17, bd Poissonnière. 75002 ParisTél. 01 53 72 00 00Site : www.apex.frMel : contact@apex.frCrise, dette et purgeSaigner le ...
1. « La douloureuse » : une boule de neige en forme de facture2. Crise, déficit et dette : « la politique des caisses vide...
« Le cercle vicieux entre les États, les banqueset léconomie réelle est plus solide que jamais »Bulletin du FMI (18 juille...
Zone €99USA102Monde115Asie en devt146901001101201301401502007 2008 2009 2010 2011 2012PIB des grandes zones(en indice, 100...
Perte de croissance due à la crise : 15 points en Europeet 6 points aux USA, qui ne seront pas comblésTendancePIB951001051...
Transfert de dette privée à l’Etat : explosion et bonneaffaire pour les banques… qui ne prêtent pas davantage05,00010,0001...
Mécanisme global de transformation de la dette privéeen dette publique (socialisation des pertes)Crise, dette et purge 6Ba...
Etat/adm.1,450Sécu.210Collect.174Top 10%résidents25%Autresrésidents10%Nonrésidents65%France : dette publique (en Md€)et dé...
Mécanismes d’amplification de la dette• Recours de l’Etat aux marchés financiers (interdiction de faire appel auxBanques c...
Le déficit engendré par la baisse des impôtsapparaît comme un formidable moyen de pression pour contraindre l’Étatà rétréc...
Monde :22,96%OCDE :25,62%Europe :20,12%18%20%22%24%26%28%30%32%34%36%38%95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11...
Niches fiscales (recensées et déclassées) :environ 145 Md€, soit 95% du déficit annuel de l’Etat5322638971389211112969160,...
371239536453243549Etat Collectivités locales Sécurité socialeRecettes et dépenses publiques 2012 (en Md€)Recettes Dépenses...
14%16%18%20%22%24%1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012France : dépenses et...
Crise, dette et purge 14Fraudes fiscales et sociales : 30 à 50 Md€ + la « valise suisse »estimée à 80 Md€. Total : au moin...
-1.5%-3.1%-4.1%-3.6%-2.9%-2.3%-2.7%-3.3%Déficit constaté◄ -4,8%-7.1%-7,5%-5,2%-0.7%-2.0%-3.0% -3.0%-2.1%0.2%0.6% 0.8%Horsc...
« Un système favorable aux très richesdonne des résultats décevants pour le travail de tous les autres.Au sommet, en quelq...
USA ou France : mieux vaut être dans le Top 1%Crise, dette et purge 17Source : CBO (Congressional Budget Office, Départeme...
123120118116118122120118 118117119124D1 D3 D5 D7 D9 C95Évolution du niveau de vie par décile et centile (base 100 en 1996)...
-24%+13%+34%+31%+22%InvestissementsSalairesRémunération des dirigeantsDividendes des actionnairesCash-flow *Évolution des ...
PIB par têteSalaire réel par tête *90951001051101151998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2...
606570751960 1970 1980 1990 2000 2010Part des salaires dans la VA (en %)1960-20121980-2010-6 pt1975-2010-10 ptCrise, dette...
« La réforme du marché du travail est nécessaire pour réduireles coûts de la main d’œuvre, doper la productivité.Pour prom...
Taux de margeTaux dinvestissement15%20%25%30%35%1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010Taux de marge et d‘i...
15%20%25%30%35%40%05 06 07 08 09 10 11 12USACrise, dette et purge 24Depuis 2009 : relance des marges et bénéfices,effondre...
-10%-5%0%5%10%15%20%25%30%35%1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012Taux de marge banques (REX/PNB en %)Banquesprivéeset m...
12,64221,88176,349France Italie AllemagneAchats de robots (2008-2012)Crise, dette et purge 26Manque patent d’investissemen...
• « La priorité devrait être de rendre les salairesréactifs (flexibles) aux conditions du marché dutravail »• « Une différ...
Crise, dette et purge 282012 : débâcle de l’austérité, partout-0.4% -0.4%-0.3%-0.7%-0.5%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Espagne+0.5%+0...
Crise, dette et purge 29Le spectre de la bulle plane sur les marchés financiers205298397559760 7281,0401,313 1,3551,7552,0...
• Déficit et dette publics plongent leurs racines dans la baisse des recettes(et non principalement dans l’augmentation de...
• La crise n’est pas conjoncturelle mais structurelle. Elle est maintenantglobale : économique, financière, sociale, écolo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Apex dette, crise et purge

1 498 vues

Publié le

La crise n’est pas finie. Elle s’aggrave. S’y mêlent désormais le poids de la dette publique (résultant du transfert des dettes privées aux États) et l’impact mortifère des politiques d’austérité, notamment en Europe. La zone euro a fini l’année 2012 en récession et 2013 ne fera pas mieux.
Crise, dette et purge : comprendre tout cela pour aider les salariés à agir dans cette situation difficile, tel est l’objectif de ce nouveau diaporama d’Apex.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 498
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
487
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Apex dette, crise et purge

  1. 1. 17, bd Poissonnière. 75002 ParisTél. 01 53 72 00 00Site : www.apex.frMel : contact@apex.frCrise, dette et purgeSaigner le maladepour qu’il meure guéri !
  2. 2. 1. « La douloureuse » : une boule de neige en forme de facture2. Crise, déficit et dette : « la politique des caisses vides »3. La facture à payer : considérablement alourdie par les inégalités4. Mondialisation, crise et purge : pauvre monde, faible EuropeConclusions provisoires : comprendre pour agirCrise, dette et purge 1Crise, dette et purge
  3. 3. « Le cercle vicieux entre les États, les banqueset léconomie réelle est plus solide que jamais »Bulletin du FMI (18 juillet 2012)Crise, dette et purge 21. De la crise à la dette : la « douloureuse »
  4. 4. Zone €99USA102Monde115Asie en devt146901001101201301401502007 2008 2009 2010 2011 2012PIB des grandes zones(en indice, 100 en 2007)Crise, dette et purge 3Pas de sortie de crise en vue pour les USA et la zone euro,mais une récession qui s’annonce* G7 : USA, UK, Canada, France, Allemagne, Italie, JaponSource : FMI, OCDE, Insee, Banque de FranceZone €G7 *859095100105Indicateurs composites avancésde l’OCDE (ICE)All.FranceItalie-6%-4%-2%+0%+2%+4%2008 2009 2010 2011 2012Var. annuelle du PIB en volume
  5. 5. Perte de croissance due à la crise : 15 points en Europeet 6 points aux USA, qui ne seront pas comblésTendancePIB951001051101151202005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013Zone € (indice 100 en 2005)Perte PIB- 15%1 500 Md€Crise, dette et purge 4TendancePIB951001051101151202005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013USA (indice 100 en 2005)Perte PIB- 6%900 Md$(700 Md€)PIB des USA :environ 15 000 Md$(11 000 Md€)Source : OCDE, calculs M. HussonPIB de la zone € :environ 9 500 Md€(12 000 Md$)
  6. 6. Transfert de dette privée à l’Etat : explosion et bonneaffaire pour les banques… qui ne prêtent pas davantage05,00010,00015,00000 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11Dette publique totale (en Md$ et Md€)USA Zone €Crise, dette et purge 5USADepuis 2008+ 5 000 Md$(4 000 Md€)Zone € (à 17)Depuis 2008+ 4 000 Md€Source : Eurostat, OCDEGonflement de la dettede près de 8 000 Md€pour les pays avancésMénages-4%-2%+0%+2%+4%+6%+8%+10%+12%+14%2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013Zone euro : prêts octroyés par les banques(variation annuelle en %)Entreprises
  7. 7. Mécanisme global de transformation de la dette privéeen dette publique (socialisation des pertes)Crise, dette et purge 6BanquesprivéesEmprunts (dette)Etats& BanquescentralesFonds injectés(contre actifs toxiques)Intérêts (déficit)Dépenses fiscales*Baisse des recettes–Fonds renflouésMarges étoffées+* Dépenses fiscales = niches fiscales recensées et déclassées + dérogations diverses, tout cela faisant baisser les recettesActif du bilan de la BCEet de la Fed = 3 000 Md€
  8. 8. Etat/adm.1,450Sécu.210Collect.174Top 10%résidents25%Autresrésidents10%Nonrésidents65%France : dette publique (en Md€)et détention (en %) en 2012Total 20121 834 Md€Crise, dette et purge 7Anatomie de la dette publique française en 2012 :Combien ? Qui la détient ? Quel besoin de financement de l’État ?Source : Agence France TrésorTitres àéchéance100Intérêts50Déficitbudgétaire(hs int.)33France : besoin de financementde l’État en 2012 (en Md€)Total 2012183 Md€Amortissement et service de la dette :plus de 80% !
  9. 9. Mécanismes d’amplification de la dette• Recours de l’Etat aux marchés financiers (interdiction de faire appel auxBanques centrales depuis 1973 en France et article 123 du Traité européen) :effet à la hausse des taux d’emprunt• Injection massive de fonds aux banques dans la crise de 2008-2009 sanscontrôle public sur l’affectation des ressources allouées• Baisse des recettes de l’Etat amplifiée par la baisse de l’activité• Effets de la politique fiscale dégressive des États: En faveur des grandes entreprises En faveur des privilégiés Niches fiscales (recensées et déclassées*) Évasion fiscaleRedistribution de la richesse…… au profit des plus richesRobin des Bois à l’envers !Crise, dette et purge 8* Niches fiscales déclassées : considérées depuis 2006 comme une modalité fiscale normale
  10. 10. Le déficit engendré par la baisse des impôtsapparaît comme un formidable moyen de pression pour contraindre l’Étatà rétrécir. Il n’y a en vérité aucun autre moyen que cette pression »Guy Sorman (La solution libérale, 1984)« Si vous ne connaissez pas une véritable crise, inventez-la ! »Ruth Richardson, ex ministre des Finances de la Nouvelle-Zélande (à Davos en 1997)« Il n’y a rien de pire que de gâcher une bonne crise »Thomas Enders, PDG d’Airbus (à Davos en janvier 2012)Crise, dette et purge 92. La crise, le déficit et la dette :« la politique des caisses vides »
  11. 11. Monde :22,96%OCDE :25,62%Europe :20,12%18%20%22%24%26%28%30%32%34%36%38%95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11Taux moyen d’impôt sur les sociétés (en %)Crise, dette et purge 10Fiscalité allégée sur les profits des entrepriseset les revenus des privilégiés, partoutEn 15 ans, le taux d’ISbaisse de 15 pointsdans le mondeSource : KPMG Corporate and Indirect Tax Survey 2011 ; rapport du Conseil des prélèvements obligatoires (mars 2012)20%8%30%22%40%28%0% 10% 20% 30% 40%ParticuliersSociétésTaux d’imposition réels moyens comparés(IS et prélèvements obligatoires 2011en % du revenu en France)PME-ETIGrands Groupes90% de la population1% le plus richeTPE0,1% très riche
  12. 12. Niches fiscales (recensées et déclassées) :environ 145 Md€, soit 95% du déficit annuel de l’Etat5322638971389211112969160,2180%25%50%75%100%IRPP IS ISF TVA TIPPPart des niches fiscales (recensées et déclassées) dans les recettes fiscalespotentielles par catégorie en 2009 (en %) ; total 360 Md€ brutsNiches fiscales déclasséesNiches fiscales recenséesImpôts payésCrise, dette et purge 11Source : Alternatives économiques (septembre 2011) ; Katia Weidenfeld : À l’ombre des niches fiscales (Economica 2011) ;Projet de loi de finances 2011 (Assemblée nationale)IS67IRPP50.3TVA15.3TIPP 6,2ISF 2,2 Divers 3,5Dépenses fiscales 2011 (niches en Md€)Totaldes niches145 Md€
  13. 13. 371239536453243549Etat Collectivités locales Sécurité socialeRecettes et dépenses publiques 2012 (en Md€)Recettes Dépenses- 83-3-13Déficit total-99Crise, dette et purge 12Déficit de l’Etat et déficit public totalSource : Insee, comptes nationaux des finances publiquesEtat84%Coll.locales3%Sécu.13%Répartition du déficit public(hors amortissement de la dette)Déficit de la Sécu. chômageDéficit de l’État  baisse des recettes
  14. 14. 14%16%18%20%22%24%1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012France : dépenses et recettes de l’État (en % du PIB)DépensesRecettesCrise2008-09Crise, dette et purge 13Baisse des recettes accentuée depuis les années 2000sans augmentation notable des dépenses de l’État (en % du PIB)Source : Insee (comptes nationaux de l’Etat)Récession1992-93Depuis 25 ans,les dépensesse situent à 23%environ du PIBLes recetteschutent de 22%à 16% du PIB
  15. 15. Crise, dette et purge 14Fraudes fiscales et sociales : 30 à 50 Md€ + la « valise suisse »estimée à 80 Md€. Total : au moins 50 Md€ en impôt non perçu !281111Estimation de l’évasion fiscale 2012(en Md€)TVAIR / ISFIS50 Md€Entreprises deplus de 2 000salariés :500 sur 12 000supportent l’IS(soit 5% !)Source : rapport de la Commission du Sénat sur l’évasion fiscale 2012, présidée par Philippe Dominati (UMP), 24 juillet 2012
  16. 16. -1.5%-3.1%-4.1%-3.6%-2.9%-2.3%-2.7%-3.3%Déficit constaté◄ -4,8%-7.1%-7,5%-5,2%-0.7%-2.0%-3.0% -3.0%-2.1%0.2%0.6% 0.8%Horscadeaux fiscaux◄ -1,8%-3,3%-3%-2,2%-8%-7%-6%-5%-4%-3%-2%-1%0%1%2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012Déficit budgétaire en % du PIBCrise, dette et purge 15Déficit budgétaire : 3 points de PIB (environ 60 Md€)induits par les nombreux cadeaux fiscauxSource : Rapport Carrez à l’Assemblée nationale (juin. 2010) ; M. Husson (hussonet : note 17) ; actualisésCadeauxfiscauxDéficit induitpar les cadeauxfiscaux :3 points de PIB
  17. 17. « Un système favorable aux très richesdonne des résultats décevants pour le travail de tous les autres.Au sommet, en quelques dizaines d’années,on s’en est sorti comme des brigands,et tous les autres doivent maintenant régler l’addition »The Economist (26 octobre 2011) *Crise, dette et purge 163. La facture à payer :considérablement alourdie par les inégalités“ A system that works well for the very richest has delivered returns on labour that are disappointingfor everyone else (…) The people at the top have made out like bandits over the past fewdecades, and now everyone else must pick up the bill ”
  18. 18. USA ou France : mieux vaut être dans le Top 1%Crise, dette et purge 17Source : CBO (Congressional Budget Office, Département budgétaire du Congrès des USA) : rapport octobre 2011Étude Insee sur les très hauts revenus (THR : 1% des contribuables), Julie Solard, avril 2010Top 1%37599% restant1308012016020024028032036079 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07USA : revenu réel moyen après impôt(indice base 100 en 1979)+40%+28%+18%+11%+9%+9.1%-0.9%Les plus riches (0,01%)Très aisés (0,09%)Aisés (0,9%)Hauts revenus (9%)90% de la populationPart des revenus de 1%Part des revenus de 90%France : évolution des revenus moyenset répartition globale (2004-2007)
  19. 19. 123120118116118122120118 118117119124D1 D3 D5 D7 D9 C95Évolution du niveau de vie par décile et centile (base 100 en 1996)2008 2010Crise, dette et purge 18Niveaux de vie des ménages en France : ceux qui baissentet ceux qui montent dans la crise10% les plus pauvres :perte de 3 pointsde pouvoir d’achat5% les plus riches :gain de 2 pointsde pouvoir d’achatEn 2010, 8,6 millions de personnes (14% de la population)vivaient dans la pauvreté avec 964 € par mois ou moins.+ 800 000 personnes en 2 ans (familles monoparentales et inactifs).En 2013, ils seront 10 millions.Source : Insee (sept. 2012)
  20. 20. -24%+13%+34%+31%+22%InvestissementsSalairesRémunération des dirigeantsDividendes des actionnairesCash-flow *Évolution des indicateurs de 2006 à 2011 (en %)Crise, dette et purge 19CAC 40 : « la France d’en haut » n’a pas à se plaindre* Cash-flow : flux de trésorerie d’exploitation = Résultat net + dotations nettes aux amortissements et provisions sur actifs immobilisés+/- plus (ou moins) values de cession – variation du BFR (besoin en fonds de roulement)Source : étude Euro RSCG C&O (5 janvier 2012)Mais attention !Le CAC 40n’est pas toutel’économie française.Bien des entreprisesmoyennes ou petitessont en situationcritique.
  21. 21. PIB par têteSalaire réel par tête *90951001051101151998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013Japon : productivité et salaire réel (1998-2013) en indice+ 15 pointsen 15 ans- 3 pointsen 15 ansCrise, dette et purge 20Japon : un exemple de gain de productivité sans croissancepar la flexibilité, la précarité et la baisse des salairesSource : Natixis . * Salaire par tête déflaté par le prix à la consommation
  22. 22. 606570751960 1970 1980 1990 2000 2010Part des salaires dans la VA (en %)1960-20121980-2010-6 pt1975-2010-10 ptCrise, dette et purge 21Part des salaires dans le PIB avant la crise : - 10 pointsTransfert global de richesse estimé en 20 ans : 20 000 Md €60657075801960 1970 1980 1990 2000 2010Part des salaires dans la VA (en %)1960-20121975-2010-16 pt1980-2010-10 ptSource : Base de données Ameco (Commission européenne)
  23. 23. « La réforme du marché du travail est nécessaire pour réduireles coûts de la main d’œuvre, doper la productivité.Pour promouvoir la compétitivité, il faut abaisser les coûts et mettre en œuvredes réformes afin de faciliter laccès aux marchés pour les entreprises »Bulletin du FMI (18 juillet 2012)Crise, dette et purge 224. Mondialisation, crise et purge :Pauvre monde, faible Europe
  24. 24. Taux de margeTaux dinvestissement15%20%25%30%35%1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010Taux de marge et d‘investissement USA + Europe + Japon (en % du PIB) 1960-2011Crise, dette et purge 23Profits en croissance mais relativement peu réinvestis :où sont-ils donc allés ?Source : données tous secteurs Ameco (com. européenne) traitées par M. HussonTaux de marge = résultat d’exploitation/VA ou équivalent ; taux d’investissement = FBCF/VACapitauxdisponibles- Dividendes- Consommation de luxe- Spéculation financièreRetournement1973-75Années 1990-2000 :mondialisation libérale
  25. 25. 15%20%25%30%35%40%05 06 07 08 09 10 11 12USACrise, dette et purge 24Depuis 2009 : relance des marges et bénéfices,effondrement des investissements15%20%25%30%35%40%05 06 07 08 09 10 11 12Zone €Taux de marge<<< (éch. gauche)Tauxdinvestissement(éch. droite) >>>15%20%25%30%35%40%05 06 07 08 09 10 11 12JaponSource : OCDE, Eurostat (moyennes annuelles en % de la VA)
  26. 26. -10%-5%0%5%10%15%20%25%30%35%1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012Taux de marge banques (REX/PNB en %)Banquesprivéeset mutualistesCrise, dette et purge 25France : retour sur les marges, celle des unset celle des autres24%25%26%27%28%29%30%31%32%33%1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012Taux de marge SNF (RBE/VA en %)Sociétésindustrielleset de serviceSource : Insee, BdF, AFB (de 1984 à 1994 banques privées seulement ; ensuite ensemble des banques, y compris mutuelles)
  27. 27. 12,64221,88176,349France Italie AllemagneAchats de robots (2008-2012)Crise, dette et purge 26Manque patent d’investissement et d’équipement :oui, il y a un problème de compétitivité• Le niveau des marges (de laprofitabilité) n’explique pas lafaiblesse de l’investissement• C’est cette faiblesse quiempêche la montée en gammeet le positionnement des prixfrançais• S’il y a un problème decompétitivité, c’est là qu’il setrouve (dans la baissed’efficacité du capital = haussede sa composition organique) Il faut une stratégie et unepolitique publiqued’industrialisation moderne
  28. 28. • « La priorité devrait être de rendre les salairesréactifs (flexibles) aux conditions du marché dutravail »• « Une différenciation accrue des salaires entreles différents types de travailleurs et d’emploisest nécessaire »• « De telles politiques devraient égalementcontribuer à accroître la pression à la baisseexercée par les chômeurs sur les salaires »« Les marchés du travail et la crise », rapport de la BCE (octobre 2012)Enjeu de la phase actuelle de la crise :les recommandations (pressantes) de la BCE (et de la Troïka)…Crise, dette et purge 27Mario Draghi, Président de la BCE…Et le bon sens de Standard & Poor’s« Un processus de réforme basé sur le seul pilier de l’austérité budgétaire risque des’avérer autodestructeur, l’inquiétude des consommateurs quant à leur emploi et leurrevenu réduisant la demande intérieure – et cela conduisant à une baisse desrecettes fiscales. »Note de Standard & Poor’s sur la dégradation de la France et d’autres pays européens (janvier 2012)
  29. 29. Crise, dette et purge 282012 : débâcle de l’austérité, partout-0.4% -0.4%-0.3%-0.7%-0.5%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Espagne+0.5%+0.3%+0.2%-0.6%+0.1%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Allemagne-0.1%-1.0% -0.9%-1.8%-0.3%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Portugal-0.8%-0.7%-0.2%-0.9%-0.5%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Italie0%-0.2%-0.1%-0.6%-0.2%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Zone €-0.2%-0.4%+0.9%-0.3%+0.3%T1 12 T2 T3 T4 T1 13Royaume-Uni-0.1% -0.1%+0.1%-0.2% -0.2%T1 12 T2 T3 T4 T1 13FranceSource : Eurostat (variation trimestrielle, t/t en %)
  30. 30. Crise, dette et purge 29Le spectre de la bulle plane sur les marchés financiers205298397559760 7281,0401,313 1,3551,7552,0002003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 03/13Actif des fonds indiciels cotés (ETF) en Md$33,622,131,915,7266,5136BoJ BCE Fed BoEBilan des banques centrales (en % du PIB)en 2008 et 2012586674598 595 604 583 601707647 639 63612/07 12/08 12/09 12/10 12/11 12/12Marché mondial des produits dérivés(en milliers de Md$)
  31. 31. • Déficit et dette publics plongent leurs racines dans la baisse des recettes(et non principalement dans l’augmentation des dépenses), avec 3 sources : Effet mécanique de la récession et de la baisse des recettes publiques (fiscales) Sauvetage des banques, étatisation de la dette privée et recours obligé aux marchésfinanciersL’austérité aggrave la récession, et donc la dette et le déficit• Augmenter les recettes passe d’abord par une politique fiscale fortementprogressive sur les profits (entreprises) et sur les revenus et patrimoines (particuliersprivilégiés du top 1%)• Augmenter les recettes passe aussi par une politique sociale favorisant : Le pouvoir d’achat, par des hausses des salaires, des retraites et des pensions L’emploi, par le partage du temps de travail (appuyé sur une productivité technique)Concernant dette et déficit, 3 mesures essentielles s’imposent : Monétisation de la dette (recours à l’emprunt auprès des banques centrales) Constitution d’un secteur bancaire public pour maîtriser le crédit et l’investissement Audit de la dette pour y voir clair sur son gonflement (aboutissant à l’annulation de ladette illégitime)L’amputation des budgets sociaux n’est ni une priorité, ni une solutionCrise, dette et purge 30Conclusion provisoire : comprendre pour agir
  32. 32. • La crise n’est pas conjoncturelle mais structurelle. Elle est maintenantglobale : économique, financière, sociale, écologique• Mondialisation, financiarisation, libéralisation et déréglementation ensont l’origine : c’est une crise du système capitaliste du XXIe siècle• La montée des dettes et des déficits publics correspond à lasocialisation des pertes et à l’étatisation de la bulle financière privée• La récession traduit l’affaissement du marché solvable et leralentissement du commerce mondial induit par le tour de vis général• La crise est aggravée par les politiques d’austérité, qui n’ont pas lacroissance pour priorité : Elles ne sont pas une « erreur » mais une orientation délibérée contre le travail Car l’enjeu de la phase actuelle est, pour le capital, de créer les conditions d’unnouveau mode d’accumulation et de profit basé sur la régression sociale etl’approfondissement des inégalitésCrise, dette et purge 31Et comprendre globalement la crise et ses enjeux

×