Lutte anti-vectorielle

1 308 vues

Publié le

Lutte anti-vectorielle - Présentation de la 3e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - VARELA Marie Louise - Institut Pasteur de Dakar - Etudiante en 2ème année de thèse de Parasitologie - Marie_varela@hotmail.com

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 308
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lutte anti-vectorielle

  1. 1. LUTTE ANTIVECTORIELLE Marie-louise VARELA Institut Pasteur de Dakar- Sénégal
  2. 2. PLANIntroductionCycle de développement du moustique et moyens de luttepour les différentes phases du cycleFacteurs déterminants les modes de lutte anti-vectorielles(LAV) données (caractéristiques du vecteur + zoneendémique en question, périodicité)Indications des modes de lutte (sites, situation d’endémiepeu ou hte transmission ou d’épidémie)Conclusion
  3. 3. INTRODUCTION(1)1. Définition:(1)Le moyen développé pour rompre le contact homme vecteur.2. Historique (1)1899: Ronald Ross lance les premières mesures de lutte anti-larvaire en Sierra LeoneDans les années 30: introduction de poissons larvivores (Gambusia) dans les céanes de Dakar1955: Stratégie globale d’éradication mondiale basée sur l’utilisation d’un insecticide à effet rémanent DDT associé à la chloroquine
  4. 4. Modes d’action (1) Lutte imagocide Lutte anti-larvaire Cycle de développement du moustique (2)
  5. 5. Modes d’action (2)1.Lutte anti-larvaire (3): .Biologique: utilisation de poissons larvivores .Physique: drainage,comblement, boisement . Chimique: Larvicides (organe phosphoré ex= Abate qui agit par ingestion)
  6. 6. Modes d’action(3)2.Lutte imagocide:(4)Utilisation de moustiquaires imprégnées Imprégnation vestimentaire, répulsifs Epandage d’insecticides Ventilation des maisons
  7. 7. Facteurs déterminant le mode de lutte Caractéristiques du vecteur Espèces: Exo ou endophile, exo ou endophage, anthropophile ou zoophile; sensibilité Caractéristiques de la zone de la lutte: Niveau d’endémie (holo, méso, hypo,…) Comportement Humain, Evénement soudain
  8. 8. Facteurs déterminant le mode de lutte (2)Zones d’endémie Z. d’hypo ou méso- Anciennessujettes à une endémicité sujettes à Zonesaugmentation soudaine des modifications d’endémiedu nombre d’individus environnementalesexposés Arrivée massive de Zones de Résurgence de lapopulations non immunes développement agricole transmissiondans un secteur impaludéMélange d’un grand Agglomérations urbaines Propagationnombre de sujets immuns en milieu tropical qui graduelle deet non immuns vivant dans connaissent une pharmacodes conditions primitives croissance rapide et résistance désordonnée
  9. 9. Indications des modes de lutte Lutte anti-vectorielle sélective (7,8) Zone de transmission stable (endémie, jungle): utilisation de matériaux imprégnés tels moustiquaires, raphia, hamac, uniformes ...;Ex:Amazonie, Asie du Sud et Sud-est Zone de transmission instable (hypoendémie)et sujettes à épidémies: Pulvérisations intradomiciliairesEx: Afrique du Sud
  10. 10. Indications des modes de lutte (2) Zones d’épidémie: Pression sélective en faveur des souches parasitaires résistantes. (9,10) Cas de résistance: pyréthrinoïdes - An. gambiae s.l. (80 à 90%) en Côte d’Ivoire, Bénin et Burkina Faso - An.funestus en Afrique du Sud DDT (1er cas de résistance en 1967 dans les environs de Bobo Dioulasso)
  11. 11. Conclusion Avantages: (6) Ex: Cas des moustiquaires imprégnées -Réduction de 20% de la mortalité infantile (OMS) - Réduction de la morbidité de 50% - Imprégnation permanente des moustiquaires (5ans) Limites -Résistance du vecteur -Coût des matériaux imprégnés (exemption de taxe, contrôle des prix) -Acceptabilité(éducation du public)http://london.openknowledge.net:8080/okn/ENDA-GECPASS-C_490Content.html
  12. 12. REFERENCES1. Vincent Robert, JF Molez et Charles Becker, Orstom DakarSénégal, « l’évolution de la recherche et de la lutte contre lepaludisme en Af. De l’Ouest au XXème siècle2. www.ilm.pf/ moustiques-texte.html3.http:// Lozere.org/perso/malaria/lutte anti-vectorielle.htm4. J.Mouchet, Transfus Clin Biol 1999;6:35-43 Elsevier « Vecteurset facteurs d’environnement du paludisme »5. http://edisan.timone.univ-mrs.fr/edisan/Guide/pre-impregnees.html6.vingtième rapport du comité OMS d’expert du paludisme7.Rapport OMS 20038. L Marrama et al Acta tropica 89 (2004 193-2039. MIM 5 au 9 mars 2001 Harare-Zimbabwe10.Guillet P Bull.Soc.Pathol.exot2001, 94, 2bis 165-168 «Antivectorial efforts »
  13. 13. MERCI DE VOTRE ATTENTION!!!http://museum.univ-rennes1.fr/museo/Images/I-Enfants/dessin-Moustique-750.jpg
  14. 14. Niveaux d’endémie ! " #$ $% & & %& ( ) ! " % & $ & & % %& %& * + ) $ , - ! " $ & & %& . " . / $ & %& * ) - . + " ! " $0 &. %& " 1 2 %3 34
  15. 15. expliquations • + . + + . . $ - .• . + . + $ . . . # 5 ! . $% && " 1
  16. 16. CAS D’EPIDEMIE Se préparer aux épidémiesRecensement des zones à risque, des facteurs de risque (SIG) Planification et évaluation des mesures de prévention• Action face à une épidémieDélimiter la zone touchée Mette en place des moyens renforcé de diagnostic et traitement Planifier et organiser des mesures d’urgence

×