La Technologie peut-elle
démocratiser la Société ?version 1.0
15-01-2015
Auteur : Arturo Zapata
Email : arturo.zapata@outl...
Les Nations sous contrôle
 Baron Nathan Rothchild :
 "Laissez-moi émettre et contrôler la monnaie d'une nation et je me ...
Une nouvelle loi monétaire au sein du
Cyberespace
 Il ne s’agit pas ici de remettre en cause la légitimité de la monnaie ...
Monnaie Fiat et Cryptomonnaies
 Les fondements largement admis d’une monnaie sont les suivants :
 La monnaie est une rés...
Les défauts
 On compte aussi des caractéristiques plutôt négatives tel que :
 L’absence de banque centrale empêche de ré...
Synthèse intermédiaire 1
 L’usage exclusif (c’est-à-dire sans autre monnaie tel que l’€) d’une
cryptomonnaie permettrait ...
Comment définir la personnalité du
CyberCitoyen dans le CyberEspace ?
La question semble relever de la science fiction, ma...
I. Les fonctionnalités de la eDémocratie
 Mise en place d’un système d’identification qui soit basé sur la personnalité
d...
II. Les fonctionnalités de la eDémocratie
 Réhabilitation du vote électronique
 Cette fonctionnalité devient un outil es...
III. Les fonctionnalités de la eDémocratie
 SYSTÈME POLITIQUE ET SOCIALE :
 La notion de territoire géographique doit-el...
Graphe de synthèse
Exemple d’une « eLoi » d’attribution d’un prêt
caractérisée par son code informatique
Une Nouvelle Banque « Nationale et Décentralisée »
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prez e démocratie

372 vues

Publié le

How use new technologies for new system governement.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
372
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Prez e démocratie

  1. 1. La Technologie peut-elle démocratiser la Société ?version 1.0 15-01-2015 Auteur : Arturo Zapata Email : arturo.zapata@outlook.fr
  2. 2. Les Nations sous contrôle  Baron Nathan Rothchild :  "Laissez-moi émettre et contrôler la monnaie d'une nation et je me "fous" de ceux qui font les lois.«  Décret des Nations-Unis 1992 :  "L'âge des nations doit prendre fin! Les souverainetés des gouvernements doivent être amenées sous un seul gouvernement auquel ils doivent abandonner leurs armes!«  Fin du droit régalien :  La France n’a plus le droit de battre monnaie, elle perd ainsi un levier essentiel de pilotage macro-économiques (autofinancement donc pas d’intérêts à payer, dévaluation,…)  La création monétaire est ainsi uniquement gérée par les banques commerciales privées :  En période de crise, contraction forte des crédits attribués, réduction de la masse monétaire, chemin de la déflation, ralentissement des investissements, chômage.
  3. 3. Une nouvelle loi monétaire au sein du Cyberespace  Il ne s’agit pas ici de remettre en cause la légitimité de la monnaie ce qui est tout à fait envisageable par ailleurs, mais de retirer cet « outil » d’asservissement des mains de l’oligarchie financière.  Définition du territoire (cyberespace) d’application de la cryptomonnaie  Le réseau de base est Internet.  On utilise une couche P2P  Un Browser classique permet les « déplacements »  La Cryptographie sécurise les « transactions »  Lawrence Lessig. Dans un article « Code is Law » rédigé en janvier 2000 devenu célèbre depuis, celui-ci suggère que le code informatique supplante tous les autres codes : civil, pénal, etc.
  4. 4. Monnaie Fiat et Cryptomonnaies  Les fondements largement admis d’une monnaie sont les suivants :  La monnaie est une réserve de valeur : elle permet de thésauriser.  La monnaie est un vecteur d’échange : elle permet d’effectuer des achats de biens et services.  La monnaie permet de déterminer les prix des biens et services.  Les Particularités du Bitcoin  Elle ne peut être contrefaite  Elle est dotée d’une infrastructure minimaliste : Les transferts entre comptes sont aisés et similaires aux virements et sans les coûts qui y sont parfois associés.  La thésaurisation en BTC permet de se prémunir d’un éventuel « bankrun ».  Le faible taux de fraude dans les paiements (qui sont de plus, rappelons-le, non réversibles).  Les échanges sont traçables (la liste des transactions sont consultables sur le « blockchain »).  Les transactions sont programmables (une mère de famille peut alimenter le wallet de son fils pour des dépenses limitées à deux boutiques ou demander deux signatures pour valider les transactions).  Il n’y a pas de risque de se faire voler son identité  Il subsiste encore actuellement une certaine indépendance vis-à-vis des règles bancaires et des lois d’une façon générale  Le peuple pourrait demander l’usage de cette monnaie pour lutter contre la corruption  Cette cryptomonnaie peut démocratiser l’usage de la monnaie en permettant aux personnes non bancarisées de multiplier ses possibilités d’échanges.  Le réseau ayant atteint une taille suffisante (permettant une liquidité sur les places de marché), il est devenu possible de l’utiliser pour transférer des fonds et payer à un coût moindre comparativement aux systèmes propriétaires que sont Visa, Paypal et autres Western Union. Pourquoi le coût est-il moindre ? Parce que le réseau n’a pas de maître : il s’autorégule, supprimant le besoin d’un tiers de confiance fort onéreux. 
  5. 5. Les défauts  On compte aussi des caractéristiques plutôt négatives tel que :  L’absence de banque centrale empêche de réguler la volatilité, la détention de bitcoin est de ce fait moins sûre que la détention de sa monnaie nationale (sauf cas particuliers : Argentine, Chypre,…). Le Bitcoin atteignait les 1000$ en 2013, il est passé récemment sous les 300$. Nous reviendrons plus loin sur cette grave déficience qui montre que la volatilité est menée par les spéculateurs et non par les utilisateurs de la monnaie.  Les « early-adopters » et les spéculateurs ont été récompensés avant les utilisateurs de la monnaie.  Les mineurs se sont réunis en pools de mineurs. Si l’un de ces pools atteignait une puissance de calcul supérieur à 51% de la puissance de calcul du réseau bitcoin, cela représenterait un risque d’altération malveillante du blockchain.  Le coût des transactions risque d’augmenter en fonction des dépenses de minage qui augmentent selon un algorithme mathématique.  Les hackers-mineurs peuvent prendre le contrôle de votre ordinateur pour utiliser votre puissance machine et au passage pour pirater vos comptes (amazon, e-Bay,…). Ainsi, une sécurisation particulière de vos bitcoins peut-être nécessaire (sous forme imprimée, sur un site web spécialisé, sur des appareils spécifiques (hardware).  Le réseau bitcoin n’est pas écologique. Il consomme énormément d’énergie ce qui va très probablement induire une réforme importante du dispositif
  6. 6. Synthèse intermédiaire 1  L’usage exclusif (c’est-à-dire sans autre monnaie tel que l’€) d’une cryptomonnaie permettrait d’échapper à l’emprise de la Banque Centrale dont nous dépendons.  Une cryptomonnaie est décentralisée ce qui signifie qu’il n’existe pas d’entité centralisée en mesure d’en prendre le contrôle,  Le Bitcoin n’est pas parfait mais il a un avantage sur les autres cryptomonnaie : l’étendue et la fiabilité de son réseau.
  7. 7. Comment définir la personnalité du CyberCitoyen dans le CyberEspace ? La question semble relever de la science fiction, mais il semble indispensable de préciser ce sujet : Le CyberCitoyen Dispose t-il d’une situation légale spécifiques ? Soit une Personnalité Morale ou plutôt « digitale » disposant de caractéristiques particulières :  Un nom (sa clé publique sur un blockchain?) éventuellement distinct du nom de la personne physique concernée  Un patrimoine, la possibilité d’ester en justice, la capacité d’acquérir des biens meubles ou immeubles  Une question fondamentale demeure à clarifier : La gestion de l’identification et/ou de l’authentification de la personne  Quid de la notion d’anonymat ? A-t-on besoin d’associer la personnalité physique avec la personnalité digitale ?  La personne digitale peut ester en justice et aussi être l’objet de plainte. Comment définir des sanctions strictement digitales (les avoirs en cryptomonnaie pourraient faire l’objet d’amendes, dégradation de la e-Réputation du cybercitoyen)…) ?
  8. 8. I. Les fonctionnalités de la eDémocratie  Mise en place d’un système d’identification qui soit basé sur la personnalité digitale du « cybercitoyen »  L’authentification d’une personne digitale peut être sécurisée via une technique biométrique à condition de ne pas rendre accessible le lien entre la personne physique et la personne digitale.  Des contrats spécifiques au cyberespace s’inscrivant dans un environnement spécifique (le blockchain ou grand livre digitalisé) peuvent être conclus de gré à gré à l’initiative du cybercitoyen. [ Code is law – le code informatique est la nouvelle façon de « légiférer » sur le net]  Gestion de la eRéputation du Cybercitoyen (à l’instar d’un site marchand tel que eBay) : Les cybercitoyens apprécie par un système de notation la « qualité » de la relation qui est ensuite d’accès « publique ».  On peut envisager de faire arbitrer les mauvais scores via un eGroupe adhoc au sein de forums contradictoires dont les attendus sont soumis à un « eVote ». En retour, il est envisageable de prévoir un impact négatif sur la eRéputation de l’émetteur si la notation négative émise par lui est jugée illégitime.
  9. 9. II. Les fonctionnalités de la eDémocratie  Réhabilitation du vote électronique  Cette fonctionnalité devient un outil essentiel de la « eDémocratie ». Les procédures de sécurisation se doivent donc d’être irréprochables.  Il conviendra de distinguer les champs d’application respectifs des votations « à bulletin secret » des votations « à main levée ».  Des plateformes de prise de décisions décentralisées sont mise à disposition Elles sont basées sur la technologie P2P, du Blockchain et de briques logicielles. Exemple :  ERIS : Brique logiciel de gestion de DAO  BitNation : Gestion administrative de mariages, divorces, actes notariés ou cadastraux, assurances, diplomatie, sécurité etc…  BitLoans : Gestion de prêts traités avec une DAO et s’appuyant sur le eRéputation  Swarm : Une plateforme de Crowdfunding qui repose sur une gestion de vote, de eRéputation et de cryptomonnaie,
  10. 10. III. Les fonctionnalités de la eDémocratie  SYSTÈME POLITIQUE ET SOCIALE :  La notion de territoire géographique doit-elle faire parti intégrante de la CyberFrance ?  Pour moi, la réponse est OUI. Les français de l’étranger ayant libre arbitre sur le territoire qu’il souhaite intégrer (commune, région, département actuels).  Toute personne vivant en France peut se déclarer cybercitoyen d’un pays autre que la France, dans ce cas ils sont déclarés citoyen physique en France et citoyen légitime de la nation de leur choix.  Les efrançais s’inscrivent (ou sont inscrit) dans des « eGroupes » reprenant certaines fonctionnalités de ceux utilisés par les réseaux sociaux et également des découpages administratifs existants :  Communes, Département, Régions : Ces groupes auront pour vocation la reprise des pouvoirs attribués aujourd’hui aux conseils (municipaux, régionaux …).
  11. 11. Graphe de synthèse
  12. 12. Exemple d’une « eLoi » d’attribution d’un prêt caractérisée par son code informatique
  13. 13. Une Nouvelle Banque « Nationale et Décentralisée »

×