32, rue de Chabrol. 75010 ParisTél. 01 53 72 00 00 
Site : www.apex-isast.fr 
Mel : info@apex-isast.fr 
Crise durable et e...
1.«La douloureuse» : une boule de neige en forme de facture 
2.Crise, déficit et dette : «la politique des caisses vides» ...
«Le cercle vicieux entre les États, les banqueset l'économie réelle est plus solide que jamais» 
Bulletin du FMI (18 juill...
Perte de croissance due à la crise : 15points en Europeet 6 points aux USA, qui ne seront pas comblés 
Tendance 
PIB 
95 
...
Transfert de dette privée à l’Etat : explosionet bonne affaire pour les banques… qui ne prêtent pas davantage 
0 
5 000 
1...
Mécanisme global de transformation de la dette privéeen dette publique (socialisation des pertes) 
Crise durable et enjeux...
Mécanismes d’amplification de la dette 
•Recours de l’Etat aux marchés financiers(interdiction de faire appel aux Banques ...
Le déficit engendré par la baisse des impôtsapparaît comme un formidable moyen de pression pour contraindre l’Étatà rétréc...
Monde : 22,96% 
OCDE : 25,62% 
Europe : 20,12% 
18% 
20% 
22% 
24% 
26% 
28% 
30% 
32% 
34% 
36% 
38% 
95 
96 
97 
98 
99 ...
14% 
16% 
18% 
20% 
22% 
24% 
1980 
1982 
1984 
1986 
1988 
1990 
1992 
1994 
1996 
1998 
2000 
2002 
2004 
2006 
2008 
20...
170 
142,3 
130,2 
122,3 
120 
117,8 
116,6 
115,5 
115,4 
101,9 
101,6 
PECO 
UK 
USA 
Japon 
Benelux 
Espagne 
France 
A...
Crise durable et enjeux cruciaux 11 
Niches fiscales (dont CICE) = 150 Md€; évasion fiscale = 50 Md€ 
28 
11 
11 
Estimati...
-1,5% 
-3,1% 
-4,1% 
-3,6% 
-2,9% 
-2,3% 
-2,7% 
-3,2% 
Déficitconstaté ◄-4,1% 
-6,8% 
-7,2% 
-5,1% 
-4,9% 
-0,7% 
-2,0% 
...
«Un système favorable aux très richesdonne des résultats décevants pour le travail de tous les autres. Au sommet, en quelq...
USA ou France : mieux vaut être dans le Top 1% 
Crise durable et enjeux cruciaux 14 
Source : CBO (CongressionalBudget Off...
Cotisations sociales 
Investissements 
Dividendes 
2% 
5% 
8% 
11% 
14% 
17% 
5% 
10% 
15% 
20% 
25% 
30% 
1950 
1954 
195...
60 
65 
70 
75 
1960 
1970 
1980 
1990 
2000 
2010 
Part des salaires dans la VA (en %) 1960-2012 
1970-2010-8 pt 
1975-20...
Concurrencepar les coûts(«compétitivité-coût») 
Pressionsur les salaireset les prix fournisseurs 
Demande intérieure compr...
Longue panne d’investissement dans le monde 
13% 
8% 
19% 
18% 
8% 
-9% 
-1% 
10% 
6% 
-1% 
0% 
-3% 
-2% 
2004 
2005 
2006...
«La réforme du marché du travail est nécessaire pour réduireles coûts de la main d’oeuvre, doper la productivité. Pour pro...
12 642 
21 881 
76 349 
France 
Italie 
Allemagne 
Achats de robots (2008-2012) 
Crise durable et enjeux cruciaux 20 
Manq...
Taux de robotisation comparé dans l’industrie 
755 
178 
152 
66 
39 
125 
695 
78 
82 
42 
12 
84 
Automobile 
Chimie / P...
Émergents 
Tendance2009-2011 
Monde 
Developpés 
70 
80 
90 
100 
110 
120 
130 
140 
150 
160 
170 
180 
190 
Indices de ...
Crise durable et enjeux cruciaux 23 
Reprise : es-tu là ? On aimerait dire oui… Mais 
Zone € 
USA 
0% 
2% 
4% 
6% 
8% 
10%...
Crise durable et enjeux cruciaux 24 
Florilègede voeux pieux(depuis 2012)
Crise durable et enjeux cruciaux 25 
5. Conclusion : reprise, vraiment ?
Crise durable et enjeux cruciaux 26 
Bulle financière : toujours là, comme avant la crise ! Alimentée par un torrent de li...
•«La priorité devrait être de rendre les salaires réactifs (flexibles)aux conditions du marché du travail» 
•«Une différen...
•La crise n’est pas conjoncturelle mais structurelle. Elle est maintenant globale : économique, financière, sociale, écolo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Crise durable et enjeux cruciaux

5 234 vues

Publié le

Depuis 2007, avec des petits hauts et beaucoup de bas, c’est la grande récession. La reprise souvent annoncée n’est pas en vue, elle est plus que problématique comme le montrent les derniers développements en Europe. Dans ce cadre, les politiques d’austérité mortifères qui y sont administrées comme un remède de cheval n’ont pas la croissance pour objectif, mais bien la révision sociale tous azimuts des grandes conquêtes de la période précédente.
Retrouvez les chiffres et les explications dans le dernier diaporama d’Apex.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 234
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 455
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Crise durable et enjeux cruciaux

  1. 1. 32, rue de Chabrol. 75010 ParisTél. 01 53 72 00 00 Site : www.apex-isast.fr Mel : info@apex-isast.fr Crise durable et enjeux cruciaux Grande récession, reprise problématiqueet révision sociale tous azimuts
  2. 2. 1.«La douloureuse» : une boule de neige en forme de facture 2.Crise, déficit et dette : «la politique des caisses vides» 3.La facture à payer : considérablement alourdie par les inégalités 4.Mondialisation, crise et purge : les enjeux de la crise ►Conclusions provisoires : comprendre pour agir Crise durable et enjeux cruciaux 1 Crise durable et enjeux cruciauxGrande récession, reprise problématique et révisions sociales tous azimuts
  3. 3. «Le cercle vicieux entre les États, les banqueset l'économie réelle est plus solide que jamais» Bulletin du FMI (18 juillet 2012) Crise durable et enjeux cruciaux 2 1.De la crise à la dette : la «douloureuse»
  4. 4. Perte de croissance due à la crise : 15points en Europeet 6 points aux USA, qui ne seront pas comblés Tendance PIB 95 100 105 110 115 120 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Zone €(indice 100 en 2005) Perte PIB -15% 1 500 Md€ Crise durable et enjeux cruciaux 3 Tendance PIB 95 100 105 110 115 120 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 USA (indice 100 en 2005) Perte PIB-6% 900 Md$ (700 Md€) PIB des USA : environ 15 000 Md$ (11 000 Md€) Source : OCDE, calculs M. Husson PIB de la zone €: environ 9 500 Md€ (12 000 Md$)
  5. 5. Transfert de dette privée à l’Etat : explosionet bonne affaire pour les banques… qui ne prêtent pas davantage 0 5 000 10 000 15 000 20 000 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 Dette publique totale (en Md$ et Md€) USA Zone € Crise durable et enjeux cruciaux 4 USA Depuis 2008 + 8 000 Md$ (7 000 Md€) Zone €(à 17) Depuis 2008 + 3 000 Md€ Source : Eurostat, OCDE Gonflement de la dettede près de 10 000 Md€ pour les pays avancés Ménages -4% -2% +0% +2% +4% +6% +8% +10% +12% +14% 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Zone euro : prêts octroyés par les banques (variation annuelle en %) Entreprises
  6. 6. Mécanisme global de transformation de la dette privéeen dette publique (socialisation des pertes) Crise durable et enjeux cruciaux 5 Banquesprivées Emprunts (dette) Etats & Banques centrales Fonds injectés (contre actifs toxiques) Intérêts (déficit) Dépenses fiscales* Baisse des recettes – Fonds renflouésMarges étoffées + * Dépenses fiscales = niches fiscales recensées et déclassées + dérogations diverses, tout cela faisant baisser les recettes Actif du bilan de la BCEet de la Fed = 3 000 Md€
  7. 7. Mécanismes d’amplification de la dette •Recours de l’Etat aux marchés financiers(interdiction de faire appel aux Banques centrales depuis 1973 en France et article 123 du Traité européen): effet à la hausse des taux d’emprunt •Injection massive de fonds aux banques dans la crise de 2008-2009 sans contrôle public sur l’affectation des ressources allouées •Baisse des recettes de l’Etat amplifiée par la baisse de l’activité •Effets de la politique fiscale dégressivedes États: En faveur des grandes entreprises En faveur des privilégiés Niches fiscales (recensées et déclassées*) Évasion fiscale ►Redistribution de la richesse… … au profit des plus richesRobin des Bois à l’envers ! Crise durable et enjeux cruciaux 6 * Niches fiscales déclassées : considérées depuis 2006 comme une modalité fiscale normale
  8. 8. Le déficit engendré par la baisse des impôtsapparaît comme un formidable moyen de pression pour contraindre l’Étatà rétrécir. Il n’y a en vérité aucun autre moyen que cette pression» Guy Sorman (La solution libérale, 1984) «Si vous ne connaissez pas une véritable crise, inventez-la !» Ruth Richardson, ex ministre des Finances de la Nouvelle-Zélande (à Davos en 1997) «Il n’y a rien de pire que de gâcher une bonne crise» Thomas Enders, PDG d’Airbus (à Davos en janvier 2012) Crise durable et enjeux cruciaux 7 2.La crise, le déficit et la dette : «la politique des caisses vides»
  9. 9. Monde : 22,96% OCDE : 25,62% Europe : 20,12% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30% 32% 34% 36% 38% 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 Taux moyen d’impôt sur les sociétés (en %) Crise durable et enjeux cruciaux 8 Fiscalité allégée sur les profits des entrepriseset les revenus des privilégiés, partout En 15 ans, le taux d’ISbaisse de 15 pointsdans le monde Source : KPMG Corporate and Indirect TaxSurvey 2011 ; rapport du Conseil des prélèvements obligatoires(mars 2012) 20% 8% 30% 22% 40% 28% 0% 10% 20% 30% 40% Particuliers Sociétés Taux d’imposition réels moyens comparés(IS et prélèvements obligatoires 2011en % du revenu en France) PME-ETI Grands Groupes 90% de la population 1% le plus riche TPE 0,1% très riche
  10. 10. 14% 16% 18% 20% 22% 24% 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 France : dépenses et recettes de l’État (en % du PIB) Dépenses Recettes Crise 2008-09 Crise durable et enjeux cruciaux 9 Baisse des recettes accentuée depuis les années 2000sans augmentation notable des dépenses de l’État (en % du PIB) Source : Insee (comptes nationaux de l’Etat) Récession1992-93 Depuis 25 ans, les dépensesse situent à 23% environ du PIB Les recetteschutent de 22% à 16% du PIB
  11. 11. 170 142,3 130,2 122,3 120 117,8 116,6 115,5 115,4 101,9 101,6 PECO UK USA Japon Benelux Espagne France Allemagne UE Italie Grèce Évolution des dépenses publiques par habitant 2000-2014 (en volume, base 100 en 2000) Crise durable et enjeux cruciaux 10 Explosion des dépenses publiques françaises : une fablepour peser sur un choix social Source : Commission européenne, Insee, DG Trésor Sécu. 42% État33% Collect. territ. 19% Divers7% Total 2012 (dépenses et transferts) : 1 263 Md€
  12. 12. Crise durable et enjeux cruciaux 11 Niches fiscales (dont CICE) = 150 Md€; évasion fiscale = 50 Md€ 28 11 11 Estimation de l’évasion fiscale 2012 (en Md€) TVA IR / ISF IS 50 Md€ Entreprises de plus de 2 000 salariés : 500 sur 12 000 supportent l’IS(soit 5% !) Source : rapport de la Commission du Sénat sur l’évasion fiscale 2012, présidée par Philippe Dominati (UMP), 24 juillet 2012 Katia Weidenfeld: À l’ombre des niches fiscales (Economica2011) IS67 IRPP50 TVA15 TIPP 6 ISF 2 Divers 4 Dépenses fiscales 2011 (niches en Md€) Total 2011des niches =145 Md€ Estimation 2012150 Md€
  13. 13. -1,5% -3,1% -4,1% -3,6% -2,9% -2,3% -2,7% -3,2% Déficitconstaté ◄-4,1% -6,8% -7,2% -5,1% -4,9% -0,7% -2,0% -3,0% -3,0% -2,1% 0,2% 0,6% 0,8% Horscadeauxfiscaux ◄-1,2% -3,3% -3% -2,2% -1,8% -8% -7% -6% -5% -4% -3% -2% -1% 0% 1% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Déficit budgétaire en % du PIB Crise durable et enjeux cruciaux 12 Déficit budgétaire : 3 points de PIB (environ 60 Md€) induits par les nombreux cadeaux fiscaux Source : Rapport Carrez à l’Assemblée nationale (juin. 2010) ; M. Husson (hussonet: note 17) ; actualisés Cadeauxfiscaux Déficit induitpar les cadeaux fiscaux : 3 points de PIB
  14. 14. «Un système favorable aux très richesdonne des résultats décevants pour le travail de tous les autres. Au sommet, en quelques dizaines d’années, on s’en est sorti comme des brigands, et tous les autres doivent maintenant régler l’addition» The Economist(26 octobre 2011) * Crise durable et enjeux cruciaux 13 3.La facture à payer : considérablement alourdie par les inégalités “ A system that works well for the very richest has delivered returns on labour that are disappointingfor everyone else (…) The people at the top have made out like bandits over the past few decades, and now everyone else must pick up the bill ”
  15. 15. USA ou France : mieux vaut être dans le Top 1% Crise durable et enjeux cruciaux 14 Source : CBO (CongressionalBudget Office, Département budgétaire du Congrès des USA) : rapport octobre 2011Étude Insee sur les très hauts revenus (THR : 1% des contribuables), Julie Solard, avril 2010 Top 1% 375 99% restant130 80 120 160 200 240 280 320 360 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07 USA : revenu réel moyen après impôt(indice base 100 en 1979) +40% +28% +18% +11% +9% +9,1% -0,9% Les plus riches (0,01%) Très aisés (0,09%) Aisés (0,9%) Hauts revenus (9%) 90% de la population Part des revenus de 1% Part des revenus de 90% France : évolution des revenus moyens et répartition globale (2004-2007)
  16. 16. Cotisations sociales Investissements Dividendes 2% 5% 8% 11% 14% 17% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 1950 1954 1958 1962 1966 1970 1974 1978 1982 1986 1990 1994 1998 2002 2006 2010 Dividendes Cotisations& investissement En % de la VA des sociétés non financières (1950-2012) en France Crise durable et enjeux cruciaux 15 Moins de cotisations sociales, pas plus d’investissementsmais bien plus de dividendes (en proportion de la VA des SNF) Source : Insee
  17. 17. 60 65 70 75 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Part des salaires dans la VA (en %) 1960-2012 1970-2010-8 pt 1975-2010-10 pt Crise durable et enjeux cruciaux 16 Part des salaires dans le PIB avant la crise : -10 pointsTransfert global de richesse estimé en 20 ans : 20 000 Md € 60 65 70 75 80 1960 1970 1980 1990 2000 2010 Part des salaires dans la VA (en %) 1960-2012 1975-2010-16 pt 1980-2010-10 pt Source : Base de données Ameco(Commission européenne)
  18. 18. Concurrencepar les coûts(«compétitivité-coût») Pressionsur les salaireset les prix fournisseurs Demande intérieure comprimée(baisse de la consommationen biens et équipements) Reportdes investissements(panne durable) Crise durable et enjeux cruciaux 17 Cycle infernal de la déflation
  19. 19. Longue panne d’investissement dans le monde 13% 8% 19% 18% 8% -9% -1% 10% 6% -1% 0% -3% -2% 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015p 2016p Variation annuelle de l’investissement (Capex) Crise durable et enjeux cruciaux 18 Source : Standard & Poor’svia Xerfi(sur un échantillon des 2000 plus grosses entreprises mondiales, réalisations et projets) ; Insee, Banque de France -2% -7% +5% +12% +1% -21% 2014p 2013 2012 20011 2010 2009 France : évolution de l’investissement industriel(variation annuelle en %)
  20. 20. «La réforme du marché du travail est nécessaire pour réduireles coûts de la main d’oeuvre, doper la productivité. Pour promouvoir la compétitivité, il faut abaisser les coûts et mettre en oeuvre des réformes afin de faciliter l'accès aux marchés pour les entreprises» Bulletin du FMI (18 juillet 2012) Crise durable et enjeux cruciaux 19 4.Mondialisation, crise et purge : Les enjeux de la crise
  21. 21. 12 642 21 881 76 349 France Italie Allemagne Achats de robots (2008-2012) Crise durable et enjeux cruciaux 20 Manque patent d’investissement et d’équipement : oui, il y a un problème de compétitivité •Le niveau des marges (de la profitabilité) n’explique pas la faiblesse de l’investissement •C’est cette faiblesse qui empêche la montée en gamme et le positionnement des prix français •S’il y a un problème de compétitivité, c’est là qu’il se trouve (dans la baisse d’efficacité du capital = hausse de sa composition organique) Il faut une stratégie et une politique publique d’industrialisation moderne
  22. 22. Taux de robotisation comparé dans l’industrie 755 178 152 66 39 125 695 78 82 42 12 84 Automobile Chimie / Plasturgie Métallurgie Agroalimentaire Electricité / électronique Moyenne industrie Nombre de robots pour 10 000 employés en Allemagne et en France (en 2012) 129% 85% 55% 216% 49% Crise durable et enjeux cruciaux 21 9% 162 000 robots en Allemagne en 2012 contre 34 000 en France, soit 5 fois plus Source : Eurostat, Roland Berger
  23. 23. Émergents Tendance2009-2011 Monde Developpés 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 Indices de production industrielle(base 100 en 2005) Crise durable et enjeux cruciaux 22 Crise, acte 2 : nouveau décrochage en 2011 11 sept2002 Crise -20% -15% -10% -5% +0% +5% +10% +15% +20% Variation annuelle du commerce mondial(en volume) Croissance moyenne1997-2002 Source : NatixisAM Fin 2011Nouveau décrochage de l’OCDERalentissement des émergents
  24. 24. Crise durable et enjeux cruciaux 23 Reprise : es-tu là ? On aimerait dire oui… Mais Zone € USA 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 07 08 09 10 11 12 13 14p Taux de chômage (en % de la population active) Croissanceéventuelle, molleet sans emplois Source : OCDE, Eurostat, FMI PIB USA PIB Z€ Invest. USA Invest. Z€ 75 80 85 90 95 100 105 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014p USA et zone euro : PIB et investissement total(indice base 100 en fin 2007) Recul du PIB par habitant Pas de retour au niveau d’avant crise
  25. 25. Crise durable et enjeux cruciaux 24 Florilègede voeux pieux(depuis 2012)
  26. 26. Crise durable et enjeux cruciaux 25 5. Conclusion : reprise, vraiment ?
  27. 27. Crise durable et enjeux cruciaux 26 Bulle financière : toujours là, comme avant la crise ! Alimentée par un torrent de liquidités 373 418 508 586 673 598 595 604 583 601 707 648 639 633 693 710 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Marché mondial des produits dérivés (par semestre en milliers de Md$) Source : BRI «Il y aura d’autres chocs financiers. La création monétaire mondiale reste extrêmement importante et se traduit dans l’augmentation du prix de certains actifs. Cela peut créer des bulles.» François Pérol(Président du directoire de BPCE) Les Échos (20/02/14) 14 banquescontrôlent 82% du marché
  28. 28. •«La priorité devrait être de rendre les salaires réactifs (flexibles)aux conditions du marché du travail» •«Une différenciation accrue des salaires entre les différents types de travailleurs et d’emplois est nécessaire» •«De telles politiques devraient également contribuer à accroître la pression à la baisse exercée par les chômeurs sur les salaires» «Les marchés du travail et la crise», rapport de la BCE (octobre 2012) Enjeu de la phase actuelle de la crise : les recommandations (pressantes) de la BCE (et de la Troïka)… Crise durable et enjeux cruciaux 27 Mario Draghi, Président de la BCE …Et le bon sens de Standard & Poor’s «Un processus de réforme basé sur le seul pilier de l’austérité budgétaire risque de s’avérer autodestructeur, l’inquiétude des consommateurs quant à leur emploi et leur revenu réduisant la demande intérieure –et cela conduisant à une baisse des recettes fiscales.» Note de Standard & Poor’ssur la dégradation de la France et d’autres pays européens (janvier 2012)
  29. 29. •La crise n’est pas conjoncturelle mais structurelle. Elle est maintenant globale : économique, financière, sociale, écologique •Mondialisation, financiarisation, libéralisation et déréglementation en sont l’origine : c’est une crise du système capitaliste du XXIe siècle •La montée des dettes et des déficits publicscorrespond à la socialisation des pertes et à l’étatisation de la bulle financière privée •La récessiontraduit l’affaissement du marché solvable et le ralentissement du commerce mondial induit par le tour de vis général •La crise est aggravée par les politiques d’austérité, qui n’ont pas la croissancepour priorité : Elles ne sont pas une «erreur» mais une orientation délibérée contre le travail Car l’enjeu de la phase actuelle est, pour le capital, de créer les conditions d’un nouveau mode d’accumulation et de profit basé sur la régression sociale et l’approfondissement des inégalités Crise durable et enjeux cruciaux 28 Comprendre globalement la crise et ses enjeux

×