif 2013 45 Cumul des levées de fonds 2011-2013 1,5 M€ (2013) Kerlink souhaite se positionner sur un nouveau créneau : la télérelève de compteurs d’énergie. Kerlink a ainsi été retenue en 2013 par GrDF dans le cadre du contrat Gazpar de 600 M€ (seule PME attributaire) pour relever à distance les 11 millions de compteurs à gaz français. En 2014, la société vise un chiffre d’affaires de 6 M€ et espère dépasser les 10 M€ en 2015 avec 50% de son chiffre d'affaires à l’international, pour 15% aujourd'hui. Mediaveille Mediaveille est l'une des principales agences digitales (stratégie et prestations webmarketing) de la moitié Ouest de la France. Organisée autour de 8 expertises (stratégie digitale, webmarketing, webanalyse, référencement naturel, réseaux sociaux, veille stratégique, ergonomie et formations), Mediaveille s'attache à comprendre les nouveaux usages des internautes et à adapter les usages des annonceurs à ces nouvelles opportunités innovantes. Nom du dirigeant Olivier Méril Année de création 1999 CA 2010 1,6 M€ CA 2013 6,1 M€ Effectif 2014 37 personnes Cumul des levées de fonds 2011-2013 - Mediaveille connaît un important développement ces 4 dernières années (+620% de CA). Le CA prévisionnel pour 2014 est de 8 M€. Elle est devenue une des agences digitales les plus performantes sur le marché français (reconnue Agence Google Partner) grâce aux résultats obtenus pour ses clients et la montée en compétences des équipes via des certifications officielles (Google Analytics, Google Adwords ou Voltaire pour la rédaction). Niji Société de conseil, de design et de technologies dédiée aux usages de la convergence numérique. Nom du dirigeant Hugues Meili Année de création 2001 CA 2010 31 M€ CA 2012 35,3 M€ Effectif 2013 430 Cumul des levées de fonds 2011-2013 - Créée en 2001 à Rennes et présente à Nantes, Paris, et Lille, l’entreprise connaît une croissance continue depuis sa création. Recrutement prévisionnel en 2014 de 140 personnes (dont 30 à Rennes) Niji a expérimenté avec l’équipe.fr la 1ère application Google Glass réalisée en Europe en 2013
  18. 18. 18 RegionsJob Éditeur de sites internet d’emploi et de formation. Nom du dirigeant Jérome Armbruster Année de création 2000 CA 2010 20 M€ CA 2012 28 M€ Effectif 2013 170 Cumul des levées de fonds 2011-2013 - 1 er site français privé de gestion de carrière, RegionsJob est aujourd’hui un acteur majeur de l’emploi et de la formation sur Internet. Lancé en 2000 depuis Rennes par 3 co-fondateurs, ce pionnier de l’emploi en ligne en France a su rester précurseur dans l’application des technologies web au monde du travail en adaptant son offre de services aux mutations profondes des usages depuis 14 ans. D’un site concept lancé dans l’Ouest, la startup a déployé un réseau national de sites régionaux d’emploi, de formation et de blogs répondant à tous les besoins des candidats, des entreprises et des centres de formation. Ce succès rapide et constant - croissance à deux chiffres pendant plus de 10 ans - tient tant au positionnement régional unique sur le marché qu’à une forte capacité d’innovation de la société. Actuellement, 28 000 offres d’emploi et 70 000 offres de formation sont proposées en ligne sur tous supports (desktop, mobile et tablette). Chaque mois 1,5 millions d’internautes utilisent les sites RegionsJob.com et MaFormation.fr pour évoluer professionnellement. En moyenne, ce sont 500 personnes qui sont recrutées chaque jour grâce à RegionsJob. Secure-IC Fournisseur de technologies de protection des systèmes électroniques embarqués vis-à-vis d'attaques malveillantes et de menaces cyber. Nom du dirigeant Hassan TRIQUI Année de création 2010 CA 2011 254 k€, 650k€ en 2012, 1,2M€ en 2013 CA 2014 (prévision) 2,5 M€ Effectif 2013 25, environ 30 fin 2014 Cumul des levées de fonds 2011-2013 (autofinancée) Secure-IC, startup rennaise née en 2010 d'un essaimage de l'Institut Mines-Télécom, connaît un développement important et continu depuis sa création. Son marché de portée mondiale (80% du CA à l’export) vient de la conduire à créer un bureau commercial à San Francisco, dans la Silicon Valley, après s'être installée à Singapour pour couvrir la zone Asie-Pacifique. Secure-IC a remporté le prix de la startup de l’année 2012 des Electrons d’Or, ainsi que le trophée Sésames 2013 au salon Cartes Secure Connexions Event, rendez-vous mondial de la carte à puce. Sur un marché de l’Internet des objets en fort développement, Secure-IC licencie des technologies permettant de rendre cyber-résilients les objets connectés.
  19. 19. 19 Taztag Création d’équipements mobiles sécurisés intégrant de multiples technologies comme le sans-contact et l’identification biométrique, sur des architectures de plateformes hautement sécurisées. Nom du dirigeant Eric FOUCHARD Année de création 2008 CA 2011 Environ 1 M€ CA 2013 Environ 4 M€ Effectif 2013 26 Cumul des levées de fonds 2011-2013 600 k€ levés en 2012 80% du chiffre d’affaires à l'export Participation au CES de Las Vegas depuis 2009 Participation au French Tech Tour 2009 à San Francisco Participation au MWC depuis 2009 ; en 2014, l'entreprise présentait son smartphone et sa tablette, tous deux dotés d'un lecteur d'empreinte digitale. Participation à l'incubateur de Nestadio Zgarage dans la Silicon valley en 2012
  20. 20. 20 1.2 Un écosystème mobilisé pour la croissance de ses startups numériques Des entrepreneurs emblématiques engagés Douze entrepreneurs du territoire, présentés ci-dessous, ont été choisis comme incarnant le mieux la dynamique entrepreneuriale et l’implication de l’écosystème rennais pour le développement de ses startups et entreprises de croissance, et pouvant contribuer à la communication internationale de la French Tech. Pierre BERTHOU, Directeur Général de FUTURSKILL DIGITAL Pierre Berthou, 51 ans, est un entrepreneur Rennais dans le domaine du numérique et plus particulièrement dans la formation digitale (e-learning). Après avoir créé en 1996 une société dans le domaine de la formation, il met au point avec ses équipes en 1999, une des premières plates-formes d’e- learning en France. Il crée en 2001 la société Syfadis et poursuit le développement et la commercialisation en mode SaaS du logiciel éponyme. L’entreprise devient en quelques années le leader français des LMS (Learning Management Systems). En 2010, la société Syfadis est achetée par le groupe américain Manpower qui crée un pôle de services autour de la formation digitale, via une nouvelle filiale (FuturSkill). Aujourd’hui, Pierre Berthou est Directeur Général de FuturSkill Digital qui continue le développement et la commercialisation du LMS Syfadis Suite, en France et à l’international. Son engagement patronal prend forme au CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) dont il sera président pour l’Ille et Vilaine puis comme membre du bureau national pendant 4 ans. Pierre Berthou est aujourd’hui élu de la CCI de Rennes, membre du CA de la technopole Rennes Atalante et membre du CA de la Cantine Numérique de Rennes. Laurent BOUILLOT, PDG de SIRADEL C'est au sortir de sa thèse que Laurent Bouillot, diplômé de l'Insa de Rennes, fonde SIRADEL dont les activités sont le dimensionnement des infrastructures internationales de réseaux radio (2G, 3G, 4G, Wifi, Internet des objets, smart grid…), ainsi que la production massive de données 3D urbaines géoréférencées. Laurent Bouillot s'implique dans différentes instances du territoire telles que le pôle Images & Réseaux, la technopole Rennes Atalante ou l’IRT b<>com. En 2012, avec 20 autres PME/ ETI de la région Bretagne, il fonde et préside le GIE PME Numériques pour fédérer les PME et leur permettre de participer aux innovations de b<>com et à leur exploitation économique. Membre du réseau BPI Excellence, Laurent Bouillot contribue au rayonnement national et international du territoire rennais en participant à des missions françaises à l’étranger, notamment avec BPI et Ubifrance. Siradel fait partie du groupement d’entreprises françaises sélectionné en 2014 par l’Etat afin de développer un simulateur 3D de la ville durable, permettant de faire la promotion de l’industrie française à l’étranger dans le domaine de la fourniture d’infrastructures de la ville durable connectée.
  21. 21. 21 Joël CHERITEL, PDG de RETIS Autoditacte, Joël Chéritel a fondé et dirige Rétis, spécialisée en infrastructure de réseaux et de communications depuis 1993. Basée à Montauban-de-Bretagne (35), cette société est reconnue pour ses compétences dans la conception et l'intégration de solutions innovantes de communications unifiées, de réseaux, de sécurité et de câblage informatiques. Joël Chéritel est très impliqué dans l’économie locale. Précédemment président de l’Union des Entreprises d’Ille et Vilaine depuis 2006, il a été élu à la présidence du MEDEF Bretagne en décembre 2013. Valérie COTTEREAU, PDG d'ARTEFACTO Architecte, Valérie Cottereau débute sa carrière en travaillant pour le compte de cabinets rennais. Mais son goût pour la nouveauté et le challenge, ainsi que l’émergence des logiciels 3D l’amène à créer Artefacto en 1998. L’entreprise est alors centrée sur la création des premières images virtuelles pour le secteur du bâtiment et s’illustre notamment par la réalisation de films 3D permettant de faire découvrir aux rennais leur futur métro. Quinze ans plus tard, l’évolution des technologies et la recherche active menée au sein de l’entreprise lui permette d’être pionnière en matière de réalité augmentée 3D. Ses principaux secteurs d’activités sont les secteurs de l’architecture, de la promotion immobilière, de l’urbanisme, des transports, de la muséographie et du patrimoine. Très active, Valérie Cottereau a toujours eu à cœur d’impliquer Artefacto dans l’écosystème breton en participant activement aux actions menées par les pôles de compétitivité, Rennes Atalante, mais aussi de façon plus large à des actions pour le développement économique de Rennes métropole. En 2013, le jury des Oscars d’Ille-et-Vilaine récompense son parcours en lui remettant l’Oscar de la maîtrise des sciences et technologies. Forte de cette croissance constante, Valérie Cottereau construit le siège social d’Artefacto avec des bureaux à l’image de l’entreprise, ouvre un bureau à New York la même année, et exporte le savoir-faire et les technologies d’Artefacto dans de nombreux pays. Elle devient également membre du conseil d’administration de l’ENS Rennes. 2014 continue sur cette lancée : poursuivre le développement de l’entreprise dans un cadre maîtrisé est le leitmotiv de Valérie. En parallèle, elle participe au plan réalité augmentée dans le cadre des 34 plans de reconquête industrielle du pays. Elle s’investit également auprès de la métropole dans le cadre de la French Tech ainsi que dans des projets visant l’internationalisation des entreprises. Jocelyn DENIS, PDG de DIGITALEO Jocelyn Denis est diplômé de l'ESCEM, école de commerce de Tours, et de l'Université de Leicester en marketing international. Après avoir débuté sa carrière au sein d'entreprises telles que Kraft Food et Guillemot Corporation, il fonde Digitaleo à Rennes en 2004. En tant que membre du réseau entreprendre Bretagne depuis plusieurs années, et un des parrains de Yao !, fonds de dotation pour la jeunesse de Bretagne, Jocelyn Denis partage son expérience d'entrepreneur et s'implique auprès de créateurs d'entreprises en mentorat et en tant qu'investisseur. Il a le projet de fédérer autour de lui un groupe d'investisseurs s'impliquant dans un programme d'accélération privé, La Fabrique, qui accueillera des entreprises du numérique en création et en développement dans des locaux adossés à ceux de Digitaleo, dans un ancien bâtiment industriel réhabilité.
  22. 22. 22 Gérard FARIA, co-fondateur et directeur scientifique de TEAMCAST Gérard Faria est électronicien, diplômé de l’Université Paris-Sud. Dès 1978, au sein de grandes compagnies industrielles françaises (Thomson - Division Simulateur, Avions Marcel Dassault) il débute sa carrière comme membre puis comme responsable d’équipes de conception et de développement de générateurs d’images de synthèse et d’équipements de télécommunications. En 1988, il est co-fondateur de la société ITIS (Innovation Télécommunications Image et son) dont il assure la Direction Technique. Outre les développements spécifiques à la demande des clients, son département de R&D conçoit et réalise les deux gammes de produits professionnels destinés aux réseaux de diffusion hertzienne de Télévision Numérique et de Radio Numérique, qui deviendront des produits leaders sur leurs marchés respectifs. En 1994, ITIS quitte la région parisienne pour l’agglomération rennaise et lors du rachat d’ITIS par le groupe américain HARRIS en 1997, Gérard FARIA est nommé directeur de la recherche de la nouvelle structure. En 2003, il fonde avec Jean-Luc Pavy sa seconde startup Teamcast, où il exerce les fonctions de directeur général et s’implique dans la normalisation des systèmes de transmissions terrestres & satellitaires. Membre, dès l’origine, de la gouvernance du pôle Images & Réseaux, Gérard Faria en est aujourd’hui le Vice-Président PME. Pour soutenir la croissance à l’international de Teamcast, Gérard Faria contribue à construire l’avenir du broadcasting par ses actions de communication scientifique et par son active participation aux forums mondiaux du secteur (DVB, ATSC, FOBTV, 5G PPP). Christian GUILLEMOT, co-fondateur d'UBISOFT, fondateur et Président d'AMA Entrepreneur, co-fondateur de UbiSoft (l’un des leaders mondiaux de l’industrie du jeu vidéo employant 16 000 personnes), Guillemot Corp, Gameloft & Longtail Studios Inc, Co-fondateur et CEO de Advanced Mobile Applications Ltd. (AMA). AMA a été créée en 2004 et s’est installée à Rennes en 2012. La société développe des logiciels de divertissements interactifs pour mobiles, smartphones, tablettes et télévision, et objets connectés. AMA peut utiliser les ressources (ingénieurs, chercheurs…) et acteurs du territoire (LabFab pour du prototypage rapide) comme terrain d’expérimentations : 1 ère mondiale avec la réalisation d’opération chirurgicale entre Rennes et le Japon avec des lunettes Google, 1 ère télémédecine réalisée entre des infirmières visitant des patients en EHPAD et un médecin spécialiste à distance, plateforme connectée innovante avec le Crédit Mutuel de Bretagne, etc. Entre AMA et les acteurs rennais, les champs de développement des objets connectés sont multiples : chirurgie, finance, divertissement… Christian Guillemot est par ailleurs le créateur de la Nurserie Numérique de Malestroit. Régis LE ROUX, Président et fondateur d' ENENSYS TECHNOLOGIES Régis Le Roux est Ingénieur en électronique (Insa Rennes et Université de Strathclyde, à Glasgow, en Ecosse), et diplômé d’un Master Ingénieur d’Affaires de l'École Nationale Supérieure des Télécommunications de Bretagne. Il a occupé plusieurs postes en Marketing et Business Development au sein de sociétés du monde de la TV Numérique comme Wandel & Goltermann, Thomson Broadcast Systems et TDF-CCETT.
  23. 23. 23 En 2004, il crée la société ENENSYS Technologies, spécialisée dans les équipements d’infrastructure pour la télévision numérique. La société, dont toute la R&D est basée à Rennes, réalise un Chiffre d’Affaires de 10M€ et exporte 90% de ses produits et est leader mondiale sur la nouvelle norme de diffusion DVB-T2. Il est très investi dans la Technopole Rennes Atalante dont il est administrateur depuis 2007 et membre du bureau depuis 2011. Il a également occupé des fonctions d’administrateur au sein du Pôle Images et Réseaux et du Réseau Entreprendre Bretagne. Vincent MARCATTE, Directeur Open Innovation d'ORANGE LABS Vincent Marcatté est directeur Open Innovation d’Orange Labs Recherche. Il préside le pôle de compétitivité Images & Réseaux depuis 2008 ainsi que l’Institut de recherche technologique b<>com depuis fin 2012. Très impliqué dans le développement des écosystèmes de recherche et d’innovation locaux et dans la reconnaissance du numérique comme un élément majeur d’innovation et de développement économique, il a été l’un des rares français membres de l’ISTAG, organisme de conseil pour la Commission Européenne sur l’orientation stratégique de la recherche en TIC. Homme de défis et d’engagement, triathlète accompli, il préside Images & Réseaux avec une ambition : le hisser dans le groupe de tête des clusters mondiaux de l'audiovisuel et de l'Internet du futur. Sous sa présidence, le pôle a poursuivi sa croissance de manière exceptionnelle tant en terme d’adhésions que de projets collaboratifs de R&D avec une implication très forte des PME. C’est également sous son pilotage que s’est monté et créé l’IRT b<>com dédié aux technologies du numérique pour les usages de la société digitale avec toujours la même ambition : innover pour le bien commun en visant l’excellence au niveau mondial. Chez Orange, il est notamment responsable du renforcement de l’implication du Groupe dans les écosystèmes locaux d’innovation et s’implique particulièrement sur le lien avec les PME. Dans son parcours professionnel, il a d'abord contribué à la création de la première plateforme Internet qui a donné naissance à Wanadoo. Grâce à son engagement dès les prémices d’Internet, il s’est forgé une réputation d’expert et a représenté Orange plusieurs années au World Wide Web Consortium (W3C). Il a été responsable d'un laboratoire de R&D spécialisé sur la convergence du Web et de l'Audiovisuel dont sont issus trois essaimages (Envivio, Streamezzo, WokUp) avec de nombreux travaux menés sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Missionné par Arnaud Montebourg pour porter le plan "Réalité Augmentée" de la Nouvelle France Industrielle, Vincent Marcatté œuvre au quotidien pour développer les usages dans de multiples secteurs de marché afin d’en faire un levier de croissance pour le territoire. Vincent est diplômé de l'ESIGElec et du programme Executive MBA de l'ESSEC. Marié, père de deux enfants, il vit à Rennes. Hugues MEILI – Co fondateur et Président de NIJI Hugues Meili dispose de plus de vingt-cinq années d’expérience dans les technologies de l’information et de la communication, à des postes de développement et de pilotage d’activités de conseil et de réalisation de dispositifs logiciels. Passionné avant tout par « la chose entreprise », animé d’une vision pratique et utile de l’innovation, il inculque à Niji un esprit entrepreneurial lui permettant de conserver la longueur d’avance sur son marché tout en donnant naissance à des entreprises nouvelles lorsque la nature de leurs modèles
  24. 24. 24 opératoires et économiques le justifie. Solidement ancré en Bretagne, son territoire d’adoption dont il est un fervent défenseur, Hugues Meili s’implique à la fois dans l’accompagnement de plusieurs entreprises régionales de secteurs économiques différents et dans les réseaux parisiens et nationaux appropriés à sa vision de l’évolution de ses marchés de prédilection. Olivier MERIL, PDG de MEDIAVEILLE Autodidacte, Olivier Meril commence sa carrière en 1989 à l'âge de 19 ans comme commercial à Precom Rennes (Goupe SIPA/Ouest France). Chef d'Agence à St Nazaire puis à Vannes, le Groupe Ouest-France lui propose en 2005 un challenge unique : créer la filiale Internet Precom Multimedia, régie de l'ensemble des sites du Groupe Ouest-France (57 sites au total : Ouest-France, Presse Océan, Maine Libre, Courrier de l'Ouest). Partie de rien, l'équipe est rapidement constituée de 20 personnes en fin d'année pour atteindre 40 personnes et 17 millions d'euros sur Internet sur l'Ouest. Cette performance unique en France fait alors de cette filiale l'une des principales régies Internet en France. Dans ses fonctions, il devient le porte- drapeau des Régies Internet de PQR en France en devenant le responsable de la commission publicité dans le Web 66 (référence aux 66 titres de presse quotidienne régionale en France). En 2009, il décide d'entreprendre en rachetant en 6 semaines l'Agence Webmarketing Mediaveille. Une agence performante et reconnue qu'il va transformer et développer à vitesse grand V, faisant passer le chiffre d'affaire de près d'1 million d'euros à 6,1 millions d'euros en 4 ans (+620%) et de 10 à 35 collaborateurs, et faisant de Médiaveille l'agence leader sur la moitié Ouest de la France et l'une des plus performantes de France. Passionné par le monde de l'entreprise, Olivier Méril consacre un temps important pour prodiguer de précieux conseils à de nombreuses entreprises et entrepreneurs du bassin rennais. Il s'implique dans la Cantine Numérique de Rennes et est administrateur de Logoden (Business Angels Rennais). Consigne est donnée à ses équipes de consacrer du temps de coaching pour de nouvelles entreprises afin de les mettre sur les bons rails d'une stratégie digitale efficace. Par sa Holding "MV Group", il investit directement dans de multiples projets Internet pour favoriser leur décollage. Christian QUEFFELEC, Co-Fondateur, et PDG d'ASTELLIA Christian Queffelec est ingénieur diplômé de l’Insa de Rennes et titulaire d’un DEA de l’université de Rennes 1 de traitement du signal et des données statistiques en 1978. Il démarre sa carrière chez Cap Gemini. De 1983 à 1985, il participe à la création sur Rennes de l’activité télécom de SEMA (devenue depuis Atos Origin). En même temps, il contribue en 1984 à la création d’Edixia dont il est président du directoire de 1987 à 2001. De 2001 à 2006, il reste président du conseil de surveillance d’Edixia, jusqu’à sa vente à de nouveaux actionnaires. En 2000, il crée Astellia avec Emmanuel Audousset, Julien Lecoeuvre et Frédéric Vergine. Il est membre du conseil d'administration de la technopole Rennes-Atalante depuis 1996 et de l’École Supérieure de Commerce de Rennes. Par ailleurs, Christian QUEFFELEC est également président du jury régional Bretagne du concours du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes.
  25. 25. 25 Des programmes d’accélération privés Le Booster Présentation du ou des porteurs (entreprises, entrepreneurs, investisseurs) Le Booster est porté par la Cantine Numérique. De nombreuses entreprises sont impliquées dans le dispositif, au travers de leurs dirigeants qui sont mobilisés en tant que mentors (Envivio, Maplatine.com, KelBillet, Aladom, InoFaber, Melyad, etc.). Plus d’infos sur le site internet du Booster. Présentation de l’offre du programme Programme de 9 mois pour transformer des projets émergents, au stade de l'idée (avec ou sans solution déjà existante), en modèle économique viable et adaptable à différentes échelles. Dans l'écosystème startup, on parle du passage de 0 à 1. Pendant ces 9 mois, les startups sont hébergées dans un espace de coworking (ce n'est pas un espace propre à l'accélérateur, l'objectif étant de maximiser les interactions), ont des ateliers/formations (35 au cours des 9 mois), sont accompagnées par une équipe dédiée (1,5 ETP) et un pool de mentors entrepreneurs ou experts (une vingtaine). Date de création septembre 2013 Nombre de startups bénéficiaires à ce jour 6 startups ont bénéficié du programme à ce jour. 20 nouvelles startups pourront intégrer le programme à partir de septembre 2014. Montant des fonds propres investis (capital de la structure, ou bien montant d’un fonds adossé) La première version de l'accélérateur a demandé peu de fonds et a été autofinancée par la cantine : l'espace est principalement financé par les autres coworkers et les locations de salle, 1 ETP bénéficie pendant 2 ans d'un fonds de revitalisation, et la formation est principalement réalisée par l'équipe ou des intervenants externes à titre bénévole pour le moment. Évolutions Voir fiche du Booster version 2013-2014 (cf. 2.4 -Des programmes privés d’accélération de startups et d’entreprises de croissance) SystemGie Présentation du ou des porteurs (entreprises, entrepreneurs, investisseurs) Béatrice Chasle : Présidente Après 5 ans d’ingénierie R&D en Hautes Technologies (Nortel, Mitsubishi) et 10 ans en création et management d’agences commerciales et de bureaux d’études techniques pour les secteurs de la Défense, Industrie et Télécom, Béatrice Chasle poursuit sa démarche d’entrepreneur par la création d’une « coopérative » de TPE/PME innovantes et technologiques. Philippe Demée : Directeur Général Trente ans d’expériences techniques, commerciales et management national et international chez Thales, Alcatel, Motorola ; la création et le développement réussis d’une SSII de 100 ingénieurs, la mise en place et l’administration d’un GIE de 50 partenaires représentant 350 ingénieurs, prédisposent Philippe Demée à collaborer efficacement à la réussite du projet collaboratif de SystemGie. Présentation de l’offre du programme Sous l’égide de la DGCIS, SystemGie contribue à renouer et dynamiser les liens de collaborations entre les clients Grands Comptes et les TPE/PME/PMI innovantes et à globaliser économiquement les achats responsables conformément à la loi et aux « bonnes pratiques » définies par la charte des « relations fournisseur responsables ». SystemGie instaure des synergies de co-développement basées sur un écosystème collaboratif et équilibré propice à l’émergence de l’innovation. SystemGie est agréée recherche et collabore avec le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Marsouin et ses 11 centres de recherche. L’entreprise est agréée "formation" et "cabinet de Consultant" dans le cadre de la médiation Inter-Entreprises. L’agrément a été renouvelé au ministère de l’Économie et des Finances en décembre 2012 et janvier 2014. Date de création Février 2010 Nombre de startups bénéficiaires à ce jour SystemGie regroupe actuellement plus de sept cents partenaires technologiques au service d’une cinquantaine de grands donneurs d’ordres en France et à l’international.
  26. 26. 26 « Success stories » éventuelles ALCATEL-LUCENT International –SystemGie Depuis 2011, Alcatel-Lucent à fait confiance à SystemGie pour gérer sa relation avec l’ensemble de ses TPE/PME sur le territoire national et la communauté européenne. Suite à un appel d’offre national, le ministère de l’Économie et des Finances, avec la DGCIS, a labellisé SystemGie chef de file du Centre Multiservices Partagés pour être un des facilitateurs de la collaboration entre les grands donneurs d’ordre et les TPE/PME. Agréée par la médiation Inter-entreprises du Ministère de l’économie et des finances. Trophées des Achats : SystemGie a été nominée en 2011 par la CDAF (Compagnie des directions Aahats de France) Montant des fonds propres investis (capital de la structure, ou bien montant d’un fonds adossé) Capital social (de démarrage) : 20 000€ (apportés par les associés) Capital actuel : 44 000€ (+ 24 000€) Prêt bancaire : 25 000€ Prêt d’honneur : 3 000€ Prêt d’honneur personnel : 8 000€ Business plan et le modèle économique SystemGie se rémunère au « success fee» sur les collaborations (prises de commandes) entre les grands comptes et les TPE/PME. Ces frais de gestion sont peu significatifs. Le modèle économique de SystemGie est basé sur le volume. BretWin Présentation du ou des porteurs (entreprises, entrepreneurs, investisseurs) Benoît Jeannin, fondateur, entrepreneur Benoît Raoult, associé, CEO Bretwin Asia Membres/adherents: THERENVA, Script&Go, ETIAM Présentation de l’offre du programme Bretwin aide les entreprises à : -Innover et commercialiser leurs produits et solutions en France et à l’international -Renforcer leur compétitivité en améliorant leurs pratiques et en mutualisant des fonctions supports -Développer leur activité en profitant d’un management s’inscrivant dans une logique de « co-voiturage » -Construire des projets innovants reposant sur la combinaison de leurs savoir-faire -Accélérer leur diversification sectorielle, commerciale et géographique -Financer leur exploitation et leurs investissements en R&D Date de création Décembre 2011 Nombre de startups bénéficiaires à ce jour AVENCALL – ARIADNEXT– LOC@SOFT – ETIAM – EICHROM – THERENVA – SCRIPT&GO – TOCEA « Success stories » éventuelles Création d’une filiale 100% à Shanghai Succès commerciaux en Asie du Nord Est : EICHROM (Corée et Japon), THERENVA (Chine), ETIAM (Chine) Succès accompagnement managerial : EICHROM (Chine, Corée et Japon), SEKKEI STUDIO (Chine), PUBLIC SYSTEME (Chine), CAST SOFTWARE (Chine) Accompagnement commercial et communication en France : THERENVA, AVENCALL, ETIAM Montant des fonds propres investis (capital de la structure, ou bien montant d’un fonds adossé) Capitaux Propres fin 2013 - 100 K€ objectif d’accélérer le développement avec financement du BFR Business plan et modèle économique Accompagnement commercial & marketing des entreprises avec partage des risques, mutualisation des moyens, partage d’une vision collective.
  27. 27. 27 Des programmes d’accélération publics Essor Présentation du ou des porteurs (entreprises, entrepreneurs, investisseurs) Technopole Rennes Atalante Présentation de l’offre du programme Le programme Essor a pour but d’accompagner, dans leur phase de développement, les entreprises innovantes de plus de 3 ans qui n’ont pas exprimé tout leur potentiel de développement. Le programme se compose d’une phase d’identification des besoins spécifiques, diagnostics des freins au développement (2 ½ journées), d’une phase d’accompagnement individuel, refonte du plan de développement (8 ½ journées) avec des prestataires externes référencés par la technopole. 6 mois après la phase d’audit et de préconisations, le prestataire réalise ½ journée d’accompagnement pour valider la mise en œuvre des actions préconisées. Date de création 2007 Nombre de startups bénéficiaires à ce jour 49 (6 à 10 entreprises accompagnées par an) « Success stories » éventuelles Exemples d’entreprises ayant bénéficié du dispositif ESSOR : Digitaleo : éditeur de solutions pour le marketing mobile et numérique : croissance du CA de 132 % sur la période 2010-2012 passant de 2,4 à 5,7 M€. Enensys Technologies : équipements professionnels pour les infrastructures de télévision numérique terrestre et les applications de test et monitoring : croissance du CA de 236% sur la période 2010-2012 passant de 2,5 à 8,5 M€. Kereval : laboratoire d’ingénierie de tests de logiciels : croissance du CA de 33 % sur la période 2010-2012 passant de 1,8 à 2,8 M€. Artefacto : simulation 3D, réalisation d’applications virtuelles pour l’architecture, l’urbanisme, la muséographie et le transport : croissance du CA de 50% sur la période 2011- 2013 passant de 1,4 à 2,1 M€. Montant du soutien public dans le programme 55 k€/an business plan et modèle économique Le programme fonctionne avec un budget annuel de 125 k€, correspondant aux coûts des accompagnements par des experts et à l'ingénierie et animation du programme par Rennes Atalante. Ce budget est financé par Rennes Métropole (55 k€), par 15 k€ issus du fonds de revitalisation d'Ille-et-Vilaine, par la participation des entreprises bénéficiaires du programme (15 k€) et par Rennes Atalante (temps RH correspondant à 40 k€). LabFab Présentation du ou des porteurs Association Bug, École Européenne Supérieure d’Arts de Bretagne, Télécom Bretagne, ENS Rennes, CCI Rennes, Rennes Métropole Présentation de l’offre du programme Le LabFab dispose d’espaces, de machines et de ressources qui permettent à tout porteur de projet de passer très rapidement de l’idée au prototype. Une équipe d’animateurs accompagne les porteurs de projets afin de les guider dans leur réalisation, mais surtout met en synergie les compétences. Une douzaine de lieux connectés entre eux et chacun avec une spécificité ont été ouverts dans Rennes en 2013 Date de création Mai 2012 Nombre de startups bénéficiaires à ce jour Une cinquantaine de projets dont une dizaine de startups accompagnées.
  28. 28. 28 « Success stories » éventuelles BionicoHand-: Réalisation d’une prothèse de bras bionique, projet primé en octobre 2013 à la première Maker Faire d’Europe à Rome, à la Maker Faire Chicago mai 2014, à l’Advanced Arm Dynamic de Philadelphie en mai 2014, …) MOOC « fabrication numérique » : plus de 10 000 inscrits (+50% par mois) Montant du soutien public dans le programme 55k€/an (subvention pour répondre à des missions d’intérêt public) + 90k€ achat de matériel (imprimantes 3D, cartes électroniques) Présenter très succinctement le « business plan » Les sources de recettes sont les suivantes : Formation « expertise » : open hardware, drones, objets connectés, …etc. Mise à disposition de ressources machines pour prototypage rapide Expertise économique et juridique sur les modèles ouverts (CC, open source, MOOC, …) Montage d’événements pour promouvoir la fabrication numérique et les modèles ouverts (Coût d’installation + animation par des experts) Crowdsourcing (mobilisation de la communauté de suiveurs du LabFab pour participer à la co-conception d’un projet : design, funding, user tests, …) Crisalide Numérique Présentation du ou des porteurs Crisalide Numérique est organisé par la CCI Rennes, en collaboration avec Créativ. La CCI Rennes accompagne les entreprises du territoire dans l’anticipation et la prospection de nouveaux marchés. Le CEEI Créativ, association de développement économique, accompagne les PME bretonnes dans la construction de leur stratégie d’innovation globale. Présentation de l’offre du programme Crisalide Numérique est un dispositif de développement économique, dédié à promouvoir le numérique comme levier de compétitivité. Cible : entreprises bretonnes, de toutes tailles et sur tous secteurs d’activité. Périmètre : Bretagne Organisation : véritable accélérateur de projets, Crisalide Numérique est un dispositif en 3 volets :  Le concours : vise à identifier et valoriser des usages numériques efficaces et performants dans les entreprises du territoire (organisation et performance interne de l’entreprise, développement d’une offre innovante, efficacité de la relation clients… ),  L’accompagnement : l’ensemble des candidats peuvent, s’ils le souhaitent, bénéficier d’un accompagnement individuel sur le développement de leur activité,  Les événements de stimulation : la CCI Rennes organise un cycle d’ateliers « Usages Numériques », pour sensibiliser et alerter les entreprises sur les enjeux du numérique. Sélection des nominés : environ 20 projets candidats sont sélectionnés selon 3 critères : caractère innovant et différenciant de la solution mise en place, stratégie numérique de l’entreprise, impacts économiques de la solution numérique sur l’entreprise. Sélection des lauréats : les projets nominés sont amenés à présenter leur entreprise devant un jury indépendant, composé d’experts et entrepreneurs du numérique, des filières utilisatrices et du développement économique. Environ 5 à 6 lauréats sont désignés pour leur exemplarité. Remise des trophées : Conférence, présentation des lauréats, espace démonstration de solutions numériques innovantes : la remise des trophées est une soirée dédiée à la transition numérique dans les entreprises. Date de création Juin 2013 Nombre de startups bénéficiaires à ce jour Sur la 1ère édition (juin à novembre 2013), 40 entreprises ont candidaté, 22 d’entre elles ont été sélectionnées et présentées devant un jury. Les 6 entreprises les plus exemplaires ont été récompensées lors d’un événement de remise des trophées en janvier 2014. Sur le territoire de la CCI Rennes, 8 entreprises sont en cours d’accompagnement par la CCI. La 2ème édition sera plus spécifiquement tournée vers les startups avec une catégorie « Usages de demain » dédiée aux entreprises de moins de trois ans
  29. 29. 29 « Success stories » éventuelles Space Laser et Média-marque, lauréats pour leur solution d’outil de réservation et de CRM pour les établissements de loisir, vont créer une joint-venture pour développer commercialement ce projet. Spectaculaires, concepteur de spectacles de lumières, a développé un outil de pilotage à distance de ses "spectacles monumentaux", qui lui permet de développer une offre à l’international sans mobiliser ses équipes sur site. Bullier, entreprise spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de pinceaux pour les beaux-arts et le maquillage, a développé un pinceau numérique permettant de peindre et dessiner sur une tablette numérique. À l’issue de sa participation à Crisalide, Bullier a rencontré de nombreux partenaires pour accélérer le développement des usages de son pinceau numérique. Montant du soutien public dans le programme Pour la 1 ère édition, Crisalide Numérique a bénéficié du soutien de Rennes Métropole et du Conseil Général d’Ille-et-Vilaine, pour un montant de 15K€.
  30. 30. 30 2. UN PROJET AMBITIEUX, MOBILISATEUR ET FÉDÉRATEUR DE CROISSANCE DE L’ÉCOSYSTÈME RENNAIS DE STARTUPS
  31. 31. 31 2.1 Une stratégie ambitieuse qui vise à faire de l’écosystème rennais une référence internationale, la « Métropole French Tech » Stratégie de développement à 10 ans de l’écosystème numérique rennais : vision synthétique Le développement du territoire rennais depuis 30 ans est intimement lié au numérique. Sur la base d'une compétence en réseaux de télécommunications mais aussi dans les traitements de l'image développée dans le domaine universitaire autour de Inria, des grandes écoles et de l'université de Rennes 1 et dans le domaine économique par la présence de centres de R&D de grandes entreprises telles que France Télécom, TDF, Alcatel, Canon ou Thomson, et par un tissu dense de PME, Rennes a acquis une spécialisation dans les domaines technologiques qui lui donne aujourd'hui une place incontestée dans l'économie numérique, et que reflètent la présence des centres de R&D de Technicolor et d'Orange aussi bien que de l'IRT b<>com, du labex CominLabs ou d'un nœud du Knowledge Information Community EIT ICT Labs. Cette importance de l'économie numérique se traduit également par une part d’emplois numériques dans l’emploi total parmi les plus importantes de France (6,8%, soit la part la plus importante parmi 9 grandes zones d’emploi en France 6 ). Rennes a ainsi un profil de territoire en pointe sur la R&D et sur l’innovation, comme le souligne une étude récente de la Commission européenne relative aux pôles d’excellence européens sur le numérique. Le territoire se caractérise également par une « forte intensité numérique » traduite notamment par une importante activité associative dans ce secteur, par un engouement pour l’innovation collective (par exemple, Rennes Métropole est pionnière dans l'ouverture des données publiques en France, dans la représentation numérique de son territoire en 3D, dans l’équipement en imprimantes 3D de ses pôles de proximité, etc.) avec des communautés d'usagers prêts à participer activement aux innovations, et par une porosité entre toutes ces communautés (entreprises, associations, citoyens, geeks, chercheurs…) favorisant la créativité sous forme d’open innovation territoriale. 6 Selon une étude de l'ADEUS, agence d'urbanisme de Strasbourg consultable ici http://www.adeus.org/productions/les- indicateurs-de-ladeus-ndeg52-economie/files/indicateur-52_economie_numerique-web-1.pdf
  32. 32. 32 C'est en s'appuyant sur ces deux pivots et en développant la dimension « business » de ce secteur que Rennes entend poursuivre son développement comme pôle majeur de l'économie numérique, s'affirmer comme une métropole de la French Tech. Tout en conservant un positionnement de leader sur la R&D et l’innovation technologique, Rennes doit être en capacité de favoriser le développement des entreprises numériques du territoire, d'être un centre de décision, d’attirer des entrepreneurs d’autres horizons et de renforcer les connections européennes et internationales. Cela nécessite de conforter l'approche marchés par une plus grande prise en compte des besoins des clients, un rapprochement des technologies et des usages et par un développement de la création de contenus et d'applications numériques. Une attention particulière sera apportée au développement de filières sur lesquelles Rennes possède des atouts différenciants, afin de s'assurer d'un positionnement de référence dans l'ensemble French Tech et à l'international, mais également de la complémentarité au niveau national avec les autres territoires. Cette priorisation sera affinée au cours de la première année de vie de la French Tech Rennes. D'ores et déjà, compte-tenu de fortes compétences locales, il semble évident que feront partie des domaines clés :  la production de contenus audiovisuels, faisant de Rennes le territoire où s'invente le cinéma de demain, qui se développera autour d'un noyau incluant Technicolor R&D, aujourd'hui véritable centre de recherche de Hollywood, des entreprises telles que Dynamixyz ou Golaem, déjà introduites au sein de blockbusters, et les activités de b<>com ;  les activités relatives à la cybersécurité tant dans les domaines civil que militaire, autour d'entreprises comme Secure-IC, Syrlinks, Sopra, et ceci en lien avec la présence de la DGA-Maitrise de l'Information, et de la constitution d'un cluster Cyberdéfense à Rennes ;  le développement des outils numériques dans le domaine de la santé (dispositifs médicaux, hôpital numérique, maintien à domicile) autour d'un ensemble constitué aujourd'hui d'entreprises telles que Etiam, Therenva, Syneika, ou Mensia Technologies, et d'une thématique santé portée par b<>com ;  la médiation urbaine par le numérique, qui alimente déjà tous les développements en cours sur la « ville intelligente », autour d'entreprises comme Dassault Systèmes (Archivideo), Siradel et Artefacto, et s'appuyant sur une politique d'ouverture des données publiques pionnière et des plateformes innovantes telles que la maquette 3D réaliste du territoire. Dans ces domaines clés, des actions devront être développées et renforcées pour soutenir le dynamisme entrepreneurial, incluant des appels à projets collaboratifs, des programmes d’accélération, des hébergements en pépinières et hôtels d’entreprises… Il convient de noter que le croisement numérique et santé est également une priorité pour l’écosystème nantais, et que des actions communes sont envisagées afin d’atteindre une masse critique suffisante et une complémentarité dans ce domaine, Nantes axant son développement davantage autour des biothérapies et Rennes privilégiant le domaine de l'imagerie médicale (rencontres professionnelles, appels à projets sur les 2 écosystèmes…). Parmi les technologies clés du numérique, outre les briques « Réseaux » (sans fil, très haut débit, broadcast) et « Image » (réalité virtuelle et augmentée, UHD), compétences reconnues des acteurs rennais depuis plusieurs années, Rennes a de nombreux atouts pour devenir l’un des territoires de référence sur les objets connectés. En effet, plusieurs grands groupes fortement présents sur le territoire sont engagés dans ce domaine, tels que
  33. 33. 33 Orange, Technicolor avec la création d’une entité « Technicolor Connected Home », la « Galaxie Guillemot » avec Guillemot Corporation, et AMA, une entreprise telle que NIJI, ainsi que des PME en forte croissance (Kerlink, Taztag) et des jeunes pousses (Optinvent, Oya Light, Penntic, Homadeus…). Le territoire compte aussi des compétences privées et universitaires sur des sujets liés et notamment le cloud computing, la sécurisation des données, les protocoles réseaux, le design et l’ergonomie. Par ailleurs, la dynamique autour des objets connectés bénéficie de l'activité d'une communauté mobilisée autour du LabFab de Rennes qui est aujourd'hui l’un des FabLab de référence en France. Elle gagnera à être développée plus particulièrement dans des champs d'application correspondant aux filières économiques majeures du territoire, et notamment dans le domaine de l'agriculture et de l'agro-alimentaire, de la transition énergétique et des smart-grids, de la mobilité et de la santé. Ce sujet constituera l’un des axes majeurs de la stratégie de la French Tech Rennes, sur lequel des actions spécifiques seront mises en place telles que l'organisation d’un événement majeur professionnel et grand public, des appels à projets ciblés… Dans 10 ans, Rennes ambitionne de figurer parmi les territoires leaders de l’économie numérique européenne, en maintenant un haut niveau d’expertise en recherche et développement sur les technologies du numérique, et en ayant renforcé la dimension « business » par le soutien à l'accélération de la croissance et à l'internationalisation des entreprises numériques. Rennes sera alors identifiée à l’échelle nationale et internationale sur les objets connectés, sur la production de contenus audiovisuels, sur le numérique appliqué à la santé, sur la cybersécurité et sur la médiation urbaine par le numérique. En terme d’emplois, cette ambition doit pouvoir se traduire par la création de 1000 emplois par an dans la filière numérique, soit 10 000 emplois au total sur les 10 prochaines années, avec un objectif de rééquilibrage de la typologie des emplois dans la filière, au profit des emplois de "business" (fonctions de direction, commerciales, marketing, communication, création…), signes d'un développement des centres de décision sur le territoire. L'objectif qualitatif associé pourrait ainsi être que la proportion d'emplois créés liés à ces fonctions soit en hausse substantielle. Programme de développement opérationnel à 3-4 ans avec prévisionnel de l'investissement et du besoin de financement Dans les trois à quatre prochaines années, six axes doivent mobiliser l'écosystème pour mettre en œuvre la stratégie définie ci-dessus. Ces axes reprennent les principales nouvelles actions qui sont développées dans la suite du document. Redéfinir les missions de la Cantine numérique pour la faire évoluer vers la mission French Tech Rennes L'équipe opérationnelle de la French Tech Rennes s'appuiera, dans sa phase de préfiguration, sur l'équipe de la Cantine numérique rennaise qui compte aujourd'hui quatre postes. À très court terme, il faudra faire évoluer cette structure pour en faire l'équipe opérationnelle de la French Tech Rennes.
  34. 34. 34 Affiner la stratégie Dans les 12 mois qui suivront la labellisation du territoire rennais comme métropole French Tech, les champs prioritaires qui ont été présentés ci-dessus seront précisés, en s'attachant, pour chacun d'entre eux, à identifier précisément les secteurs à développer dans un souci de complémentarité avec l'offre nationale French Tech, et de cohérence du tissu économique local. La stratégie devra être déclinée en objectifs opérationnels définissant une feuille de route collective priorisée ainsi qu'un plan d'actions ciblant les interventions de chacun des acteurs partenaires de la dynamique French Tech locale. Ce travail devra être conduit de façon partenariale et déboucher sur une liste d'actions très précises, assorties d'une définition des efforts financiers consentis par l'ensemble des partenaires pour atteindre les objectifs fixés. Dans cette optique, seront également proposés un ensemble d'indicateurs pour suivre la réalisation des objectifs qui auront été précisés dans chaque domaine. Structurer les lieux emblématiques de la French Tech Rennes Pour être visible dans le territoire, et pour créer des lieux d'échange, d'émulation et de croisement, la French Tech Rennes s'appuiera sur trois pôles très identifiés : Beaulieu-ViaSilva, site technopolitain au nord-est de l'agglomération, le centre-ville et l’éco-quartier de la Courrouze, dans le sud-ouest de la ville de Rennes. Afin que chacun de ces pôles participe à la dynamique de l'ensemble et trouve sa cohérence interne, il est nécessaire que soit approfondie la réflexion sur les fonctions que l'on trouve dans chacun d'entre eux, qui pourra être progressivement complétée. Dans cette perspective, dès la fin de l'année 2014, sera engagée une étude de programmation globale qui devra :  préciser les fonctions développées sur chaque pôle, dans un souci d'équilibre global et en limitant au maximum les redondances ;  identifier les potentialités dans le périmètre des deux pôles majeurs de la French Tech que sont Beaulieu-ViaSilva et le centre-ville, incluant les sites en reconversion urbaine et les disponibilités dans le parc locatif privé ainsi que les potentialités offertes par les grands projets urbains (EuroRennes) ;  établir un chiffrage des investissements à prévoir et des coûts de fonctionnement des lieux emblématiques de la French Tech à Rennes ;  définir les maîtrises d'ouvrage et les modèles de portage et de financement les plus appropriés. Cette étude devra permettre de finaliser la programmation dans le courant de l'année 2015, pour un lancement des réhabilitations et/ou constructions nécessaires dès l'année 2016. Parallèlement, afin de proposer une offre locative souple aux entreprises numériques en forte croissance, un travail sera conduit avec les promoteurs locaux, permettant de leur assurer un parcours résidentiel adapté à leurs besoins. D’ores et déjà il importe de finaliser à très court terme l’adaptation d’un immeuble de bureaux, « neuf » ou de « seconde main », afin de permettre un accueil très rapide, en centre-ville, de certaines entreprises numériques en développement.
  35. 35. 35 Dès le début de l'année 2015, sera défini un programme « Métro connecté » pour équiper de services numériques innovants la deuxième ligne de métro qui entrera en fonction en 2019 et reliera les trois pôles de la French Tech Rennes. En 2016 la pépinière numérique de Rennes Métropole sera livrée sur Beaulieu-ViaSilva. Elle entrera en activité dès le début de l'année 2017. Un tiers-lieu est également prévu à proximité, qui accueillera un centre de télétravail, avec des services notamment du coaching vers l'entreprenariat en lien avec la Cantine Numérique, le Booster, et Rennes Atalante. Accompagner la montée en puissance des programmes d’accélération et des nouveaux dispositifs permettant la croissance des entreprises numériques Les programmes d'accélération occupent une place centrale dans la French Tech Rennes, et pour amplifier la dynamique locale autour de la création de valeurs dans le domaine du numérique, plusieurs actions devront être conduites prioritairement :  Accompagner le démarrage des programmes d’accélération identifiés et opérationnels (La Ruche, La Fabrique, le Booster renforcé) ;  Construire le contenu et le modèle économique d’un programme d’accélération dédié au développement commercial, et mobiliser les partenaires potentiels avant d’entrer dans une phase de test ;  Mobiliser les investisseurs locaux et les porteurs de projets potentiels pour faire émerger de nouveaux programmes d’accélération, notamment en lien avec les sujets prioritaires. Dans cette même logique, le programme French Tech Pass opéré par Images & Réseaux devra être expérimenté, déployé et réajusté en fonction des premiers retours d'expérience. Enfin, le dispositif d'expérimentation territorial, qui s'appuie sur une plateforme ressources opérée par Rennes Atalante et sur un fonds de financement en cours de constitution, sera déployé dès 2015 sur le territoire de Rennes. Développer l'évènementiel de dimension internationale Il conviendra rapidement de renforcer la visibilité internationale de l'activité économique rennaise dans le domaine du numérique. Dans cette perspective, les acteurs devront :  Accompagner le développement des rencontres d’affaires annuelles Opportunités Digitales avec le Québec, organisées en alternance entre Rennes et le Québec et en faire un événement de référence positionné sur l'ensemble de la francophonie numérique ;  Créer un événement professionnel européen sur les réseaux 5G, avec l'appui de grands comptes et des acteurs académiques locaux, en pointe sur le sujet ;  Créer un événement (professionnel et/ou grand public) à vocation internationale autour des objets connectés / numérique et santé / cybersécurité en complémentarité et en cohérence avec les autres événements déjà existants.
  36. 36. 36 Travailler sur la mobilisation des compétences Enfin deux programmes particulièrement intéressants pour faciliter la mobilisation et la mobilité des compétences et des talents devront être précisés pour entrer rapidement dans une phase opérationnelle :  Un service d'aide à la recherche d’emploi pour les conjoints, porté par l’entreprise RégionsJob, qui serait bénéfique au territoire et pourrait ensuite être déployé sur d'autres territoires de la French Tech ;  Un programme à développer avec les grands groupes du numérique afin de réfléchir aux possibilités et aux modalités de mise à disposition de leurs cadres expérimentés au service des startups du territoire.
  37. 37. 37 2.2 Une forte mobilisation des acteurs du territoire en faveur des entrepreneurs et des startups Un engagement fort et fédéré des partenaires du projet Les partenaires du projet L'écosystème numérique rennais est très dense, et fonctionne déjà en large part de façon coopérative et partenariale. Comptant grands groupes, PME et startups, il s'appuie sur les structures d'accompagnement au développement des entreprises, aux projets collaboratifs et d'animation des échanges que sont la Cantine numérique rennaise, la technopole Rennes Atalante, le pôle Images et Réseaux, la Chambre de Commerce et d'Industrie ainsi que l'Institut de recherche technologique b<>com. À l'échelle régionale, Bretagne Développement Innovation (BDI), l'agence régionale de développement économique et d'innovation, apporte son soutien au développement de la filière numérique. Avec les différents acteurs, BDI sert une ambition collective qui vise à positionner la Bretagne comme référence mondiale sur ses domaines d'excellence (Images 3D, réseaux fixes et mobiles, Internet du futur), et à développer les technologies et usages sur l'ensemble du territoire au service de tous. Sont également très fortement représentés et très actifs, les acteurs académiques : universités, grandes écoles, instituts de formation mais aussi laboratoires de recherche tant sur les technologies que sur les usages et les humanités numériques, ainsi que des structures d'innovation et de transfert de technologie facilitant le lien et les échanges entre les différents types d'acteurs du numérique, les centres de transfert. Enfin certains acteurs privés du territoire ont des initiatives en faveur du développement des startups et des PME locales, tels que Digitaleo, Bretwin ou encore System GIE. C'est l'ensemble de ces acteurs, habitués à travailler ensemble et à se soutenir, qui fait la force de l'écosystème rennais du numérique. La liste des partenaires a vocation à être étoffée au cours des prochaines semaines et mois.
  38. 38. 38 Une gouvernance fédératrice et efficace s’appuyant sur une équipe opérationnelle d'esprit et de culture entrepreneuriale L’écosystème numérique rennais se caractérise par une grande richesse d’acteurs à la fois dans leur nombre et dans leur diversité : startups, PME, grands groupes, auto-entrepreneurs et indépendants, universités, écoles d’ingénieurs, laboratoires et organismes de recherche, étudiants, citoyens passionnés, pouvoirs publics, associations, structures d’accompagnement de l’innovation, technopole, pôle de compétitivité, institut de recherche technologique… Pour fédérer l'ensemble de ces acteurs du numérique, aussi divers soient-ils, la Cantine numérique rennaise, association loi 1901, a été créée en 2010. À travers ses actions et l’animation d’un lieu portant le même nom, la Cantine numérique a pour objectif de favoriser le développement économique et social en contribuant au renforcement d’un territoire d’innovation numérique. Elle favorise l’activité, l’invention et l’échange autour des pratiques, services et usages innovants utilisant le numérique. Sa gouvernance s’appuie sur plusieurs membres fondateurs, parmi lesquels la technopole Rennes Atalante, le pôle Images & Réseaux, l’association Web2Rennes, la Meito, l’association Bug, Rennes Métropole, ainsi que des membres adhérents, personnes morales et physiques, dont une trentaine d’entreprises à ce jour. La gouvernance du projet French Tech Rennes reposera sur cette structure, qui, conformément à sa vocation initiale, fédère et mobilise l’ensemble des acteurs du numérique du territoire. La Cantine numérique rennaise préfigure donc la mission French Tech Rennes. Afin de pouvoir endosser l'ensemble des missions d'animation, de coordination, de communication et de représentation attendues de la French Tech Rennes, la Cantine numérique rennaise devra, dans les six mois qui suivront la labellisation, proposer une évolution de ses statuts, de ses missions, de sa composition et de son schéma de gouvernance, ainsi éventuellement que de son nom, qui sera validée par son conseil d'administration. En particulier, il est attendu que les acteurs privés et les opérateurs de dispositifs d’accompagnement d’entreprises ou de programmes d’accélérations, qu’ils soient privés ou publics, occupent une place prépondérante dans la gouvernance de la Cantine numérique revisitée. Parmi ceux-ci, la technopole Rennes Atalante constituera naturellement un partenaire de premier plan, compte tenu de sa représentativité, de sa notoriété et des actions qu’elle mène en faveur de la création et du développement d’entreprises numériques. L'équipe opérationnelle de la French Tech Rennes s'appuiera donc, dans sa phase de préfiguration, sur l'équipe de la Cantine numérique rennaise qui compte aujourd'hui quatre postes :  Un poste de direction ;  Un poste de responsable d'animations ;  Un poste de journaliste multimédia, coordinateur du Mag numérique rennais ;  Un poste d'animateur de l’Annexe de la Cantine numérique, espace dédié aux startups et entrepreneurs du numérique. Pour faire évoluer cette structure, et conformément à ce qui sera décidé par son Conseil d'administration, cette équipe devra très probablement être renforcée pour répondre aux missions actuelles et aux nouvelles exigences : pilotage opérationnel du projet French Tech Rennes, coordination de l’animation sur le territoire et de l’animation en ligne, et représentation aux niveaux national et international de l’écosystème local. Ce renforcement pourra passer par des moyens financiers accrus des partenaires privés et publics, ainsi que par
  39. 39. 39 des mises à disposition de moyens par les membres fondateurs ou associés (structures d’accompagnement d’entreprises, entreprises…), et des conventions de services. Elle devra pour ce faire remplir un certain nombre de fonctions majeures :  Direction / représentation ;  Communication ;  Coordination des programmes d'accélération et des dispositifs de la French Tech Rennes ;  Assistance administrative et de gestion. Elle pourra également s'appuyer sur les prestations de ses membres, et en particulier sur la technopole Rennes Atalante pour ce qui relève :  De l'accompagnement à la création d’entreprises technologiques, notamment en lien avec la recherche académique ;  De l'accompagnement au développement d’entreprises ;  De l'animation des acteurs technopolitains, facilitation de l’accès à des équipements structurants mutualisés ;  De l'expérimentation sur le territoire des produits et services innovants.
  40. 40. 40 2.3 Un programme coordonné d’entreprises « championnes » du territoire rennais La French Tech Rennes s’appuiera sur le dispositif « French Tech Pass by I&R » opéré par le partenaire Images & Réseaux pour le compte de l'écosystème du numérique dans le grand ouest de la France, et ceci en partenariat rapproché avec les technopoles et la gouvernance de French Tech Rennes. À l’instar des pôles parisiens, Images & Réseaux a été sollicité pour organiser dès 2014 dans le cadre d’un test une démarche d’indentification des "Tech Champions" du territoire. L’objectif est à la fois de donner accès aux dispositifs premium défini par les organismes nationaux porteurs de la démarche (BPI France, UBI France, INPI et COFACE) aux sociétés rentrant dans les critères de sélection établis au niveau national (croissance du chiffre d’affaires, critères qualitatifs sur l’équipe dirigeante, sa stratégie et ses marchés…) et à des accompagnements premium locaux complémentaires des dispositifs déjà riches disponibles via les technopoles et les structures d’accompagnement régionales. Dans la phase de béta test engagée en 2014 Images & Réseaux se fera le porte-parole des écosystèmes des deux régions Bretagne et Pays de la Loire pour proposer des accompagnements premium nationaux jugés pertinents pour des startups basés en province : ont été évoqué par exemple l’accès à des décideurs nationaux (grands groupes), la possibilité d’accompagner des ministres du gouvernement dans des missions à l’international etc…. La détection initiale des candidats sera confiée aux technopoles et à la structure French Tech Rennes qui connaissent particulièrement bien les entreprises locales. Conformément à la charte French Tech pass, un comité de sélection multi régional sera mis en place par le pôle. Il sera composé de BPI, des DIRECCTE, d’entrepreneurs du numérique emblématiques des territoires, d’investisseurs de fonds régionaux, de business angels locaux, d’experts métiers des domaines potentiels d’accompagnement (RH, marketing, export…) et des structures régionales (technopoles, cantines numériques). Ces experts examineront les dossiers des candidats et pourront utiliser les marges de manœuvre dans l’évaluation des critères définis au niveau national. Ils donneront une recommandation sur le type d’accompagnement local et national qui correspondra le mieux aux besoins identifiés pour assurer le développement de l’entreprise. Ils assureront le suivi annuel des PME labélisées et renouvelleront le label. Un minimum de 3 sessions du comité par an sera organisé. Conformément à la charte un suivi annuel des bénéfices pour les entreprises accompagnées sera réalisé par leur technopole et French Tech Rennes en lien avec le pôle et en tant que de besoin le dispositif local sera adapté. Images & Réseaux sera en charge de dialoguer avec le niveau national « French Tech Pass » pour assurer la bonne remontée des informations, des évaluations des bénéfices et des propositions d’amélioration du dispositif national. Par ailleurs, pour les startups travaillant sur des domaines d’usage du numérique sur le territoire de Rennes Métropole (e.g. applications des villes intelligentes, e-administration, e-éducation, e-santé), un accès privilégié aux services de la métropole et aux élus sera organisé pour que les Tech champions puissent trouver un terrain de démonstration par exemple au travers d’implication dans des expérimentations et en lien avec les actions concernant l’accès à la commande publique.
  41. 41. 41 2.4 Des programmes privés d’accélération de startups et d’entreprises de croissance Le Booster Descriptif Accélérateur mis en œuvre par la Cantine numérique depuis septembre 2013, Voir fiche dans « 1.2.2 Des programmes d’accélération privés » Modèle d’affaire Le projet est de monter en quantité et en qualité d'accompagnement. Le modèle se construit au fur et à mesure au regard des retours d'expériences. 2013-2014 : passer de 6 à 20 projets sélectionnés à l'entrée. avoir une partie plus dense ouverte à l'extérieur, une "école de l'entrepreneuriat" permettant de sensibiliser en amont un public le plus large possible sur l’esprit startup, les erreurs à ne pas faire, les bonnes pratiques modèle économique : coûts : l'espace (30 k€ dans la version actuelle), salarié (1,5 ETP pour 65 k€) et animation (5k€ aujourd'hui) revenus : formation dispensée au "grand public" + formation dans les entreprises (20 k€), coworking + location de salles (20 k€), fonds de revitalisation (42 k€ par an jusque mi-2015), sponsoring d'entreprises privées et prise de participation minoritaire à l'étude. Le financement du Booster à court terme repose aujourd'hui sur l'hypothèse que des entreprises sont prêtes à participer au financement du dispositif, et sur du plus long terme à un retour sur investissement des prises de participation. Startups, scale up ! (nom provisoire) Présentation du ou des porteurs (entreprises, entrepreneurs, investisseurs) Technopole Rennes Atalante + Partenaire(s) Grand(s) Compte(s) Présentation de l’offre du programme Accélérateur commercial permettant aux startups du numérique ayant leur R&D à Rennes d’avoir des commerciaux mutualisés à Paris. Une association sera constituée entre Rennes Atalante et des grands comptes partenaires qui assureront le coaching des commerciaux et metteront à disposition des locaux parisiens pour accueillir les commerciaux et leur ouvrir leurs réseaux. L’association recrutera les commerciaux qui seront sélectionnés sur leurs compétences et réseaux, notamment dans les domaines de la vidéo, de la réalité virtuelle et augmentée, du développement d’applications mobiles et de la sécurité informatique. L’accompagnement et l’intermédiation financière des startups seront assurés par Rennes Atalante. Les entreprises qui bénéficient du dispositif pendant 3 ans sont sélectionnées en fonction des thématiques citées, qui sont bien évidemment évolutives. Date de création La création interviendra après la validation de l’intérêt du projet et du modèle économique auprès d’entreprises potentiellement intéressées, et la mobilisation effective de partenaires grands comptes. Le développement de cette initiative se fera en articulation et en cohérence avec le projet Passion mis en place sur l'agglomération de Lannion.
  42. 42. 42 Nombre de startups bénéficiaires À1

×