Comment s'assurer que les antipaludiques recommandés sont efficaces?

596 vues

Publié le

Comment s'assurer que les antipaludiques recommandés sont efficaces? - Présentation de la 6e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - TRAORE Oumar Bila - Assistant de recherche - Mali - traoreob@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
596
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comment s'assurer que les antipaludiques recommandés sont efficaces?

  1. 1. 1Comment s’assurer que lesantipaludiques recommandés sontefficaces?TRAORE Oumar Bila, MDMinistère de la Santé, du PlanningFamilial et de la Protection SocialeMadagascarMinistère de la Santé, du PlanningFamilial et de la Protection SocialeMadagascarEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. 2IntroductionÉvaluer l’efficacité des antipaludiques de façon à obtenir en tempsutile des informations pertinentes, fiables et compréhensible.les études ayant eu recours à la méthodologie in vivo de l’OMS ontfourni des informations précieuses sur l’efficacité des antipaludiquesactuellement employés.
  3. 3. 3ObjectifObtenir les informations concernant la réponse clinique etparasitologique aux antipaludiques dans les populations les plusexposées au risque de morbidité grave ou de mortalité parpaludisme.
  4. 4. 4Test d’efficacité thérapeutique OMSChoix des sitesreprésentativité et faisabilitééquilibre à trouver• étendue, distribution de la population,accessibilité,• densités, endémicité, écologie,• disponibilité des personnels et matériels)Sites sentinelles (roulement sur le pays/région)Type d’étudeUne évaluation prospective, ouverte, avec un ou plusieurs brasthérapeutique, de la réponse clinique et parasitologique au traitement dupaludisme .Recherche des marqueurs moléculaires pour essayer de distinguer uneréinfestation d’une recrudescence .
  5. 5. 5Test d’efficacité thérapeutique OMSPériode d’étudeSaison de haute transmissionPendant toute l’annéePopulation d’étudeEnfant de 6 mois à 59 moisPlus de 6 mois (tous âges)
  6. 6. 6Test d’efficacité thérapeutique OMSEchantillonnage:Retraits et perdus de vue (10% à 20%)Pour que l’échantillon soit représentatif, il convient de toujours inclureau minimum 50 malades dans l’étude.
  7. 7. 7Test d’efficacité thérapeutique OMSCritères d’inclusionsAge situé entre 6 et 59 mois ou à tous âgesUne infestation à P. falciparum confirmée par une goutte épaisseDensité parasitaire initialeTempérature axillaire ≥ 37,5 °C ou température rectale/tympanique ≥38,0 °C ou antécédents de fièvre dans les 24heuresSe rendre aux visites de suivi indiquées et accès facile au centre desanté.Consentement éclairé fourni par le malade ou ses parents/tuteurs
  8. 8. 8Test d’efficacité thérapeutique OMSCritères d’exclusionsl’inverse des critères d’inclusionsMal nutrition graveSignes généraux de danger ou de paludisme grave et compliqueGrossesse ou l’allaitementmaladie chronique grave sous-jacente (cardiaque, rénale,hépatique, VIH/SIDA)Antécédents de réactions d’hypersensibilité à l’un quelconque desmédicaments évalués
  9. 9. 9Test d’efficacité thérapeutique OMSTRAITEMENTAdministré par les membres de l’équipe d’étude sous observationavec des schémas thérapeutiques fixésLes médicaments employés doivent provenir d’un lot fiable, ayantfait l’objet d’un contrôle de la qualitéTraitements concomitants,par exemple par des antipyrétiques,peuvent être nécessairesLe « traitement de secours » en cas échec thérapeutique
  10. 10. 10Méthode de collecte des donnés
  11. 11. 11Test d’efficacité thérapeutique OMSCritères de jugement :échec thérapeutique,fin de la période de suivi sans échec thérapeutique,sujet perdu de vue,sujet retiré de l’étude (volontairement ou involontairement)et violation du protocole.Évaluation de l’efficacité au traitementÉchec thérapeutique précoce (ETP)Échec thérapeutique tardif (ETT)• Échec clinique tardif (ECT)• Échec parasitologique tardif (EPT)Réponse clinique et parasitologique adéquate (RCPA)
  12. 12. 12Détermination des résultats
  13. 13. 13Étude de cas: le MaliEtude de la sensibilité de Plasmodium falciparum à la quinine dans leslocalités de Faladje et Kolle1 OBJECTIF GENERAL• Caractériser les mécanismes de la résistance de P.falciparum à laquinine au Mali.2 OBJECTIS SPECIFIQUES• Mesurer la sensibilité in vivo et in vitro des souches P.falciparum àla quinine à Faladjé et Kollé.• Mesurer la prévalence du microsatellite ms4760-1 du gène pfnhechez les souches de P.falciparum de Faladjé et Kollé.• Déterminer la relation entre pfnhe et les résistances in vivo et in vitrode P.falciparum à la quinine
  14. 14. 14Étude de cas: le MaliKolleFaladjea) Lieu d’étudeFaladjé: 23000 hbts, à 80kmau nord ouest de Bamako,dispose d’un CSCOMKollé: 55km au sud deBamako, 3000 hbts, a undispensairePrévalence du portage du P.falciparum est de 40-50% ensaison sèche et de 70-85% ensaison de transmission intense
  15. 15. 15Étude de cas: le Malib) Type d’étude: Étude longitudinale prospective ouverte del’efficacité de la quinine sur les cas de paludisme non per os avecun suivi de 28 jours.c) Période d’étude: Haute saison de transmission palustre juillet àdécembre de chaque année de 2005 à 2010d) Population d’étude: Sujets âgés de plus de 6 mois et résidantdans l’un des deux sites depuis au moins 6 moise) Echantillonnage: Nombre de sujets a inclure 520 après avoir prisen compte 10% de perdus de vue.
  16. 16. 16Étude de cas: le MaliCritère d’inclusion:Cas de paludisme simple non per os et les cas graves ( selon OMS)Être résident de l’un des deux sites depuis au moins 6 mois.Avoir un âge ≥ 6 mois.Goutte épaisse à P.falciparum seul ou associé aux autres espècesavec une densité parasitaire > 500000/mm3 de sang.Obtenir le consentement ou ,assentiment éclairé du sujet ouparents
  17. 17. 17Étude de cas: le MaliCritères de non inclusionTous les sujets qui ne répondront pas à ces critères d’inclusion.Les femmes ayant une grossesse déclarée ou cliniquementpatenteTout sujet dont l’état sera jugé incompatible avec sa participation àl’étude par le clinicien.
  18. 18. 18Méthode et procédure d’étude* Le taux d’hémoglobine sera mesuré chaque fois que des signes de gravité seront observés.** La confection des confettis sera systématique chaque fois que la GE sera réalisée.*** Le prélèvement veineux se fera à J0 et à partir de J3 si la présence de parasite est confirmée par la GE.
  19. 19. 19Résultats préliminairesEfficacité clinique et parasitologique de la quinine012.846,840,40 0 01000102030405060708090100Before correction After correctionETFLCFLPFACPR01521,963,10 01000102030405060708090100Before correction After correctionETFLCFLPFACPRQuinine in vivo efficacy in Kollé (12.8% LCF, 46.8% LPF) and Faladié (15% LCF, 21.9% LPF) was100% aftermolecular correction using molecular markers of parasite polymorphisms msp1, msp2 and CA1.
  20. 20. 20Conclusionles programmes doivent être en mesure de surveillerl’efficacité des médicaments pour réduire au minimumles effets d’un schéma thérapeutique inefficace.
  21. 21. 21BibliographieEVALUATION ET SURVEILLANCE DE L’EFFICACITÉ DESANTIPALUDIQUES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISMEÀ PLASMODIUM FALCIPARUM NON COMPLIQUÉOrganisation mondiale de la Santé Genève WHO/HTM/RBM/2003.50Pr. A. Spiegel Professeur agrégé du Val de GrâceD.U. de lutte antipaludique Institut de MédecineTropicale du S.S.A. Le Pharo, MarseilleÉvaluation de l’endémie palustre
  22. 22. 22

×