Newsletter Impact N°39

201 vues

Publié le

Découvrez la Newsletter Impact N°39 :
La stratégie de HOP! en PQR 66, le score de la campagne CREDIT AGRICOLE, la rubrique "Ça bouge...", et la PQR de Franz-Olivier GIESBERT (directeur du Point).

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
201
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter Impact N°39

  1. 1. 1IMPACT n°39 Juin 2013 STRATÉGIE ET PQR Et HOP!, un lancement réussi ! Fin janvier dernier, le lecteur PQR a découvert HOP!. Quelle est la genèse de ce nouvel acteur du transport aérien ? Lionel Guérin : Le lancement de HOP! s’inscrit dans le cadre du plan Transform 2015 d’Air France. Cette nouvelle compagnie est exclusivement vouée à la mobilité inter- régions, en France et en Europe. Elle regroupe les vols régionaux, courts et moyens courriers, qui étaient hier assu- rés par trois compagnies, filiales d’Air France : BRIT AIR, REGIONAL et AIRLINAIR. Ces compagnies faisaient donc un même métier pour de mêmes clients, soit en travaillant sous forme de franchise, soit en étant directement affrétées par Air France (qui leur achetait des heures de vol sur des routes données), mais sans rien avoir en commun : avions, système d’informations, organisation et process, mais aussi accords d’entreprises (navigation et sol)..., tout différait ! Il y avait donc là une vraie source d’éco- nomie à exploiter en rassemblant ces flottes disparates (98 avions de 48 à 100 sièges) en une seule et même compagnie, porteuse d’une même dynamique institutionnelle, organisationnelle et commerciale. C’est de cette ambition de départ qu’est né le projet HOP!. Réunir trois compagnies en une seule, ce n’est pas rien... L. G. : Le premier grand chantier a consisté à uniformi- ser tout ce qui pouvait l’être : un gros travail de mise en commun, de capitalisation sur les synergies, avec la refonte de toutes les fonctions communes en dehors de la produc- tion des heures de vol. C’était la condition indispensable pour donner naissance à une offre aérienne régionale neuve de fond en comble, apte à définir et afficher sa propre vocation de service d’une même voix. Car HOP! est bien plus que ce simple regroupement. C’est vraiment la création d’une nouvelle et ambitieuse compagnie dont il s’agit. Une aventure complète, passionnante et rassembleuse, qui conti- nue de se mettre en place aujourd’hui. Quelle est précisément la vocation de service justifiant ce nouveau pavillon HOP! ? L. G. : Nos clients ne voulaient pas une nouvelle compagnie aérienne, mais une solution de mobilité. Aussi, parce qu’ils sont au cœur de tout, la première chose que nous avons faite a été d’aller écouter ces clients. Et là, les attentes ont été très clairement posées. En complémentarité de “l’expérience voyage”, qui revient au territoire d’Air France LE SCORE 71 %D’IMPACT Annonceur : Crédit Agricole Dispositif PQR 66 : 3 pages quadri Période : du 4 au 13 mai Responsable annonceur : Nicole Derrien Agence conseil : BETC Responsable agence conseil : Jean-Luc Dagognet Agence média : Havas Media Responsable agence média : Florence Destang Ça bouge… Les news de la presse quotidienne régionale PAGE 3 Ma PQR à moi Franz-Olivier Giesbert parle avec l’accent Page 4 L’information a rendez-vous avec la communication Juin 2013 No  39 SUITE EN PAGE 2 Lionel Guérin Président directeur général de HOP! Une aventure complète, passionnante et rassembleuse La région comme la mobilité sont clairement dans l’air du temps. Elles sont désormais dans l’air tout court, et dans la PQR. HOP!, la nouvelle compagnie aérienne d’Air France, propose des sauts d’une région à l’autre, d’un journal à l’autre. Explications et check-up au sol avec son Président, Lionel Guérin, qui a gardé de son passé de pilote son optimisme, son sens du cap et sa vision globale. Campagne 4 pages de lancement (double-page intérieure).
  2. 2. 2 IMPACT n°39 Juin 2013 « HOP! est une compagnie faite pour nous, parce que vraiment dédiée, à l’écoute et au fait des réalités et besoins que nous vivons localement. C’est très important pour nous. » « Nous sommes sur des logiques d’intérêts partagés et de partenariat actif. Plus que la seule consolidation de la ligne Paris, on vise du trafic additionnel avec de nouvelles lignes transversales, comme demain Lille ou Strasbourg par exemple. Leur besoin de développement, c’est le nôtre. » « Un partenariat actif » « L’important est de faire revenir les gens vers l’avion, sachant qu’il y a un inconscient collectif puissant qui veut que l’avion soit inabordable. Avec son nom et ce logo rouge, ses tarifs à 55 euros sur tous les vols, HOP! casse les codes ainsi qu’une image lourde et vieillissante. Je trouve ça super. » « Cette rupture HOP!, on en avait besoin, et c’est notre chance. À nous de prendre le relais en communication locale. On est tout de même à 5 h 30 de TGV de Paris... » « HOP! en presse régionale, c’est une évidence. Ici, d’une manière ou d’une autre, on lit l’Indépendant. Pour bien développer ses offres de mobilité, HOP! se doit d’être branché sur la connaissance des attraits et modes de vie de chaque région. » « C’est un énorme travail, mais ils ont la force de leur taille. Avec des circuits courts, ils sont réactifs et mesurent parfaitement l’ampleur de la tâche. C’est très rassurant et agréable, parce que la relation, l’écoute et le respect des hommes ont toute leur place avec eux. Ils sont à la fois passionnés et ambitieux, mais aussi pragmatiques. » pour le moyen et long courrier, tous les publics plébiscitent une offre interrégionale France et Europe de référence, fondée sur une fonction avant tout utilitaire et service du transport aérien. Plus précisément, une fois acquise la sécurité, ils veulent de la mobilité, de la simplicité, de l’authenticité, de la proxi- mité et de l’attention, mais aussi de l’audace, et le tout, bien sûr, avec l’accessibilité et la transparence des prix ! Un résumé des nouvelles attentes qui font les aspirations des nouvelles façons de consommer, appliquées à la mobilité. Le nom HOP! dit tout : offrir des sauts faciles, rapides et bien faits d’une région à l’autre (« Hop là ! »), avec une sécurité assurée et un coût maîtrisé. Ce service de mobilité intéresse un large public : les parti- culiers de tous âges comme les professionnels. Il vient en résonnance d’un éventail de motiva- tions multiples. C’est le trait d’union entre un enfant et ses grands-parents, entre un amoureux et son amoureuse, entre un golfeur et son parcours, une famille et une desti- nation verte d’un week-end... Mais, bien sûr, il s’agit aussi de rapprocher l’homme d’affaires ou le chef d’entreprise de tous ses contacts business, qu’ils soient institutionnels, clients ou prospects en régions. Comment les choses se sont-elles construites sur ces bases ? L. G. : Avec une vision résolument large et libérée des codes de l’aérien. Le Value Cost est le nom donné à ce nouveau business model, dont l’offre se fonde sur trois entrées tari- faires graduées, elles-mêmes correspondant à trois grandes logiques et attentes clés : Basic, Basic Plus et Maxi Flex. L’offre Basic, avec une logique purement low-cost, casse définitivement cette idée du transport régional cher. Mais, avec Basic Plus, le client peut décider des prestations addi- tionnelles. Quant à l’offre Maxi Flex, elle est essentiellement adaptée aux cibles business et inclut d’office toutes les conditions et services d’un voyage le plus flexible possible ! Tout sauf pris en otage, le client HOP! sait ce qu’il paye. Il est libre de ses choix pour décider de l’offre qui répond à ses besoins. Enfin, on s’occupe de lui au sol, notamment à travers une politique relationnelle innovante, qui mise sur les nouvelles technologies (par exemple via notre système de STRATÉGIE ET PQR Verbatim réservation compatible avec les téléphones mobiles), dont les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, etc. HOP! est une marque moderne, innovante et donc vivante. Pour que notre offre sache évoluer avec réactivité au fil du temps et des nouvelles attentes, rien de tel que de rester en contact avec nos clients, en partageant des centres d’intérêt, en les écoutant... Qui dit HOP! dit Régions, et qui dit Régions dit PQR, aussi... L. G. : Faciliter la mobilité interrégio- nale de 8 millions de voyageurs par an, avec 530 vols quotidiens directs pour 136 destinations régionales, c’est participer, de fait, à l’aménage- ment des territoires ! Agir ainsi pour le développement et l’épanouissement économique et touristique des villes et régions desservies, cela fait partie intégrante de nos intentions straté- giques de départ, et donc du modèle Value Cost. Grâce à Élisabeth Billiemaz (agence H), qui nous accompagne depuis les premières heures du projet, nous avons pu, très en amont, aller à la rencontre des éditeurs de PQR. Nous les avons sollicités comme acteurs et experts privilégiés de chaque région, au-delà de leur seule activité média. Tous ont saisi notre modèle et entendu notre ambition de servir l’enjeu de l’aménagement des territoires. Nous nous sommes tout de suite compris. Nous avons vite défini ensemble des projets ambitieux. Nos campagnes publicitaires sont la face visible, pour le grand public, de partenariats solides et très importants destinés à nos clients communs. Avec les bons journaux, sur version papier comme numérique, tout client HOP! aura, dès septembre 2013, la possibilité de lire en vol la PQR de son “départ” comme de son “arrivée”, notamment au travers d’une application mobile “kiosque” construite conjointement avec les éditeurs de PQR. Cette ouverture aux services et aux initiatives concrètes, nous la travaillons chaque jour. Se déplacer dans les HOP!, ce nom dit tout Lire son départ comme son arrivée Denis Leluc Directeur de l’aéroport de Perpignan. « La ligne Perpignan-Paris, ce sont 200 000 voyageurs par an, 50 % de notre trafic. Avec les départs d’Air Lib et d’AOM dans le passé, et les rumeurs sur un désengagement d’Air France, on a vraiment craint de perdre la ligne, ce qui aurait été une catastrophe pour notre économie industrielle et touristique. Pour tous ici, le projet HOP! est donc arrivé à point nommé dans un contexte de forte inquiétude. Lionel Guérin est venu lui-même pour présenter le projet à l’occasion d’une conférence de presse. » Élisabeth Billiemaz Directrice générale de l’agence H. « Je faisais partie de l’équipe de six personnes qui se sont investies très en amont sur le projet. Il y avait tout à faire : le projet global, la plateforme de marque avec l’identité, le marketing, le pricing, le commercial... Ça a été une aventure géniale que de faire passer le message au personnel clé des trois compagnies, puis de partager ensemble un tel projet, si complet et prometteur, qui n’a d’ailleurs pas fini de se construire. » « Si HOP! s’attache avant tout à la valeur d’usage, les objectifs d’image et de cohérence sur l’ensemble du mix n’en sont que plus ténus. Tout le personnel s’est approprié le territoire et a eu VERBATEAM à cœur de l’irriguer sur tous les aspects du métier. Même les annonces à bord ont été repensées ! » Un vrai sens du développement durable « Ils ont un vrai sens du développement durable, qui se traduit par de nombreuses actions au plus près des régions. Sur les plans économiques et sociaux, leur activité crée concrètement des emplois et participe chaque jour au rapprochement des territoires entre eux, à leur désenclavement et à la promotion de leurs pôles d’attrait, de leurs villes. La dynamisation se prolonge sur les aspects environnementaux. Outre leur bilan carbone, qui les engage sur tous les paramètres métier, ils ont une part active (avec les collectivités locales et l’Union des aéroports français) dans le développement de la biodiversité sur Et HOP!, quelques chiffres plus de 3 000 salariés une fréquence et un maillage denses (530 vols quotidiens directs pour 136 destinations régionales France et Europe) une flotte moderne de 98 avions, de 48 à 100 sièges des tarifs à partir de 55 € TTC l’aller simple (offre Basic, prix TTC hors frais de services) CA d’environ 850 millions d’euros Et HOP!, le succès Ifop* Des scores qui s’envolent dès la première prise de parole PQR 66 (*post-test de l’action 4 pages du 29 janvier 2013) Base : 18 622 000 individus 15 ans et + au total Impact Vu-Lu : 67 % Attribution : 54 % (dont attribution Air France) Agrément : 83 % Incitation : 53 % (pics à 70 % s’agissant des CSP+ et des lecteurs voyageurs) Soit près de 10 millions de lecteurs potentiellement futurs clients… SUITE DE LA PAGE 1 Campagne pédagogie de l’offre. Campagne offre prix Basic. régions, y rencontrer tous les acteurs qui font l’épanouis- sement régional, comme les Présidents de Région, les Chambres de commerce, les entreprises et associations, est un réel plaisir ! C’est toujours à la fois intéressant et enrichissant, d’autant que le projet HOP! est accueilli, compris et apprécié dans les régions comme une vraie solution durable. Contribuer ainsi au redressement du groupe Air France n’était pas un pari évident. L’enthousiasme général s’ajoute et consolide celui de nos 3 000 collaborateurs ! Il y a de belles choses à faire et je suis très optimiste. Tout comme je le suis quand je constate les incroyables résultats des post-tests de nos campagnes PQR 66 ! Propos recueillis par Emmanuel de Chevigny, edechevigny@verbahuit.com les steps des aéroports, des zones naturellement protégées. Il y a aussi le site de covoiturage et l’engagement HOP! dans le cadre d’OBSERVATAIR, qui réunit 350 entreprises adhérentes. Ils viennent aussi de signer un partenariat destiné aux jeunes avec l’association “Les petits débrouillards”, le Science tour. À compter de cet été, un dispositif itinérant et numérique permettra de rendre les sciences accessibles à tous en sillonnant la France toute l’année. » « Les résultats Ifop des post-tests de campagnes sont excellents et j’en suis doublement heureuse. Au-delà des seuls enjeux publicitaires, la PQR et HOP! ont plein de points communs, de sujets et de projets à partager. Cela ne peut que consolider des relations d’affinité et de collaboration avec et entre ces deux clients de H ! »
  3. 3. ça bouge 3IMPACT n°39 Juin 2013 best YET 2013 La 12e édition des best YET, concours européen destiné à promouvoir la création en Presse Quotidienne, s’est tenue les 23 et 24 mai derniers à Vienne. C’est le team irlandais Donal O’Higgins et Patrick Thunder, de l’agence ICAN, qui remporte ce best YET 2013. Le meilleur team français au cours de cette finale, Grégory Ferembach et Dimitri Lucas, de l’agence Leg, remporte ainsi, pour son agence, une campagne offerte par PQR 66 dans ses 63 titres : deux pages quadri pour une grande cause de son choix, d’une valeur de 390 000 euros nets. Le groupe Nice Matin se lance dans le couponing en ligne Nice Matin, en collaboration avec la société Atipik, propose un portail qui regroupe les promotions et bons plans des commerçants locaux. Ce service est destiné à ses lecteurs et aux internautes des Alpes Maritimes, du Var et de la Corse. Grâce à un outil spéci- fique, les commerçants partenaires ont la possibilité de créer leurs offres en ligne et de les diffuser via un “store locator”, d’adresser des offres promotionnelles aux internautes membres du site, et de suivre les statistiques de trafic et de téléchargement des promos. Nouveau rendez- vous économique pour Midi Libre Midi Libre propose désormais, chaque mardi, une nouvelle rubrique, Midi Éco. Identifiées par un bandeau mauve, ses trois pages se consacrent à l’économie “constructive”. Midi Éco met ainsi en avant les entreprises du Languedoc-Roussillon et de l’Aveyron, qui, par exemple, décrochent des marchés et/ou prennent des initiatives et des risques pour conjurer la crise. Midi Éco trouve également son prolongement sur le site midilibre.fr, avec une chronique économique enrichie et une bourse en direct. Le groupe Centre France-La Montagne renouvelle l’habillage de ses points de vente Afin d’améliorer la visibilité et l’identification de la marque Centre France chez ses diffuseurs, et de soutenir ses ventes, le groupe Centre France (La Montagne, Le Populaire du Centre, Le Journal du Centre, Le Berry Républicain, L’Yonne Républicaine, La République du Centre et L’Écho Républicain) implante, sur ses points de vente, une nouvelle vitrophanie composée d’une nouvelle colonne aux couleurs du Groupe. Sud Ouest lance TMV à La Rochelle Le groupe Sud Ouest vient de lancer Toute Ma Vie à La Rochelle (TMV), hebdomadaire gratuit qui mêle informations locales et générales. Il est réalisé en association avec La Nouvelle République, qui publie déjà un TMV à Tours, Poitiers et Niort. Destiné aux jeunes actifs urbains et tiré à 20 000 exemplaires, TMV La Rochelle est distribué le mercredi et le samedi. Vidéos sur sudouest-auto.com Depuis le printemps, sudouest-auto.com propose des vidéos d’essais de véhicules et fait la promotion du cahier auto du vendredi. Les vidéos sont également accessibles dans le cahier auto via un flash code. Tour de France 2013 À l’occasion du centenaire du Tour de France, Ouest France édite un hors série exceptionnel de 224 pages grand format de photos, souvent inédites, d’histoires et de classements. Une nouvelle chaîne pour WEO En collaboration avec le Conseil régional de Picardie et le Conseil général de l’Oise, la télévision du Nord-Pas de Calais WEO, filiale du groupe La Voix, devrait ouvrir, d’ici la fin de l’année, une deuxième chaîne régionale en Picardie. Les DNA enrichissent leur collection de Beaux Livres Le département Livres des Dernières Nouvelles d’Alsace enrichit la collection “La Grâce d’une cathédrale” d’un 7e volume, consacré cette fois à la cathédrale Notre-Dame de Chartres. Édition du Dimanche pour La République du Centre La République du Centre propose désormais une édition du dimanche. Le journal, tout en couleurs, fait en moyenne 48 pages et offre une édition identique dans tout le Loiret, pour une diffusion d’environ 25 000 exemplaires. Le Courrier Picard célèbre l’Anzac Day La Une et la page 2 du Courrier Picard sont parues rédigées entièrement en anglais lors du Anzac Day. Cette initiative répondait à la venue de milliers d’Australiens et de Néo-Zélandais dans la Somme, sur les champs de bataille où se sont battus leurs aînés, pour y fêter ce jour de fête nationale. Audience WEB 66 L’offre WEB 66, qui réunit l’ensemble des sites éditoriaux de la PQR, atteint une audience de 15 977 000 visiteurs uniques en avril 2013, ce qui la conforte en tant que 1re marque web dans le domaine de l’information. Elle atteint au 1er quadrimestre 2013 une audience cumulée en progression de 5 % par rapport à la même période en 2012. * WEB 66 est un “parent”. Médiamétrie/NetRatings – avril 2013 Visiteurs uniques (en milliers) Couverture (en %) Corse Matin lance son application iPad Corse Matin lance son application iPad “Corse Matin per noi”, lien digital entre les Corses du monde et l’actualité de l’île. L’application propose un fil d’actualité en temps réel, des vidéos et diaporamas d’actu, un magazine hebdomadaire exclusivement disponible dans l’application, ainsi qu’une carte géolocalisée des associations corses du monde. Cette application est disponible gratuitement dans l’App Store. WEB 66* 15 977 34,7 L Internaute 11 325 24,6 Le Monde-HuffingtonPost.fr 10 520 22,8 Le Figaro 9 675 21,0 LeParisien.fr / Aujourdhui.fr 7 885 17,1 Le NouvelObs 7 430 16,1 L’Express 7 089 15,4 MyTF1 News Metro France 5 928 12,9 20Minutes.fr 5 302 11,5 Orange News 5 035 10,9 France TV News 4 655 10,1 Yahoo News 4 642 10,1 BFM TV 3 752 8,1 Libération 3 497 7,6 Ouest France 3 480 7,6 MSN Actualités 3 342 7,3
  4. 4. 4 IMPACT n°39 Juin 2013 stabilo dates 21 juin 2012 Fête de la Musique À l’occasion de la Fête de la Musique, la Fondation d’entreprise Banque Populaire communique sur son engagement depuis 20 ans à soutenir des projets de vie de jeunes talents et salue le parcours des 531 lauréats accompagnés par les banques populaires en régions. 6 juillet 2012 Vacances d’été Leclerc interpelle les consommateurs pour leur rappeler que pendant les vacances, l’enseigne reste la moins chère et le prouve avec son site et son application quiestlemoinscher.com. 11 août 2012 Reprise de la Ligue 1 Canal + saisit l’occasion de la reprise de la ligue 1 pour communiquer sur la nouvelle saison et rappeler que “le meilleur du foot se vit sur Canal +”. Avec son offre ACCESS ÉVÉNEMENT, PQR 66 propose à tous les annonceurs un tarif exceptionnel de 195 K€ nets s’ils communiquent en pleine page quadri sur un événement calendaire. …Toutes les dates sur demande à votre régie. nnnnnnnnn juin nnnnnnnnnnnnnnn nnnnnnnnnnnnnnn juillet nnnnnnnnnnnnnnnn n n n n n n n n n n nnnnnnnnnnnnnnn septembre nnnnnnnnnnnnnnn nnnn En directMa PQR à moi sur www.pqr.fr Votre PQR à vous, c’est où ? Ma première PQR, c’est Paris Normandie. Je suis né aux États-Unis, mais c’est bien en Normandie que j’ai été élevé, à Bosc-Roger-en-Roumois, dans l’Eure. Et puis il y a La Provence, une autre histoire. C’était la maison de vacances de mes parents, à Mérindol, dans le Vaucluse ; et puis Marseille, où j’ai un appartement, où je vote aussi... Marseillais d’adoption, j’y vais dès que possible pour revendiquer ma marseillitude. En fait, je suis très provincial, limite cul-terreux, jusqu’à avoir longtemps gardé le 27 sur ma voiture. Bien sûr, j’aime Paris, mais je m’y perds tout le temps. J’aime avant tout sortir, j’ai besoin d’air, de nature. Un lien entre votre métier de journaliste et la presse régionale ? Pierre-René Wolf, patron de Paris Normandie à l’époque, était le meilleur ami de mon grand-père maternel, qui était coactionnaire du journal. Plus tard, ma mère a pris le relais de cet actionna- riat avec ses frères et sœurs. Par famille interposée, je vivais donc dans la PQR. J’avais 18 ans quand Liberté Dimanche a publié mon premier article sur les élections américaines de 1967. Rebe- lote avec un papier sur Alberto Giacometti dans la page littéraire de Paris Normandie, un autre sur les Black Panthers, rapporté d’un voyage aux États-Unis... Je m’imaginais plutôt écrivain ou avocat, et je faisais le journaliste sans trop m’en rendre compte. Des stages, des remplacements, les choses se sont enchaînées et le journal m’a vite confié la locale Rouen Rive Droite. Je pissais de la copie et j’adorais ça, sur des sujets disparates, qui allaient de la fête municipale à une critique littéraire d’un roman de Jean- François Revel, une interview de Maurice Genevoix ou d’Henry de Montherlant, des critiques de théâtre... Avec les copains et les ouvriers du livre, ça démarrait très tôt et ça finissait très tard. Il y avait une grande fraternité et une super motivation. Je n’ai pas le souvenir d’avoir bossé alors qu’on travaillait beaucoup. Mais on s’amusait beaucoup aussi. Des souvenirs, des anecdotes de cette période ? Pour les infos locales, je terminais tous mes articles par la formule « Et le soleil était de la partie ». C’était un pari. Personne ne s’en rendait compte, mais j’ai finale- ment été repéré. Par Yvon Hescht, j’imagine, le rédacteur en chef de l’époque, à qui je pense souvent. Il m’avait dit ce truc que je répète souvent aux jeunes journalistes : un bon article, c’est une très bonne formule au début et à la fin, parce que les gens commen- cent à lire soit par la fin soit par le début. Tu la déroules et, au milieu, tu mets des ruptures pour que le lecteur ne s’en aille pas. Ça lui avait pris trois minutes, mais, depuis, je n’ai pas appris grand- chose de plus. best YET 2013 : tous les résultats sont disponibles sur pqr.fr Mesures d’audience • One 2012 Les tout derniers chiffres de l’étude unique de mesure d’audience de l’ensemble des familles de presse (magazines et quotidiens). Retrouvez notamment tous les chiffres du PQR 66, de la PQN, de la PQG et de la PHR (accès gratuit, réservé aux agences et annonceurs). Mesures d’audience sur cibles décideurs • Audipresse Premium 2012 Les résultats de l’étude d’audience de référence menée par Audipresse sur les cibles décideurs économiques et les Français à hauts revenus. PQR 66 est la 1re marque identifiée pour parler à cette cible, avec 81 % de pénétration. • Les décideurs de la grande distribution (Ipsos). • Les décideurs des collectivités territoriales (Ipsos). Mesures de l’efficacité • Suivi Impact 66 : plus de 3 000 post-tests d’impact (Ifop). Base enrichie chaque année (IREP : “La persistance mémorielle” ; IREP 2009 : “Efficacité court terme et long terme”). • PQR-PRO : post-tests d’impact (TNS Sofres) sur la cible des décideurs en entreprise (IREP : “CAWI et décideurs”). • PQR-SCAN : post-tests sur les ventes, marchés-tests (Consoscan, Marketing Scan…). Autres infos sur www.pqr.fr Les Unes du jour chaque matin, les études, les standards d’impact, les tarifs, les diffusions, les événe­ ments, les contacts commerciaux, les créations... Accès libre et alertes. Contactez directement votre régie • Com  Quotidiens 01 55 38 21 11 • Quotidiens associés 01 53 75 78 20 Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la presse régionale ? J’ai plus qu’un faible pour la PQR et j’ai toujours regardé de très près les propositions que j’ai pu avoir au fil des années. J’y ai de nombreux potes et elle reste un peu une histoire de famille. Mon frère, Jean-Christophe, était rédacteur en chef de La Dépêche du Midi, et Aurélien, mon fils, dirige l’agence de Fréjus St-Raphaël de Var Matin. Dès qu’il y a un séminaire ou autre en province pour Le Point, vous pouvez être sûr que j’ai aussi le bon journal sous le bras ! C’est une presse identitaire, utile à tous, et qui peut être de très haut niveau. Franchement, je touche ma bille en PQR et suis admiratif des progrès énormes de certains titres en quelques années. Je vois ce qui se construit sur des jour- naux comme La Voix du Nord, Les DNA ou encore Nice Matin... Et puis cet incroyable quadrillage de Ouest France, L’Est Républicain qui est remarquable... Un avis ou conseil précis pour les confrères ? Qu’il s’agisse du papier ou du numérique, ce sont les fonda- tions qui importent. Changer en permanence, s’adapter et aller de l’avant, oui, mais sans changer les fondations. Celles de la PQR sont particulièrement solides. Plus que de changer de formule de façon précipitée, il faut défendre bec et ongles la ville et la région, s’y tenir et ne pas s’en écarter, tout en réinventant les choses, en cher- chant des métiers et ressources autour et ailleurs. Il ne faut jamais être malthusien, mais rester ouvert et donner envie de travailler avec la PQR. Et le soleil sera de la partie. Propos recueillis par Verbahuit edechevigny@verbahuit.com Pour tout contact avec la rédaction d’IMPACT PQR : 01 40 73 85 90 impact@spqr.fr Autres infos sur www.pqr.fr Été 21 juin 2013 Journées du Patrimoine 14 et 15 septembre 2013 Tour de France 29 juin 2013 Rentrée des classes 3 septembre 2013 Vacances d’été 5 juillet 2013 Automne 22 septembre 2013 ©MarcChaumeil edechevigny@verbahuit.com-MaquetteLaDistillerie Il touche sa bille en PQRFranz-Olivier Giesbert Directeur de la publication du Point, éditorialiste, romancier, biographe, homme de télévision...

×