Paludisme grave chez l'enfant

4 189 vues

Publié le

Paludisme grave chez l'enfant - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Raveloariseheno Diamondra - Madagascar - raveloariseheno@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 189
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
27
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Paludisme grave chez l'enfant

  1. 1. PALUDISME GRAVE CHEZ L’ENFANTPar Raveloariseheno Diamondra1mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, AfriqueEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
  3. 3. PALUDISME GRAVE CHEZ L’ENFANTPar Raveloariseheno Diamondra3mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, AfriqueEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  4. 4. PLAN• Introduction• Mécanisme physiopathologique du paludisme grave• Contrôle et gestion des cas sévères du paludisme chezl’enfant• Réflexions et Conclusion4mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  5. 5. INTRODUCTIONTouche préférentiellement l’enfant :• non immunisé entre 6 mois à 6 ans,• Vivant dans des régions endémiques,• Prise en charge tardivePotentiellement mortel.5mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  6. 6. Ampleur :En Inde (Chiaka I Anumudu et al.2001) :52% des cas du paludisme chez l’enfant.En Afrique (B. Camara et al 2001)5,3 % de lensemble des admissions dans le serviced’urgence pédiatrique.Antananarivo (Roabijaona et al 1998) :0,87% : Fréquence hospitalière.6mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  7. 7. tableau I. Diagnostic et contraintesCritères de gravités (Warrel.2000 / Jean Mouchet et al. 2004)) contraintesTroubles de la conscience, coma Sansconstater cliniquementDétresse respiratoire aiguëÉtat de chocConvulsions (>1/24 h) Basant sur dire de la mèreCIVD, saignements Examen clinique minutieuxHémoglobinurieexamen paraclinique,coûteux, retard du résultat.• Nécessitant unspécialiste.• pas systématique.Hyperparasitémie* > 100.000 pste /μlAcidose métabolique (bicarbonatesplasmatiques) <15 mmol/L ou pH <7,35)Hypoglycémie (< 2,2 mmol/L ou 0,40 g/l)Insuffisance rénaleAnémie profonde (Hb <5 g/dl ou Ht <15%)7mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  8. 8. Manifestation clinique paludisme graveà l’hôpital Maihar (Inde)FIGURE 1. Complications by age group among CM patients admitted in Medical College,Jabalpur, and Civil Hospital Maihar, 2008,8mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  9. 9. Mécanisme physiopathologique (1)9mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  10. 10. Mécanisme physiopathologique (2)Pathogenèse de paludisme grave :Virulence du parasite,Phénomène de cytoadhésionSéquestration des globules parasitésObstruction des lits vasculairesprofondsPerturbation hémodynamiquemajeureDéfaillance viscérale (organe noble).Figure : Observation histologiquedu cerveau post-mortem10mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  11. 11. Dans le sangLa phase de schizogonie érythrocytairehémolyse (Anémie)hémoglobine surcharge rénale (hémoglobinurie)en bilirubine dans le foie11mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  12. 12. Paludisme grave est graveAggravé par :• l’anémie (problème de santé publique).• Co-infection avec d’autres maladies parasitaires ;une étude au nord du Sénégal (2004) :• taux dincidence du paludisme a été significativement plusélevée chez les enfants infectés par S. mansoni (surtoutcharges importante de ver), par rapport aux sujets noninfectés (26,6% versus 16,4%).• Induisant une forte mortalité.12mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  13. 13. Facteurs épidémiologiques (1)Attitude du responsable de l’enfant RR pSanté de l’enfant n’est pas une prioritéAbsence de réaction sur le début du symptômeMéconnaissance du début du symptômeUsage incorrect des antipaludiques6.68.212.87.20.010.0020.0050.001Facteurs significatifs contribuant à la progression vers la gravité de lamaladie : (Dimitri et al 2006):13mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, AfriqueGestion du traitement à domicile des cas fébriles précaire.
  14. 14. Facteurs liés au centre de santé :• Même si le Test de Diagnostic Rapide (TDR) estdisponible il n’est pas systématique.• Diagnostic et médication erronés (administration d’antibiotique),• Chloroquine chef de file (chaiaka I Anumudu 2007),• Conseils sur la prise des médicaments et observancelaisse à désirer,• Diagnostic tardif,• Accessibilité du centre est associé significativement aupaludisme grave (Al –Atair et al 2008),• Le délai de consultation est long (3,9 jours).14mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  15. 15. PRISE EN CHARGEGestion du traitement au niveau du centre de santépériphérique :• Pratiquement , tous les cas de fièvre chez l’enfant :TDR et frottis sanguin effectués.• Contrainte :diagnostic présomptif ( tous les cas présumés traitéscomme paludisme)TDR pas disponible , ou pas systématique, frottis destinéau laboratoire (Mali, Burkina Faso, Madagascar)Hyperparasitémie passée inaperçue.Seul coma qui est considéré comme grave d’où référer.15mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  16. 16. Contrôle et gestion du paludisme graveAu niveau de l’hôpital ;• TDR et Frottis effectué.MAIS coût élevé, résultat du frottis lent.• Situation d’urgence : prise en charge adéquate, correcte et rapide.Prise en charge de complication importante.• Traitement antiparasitaire fondamental• Prévenir le décès,• Prévenir la recrudescenceNeuro-paludisme :• Prévenir les séquelles neurologiques.MAIS pronostic souvent engagé car enfant n’est pas référer à temps, coûttraitement exorbitant.16mots clés : paludisme grave,enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  17. 17. Contrôle et gestion du paludisme grave(2)Nécessite :• La compréhension du mécanisme physiopathologique de la maladie.Efforts de lutte doit contourner ce mécanisme.• La prévention (lutte contre le vecteurs, contre la maladie)• Recherche de stratégie efficace et efficient .Ex 1 : l’éloignement du centre : la gestion du traitement à domicile, enparticulier pour les nourrissons et les jeunes enfants, devraient êtreexplorées dans les zones dendémie.Ex 2 : Sur le plan immunologique des études se portent sur l’isolement dessouches de P.f. cytoadhérentes et de rechercher les anticorps inhibant lacytoadhérentes et la formation des rosettes chez les sujets semi-immuns etchez les malades atteints de neuropaludisme.17mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  18. 18. REFLEXION et CONCLUSION• En 2008, le Roll Back Malaria (RBM) a instauré un Plandaction mondial sur le paludisme (GMAP) : (stratégiesur la prévention, le diagnostic et traitement)• Suivi et évaluation des actions déjà entreprises,• Mais paludisme demeure un fardeau pour les payspauvres, (victime les enfants entre 1 à 6 ans)• Handicap pour l’avancé vers l’élimination du paludisme.• Ces différentes politiques axées sur la lutte se penchent-elles sur les mécanismes physiopathologiques de lamaladie (clé de l’élimination)?18mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  19. 19. Remerciements• Aux facilitateurs,• Aux apprenants;19mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  20. 20. Bibliographie1 .Dimitri et al. Mortalité hospitalière due au paludisme grave chez les enfantsde moins de 5ans. Mémoire on line Université Kongo (2007).2.B. Camara et al. Le paludisme grave de l’enfant en milieu hospitalier.Médecine et maladie infectieuse. (2003). 45-48(33) issu 1.3. Louis H. Miller, Dror I. Baruch, Kevin Marsh & Ogobara K. Doumbo.Thepathogenic basis of malaria. Insight review articles (2002).4. Abdullah Al-Taiar et al. Who develops severe malaria? Impact of access tohealthcare, socio-economic and environmental factors on children inYemen: a case-control study. Tropical Medicine and International Health(2008) 13 no 6 pp 762–770;5. Newton CR, Taylor TE, Whitten RO. Pathophysiology of fatal falciparummalaria in African children. Am J Trop Med Hyg (1998);58: 673-836. Warrel. Severe falciparum malaria. World Health Organization,communicable diseases cluster. Trans R Soc Trop Med Hyg (2000);94 -suppl 1.5. Chiaka Anumudu (Epidemiolgical factors that promote the developement ofsevere malaria anaemia in children in ibadan. African health sciences(2007); 7(2) : 80-85. 20mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique
  21. 21. Bibliographie7.English M, Waruiru C, Amukoye E, Murphy S, Crawley J, Mwangi I, et al.Deep breathing in children with severe malaria: indicator of metabolicacidosis and poor outcome. Am J Trop Med Hyg (1996);55: 52.8. Vidhan Jain et al. Burden of Cerebral Malaria in Central India (2004–2007).Am. J. Trop. Med. Hyg., 79(4), (2008) 636–642.9. Cheikh Sokhn et al. Increase of malaria attacks among children presentingconcomitant infection by Schistosoma mansoni in Senegal. Malaria Journal(2004), 3:4310. http://www.rollbackmalaria.org/worldmalariaday/countdown.html21mots clés : paludisme grave, enfant, anémie, neuropaludisme, mortalité, Afrique

×