LA NOUVELLE VISION CGEM 2020

4 477 vues

Publié le

LA NOUVELLE VISION CGEM 2020 PRESENTEE PAR MONSIEUR MOHAMED HORANI, PRESIDENT DE LA CGEM, LORS DU DEJEUNER DEBAT ORGANISE PAR L'APD MAROC LE 15 FEVRIER 2011 AU HYATT REGENCY

Publié dans : Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 477
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
151
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

LA NOUVELLE VISION CGEM 2020

  1. 1. 1<br />CGEM Vision 2020<br />Synthèse de la Vision<br />et des principaux chantiers<br />Casablanca, janvier 2010<br />
  2. 2. Objectifs et philosophie de l'approche Vision 2020<br /><ul><li>Afin de renforcer la contribution du secteur privé aux grands débats nationaux, la CGEM a souhaité, vis-à-vis de ses membres etvis-à-vis des pouvoirs publics, conduire une réflexion prospective lui permettant de définir sa Vision 2020 du point de vue de l'Entreprise Marocaine
  3. 3. Cette réflexion, qui s'est appuyée sur l'ensemble des partenaires du secteur privé, tant nationaux que régionaux, a débuté au deuxième trimestre 2010 et ambitionne un tripleobjectif :
  4. 4. établir un bilan du développement économique du Maroc durant la décennie 2000-2009, ainsi que des avancées et des difficultés de mise en œuvre des grandes stratégies nationales, de leur cohérence et de leur gouvernance
  5. 5. proposer une Vision pour l'économie marocaine à l'horizon 2020 à travers un modèle de développement et des objectifs macro-économiques à atteindre du point de vue du secteur privé
  6. 6. définir les moyens et les mesures nécessaires pour atteindre ces objectifs, dans le cadre d'un partenariat public-privé rénové
  7. 7. Cette réflexion n'entend pas se substituer aux travaux menés par les grandes institutionsen charge de la prospective ou des orientations économiques nationales : elle vise à doter l'Entreprise Marocaine d'une feuille de route et d'un référentiellui permettant de contribuer efficacement au développement socio-économique du Royaume</li></ul>1<br />DÉBATS NATIONAUX<br />2<br />VISION PARTAGÉE<br />3<br />FEUILLE DE ROUTE<br />
  8. 8. 3<br />Au cours des dernières décennies, le Maroc a opéré de nombreux choix stratégiques visant la libéralisation et l’ouverture de l’économie marocaine<br />Grands choix stratégiques en matière de politique économique opérés par le Maroc<br /><ul><li>Programme de réformes visant à moderniser l'économie marocaine depuis les années 1980
  9. 9. libéralisation du commerce intérieur et déréglementation des prix
  10. 10. libéralisation du commerce extérieur et assouplissement du régime de change
  11. 11. dérèglementation et libéralisation du système bancaire
  12. 12. lancement de programmes de privatisation
  13. 13. Intégration à l'OMC en 1995 et ouverture croissante de l'économie du Royaume sur le monde
  14. 14. facilitation des relations commerciales avec les pays membres
  15. 15. intégration à un processus de modernisation de l'économie nationale et du commerce extérieur
  16. 16. signature de nombreux Accords de Libre Echange entre 1997 et 2007 permettant d'ouvrir le Maroc sur un marché de plus d'un milliard de personnes
  17. 17. arrimage au grand projet européen par l’accès au Statut Avancé en 2009
  18. 18. Préparation et lancement de plusieurs plans de développement nationaux, sectoriels et transverses, visant à soutenir les axes de croissance prioritaires du Royaume
  19. 19. Renforcement du dialogue social et prise de conscience accrue par les entreprises marocaines de leur responsabilité sociale et environnementale</li></li></ul><li>4<br />Ces choix ont permis au Maroc, au cours de la dernière décennie, d'enregistrer de bonnes performances économiques et des améliorations significatives en matière de développement humain<br />Décennie 2000-2009 : les points forts<br />UNE CROISSANCE ÉCONOMIQUE SOUTENUE<br /><ul><li>Croissance de l'économie de ~4,8% par an depuis 20001) (croissance hors secteur agricole de ~4,5% par an)
  20. 20. Bonne résistance à la crise économique mondiale en 2008/2009 grâce au soutien de la consommation intérieure et à une bonne production agricole
  21. 21. Insertion du Maroc dans l'économie mondiale
  22. 22. Développement rapide des échanges extérieurs
  23. 23. Taux d'ouverture2) de 51% en 2000 à 70% en 2008
  24. 24. Attraction notable d'IDE: ~5 Mds Dh en 2000 à~20 Mds Dh en 2009</li></ul>UNE OUVERTURE FORTE A L'INTERNATIONAL<br /><ul><li>Inflation maîtrisée : ~1,7% en moyenne depuis 20001)
  25. 25. Chômage en baisse : de 13% en 2000 à ~9% en 2009
  26. 26. Consommation en hausse : de 46 kDh / an en 2000 à ~66 kDh / an par ménage en 2009</li></ul>UNE STABILITÉ MACRO-ÉCONOMIQUE ET UNE AMÉLIORATION DU NIVEAU DE VIE DES MAROCAINS<br />DES PROGRÈS SIGNIFICATIFS POUR LE DÉVELOPPEMENT HUMAIN <br /><ul><li>Réduction du taux de pauvreté de 15% en 2001 à 8,8% en 2008
  27. 27. Augmentation de l'accès des populations rurales à l'eau et à l'électricité (de 48% en 2001 à 90% en 2009 pour l'eau et de 26% en 2001 à 84% en 2009 pour l'électricité)
  28. 28. Renforcement de l'accès des enfants à l'éducation primaire avec 91% de taux de scolarisation en 2009</li></ul>1) Moyenne incluant l'année 2000<br />2) L'année de référence pour l'analyse des échanges extérieurs du Maroc est 2008 car 2009 et 2010 sont peu représentatives en raison des effets de la crise économique mondiale - Taux d'Ouverture = (Exportations de biens + Importations de biens) / PIB<br />Source : HCP, Ministère des Finances, CGEM<br />
  29. 29. 5<br />Cependant, le Maroc ne réalise pas encore son plein potentiel de croissance : 5 défis devront être relevés au cours de la prochaine décennie<br />Décennie 2011-2020 : les défis économiques à relever<br />ACCROÎTRE LE PIB/HABITANT<br /><ul><li>Le Maroc reste en retrait par rapport à des pays similaires en termes de richesse créée par habitant</li></ul>DÉFI # 1<br />PÉRENNISER LE FINANCEMENT DE LA CROISSANCE<br /><ul><li>Le financement de la croissance repose sur un équilibre fragile :
  30. 30. une croissance financée essentiellement par la consommation des ménages …
  31. 31. ... qui s'accompagne d'un déficit important de la balance commerciale</li></ul>DÉFI # 2<br />DIVERSIFIER LES SECTEURS CONTRIBUTEURS À LA CROISSANCE<br /><ul><li>La croissance reste exposée aux aléas climatiques susceptibles d'affecter le secteur agricole et l'industrie marocaine a été fragilisée par la crise économique mondiale </li></ul>DÉFI # 3<br />ÉQUILIBRER LA CONTRIBUTION DES RÉGIONS<br /><ul><li>Par rapport aux régions les mieux dotées, certaines régions affichent un retard en matière de développement économique et de niveau de richesse, représentant autant de déséquilibres et de poches de croissance non capturées</li></ul>DÉFI # 4<br />ABSORBER LA CROISSANCE DES ACTIFS<br /><ul><li>L'offre de travail reste insuffisamment développée par rapport à la demande, avec une part encore importante de l'informel dans l'emploi</li></ul>DÉFI # 5<br />POUR RÉPONDRE À CES DÉFIS, LE MAROC DOIT S'ENGAGER RÉSOLUMENT DANS UN NOUVEAU MODÈLE DE CROISSANCE DAVANTAGE ORIENTÉ VERS L'EXPORT ET L'INVESTISSEMENT PRODUCTIF<br />
  32. 32. 7 grands chantiers nationaux devront être menés afin de relever ces 5 défis et lever ainsi les freins structurels à la croissance<br />Décennie 2011-2020 : les chantiers nationaux à approfondir<br />COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES ET COÛT DES FACTEURS<br /><ul><li>La compétitivité des entreprises (en majorité des PMEs) reste faible et le coût des facteurs est élevé</li></ul>I<br /><ul><li>Les performances en matière d'éducation, d'enseignement et de formation professionnelle sont insuffisantes pour fournir les moyens humains nécessaires à une accélération de la croissance</li></ul>II<br />ÉDUCATION, ENSEIGNEMENT ET FORMATION PRO.<br /><ul><li>Malgré les initiatives engagées, les efforts en matière de R&D et d'innovation restent insuffisants, notamment au niveau du secteur privé</li></ul>III<br />R&D ET INNOVATION<br /><ul><li>La diffusion des TICau sein de la population et des entreprises affiche une dynamique positive, mais reste encore insuffisante</li></ul>IV<br />DIFFUSION DES TIC<br /><ul><li>Les progrès réalisés par le Maroc en matière de Justice et de Climat des Affairesdoivent être poursuivis afin d'assurer un cadre économique stable, tant pour les investisseurs étrangers que pour les opérateurs nationaux</li></ul>V<br />JUSTICE ET CLIMAT DES AFFAIRES<br /><ul><li>Le faible niveau d'épargne nationale et les difficultés d'accès au financement rencontrées par les entreprises freinent le développement des investissements qui restent par ailleurs trop orientés vers des secteurs peu productifs</li></ul>INVESTISSEMENT, ÉPARGNE ET ACCÈS AU FINANCEMENT<br />VI<br /><ul><li>Les entreprises marocaines restent insuffisamment préparées pour affronter les défis du développement durable et doivent faire face à des obligations croissantes en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale</li></ul>DÉVELOPPEMENT DURABLE ET RESPONSABILITÉ SOCIALE<br />VII<br />PLUSIEURS FREINS STRUCTURELS PÉNALISENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DU MAROC : 7 CHANTIERS NATIONAUX DEVRONT ÊTRE MENÉS AFIN D'ACCÉLERER LA CROISSANCE<br />7 CHANTIERS POUR LEVER LES FREINS À LA CROISSANCE<br />6<br />
  33. 33. 7<br />En parallèle, il sera nécessaire d'approfondir le dialogue et de renforcer la gouvernance public-privé sur les grandes options économiques<br />Décennie 2011-2020 : une nouvelle gouvernance à mettre en place<br /><ul><li>Les difficultés de coordination entre les plans nationauxet les risques d'incohérence au niveau de leur mise en œuvre sont susceptibles de priver le Maroc d'opportunités économiques importantes</li></ul>COORDINATION DANS LA MISE EN ŒUVRE DES STRATÉGIES<br />i<br /><ul><li>Le secteur privé reste encore trop peu impliqué dans l'élaboration, le pilotage et la mise en œuvre de certaines démarches nationales
  34. 34. l'Entreprise Marocaine n'est pas toujours suffisamment impliquée en amont dans l'élaboration des stratégies et des Accords de Libre Échange
  35. 35. certains chantiers de mise en œuvre sont confiés aux partenaires privés mais leur nombre reste encore insuffisant
  36. 36. le manque d'instances de gouvernance mixtes public-privé ne permet pas au secteur privé de participer pleinement à certains arbitrages économiques clés</li></ul>IMPLICATION RENFORCÉE DU SECTEUR PRIVÉ<br />ii<br />APPROCHE INTEGRÉEPAR RÉGION<br /><ul><li>Les principaux plans nationaux ont été déclinés en contrats d'application régionaux ; cependant, peu de régions disposent actuellement d'une vision intégrée de leur développement, gage d'une mise en œuvre efficace des démarches nationales</li></ul>iii<br />UNE FORME RENOVÉE DE DIALOGUE PUBLIC-PRIVE ET DE NOUVELLES INSTANCES DE GOUVERNANCE MIXTES PUBLIC-PRIVE SERONT NÉCESSAIRES POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS VISÉS<br />
  37. 37. 8<br />DÉFI # 1 : ACCROÎTRE LE PIB/HABITANT<br />Fin 2009, le PIB par habitant du Maroc reste en retrait par rapport aux pays comparables ; à horizon 2020, la croissance devra être accélérée pour permettre au Maroc d'atteindre un nouveau seuil de richesse<br />Position du Maroc en termes de PIB nominal par habitant et perspectives à horizon 2020<br />Position du Maroc en 2009 [PIB / habitant, USD]<br />Prévisions 2020 du FMI [PIB / habitant, USD]<br />> 20.000 USD/hab<br />9. Etats-Unis<br />46.381<br />11. Etats-Unis<br />55.164<br />21. Europe<br />35.737<br />23. Europe<br />39.398<br />55. Chili<br />9.525<br />54. Chili<br />14.221<br />de 10.000 à 20.000 USD/hab<br />58. Turquie<br />8.723<br />57. Brésil<br />12.158<br />61. Brésil<br />8.220<br />60. Mexique<br />11.870<br />62. Mexique<br />8.135<br />61. Turquie<br />11.687<br />de 5.000 à 10.000 USD/hab<br />96. Tunisie<br />3.852<br />70. Chine<br />9.689<br />97. Jordanie<br />3.829<br />89. Tunisie<br />6.056<br />99. Chine<br />3.678<br />98. Jordanie<br />5.109<br />< 5.000 USD/hab<br />107. Maroc<br />2.865<br />104. Maroc<br />4.295<br />115. Egypte<br />2.450<br />106. Indonésie<br />4.068<br />118. Indonésie<br />2.329<br />110. Egypte<br />3.669<br />140. Inde<br />1.031<br />126. Inde<br />2.128<br />Légende : N – Rang mondial sur 183 pays<br />Source : FMI – World Economic Outlook April 2010<br />
  38. 38. 0<br />DÉFI # 1 : ACCROÎTRE LE PIB/HABITANT<br />Pour intégrer le club des pays dont le PIB / habitant est supérieur à 5.000 USD, le Maroc devra afficher une croissance moyenne de 6,5% à 8% par an d'ici 2020<br />Enjeu d'accélération de la croissance du Maroc [PIB / hab. ; USD 2009 ; 2009 – 2020]<br />Le Maroc doit s'engager de manière volontariste dans une politique globale d'accélération de sa croissances'il veut rattraper le niveau de richesse de pays comparables<br />Croissance à 5% par an<br />Croissance à 6,5% par an<br />Croissance à 8% par an<br />Rang #104<br />Rang #100<br />Rang #90<br />5.855<br />5.000<br />5.000<br />5.000<br />5.020<br />4.295<br />4.200<br />3.862<br />3.547<br />2.866<br />2.866<br />2.866<br />2020<br />2015<br />2009<br />2010<br />2020<br />2015<br />2020<br />2015<br />2010<br />Rang #xx<br />Rang mondial de PIB par habitant du Maroc sur 183 pays<br />Source : FMI – World Economic Outlook Avril 2010<br />
  39. 39. s<br />DÉFI # 1 : ACCROÎTRE LE PIB/HABITANT<br />La pleine réalisation des objectifs des stratégies nationales et le maintien des tendances des autres secteurs pourraient permettre d'atteindre 5% à 6% de croissance en moyenne d'ici 2020<br />Analyse de l'impact des stratégies sectorielles nationales à horizon 2020<br />MÉTHODOLOGIE<br /><ul><li>En l'absence de publication officielle permettant d'évaluer l'impact cumulé des stratégies sur la croissance, la CGEM a souhaité mener une première analyse d'ensemble sur la base des informations publiées à ce jour
  40. 40. Les principales stratégies ont été analysées et les impacts PIB ont été projetés à horizon 2020 lorsque disponibles1)
  41. 41. Les impacts (PIB nominal) et leur périmètre d'effet ont été précisés
  42. 42. Les recouvrements identifiés ont été pris en compte
  43. 43. Les dynamiques ont été prolongées à horizon 2020 si nécessaire
  44. 44. La croissance future des autres secteurs a été estimée sur la base des performances observées sur les 5 dernières années</li></ul>RÉSULTATS<br /><ul><li>La pleine réalisation des objectifs des stratégies nationales et le maintien des tendances observées sur les autres secteurs pourraient permettre d'atteindre 5% à 6% de croissance en moyenne sur la période 2010-2020</li></ul>Dans l'hypothèse où l'ensemble des objectifs seraient atteints, les stratégies nationales analysées ne permettront pas à elles seules de répondre à l'enjeu d'accélération de la croissance<br />1) Artisanat Vision 2015, Halieutis 2020, Maroc Vert 2020, Maroc Numeric 2013, PNEI 2015, Rawaj 2020, Tourisme Vision 2020<br />Source : Stratégies nationales, Ministère de l'Economie et des Finances, CGEM<br />
  45. 45. DÉFI # 1 : ACCROÎTRE LE PIB/HABITANT<br />De plus, plusieurs points de vigilance ont été identifiés concernant la mise en œuvre des stratégies nationales : ils devront être suivis avec attention afin d'éviter des décalages dans l'atteinte des objectifs<br />Exemples de points de vigilance vis-à-vis de la mise en œuvre des stratégies<br /><ul><li>Il existe un risque que les stratégies nationales n'atteignent pas pleinement les objectifs annoncés en matière d'investissement, d'emplois et de croissance du PIB
  46. 46. L'atteinte des objectifs de croissance fixés par les stratégies pourrait multiplier par un facteur 2 à 3 la consommation énergétique totale
  47. 47. consommation de ~30 à 50 MTepen 2020 versus 15 MTep en 2009
  48. 48. doublement de l'énergie électrique appelée : 45 à 65 TWh en 2020 versus 25 TWh en 2009
  49. 49. Dans ce contexte, le développement de nouvelles capacités de production dans le solaire et l'éolienpermettra d'accroître l'autonomie énergétique nationale mais lecoût final associé des énergies devra rester maitrisé pour assurer la compétitivité des entreprises
  50. 50. Les besoins des plans en moyens humains pourraient culminer à ~300 000 nouveaux emplois par an, soit un niveau bien supérieur à la capacité de formation du système éducatif national
  51. 51. Les besoins élevés en financements nécessaires pour réaliser l'ensemble des plans nécessiteront des arbitrages au niveau national et pourraient induire un couplage croissant de l'économie marocaine avec les marchés financiers internationaux et ainsi un risque accru lié à l'exposition du pays à la dette extérieure</li></ul>A court terme, il sera nécessaire de mieux identifier les risques liés à la mise en œuvre des plans et, sur le moyen terme, d'en limiter les impacts<br />11<br />
  52. 52. DÉFI # 2 : PÉRENNISER LE FINANCEMENT DE LA CROISSANCE<br />Par ailleurs, le Maroc devra pérenniser le financement de sa croissance en rééquilibrant ses échanges internationaux, en développant l'investissement et en consolidant la consommation intérieure<br />Les grands modèles de croissance<br />CONSOMMATION INTÉRIEURE<br />INVESTISSEMENT<br />CROISSANCE BASEE SUR :<br />EXPORTATIONS<br />Le Maroc tend de plus en plus à importer pour soutenir sa consommation<br />Il devient nécessaire de mettre en place un modèle de développement spécifiquement marocain équilibrant les 3 moteurs de croissance<br />Maroc<br />Grèce<br />France<br />Chine<br />Chili<br />Corée du sud<br />Tunisie<br />Turquie<br />Exportations (% PIB)<br />61%<br />53%<br />45%<br /> 37%<br />29%<br />26%<br /> 24%<br />23%<br />Investissement (% PIB)<br /> 44%<br />31%<br />31%<br />27%<br />25%<br />21%<br />22%<br /> 22%<br />88%<br />Consommation finale (% PIB)<br />83%<br />80%<br />77%<br />75%<br />70%<br />71%<br />47%<br />Importations (% PIB)<br />65%<br />54%<br /> 41%<br />41%<br /> 32%<br />29%<br /> 28%<br /> 28%<br />Ratio Importations / Exportations<br />0,73<br />0,98<br />0,72<br />0,91<br />1,28<br />1,10<br />0,84<br />0,93<br />Nota Bene : L'année de référence pour l'analyse des échanges extérieurs du Maroc est 2008 car 2009 et 2010 sont peu représentatives en raison des effets de la crise économique mondiale<br />Source : Banque Mondiale<br />
  53. 53. %<br />DÉFI # 2 : PÉRENNISER LE FINANCEMENT DE LA CROISSANCE<br />Le Maroc affiche en effet une position très déséquilibrée en matière d'échanges extérieurs ; pour revenir dans la moyenne, un ratio Export / Import proche de 90% est nécessaire<br />Importations et exportations de biens et services d'une sélection de pays [% du PIB, 2008]<br />Pour rééquilibrer ses échanges extérieurs, le Maroc devra activer simultanément plusieurs leviers contribuant à limiter ses importations en biens finaux et à développer son offre exportable :<br /><ul><li>développement fort des exportations
  54. 54. compensation industrielle
  55. 55. renforcement de la normalisation</li></ul>13<br />Exportations / PIB [%]<br />+/- x<br />Tunisie<br />Différence entre la situation du pays et la situation d'équilibre exportations = importations, mesurée en points d'exportations / PIB<br />Corée<br />Chili<br />-13pts<br />+4pts<br />Maroc<br />Chine<br />(Taux de couverture 73%)<br />Egypte<br />+8pts<br />Mexique<br />Pour atteindre un taux de couverture de 90% le Maroc aurait du exporter ~60 Mds Dh additionnels en 2008 (soit les ventes de<br />3 sites de production d'automobiles produisant ~500 k véhicules par an)<br />Espagne<br />France<br />Turquie<br />Brésil<br />Importations / PIB [%]<br />Taux de couverture égal à 100%<br />Taux de couverture compris entre à 90% et 110%<br />(ratio exportations / importations - biens et services)<br />Nota Bene : L'année de référence pour l'analyse des échanges extérieurs du Maroc est 2008 car 2009 et 2010 sont peu représentatives en raison des effets de la crise économique mondiale<br />Source : Banque Mondiale<br />
  56. 56. DÉFI # 2 : PÉRENNISER LE FINANCEMENT DE LA CROISSANCE<br />Pour se développer à l'export, le Maroc devra continuer à se rapprocher de l'Europe (Statut Avancé) et se positionner comme une plateforme régionale de premier plan dans la zone MENA et en Afrique<br />Intégration aux espaces économiques voisins [% des exportations totales, 2009]<br />a<br />Statut avancé auprès de l'Europe <br /><ul><li>Arrimage à l'espace économique de l'UE
  57. 57. stabilité de l'investissement en Europe accélérateur de la modernisation du Maroc
  58. 58. Transfert progressif de l'acquis communautaire
  59. 59. "tout sauf les institutions" (normes, etc.)
  60. 60. implantation facilitée d'entreprises étrangères au Maroc
  61. 61. Accès aux financements européens dans le cadre de la politique de voisinage européenne</li></ul>Echanges privilégiés en zone MENA<br /><ul><li>Participation à un Maghreb économique intégré
  62. 62. Rôle pivot du Maroc dans les échanges Europe / Afrique / Moyen-Orient (attraction de sièges régionaux, hub multi-modal, renforcement du rôle de place financière régionale, …)
  63. 63. Fortes opportunités d'investissement</li></ul>Plateforme régionale Afrique<br /><ul><li>Accès naturel aux marchés africains</li></ul>Echanges avec les Etats-Unis<br /><ul><li>Meilleure utilisation de l'accord de libre échange
  64. 64. Intensification du commerce bilatéral
  65. 65. Développement du partenariat entre entreprises</li></ul>Partenariats avec l'Asie<br /><ul><li>Partenariats ciblés (ex. Chine)
  66. 66. Exportations de matières premières valorisées (phosphates)</li></ul>a<br />EUROPE<br />"Statut avancé"<br />~60%<br />e<br />ASIE<br />~10%<br />b<br />d<br />ETATS <br />- UNIS<br />~5%<br />~5%<br />c<br />b<br />MENA<br />"Echanges privilégiés"<br />d<br />~5%<br />e<br />c<br />AFRIQUE<br />"Plateforme régionale"<br />Croissance espérée des exportations vers l'espace économique<br />14<br />forte<br />modérée<br />
  67. 67. %<br />DÉFI # 2 : PÉRENNISER LE FINANCEMENT DE LA CROISSANCE<br />L'augmentation des exportations nécessitera de diversifier les produits exportés et d'augmenter le nombre d'entreprises exportatrices<br />Caractéristiques des exportations marocaines de marchandises<br />DIVERSIFICATION PRODUITS [# produits]<br />CARTOGRAPHIE DES ENTREPRISES [# entreprises]<br />Le Maroc devra continuer à développer activement ses exportations<br /><ul><li>Développement de l'offre exportable par la mise en place de dispositifs d'incitation
  68. 68. Augmentation du nombre entreprises exportatrices
  69. 69. Emergence de nouveaux champions nationaux à l'export</li></ul>Part dans les exportations<br />Part dans les exportations<br />100%<br />80%<br />~100 familles de produits totalisent 80% des exportations<br />60%<br />Benchmark :<br /><ul><li>Allemagne : 1000 familles de produits
  70. 70. France : 667 familles de produits
  71. 71. Thaïlande : 258 familles de produits</li></ul>150 entreprises totalisent ~65% des exportations<br />40%<br />20%<br />0%<br />32<br />150<br />1032<br />2618<br />1352<br /># entreprises<br /># positions tarifaires<br />à 6 chiffres <br />1) <br />Le Maroc ne dispose pas du nombre critique d'entreprises exportatrices permettant un niveau d'exportations suffisant<br />L'offre produits marocaine n'est pas suffisamment diversifiée pour permettre au Maroc d'atteindre un niveau d'exportation supérieur<br />1) Produits réalisant plus de 99% des exportations au Maroc ; famille de produits correspondant au niveau 6 du système harmonisé international<br />Nota Bene : L'année de référence pour l'analyse des échanges extérieurs du Maroc est 2008 car 2009 et 2010 sont peu représentatives en raison des effets de la crise économique mondiale<br />Source : OMC, ITC-Trademap, Ministère du Commerce Extérieur<br />
  72. 72. La croissance a historiquement été portée par un nombre restreint de secteurs ; en diversifiant les composantes sectorielles, la croissance pourrait atteindre ~6,5% à 7% par an sur la période<br />16<br />DÉFI # 3 : DIVERSIFIER LES COMPOSANTES SECTORIELLES DE LA CROISSANCE<br />Croissance historique du PIB sectoriel et perspectives<br /><ul><li>Sur la dernière décennie, outre le Secteur Primaire et l'Administration, 3 secteurs ont été particulièrement dynamiques : les Services Financiers, les Télécoms et le BTP 1)
  73. 73. Services Financiers et Assurances : +9,6% par an
  74. 74. Postes et Télécommunications : +7,5% par an
  75. 75. Bâtiment et Travaux Publics : +7,3% par an
  76. 76. Sur la prochaine décennie, de nouvelles démarches sectorielles devront être lancées afin d'accélérer la croissance
  77. 77. Approche globale pour le développement du secteur financier (banque, assurance, etc.) afin de pérenniser la dynamique de croissance actuelle
  78. 78. Approche intégrée de l'ensemble des différents services de santé
  79. 79. Approche intégrée du secteur du BTP
  80. 80. Services aux entreprises
  81. 81. Services d'éducation
  82. 82. Industries d'extraction (export / valeur ajoutée)
  83. 83. En complément, l'émergence de nouveaux secteurs pourra être favorisée afin de préparer les relais de croissance pour la décennie 2021 – 2030
  84. 84. Biotechnologies, microélectronique, nanotechnologies
  85. 85. Développement de l'économie du savoir, dont la conception de logiciels
  86. 86. Services à la personne (entreprenariat personnel)
  87. 87. Loisirs (culture, cinéma, sport)</li></ul>Il sera nécessaire de diversifier les composantes sectoriellesde la croissance : <br /><ul><li>pour atteindre un nouveau palier de croissance de 6,5% à 7% par ansur la décennie 2011 – 2020
  88. 88. afin d'anticiper les secteurs clés à venir et de préparer la décennie 2021 – 2030</li></ul>1) Hors Secteur Primaire et Administration<br />
  89. 89. 3<br />DÉFI # 4 : ÉQUILIBRER LA CONTRIBUTION DES RÉGIONS<br />Les régions du Maroc ont des niveaux de richesse par habitant hétérogènes, à l'image de leur contribution à la valeur ajoutée nationale<br />Répartition de la richesse entre les régions du Maroc [PIB / hab ; k Dh ; 2000-2009e] <br />La répartition de la richesse par région reste inégale<br />Pour maintenir un équilibre et créer des "régions à part entière, viables et stables dans le temps"1) une politique forte d'aménagement du territoire est nécessaire :<br /><ul><li>objectif d'un seuil minimal de richesse pour chaque région égal à 60% du PIB / hab de la région la plus riche (alignement sur la région de Tanger-Tétouan)
  90. 90. nécessité de mettre en place entre les régions des mécanismes de péréquation et d'incitation</li></ul>28% (25%)<br />49% (42%)<br />100% (100%)<br />55% (52%)<br />79% (76%)<br />79% (72%)<br />56% (49%)<br />77% (63%)<br />60% (53%)<br />Régions du Sud<br />Oued-Eddahab-Lagouira, <br />Guelmim-Esmara,Laayoune-Boujdour-Sakia ElHamra<br />60% (67%)<br />72% (71%)<br />66% (48%)<br />62% (46%)<br />65% (56%)<br />1) Discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (janv. 2010, Marrakech)<br />Source : Direction des Etudes et des Prévisions Financières, Ministère de l'Economie et des Finances, HCP<br />
  91. 91. DÉFI # 4 : ÉQUILIBRER LA CONTRIBUTION DES RÉGIONS<br />Il sera nécessaire de décliner systématiquement les démarches nationales en plans régionaux et de doter chaque région d'une vision intégrée de son développement<br />Déclinaisons régionales des grandes démarches nationales et cohérence régionale<br />La politique renforcée d'aménagement du territoire visera à :<br /><ul><li>élaborer et mettre en œuvre une vision intégrée du développement de chaque région
  92. 92. spécialiser les régions à travers des pôles de compétitivité
  93. 93. développer le marketing des régions à l'international</li></ul>Contrats d'application régionaux en cible<br />Vision intégrée<br />par région<br />Contrat programme<br />Démarches nationales<br />Horizon<br />…<br />…<br />…<br />…<br />…<br />…<br />…<br />1<br />Rawaj 2020<br />2020<br />✓<br />en cours dans certaines régions<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />✓<br />Plan Maroc Vert<br />2<br />2020<br />✓<br />3<br />PNEI<br />2015<br />✓<br />4<br />Halieutis<br />2020<br />✓<br />5<br />-<br />Maroc Numeric<br />✓<br />2013<br />Région # 1<br />…<br />Région # 3<br />Région # 2<br />Artisanat Vision 2015<br />6<br />✓<br />2015<br />Vision 2020 Tourisme<br />7<br />✓<br />2020<br />8<br />✓<br />Total<br />2015<br />Logistique<br />9<br />Maroc Export +<br />2018<br />en cours<br />en cours<br />Autres démarches nationales<br />10<br />…<br />…<br />Une déclinaison en cours des principales démarches nationales en contrats d'application régionaux …<br />… mais un manque de visions régionales intégrées<br />Source : Stratégies nationales, Contrats Programmes, CGEM<br />
  94. 94. 19<br />DÉFI # 5 : ABSORBER LA CROISSANCE DES ACTIFS<br />Pour absorber l'évolution attendue de la population, le Maroc aura besoin de créer entre 2,5 et 3,5 millions d'emplois additionnels<br />Perspectives d'évolution de la population active occupée<br />MÉTHODOLOGIE<br />RÉSULTATS<br />Sur la base d'évolutions démographiques prévues et d'hypothèses réalistes, le Maroc devrait être confronté à un enjeu de création de l'ordre de +2,5 à +3,5 millions d'emplois additionnels d'ici 2020, soit un quasi doublement du rythme annuel de création d'emplois sur la période 2011-2020 par rapport à la situation actuelle<br /><ul><li>Prise en compte des évolutions démographiques à horizon 2020
  95. 95. pyramide des âges et vieillissement de la population
  96. 96. répartition Hommes / Femmes
  97. 97. Projection du taux d'actifs et du taux de chômage par tranche d'âge H/F
  98. 98. Prise en compte des grandes tendances et de l'effet de politiques volontaristes de développement
  99. 99. exode d'une partie de la population rurale vers les villes
  100. 100. allongement de la durée des études et diminution du chômage des jeunes
  101. 101. augmentation de la part de femmes actives</li></ul>Source: Banque mondiale<br />
  102. 102. OBJECTIFS DE CROISSANCE<br />Dans ce contexte, la CGEM se fixe 5 objectifs de croissance à horizon 2020<br />Grands objectifs pour l'économie du Maroc à horizon 2020<br />Une croissance accélérée<br /><ul><li>Atteindre un niveau de PIB supérieur à 2.000 Mds Dh à horizon 2020, soit un taux de croissance supérieur à 6,5% p.a. en moyenne</li></ul>Une croissance pérenne<br /><ul><li>Rééquilibrer les échanges extérieurs en développant activement les exportations de biens et de services et en rationnalisant les importations ; assurer 90% de couverture exportations / importations</li></ul>Une croissance équilibrée<br /><ul><li>Equilibrer les composantes de l'économie d'une part en modernisant l'agriculture (~10% du PIB cible), en développant l'industrie (~30% du PIB cible), en diversifiant les services (~60% du PIB cible), en amorçant un virage vers l'économie du savoir, et d'autre part en développant la taille critique des entreprises</li></ul>Une croissance répartie<br /><ul><li>Mieux répartir la richesse entre les régions et entre les marocains
  103. 103. maintenir un PIB / habitant par région au moins égal à 60% de celui de la région la plus riche
  104. 104. favoriser l'émergence d'une classe moyenne dans l'ensemble des régions</li></ul>Une croissance pourtous<br /><ul><li>Créer 2,5 à 3,5 millions d'emplois supplémentaires d'ici 2020 (à minima doubler le rythme de création annuelle d'emplois)</li></li></ul><li>VISION 2020<br />La "Vision 2020" de la CGEM a comme ambition d'assurer au Maroc un développement économique et social durable ; elle se fixe 5 grands objectifs nationaux et repose sur 7 chantiers structurants<br />CINQ OBJECTIFS QUANTITATIFS POUR L'ÉCONOMIE MAROCAINE À L'HORIZON 2020<br />1<br />PIB : ~2.000 Mds Dh<br />croissance > 6,5%<br />Couverture exports / imports : 90%<br />2<br />PIB / habitant par région > 60% de la région la plus riche<br />4<br />Agriculture : ~10% PIB<br />Industrie : ~30% PIB<br />Services : ~60% PIB<br />3<br />+2,5 à +3,5 millions d'emplois d'ici 2020 <br />5<br />De nouveaux moteurs pour la croissance<br />Une gouvernance rénovéepublic-privé<br /><ul><li>Intégration du secteur privéau pilotage des grands dossiers à fort enjeu économique
  105. 105. co-pilotage public-privé
  106. 106. instances mixtes de gouvernance
  107. 107. Part renforcée des exportations et de l'investissement productif dans la croissance</li></ul>7 chantiers nationaux pour lever les freins à la croissance<br /><ul><li>Rapprochement avec l'UE (statut avancé) et rôle de plateforme sur la zone Afrique / Maghreb / Moyen Orient
  108. 108. Déclinaison régionale des démarches nationales et visions intégrées par région
  109. 109. Lancement de nouvelles démarches sectorielles nationales et émergence de nouveaux secteurs (2021-2030)
  110. 110. Compétitivité des entreprises
  111. 111. Education, enseignement et formation professionnelle
  112. 112. R&D et Innovation
  113. 113. Diffusion des TIC
  114. 114. Justice et climat des affaires
  115. 115. Investissement
  116. 116. Responsabilité sociale et environnementale des entreprises
  117. 117. Meilleure prise en compte des besoins des entreprises marocaines (PME notamment)</li></li></ul><li>Des actions concrètes seront lancées pour atteindre les objectifs de la Vision 2020 de la CGEM <br />22<br />Plan d'actions pour l'année 2011<br />1<br /><ul><li>Les propositions de la Vision 2020 se déclinent en 50 mesures, 95 actions, dont 15 seront portées directement par la CGEMà court terme, à la fois sur les 7 chantiers structurants de la Vision et sur la gouvernance public-privé
  118. 118. Un planning sera établi au 1er trimestre 2011avec les partenaires de la CGEM afin de lancer sur les années à venir des actions concrètes qui tiendront compte de manière souple de la réalité du terrain et de l’évolution constante de l’économie mondiale
  119. 119. La CGEM compte par ailleurs adapter ses structures et son organisation pour accompagner efficacement le lancement et le suivi de ces actions</li></ul>2<br />3<br />

×