DISCOURS DU SENATEUR MAURICE ANTISTE A L’OCCASION DU DÉBAT SUR LES        PESTICIDES ET LEUR IMPACT SUR LA SANTÉ ET LENVIR...
Il convient de noter qu’entre 1972 et 1993, environ 6 000 tonnes de Curlone, qui contient 5% dechlordécone, ont été vendue...
émergentes de plus en plus coûteuses, tels le diabète 2, l’obésité, l’insuffisance rénale,l’hypertension artérielle et une...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Intervention du senateur Maurice ANTISTE debat sur les pesticides

241 vues

Publié le

A la demande de la mission commune d'information sur les pesticides et leur impact sur la santé et l'environnement, s'est tenu aujourd'hui un débat au Sénat.
Le Sénateur Maurice Antiste, unique élu ultramarin à intervenir en séance plénière ce jour, mercredi 23 janvier, a mis en exergue les répercussions de certains pesticides, notamment la chlordécone, sur l'ensemble des biotopes, sur la santé humaine, et leurs conséquences sur notre économie.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
241
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Intervention du senateur Maurice ANTISTE debat sur les pesticides

  1. 1. DISCOURS DU SENATEUR MAURICE ANTISTE A L’OCCASION DU DÉBAT SUR LES PESTICIDES ET LEUR IMPACT SUR LA SANTÉ ET LENVIRONNEMENT MERCREDI 23 JUILLET 2013Monsieur le Président, Madame et Monsieur les Ministres, Madame la Présidente de la missiond’information, Madame la Rapporteure, mes Chers Collègues,Ce débat sur les pesticides et leur impact sur la santé et l’environnement est l’occasion pourmoi de revenir sur la grève des marins-pêcheurs martiniquais du 20 décembre dernier, lors delaquelle ils ont exprimé leur détresse et leur colère.En effet, ils ont dénoncé les impacts des nouvelles mesures d’interdiction de pêcher sur uneimportante partie du littoral atlantique martiniquais en raison de la contamination des langoustespar un pesticide : la chlordécone.Madame et Monsieur les Ministres, c’est une grande tragédie qui touche ces professionnels dela pêche, confrontés à une multitude de facteurs qu’ils ne maîtrisent pas, et qui compromettentirrémédiablement l’exercice de leur profession. Non seulement ils ne sont aucunementresponsables de l’usage de ce polluant mais, bien au contraire, ils en sont eux-mêmes lesvictimes aujourd’hui. Cet arrêté justifié vient restreindre considérablement le champgéographique de leur activité, ce qui conduit à une précarisation et une paupérisation de cetteprofession, pouvant aller jusqu’à la cessation d’activité.Rappelons que les langoustes blanches et brésiliennes, dont l’interdiction de la pêche pour unedurée indéterminée, sont les produits rémunérateurs par excellence.Madame et Monsieur les Ministres, je sais tout l’intérêt du Gouvernement pour ce dossier. Nelaissons pas sombrer un secteur d’activités déjà durement touché par la crise, par des normeseuropéennes de plus en plus contraignantes, par la hausse du prix des carburants et par laconcurrence pas toujours maîtrisée des autres pays. Ma voix est donc celle de l’appel à lasolidarité nationale. Et, à travers elle, de la nécessité d’une prise de conscience tenant comptetant des répercussions de certains pesticides sur l’ensemble de nos biotopes et sur la santéhumaine, que de leurs conséquences sur notre économie.L’interdiction de la pêche concernant toutes les espèces de la faune marine dans certaineszones maritimes de la Martinique est le révélateur d’un « désastre économique,environnemental, sanitaire » plus général provoqué par le recours massif à la chlordécone,utilisé en Outre-Mer jusqu’en Septembre 1993, soit 3 ans après son interdiction dansl’hexagone, avec comme conséquence un empoisonnement dangereux du sol et de l’eau, desfruits, des légumes racines et de certaines viandes. -1-
  2. 2. Il convient de noter qu’entre 1972 et 1993, environ 6 000 tonnes de Curlone, qui contient 5% dechlordécone, ont été vendues en Martinique. Ainsi 8 000 à 12 000 hectares seraient contaminésà la Martinique, soit 1/3 de la surface agricole utile (SAU), et de 6 000 à 8 000 hectares enGuadeloupe soit 1/5 de la S.A.U. Cette contamination est d’autant plus préoccupante etdramatique que sa persistance dans la nature est de l’ordre de 600 années.Il convient ici de faire mention, outre les deux plans d’action chlordécone mis en place par leGouvernement, de la remarquable implication des acteurs locaux notamment le CIRAD, l’INRA,l’IRD, l’IFERMER, l’UAG, le PRAM, le BRGM en collaboration avec des équipes nationales etinternationales, qui a permis de réelles avancées dans la prise de conscience du risque et dansles réponses scientifiques qui lui sont apportées.J’ai ainsi assisté aux journées recherches, en Octobre 2012, qui ont permis de dresser un biland’ensemble à mi-parcours du second plan chlordécone. Je salue certes les progrès constatésmais ne perds pas de vue les vives inquiétudes exprimées par certains médecins au regard dela situation sanitaire telle qu’ils la perçoivent, à la lumière de leur expérience de terrain. Ilsrelèvent de nombreux signaux inquiétants augurant un danger grave pour l’avenir, toutparticulièrement en termes d’hérédité, de perturbations de la fertilité masculine, de baisserégulière du taux de la natalité, d’augmentation régulière des cancers de la prostate quitouchent des hommes de plus en plus jeunes.Les Antillais paient un très lourd tribut à cette pollution et le pire est probablement à venir. C’estd’ailleurs pour cela, Monsieur le Ministre, que je suis opposé au mode d’épandage aérien depesticide car je pense que la responsabilité d’élu politique nécessite un discours de vérité. Et àla vérité, il faut appliquer le principe de précaution tant que l’inoffensivité de ces produits nesera pas démontrée.Il faut donc trouver d’autres procédés, et je ne peux que vous exhorter à prendre en compte,sans plus tarder, des axes d’intervention prioritaires, déjà recommandés, dans les rapportsparlementaires et les Plans chlordécone.Cependant, l’atteinte de ces objectifs ne dispense pas de la recherche des responsabilités et lamise en application du principe pollueur-payeur, selon lequel les frais résultant des mesures deprévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par lepollueur. Les victimes de ce drame écologique, environnemental et économique necomprendraient pas qu’il soit, d’office, absous.La Martinique sera un des départements les plus vieux, dans les prochaines décennies. Aussi,le corps médical craint de voir se greffer sur les charges de la vieillesse, des pathologies -2-
  3. 3. émergentes de plus en plus coûteuses, tels le diabète 2, l’obésité, l’insuffisance rénale,l’hypertension artérielle et une pathologie cancéreuse multiforme dont l’incidence estrégulièrement croissante depuis 20 ans (1500 nouveaux cas de cancers par an, dont 500 de laprostate et 100 du colon).Comme vous pouvez le constater les attentes sont encore fortes. Elles sont à la mesure desenjeux : garantir la sécurité sanitaire et alimentaire des populations, assurer la reconversion debon nombre d’agriculteurs et de pêcheurs.Ayons à cœur de relever ces challenges ! -3-

×