Surveillance entomologique dans la lutte contre le paludisme

1 468 vues

Publié le

Surveillance entomologique dans la lutte contre le paludisme - Présentation de la 6e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - LABOUDI Majda et KOFFI Amanan Alphonsine

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 468
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Surveillance entomologique dans la lutte contre le paludisme

  1. 1. EVALUATION par les FACILITATEURSSURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE DANS LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME Présenté parMelle LABOUDI Majda Dr KOFFI A Alphonsine IPR/PNLP Côte d’Ivoire Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  2. 2. Introduction Définition Système de recueil et de suivi des données dans le temps et dans l’espace sur les vecteurs du paludisme. Il constitue un outil de détection des anomalies dans l’évolution des paramètres entomologiques Alerte et prise de décision pour lutte contre le vecteur du paludisme2
  3. 3. Objectifs Multiples objectifs (fonction des faciès épidémiologiques du paludisme) Connaître l’aire de répartition et l’importance des espèces vectrices Déterminer les zones à risque et établir les priorités en matière de lutte Déterminer les dates de déclenchement des opérations de lutte Evaluer les méthodes de lutte Evaluer la sensibilité des vecteur aux insecticides utilisés dans la lutte anti-vectorielle3
  4. 4. Faciès épidémiologiques de la transmission du paludisme Faciès de la transmission du paludisme en Afrique (Mouchet et al., 1993) Transmission stable (pérenne ou longue) Transmission intermédiaire (courte) Transmission instable (sporadique avec de poussée épidémiques)4
  5. 5. Pourquoi la surveillance entomologique ? Evaluer les risques épidémiques dans les zones de paludisme instable Caractériser les vecteurs et les niveaux de risques Mettre en place des mesures préventives Mesurer l’impact/efficacité d’une mesure de lutte anti-vectorielle et préventive Connaitre la sensibilité / les niveaux de résistance des vecteurs aux insecticides recommandés dans la lutte anti-vectorielle Alerte et prise de décision pour lutte contre les vecteurs5
  6. 6. COMMENT SE FAIT LA SURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  7. 7. Surveillance entomologique Surveillance des Surveillance des stades larvaire : les stades adultes gîtes Phase aérienne Phase aquatique Cycle biologique du moustique7
  8. 8. Méthodes d’échantillonnage pour la surveillance Stades adultes Stades larvaires8
  9. 9. Paramètres de la surveillance Surveillance des Surveillance des gîtes stades adultes larvaires Transmission Recensement Comportement des exhaustif des gîtes vecteurs anophéliennes Efficacité des moyens Productivité des gîtes de lutte larvaires Impact des activité Résistance/sensibilité humaines des vecteurs aux insecticides Résistance/sensibilité des vecteurs aux insecticides9
  10. 10. Transmission Les vecteurs Taux d’agressivité (ma) Taux d’inoculation entomologique (TIE) An funestus An nili An gambiae An funestus 1991 1992 Gbatta An funestus An nili Dossou-Yovo et al., 1995 Kpéhiri10 Adja, 2008
  11. 11. Comportement des vecteurs Dégré d’anthropophilie Endophagie/Exophagie Dossou-Yovo et al., 1998 Adja et al., 200611
  12. 12. Efficacité des moyens de lutte Sensibilité aux insecticides Suivi des traitements insecticides (IRS, MII…) MII: Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides12 IRS : Indoor Residual Spraying
  13. 13. OU SE FAIT LA SURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE? Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  14. 14. Principalement en zonede transmission instable Surveillance entomologique Outil performant de prévention des épidémies de paludisme14
  15. 15. EXEMPLE D’EVALUATION DE LASURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE AU ZONE INSTABLE : MAROC Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  16. 16. Les indicateurs de la surveillance entomologique Surveillance des gîtes : Nbre de gîtes surveillés 1. Taux de surveillance = --------------------------------- x 100 Nbre de gîtes recensés Nbre de gîtes positifs 2. Taux de positivité = ------------------------------------ x 100 Nbre de gîtes surveillés Suivi des stations fixes : Nbre de pêches réalisées 1. Taux de réalisation (larvaire) = -------------------------------- x 100 Nbre de pêches prévues Nbre de captures réalisées 2. Taux de réalisation (adulte) = ----------------------------------- x 100 Nbre de captures prévues16
  17. 17. Choix des sites de surveillance entomologique au Maroc HR: G.A1 HR: G.A2 PR: G. B LR: G. C17
  18. 18. Evolution de nombre de cas Taux de la surveillance autochtones de paludisme au Maroc entomologique 1990-2001 entre 1990-2001 0 cas Taux de positivité en fonction Taux de réalisation en fonction des strates épidémiologiques des strates épidémiologiques18
  19. 19. EXEMPLE DE SURVEILLANCEENTOMOLOGIQUE EN COTE D’IVOIRE Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  20. 20. Zone d’endémie stable :Impact des activités humaines Without riz cultivation Single cropping Double cropping20 Brïet et al., 2003
  21. 21. Surveillance de résistance aux insecticides Critères de choix des sites Historique sur l’utilisation des insecticides Milieu urbain/rural Faciès éco-géograpgiques/ types de cultures agricoles Répartition de la résistance aux pyréthrinoïdes en CI21 Koffi et al, 1999, Chandre et al., 1999
  22. 22. INTERET DE SIG DANS LA SURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  23. 23. SIGL’étude de la vallée centrale de la Californie: zone impaludée Distinguer les rizières dont la vitesse Observer la proximité des de développement était la plus rapide pâturages à bovins La population des anophèles se développe plus vite au niveau des rizières proche des pâturages à bovins Ces rizières ont été identifiées 2 mois avant le pic d’éclosion des moustiques Délai suffisant pour traiter les rizières et réduire la nuisance provoquée par ces moustiques23 Sylvie Manguin
  24. 24. Quand? Surveillance entomologique attentive, selon une périodicité régulière pendant toute l’année Principalement en période de transmission pour la détermination des gîtes potentiels et/ou des densités de population des larves et des adultes Impact d’activités humaines sur l’environnement (aménagements hydro-agricoles, autres aménagement du territoire, déforestation …) Bouleversement écologique ou climatique (cyclone…)24
  25. 25. Les limites de la surveillance entomologique Insuffisance de personnel Manque de moyen financier Manque (panne) de moyen de mobilité Départ du technicien responsable de l’activité Non acheminement des résultats au service central25
  26. 26. Conclusion Surveillance entomologique Stratégie de lutte contre le paludisme Ne peut pas l’éradiquer mais elle peut le contrôler joue un rôle important dans la dé prise de décision et ’évaluation l’ l’évaluation de l’impact des opé opérations de lutte contre le vecteur du paludisme Combattre la maladie : combattre le vecteur26
  27. 27. Bibliographie • Adja, A. M., K. E. Ngoran, P. Kengne, G. B. Koudou, M. Toure, A. A. Koffi, E. Tia, D. Fontenille, and F. Chandre. 2006. Transmission vectorielle du paludisme en savane arborée à Gansé en Côte dIvoire. Médecine Tropicale 66: 449-455. • Adja, A M, 2008. Role de Anopheles funestus Giles 1900 et Anopheles nili Theobald 1904 dans la transmission du paludisme en zones de savane et de foret et structure génétique de leurs populations en Côte d’Ivoire. Universite de Cocody Abidjan, Côte d’voire, 150p. • Briët O.J.T., Dossou-Yovo J., Akodo E., Van de Giesen N., Teuscher, 2003. The relationship between Anopheles gambiae density and rice cultivation in the savannah zone and forest zone of Côte d’Ivoire. Tropical Medecine and International Health, 8 (5) 439–448. • Chandre F, Darriet F, Manguin S, Brengues C, Carnevale P, Guillet P, 1999. Pyrethroid cross resistance spectrum among population of Anopheles gambiae from Côte-d’Ivoire. Journal of American Mosquito Control Association, 15:53-59. • Dossou-Yovo J, Doannio JMC, Rivière F, Chauvancy G, 1995. Malaria in Côte dIvoire wet savannah region: the entomological input. Tropical Medecine and Parasitology, 46:263-269. • Dossou-Yovo J, Doannio JMC, Diarrassouba S, 1998. Préférences trophiques des vecteurs du paludisme dans la ville de Bouaké et dans les villages environnants de Côte dIvoire. Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, 91(3):257-258. • Manguin S : Surveillance médicale en santé publique, exemple du paludisme, Espace et éducation, P 119-122. • Ministère de la Santé, Direction de l’Epidémiologie et de lutte contre les Maladies, DHM- SLAV, PRESENTATION, SEMINAIRE D’EVALUATION DE LA SURVEILLANCE ENTOMOLOGIQUE du 01 au 03/04/2002 et du 08 au 10/04/2002 • Ministère de la santé, 2002: Royaume du Maroc, stratégie délimination du paludisme au Maroc, plan et éléments dévaluation27
  28. 28. 28

×