Copas

Conseil en PI`atiqUeS
et Analyses Socìaĩes

L'aSSOCÍatÍOn Z Couteau
Suisse de la CÍtOyenneté 2

pơge 2

pơge 8

pcg...
Note
l l rvì:: ^OUjOuYs
ịìcllỵt ụl)ilŨUX
diev`ĩev7dre dlfế'
le lOl5 Oíĩlấle
dluvìe Oẽsocícl-
lion IOY de
ĨỌOI selon

une 9...
Ĩ“

“oil/9U5?Àấ

.  . Redéfinir les mìssions
de lu coordìnufìon d'un PDI TH

le Plon deporremenĩol d Insertion des Irovoil...
description des prơiíques de
socìobililé des dillérenles
Closses socìoles Ị pour em-
ployer une imoge Volonioíre-
menl Cơr...
londissemeni de llonolyse des
<< motivotions >› réguloni llengo-
gemenl ossociolil.

Un cpprofondíssement
cnthropologique
...
ỂN ©@@lEẵ

............................. .. Hclte-gurderie et développement local

Dons le soucí de mener leur Octivité pr...
Voquer liengogement citoyen.
[es Ossociotions seroient-elles
olors Une ligure possible de ces
espoces Ờ lcl lois proches e...
Note .

l lnltlollves
dlhobitonts - ie
Fonds en ioveur
des initiotives
locoles “ une
expẻrimeniotion
dons dix quor-
tiers ...
ỂN Ế@UtRẵ

........................ .. Comment intégrer lu problémctíque
logement dans un pclrcours d'insertion

Lo missio...
tU

Cliongernelit des règles du ịeu,
écoute iocilitotioii, sỉmpliiico-
tion.. llorticulotion erìtre les
lìobitonts -leurs ...
toles, de clìômeurs, de per-
sonlìes dlOilgÍt`t6 eti'ongẻre, .l
censees dessiner' lo iidele
imoge de territoires II en dit...
Ĩ2

ỄN ©@@9tRẵ

terroin est Ờ lo lois celui des
relotions socioles et celui du
politique.

Ces métiers du sociol ne sont
p...
Un Espcice iiìterririéolẵdũre

pour les collẻgiems erl difficulté

llEspoce lntermedioire de Rouboix, occueille des ịeunes...
ili

ẫjtl ẾOẫUỈằẫ

. Régìon Nord-Pos de Colois :
developpement de lo quulité des formo-
tions

Avec 'ĩorre oppui io Regễoi...
l.e référentiel remédiotion

On coiisidêi'e que c'est lo pro-
gi'essioIì des eiìlonts dons leur
scolorité qui est ceiĩtl'o...
Véronique PERSUY
03 20 5ó Lil O2
V'Pei5Uy@COlV0.tiel

 

Lclurent BARBE
l Oi Aó OÔ io 33
i-Borbe@Colvo.nel

 

Emmonuel SI...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal COPAS n°19

247 vues

Publié le

=> L'association: couteau suisse de la citoyenneté?
1/ L'essoufflement des problématiques du soupçon
2/ De la moralité institutionnelle des associations
3/ La part belle au juridisme formaliste
4/ Le référentiel économique desserre son emprise
5/ On sort des analyses contrées sur la sociabilité
6/ L'association, lieu de coopération et de solidarité
7/ Un approfondissement anthropologique
8/ Un ré-encastrement dans le politique
9/ Du mode d'organisation au mode de coopération
10/ L'association réponse à tout?

=> Des dispositifs de soutien à l'initiative
1/ Une histoire déjà ancienne
2/ Des effets repérables
3/ La paradoxe de l'incitation à l'initiative
4/ Discrimination positive et citoyenneté
5/ Social et politique

=> Un espace intermédiaire pour les collégiens en difficulté
1/ Les fonctions de l'Espace Intermédiaire
2/ Permettre la réintégration des élèves au collège
3/ Soulager les groupes-classes d'élèves perturbateurs
4/ Soulager les enseignants d'élèves perturbateurs
5/ Soulager des élèves en difficulté
6/ Observer pour orienter
7/ Des référentiels hétérogènes
8/ Le référentiel remédiation
9/ Le référentiel "thérapie familiale"
10/ Le référentiel "réparateur-protecteur"


www.copas.coop
Copas est une société coopérative de conseil, spécialisée dans le domaine des politiques sociales.
Elle a été créée en 1983, et est composée de 7 salariés associés. Implantés en métropole lilloise et en Ile de France, nous intervenons sur tout le territoire. L’esprit coopératif se traduit dans notre organisation:
- une égalité des statuts : tous les salariés sont associés de la SCOT.
- des prises de décisions collectives : un conseil de direction élu tous les 3 ans, des réunions d’équipe bi-mensuelles.

Nous intervenons en conseil stratégique, recherche et développement, conduite de projets, audit et évaluation, formation et développement des ressources humaines... dans les champs de l’action sociale, du développement local et de l’insertion.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
247
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal COPAS n°19

  1. 1. Copas Conseil en PI`atiqUeS et Analyses Socìaĩes L'aSSOCÍatÍOn Z Couteau Suisse de la CÍtOyenneté 2 pơge 2 pơge 8 pcge 13 EN QUESTION L'‹lss0cíutí0n : couteclu suísse de lc cítoyennefé ? DU bon Usơge de l'OsSOCÍOtÍon pour tisser Ie [Íen SOCÍOI /N TERVENTION Des dísposífífs de soutíen Ò l'ínífíc†íve Les Opports el pơrodoxes des Íonds de soutìen ƠUX Ínilíơtíves BONNES PAGES Un Espuce lnfermédícíre pour des collégíens en difficulté AU-delờ des finolìĩés ơffìchées, l'hétẻrogénéÍté des effets Oltendus et des modes dtơcĩion souhơíĩés pcr les Ocĩeurs. EN COUR5 Un ơperçu en queẵques Ỉignes de nos inỉerventions cCtUe![es OU rẻcentes Jclnvler I 999
  2. 2. Note l l rvì:: ^OUjOuYs ịìcllỵt ụl)ilŨUX diev`ĩev7dre dlfế' le lOl5 Oíĩlấle dluvìe Oẽsocícl- lion IOY de ĨỌOI selon une 9Xp[855lOn qucsl po»'lO`.VIen- ne V‹endrolv-ÍIỎ llesprll d'un dlfl' geonĩ d'en!re~ prise de dlre " mo scc‹ẻ9é, loi đe lỌ78 2 ll-lữSS@CỄ®ẵỂ`Ễ@E”ì Ệ cuieeịư Suisse de lữ ElĨ'ẵ'eỵIeỉỀỉrìe'ẵ'é Ế Bonnes nouvelles dU lronl : ço se dégè e du Côte de lơ réllexion sur les ơssocíơtìons. On slìntéresse de nOUveơU Ò elles ơulremenl que sur le mode du soupçon loulíls Ờ blơnclìír llơrgenl public, outils Ò << prOmOUVOÍr ›> des bénevoles, Outìls de lobbyíng, e†C.). les Ơssocíơfíons Clpporơissenl désormơis OUSSÌ Comme Un mode de Coopérơtíon spécilíque entre Ocleurs bénévoles el profession- Iìels, Comme une monìère Ínféressơnte de tisser des liens SOCỈOUX, e† de produire <‹ dU » polìtỉque, en pérìode de bơsses eơux. Mơìs ne clìơrge-l“On pos †rop lơ bơrque Ệ Les ơssoclotions ne devìendrOien†“elles pos le Couteou suísse du lien soclol el de lo Cìloyennelé Ệ Voyons Celơ de plus près. L'essoufflemenf des problémutiques du soupçon ll nlyơ pos sí longlemps, le sec- l6Ul` Ossociơlil éĩoíl COnSÌdẻI`é por beoucoup dlơnơlysíes SOCÌO'pOlÍlÍqUeS Comme Un ensemble héleroclíle qulíl slơgissoìĩ en priOI'Íté dlordon- ner Ờ llơìde de typologíes plus soplìistíquées les Unes que les Oulres. Ces lypologíes moniles- tơìenl le soulìơíl louịours renois- sont et Iouịours déçu de mellre en Vơleur « lơ >› purelé Origi- nelle du lơíl ossociơĩil, en dơn- ger de perversion, de sclérose, de détournemenl, etc. De Iu morulifé insfifufionnelle des cssociđfions Ces Onơlyses sont mclrquẻes, lơ plupơrt du temps, por une Opproclìe subslơnlíơlísle et morơlìsle des Ossocíơlions, dont les déclínoísons, ƠUỈOUỈ du noyơu dur de lơ `< loi lỌOll », Ourũìenl donné lieu Ò des Ver- sions plus OU moins pures ou plus Ou moins lìybrídes dU modèle de bơse. Des typolo- gíes porlículìeremenĩ ríclìes en sous-enlendus Ỉdéologiques onl Oìnsí lleUrỈ, dỉslinguonl les ơsso- Cìơtíons gestíonnơires, porơ- ơdminìslrollves, lĩumơnìloíres, Cullurelles, << lerrnées >›, << OU- verles ›t`, etc. el décernơrìl Ỉmpli- Cilemenl OU explìcìlemeíĩr des bons el des mcluvơìs points de morơlilẻ ơssocìơlive, lclce Ò des << dérìves ›> qulíl slơgìssơìĩ d'en- dìguer. Des ơllơìres Comme Celles de l'ARC Oídơnl lsí lion Ose dìre ll, le SOUCÍ dlơllestơtìon de << bonnes moeurs », onl redon- né temporơírement Un nouveou soullle Ờ lo reclìerclìe de << l'es“ prít ơssocìotil >`, plonơnt sur les eoux depuis ĨỌOĨ, Devơnt Ce loísonnemenl dlor- gơnìsơtìons Ossocicllíves Con- lronlées OU soupçon ơmbìơnf (Cl. llouvrơge pornplĩlélơire << Àssoclơlíons lucrơtives Sons but »l, le pơrodlgme ịuridìco- Odminíslrotìl des ‹< slotuls ›> nol- mơlisẻs sembloìĩ le gơronr pl'i`JỈlégie dlune Cerloine Unllé el dlllne Cerloine VerlLJ. Lu port belle uu iuridisme formuliste À ỈrO`/ers ces stơtuts se prollloìl Un mytlììque modèle républì- COỈH et démocrơlỉque de llơs- socíơlíon, reproduísơnt en réduclion llorgơnisơllon goron- le de llunité de lo notion. De llASsemblée Gẻnérơle Ờ llelec- lion du Présìderĩĩ, les rites de représenlơlion el de delégơ- tìons Ou seín des Ossociơlíons Correspondenl trơíĩ pour lroll, dons Urìe superbe lìormonie relionr le mocrocosme el le mícrocosme, OUX gI'Onds moments de lơ Vìe démocro* †ÍqUe nolỉonole, Beơucoup de rơpporls ollícìels Consơcrés OUX ơssocìơlìons ơvoienĩ dlơbord le soucí de Vérilìer lơ concordơnce lOU lơ non-Concordũncel enĩre Ce modèle el le fonctionnement concrel Cles Ossocíolíons, et Ỏ en Comprendre les évoluĩíons el les écơrls. AUÍOUfdIhUÍ, cette Opproclìe semble en perle de vítesse. Sons †omber dons les excẻs d'un <" Ossocìơtionnìsme » ex- pơnsíl quỉ VOÍl dons lơ simple
  3. 3. Ĩ“ “oil/9U5?Àấ . . Redéfinir les mìssions de lu coordìnufìon d'un PDI TH le Plon deporremenĩol d Insertion des Irovoilleurs hondícopés du Moine~ ef-LoÍv'e O soulìoilè, ovolìl le reCI'uIemenr d'un nouveou coordínoleur, proce- der Ò ulì bilovì de son ocilon et une redéliniĩion du pfolil de posĩe Experience piloie Ỉì s”og1Ỉ poul les portenoires de siouĩiller poul' posser Ò une phose plus oclive dons lvélcborotion de ploịers communs. Un outre enịeu résíde dons lo diversilicơiion du porĩenoriơl olilĩ dlomélíorer llinserrion des ịeunes el lo résơ lutiovĩ des Siruoĩlons lI°OIĩ°i`eres erìlre les diíŕérenls dísposilils dlinserlion. ............................ .. Superviser un conseil de direction Aplès ovoír eloboĩẻ iln proịel poul ộeĩle ossociơlion du secleur de lc proleclion de llenlonce, le directeur el ses Chels de services onl demondé Ỏ COPA5 de leur lournir un Oppui régulier pour Concreliseĩ le proịei Ossocioĩil oriículer les dillérentes prestoiíons. Conlronter les modoliiés d`Ơnimorion des équipes et lédérer les díllẻrenĩes ini* tiolíves. CoopẻI'OỈỈoIì enỈi'e indívidus une molĩileslolion exemploire de llespril ossociolíl, on ne peut plus reslreindre llopproclìe ơssociotive Iìí Ò des descrip- iiolìs loi^molisles de leu!” lonc' Ỉíonnement ịuridique, ni Ò llexplorotìon enlẽlée du poro- digme républicoín comme molrice générole du lơil osso- Ciơlil, et Comme mètre éfolon de llofllìodoxie ơssocíơlive. l.e référentiel économique desserre son emprise Un outI'e oxe de recherclĩe dominonl siesi Conslílué plus récemment CJUlOUI` de lo noiỉon de « tiers secteur » Cher Ò lléco- lìomìe sociole, représenté essenliellemelìl en Fi`once por les Ossocioĩions. Celles-ci onl olors éĩé éludíees du point de Vue de leur perlor- monce économique (les osso- Ciơiions : Combien dlemploỉs 2), de leur ortìculolion plus OU moins Conllictuelle ovec le sec- teur privẻ, Ou de leur position plus ou moins domìnée Ò liégord des Commonditoires publícs, Àuiremenl dit, le lơll Ossociotíf éloiì souvenĩ réduỉl Ò Un << sec' leur » dioclívíiés Venont Ỉroubler lpour le meilleur selon les uns, pour le pire selon dioutresl lo sérénifé du morclìé el lllntẻgri- ie du service publicu Llonolyse des ouiputs économỉques de Ceile "`” ClĨOUV6'SOUfÍS ?I lmÍ-mom- milère mi-oíseou, selon l'ex- pression de Fronçois Bloch-Loinél, olimente encore, el proboblement pour de lolĩgues onnées, CeI'lOins pro- gI'ommeS de reclìerclìe euro- péens el Ỉnterncltíonoux. Mois elì même lemps. des VOÍX slélèvenl pour Considérer que llimporlonce du Foil ossocioiíl lìe rẻside pos en premíel' lieu dons so Copocilé Ờ repondre oux << besoíns » que le morclìé OU llodminisĩrolion ne peut pos soiìsloire, même si cette dimen- sion esl Ímporionle. On ne peut réduire llengogemenl bénévo- le Ỏ une sorte de mơin d'oeuVre supplélive, intéressonle Ò lo loís sur le plon de llơboissemenl des coủls ou de llulilisolíon de Compétences rores. On ne peul pos non plus en Foire une sorie de sous-mclrin expert en leClĩ^ niques du morkeling, déiectont des nouveơux besoìns el Contri- buonl Ỏ Construire une ollre odoplée 2 Oucun bénévole ne se reconnoĩiroil dons de lelles onolyses qui loìssenl échopper, on en conviendro, lo spécílíci- lé de llengơgement bénévole. On sorl' des unulyses centrées sur lu socicbilifé Enlin, on O longtemps Consídé' ré les ơssociotions Comme les lìeux por excellence d'un << Convíviơlísme >› sympollìique, Compléiont ogréoblemeni lơ
  4. 4. description des prơiíques de socìobililé des dillérenles Closses socìoles Ị pour em- ployer une imoge Volonioíre- menl Cơricolurole, on pourroìl dire Ệ oux Ouvriers le bìstroi, oux Closses moyennes les ossocìo- lions, oux Codres supérieurs les Clubs de bridge. Toule une littérolure Sociolo- gique el psyClìo'soCiole O Considéré les prơiiques osso- Ciolíves Comme une Voríonle Ỉnollensíve de prolíques de sociơbìlité : les prơtíques béné- Voles éloíent oinsi coincées dons un ponel dloclivìiés hors- lrovoil, Ollonl des repos en lomille, oux visiles ou cimeliè- re, en possoni por le Cínẻmo el lo prũtíque du spori. Certơins Clìerclìeurs - de moins en moins nombreux - Conti- nuenl Oìnsi Ò mesurer, Ỏ trovers de sovonĩes enquêles, le temps moyen Consocré ou bénévolot selon llôge, le sexe, lcl coiégo- ríe socíơle, le type dlossocìo- tions, etc. Dons une Version plus délermi- niste, on O pu oussi monirer Comment llengogemeni osso- CÍOiÍi pouvơíi servír de mor- queur dons des lroịecloires socioles individuelles ou collec- Ỉìves lliengơgemenl ossociofil comme << morclìe-pied >› de Cor- rìères polilíques, en poriículìerl. Enlin, on O ơnơlysé le bẻnévo- lol, ou mieux Comme une reclìerche de sloiul sociol, ou pire Comme une Concurrence dẻloyơle Ò lcl Créotìon diem- plois, ll esi evideni que Ce regord sociologíque O so Vertu : rop- peler que liengơgemeni osso- Clơili nlesl pos pur don de soi, qulil obéìl Ỏ des normes socìoles lrẻs slrícles, que des détermìnonls socioux inlluenr direclement sur lo lréquence el liìntensìté des proiiques osso- Cìơlíves, qui Ờ leur tour Condi- tìonnent des lroịecioires socíoles, etc. ll est non moins évídenf que cette Voie de reclìerclìe, qui O pour ơìnsi dire dissous le béné- Volot dons Un lot ìndillérenciẻ de prơtiques de socìobililẻ ou de trcịecroires socioles, ne peut rendre Comple de llorìgínolilé de lo Vie ossociolive, font sur le plon de llengogemeni des ocieurs, que sur celuí des ellets SOCÍOUX produíls. L'đssocíuti0n, lieu de coopérufion et de solidurité Au regord de ces 4 prob émo- liques Clơssiques des ẻtudes ossociolives, de nouvelles opproclìes Centrées sur lléiude du mode de Coopérotìon entre ocleurs semblent promelieuses d'un renouvellemenl, el surtoui d'un élorgìssemenl des pers- peclives. Le premier loil morquoni Concerne, selon moi, un oppro-
  5. 5. londissemeni de llonolyse des << motivotions >› réguloni llengo- gemenl ossociolil. Un cpprofondíssement cnthropologique ll élơit en ellei lìobituel de Consi- dérer l'engơgemenr des béné- Voles Ờ pơrrir d'Une dioleclique portont sur llopposiiion entre grotuité ei iniérẽt. Le bénévolol éioit Considéré Comme une ơnomolíe por roppori Ou porc- digme de llintérẽl gouvernonr les relotions socioles. Dioù Un soupçon pernícíeux quonl oux iniérẻts Cơclìés des bénévoles, Depuís lo Corícơĩure de lo dome dloeuvre soupçonnée de Clìercher son soluĩ Ờ irovers lloc- Iion Clìoriioble, Ò lo version plus soplììsriquée du pré-reirơíié reirouvonĩ un Stotut sociol Volo- rísoni, les bénévoles oppơrois- soient Comme Une figure exemploire Cle lo dénégoiíon de lo reclìerclìe de leur propre iniérẽt [selon lo rhéiorique Z <‹ ils dìsenl que... mois en loif... 7,14 Or, un oxe de recherche ociuel Concerne le ir porodigme du 2 don porodìgme utiliiorisie. Les lĩypo- >› Comme oliernoiil uu ỂN @@@Ũữ3ểẵ .................... .. Une association évclue son action pour l'insertion en mìlieu ordincìre des truvcilleurs hcndicupés Outre qU'elle gère un Atelỉer Protégẻ, l'oSsoci0iÍon mène des ociions pour l`inser1ion en mìlieu ordínơire de trcvoilleurs hondiccpés, notommenl dons le codre des progrommes européens. Elle O loit oppel Ò COPAS pour meiĩre en ploce ei Occompogner une démorche d`éVolUclíon de l'ensemble de ses ocrions. Cette démorche s'oppuie sur un premier lrovoil de Clorilícotion er lormolìsotion des principes d`oCtiOn, quí guideni l'ossociơtÍOn dons l`élcborcỈÍon des proịeis, le Choix des modolíĩés de trovoíl ei llensemble des decisions qu'el- le prend dons le déroulemeni des octions. Ỉlìẻses centroles de Ce modè e reposenl sur l'e><istenCe dlune trionguloiion entre les moments du don, du <‹ rendre », et du << recevoir », Consrìtuĩìls d'une structure onlhropologique de lléchonge sous-ịocenre. les Clìercheurs de ceite école de pensée ne se sont ìntéres- sés ni direciemenĩ ni en priori- té ou loii ossocíoiil, mois il est évidenl que Ce modèle permet- lont de Comprendre léclĩonge sociol sur le mode du don ei du contre-don rend comple de moníère plus Convoincơnie de liengogemenl bénévole. Le don bénévole (de temps, de Com- pétences, etc.) peut en ellet être débclrrossé de son Corocière iouịours suspect de groĩuìlé, scins pour ouloni être réléré Ò un << inlérêi >> dloulơnĩ plus per- vers qulil seroit obịei de déné- golion, Ceiie nouvelle opproClìe3 nous dégoge Ò lơ Fois dlune Vision quosi ơnecdoiique de l'engO- gement Ossocioríl (un mode de socìclbilílé pclrmi dioutresl ei Ò llopposé d'Une Vision Utíliĩơire de llossocíoiion lcelle-Ci ne se ịustílierơit que por son uiiliié sociole, so production de richesses ou dlemploisl. Elle nous propose une vision élorgie de llơssocioiíon Comme élonl llun des lìeux publics pri- vilégiés où se noue le lien enire individus, en orĩiculonl lo liber- ié de llengơgemeni, ei lo pro- Nores 2 Ce porodrg~ me O ẻlẻ lnlllé rao! Iv/icrcel l`.'ous5 dons son Célẻbre essoi sur le don, el repris plus récemment por le MOu»'e* menĩ Anrl~UIill~ Ioriste dons les Sciences So- cioles IMAUSS} 3 On Se repor- terc pour llen- semble de ces onolyses Ỏ l^eX- cellenle llVrcl~ Son de lcl Revue ` Recherche& ` du MAUS5, n°1 ì , Ier se- mesĩre ỈỘỌ8 n Une Seule 5OlU~ Iron, l'c1ssocia- Iron 9 '
  6. 6. ỂN ©@@lEẵ ............................. .. Hclte-gurderie et développement local Dons le soucí de mener leur Octivité premiẻre de holte-gorderie dons une réel- le perspective de développement lOCCll, lo directrice de lo structure et son odịointe, en lien Ovec le CA, ont Ờ troiter de questions qui touchent Ỏ lo fois Ò lo politique de llossocioiion et Ò so déclínoison opérơtionnelle. COPAS les occompogne dons leur rẻllexion sur leur positionnement dons le ieu dlocteurs locoux, sur les types dloctions Ở mener, Ỏ inítier, Ò soutenír et/ou ouxquelles siossocier, sur les ơmé- nclgements les plus pertinents Ò opporter ou lonction- nement Ínterne de lo holte-gorderie en toncrion des príorités retenues, duction de solidorité entre égoux. En éclìo Ờ cette problè- motique, Se poselìt les questions de civilité et de citoyenneté, Un ré-encustrement dans le politique Llun des problèmes socioux Octuels concerne en ellet le ‹í divorce » entre le chomp des relotions de solidorité dite << nơturelle >› entre proclìes llo lomille, lientourogel et le chomp de lo Citoyenneté, Conçue comme l'eXerciCe de lo solidorité Ovec les individus et les groupes plus lointoins (consi- dérés Comme <‹ étrongers ›>, Ou regord de lo lomille et des proches ). Brei, y o-t-il Un lien entre lo soli- dorité mơnilestée por exemple Ò lloccosion dlune donotion des gronds-porents ou bénéli- Ce de leurs petits-enlonts, et le fonctionnement rỉ solidoire » de lo Sécurité Sociole 2 Quel est le pont qui permet de ne pos les opposer liun Ò lloutre Ệ llossociotion opporoĩt olors Comme l'espoce public qui per- met de iơire liìnterloce entre Ce qui concerne lo communouté lles proclìes envers lesquels le régime de lloblìgotion rẻci- proque est dominontl et lo Societe [les ‹< étrơngers » envers lesquels lo solidorité découle d'un << Controt sociol »l. Llossociotion relève-t-elle Cllors du régime du lielì colntnurìou- toire ou de "< llolleciio societo- tis tì Ệ llun des oxes moịeurs de lo recherclie octuelle que lion Vient dlévoquer permet elì loit de penser outrement ce posi- tionnement Z llƠ550ClOllOiì lìe peut en ellet se I'ésUmel' Ò Une sorte dlélorgissement commu- noutoire lde - pi'oClìe t`r` ert << pl'oclie >›, on élorgiroil Ò tro- Vers llossociotiorì lo colĩìlrìu- nơutẻ Ỏ lo dimensiolì de lo Société), nì Ò une rìotion en modèle I'eduit lon soit bien que les processus de reprẻsentotìon et de dé ẻgotìon Ò l'intérieur des ossociotìons ne se résument pos Ờ llexercice du Votel. llossociotion seroít-elle olors liun de ces espoces publics interlnédíoiles permettolìl de penser llengogement citoyen en dloutres termes que llengơ~ gemelìt pour un ir intéI'ẻt géné- rol » décidément bien obstroit Ệ Ou de le penser outrement que Comme Ulì contre-pouvoir dlliì' térêts portìculiers plus ou moins suspects de menocer liégolité et lo colìérence républicoine Ệ Certes, ces questions ne sont pos Vroíment nouvelles, mois elles prennent octuellement un reliel remorquoble Ệ ịomoìs On nio eu Outont besoin dlespoces publics mobilisoteurs, et ịomois le modèle républicoin nlo sem- ble, dons son lormolisme et dons son Índividuolisme iuri- dique, oussì Ìncơpoble de pro-
  7. 7. Voquer liengogement citoyen. [es Ossociotions seroient-elles olors Une ligure possible de ces espoces Ờ lcl lois proches et publics 8 En tout Cos, lienịeu semble bien de rẻ-ensemencer Cles espoces publics dons une ơtmosplìẻre porticuliẻrement roreiiée. Du mode d'orgcnis‹Ition cu mode de cooperation Porollèlement, un nouveou clìomp dlinvestigotion se loit ịour. En ellet, les Ossociotions ont été depuis 20 ons llobịet bénì de tous les moderniso- teurs ,' il lclut reconnoĩtre que llenịeu étoit de toille I com- ment, Ỏ portír diorgonisơtions bricolées, non prolessionnelles, obtenìr des institutions structu- rées, modernes, rơtionolisées sur un plon budgétoire, sou- mises ou prurit évoluoteur des commơnditoires publics Ệ Bret, comment Ìnculquer liesprit de sérieux Ờ de gronds entonts indisciplínés Ệ ['entreprÍse lut rude... elle loillit réussir. Mơìs on siovisơ Ò temps que llossociotion ne se délínissoít pos dlơbord por un mode dlor- gonisotíon spécilique, tủi-il plus perlormơnt que celuí de lientre- prise... mois por un mode de coopérotion entre les ơcteurs. On siovisơ plus générolement que lơ conliơnce étoit le ciment de lo coopérotíon, et que lo Fix/ QLIỂSĨ/CÔN réciprocité en étoit lo pierre onguloire. Lò encore, l'ossocio- tion ne seroit-elle pos °< exem- ploire ›° Ệ En eilet, que ce soit por liorticulơtion entre béné- Voles et prolessionnels, ou entre odministrotions et institutions ossociotives, lơ question de lơ coniionce et de lo réciprocité est centrole. lo notion de s réseou ì°, telle qulon lo trouve dons lo littéro- ture orgonisotionnelle et ịurí- diquea octuelle est tout Ờ loit indicotrice de ce couront ; on peut penser llorgonisotion, non seulement comme un Systeme de processus et de règles, mois oussi et surtout comme un mode de coopérotion entre Índívidus et groupes sociơux. Et les réseoux dits « portenơrioux ầ sont eUX-mêmes Signiticotils dlun mode de coopérotion dons lequel les frontières entre institutions deviennent poreuses. Bret, il Seroit bien possible que lion soit en troin de posser diune ottention quosi Obses- sionnelle portée oux modes de gestion des Orgonisotíons ơssơ Ciotives, Ờ Une comprehension des modes Coopérotiis dont ces orgonisơtions sont porteuses. Cette Coopérotion ne peut en ellet se résumer Ờ l'eitet meco- nique d'une simple Ogrégotion d'intérêts Índividuels, ni Ờ l'el- let sociologique dlune convi- violíté bíen gérée ls on est bien ensemble ìtl. L' ussociution réponse ù tout ? On lio vu, les ossociotions, por leur mode de coopérotion, por lo mobilisotion de ressorts ontlìropologiques ịusquiờ pré- sent restés dons l'ombre, sont Une lìgure de l'espơce public qui loit lorgement éclio oux débots de Société octuels. Elles sont en ce Sens ou coeur dlinterrogotions K sociétoles ›> très octuelles. C'est pourquoi liintérẽt de lcl reclìerclie octuel- le pour le toit ossociơtit est ơmbivolent ; bien sũr, il redon- ne Ò ce secteur une octuolité politique et sociole Outrement plus intéressonte que lorsque l'ossoCiotion est onơlyséc sous llospeci instrumentol quion Ơ trop Souvent VOUlU lui loire ịouer. En même temps, il ne loudroit pos qu'on Voit en l'os- sociơtion le remède Ờ tous les mcrux, ou lo nouvelle pierre phi- losophole de lo citoyenneté K modeste iv. Cr C'est le pou- mon ›7 disơit Molière, comme explícotion Ò toutes les mơlcl- dies. ll ne fcudroit pos qulen contre-point, on en Vienne Ò dire K C'est l'Ossociotion ›° Comme réponse Ò tous les pro- blèmes de Société. _leon-Bernơrd Dumortier Noles A On pense évldemment Ỏ lo rẻlorme de lo lol de lỌ75, porrơnt sur les lnstltutlons so- cioles et médi- CQ'5OCtũlỄS 5 Heureuse~ ment le tllre de lo re`»'ue cltẻe prẻcédemment [' Une Seule Solution I'ơ55O^ clolion ỂĨ est prls sur Un mode interio- gotii, et il lũlt Qliusion de mo- nlẻre lronlque Ỏ un slogan de moi Ô8 : ` une seule solution lo rẻvolution `
  8. 8. Note . l lnltlollves dlhobitonts - ie Fonds en ioveur des initiotives locoles “ une expẻrimeniotion dons dix quor- tiers popuioires Fondolion de Fronce Poris ĨỌỘÔ @es dispositits de soutien q l'iii'iitiqtiVe COPA5 ơ été clìorgé en ooũt Q8 de mettre en oeuvre le progrom- me initiotives et citoyenneté de lo Fondotion de Frqnce. Ce pro- gromme o pour ombition de contribuer - Ò Une plus réelle implicotion de Citoyens ordinoires Ờ lo Vie des territoires dons lesquels ils resident, por des initiotives quiils y pren- nent Ị - Ò Une evolution des Cultures et des protiques institutionnelles per- mettont, Voire iovorisclnt cette implicotion occrue. A lo suite de deux oppels Ò condidoture successils lloncés en ĨỌỌ7 et lỌỌ8l, 4i dispositils locoux de soutien Ò liinitiotive ont été retenus por lo Fondotion de Frơnce. Quiils soient crẻés por des Communes, des centres so- ciơux, des Moĩtrises dloeuvre urboine et sociole, des osso- ciotionsr.., ces dispositits ont pour coroctéristiques communes Z - de soutenír des proịets de per- sonnes ou de groupes iìobitonts dons des territoires urboins ; - d'ẽtre dotés d'un londs dont lo souplesse diutilisotion est gorơnte d'une ơdoptotion opti- mum oux besoins des proịets présentés ; - de proposer un occompogne- ment qui est Ò lo tois une oide Ò llémergence et Ò lo réoliso- tion du proiet, et une torme de médiơtion entre llinitioteur du projet et les institutions créo- trices du dispositif ; - diinstơurer des lìeux de ren- contre et de débots entre por- teurs de proịets et les institutions créotrices du dispositit. Les dispositils retenus sont sou- tenus de deux monières por le progromme de lo Fondotion de Fronce : - ơbondement du ionds locol mis en ploce pour iinoncer des initiotives des hobitonts concer- nés Ị - oppui méthodologique, con- seil, onimotion d'une produc- tion Collective de sovoirs Ị cette dernière olimente les quelques remorques qui suivent. Une histoire déiờ uncienne Lo Fondotioiì de Fronce nlovoit pos tout Ò inventer dons ce domoine. Une réilexion sur lo « porticipotion des lìơbitơnts » troverse lo politique de lo Ville quosiment depuis ses Origines. Dons ce prolongement, des expériences se sont occumu- lées depuis le début des onnées Q0, porticulíèrement dons le Nord-Pcs de Colqis lovec les Fonds de porticipo- tion lìobitontsl et en Rhône- Àlpes (Ovec les Fonds de soutien oux initiotives locoles). De son côté, lo Fondơtion de Fronce, Ovec lo Coisse des dépôts et consignotion et le FAS, ovoit occompogné et linoncé Cles proịets dlliobitơnts, dons le codre du Fonds en ioveur des initiotives locoles (Fill, de ĨỌỌ3 Ỏ ĨỌỌÔ. Ce progromme expẻrimentol ovoit dloilleurs donné lieu Ỏ lo pro- duction collectivel d'Une ré- ilexion sur les coroctéristiques diune incitotion institutionnelle ờ liinitiotive et sur ce nouveou métier de llintervention sociole qulest <‹ lloccompognement de l'inìiìoiive initiotives et citoyenneté prend donc lo suite du FIL, Lơ visée, cette iois, n'est pos expérimen- tole Ệ elle est bien de contribuer Ò lo reconnoissonce et Ò lơ dil- lusion d'un mode dlintervention sociole qui privilégie liimplico- tion de liusoger/odministré et slinscrit délìbérément dons une perspective de chongement des protiques institutionnelles. Des effets repérubies lncontestoblement, ce mode d'intervention se distingue des protiques institutionnelles cou- rontes. Quelques ellets de lc mise en oeuvre de ces dispositils peu-
  9. 9. ỂN Ế@UtRẵ ........................ .. Comment intégrer lu problémctíque logement dans un pclrcours d'insertion Lo mission locole de Lille slinterroge sur lo pertìnence des prestotions de son service ü logement ›*. Lo Volonté est de sloppuyer sur lo dynomique collective du groupe de ịeunes controntẻs Ò des problèmes de logement, sur les res- sources des ìeunes eux-mêmes et donc de se servír de lo problemotique logement comme d'un levier pour trovoiller des obịectits plus lorges de developpement personnel, de citoyenneté, sons obondonner lo reso- lution des problèmes protiques. COPA5 contribue Ờ delinír les objectils d'un module Ỏ mettre en ploce, en conçoit les dit- terentes composontes, et reolise les supports pédo- gogiques, Comme Vode-mecum pour les ditlerents intewenonts. Vent dejờ être repérés, sur les plons institutionnel, sociol et poli- tique I Sur le ploli Ínstitutionnel... on peut remorquer une gestion plus reoctive et plus inventive, grỏce Ò une meilleure Connois- sonce des usogers/odministrés, de leurs demondes et de leurs suggestions ,' on peut relever égơlement des portenoriots omeliorés entre institutions oux obịectiis ditierents, et qui se retrouvent sur une iinolité com- mune dons le dispositil de sou- tien oux initiotives ; sur le plon sociol... des lìobitclnts témoi- gnent diune oméliorotion des relotions entre des personnes ou des groupes, oméliorotion ollont des simples signes de lo civilité quotidienne Ò lo coopérotion outour de proịets Communs ; sur le plon politique... clest-Ò-dire sur le plon de llimplicotion de Citoyens dons un espoce public, on peut noter le retour Ò une certoine conlionce de Ces derniers dons leur propre copocite Ò intervenir et Ò être entendus dlune port, et dons les institutions chorgées, Ỏ des titres divers, de gérer le territoi- re, d'outre port. l.e pcrudoxe de l'incitu- tion Ò l'initiutive Porol èlement Ò ces eliets consi- déres comme positits, des dis- positils de soutien oux initiotives Cristollisent des interrogotions et des mutơtions qui les depos- sent en portie. On peut por exemple souligner le côté opporemment porodoxol de cette incitotion institutionnelle Ò l'initiotiVe, lloutonomie et lo citoyenneté. l.e porodoxe siol- loiblit cependont lorsqulon exomine ơttentivement les dillé- rentes motivotions exprimees por des institutions creont Ces dis- positiis, et que nous nomme- rons respectivement incitotion iorotion Ò lo citoyenneté, omé du service ou>< lìobitonts, retour sur investissement. liincitơtion Ờ lo citoyenneté Vise sons surprise Ò ce que des bobi- tonts siimpliquent dovontoge comme octeurs du quortier. On utilise olors les notions de por- ticipotion, dlinítiotives, dlimpli- cotion, dlocteurs, dlexpression, etc. ll s'ogit sons nul doute dlune incitotion institutionnelle, mois de portee générole et non orticulee ou>< tinolités instrumen- toles de liinstitution. Dons le codre de l lơméliorotion du service oux ltơbitơnts, les tondoteurs des dispositits pré- voient de clìonger le fonction- nement, les règles des institutions dons un sens iovo- roble oux personnes qui vivent dons le territoire, ces personnes étont cette lois Considerées outont comme des usogers de services que comme des Citoyens-odministrés Ou de potentiels porteurs de proịet. On porle olors odoptotỉon,
  10. 10. tU Cliongernelit des règles du ịeu, écoute iocilitotioii, sỉmpliiico- tion.. llorticulotion erìtre les lìobitonts -leurs demondes et leurs poteiitiolites ~ et llinterven- tion instìtutioiìnelle H Vue pi^inci- polernent ici Ò trovers ses limites et ses coreiìces - est dlune port explicite et deci'it, dloutre poi't, des institutions ou service et Ỏ llecoute des lĩobitoiìts. Ệniin, dons le retour' sui' inves- tissernelìt, on reclìeiclte une omeliorotion des situotions W du territoire oussi bien que Cle llíns- titution - vue comme un impe- rotit de gestion. On porle olors de Slcibilisơtion de lo populơtion, l'econl7ois- sơrice des Cornpetences de lliiistitutiolì quơlíiicơtíort de l Ílistitution. . . ll slogit lờ moniiestement dlun I'etouí' de lIÍtìSlliUllOtì sur elle- même et sul' ses obịectils lonc- tionnels, lesquels poui'l'oient être otteints plus locilemeiìt grôce Ò lloction des dispositils de soutien Ò liinìtiotive. Le porodoxe est olloibli preci- sément porce que nous ne nous trouvons pos devont une incito- tion Clìimiquement pure Ò lo citoyenneté, mois devont un corretour de motivotions dont les égítimìtes respectives ne peuvent être contestées. tl restero, en revonche, Ở mesu- rer le poids - c'est-Ò-dire lo Copocite Ò intluencer les pro- ỄZINJ C@@ỮằS . Améliorer l'olternonce dons les octions pour les demondeurs ‹l'emploi Dons le codre de son plon de lormotion un orgonisme de lormotion regio- nol o propose Ò ses tormoteurs et Coordinoteurs pedogogíques un otelier de quotre iours de ietlexioiì sui lo mise en oeuvre de llolternonce dons les octions de lormotion pour les demondeurs d`emploi. Aprẻs uiie oriolyse des protiques existontes, nous ovoiìs détini Ovec eux des oxes Communs oux diilerents centres, eloborẻ des pistes dloméliorotion de leurs modolítes de trovoil dons ce domoine et concu des outils pour les mettre en oeuvre. tiques - respectil de ces trois ordres de motivotions. Discriminotion positive et citoyenneté On peut relever que Ces dispo- ièrement otten- sitils sont porticu tits Ò volorìser les potentiels, les sovoir-toire des populotions ouxquelles ils slodressent. lls prennent oinsi le contre-pied des tondements encore domi- nonts de lloction sociole, iden- tiliont des Corences et des lìondicops de certoines popu- lotions ou de Certoins territoires pour colibrer son intervention. C^est d'oilleurs ce quiexprime très cloirement cette ossocio- tion du Rhône, porteuse d'un dispositit de soutien Ò llinitioti- Ve Ị " Nous pI'ei7dronS oppui SUI` [es reseoux I'epeI`es, [es Structures existontes dons [lob- [ectii d lessoimer sur llensemble de lơ commune. ll nous semble importơnt de ne pos stigmoti- ser ou [éser Certoins territoires en ne quolifiont l'ÍnitiơtiVe qulờ trơvers des données socio- démogrơphiques et en †enfor- çơnt des procedures existontes >›, Et pourtont... lo discriminotion positive Ờ o vie dure I Nombre de ces dispositits ịustitient leur créotion por des diognostics construits essentiellement sur les Clossiques stotistiques socio- démogrophiques lnombre de ịeunes, de tomille mono-poren-
  11. 11. toles, de clìômeurs, de per- sonlìes dlOilgÍt`t6 eti'ongẻre, .l censees dessiner' lo iidele imoge de territoires II en ditii- Culté ». Les mẽmes disci'ìiTìineIit ensuite des territoires speci- tiques, dolìt les hobitonts ouroient donc porticulièrement besoliì dluiie oide Ò llinitiotive, dlun encourogement Ở lo Citoyerĩiìete. Les dillẻrents octeurs de lloc- tioiì sociole elì genérol nlont cei'tes pos ottendu lloriivẻe de Ces dispositils pour s'iiìteIrogeI` sul' les ellets possibles de telles opproclìes, Consolidont des i'eprésentotions ligées sur des tei'I'itoii^es ou des populotions, et colìtribuont Ỏ inscrire le iop- port entre octiorì publique et usogei'/odmiiiisti'é doiis uiìe i'elotiOn exclusivemeiìt depen- donte et descendonte, Oiì coiìvieiidro Cependont que lo coiitI'odiction est porticuliè- rement tlogronte lol'squ'une pro- tique de discriminotion positive est oppliquee por des disposi- tits evoquont tous, mêiĩìe si c'est de moniẻre plus ou moins Cen- trole, une iiotion Ờ vocotion oussi unìverselle que Celle de citoyenneté. Cette controdiction ne reduit pourtcint pos les dispositits de soutien Ò linitiotive Ò llincolìe- rence, dons lo mesure ou ils sont egolement des lieux de débot et de rellexion - ou sens de retour' rétlexil Sut une pro- tique- , C'est oinsi que le Cl`tOlX du let`iÍlOÍte dltt'il6iVerillOtì du dispositil, por exemple, est sou- Veiit llobịet de plusieurs deci- sions successives Z uiìe première decision délimite un ou plusieurs quortiers, lesquels sont porlois élorgis Ò lleli- semble du territoire COiTiiTìUt`tOl ou Coul's dlutì oménogernent opporté porlois quelques mois Ou un olì oprès le démori'oge du dispositil. Sociol et politique Au-delờ de lo seule question du territoire, Ces dispositils pren- nent une ploce importonte dons llinvention, ou quotidielì, de iiouvelles lorriĩes dlliĨleiVenlÍOtì sociole. les occompogiìoteurs solit pol'- ticulièlernent i'eprêsentotils de ce processus. leur' missiorĩ, oli llo deiò dit, est de rester' Ờ llécoute de poteiìtiels poi'teuls de pi'oịet - ce qui signilie Ò lũ lois dispoiiibilite, et Copocite Ò cillei' Ò lo i'enContIe des per'- soiìnes -- , dloider Ò l`émei'gen- ce de llidee qui pourroit devenii uti proịet -- soiìs pour outolìt se substituer ou pOt`i6Ut` e dloccornpogner le porteur de pioiet doiìs ses demorclies oupi`ès des iiistiiutions Coiìcer- t`lẻeS. Àutrement dit, un occompo- gnoteur iilest pos qUlUtì deve- loppeur de proiet Z il slinscrit dons un ieu dlocteui`s dolìt le 77OẪN tì
  12. 12. Ĩ2 ỄN ©@@9tRẵ terroin est Ờ lo lois celui des relotions socioles et celui du politique. Ces métiers du sociol ne sont pos les seuls, ni les premiers, Ờ se conlronter ou politique. Philippe lẵstèbe2 relève en ellet que llirruption du politique << comme cle de voũte de lo tronstormotion des situotions socioles problémotiques >› est l'une des trois ruptures oppor- tée por lo politique de lo Ville dons l'octÍon sociole clossique. .................... .. Des octions spécifiques pour les trovoilleurs hondicopés, demondeurs d'emploi lo DRĨEFP du Nord Pos de Colũis Slinterroge sur lo nécessite de mettre en ploce des octions SIFE spéciliques pour les trovoilleurs lìondicopes demon- deurs dlemploi. Elle o demondẻ Ờ COPAS dlonolyser les octions existontes oinsi que d'outres octions de droit commun ouxquelles porticipent des personnes lìondicopées, dlopprecier llinterêt et les inconvenients de chocune des options et de preciser Ờ quelles conditions il y o réel- lement " plus-volue " dons chocune des situotions. Nous exomi- nons Ò lo lois les modolités de recrutement des porticiponts, les modes dioctions, llorgonisotion de l'oction et le suivi propose, Cependont, dons le codre des dìsposíiíis de soutien ò l'initìơ1i^ ve, llirruption du politique ne Vient pos seulement opérer Ce bouleversement de liorgonisci- tion et de lo lìiéi'orclìisotion du trovoil sociol dont porlejocques tl3Ễ5 lonồ Ọ merite diintroduire sons loux- 7 Piìil`ooe semblonts ces deux questions Esiébø y tes Plus lorgement, ils sont le tliéôtre iouìours d'OCtUQIìté « comment du clievouclìement de ces deux ei pour quoj VjV,»e ensemble Ẹ ,›I domoines des sociétés liu- dons des espoces pUb|iCsb__ mễr:-cỵiyỉl Q8, mơlnes que sonl le Soclol el le qui sont por oilleurs le terroin PP 48 EJ Sọ pOllllqUe` diélection du politique. 3 Ion tịơĩịuẵly ọr, le sociol dont il est ici ques- iorsqụlon interroge des por. Soclơlơuslngu- llon ne, selllble plus elle ce teurs de proịets sur ce quiest ìlDlỆrfl,5v Iẵặẵod, sociol reduit oux sr problèmes pour eux ic cìyoyenneféy its socioux ›> qui reste ƠUiOUf<3llltUÌ lihorizon de llintervenont sociol. En ellet, lo Volonté de portir des potentiels et non plus des hon- dico S, lo réllexion en Ơ ée P 9 9 disent tous leur ospirotion Ờ mieux Vivre ensemble, Molentendu Ệ Conlusion Ệ Ou ebouclìe de rơpprocliement entre deux domoines si soi- sur les ettets préoccupơnis de gneusement sépơrés ius- politiques volontoirement discri- qu'olors 8 minotoires, nous invite plutôt Ò _ _ Gilles Rlvet revenir sur ce << lien sociol 7› tont discuté, mois qui o ou moins le
  13. 13. Un Espcice iiìterririéolẵdũre pour les collẻgiems erl difficulté llEspoce lntermedioire de Rouboix, occueille des ịeunes de ó° et 5° qui posent problẻme ou sein des Co èges, Ciest Une structure odministrotivement rottocliee Ờ un Co ège, dont lequipe est essen- tiellement composée d'un enseignont et diune educotrice specioli- sée ouxquels siodịoignent ponctuellement dioutres intervenonts. Envoyes por les divers etoblissements de lo ville, ils peuvent bene- licier diune prise en chorge moximole dlune onnee scoloire ovont de reintegrer un cursus normol. Les poges qui suivent ont été redi- gees suite Ờ llẻtude que nous ovons menee en ĩuin - ịuillet Ọ8, ou cours de loquelle nous ovons rencontré les membres de llequipe, les trovoilleurs socioux et les personnels de llEducotion Notionole. Les fonctions de l'Espoce lntermedioire Nous indiquons ici les dille- rentes lonctions tel es qulelles ont pu être exprimées por llun ou lloutre de nos interlocuteurs, quielles soient explicitement mises en ovont comme slinté- gront oux obịectils de llEspoCe lntermedioire ou non. Au mini- mum, il slogit d'un constot O posteriori Z por lloction menee, lllẵspoce lntermedioire ossure oussi d'outres lonctions que Celles qui sont inscrites dons ses linolites ollichées. l.es cinq lonctions decrites ici ne sont pos exclusives les Unes des outres, mois sont ponderées dil- léremment en tont qu`obịectils Ờ poursuivre selon les per- sonnes rencontrées. On cons- tote que certoines lonctions, Considerées comme non cen- troles pour Certoins octeurs, deviennent priorìtoires ou tout ou moins essentielles pour dloutres. Permettlre lo réintégrotíon des élèves ou collège ll siogit cloirement de llobịectil centrol Z orgoniser un espoce permettont Ờ des élèves en dil- liculte diêtre reintégres dons un cursus scoloire << normol =`v`. il loui que les ịeunes qui benelicient d'un possoge Ò lllẵspoce lnter- medioire intègrent le << stotut d^eleve » de droit commun. On s`ottend Ờ ce quli s soient `^< reconciliés >> Ovec `ecole ; on peut situer ces ottentes sur deux registres Clistincts I -le plus souvent, co se situe uniquement sur un mode odop- totil, ll tout qu`il y oit des chon- gements visibles, mois qui ne le seront qu`Ò situotion iden- tique clest-Ờ-dire lors du retour ège. ll loudro qu`ils oient Ou col ocquis les comportements qui signent le stotut d`élève Ệ ils sont presents, sovent rester ossis, orriver Ò l`l'ìeure, ils lont preuve de civilite, ils ont leurs olloires pour troVoiller.,. Bret, ils ont ré- ocquis lo culture scoloire. - Ờ un outre niveou, il s'ogit que le possoge Ò 'Espoce lnterme- dioire de l`elève Constitue une porentlìèse qui lui permet de reconsiderer lo scolorité com- me ovenir et Comme ombition, qu`elle prenne sens pour lui. Mois une ombÌgu`l'te subsiste Ị lo reintegrotion de l'élève Sletì' tend-elle dons le codre dlun Cur- sus << normol >› quel que soit llétoblissement, ou un retour ẻge d`origine ouquel il continue dloilleurs dons son col d`‹:ipportenir, ou moins odmi- nistrotivement, pendont son seịour Ò l`Espoce lntermedioire Ệ Souloger les groupes- closses d'élẻves perturboteurs En orientont vers l`ỆspoCe lnter- medioire Certoins élèves qui, por leur ottitude ou leur com- portement, lrogilisent ou désor- gonisent lo vie collective, on permet oux closses ouxquelles ils opportiennent de trovoiller dons de meilleures conditions, et éventuellement Ỏ d`outres élèves plus possils ou plus inlìi- bés de retrouver Cles conditions de scolorité lovorobles. Dons un certoin nombre de situotions, l`orientotion vers l`El Constitue une olternotive positi- ve Ò llexclusion des élèves. 13
  14. 14. ili ẫjtl ẾOẫUỈằẫ . Régìon Nord-Pos de Colois : developpement de lo quulité des formo- tions Avec 'ĩorre oppui io Regễoiì o elobore un proịet globol de svstẻtne perrno` i`ent dlé'V(tlUOllOlì lo Composonte cerìtlole de ce Systeme iepose sui lo iìotioii de Coiìiiot quoiite ' lo iegiorì posse Ovec clìoque reseou regiorìol el Ovec clìoque oigovìisme ur`. conti`ot por lequel ceux-cl sleiigogeiìt Ò rnetiie en oeuvre uiĩ certoiiì 'iI3inbl`Ệ de meSLttÊS dlÙỮtélÍO[OltOtt de lo qiiolite. io pCitliCttlOillé de lo dernorclie est oulelle est peu iĩolmotive , les oigoriismes doiilelit loire leurs propres piopositions, en SvlttSCilVC1ttl siniplement dons les quotre prio- iites oltiC"ees por lo Regioiì. Clioque oigoiiisme ooit égolenient niettre en ploce uri proịet diétude d^outo-evoluotioiì. Nous ossurons un occornpognenient genérol de cette demorclie iOFfiiOltOtt et suivi des negocuoỉiolis du côté de lcl Region, iorrnotiorì er outils meiliodologl- ques poLll les opeioteuis de ioirnuiiorì lieii (JVSL les outres Composoiites du Systeme iegionol d`eVoluo- Souloger les enseignonts d'élèves perturboteurs ll lie siogit pos seulemeiìt dlCt5' sUt^eI“ uii meilleur coiìloit oux enseigiìoiits, mois oussi de sor- tir de situotions porticulière- ment tendues entre cei'tciins enseignonts et tel ou tel élève, et dont on O l`impression qulelles sont mointenont dons llimposse Ệ rien de ce qui o pu êtl'e tente ịusque-lờ n`o permis dlomeliorer signilicotivement lou duroblementl lo situotioiì. De lo même monière que pre- cedemmeiìt, le séịour Ờ l`Espoce llitermedioire peut constituer une olternotive Ò l`e><- clusion de llelève. Souloger des élèves en difficulté Des élèves soiĩt Visibloiiìoiìt oit soulli^oiìCe ou college ị ou-delờ du temps opi'ès lequel Ot`i esti- me qU`ils doiIent ovoir trouve leui's repères et s`ẽtre odoptés ou mode de Vie spécitique du collège, Comme le lont lo moịo- rite des élèves oprẻs l`elìtrée en sixieme, les dillicultés subsis- tent. On loit lllìypotlìẻse qu`il peut s`ogir de dillicultés liees Ò un tl'op loible Iiiveou dlocquis de bose qui leur ioiìt <‹ perdre piecl ›`l, ou de pl^oblemotiques plus pei'sonnelles des élèves. Uiìe orientotion vers l`lẵl peut olleger lo pi'ession qui s`e><er- ce quotidielìiìemeiit sur eux et leul' peIimetti'e de `ŕ SOUlll9t` fr et pi'eiĩdre le teinps de se coiìso- lidei' iiiĩ peu. Observer pour orienter Quels que soierìt les motiis pre- inieis de solì oi'ieiìtotion vers l`Espoce liìtel'médioiie et les ellets otteiìdus de 50t`l seịour lpos touịoui's expliciterĩìent loi- iììulesl, G seioui d`uIì eleiie ci IYEI pei'Inet urie meilleui`e Coiiiìoissoiìce de lo problémo- tique du ieuiìe, voii'e même per- met de metti'e Ò ịour des situotioiìs iusque-lờ ÍiiSOUpçOtì' nees. C`est lie Ò lo lois Ò lo durée et oux modes dloction qu`on yr deploie Dons Ce Cos l`El devieiìt Un lieu cl`obserlcitioỊi pour dẻlilìíi - et metti'e eiĩ ploce ~ les meilleui's modes d`inteI'Veiĩtioiì ou de pI'ise en Clìorge oupi^es du ieune et eventuellemeiìt de soii eiìvironnemeiĩi direct iso loinil- lel... Des référentiels hétẻrogènes Les dillẻrentes personnes concernées por le dispositil mettent en ovont plus ou moins explicitement les Codres de reference qui sont les leurs et qui iustilient leurs oppréciotions positives ou négotives du tro- Voil mené pol^ l`Ei et du bien- londé des options prises. Or ces dillérents relérentiels dloc- tion ne sont pos immédiotement Compotibles entre eux. . ..
  15. 15. l.e référentiel remédiotion On coiisidêi'e que c'est lo pro- gi'essioIì des eiìlonts dons leur scolorité qui est ceiĩtl'ole. les entoiĩts soiìt doiìs ce codl'e, priiĩcipolemeiìt Considéi'es comme Cles ele`.'es en dilliculte por roppoi't Ò lo moitrise << noi'- mole 77 des oppI'entissoges de leur' closse. Le postulot de bose se relere Ò lo Conception des dillicultes comme imputobles Ỏ des coi'ences relotives soit Ò llopprentissoge initiol, soit Ò des diilicultes dlordre cognitil. Lo mise en lorme opérotionnel- le du modèle empi'unte Ò llin- genierie pédogogique, on concoit un porcours, on delinit des obịectils, on pt^éVOll des etopes, oiĩ construit des rele- rentiels dievoluotion. l.e référentiel « théropie fomiliole » les dillicultes scoloires sont le symptôme de dillicultes relo- tionnelles ou sein de lo lomil- le I on Considère o lomille comme un système en ldesléquilibre generont de lo soullronce, Dons ce type d`ono- lyse, llenlont est souvent Considéré comme le potient désigne, qui exprime et rend monileste le désequilibre des relotions nouees ou sein de lo lomille. ll lìe seit Ỏ rien olors de le mettre Ò llobri, cor on Verilie souvent que le symptôme se deploce olors vers uiì outre membre Sons troiter lo couse I le système lomiliol qui genẻre de lo soullroiĩce pour l`eiì- seinble de ses membres. C`est le système lomiliol et son histoire qui sont mis ou centre et lion plus seulement lleniont et so scOloi'ite. Le référentiel «réporoteur-protecteur» Ori clìerclie Ỏ substituer' Ò des coiìditions de vie penolisontes pour le ịeune un milieu educo' til lovoi'oble, cloiìs un souci de promotion. Ce modèle d`oCtioii port du principe que llenlont, Oyont eu lo molclionce de suìvre so scolorité dons uii milieu peu lovoroble Ò son developpement, o droit Ò une « outre clionce ›` ou tout ou moins Ò ne pos être penolisé. ll est ou centre du dispositil Z Ce qui compte ovont tout, C'est ĩŕ le bien de llentont >i et son eponouissement moximol, Pour celo, lo ricliesse et lo quolite de l`environnement de l`elèVe solit pi'Ímordiolesr Celo peut supposer elì outre, seloiì les options prises, uri occompo- giiement des porents pour' les conseiller et les soutenir dons leurs Clìoix educotils. Ce inodele tend Ò enti'etenil' l`eloigiĩement du College d`ori- gine, pUisqu`il tend Ò substituer' uiì syslelrle de voleurs lcelui des prolessionnels de l`eduCotion Ou du trovoil socioll Ò uiì outre lcelui des eiiseignontsl. C'est dioilleui's dons lo vie quotidien- ne, doiìs les petites choses, que ce inodele educotil est le plus prégnont, et qu`il se substitue de monière implicite - et sou- vent inévitoble - oux modes dlorgonisotion scoloire : lo ges- tion du temps, l`orgonisotion pédogogique, lo morge de monoeuvre de l`élève et de l`en- seignont, les types d`octi- vites... Lo questioiĩ du retour t`tleSl sủrement pos locile, dons lo mesure oÙ l`elève o eXpei`i- mente un système sr porodi- sioque >›. Veronique Persuy lô
  16. 16. Véronique PERSUY 03 20 5ó Lil O2 V'Pei5Uy@COlV0.tiel Lclurent BARBE l Oi Aó OÔ io 33 i-Borbe@Colvo.nel Emmonuel SION O3 20 77 05 A7 E~Sion@colvo.net Gilles RIVET Oi Ó0 t2 7 t 52 G~Rivet@cotvo.ner Mireille BERBESSON Ồl 42 Lil 57 72 M-Berbesson@colvo.net Cloude COQUELLE O3 70 54 38 27 C-Coquelle@Colvo.net Jeon-Befrìord DUMORHER j O3 28 3Ô 20 87 › ` JB-Dumortier@COlvo,net ‹ Secrétoriot kỳ Guyloine PRỀ ` 3 O3 20 57 80 25 G-Pre@ColVo,net COPA5 o étobli Ovec Annie Bccquet et Florence Ovoere, des modolites de colloborotion rẻgullere. Elles opportent oinsi leurs contributions Ò un certoin nombre de nos inter- ventions et porticipent Ò nos trovoux. Nous i`IiteiVeiioIis eli Coliseil stI'otegi`que r'ecl7eiclìe et deire- loppernerìt, colìduite de pioiets, oudít et evoluotiolì, iolrno- tiioli et đét/Gloppeltìetìl oles ressoUI'ces liulnoines.. Nos portis pI`tS Z ulio COllƠl3OI`CtlÍOIì etioite ofec l7OS Clleltlẵ, le souci dlulie OpểI`OllOttOlÍlé iliiinédiote, des iiite/Velìtiolis sur mesUI`e, COP/A5 ost Ut7O Société COOpẻt^OlÍVe de COIi58Íl, spécioli- see dolis le domoirie des politiques socioles, Cleee elì ĨỌ83, 7coIisu[†oIìts. Ministère de l'emploì et des uffoíres socioles : Aide ou diognostic portogé sur llerrơnce des ieunes - Fédérotion des Centres d'insertion : Accompũgnement de démorclìes expérimentơles d'insertion pour les ieunes - Déportement du Vol d'Ồise 2 Elơborotion du scliémơ déportementol du lìơndicop - GPLI/Conseil Régíonol et DRTEFP Bosse Normondie I Expertise du dispositil régionol de lutte contre l'illettrisme - Union Régionole des PACT Nord Pus de Coloís Z Proịet strotégique d'orgonis‹:ltíon - DRPJJ Centre Limousin Poìtou Clìorentes Z Réllexion régionole sur les mesures ịudicioires de milieu ouvert - APF Meoux Z Elơborơtion du proiet de service - Secours Cotholique Z Animotion d'un séminoìre notíonol des Codres - Conseil Régíonol Nord Pos de Coloís Z Míse en ploce de Comités d'usogers de lo lormotion prolessionnelle - FNARS Z Etude sur les prcltiques d'insertion por lléconomíque et éloboro- tion d'un outil d'outo-diơgnostic - Conseil Régíonol lle de Fronce : Action reclierclie pour le developpement de l'in- dividuơlisotion dons les Plotelormes de lormơtion pour les ieunes - Petits Frères des Pouvres : Evoluotion des séìours de vocơnces - Promofof lle de Fronce I Actions priorìtoires régionole& sur le proịet d'ẻtoblíssement et le proịet indivi- duolisé - Fondutíon de Fronce 2 colloque " Vìeillissement des personnes lìondicopées " - CCA5 Tourcoing : Evoluotìon et réorientcitíon des politiques gérontologiques - DRTEFP de Corse Z Animotion du réseou des missions locoles et Constitution d'un olơservơtoire - Conseil Générol Seine et Morne : Diognostic et orientotion strotégique des mesures de milieu ouvert - APEI Lille Z Míse en ploce du réseou territoríol d'intervention - Conseil Régíonol Midi Pyrénées 2 Aide métliodologique oux proiets diétoblisse- ments des CFA - Ville de Volenciennes 1 Aide ou diclgnos- tic des quortíers - Conseil Générol du Vol d'Oise : colloque " imoge et lien sociol " - DRTEFP Nord Pos de Colois 1 reclierclìe-oction sur lcl citoyenneté en lormotion - Accompơgnement sociol et Insertion Syros Ọ5 - Guide pro- tíque de lioccompognement sociol Syros ỌÔ - Formotions individuolisees. Mơnuel Ò llusoge des octeurs de lơ Formơtion Prolessionnelle lo Documentotion Fronçoise Ọó- Prevention de lo délinquonce .' Politique et protiques ESF Q8 - Contribution Ờ llouvrơge .' /llettrisme .^ de lienịeu sociol Ở llenịeu citoyen Lo Documentotion Froncoise Q8 - Copas tét: 03 20 57 89 25 FOX: 03 20 57 89 22 5 rue Monnoyer 59 800 LILLE ISSN t 254 8758

×