L'objectif mortalité zéro est-il possible ? Si oui comment ? Si non pourquoi ?

385 vues

Publié le

L'objectif mortalité zéro est-il possible ? Si oui comment ? Si non pourquoi ? - Présentation de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Abdou Razack SAFIOU - Médecin - Ministère de la Santé / PNLP - Libreville, Gabon - safiouabdourazack@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
385
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'objectif mortalité zéro est-il possible ? Si oui comment ? Si non pourquoi ?

  1. 1. L’objectif mortalité zéro est- il possible?Si oui comment,si non pourquoi?EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. PlanIntroductionMortalité palustre:définitionPourquoi meurt on du paludismePrincipales stratégies de lutteLes conditions du succèsQuelques hypothèquesconclusion
  3. 3. IntroductionChaque année près de 300 à 500 millions d’infectionspalustres entraînent 2,5 à 3 millions de décèsPlus de 75% sont des enfants africains de moins de 5ans infectés par le Plasmodium falciparumUne résistance aux antipaludiques qui ne cesse des’étendreUne pauvreté très répandueL’insuffisance des infrastructures médicalesDes troubles civiles dans de nombreux paysMais le plus tragique c’est que la grande majorité deces décès aurait pu être évité.
  4. 4. DéfinitionLa mortalité, ou taux de mortalité est lenombre de décès annuels rapporté aunombre dhabitants d’un territoire donné.Elle se distingue de la morbidité :nombre de malades annuels rapporté àla populationl
  5. 5. Ariey F.
  6. 6. Ariey F.
  7. 7. Évolution de la mortalité
  8. 8. Les principales stratégiesPrise en charge efficace et précoce des cas (diagnostic ettraitement corrects dans les 24H qui suivent l’apparition despremiers signes avec un médicament efficace) dans lesstructures sanitaires et dans la communauté.Surveillance et réponse adaptées aux épidémiesTraitement préventif intermittent (TPI)Utilisation correcte des matériaux imprégnés d’insecticides àlongue durée d’action.Mobilisation sociale pour la promotion des interventions.Monitoring supervision et évaluation régulière pourréajustement éventuel du plan.La recherche opérationnelle
  9. 9. Lutter contre la maladie:•Un diagnostic précoce et untraitement appropriéréduit très fortement le risquede décès.• Accès au soin:La majorité des cas depaludisme restent àdomicile.Breman, J.G. (2001) The ears ofthe hippopotamus: manifestations,determinants, and estimates of themalaria burden. Am J Trop MedHyg 64, 1-11.
  10. 10. Pérennisation des moyensadaptés aux besoinsBesoins estimés 2à3 milliards $/ ANSelon Jeffrey Sachs: Si tous les paysriches consacraient chaque année à lasanté dans les pays pauvres 0,1% deleur PNB,25 milliards $ seraientdisponibles pour sauver des millions devies dans ces pays.
  11. 11. Les préalables au succès de lalutteUn plan stratégique multisectoriel découlantd’une bonne analyse de situationUn engagement politiqueDéveloppement des infrastructuresDisponibilité des ressources humaines etfinancièresCoopération du personnel de santéImplication de la communauté
  12. 12. Quelques hypothèquesÉvolution de la sensibilité du Plasmodium auxantipaludiquesÉvolution de la sensibilité du vecteur auxinsecticidesSituation socio politiqueEngagement des partenaires au développementpour la mise en œuvre et la réussite duDSCRP(document stratégique de contrôle et deréduction de la pauvreté)Disponibilité du vaccin.
  13. 13. ConclusionAucun accès palustre bien traité suffisammenttôt ne devient fatal.Tout au long de l’histoire de l’humanité nousn’avons cessé d’améliorer nos performanceset nous avons souvent combattu et vaincu.Oui avec le temps nous pouvons compter zéromort dans notre camp face au paludisme.
  14. 14. BibliographieAubry P. 2007, Médecine tropicale.Trape J.F.(2000) Contre: Les limites des moustiquaires imprégnées dansla lutte contre le paludisme en Afrique tropicale.Koko J.et al(1999) Aspects cliniques et approche épidémiologique dupaludisme de l’enfant à Libreville, Gabon. Médecine d’Afrique Noire 46 1Domarle O.(2005) La lutte contre le paludisme ou la lutte contre lesparadoxes. Conférence Atelier paludismePénali L.(2006) Physiopathologie du paludisme à Plasmodiumfalciparum Conférence Atelier paludisme.Ariey F.(2003) Pourquoi meurt on du paludisme? Conférence AtelierpaludismeRaveloson A.(2006) Les facteurs déterminant une politique de luttecontre le paludisme.Sangaré A.et al.(1990) Contribution à l’étude des relations entre ladrépanocytose et le paludisme. Médecine d’Afrique noire.37(5)http://www.ird.fr/fr/actualites/fiches/1998/fiche69.htmhttp://www.gazette labo. Fr/2002archives/breves/2006/0206/palu.htmhttp://www.pathexo.fr/pdf/Articles-bull/2001/2001n2b/T94-2b-2156-7.pdf
  15. 15. Aucun accès palustre bien traité suffisamment tôt ne devientfatal,L’information ne passe toujours pas : la mauvaise complianceaux mesures de prophylaxie explique la majorité des accèspalustres chez les expatriés,Les conseils médicaux sont le plus souvent inadéquats enmatière de paludisme,Aucune chimioprophylaxie même respectée n’est efficace à100%,Le paludisme reste, au début du XXIème siècle, une descauses majeures de morbidité et de mortalité surtout chezl’enfant africain.

×