ALGIES CRANIO-FACIALE
I.
-

Dr .Lakehel

INTRODUCTION

-

Le terme de céphalée désigne toute douleur ressentie au niveau d...
ALGIES CRANIO-FACIALE
II.

Dr .Lakehel

CAT :

A-Interrogatoire:
Est le temps clé du diagnostic, permet de préciser:
1) Le...
ALGIES CRANIO-FACIALE

Dr .Lakehel

C-Examens complémentaires :

3

TDM cérébrale, IRM cérébrale, PL.
Les arguments qui po...
ALGIES CRANIO-FACIALE





Dr .Lakehel

la photophobie
-la phono phobie
symptômes : pâleur du visage, hypotension orth...
ALGIES CRANIO-FACIALE

Dr .Lakehel
5

2- Les céphalées de tension (psychogènes)
-







Cette dénomination a été ret...
ALGIES CRANIO-FACIALE

Dr .Lakehel
6

4- La névralgie essentielle du trijumeau
-

Tic douloureux de Trousseau :

-

Douleu...
ALGIES CRANIO-FACIALE

Dr .Lakehel

La céphalée est souvent violente, permanente avec recrudescences paroxystiques, tempor...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Algies cranio faciale

2 072 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 072
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
50
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Algies cranio faciale

  1. 1. ALGIES CRANIO-FACIALE I. - Dr .Lakehel INTRODUCTION - Le terme de céphalée désigne toute douleur ressentie au niveau de l'extrémité céphalique, ce qui permet de regrouper les douleurs du crâne et celles du visage dites algies faciales. En effet l'innervation sensitive de ces deux régions ne peut être dissociée, elle est assurée par: la V, IX, X paire crânienne et les 3 premières racines cervicales. Les céphalées représentent un motif fréquent de consultation et relèvent de causes multiples. - En pratique clinique, il est très important de distinguer: - Les céphalées essentielles bénignes : de loin les plus fréquentes:90% qui sont les céphalées qui évoluent par crises avec un intervalle libre et les céphalées permanentes ne s'aggravant pas pour lesquelles les examens complémentaires sont inutiles. Des céphalées symptomatiques :qui apparaissent brutalement et qui s'aggravent rapidement et qui constituent des urgences à explorer. International classification of headache society (IHS 2004)  Céphalées primaires : 1) migraine 2) céphalées dites de tension 3) Algie vasculaire de la face et autres céphalées trigémino - autonomiques 4) Autres céphalées primaires  Céphalées secondaires : 5) Un traumatisme crânien et/ou cervical 6) Une affection vasculaire, crânienne ou cervicale 7) Une affection intra crânienne non vasculaire 8) Prise ou retrait d’une substance 9) Infection 10) Anomalie de l’homéostasie 11) Anomalie du crâne, du cou, des yeux, des oreilles, du nez, des sinus, des dents, de la bouche ou d’une autre structure faciale ou crânienne 12) Affection psychiatrique 13) Névralgies crâniennes, et causes centrales de douleurs faciales. 14) Autres céphalées, névralgies crâniennes et douleurs faciales centrales ou primaires. 1
  2. 2. ALGIES CRANIO-FACIALE II. Dr .Lakehel CAT : A-Interrogatoire: Est le temps clé du diagnostic, permet de préciser: 1) Le mode d'installation et le profil évolutif : - Céphalées aigues brutales: récentes d'apparition brutale. céphalées chroniques: céphalées chroniques paroxystiques: évoluant par crises entre lesquelles le patient ne souffre pas. céphalées chroniques permanentes. céphalées chroniques progressives: céphalées permanentes s'aggravant progressivement depuis quelque jour, sem., ou mois 2) Le siège : - Diffuse Hémicrânie Hémiface Rétro-orbitaire La douleur peut être: unilat, bilat, ou à bascule, 3) Le caractère: pulsatile, continue, en éclair, brûlure…. 4) L'intensité de la douleur 5) La fréquence des crises et l'évolution dans le temps 6) la durée sans et avec traitement 7) Les prodromes : troubles de l'humeur, irritabilité, malaise 8) Les facteurs déclenchant et aggravant: le froid, l'effort, manque de sommeil, consommation de certains aliments ou prise d'Alcool ou de certains médicaments, traumatisme..... 9) Les signes accompagnateurs: nausées, vomissements, larmoiement, myosis, signes neurologiques... 10) Les facteurs améliorant et traitements efficaces. 11) Les ATCD personnels et familiaux, traitement en cour ou antérieur, retentissement socio-professionnel. B-Examen clinique: - Examen neurologique complet : signes de localisation, syndrome méningé, syndrome d'HIC... Examen au FO : { la recherche d'un œdème papillaire. Prise de TA, de T°. Examen somatique complet : ORL, ophtalmo... 2
  3. 3. ALGIES CRANIO-FACIALE Dr .Lakehel C-Examens complémentaires : 3 TDM cérébrale, IRM cérébrale, PL. Les arguments qui poussent { la réalisation d’investigations complémentaires sont :  -Le caractère inhabituel d’une céphalée ou son aggravation rapide.  -La survenue de signes neurologiques associés.  Un œdème papillaire au FO. -En cas de syndrome méningé, l’hospitalisation est immédiate pour surveillance, scanner cérébral (hémorragie méningée) et/ou ponction lombaire (méningite, hémorragie méningée avec scanner normal). -En cas d’hypertension intracrânienne : demander une imagerie cérébrale (scanner ou IRM) en urgence. -IRM cérébrale (couplée ou non { l’angio-IRM) si le diagnostic de thrombophlébite cérébrale est évoqué. -Vitesse de sédimentation devant toute céphalée subaiguë après 50 ans (Horton). -Echodoppler cervical +/- imagerie par résonance nucléaire (IRM et angio-IRM) en cas de suspicion de dissection d’une artère cervicale. -Scanner des sinus et examen ORL : confirment l’existence d’ une sinusite. III. Diagnostic étiologique A/ Les céphalées primaires 1- La Migraine - La migraine est essentiellement caractérisée par la survenue de crises ,comportant une ensemble de symptômes (céphalée). MIGRAINE SANS AURA - Migraine sans aura: les plus fréquentes (80%-90%) . Une céphalée spontanément résolutive. Le diagnostic est posé dans deux circonstances bien#: À distance d’une crise : lors de la consultation Dg repose essentiellement par l’interrogatoire. Au chevet d’un malade en crise : circonstance dans laquelle, il faut éliminer d’autres causes de céphalées aigues Sémiologie de la crise  - La céphalée: s’installe de manière progressive . à n importe quel moment. typiquement unilatérale à bascule (tantôt droite gauche) de topographie : surtout fronto-temporale, parfois occipitale. de caractère pulsatile. d’intensité variable même chez le même sujet. les nausées dans 90%des cas
  4. 4. ALGIES CRANIO-FACIALE     Dr .Lakehel la photophobie -la phono phobie symptômes : pâleur du visage, hypotension orthostatique, impression d’instabilité un épisode diarrhéique ou accès de polyurie ({ la fin de la crise surtout chez l’enfant) les symptômes prémonitoires: (15%des cas) : Dans les 24heurs qui précédent la crise : asthénie bâillements tendance dépressive somnolence irritabilité sentiment euphorique sensation de faim PR un aliment précis intolérance aux odeurs (osmophobie) Facteurs déclenchant une crise de migraine: Facteurs psychologiques contrariété : Anxiété, émotion, choc psychologique Facteurs hormonaux : Règles, contraceptifs oraux Modification du mode de vie : Déménagement, changement de travail, vacances, week-end, voyage, surmenage Facteurs sensoriels : Lumière, Bruit, vibration, odeur Aliments : Alcool, chocolat, graisses cuites, fromages, agrumes Facteurs climatiques : Vent ; orage, chaleur humide, froid Habitudes alimentaires : Jeûne, hypoglycémie, repas sautés ou irréguliers Autres facteurs : Traumatisme crânien, manque ou excès de sommeil (« grasse matinée »), altitude les facteurs aggravants : Mouvement de la tête, la toux, l’effort physique les facteurs soulageant : l e repos, fermeture des yeux, le calme, MIGRAINES AVEC AURA : L’aura : « c’est l’ensemble des manifestations neurologiques stéréotypes témoignant d’un dysfonctionnement neurologique (du cortex ou du tronc cérébral), survenant par crises, précédant la céphalée et totalement réversibles - survient dans 10%-20%des crises migraineuses - les caractères de la céphalée ne sont pas déterminants  Mode d’installation: - -progression lente ( dans le temps l’espace): se développe graduellement plus de 5 min, moins d'une heure.  la céphalée : s’installe après la disparition de l’aura Après un intervalle libre inférieur à 1 heure (rarement en même temps ou avant). - Aura : visuelle, sensitive ou aphasique,  Traitement : o De la crise : - Les non spécifiques : antalgiques et AINS. - Les spécifiques : dérivés de l’ergot de seigle (DHE) + les triptans (mode d’action :-vasoconstriction des vaisseaux cérébraux), o Traitement de fond : - DHE, antidépresseurs… - 4
  5. 5. ALGIES CRANIO-FACIALE Dr .Lakehel 5 2- Les céphalées de tension (psychogènes) -      Cette dénomination a été retenue par l’IHS pour désigner une variété aussi fréquente, sinon plus que la migraine et qui fait référence à la tension psychologique qui les sous-tend souvent et à la tension des masses musculaires qui les accompagnent(contracture musculaire excessive des muscles péri crâniens). Douleurs bilatérales, non pulsatiles, d’intensité faible à modérée, non aggravées par les activités physiques. Association fréquente avec la migraine. Les caractères propres de la céphalée et son évolution obtenus par l’interrogatoire orientent souvent le diagnostic: -Céphalée diffuse+++ -Quand elle est localisée elle est toujours bilatérale -Prédomine dans les régions occipitales et cervico-occipitales. Le type de la douleur: sensation de pression, serrement d’étau, de pesanteur ou de tête vide (n’est pas pulsatile) L’intensité: Légère à modérée Absence de retentissement sur la vie quotidienne et sommeil normal, contrastant avec une gêne décrite parfois comme intense. S'accentue lors des périodes de tension psychologiques. Les symptômes associés: sont généralement absents (nausées, vomissement….) cependant une photophobie ou une photophonie peut être présente. L’examen neurologique et somatique : est normal. 3- L’algie vasculaire de la face cluster Headache Céphalée très intense (pouvant conduire au suicide), céphalée en grappes, migraine rouge… Nettement individualisée par IHS « cluster headache»: cluster=survenue en salves AVF est une céphalée primitive. Beaucoup plus rare que la migraine et la céphalée de tension La seule avec hémicrânie paroxystique chronique. Touche surtout l’homme jeune de 15-40ans. Céphalée aigue violente extrêmement douloureuse invalidante Agitation +++ Le caractère stéréotypé des crises douloureuses et de l’évolution de la maladie ainsi que la présence quasiconstante de signes d’activation para sympathiques rend le Dgc facile. - Sans prodromes : l’accès débute rapidement et atteint son paroxysme en qq min; la douleur diminue ensuite rapidement pour disparaitre en qq min. - L’accès dure 15-180min et se répète 2à3 fois/J durant une période de qq sem. à plusieurs mois. - Une accalmie survient ensuite avec disparition de la douleur pendant plusieurs mois voir années.  Symptômes associés: - Les troubles vaso- sécrétoires sont importants et caractéristiques, siègent tjrs du même coté que la douleur. -
  6. 6. ALGIES CRANIO-FACIALE Dr .Lakehel 6 4- La névralgie essentielle du trijumeau - Tic douloureux de Trousseau : - Douleur faciale paroxystique intermittente, unilatérale, territoire du nerf trijumeau (V) : Branche ophtalmique V1, maxillaire sup V2, maxillaire inf V3. - La douleur concerne une ou deux branches, - Si c’est toutes les branches = douleur non essentielle mais symptomatique (il existe une lésion). - Douleur soudaine, intense, aïgue, superficielle, intolérable, coup de poignard, décharge électrique, Intensité sévère. Zone gachette : mastication, toucher, rasage... Par accès avec des ntervalles libres. Stéréotypie individuelle. Pas de déficit neurologique. Exclusion des autres causes. 5- Autres céphalées primaires : Névralgie d’Arnold, névralgie du IX… B/Les céphalées symptomatiques 1-Hémorragie sous arachnoïdienne - = urgence neurochirurgicale Accident vasculaire cérébral consécutif a l’irruption massive de sang dans les espaces sous arachnoïdiens le plus souvent après rupture d ’anévrisme artériel. Installation brutale d’une céphalée violente max d’emblée + nausées ou vomissements. Syndrome méningée +++, parfois confusion, coma. FO : œdème papillaire, hémorragies. TDM cérébrale en urgence : hyperdensités des espaces arachnoïdiens. PL (si TDM normale): liquide hématique. TRT= neurochirurgical. 2- Artérite giganto-cellulaire : Artérite temporale de Horton - Affection inflammatoire des parois des artères de moyen et gros calibre (artère temporale+++) üRare, de cause inconnue. Age moyen=70ans
  7. 7. ALGIES CRANIO-FACIALE Dr .Lakehel La céphalée est souvent violente, permanente avec recrudescences paroxystiques, temporale mais de siège parfois atypique uni ou bilatérale. - Elle s’accompagne de : - Signes locaux:  Artère temporale épaissie, déformée, indurée, douloureuse à la palpation, non pulsatile , le pouls aboli, parfois œdème local.  Hyperesthésie du cuir chevelu.  Parfois claudication intermittente de la mâchoire. - 3-Hypertension intracrânienne bénigne: - -Céphalées + Baisse de l’acuité visuelle + vomissements -Possibilité de paralysies de nerfs crâniens (VI ) -FO =œdème papillaire Pas de signes de focalisation (examen neurologique est normal en dehors de l’atteinte du II et du VI. -Augmentation de la PIC (sup. 20cm H2O) -Imagerie cérébrale =normale PL normale (composition). -Causes : maladies endocriniennes, certains médicaments, certaines maladies de syst. , maladies hémato, obésité, grossesse... 4-Autres céphalées symptomatiques: - Post-traumatiques Anomalies intracrâniennes vasculaires: thrombose veineuse cérébrale Dissection des artères cérébrales Infarcissement cérébral Hgie intracrânienne Encéphalopathie hypertensive Angéites isolées et granulomateuse du SNC Anomalies intracrâniennes non vasculaires: Anomalies de la circulation du LCR (HIC, l’hypotension IC) Tumeurs intracrâniennes (crises, déficit neurologique…) Infections: méningite, encéphalite, abcès cérébral. Toxiques (CO, Alcool) et médicamenteuses: dérivés nitrés, IPP, ciclosporine, AINS, organophosphorés Métaboliques: dysthyroïdies, insuffisance rénale, hépatopathie, hypoglycémie, hypercapnie.. Maladies systémiques: fibromyalgie, dépression. Pathologies de la colonne cervicale. Causes ORL (sinusite, Tm du pharynx…..) Ophtalmologiques (glaucome aigu...) Stomatologiques (dysfonctionnement de l’ATM). 7

×