Les structures de santé privéesdans la mise en œuvre de lapolitique nationale de traitementantipaludiqueCAS DE LA R.D.Cong...
PLAN DE PRESENTATIONI INTRODUCTIONII POLITIQUE NATIONALE DE LUTTEANTIPALUDIQUE EN RDCongoIII LES STUCTURES PRIVEES ET LAMI...
LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUEDU CONGO
I INTRODUCTIONPopulation totale:49.000.000 hab.Système de santé publique totalementeffondréEmergence des structures de san...
Paludisme en RDCPrévalence de la fièvre chez les enfants demoins de 5 ans : 41 % (MICS 2, 2001)59 % de motif de consultati...
Pays endPays endéémiquemique100 % de personnes expos100 % de personnes exposééesesdont :dont :97 % des personnes vivant da...
II. La politique nationale de lutteantipaludique en R.D.CongoÉnoncé: La politique nationale de luttecontre le paludisme s’...
. Nouvelle politique de traitementantipaludiqueArrêté MinistérielN°1250/CAB/MIN/S/BYY/PT/0024/2005Artésunate – amodiaquine...
Les orientations stratégiquesDeux axes stratede lutteA.StrategiedebaseB.Strategied’ appui2 Grands axesStrategique deLutte.
AccèspalustresimpleAccèspalustregrave•Séquelles•Décès3 4PEC correcte, précoce et efficaceA.Strategie de base
Prise en charge des cas du paludisme(Diagnostic et traitement)Diagnostic rapideTraitementcorrectprécoce (endéans 24heures ...
Promotion de l’utilisation de lamoustiquaire imprégnée d’insecticideEnfants de moins de 5 ans Femmes enceintes
Paludismependant lagrossesse•Faible poids à lanaissance•Avortement•Mort-né•Accès palustre aigu•Anémie5Traitement préventif...
Assainissement péri et intra domiciliaire
La surveillance epidemiologiqueLa communautéPoste de santé/C.SB.C.Z.SDistrict sanitaireInspection médicale provincialeNive...
. Renforcement des capacitésinstitutionnellesB. Stratégie d’appui:Information,éducation,communication.Partenariat.Recherch...
III LES STRUCTURES PRIVEES ET LAMISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUENATONALE DE TRAITEMENTANTIPALUDIQUE
.Structures sanitaires privéesappartenant à:.-ONGs.-Confessions religieuses-Entreprises privées-Conventionnées-Tradipratic...
Critères de fonctionnalité (opérationnalité)d’une structure sanitaire privée.1.Ressource humaine disponible etqualifiée2. ...
RAPPORT ENTRE STRUCTURE SANITAIREPRIVEE OPERATONNELLE ET LE SECTEURPUBLICPRIVEEOPERATIONNELLEMinistèreDe laSantéAUTRES STR...
STRUCTURES PRIVEES NON OPERATIONNELLE ET LE SECTEUR PUBLICMinisterePRIVEES NONOPERATONNNELLESMINISTEREDE LASANTEAUTRESSTRU...
Organisation des structures privées et mise enœuvre de la politique nationale antipaludiqueStructures privéesopérationnell...
Organisation des structures privées et mise enœuvre de la politique nationale antipaludique(suite)Rupture fréquente ouabse...
IV ConclusionLa mise en œuvre de la politique nationalede traitement antipaludique par les acteursdevant conduire cette lu...
V.bibliographieEtat de lieu du secteur de la santé.KINSHASA:Minisanté,1999:542-568Projet de politique nationale de lutteco...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les structures de santé privées dans la mise en œuvre de la politique nationale de traitement antipaludique

280 vues

Publié le

Les structures de santé privées dans la mise en œuvre de la politique nationale de traitement antipaludique - Présentation de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Eugène MANZINGO - Médecin - Ministère de la Santé / Inspection de la Santé - Mbandaka, RDC - eumanzi@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
280
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les structures de santé privées dans la mise en œuvre de la politique nationale de traitement antipaludique

  1. 1. Les structures de santé privéesdans la mise en œuvre de lapolitique nationale de traitementantipaludiqueCAS DE LA R.D.CongoEugène Manzingo EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. PLAN DE PRESENTATIONI INTRODUCTIONII POLITIQUE NATIONALE DE LUTTEANTIPALUDIQUE EN RDCongoIII LES STUCTURES PRIVEES ET LAMISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUENATIONALE DE TRAITEMENT ANTIPALUDIQUEIV CONCLUSIONV.BIBLIOGRAPHIE
  3. 3. LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUEDU CONGO
  4. 4. I INTRODUCTIONPopulation totale:49.000.000 hab.Système de santé publique totalementeffondréEmergence des structures de santé privéesopérationnelles ou non,appartenant a :-confessions religieuses-entreprises, individus.
  5. 5. Paludisme en RDCPrévalence de la fièvre chez les enfants demoins de 5 ans : 41 % (MICS 2, 2001)59 % de motif de consultations externeschez les enfants de moins de 5 ans (PNLP,2001)Enfants de moins de 5 ans représentent58,5 % de l’ensemble des cas dupaludisme (PNLP, 2001)
  6. 6. Pays endPays endéémiquemique100 % de personnes expos100 % de personnes exposééesesdont :dont :97 % des personnes vivant dans les zones97 % des personnes vivant dans les zones ààpaludisme stablepaludisme stable3 %3 % des personnes vivant dans les zonesdes personnes vivant dans les zonesàà paludisme instablepaludisme instablePaludisme en RDC
  7. 7. II. La politique nationale de lutteantipaludique en R.D.CongoÉnoncé: La politique nationale de luttecontre le paludisme s’inscrit dans le cadreglobal de l’initiative mondiale « FAIRERECULER LE PALUDISME »(F.R.P.) etconsiste en la réduction des souffrances etde la pauvreté causée par cette endémie
  8. 8. . Nouvelle politique de traitementantipaludiqueArrêté MinistérielN°1250/CAB/MIN/S/BYY/PT/0024/2005Artésunate – amodiaquine : médicament de premièreintention dans le traitement du paludisme simpleQuinine constitue le médicament de:traitement de deuxième intentionTraitement du paludisme graveSulfadoxine – pyriméthamine : médicament detraitement préventif intermittent chez la femmeenceinte
  9. 9. Les orientations stratégiquesDeux axes stratede lutteA.StrategiedebaseB.Strategied’ appui2 Grands axesStrategique deLutte.
  10. 10. AccèspalustresimpleAccèspalustregrave•Séquelles•Décès3 4PEC correcte, précoce et efficaceA.Strategie de base
  11. 11. Prise en charge des cas du paludisme(Diagnostic et traitement)Diagnostic rapideTraitementcorrectprécoce (endéans 24heures dès l’apparitiondes premiers signes dela maladie)avec des médicamentsefficaces
  12. 12. Promotion de l’utilisation de lamoustiquaire imprégnée d’insecticideEnfants de moins de 5 ans Femmes enceintes
  13. 13. Paludismependant lagrossesse•Faible poids à lanaissance•Avortement•Mort-né•Accès palustre aigu•Anémie5Traitement préventif intermittent de la gestante
  14. 14. Assainissement péri et intra domiciliaire
  15. 15. La surveillance epidemiologiqueLa communautéPoste de santé/C.SB.C.Z.SDistrict sanitaireInspection médicale provincialeNiveaucentral
  16. 16. . Renforcement des capacitésinstitutionnellesB. Stratégie d’appui:Information,éducation,communication.Partenariat.Recherche appliquée et opérationnelle.
  17. 17. III LES STRUCTURES PRIVEES ET LAMISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUENATONALE DE TRAITEMENTANTIPALUDIQUE
  18. 18. .Structures sanitaires privéesappartenant à:.-ONGs.-Confessions religieuses-Entreprises privées-Conventionnées-Tradipraticiens
  19. 19. Critères de fonctionnalité (opérationnalité)d’une structure sanitaire privée.1.Ressource humaine disponible etqualifiée2. paquet minimum d’activités:CurativesPréventivesPromotionnelles.3.Moyens logistiques.
  20. 20. RAPPORT ENTRE STRUCTURE SANITAIREPRIVEE OPERATONNELLE ET LE SECTEURPUBLICPRIVEEOPERATIONNELLEMinistèreDe laSantéAUTRES STRUCTURES PRIVEESONGSDESANTEProgrammesSpécialisés(P.N.L.P,PEV…
  21. 21. STRUCTURES PRIVEES NON OPERATIONNELLE ET LE SECTEUR PUBLICMinisterePRIVEES NONOPERATONNNELLESMINISTEREDE LASANTEAUTRESSTRUCTURESPRIVEESProgrammesspécialisesO.N.GDESANTE
  22. 22. Organisation des structures privées et mise enœuvre de la politique nationale antipaludiqueStructures privéesopérationnelles(B.D.O.MAssociation sans but lucratifComité de gestion existeActivitées PREVENTIVE,CURATIVE ET PROMOTIONNELLE INTEGREES.Ressources humainesqualifiées.Médicamentsantipaludiquesdisponibles(ACTs,quinine,S.PStructures privées nonopérationnelles:Structure médicales a butlucratifPas de comite de gestion.Faible intégration desactivités préventive,curativeet promotionnelle de qualitédouteuse.Ressources humaines peu ounon qualifiées(auto formés)
  23. 23. Organisation des structures privées et mise enœuvre de la politique nationale antipaludique(suite)Rupture fréquente ouabsence d’antipaludiquePas de partenaire d’appui.Faible niveau de collaborationentre le ministère santé etautres partenairesDIFFICULTE DANS LA MISE ENŒUVRE DE LA POLITIQUE NATIONALE DE TRAITEMENTANTIPALUDIQUECollaboration étroite entre Leministère de la santé et autrespartenairesPas de partenaires d’appuiLA POLITIQUE NATIONALE DETRAITEMENT ANTIPALUDIQUEEST MISE EN OEUVRE
  24. 24. IV ConclusionLa mise en œuvre de la politique nationalede traitement antipaludique par les acteursdevant conduire cette lutte demeure un élement capital.le partenariat actif entre le secteur médicalpublic et privé doit être redynamisé dans lalutte contre le paludisme.
  25. 25. V.bibliographieEtat de lieu du secteur de la santé.KINSHASA:Minisanté,1999:542-568Projet de politique nationale de luttecontre le paludisme en RDC:Minisanté,2005Mouchet J., Carnevale P.,Coosemans M.,Lulvez J., Manguin S., 2004, John LibbeyEurotext, Paris

×