INTELLIGENCE ECONOMIQUE

7 439 vues

Publié le

L'intelligence économique doit etre un Etat d'Esprit ! A l'ére de l'information il ne saurait etre possible de pardonner au Manager de ne pas savoir ! Savoir est la premiére tache du Manager ! La pratique de l'intelligence économique devient incontournable !
Ce support vise à permettre d'avoir une vue large de ce qu'est l'intelligence économique, de poser les fondamentaux et permettre toutes les possibilités d'approfondissement !

Publié dans : Direction et management
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 439
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
580
Actions
Partages
0
Téléchargements
149
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

INTELLIGENCE ECONOMIQUE

  1. 1. Intelligence Économique
  2. 2. Données Connaissances Informations Savoir La vérité Les pratiques d’ intelligence Le spectre du savoir Risk management
  3. 3. Mais à quoi la notion d’ “INTELLIGENCE” Renvoie-t-elle
  4. 4. Intelligence Économique d’Affaires Marketing Juridique R.H. Financière Stratégique Digitale
  5. 5. Intelligents Téléphones Villes T.V. Maison Voiture Réfrigérateur Objets etc.
  6. 6. Intelligence Latin “INTELLIGENCIA” : “Faculté de percevoir” - “compréhention” - “discerner” intel - lĕgĕre INTEL : “ENTRE” Lĕgĕre : Cueillir, choisir
  7. 7. UNE définition de l’INTELLIGENCE “Faculté à recueillir un ensemble d’informations séparées afin de les liées entre elles et d’en déduire une connaissance conceptuelle et rationnelle apte à soutenir une capacité d’ adaptation en corrélation avec des objectifs.”
  8. 8. « L'intelligence est programmée pour la création du différent. » Francesco Alberoni
  9. 9. et ... QU’EST CE QUE L’INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE ?
  10. 10. Une première appréhension par opposition à des notions voisines: L’Intelligence Economique Knowledge management (K.M.) / Systéme d’information (S.I.) / Veille Stratégique / Benchmarking
  11. 11. “A l’ère de l’ information l’ ignorance est un choix !”
  12. 12. Nous sommes à l’ére de l’ information ! ★ Surabondance d’information. Obésité informationnelle. ★ Sources d’informations très variées. ★ Explosion du volume d’informations disponibles ★ Évolution exponentielle de l’univers numérique ★ 5 247 Go de données pour chaque homme, femme et enfant sur Terre en 2020. ★ 40 ZETTAOCTETS à l’horizon 2020
  13. 13. 1. L’Intelligence Economique VEILLE STRATEGIQUE
  14. 14. La veille stratégique La veille stratégique repose sur l’ensemble des processus de collecte, de stockage et de traitement de données en vue de constituer de l’information stratégique. On parle aussi de RENSEIGNEMENT STRATÉGIQUE ou encore d’INTELLIGENCE STRATÉGIQUE
  15. 15. L’intelligence stratégique Dans le renseignement, il ne s’agit pas seulement de collecter de l’information, il s’agit de « créer des liens » entre des connaissances pour éclairer la réalité. Traiter et interpréter est au moins aussi important qu’acquérir !
  16. 16. 2. L’Intelligence Economique KNOWLEDGE MANAGEMENT
  17. 17. Le Knowledge Management Le Knowledge Management est la gestion consciente, coordonnée et opérationnelle de l’ensemble des informations, connaissances et savoir-faire des membres d’ une organisation au service de cette organisation.
  18. 18. Le KM est centré organisation, informations internes L’enjeu du KM est plutôt une réappropriation de l’information par un être humain, par le biais de la culture, de son milieu socioprofessionnel, de sa représentation personnelle, de son affectivité Manager la connaissance, c’est donc avant tout manager des êtres humains, avec leurs qualités cognitives, mais aussi avec leur facteurs affectifs et émotionnels.
  19. 19. LA CONNAISSANCE SELON NONAKA La socialisation représente l’interaction des individus au sein d’un groupe, c’est un processus d’ ajustement de l’intersubjectivité, d’intégration culturelle. L’apprentissage se fait par l’observation, consciente ou inconsciente, par l’imitation, par communauté de pratiques et partage d’expériences, sans le recours au langage ni à la codification. La formalisation désigne l’explication, par le discours ou l’écrit, des pratiques et des croyances ; sa difficulté réside dans l’adoption d’un langage et de concepts partagés. L’intériorisation représente l’enracinement de la connaissance explicite dans des séquences pouvant atteindre le stade du réflexe, de l’automatisme, et devant normalement s’accompagner de gains d’efficience. La combinaison par le biais d’un langage commun, autorise la communication de connaissances explicites qui sont combinées, rapprochées pour produire, par induction, déduction, hybridation, des connaissances nouvelles.
  20. 20. Les axes de mise en oeuvre du KM ➔ Se connaître, échanger des idées ➔ Travailler ensemble, échanger de la connaissance ➔ Veiller et accéder aux sources externes ➔ Produire et gérer la documentation interne ➔ Transférer, partager et faire circuler la connaissance
  21. 21. 3. L’Intelligence Economique Systéme d’Information
  22. 22. Le Système d’information Un système d’information est un ensemble organisé de processus et de moyens matériels,techniques, humains mis en oeuvre en vue de collecter, stocker, traiter, analyser et diffuser l’ensemble des informations stratégiques en rapport avec les objectifs de l’entreprise.
  23. 23. Systéme d'Information Économique Commercial Marketing Juridique R.H. Financière Géographique
  24. 24. 4. L’Intelligence Economique BENCHMARKING
  25. 25. Le benchmarking Processus de comparaison entre un produit, service, processus, une activité, des indicateurs ou stratégies et un point similaire reconnu comme meilleur en vue d’en implémenter au bénéfice de l’entreprise ce qui est reconnu comme meilleur.
  26. 26. c’est … L'intelligence Économique
  27. 27. 3 composantes VEILLE STRATÉGIQUE Protection du patrimoine Stratégies d’ influence
  28. 28. Le management stratégique de l’ information ➔ FONCTION DE RENSEIGNEMENT ➔ FONCTION D’INFLUENCE ➔ FONCTION DE PROTECTION
  29. 29. Objectif: Acquérir un avantage concurrentiel
  30. 30. Première partie : La VEILLE STRATÉGIQUE
  31. 31. Qu’est ce qu’une information ? Tout ensemble de données propre à revêtir un sens particulier, pour un utilisateur. On classe généralement l'information selon trois degrés d'accessibilité : ● l'information blanche, accessible par tous. ● l'information grise, qui nécessite des techniques plus avancées. ● l'information noire, qui relève de l'espionnage industriel.
  32. 32. Types d’informations Ouverte, publique, écrite, blanche: Internet, Bases de données, Normes, Lois, Conférences, Forums, Journaux, Livres, Thèses, etc. Fermée, Grise, Orale, confidentielle, noire: Réseaux humains, discussions surprises, informations secrets défense, informations illégalement acquises
  33. 33. Les veilles opérationnelles (1) ● La veille commerciale : évalue les pratiques commerciales d'une activité visée ● La veille concurrentielle : évalue les concurrents et leur positionnement ● La veille créative : veille sur les idées nouvelles et les opportunités d'innovation, elle est surtout pratiquées par les entreprises créatives spécialisées dans le Design, la Mode, la Publicité, etc. ● La veille d'opinion : veille sur les opinions des consommateurs formulées en ligne, sur des espaces publics permettant aux internautes d'interagir (espaces souvent appelés 2.0). ● La veille environnementale : veille sur les informations et réglementations sur l'environnement
  34. 34. Les veilles opérationnelles (2) ● La veille financière : détecter les mouvements sur les marchés financiers, monétaires et de matières premières pouvant affecter l'entreprise, sur ceux des titres de l'entreprise elle-même et ceux des entreprises similaires concurrentes ou dans lesquelles elle a des intérêts ou avec lesquelles elle travaille ● La veille horizontale : évalue les secteurs voisins ● La veille juridique (ou réglementaire) : surveillance des novations et modifications législatives et réglementaires et des décisions de justice et administratives applicables aux activités de l'entreprise ● La veille médiatique : veille sur les informations traitées par différentes sources médias cibles en fonction d'un sujet déterminé
  35. 35. Les veilles opérationnelles (3) ● La veille politique (ou institutionnelle) : étude des réseaux de pouvoirs dans les institutions publiques ● La veille réglementaire : surveillance des nouveaux textes législatifs, réglementaires voire techniques (normes) pouvant concerner l'entreprise (obligation sociale, norme technique, etc) ● La veille sectorielle : observation d'un secteur dans ses aspects les plus divers (clients/concurrents/acteurs). Peut être assimilée à de la veille verticale (op. horizontale) ● La veille sociale : veille sur les évolutions et réglementations en matière sociale
  36. 36. Les veilles opérationnelles (4) ● La veille sociétale : veille sur les questions de sociale qui touche directement ou indirectement l'entreprise et plus précisément la question de la responsabilité sociétale des entreprises ● La veille stratégique : surveillance du jeu concurrentiel (stratégie totale / stratégie à objectifs limités) ● La veille technologique : surveillance des innovations techniques (généralement par l'étude des brevets : veille propriété industrielle et intellectuelle) et des normes, voire influence pour la modification (accompagnement à l'évolution) des normes
  37. 37. La veille stratégique permet d’ acquérir l’information stratégique ! L’information stratégique n’existe pas à l’état de nature Elle est : ● Transversale par définition ● La synthèse des veilles opérationnelles ● L’aide au pilotage des entreprises
  38. 38. L’intelligence c’est la faculté d’adaption André GIDE
  39. 39. Deuxième partie : La protection du patrimoine informationnelle
  40. 40. Définition du Patrimoine Informationnel Ensemble des données et des connaissances, protégées ou non, valorisables ou historiques d'une personne physique ou morale.
  41. 41. Protection du Patrimoine Informationnel Assurer la protection et la valorisation de l'information.
  42. 42. Comment garantir la protection ? ● Sécurité Technique ● Sécurité Juridique ● Assurance ● Enrichessement
  43. 43. Sécurité Technique
  44. 44. Il faut garantir: La disponibilité et l'accessibilité L’intégrité L’identification et l’authentification La confidentialité La traçabilité La pérennité / archivage électronique
  45. 45. Disponibilité / accessibilité ● Effectuer un audit de la disponibilité informatique ● Classifier l’information ● Utiliser un progiciel pour batir un plan de continuité ● Choix d’un hébergement interne ou externe ● Effectuer des tests réguliers
  46. 46. Intégrité ● Effectuer un audit de l’intégrité des flux et des traitements ● Agir de façon préventive et curative sur l’ architecture réseau pour lutter contre les codes malicieux ● Garantir le transfert d’informations sensibles ● Procéder à des controles d’intégrité des données
  47. 47. Identification authentification Bien définir les Contrôles d'accès Classifier l’information Remettre en cause et améliorer les process
  48. 48. Confidentialité Avoir recours au chiffrement Effectuer un audit de confidentialité Externaliser au besoin
  49. 49. Archivage Classifier l’information Choisir les formats adéquats Evaluer les volumes Choisir les supports adéquats Prévoir les migrations Vérifier les signatures électroniques
  50. 50. Sécurité Juridique
  51. 51. Il est impératif de : ● Maîtriser l’ensemble des outils juridiques liés à la protection de l’information ● Maîtriser les risques juridiques ● S’appuyer sur la Propriété Intellectuelle
  52. 52. Outils juridiques ● Politique de sécurité des systèmes d’ informations adaptées. ● Charte d’utilisation des communications électroniques ● Contrats de travail et règlements intérieurs ● Contrats avec les tiers
  53. 53. La propriété intellectuelle pour protéger le patrimoine informationnel
  54. 54. Ceux qui sont experts dans l’art de la guerre soumettent l’armée ennemie sans combat. Ils prennent les villes sans donner l’assaut et renversent un état sans opérations prolongées, Sun Tsu
  55. 55. Troisiéme partie : Les stratégies d’influence
  56. 56. Définition de l’influence par François-Bernard Huyghe et Ludovic François : “ L’influence peut prendre des formes multiples, mais elle a toujours un résultat unique : quelqu’un – appelons-le l’influencé – a fait ou pensé ce que désirait l’ influent sans contrainte ni contrat, sans subir de violence ou sans en tirer de contrepartie, sans y être obligé ni par son infériorité ni par la nécessité. L’ influencé éprouve l’influence comme venue de son tréfonds, comme si elle ne faisait que lui révéler ce qu’il désirait secrètement, comme si la relation était spontanée, symétrique et égalitaire (là encore une différence avec l’autorité qui repose sur une altérité ostensible) ”
  57. 57. Pratique Il s'agit d’acquérir ou de conserver un pouvoir rare et pertinent, de propager des idées ou des convictions favorables à ses projets ou de tromper, paralyser ou discréditer un rival par l’intermédiaire des signes, mots, images, bits informatiques. Toutes ces méthodes visent un objectif ultime, le cerveau humain, par l’ interprétation de la réalité qu’ils lui proposent, par les convictions et passions qu’il lui insufflent, par la façon dont ils dirigent son attention. Pour le dire autrement, il sera aussi question des fondamentaux de la «guerre de l’information»
  58. 58. Les techniques de l’influence La capacité d’émettre des images séduisantes, de diffuser des messages persuasifs et d’organiser la synergie, mais aussi la faculté d’agir sur les normes et les critères du choix d’autrui peuvent également procurer de l'influence. Les groupes représentant « la société civile », s'imposant par l’expertise ou au nom de normes éthiques ou autres) l’illustrent chaque jour.
  59. 59. Les techniques de l’influence ● Irradiation :le modèle qui suscite l’imitation par l’image, le prestige-conviction : la persuasion que suscite le contenu d’un message, de la rhétorique au storytelling ● Perception : la modification du code de l’influencé sous la triple forme ● Le contrôle de l’attention et de la perception (environnement mental) notamment par la maîtrise des "tuyaux" (les moyens de communication) ● La formation ou du formatage des catégories mentales : le social learning, les normes ● L’inspiration : think-tanks et sociétés de pensée illustrent cette dimension ● L’action en synergie par coalition : utiliser les réseaux pour unir des actions ou des intérêts
  60. 60. Rien de très nouveau dans la pratique du lobbying, terme désignant toute action ayant pour but d’influencer une autorité publique. Les bas-reliefs de l’Antiquité nous montrent la foule se pressant dans le vestibule du Sénat afin de rencontrer tel ou tel haut personnage. Les salons du XVIIIe siècle servaient autant à se créer des réseaux à la cour qu’à discuter de littérature, Stefan Schepers
  61. 61. Merci ! Babacar LO Consultant Intelligence Digitale E-mail: me@babacarlo.com Blog: www.babacarlo.com Twitter: @Assadikh LinkedIN: www.linkedin.com/in/babacarlo/

×