Newsletter Impact n°11

247 vues

Publié le

<h3>Au sommaire :</h3>
La campagne Adecco en PQR 66, le score d'impact du Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace (CIVA), les Français et le bricolage et la PQR de Hervé Brossard, Chairman DDB France, Vice-Chairman DDB Worldwide et Président de l'AACC.

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
247
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter Impact n°11

  1. 1. STRATÉGIES & PQRLE SCORE Hervé Brossard parle avec l’accent p. 4 La newsletter de la Presse Quotidienne Régionale N° 11Janvier 2006 I Annonceur : CIVA Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace I Dispositif PQR 66 : 3 pages quadri I Période : septembre 2005 I Responsable Annonceur : Richard Kannemacher I Agence Conseil : LOWE Paris I Responsable Agence Conseil : Raphaëlle Lacrois, directrice de clientèle I Agence Média : Initiative Media I Responsables Agence Média : Cécile Freiche, chef de marque Valérie Nicolas, chef de groupe presse Méthodologie des tests Impact 66 : Réalisés par IFOP depuis 1991 sur la base de 200 interviewés minimum, représentatifs nationalement, en face à face au domicile Définition du score d’impact : Score Vu ou Lu 73% ou non du CNE, c’est “rentrer en politique” ? V.M. : C’est en août dernier qu’a été promulgué le Contrat Nouvel Emploi, destiné aux entreprises de moins de vingt salariés. Sur un tel sujet aux ressorts à la fois économiques, sociaux et politiques, il était tout naturel qu’un débat nourri se développe dès la rentrée sur le sujet. Mais notre rôle n’était en aucun cas de rentrer dans ce débat ! Avant d’engager la campagne PQR 66 - qui était le cœur du dispositif - nous avons ainsi donné le ton en PQN avec une annonce typo simple qui En plein débat sur le tout récent Contrat Nouvel Emploi (CNE), Adecco s’adresse aux TPE et dépasse la promesse attendue d’offre de travail intérimaire pour celle de l’emploi. C’est le Pack CNE, avec PQR 66 Access Pros… Dossier : Les Français et le bricolage p. 3 Le bricolage est devenu le premier loisir national, les 35 heures aidant. Les Français aiment de plus en plus leur “home sweet home”, nous disent les sociologues. Si bien que l’aménagement de l’intérieur et la décoration sont désormais l’affaire de tous, ou plus précisément de toutes… Explications. suite en page 2… Touchez 63 % des PDG de PME avec PQR 66 Access Pros Véronique Milsant Chef de communication de la marque Adecco Avec cette campagne, Adecco propose plus que du travail temporaire. Un fait nouveau ? Véronique Milsant : Oui, et c’est la loi de cohésion sociale (dite loi Borloo) du 18 janvier 2005 qui en est le fait générateur. Elle autorise les entreprises d’Intérim à placer désormais leurs candidats pour le compte de contrats de travail en CDD et CDI. C’est un événement majeur pour notre marché, puisque c’est de recrutement pur dont il est désormais question, même si - bien entendu - notre activité d’Intérim demeure notre socle. Tous les acteurs de l’Intérim sont donc devant cette nouvelle donne, qui sous-entend l’élargissement du champ de concurrence à celui des cabinets de recrutement. Un score exceptionnel pour un nouvel annonceur en PQR 66 Adecco s’y emploie en PQR66 tant qu’entreprise leader depuis plus de vingt ans sur l’activité d’intérim, Adecco a souhaité s’investir pleine- ment dans cette nouvelle opportunité. Nous l’avons fait savoir dès le mois de mai, avec une campagne TV qui informait l’opinion de cette capacité à intervenir activement sur ce champ de compétence institutionnel et service élargi. A la rentrée, vous transformez un premier essai avec le Pack CNE. Communiquer en plein débat sur le bien-fondé “Aller plus loin dans le service que nous rendons conjointe- ment aux entreprises et aux candidats” Concrètement, les 135 000 intéri- maires en mission chaque jour auprès de nos entreprises clientes sont donc susceptibles de se voir proposer d’autres opportunités de postes en CDD ou CDI. Cette sensible évolution est pour Adecco une opportunité d’aller plus loin dans le service rendu conjointement aux entreprises et aux candidats qui leur sont présentés. En
  2. 2. …suite de la page 1 STRATÉGIES & PQR VERBATEAM 2 ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça bouge… I La Nouvelle République du Centre Ouest a confié sa Une du 22 octobre à Daniel Buren. L’artiste a con Régionale et Départementale, proposant l’ensemble des annonces de marchés publics publiées dans ses 61 titres I Le groupe Centre France (4 titres dont La Montagne) prépare le pa ni au format berlinois ni à la structure en 4 cahiers plébiscitée par les lecteurs I “Let’s go Riviera” est le quotidien en anglais d’une trentaine de pages quadri lancé par Nice Matin et vendu Un extrait des meilleurs blogs des 18/25 ans est publié dans Midi Libre, créant ainsi une passerelle avec l’édition papier I Les Quotidiens du Sud Ouest créent un supplément “mono- jeunes urbains actifs I Ouest France étoffe son offre d’accès au contenu du journal sur internet en lançant quatre nouvelles formules de consultation payante de ses articles sur ouest pagination pour offrir un contenu rédactionnel plus structuré, plus riche, en proposant un cahier central de huit pages dédié aux loisirs I “Chroniques des Vosges” édité par la Liberté d VERBATIM Philippe Brossat Directeur Général Jump France « Cette campagne CNE nous tient particulièrement à cœur parce qu’elle marque une étape importante pour l’activité d’Adecco. Elle a pris naturellement sa place dans le territoire de communication que nous avons construit depuis déjà 8 années, dans une collaboration étroite avec Adecco et sous le signe de la solidité et de la fidélité. » «C’est dans les gènes d’Adecco que d’être attentif à son statut et à son rôle de leader, notamment quant aux responsabilités que cela sous-entend sur une telle activité de marché aux enjeux si déterminants pour la société. » «Forts du gros travail réalisé il y a deux ans sur le terrain des engagements de services - chartes Entreprises et Candidats - ils étaient institutionnellement comme commercialement mûrs pour cette ouverture du marché de l’intérim... » « …nous avons trouvé cela formidable que le Directeur Marketing d’Adecco ait si vite décidé de cette campagne globale média-hors média ! Le signe d’une vraie dynamique d’entreprise. » « Une fois la décision prise d’agir en plein débat médiatique, nous avons monté la campagne à vitesse grand V. La PQR permet cette réactivité. » «L’annonce PQN qui précédait la campagne PQR66 nous a permis de travailler au cœur de ce que nous voulions dire. C’était un peu le “concept board” qui présa- geait de la traduction créative Pack CNE.» « Le CNE est réellement vu par Adecco comme une belle oppor- tunité pour l’emploi, une chance de plus à saisir. Ce que dit la campa- gne exprime exactement leur vision des choses : il n’y a aucune distorsion dans les propos. » « Il s’agissait de communiquer vrai, avec simplicité mais caractère sur le sujet, sans être publicitaire dans le ton. Il convenait d’informer ; chaque mot était pesé, concret. » Marc Lewitanski Directeur Général de Médiatop «Avec successivement des campagnes en TV, en PQN et enfin en PQR, Adecco a couvert un large champ de registres et d ’o b j e c t i f s : i n f o r m a t i o n publicitaire sur l’ouverture du marché de l’interim ; position institutionnelle face au CNE ; enfin, offre de service Pack CNE. » «Adecco est pour nous un client fidèle depuis 2000. Rien de tel pour travailler avec transparence et ouverture d’esprit : le média intelligent est toujours celui qui est débattu…! » « L’offre PQR 66 Access Pros venait à point nommé pour nous : je crois même qu’Adecco en a été le premier bénéfi- ciaire ! C’est une offre PQR 66 que je trouve assez fantastique : elle autorise les conditions financières d’une audience professionnelle ciblée, tout en offrant la toile de fond de la puissance mass média, ce qui était déterminant pour inscrire le Pack CNE dans le débat national.» « Il s’agissait de cibler les publics concernés par le CNE. Or, comme l’embauche c’est une rencontre entre une offre et une demande, nous visions d’un même élan média les TPE et leurs candidats potentiels… » « La pénétration y est incroyable : près de 80 % sur les TPE ! » « L’emploi est tout sauf un concept global à appréhender globalement… Il doit être réfléchi à son échelle, celle de l’entreprise et de l’individu, c’est-à-dire sous l’angle des bassins d’emploi. Avec la presse régionale, Adecco est allé sur ce terrain pragmatique où se solu- tionne la question de l’emploi ; là où cadre de vie et cadre de travail ne font qu’un. » « Le PQR 66 nous permet de juxta- poser deux richesses : la capillarité du message avec celle des acteurs de terrain présents dans les plus de 1 000 agences Adecco. » François-Xavier Théry, Directeur Marketing Adecco Quels sont les enjeux de cette ouverture du marché de l’Intérim ? Un tiers de nos missions d’intérim débouche sur une offre de plein emploi. En termes de savoir faire et de pratiques, l’accès au marché du recrutement est donc pour nous un non événement. Avec la loi de cohésion sociale et les autres dispositions légales qui lui ont succédé (dont le CNE), les équipes gou- vernementales capitalisent sur le rôle que nous avons dans la lutte contre le chômage. Cela nous conforte dans nos vrais enjeux, qui ne sont pas que com- merciaux et qui relèvent aussi de notre responsabilité sociale, sujet sur lequel nous sommes particulièrement impliqués. Qu’attendre d’une telle logique de “produit packagé” sur votre activité de service “emploi” ? La logique de besoins existe bien et le marketing a totalement sa place. L’accompagnement sur les volets administratifs, le suivi formel durant la période d’essai, l’aide aux candidats dans leur vie quotidienne (logement…), tous ces services répondent précisément aux attentes tant des entreprises cibles du CNE que des candidats, notre activité relevant fondamentalement du BtoBtoC. Nous avons quantifié les entreprises de moins de 20 salariés, identi- fié puis segmenté leurs besoins au sein de notre BDD clients, pour prétendre offrir ensuite une vraie qualité de sourcing. L’action PQR66 s’inscrivait au sein d’un plan global de communication qui incluait du phoning sur cible (2 call centers) et une action de marketing direct, sans oublier le travail du numéro indigo “3260” pour gérer les appels tant entrants que sortants. Y a-t-il des attendus concrets et quantifiés pour cette action publicitaire et commerciale Pack CNE ? Il s’agit de personnes et d’entreprises : nous ne sommes pas sur une élasticité promotionnelle de type grande conso. Le processus de rapprochement prend du temps, et les effets de l’action Pack CNE se mesurent sur la durée et sur de multiples critères tant qualitatifs que quantitatifs. Un indicateur cependant : sur 10 000 contacts qualifiés à mi novembre, on peut noter la mise en route de 1 500 projets de CNE. Ce “taux de transformation” (15 %) est un score très encourageant qui permet d’affirmer que la dynamique Pack CNE est bien en marche. répond précisément à votre question : “Le CNE, on peut en débattre… nous préférons nous engager”. Dans un tel contexte de “bruit médiatique”, notre position a été celle de l’acteur majeur du marché des ressources humaines et de l’emploi, et du leader responsable qu’est Adecco en France. Cette valeur de responsabilité est une caractéristique de marque revendiquée et scrupuleusement suivie. Nous avons donc naturellement considéré que notre rôle était “de donner une chance à l’emploi”, en aidant les patrons de TPE à saisir rapidement cette opportunité CNE, et en ne laissant pas les candidats seuls et sans conseil pour aborder cette nouvelle voie d’accès à l’emploi. “Dans le sens de l’impact et de la lisibilité publicitaire…” Sur un plan tactique cette fois, il est clair que le fait d’avoir su inscrire cette campagne en pleine période de débat médiatique sur le CNE (la semaine dédiée à l’emploi) allait dans le sens de l’impact, de la lisibilité et du bien-fondé de la proposition publicitaire. En prenant de la sorte notre part au débat, nous avons cherché l’effet de halo, ce qui était intégré dans la création - “tout le monde en parle” - comme dans le choix du média PQR. Aviez-vous un secret pour pouvoir réagir aussi vite sur un sujet d’un tel enjeu économique et social ? V.M. : Emploi intérimaire ou non, la matière première est la même : il s’agit de favoriser des rencontres appropriées et fructueuses entre les besoins RH des entreprises et les candidats à l’emploi. Sur cet aspect des choses, nous profitons d’une longueur d’avance sur notre marché, en ayant notamment été les premiers sur l’activité du travail temporaire à prendre des engagements formalisés et concrets vis-à-vis tant des candidats que des entreprises, au travers de chartes d’engagement en bonne et due forme. Partout sur le terrain, ces engagements dictent notre activité de service et nos modes de collaboration avec nos entreprises clientes et nos près de 750 000 intérimaires. Ainsi, avec la force de notre réseau de plus de 1 000 agences réparties sur les bassins d’emploi, nous avons de fait un acquis précieux : la connaissance quasi “intime” que nous avons des candidats et de leurs aspirations professionnelles. Nous étions donc prêts, et en mesure de déplacer cet acquis dans le cadre élargi du CNE, avec cette vraie offre globale de service qu’est le Pack CNE. Pour cibler les entreprises de moins de vingt salariés, vous avez opté pour le PQR 66. Pourquoi ? V.M. : La réalité du marché du travail - a fortiori pour les PME et TPE - s’établit sur le terrain des bassins d’emploi. Or, c’est là que sont présentes nos agences, et c’est là aussi qu’agit avec l’influence que l’on sait le journal local. Celui- ci réunit naturellement les deux cibles qu’il s’agit pour nous de rapprocher : le patron potentiel recruteur ; le candidat potentiel embauché. Notre engagement s’adresse conjointement à chacun de ces deux publics, et la PQR met parfaitement en scène ce regard croisé que nous souhaitons entre ces deux cibles de communication… amenées à se rencontrer sur le sujet du CNE. “On a voulu s’inscrire au cœur des préoccupations du patron de PME” Par ailleurs, rappelons que le patron de TPE n’est pas doté de compétence RH. Il est donc contraint de se débrouiller par lui même, en s’appuyant logiquement sur les circuits institués tels que l’ANPE. Avec le CNE, il nous faut développer chez lui le réflexe de s’appuyer aussi sur nos compétences. C’est pourquoi nous souhaitions lui proposer de l’information et de l’argumentation sur le Pack CNE. Cette rhétorique publicitaire est efficace en PQR, parce qu’elle est légitime dans le cadre de la lecture des informations locales. Propos recueillis par VERBAHUIT. Emmanuel de Chevigny (edechevigny@free.fr) En première ligne pour conduire et observer le niveau de performance du CNE 3 questions a...
  3. 3. IN SITU MARKETING Un marché en pleine croissance Lorsque la conjoncture est morose, les Français bricolent. Depuis une décennie, le secteur affiche un taux de croissance insolent: 4 à 5% par an. En 2003, le chiffre d’affaires a atteint 17,5 milliards d’euros, selon l’Union Nationale des Industries du Bricolage, du Jardinage et des Activités de Loisirs (UNIBAL), ce qui en fait le premier poste de dépenses des ménages, estimé à 666,20€ par foyer en 2002 (contre 237,82€ pour le jardinage, par exemple). Et la marge de progression reste encore importante si l’on compare la France aux autres pays européens. Selon une étude menée à l’initiative de la Fédération Européenne des Industries du Bricolage (FEDIMA), les Français bricolent moins que leurs homologues britanniques ou allemands. Le chiffre d’affaires dégagé par ce secteur en Allemagne était de 37 milliards d’euros en 2002 et de 21 milliards d’euros au Royaume-Uni… Cette croissance est essentiellement portée par les Grandes Surfaces de Bricolage (+5,4 % en 2003), qui enregistrent une part de marchés de 65%. Les Grandes Surfaces Alimentaires et les réseaux traditionnels voient eux leur poids se réduire au profit des négociants en matériaux, avec des baisses respectives de 3,2% et 4,2%. Deux foyers sur trois Plus de 13 millions de foyers bricolent (soit 67 %) contre seulement 3 millions au début des années 60. 60 % des Français disent aimer bricoler aujourd’hui, contre 45 % en 1969, selon un récent sondage IFOP. Plusieurs tendances lourdes expliquent le développement du bricolage. La première est que les Français, même s’ils sont de plus en plus nomades, passent beaucoup de temps chez eux du fait de l’allongement de la durée de vie et de la diminution de la durée du travail. D’où une volonté de personnaliser son logement et de le rendre plus confortable. C’est le fameux effet du “cocooning” cher aux sociologues. Idée confortée par le fait que le bricolage s’est développé largement dans le Nord de la France, et même de l’Europe, avant d’atteindre le Sud. Historiquement, les départements les mieux lotis en matière de grandes surfaces de bricolage sont le Nord et le Pas-de-Calais. Par ailleurs, les Français disposent de davantage de temps libre. Parmi les activités favorisées par la réduction du temps de travail, le bricolage arrive en quatrième place avec 74% d’intentions. Il est à égalité avec le sport, derrière le repos (82 %), la possibilité de s’occuper de ses enfants (78 %) et celle de partir en voyage ou en week- end (77 %). Les motivations sont aussi d’ordre économique. Le recours à des artisans reste onéreux et explique la volonté des Français de faire les choses eux-mêmes sans dépendre de l’extérieur. La crise, et partant, des budgets familiaux plus serrés, renforceraient le goût des Français pour le bricolage. “Certainement”, confirme Claude Bonnette-Lucas, sociologue, “mais c’est surtout le développement de la maison individuelle, qui représente aujourd’hui 60 % de l’habitat français, qui a donné au bricolage l’essor qu’on lui connaît.” Enfin, l’amélioration constante de l’offre d’outils et de matériaux est pour partie responsable de cet engouement. Elle a rendu les travaux de bricolage moins durs physiquement et plus faciles à effectuer sans connaissance de base importante. Un loisir valorisant et créatif Longtemps considéré comme une activité de loisirs “besogneuse”, le bricolage bénéficie aujourd’hui d’une nouvelle image. La majorité des Français jugent cette activité agréable et valorisante. C’est une activité compensatrice face à une société de plus en plus “virtuelle”. Outil de valorisation personnelle, le bricolage permet de montrer les différentes facettes de sa personnalité et d’obtenir des résultats concrets. Aujourd’hui, les motivations esthétiques et créatives prennent une importance croissante au détriment des motivations utilitaires. Les consommateurs ont envie de se fabriquer leur propre univers, à leur rythme, en réaction à une offre standardisée. Aujourd’hui, bricoler c’est personnaliser son intérieur et se réaliser soi-même. Le BHV l’a bien compris et met l’accent sur le bricolage, la décoration, l’aménagement de la maison et le design. Du bricolage à la décoration Le bricolage de ce nouveau siècle se rapproche souvent de la décoration. Les tâches que les consommateurs abordent avec le plus de plaisir sont celles qui touchent au travail du bois, à la restauration de meubles, à la mosaïque et à la pose de papier peint. Aujourd’hui, les nouveaux bricoleurs viennent chercher des idées pour créer ou détourner les objets. Pour que leur lieu de vie ne ressemble à aucun autre, ils changent de décor et préfèrent faire les choses eux- mêmes pour laisser leur empreinte. Les distributeurs exploitent les valeurs new look du bricolage : simplicité, nature, refus de la consommation de masse et de la standardi- sation. Ils perdent peu à peu de leur image “vieillotte” pour devenir des hauts lieux du bricolage urbain axé sur la maison, le design et la décoration. Lancement de sites internet dédiés à la décoration et au design, concepts de “bricolo cafés”, mise en place de cours de bricolage et référencement croissant de tissus d’ameublement, de revêtements muraux, de parquets, moquettes et carrelages… Des consommateurs “entrepreneurs” Les Français désirent être associés à la conception des produits et être co-producteurs de leur consommation. Le distributeur doit devenir un partenaire, et savoir écouter, comprendre, conseiller et accompagner leurs clients tout au long de la réalisation de leurs projets. Cependant, les consommateurs ne veulent pas de solution toute faite et être ainsi dépossédés de leur projet. Ils attendent des distributeurs qu’ils prennent en charge la réalisation des tâches les plus techniques et souhaitent conserver la partie créative ou ludique de leur projet. Les enseignes à l’assaut des bricoleurs Le marché du bricolage devrait poursuivre sa croissance. Après avoir séduit les bricoleurs avertis, toutes les grandes surfaces de bricolage recherchent des stratégies originales pour répondre aux attentes de cette nouvelle clientèle avide de conseils. Stages de bricolage, réalisation de produits sur-mesure, pose à domicile, conseils en ligne, café thématique… Les enseignes rivalisent d’idées pour élargir leur marché à de nouvelles clientèles plus difficiles à convertir : les femmes (voir par ailleurs), les femmes pressées, les néophytes et les réfractaires au travail manuel. Le mot bricolage perd peu à peu sa connotation péjorative. Il désigne aujourd’hui une compé- tence recherchée, une activité socialement valorisée. Cette pratique permet de réconcilier le travail manuel et intellectuel. Vis-à-vis de la distribution, les attentes des consommateurs portent sur davantage d’assistance, d’amabilité, notamment en cas de réclamation, et plus d’informations utiles en magasin. Autant d’exigences légitimes que les professionnels du bricolage doivent satisfaire au quotidien. 3 nçu pour le quotidien une œuvre reprenant sa signature artistique, les rayures I “Francemarchés.com” est le nouveau portail d’annonces de marchés publics lancé par la Presse Quotidienne assage de ses quotidiens au format tabloïd en 2007 I Les Dernières Nouvelles d’Alsace viennent d’adopter une nouvelle maquette, pour une information plus hiérarchisée sans toucher u 2 euros. Près de 100 000 personnes de langue anglaise habitent la métropole de Nice I Le groupe des Journaux du Midi a lancé un blog pour donner encore plus la parole à ses lecteurs. -annonceur” de 4 ou 8 pages exclusivement dédié à la promotion d’un seul annonceur I Midi Libre lance son quotidien gratuit Montpellier Plus, tiré à 25 000 exemplaires et ciblant les t-France.fr. D’autre part, le quotidien lance 12 hors séries sur “Les Années 50”, chacun d’eux racontant en photos l’histoire d’un département I Le Parisien Dimanche a réorganisé sa de l’Est, retrace 60 ans d’actualité I Pour fêter son centenaire, Le Populaire du Centre a inauguré l’exposition “Le Journal et la vie”, et publié un album sur “La Haute Vienne secrète”. Les femmes : première cible des professionnels Si le bricolage reste une activité majoritairement masculine, les femmes sont de plus en plus nombreuses à la pratiquer. Elles représenteraient 30 % des bricoleurs. La raison principale de cette évolution est liée à l’offre de matériels. Les outils disponibles sont plus efficaces et plus faciles à utiliser. La force n’est plus nécessaire, ce que confirme Rémy Dassant, chargé d’études de l’UNIBAL : “les machines électriques ou portatives sont de plus en plus légères, de plus en plus performantes, de plus en plus faciles à utiliser. Alors, les femmes, qui sont souvent plus patientes, plus méticuleuses et plus concernées par l’aménagement de la maison que les hommes, trouvent là un champ d’action presque illimité.” Autre qualité reconnue à nos compagnes, l’absence de complexes : “Quand elles ne savent pas, elles n’hésitent pas à nous poser des questions”, reconnaît Hervé, responsable d’une petite surface de bricolage. “Des questions très précises, très concrètes. Dans un couple, il arrive souvent que les deux bricolent. Ce n’est jamais l’homme qui nous interroge, toujours la femme.” Elles ont également leurs domaines plus ou moins réservés, et notamment tout ce qui touche au petit bricolage, la peinture et la décoration. Les hommes se rattrapent sur la menuiserie, l’électricité et la plomberie. “Mais de plus en plus de femmes n’hésitent pas à se lancer dans les travaux qui étaient typiquement masculins, il n’y a pas si longtemps”, constate Claude Bonnette-Lucat. Les grandes surfaces spécialisées ont donc pris acte de ces phénomènes et développé en conséquence de nouvelles stratégies dédiées à cette cible féminine : conseils, fiches techniques, démonstrations, cassettes vidéo et stages pratiques… La femme est donc bien au cœur des enjeux de développement des professionnels… Les Français et le bricolage Premier loisir national Bricolo Café au BHV, multiplication des sites Internet, stages de bricolage proposés par les grandes enseignes, ouverture d’un Leroy Merlin au centre de Paris, matériel spécialement conçu pour les femmes... L’univers du bricolage ne s’est jamais aussi bien porté et l’on estime que sur ce marché les dépenses progressent plus rapidement que l’ensemble de la consommation. Tendances. 13 14 15 16 17 18 19 14,60 15,20 15,70 16,25 16,90 17,55 1998 1999 2000 2001 2002 2003 Marché français du bricolage en MM€ (Source : Unibal) C.A. 2003 par canal de distribution (en MM€) poids de chaque canal (en %) (Source : Unibal) GSA - 1,41 MM€ - 8 % Négoce - 3,77 MM€ 21,5 % Trad et autres 0,91 MM€ - 5,2 % GSB - 11,46 MM€ 65,3 %
  4. 4. MÉMO SERVICES MA PQR À MOI Hervé Brossard Chairman DDB France Vice-chairman DDB Worldwide Président de l’AACC «C’est vrai, j’ai développé un côté worldwide tant je passe du temps dans les avions. Difficile de garder les pieds sur terre quand je suis entre New York - où j’ai mon bureau - et Paris - où j’ai mon bureau -, en passant par la Chine, Hong Kong, l’Angleterre… Mais heureusement, il y a aussi le Moulleau, sur le Bassin d’Arcachon - où j’ai mon bateau. Vacances, week-ends, grâce à l’aéroport international de Bordeaux, je me débrouille toujours pour y aller. Pour y revenir, aussi. Alors bienvenue au Moulleau, et parlons d’abord de mon bateau… J’avais le choix entre la pinasse ou le beacher : j’ai pris un beacher. J’avais ensuite le choix entre le “jaune” (la dune du Pyla, on a grandi ensemble), le “vert” (les pins), ou le “bleu” du bassin. J’ai pris le bleu. Mais, quand je suis au Moulleau, il est un choix cor- nélien qui s’écrit au quotidien… Dès l’aube en effet, à l’heure où s’affranchit la campagne PQR 66, j’ai une décision cruciale à prendre dans mon Sud Ouest. Que lire en premier : les pages locales, régionales ou nationales ? Plutôt cours de la Bourse de NY ou cours de tennis ? Boulot ou Moulleau? Dilemmes. Pour décrypter l’évène- ment de nos banlieues, c’est sûr que Sud Ouest sera plus nuancé et moins paniquant que le New York Times lu la veille, mais – je l’avoue – je démarre le plus souvent ma lecture par l’essentiel : les indispen- sables infos du ici et du maintenant. “Lire Sud Ouest rien de tel pour prendre le temps d’être actif” Je prends alors les infor- mations locales comme je prendrais l’avion, décidé mais en classe “à faire” cette fois. Car attention, pour me détendre et me ressour- cer, je sais prendre le temps d’être actif. Vous imagineriez une seconde lire Sud Ouest le soir ? Non bien sûr, car on ne plaisante ni avec une belle journée qui démarre, ni plus avec ces informations locales aussi passionnantes que sérieuses. Elles ont leur périmètre de vérité, et vous pouvez tout vérifier. La météo n’y a pas le droit à l’erreur, tout comme le lieu et la date de ces multiples initiatives écono- miques et sociales qui respirent la vie et la passion. Ensembles, ces kyrielles d’informations à vivre font de chaque jour un événement d’exception ! Comment peut-on se montrer indifférent devant tou- tes les manifestations organisées par la ville d’Arcachon, sous l’impulsion énergique et sympa- thique de son Maire M. Foulon ? Comment rester fermé devant la fête de l’huître qui s’annonce ?! Chez Tony, au bar de l’Oubli ou au Bikini, on en parlait encore hier. Même en face (traduire Cap Ferret), il y avait une affiche chez Hortense. J’envisage bien d’y faire un saut avec tous mes copains rugbymen ou des médias. Plus “connus” et reconnaissables les uns que les autres, vous n’imaginez pas ce qu’ils devien- nent sous l’effet Arcachon : insérés, discrets, vrais, anti-stars… Au fait, je dois vous laisser maintenant. Non pas que j’ai un avion à prendre, c’est bien plus important… Aujourd’hui, enfin un bon coefficient de marée : je peux “échouer” mon bateau devant chez moi pour déjeuner. » STABILODATES ³ Fête du Travail 1er mai 2006 ³ Journée mondiale de l’asthme 3 mai 2006 ³ Journée mondiale de la liberté de la presse 3 mai 2006 ³ Festival International du Film de Cannes 17 mai au 28 mai ³ Fête des Mères 28 mai 2006 ³ Roland Garros 28 mai au 11 juin 2006 ³ Journée mondiale sans tabac 31 mai 2006 ³ Pentecôte 4 juin 2006 ³ Journée mondiale de l’environnement 5 juin 2006 ³ Journée mondiale de l’Océan 8 juin 2006 ³ Journée mondiale contre le travail des enfants 12 juin 2006 ³ Journée mondiale du don du sang 14 juin 2006 ³ 24 Heures du Mans 17 et 18 juin 2006 ³ Fête des Pères 18 juin 2006 ³ Salon de l’aéronautique 18 juin 2006 ³ Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2006 ³ C’est l’été ! … Et c’est aussi la Fête de la Musique 21 juin 2006 ³ Fête du Cinéma 23 juin 2006 ³ Résultats des Ecrits du Bac début juillet ³ Journée mondiale de la population 11 juillet 2006 ³ Fête Nationale 14 juillet 2006 ³ Rentrée des classes 4 septembre 2006 ³ Journées du Patrimoine à confirmer ³ C’est l’Automne 23 septembre 2006 ³ Salon de l’Automobile 30 septembre 2006 ³ Journée Mondiale de la Poste 9 octobre 2006 ../.. CGV et calendrier annuel complet sont disponibles sur demande auprès des régies du PQR 66 (voir rubrique Services & Études PQR pour les contacts). New York Times-Sud Ouest, AR et sans escale NDCEditingencollaborationavecVERBAHUIT,créditphotos:Gettyimages Avec sa nouvelle offre ACCESS EVENEMENT, PQR 66 propose à tous les annonceurs un tarif exceptionnel de 153 k€ nets, s’ils communiquent en pleine page quadri sur une des dates ci-dessous. Choisissez la vôtre ! 4 ©MarcChaumeil Services & Études PQR Découvrez le nouveau site www.pqr.org Mesures d’audience et média marchés • “SPQR/EUROPQN” 2004 (Ipsos). L’audience du PQR 66 • “SPQR 2002/2003/2004”. Tous les chiffres d’audience et les cartographies associées de 52 titres et 24 groupes de PQR Audience Décideurs • La France des Cadres Actifs 2005 (Ipsos) • Les Décideurs de la Grande Distribution (Ipsos) • Les Décideurs des Collectivités Territoriales (Ipsos) Mesures de l’efficacité • Suivi Impact 66 : base de données compilant plus de 250 000 interviews et 2 500 post-tests d’impact sur les treize dernières années (IFOP). Base enrichie chaque année d’une centaine de tests d’impact (IREP 2003: la Persistance Mémorielle). • PQR-PRO : post-tests SOFRES sur la cible des décideurs, via la méthode CAWI. Près de 50 tests réalisés depuis 2003. Réservé aux annonceurs B2B (IREP 2004). • PQR-SCAN : post-tests et pré-tests d’efficacité sur les ventes réalisés sur les marchés tests d’Angers et Le Mans - Marketing Scan (GFK). Réservé aux annonceurs Grande Conso. • PQR-TRACK : tests dédiés au suivi des campagnes lourdes et concentrées en PQR (IFOP). Études Quali • Proximités : Sociovision. Les nouveaux vécus de la proximité (IREP 2001). • La communication textuelle en PQR/texte et conviction-SORGEM (IREP 2000). www.pqr.org Toutes les infos sur les titres, les études, les standards d’impact, les tarifs et les contacts commerciaux... Accès libre. Contactez directement votre régie : • Com>Quotidiens 01 55 38 21 00 • Quotidiens Associés 01 41 34 97 26 Pour tout contact avec la Rédaction d’IMPACT PQR : 01 40 73 85 90 impact@spqr.fr

×