PALUDISME : DU PARASITE A LA PREVENTION                                             Marcel Hommel            Professeur-Em...
Open Access et Online: une renaissance possible pour les journauxMédicaux et scientifiques régionaux et nationals
Le paludismedans le monde-Prévention :Moustiquaires imprégnées d’insecticides+ pulvérisation intra-domiciliaire + larvicid...
Les stratégies de lutte semblent bien marcher:les chiffres du paludisme ont une tendance à labaisse un peu partout dans le...
Les stratégies de lutte semblent bien marcher:les chiffres du paludisme ont une tendance à labaisse un peu partout dans le...
Dans cette étude en 2006, 771 cas de fièvre avec diagnostic présomptifde paludisme (et traités comme tels), mais seulement...
Si on veut pouvoir mesurer l’efficacité des interventionsde contrôle, il faut avoir des chiffres fiablesLa recommendation ...
ClimatTempératur   PluieeAltitude
Plasmodium à Madagascar, pays de la biodiversité Les 4 espèces de Plasmodium infectant l’homme existent à Madagascar : Pla...
Marqueurs moléculairesIls permettent de mieux comprendre la relation entre différents isolatsde Plasmodium:             - ...
Les souches de Plasmodium falciparum résistantesà la chloroquine sonten général reconnues par des mutations au niveau du g...
A Madagascar, la chloroquine a été utilisée depuis 1945 en particulierdans le contexte de la nivaquinisationMalgré cette u...
Facteurshumains:-Comportement-Immunité ‘naturelle’ ou prédisposition génétique-Immunité acquise, prémunition
Des études de génétique humaine ont montré que certainsgènes affectent la susceptibilité à l’infection ou la susceptibilit...
DIAGNOSTIC- Microscopie vs test rapide- Qualité des tests- Limite des tests
TraitementChoix de médicaments efficacesArrêt de l’utilisation demonothérapiesCombinaisons de médicaments pharmacologiquem...
Traitement              Place pour le tradi-praticien ?                  - médicaments traditionnels, ethnobotanique      ...
ArtémisininesQinhoaosudihydroartémisinine, artémether,artésunateExtraits de plantes Artemisia annuasuivi d’un processus ch...
Contrôle, élimination, éradication-Volonté politique, internationale mais surtoutnationale et communautaire-Outils nécessa...
VELOMA
Paludisme : du parasite à la prévention
Paludisme : du parasite à la prévention
Paludisme : du parasite à la prévention
Paludisme : du parasite à la prévention
Paludisme : du parasite à la prévention
Paludisme : du parasite à la prévention
Paludisme : du parasite à la prévention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Paludisme : du parasite à la prévention

491 vues

Publié le

Paludisme : du parasite à la prévention. Conférence de la 8ème édition du Cours international « Atelier Paludisme » - HOMMEL Marcel

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
491
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Paludisme : du parasite à la prévention

  1. 1. PALUDISME : DU PARASITE A LA PREVENTION Marcel Hommel Professeur-Emerite, Liverpool School of Tropical Medicine Editeur-en-chef, Malaria Journal
  2. 2. Open Access et Online: une renaissance possible pour les journauxMédicaux et scientifiques régionaux et nationals
  3. 3. Le paludismedans le monde-Prévention :Moustiquaires imprégnées d’insecticides+ pulvérisation intra-domiciliaire + larvicides- Diagnostic et traitement précoce à l’aide demédicaments efficaces (combinaisonsthérapeutiques avec artémisinines, CTA)-Meilleure prise encharge et accès aux soins au niveau de lacommunauté- Interventions ciblées:-TPIp, TPIi et TPIenfant
  4. 4. Les stratégies de lutte semblent bien marcher:les chiffres du paludisme ont une tendance à labaisse un peu partout dans le mondeIl y a 10 ans, chiffres de mortalité entre 1 et 3million (surtout enfants africains).Aujourdhui: chiffres de moins de 800.000
  5. 5. Les stratégies de lutte semblent bien marcher:les chiffres du paludisme ont une tendance à labaisse un peu partout dans le mondeIl y a 10 ans, chiffres de mortalité entre 1 et 3million (surtout enfantsafricains).Aujourdhui: chiffres de moins de 800.000 Mais, attention, il faut se méfier des chiffres
  6. 6. Dans cette étude en 2006, 771 cas de fièvre avec diagnostic présomptifde paludisme (et traités comme tels), mais seulement 15 cas confirmésau laboratoire (microscopie et test rapide), dont 12 Pf, 2 Pv et 1 PoFaut-il se poser des questions sur les chiffres de 1,1 à1,3 M cas àMadagascar ?
  7. 7. Si on veut pouvoir mesurer l’efficacité des interventionsde contrôle, il faut avoir des chiffres fiablesLa recommendation récente de l’OMS:diagnostic TDR avant tout traitement par CTAaurait plusieurs avantages: - économie de médicaments chers - ceux qui sont négatifs seronttraités pour la causeréelle de leur fièvre, non pour un paludisme fictif (parexemple, par antibiotiques) - un suivi des bases de données de TDR/CTApermettra d’avoir des chiffres de prévalence plus fiablesMais non-respect des résultats négatifs par personnelsoignant met en danger la stratégie: il faut éduquer etchanger le comportement
  8. 8. ClimatTempératur PluieeAltitude
  9. 9. Plasmodium à Madagascar, pays de la biodiversité Les 4 espèces de Plasmodium infectant l’homme existent à Madagascar : Plasmodium falciparum Plasmodium vivax Plasmodium malariae Plasmodium ovale Plasmodium knowlesi ? (5ème espèce ?)
  10. 10. Marqueurs moléculairesIls permettent de mieux comprendre la relation entre différents isolatsde Plasmodium: - espèce -sous-espèce -génotype/clone - mutantsUtilité pour l’identification de souches résistantes(Pfmdr1, Pfdhfr et Pfdhps, Pfcrt). Pas de marqueurs de résistanceartémisinineUtilité pour différencier entre rechute et réinfection(allèles de msp1, msp2, glurp)Pas d’utilité pour identifier ‘souches locales’ et ‘souches importées
  11. 11. Les souches de Plasmodium falciparum résistantesà la chloroquine sonten général reconnues par des mutations au niveau du gène Pfcrt, un gène codantpour un transporteur localisé au niveau de la vacuole digestive du parasite.Le phénotype chloroquine-résistant correspond souvent à une mutation du codon 76(Lys76Thr). Les marqueurs moléculaires permettent de détecter ces mutations par PCR.Les souches résistantes présentent souvent d’autres anomalies, par exemple unemutation ou une amplification du gène Pfmdr1 (un autre transporteur, responsablede l’efflux de la chloroquine de la vacuole digestive)
  12. 12. A Madagascar, la chloroquine a été utilisée depuis 1945 en particulierdans le contexte de la nivaquinisationMalgré cette utilisation intensive, la résistance à la chloroquine étaitencore rare en 2005. Même aujourdhui, les tests in vitro ne montrentqu’une résistance d’environ 5% et les études d’épidémiologiemoléculaire utilisant Pfcrt suggèrent une faible incidence de chloroquino-résistance, par contre les études in vivo montrent entre 40-50% d’échecthérapeutique pour la chloroquine.Paradoxe malgache ?
  13. 13. Facteurshumains:-Comportement-Immunité ‘naturelle’ ou prédisposition génétique-Immunité acquise, prémunition
  14. 14. Des études de génétique humaine ont montré que certainsgènes affectent la susceptibilité à l’infection ou la susceptibilitéà la maladie: - drépanocytose, ovalocytose, thalassémieCertains groupes ethniques sont plus ou moins susceptibles aupaludisme-maladie (protection relative des Fulanis (Peul) enAfrique de l’Ouest)Certains groupes sanguins protègent contre l’invasion decertains parasites (Duffy/Plasmodium vivax)2ème paradoxe malgache
  15. 15. DIAGNOSTIC- Microscopie vs test rapide- Qualité des tests- Limite des tests
  16. 16. TraitementChoix de médicaments efficacesArrêt de l’utilisation demonothérapiesCombinaisons de médicaments pharmacologiquement compatibles.Les combinaisons fixes sont préférables au ‘blister packs’Préférence aux combinaisons utilisant l’artémisinine(AS-LU, AS-AQ, DHA-Piperakine, AS-ME)Surveillance de l’apparition de résistancesConserver la sulfadoxine-pyriméthamine pour TPI
  17. 17. Traitement Place pour le tradi-praticien ? - médicaments traditionnels, ethnobotanique - premier point de contact en cas de maladie ? Source de délai au traitement ?Le terme malgache pour fièvre est Tazo et Moka pour moustique:Tazo-moka est unefièvre transmise par un moustique
  18. 18. ArtémisininesQinhoaosudihydroartémisinine, artémether,artésunateExtraits de plantes Artemisia annuasuivi d’un processus chimique depurification et de transformationLe futur:- Artémisinine synthétique (peuprobable)- Autres produits voisins (peroxidessynthétiques, trioxanes, trioxolanes)- Artémisinine recombinante (levure)
  19. 19. Contrôle, élimination, éradication-Volonté politique, internationale mais surtoutnationale et communautaire-Outils nécessaires:Médicaments (primaquine et tafénoquine, cure éradicatrice)VaccinContrôle vectoriel intégré Surveillance et détection active des cas (asymptomatiques ?) Education et accès communautaire-FinancementFonds Global, Bill & Melinda Gates Foundation, OMS, etc- Risques
  20. 20. VELOMA

×