Respect et applicationdes programmesnationaux de lutteDr RANDRIANARY Excellent ShapoulAdjoint Technique SSD /Région Vatova...
1 - Introduction2 - Les programmes nationaux de luttecas de Madagascaret de Rwanda3 – Les facteurs d’un bon déroulement du...
L’initiative de l’OMS- diagnostic précoce et traitement prompt- des mesures de prévention sélectives et viables- détection...
Améliorer la qualité de prise en charge du paludismeRenforcer les mesures de prévention du paludismeRenforcer la lutte con...
L’amélioration de la prise en charge des cas (choix desmédicaments ,formation continue ,renforcement del’équipement des la...
- La stabilité politique du pays- Un système de santé fiable et crédible- Aucun rupture de stock de médicament et desconso...
557.310.420 us$553.928.312 US$241.186.064 us$Global fund226.536.571 us$Global fund523.630.026 US$Cresan II331.423.855 US$E...
Quelques obstacles du programme de Madagascar- C’est en 2005 que fut établi les stratégies et directivesrelative à la décl...
!!District de Manakara45 formations sanitaires publiques : 1 CHRR , 41 CSB2 ,3 CSB110 formations sanitaires privées : 1 CH...
05101520253035diagnostic paludisme + paludisme - totalparasitologiieparasitologietotal05101520253035diagnostic paludisme-p...
Conclusion :Le respect et l’application du programme delutte dépend des dirigeants politiques,desagents responsables du pr...
Référence1- extrait du sommet africain pour faire reculer le paludisme :Déclaration d’Abuja et le plan d’action ,Abuja,25 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Respect et application des programmes nationaux de lutte

408 vues

Publié le

Respect et application des programmes nationaux de lutte - Présentation de la 4e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Excellent Shapoul RANDRIANARY - Médecin - Direction Régionale de la Santé et du Planning Familial - Vatovavy Fitovinany, Madagascar

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
408
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Respect et application des programmes nationaux de lutte

  1. 1. Respect et applicationdes programmesnationaux de lutteDr RANDRIANARY Excellent ShapoulAdjoint Technique SSD /Région Vatovavy FitovinanyMADAGASCARATELIER PALUDISME 2006EVALUATIONpar les FACILITATEURSEVALUATIONpar les FACILITATEURSEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. 1 - Introduction2 - Les programmes nationaux de luttecas de Madagascaret de Rwanda3 – Les facteurs d’un bon déroulement duprogramme4 - ConclusionPLAN
  3. 3. L’initiative de l’OMS- diagnostic précoce et traitement prompt- des mesures de prévention sélectives et viables- détection précoce ( prévention et limitation des épidémies )- renforcement des capacités locales de recherche (évaluation régulière de la situation des pays )Les pays d’endémicité sont en faveur de mise en route duprogramme Roll Back Malaria .44 pays sur 50 pays Africains touchés par le paludisme ontparticipé au sommet d’Abuja le 25 avril 2000Beaucoup de facteurs sont en faveur ou à la non application duprogramme .
  4. 4. Améliorer la qualité de prise en charge du paludismeRenforcer les mesures de prévention du paludismeRenforcer la lutte contre le paludisme chez la femme enceinteRenforcer la lutte contre les épidémies de paludisme par la détection précoce et lariposte à temps ( surveillance ).Prise en charge correcte des cas de paludisme ( diagnostic rapide , traitement avecla combinaison artésunate – amodiaquine , conseils aux malades , référence des casgraves , prise en charge à domicile )Prévention du paludisme ( promotion de l’utilisation des moustiquaires imprégnéesd’insecticides (MII) dans les zones endémiques , campagne d’aspersion intradomiciliaire (CAID) à effet rémanent , chimioprophylaxie des visiteurs non immunsassociation atovaquone 250mg – proguanil 100mg est proposée )Le programme est établi à partir des étapes de collaboration de tous les concernésde la base au sommet par des différents conférences , ateliers , séminaires etséances de travail .21 –La politique national de lutte contre le paludisme deMadagascar2 –Les programmes nationaux de lutte
  5. 5. L’amélioration de la prise en charge des cas (choix desmédicaments ,formation continue ,renforcement del’équipement des laboratoires , renforcement de lasupervision , introduction de la prise en charge àdomicile )Renforcement des mesures de prévention du paludisme( promotion de matériaux imprégnés )Protection des femmes enceintesAssainissement du milieuLa prévision et le contrôle des épidémies de paludismeLa contribution au développement du système de santéLe développement de la recherche operationnelleLe monitoring et l’évaluation22 – Le programme national intégré de luttecontre le paludisme de Rwanda .
  6. 6. - La stabilité politique du pays- Un système de santé fiable et crédible- Aucun rupture de stock de médicament et desconsommables médicaux- La pérennité de ressource financier- Les personnels sont disponibles en quantité et en qualité- Les formations sanitaires sont utilisables, accessibles , ensécurité et bien équipées- Implication des autres secteurs à la mise en œuvre
  7. 7. 557.310.420 us$553.928.312 US$241.186.064 us$Global fund226.536.571 us$Global fund523.630.026 US$Cresan II331.423.855 US$EtatRwanda526.174.779,8 us$EtatMadagascarDurée desactivités(années)FondsdécaissésSource definancementpays(Source réf 2,9)
  8. 8. Quelques obstacles du programme de Madagascar- C’est en 2005 que fut établi les stratégies et directivesrelative à la déclaration d’Abuja- Une instabilité politique en 2002- Isolement des certaines formations sanitaires ( route,climatique , géographique )- Surcharge des taches attribués à un seul agent- Fermeture du centre de santé pour insécurité dans leszone rouge (en septembre 2005 deux CSB deFianarantsoa II sont fermés )- Les personnels non motivés
  9. 9. !!District de Manakara45 formations sanitaires publiques : 1 CHRR , 41 CSB2 ,3 CSB110 formations sanitaires privées : 1 CHD2,1 CHD1, 3 CSB2, 5 CSB1318 700 habitants- en 2005 : 26 CSB2 ne disposant pas de médecin ,15 CSB2ne disposant pas de paramédical, 5 CSB2 tenus par un aidesanitaire, 4 CSB2 non accessible 6 mois par an- 2 CSB seulement ont de laboratoires biologiques pour lediagnostic de la tuberculose- 24.070 cas de paludisme en 2005- 9.657 premier CPN en 2005- en 2002 : 6 CSB II sont fermés à la suite du départ des 15médecins et rupture d’approvisionnement des médicaments
  10. 10. 05101520253035diagnostic paludisme + paludisme - totalparasitologiieparasitologietotal05101520253035diagnostic paludisme-parasitologieparasitologietotalMananjary Manakara05101520253035diagnostic paludisme-parasitologieparasitologietotalVohipeno0510152025diagnostic paludisme-parasitologieparasitologietotalNosy VarikaSource :ref 7
  11. 11. Conclusion :Le respect et l’application du programme delutte dépend des dirigeants politiques,desagents responsables du programme et desautres secteurs .
  12. 12. Référence1- extrait du sommet africain pour faire reculer le paludisme :Déclaration d’Abuja et le plan d’action ,Abuja,25 avril 2000 (who/CDC/RBM/2000 .17)2 – Le Fonds Mondial ,investissons dans notre avenir de lutte contre SIDA ,la tuberculose et le paludisme3 – Coopération technique Belge au RWANDA : combattre le VIH/SIDA et le paludisme4 – Julia ROSS:le traitement du paludisme chez les zones rurales du Rwanda .Téléchargement de laversion Adobe Acrobat (PDF) Août 20055 - Institut PASTEUR :Le paludisme mars 20066 - Rakotomanana F, Jeanne I , Duchemin JB ,et al :Approche géographique dans la lutte contre lepaludisme dans la région des hautes terres centrales de Madagascar, Arch. Inst; Pasteur Madagascar2001 :67(1&2):27-307 -Raharimalala L;A ,Rabarijaona L, Randrianarivelojosia M, et al : Etude du paludisme en zone de risquecyclonique : approche entomologique et thérapeutique dans la région SUD EST de Madagascar ARCHInst PASTEUR de Madagascar 2002 ;68 ( 1&2) :79-858 – Mouchet J , Blanchy S ,Rakotonjanabelo A,Ranaivoson G et al Stratification épidemiologique dupaludisme à Madagascar Archive Institut Pasteur de Madagascar 1993 50-599 – Le groupe banque Mondial : Second projet d’amélioration du secteur santé (CRESAN II) Le bureau pourl’Ocean Indien de la banque MONDIAL ANTANANARIVO

×