Diagnostic biologique du paludisme

3 100 vues

Publié le

Diagnostic biologique du paludisme - Séances Pratiques de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Didier MENARD et Vincent THONIER

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 100
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
56
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diagnostic biologique du paludisme

  1. 1. Diagnostic biologiqueDiagnostic biologiquedu paludismedu paludismeDr Didier MénardUnité de Recherche sur le PaludismeVincent ThonierUnité de Recherche sur le PaludismeInstitut Pasteur de MadagascarMercredi 7 Mars 20075ème Atelier Paludisme
  2. 2. PlanPlanimportance du diagnostic biologiqueLes différentes méthodes disponiblesmise en évidence directe des parasitesmise en évidence des antigènes parasitairesmise en évidence de l’ADN parasitaireBilan complémentaire du paludismeEn pratique
  3. 3. importance du diagnostic biologique duimportance du diagnostic biologique dupaludismepaludismeFaible spécificité des signes cliniquesSurestimation des cas de paludismeAntananarivo : sujets consultants au niveau des CSB pour suspicion depaludisme : 2% RDT +Toamasina : sujets hospitalisés pour suspicion de paludisme : 10% GE +surprescription et surconsommation de traitementantipaludiqueMauvaise prise en charge des cas de fièvre avec Sous estimationdes autres pathologiesmajore la pression médicamenteuse exercée sur le parasite
  4. 4. mise en évidence directemise en évidence directedes parasitesdes parasitesDeux principales techniques :la goutte épaisse et le frottis mincele QBC
  5. 5. goutte épaisse et frottis mince (1)goutte épaisse et frottis mince (1)= gold standardprincipe techniqueprincipe technique- ETAPE 1-Prélèvement du malade- ETAPE 2-Préparation et coloration de la ge et du fm- ETAPE 3-Examen de la ge à la recherche des parasites du paludismeSi la recherche est négative : Examen négatif, Absence de Plasmodium »Si la recherche est positive, passer à l’étape 4- ETAPE 4-Identification des espèces de Plasmodium sur la ge et le fm- ETAPE 5-Estimation de la densité parasitairesur la ge (peu de parasites)ou sur le fm (beaucoup de parasites)
  6. 6. AvantagesAvantagesBonne sensibilitéfaible coûtIdentification des stades et desespècesMesures quantitativesLecture rétrospectiveInconvénientsInconvénientsDélai du rendu des résultatsPersonnel qualifiéÉquipementProblèmes des infections mixtesgoutte épaisse et frottis mince (2)goutte épaisse et frottis mince (2)
  7. 7. mise en évidence des antigènesmise en évidence des antigènesparasitairesparasitairesDeux principales techniquesTest immunochromatographique = test de diagnostic Rapide = tdr(rdt)RIA et ELISA (Pas d’intérêt dans le diagnostic)
  8. 8. principe techniqueprincipe techniqueDétection d’antigènes parasitaires par ImmunochromatographieTest immunochromatographique =Test immunochromatographique = tdrtdr((rdtrdt) (1)) (1)
  9. 9. 3 Groupes d’antigènes détectés par les tdrHRP II : Histidine-rich protein 2pLDH : Plasmodium lactate dehydrogenaseAldolasetdrtdr (2)(2)TDR commercialisés :HRP II seuleHRP II + aldolasepLDH (Falciparum-specific pLDH andpan-specific pLDH)HRP II + pan-specific pLDHHRP II + pan-specific pLDH + vivax-specific pLDHaldolase
  10. 10. TDR (3)TDR (3)AVANTAGESAVANTAGESRapidité : 15-20 min.Simplicité d’utilisationPeut être réalisé sans expérienceBonne sensibilité et bonne spécificitéNe nécessite pas d’équipementsspécifiquesAdapté au terrainInconvénientsInconvénientsCoût : 1-2 USD.Pas quantitatifNe distingue pas P.v des autresespècesStabilité des réactifs sur le terrain ?Nombre important de faux positifsNe donne pas d’indication sur laviabilité des parasites
  11. 11. mise en évidence de l’ADNmise en évidence de l’ADNparasitaireparasitaireLa Biologie moléculaire (1)La Biologie moléculaire (1)Principe techniquePrélèvement SangExtraction de L’ADNparasitaireAmplification par PCRRévélationAvantagesSensibilitéDiagnostic d’espècePossibilité de quantificationÉtude génome du parasiteTravail de grande sérieInconvénientscoûtÉquipement très sophistiquéPersonnel qualifiéDélai de réalisation
  12. 12. La sérologieLa sérologietechniqueELISAIFIIndicationsEn aucun cas lediagnostic d’accèspalustreétudes épidémiologiquesDépistage des donneurs de sangDiagnostic rétrospectif (non valableen zone d’endémie)Paludisme viscéral évolutifAg=plasmodiumAc sérique ?Acsecondaire =anti globulinehumaineFluorescéineExcitation UV
  13. 13. bilan biologique complémentairebilan biologique complémentaireIntérêt =recherche de signes de gravité biologique définis par L’OMSen 2000Ictère (clinique) :bilirubine avec prédominance de la forme librehémoglobinurie macroscopiqueInsuffisance rénale : créatinine (> 265 µmol/L, valeur plus basse chezl’enfant), diurèse, clearance de la créatinineAcidose métabolique (bicarbonates plasmatiques < 15 mmol/L) ou Gaz dusangTroubles de l’hémogrammeAnémie grave (Hb < 50g/L ou Ht < 15%)ThrombopénieHypoglycémie (< 2,2 mmol/L)
  14. 14. Conclusion = En pratiqueConclusion = En pratiqueDiagnostic direct du parasite :Si laboratoire à proximitéSi laboratoire à proximitéA lui de définir à sa stratégie diagnostiqueA lui de définir à sa stratégie diagnostiqueSi pas de laboratoire à proximitéSi pas de laboratoire à proximitétests rapidestests rapides (préférentiellement HRP(préférentiellement HRP--2)2)Jamais de sérologie pour un diagnostic d’accès palustreNe pas oublier les signes biologiques de gravitéNe pas oublier les signes biologiques de gravité
  15. 15. QBC (1) =QBC (1) = quantitativequantitative buffybuffy coatcoatprincipe techniqueprincipe technique- ETAPE 1 -Prélèvement du malade- ETAPE 2 -Centrifugation dans un capillaire = concentration(hématies parasitées + légères) +action de l’Acridine orange = agent intercalent et fluorescent- ETAPE 3 -Lecture avec microscopie UV- ETAPE 4 -Identification des espèces de PlasmodiumP. falciparum P. vivax
  16. 16. QBC (2) =QBC (2) = quantitativequantitative buffybuffy coatcoatAVANTAGESAVANTAGESTrès Bonne sensibilité(1 parasite par µl)Volume examiné : 60 µl vs 0.,2 µl GERapiditéInconvénientsInconvénientsToxicité de l’acridinecoût élevéÉquipementsPersonnel expérimentéPas approprié au terrainPas quantitatif, espèces
  17. 17. mise en évidence de l’ADNmise en évidence de l’ADNparasitaireparasitaireLa Biologie moléculaire (2)La Biologie moléculaire (2)
  18. 18. Pour moiPour moiLDH se négative en 3 jLDH se négative en 3 jHrpHrp--2 se négative en 10 j2 se négative en 10 jHrpHrp--2 bien meilleur stabilité que LDH e2 bien meilleur stabilité que LDH e aldolasealdolaseHrpHrp--2 bien meilleure sensibilité que LDH2 bien meilleure sensibilité que LDH falcifalci etetaldolasealdolase ( la moins bonne sensibilité)( la moins bonne sensibilité)idéale Tana HRP2+ panidéale Tana HRP2+ pan pLDHpLDH sisi trptrp cher HRP2cher HRP2LDH suppose une viabilité du parasite = meilleurLDH suppose une viabilité du parasite = meilleursuivi efficacité du traitementsuivi efficacité du traitement

×