COpaS

Colĩseil elì Pr`aỈiqueS
et Analyses Sociales

°°ge 2 EN QUESTION

 

A I'uíse dons l'évcllu‹Itìon Ầ gf _.
Troís pis...
Nole

l j”emplOIe ICI
le moi recherche
dons son Sens
lorge Iouĩe
0Cli`u`llẻ qui .`ise
Ỏ produlre des
connclssonces
.`ơlide...
EỈ`l ‹“Ệ`ŕLlE5 TÌCỈỲỈXI

ỄN C@@Ữ3ẩ

.................llleHrísme et cìtoyennefé :
conférences el débcfs

Quel est le Sens d...
mois, le moment Venu, ils nlob-
diqueront pos si locilement leur
liberté de clĩoix, soii porce
qulils doivent, pour prẻser...
plutôt que prétendre londer des
ịugements de Voleur, de Créer
des moyens dloction nouveoux
lreclierclĩe-developpement) ou
...
ỄN @@ŨÃlRS

o.....................Ancllyse d'une plcte-forme Ò destínctíon
des ieunes en grande difficulté.

Une lédérotio...
pertinentes, ropprochements et
discussion des résultots) on
opprendro beoucoup.

Et pourtont, tout ce qui lero lo
quolitẻ ...
Note
t

ll , o en
France, l3 trc-
ĩern‹tẻ5 qui
constetuerit le
ni^r'eOu locol
tou déporie-
mentol Ị cí3l`os-

5CC5CẾtO'ì

...
Ễ”iIỬ iẾíỒ)IUtỄiẵ

 ù Io míse en plcce d'une polítíque

socío-Culturelle intégrée

La ville de GrcrVel.rĩes rìous o Conlié...
tO

Le déroulement de
l'enquẽte

les membres de lo commission

sont oinsi o és visiter les
séiours. Plusieurs remorques on...
iÔ4 °°/‹› de moins de 30 ons,
entrés cette onnée dons l`osso-

ciotion pour ÔO Ct/‹›l ,

Si cet élément est Ờ lo tois posi...
i2

ou poterìtìel béiĩéVole.L`or'go-
nisotion octuelle rerìd oinsi dilti-
cile d`identilier d'oÙ vient l`écort
entre les p...
Les pữncñpes

d'un scéürnei dépor"t*eir'ĩterrỀ“E'e:i

du lìeiiiĩoliceỉip

Nous ovons été omenés Ò trovoiller sui' lo mise ...
ŕẵ 'LỊ."l"xt i`Ạ'E "`r trẢ kế-»E "`u

ỄN @@ŨD.lỈ2ẫ

..............Aíde méthodologíque ù Io préporotíon et
ù I'onímotíon d'...
oux r< réponses » Ò opporter.
Nous ovons tenté de croiser

- lo noture du lìondicop qui
détermine le mode prioritoire
de p...
gy ,  y V Guyloine PRẺ

 

 

`›

Véronique PERSUY

 

 
 

 

Ồ`? EC Srĩ n^-` C2 _
`.'~E i`.rr,: vvv,v' Ấ
,V
`Ì
L 'v `”` ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal COPAS n°17

255 vues

Publié le

=> A l'aise dans l'évaluation
1/ Évaluation, régulation et recherche
2/ Illusion et frustration
3/ Ne pas négliger les autres pratiques utiles
4/ Réguler les évaluations informelles
5/ L'évaluation éclairante
6/ Les évaluations paradoxales

=> Accompagner l'engagement bénévoles
1/ La structuration de la démarche
2/ Mieux intégrer la spécificité de l'action bénévole
3/ Faire émerger les analyses portées par les acteurs eux mêmes
4/ Questionner les modes d'organisation
5/ Les évaluateurs internes
6/ Et un cadre de questionnement assez général
7/ Le déroulement de l'enquête
8/ Quelques résultats
9/ Des facteurs de risque
10/ Une satisfaction massive des personnes accueillies
11/ L'animation de l'équipe bénévole: une question sensible
12/ L'importance des contraintes
13/ L'intérêt de l'approche

=> Les principes d'un schéma départemental du handicap

1/ Les enjeux du schéma
2/ La méthode de travail, une démarche participative
3/ Une démarche intégrative
4/ Une démarche anticipatrice
5/ Les étapes de l'élaboration du schéma, l'état des lieux
6/ L'évaluation des besoins, les outils de suivi
7/ L'élaboration des orientations générales en matière de prise en charge (la structuration de l'offre)
9/ Les étapes de la validation

www.copas.coop
Copas est une société coopérative de conseil, spécialisée dans le domaine des politiques sociales.
Elle a été créée en 1983, et est composée de 7 salariés associés. Implantés en métropole lilloise et en Ile de France, nous intervenons sur tout le territoire. L’esprit coopératif se traduit dans notre organisation:
- une égalité des statuts : tous les salariés sont associés de la SCOT.
- des prises de décisions collectives : un conseil de direction élu tous les 3 ans, des réunions d’équipe bi-mensuelles.

Nous intervenons en conseil stratégique, recherche et développement, conduite de projets, audit et évaluation, formation et développement des ressources humaines... dans les champs de l’action sociale, du développement local et de l’insertion.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
255
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal COPAS n°17

  1. 1. COpaS Colĩseil elì Pr`aỈiqueS et Analyses Sociales °°ge 2 EN QUESTION A I'uíse dons l'évcllu‹Itìon Ầ gf _. Troís pisĩes pOUI en ẫỉnir ovec le rnc1OÍse “Sĩ dons Ì/évơluotion F=°9e 8 /NĨERVENT/ON Accompcgner l'engclgemenl' bénévole Les OppO‹°Ís d'Une démoí“che portícipotive Doge Ĩ3 BONNE5 PAGES Schému dẻpurfemenful du hundícup Prìncípes et méthodes de mise en oeuvre EN COU/?S Un Operçu en quelques lignes de nos inter* ventìons ơctuelles OU récentes
  2. 2. Nole l j”emplOIe ICI le moi recherche dons son Sens lorge Iouĩe 0Cli`u`llẻ qui .`ise Ỏ produlre des connclssonces .`ơlides Ceci ne se ìimiĩe pos Ỏ lơ reclìefciie loimelle scien- tlllque IOU! ocĩeuv peut irơ' .clillerỏ produire des connois- sOnCessAJIÍ'ccriCn Ỏ lcquelle il est mêlé De même, quơnd |e porle- F04 plus loln de chercheurs, Celc ne Concei' ne pos seule- menĩ [nl même prlnclpolemenll les prolession- nels de lc reclĩerche mois tous ceux qui cherchenl I A l'uíse dons l'évcIlucItíon Porions dlun Consĩoi générơl, que ie ne peux pos Íllusirer longue- meni ici, mois dons lequel, ịe pense, Clìơcun se reconnơĩirơ pour sơ port : il exisie Un décơloge exirême entre les díscours sur levo- luoiion lioui le monde slơccorcle Ờ dire qulil lơui en Foire ei que clesi imporiơnil ei lơ rẻoliĩé des prơtỉques lil slen loii linolemeni Clssez peu ei, sUr†OU†, Ovec Une Ulllllé réelle †rès limitéel. je vou- drois tenier dlexpliquer Ce ‹< moloise dons llévoluoiion >› ei dlex- plorer quelques Clìemíns qui pourroieni nous permeiire dien Soriìr. Déliníssons ropidemeni llévo- luoiion comme llociìvìié quí Conduit Ò lo production d'un ịugemeni de Voleur sur Un obịei donné lici, nous nous lìmiierons Ò liévơluoiìon des ơciìons Ỏ Finoliiẻ s Socìole »l. jlévơlue lofsque ìe dis sỉ ielle ơciion me poroĩt « bonne ›7 OU pos. Llévoluoiion est une Ociiviiẻ cognitive nơiurelle, pormi les plus ouiomoiiques : plơcé loce Ò Un obịel nouveũu, notre pre- mìère récciion sero Ínévitclble- meni de lormuler Un ịugemeni de Vơleur lbien ơvoni de Se poser ioutes les Ơuires quesiìons possiblesl 1 ịlévolue lo nourriiu- re qulon me propose, les spec- iơcles ouxquels ị'QsSÍSie, les gens que je renconire, etc, MỢÍS, bien sũr, nous ne nous Íniéressons pos ici OUX évơluơ- †ions puremeni prìvées, Celles que Clìơcun ơccomplii Sons Cesse pour meiire de l'ordre dons son unìvers, mois Ờ celles qui Voni prendre ploce dons des sysièmes Collectìls, dons des institutions Ị les évoluoiions qui Consiíiueni Un enjeu pour llociion Collective. Puisque nous sommes pơriis ClU dìscours ollirmoni lortemeni lo nécessiié de llévơluotíon des ơcĩions, nous devons en pơrií- Culier Ínierroger Cei enịeu en iermes dlutìliié Z Ò quoí self 'évoluotion 8 En ioni que telle, elle nlo oucu- ne Uiiliié socíơle poriículìère. Elle nlocquìeri Celle UlÍ ilé qulen lonciion de lo ploce qulelle Vo Venir prendre dons les Sysièmes dlociíon. Or, de Ce point de vue, sc! posi- tion est ơssez Ombìgũe. Evcluutíon, régulutíon el' recherche Dlune pori, lévơluoiìon Oppor- †ient Ò l'ensemble des lonciions de régulơfion, C'est Ờ dìre des mécơnismes qui permeiteni lo ironsmission ei le iroiiemeni des Ínlormoiíons qui Viendroni Oli- menier les dẻcisíons : l'éVOlUơ~ †ion Vơ déboucher Sur le Cl'ìOiX d'orrẽ†er ou Cle développer Une ơciion, de Conclure ou pos Une négociơĩion, de Conlirmer Ou remeiire en couse Une Conven- iion, eic. Bien eniendu, l”éVơlUOỈiOn n'est qulune ociiviié régulctrice pormi d'OUires : elle Côtoie por exemple lơ concerioiion, le SUÍVÍ, le conirôle, etc. Mois dlouire port, l'éVơlUoiiOn ơpporiieni Ỏ l'ensemble des fonciìons de reclĩerclie l , c'est Ỏ dire de produciion de connoissonces. Bien eniendu, Ò nouveou, elle n'est qU'Une forme de reclìerclìe pơfmì dlơuires, Ò côié de lo lormơlísoiíon, de lo reclìerclìe-developpement, de lo modélísơiíon, de lơ Vơlidơ- iion d'lìypoilìèses, de lơ théori* soiion, etc. l.lu†ilÍié sociole de lơ reclìerclìe est moins immédiơie que Celle de lo réguloiion, mois elle lclii l'Obịei dlun consensus Culturel encore ơssez Fort pour qU'ìl SOÍl ínuiíle de llinierroger ÍCÍ Ệ mìeux On connoĩt Un sysième socìql, mieux on pourro llomélíorer. Illusion ef frustrufíon je peux mclinienoni en Venir Ò lơ lormulơtion des deux hypo- ihèses prỉncipoles Ỏ propos dudiĩ mơlơise. - Lorsqulon pơrle dlévơluơiion ei qulon en ollirme lơ nécessi' lé, on ne pense pos Ò route 'éVclUơ†ion, mois Ò Une forme pciriiculière, Celle qui se irouve Ò l Iinferseciíon des deux Univers que ie Viens de délinir. - Or, les évơluơtions qui sont sơiisloisonies ờ /O Ỉoís Sur le
  3. 3. EỈ`l ‹“Ệ`ŕLlE5 TÌCỈỲỈXI ỄN C@@Ữ3ẩ .................llleHrísme et cìtoyennefé : conférences el débcfs Quel est le Sens de lo ỉluite contre llilletirismeĩ 8 Pluiôi que d'y voír Un lléou sociol et/ ou une molodie, ne vout-il mieux pos l'oborder en iermes polìtiques, comme Une question d'iniégrciion et de cítoyenneié Ệ Sur ce thème, nous íniervenons Ò Poitiers, dons le Cơdre d'un ìournée régionole, ei Ò Colmơr, pour Une conlérencedébol suívíe d'un oielíer desiiné cux élus locơux. III ........Une formctíon ò I'índívíduulìscIíon en Límousín Dơns le codre du plon régionol de formoiỉon des ocieurs de lo lormo- Ỉion, nous ossurons l'onimoiíon d'Une Formoiion de Formoteurs sur lo bơse de l'outÍl C Fil II que nous ovons réolisé pour lũ Délẻgotion Ỏ lc Formoiion Prolessionnelle. Lơ formơtíon se déroule en deux sessions, ce qui permei dons l'iniervolle cux pơrticíponis de Conduire Un proiei de terroỉn portcnt sur lơ for- mclisơiỉon ou l'évolUtion de leur propre proiique. plon de lo Connoìssơnce lévo- luotions ịusiesl ei sur le plon de lo régulơtíon lévoluotions elli- Coces pour déclencher lo bonne décìsíonl Soni irẻs rores, sinon inexisfonies. Le premier poìni s'eXplÍqUe por Un penie bien connue de notre roppori Ờ l'‹:lcỈiOn ei Ou pou- voir Z puisque nous devons prendre des décisions, nous climerions pouvoir les présenier [y Compris Ỏ nous-mêmes), non comme Un vériioble Cl'ìOÍX de noire port, doni nous devríons ơssumer les inceriitudes et lo pori diorbiiroire, mois Comme Une conséquence des lơits eux- mêmes. Dloù llespoir d'ơncrer l'éVOlU‹Jiion-régulơiion dons llévoluoiion-reclìerclìe 2 lo pre- míère Víendroii nous dìre Com- meni les choses Soni, ei il nly ouroii plus qulờ en déduire Ce qU'elles doiveni être ei donc les décisions qui doivent être prises. Ce proịei, surioui porié por les ocieurs de lo décision, peut ren- Conirer llovol des ocieurs de lo reclìerche, quí y Voieni Une mơnière dloccéder Ờ Un pou- voir sociol ou Ò des réfribuiíons qui, en tơnf que chercheurs Cấ purs », leur éclìoppeni. Or Ce proịei esi illusoire, dlobord pơrce que les règles dU ịeu des deux Univers Soni dil- lérenies, Voire Conirodìcioires. l.e propre du clìoíx proiique OU polilỉque est d'êire Un Choix nécessơire [on ne peui pos ne pos Choisir, même si l'Un des Choix possìbles reste ỈOU]OUrS de ne ríen Chongerl en llobsen- Ce de réléreni roiionnel exter- ne lon nlo ơucun moyen de sovoìr Ò Coup sủr quel est le bon Clìoíxl. Or les règles de lo dẻmorche de reclìerclìe Soni opposées I elles Commơndeni de sus' pendre le ịugemeni, Oussi long- †emps qulíl le loudro, iơni qulon nlơ pcs oiteinl Un houi degré de cerlíiude. Autre díllérence de règle : le ịugemeni proiìque est nécessoi- remeni globol, il doit prendre en Comple †oUs les élémenis dís- ponibles, ỢUSSÍ lìéiérogènes ei inlormels Soíeni-ils. AU Coniroire, le ịugemeni de recherche Serơ Séleciil I on Choisirơ de ne prendre en Comple que quelques porq- mèires qulon ơurc séleciionnés ei qulon iroíierơ Ò pơriír dlune problémoiique pcrriiculière. Une évơluclfion-décìsion doit être ioiole ei elle esi souveni irréversible ; Une évơluơiíon- reclìerclìe ne peut être que por- iỉelle ei provisoíre. Mois, surioui, Ce proịei se heur- te cux siroiégies mêmes des ocieurs. Ceux qui doíveni prendre lơ décision ơllirmeni Vouloìr lo soumeiire ou ịuge* meni ÍSSU de lơ recherche,
  4. 4. mois, le moment Venu, ils nlob- diqueront pos si locilement leur liberté de clĩoix, soii porce qulils doivent, pour prẻserver leur pouvoir, protéger leul' morge de rnonoeuvre, soii porce que, souvent Ò iuste iiire, ils resteront convoincus ius- qulou bout que leur propr`e iugemeni est linolemelìt mieux londé que Celui des clier- clìeurs, Qui nlo dẻịờ observe cette Curieuse situotion I Un respon- soble demonde Ò un spéciolis- te une coủteuse évoluotion puis en néglige les résultots porce qulils ne Viennel`t pos coniirmer ses propres intuiiions Ệ Symétriquement, le clierclìeur qui prétendoit occéder ou pou- voir se dérobero Ò lo derlìière minute en produisont des iuge- ments évoluotils tellement pru- dents et nuoncés qulils ne pourront londer oucune déci- Sion. Personne n'est Ò blômer, et Celui qui se dit dêçu nlo qu'ờ se reproclìer Ò lui-même son espoir illusoire : Celui de rédui- re l'ort Complexe de lơ décision politỉque Ò de lo mêthodologie pseudo-scientitique, ou les sub- tilités intinies de lo connoisson- ce Ở lo production dlorguments protiques. Que loire, olors Ê Quelle ottitude Cidopter loce Ờ lơ demonde sociơle dlévơluo- tion, qui ne semble pos devoir Se réduire, et Ò ịuste i'oison, puisque lo question de sovoir ce que Volent nos octions est bel et bien lo plus sérieuse des questions 8 Gẻnérolement, nous sommes Conduits Ò explorer l'une ou lloutre des pistes suivontes. iout d'obord, donner toute leur ploce OUX outres protiques Utiles dons les deux cliomps considérẻs. Cot, comme ie lloi déiò dit, llévoluotion nlest pos lo seule protique, ei les outres sont porlois bien plus interes- sontes. Ne pcs néglíger les outres prutìques ulíles Combien de Cornrnonditoires demondent Une évoluotion des progrommes dont ils ont lo clìorge, Sons même ovoir mis en ploce les conditions néces- soires ou simple suivi des octions lclest C`i dire les moyens dlêtre inlormés de ce que sont ces octions et leurs conditions de déroulementl Ệ Combien de I'esponsobles de Structures décidelìt une évoluo- tion de leurs services, olors qulil seroit bien plus ui'gent de créer des lieux de concertotion (C'est Ò dire de moturơtion des déci- sions por le diologuel Ệ Mẽme Clìose dolìs le cliomp de lo coniìoissonce Ị Ò quoi bon ẻvoluer une oction si l'on nlo pos encore Commencê un irovoíl mini- mum de lormolisotion (descrip- tion structurée des protiques et des principes qui les oriententl ou de modélisotion lexplorotíon des Voriontes de lloction, por lo métlĩode des types Ídéouxl Ệ Et si lion Veut oller plus loin, n'est-il pos souvent plus Utile,
  5. 5. plutôt que prétendre londer des ịugements de Voleur, de Créer des moyens dloction nouveoux lreclierclĩe-developpement) ou de mettre Ò liẻpreuve les hypo- tlìéses tlìéoriques Ou teclìniques qulon est porvenu Ò lormuler Ệ Mois on ne peut pos iouịours esquiver llévoluotion, porce que celle~ci, en tont quloctivitẻ cognitive é[ementoii'e, est en toit omniprésente E le suivi comme lo concertotion, lo lor- molisotion comme lo modéliso- tion ne sont ịomois indillérentes et sont ou conti'oÍre générole- ment soturées de ịugements évoluotils. Autont le reconnoĩtre et oltronter les lormes élorgies dlévoluotion, qui Certes ne seront pos Conlormes Ou rnodè- le idéol de llévoluotion- reclĩerclìe-décision, mois qui nien sont pos moins intéres- sontes porce qulelles sont Vroi- ment Utiles. Du côté de lo rẻgulotion, celo revient Ò risquer llexplorotion du monde de llévoluotion intor- melle, c'est Ò dire de ces ịuge- ments de voleurs qui ne sont pos londés sur une dèmorche ỄN @@Ũ¶iỈ'3ễẵ ......................BénévoIes et professíonnels écrívenl un proief d'clss0cỉufíon Une ossociotíon du secteur du hondicop qui gẻre une douzoine d^étoblis- Sements ei services dons le Coloisis, O sollicíté Copos pour lormer les prolessionnels ei les bénévoles lenviron 250 personnes) ou proịet dlossociotion, en Vue de le réoctuoliser. Llossociotion prévoit de décliner ensuite lo tormotion ou niveou de cl'ioqUe étoblisse- ment, et dlétoblir un plon de lormotíon du personnel, odopté oux nouveoux oxes de developpement. rigoureuse de recherclie, mois qui nien sont pos moins Ò llori- gine réelle des décisions. Réguler les évqlunfìons ínformelles Du côté de lo rẻgulotion, celo revient Ỏ risquer llexplorotion du monde de llévơluơtion irìtor- melle, c'est Ỏ dire de ces iuge- ments de voleurs qui lìe Soni pos tondés sur une démorclìe rigoureuse de rechercbe, mois qui nien sont pos moins Ò l'ori- gine réelle des décisions. On ouroit plutôt envie de ne pos Voir cette évoluotion-lò, ou de ne lo considérer que Comme une dongereuse tơiblesse Ò remplocer ropidement por quelque Chose de plus séríeux, dlune port porce quielle semble Controdictoire ovec le souci dlrr obiectivité >›, Voire de scien- tilicité, dloutre port et surtout porce qu'elle risque de débou- clìer, si on occepte de lo voir, sur des relotions conllictuelles en Cos de dẻsoccord, Mois de toutes tocons ces ịuge- ments existent, et ils pèsent lourd dons les décisions eltec- tives Z il Vout donc mieux les prendre en Compte et les régu- ler plutôt que de les loisser ịouer de monière souvoge. il y O en ellet des risques réels, cor les évoluơtions implicites peuvent être soumises Ò des biois importonts I pour émettre ces iugements, les octeurs impli- qués nloctiveni gẻnérolement
  6. 6. ỄN @@ŨÃlRS o.....................Ancllyse d'une plcte-forme Ò destínctíon des ieunes en grande difficulté. Une lédérotion de Structures d`insertion lentreprises d`insertion, orgonismes de tormotion, ossociotions culturelles, sportives, structures de proximitél O mis en ploce un dispositit de mobilisotion bosẻ sur les dìttẻrentes opproches en tonction des compétences des dittérents orgonismes- supports. COPAS onolyse le fonctionnement de clìocun des sites, restitue Ò clìocun les conclusions pour en lociliter l`opproprio- tion, communique les éléments synthétiques de lo démorclìe Ở lo tédérotion pilote de l`opérotion. pos toutes leurs copocités cognitives ldlobservotion, d'in- terprétotion, etc,l, porce quiils ont une Vision ovont tout oliec- tive de leur oction et des relo- tions ovec les outres octeurs ; dioutre port, il orrive souvent que leurs ịugements soient détormés por un souci de rotio- nolisotion des engogements (por exemple Ệ ie trouve que C'est bien, puisque ie llơi tơit ; ou ie trouve que tel octeur nlest pos bon, puisque ị'oi iusqulò présent relusé de trovcliller ovec luil ou des normes lie trouve que c'est bien, puisque tout le monde le dit) Ị entin, les ịuge- ments iniormels donnent sou- vent lieu Ờ des biơis de Contirmoiion [Ò portir du moment OÙ mon iugement est ébouclìé, ie ne cherche plus et ịe ne retiens plus que les obser- votions qui tendent Ờ le contir- merl et d'oUto-contirmotion (le ịugement que ie porte iend Ỏ Ogir sur lo réolité dons le Sens de mon oppréciotion : puisque ie ịuge une oction négotive- ment, ie tends Ở lo toire éclìouerl. I/ois, encore une lots, on ne peut prétendre se Cléborosser de ces risques en les ignoront Ệ ce qulil tout, c'est prendre les moyens de trovoiller ces juge- ments inlormels de monière Ò les rendre plus liơbles, por Un triple processus : d'eXplicitotion (dire les ịugements qU'on gorde lìobituellement pour Soil; dlor- gumeniotion lou delờ du ịuge- ment brut, opporter des Ínlormotions qui llécloirenil ; de controntotion loccepter des orguments controdictoires et engoger le diologuel. Plus question ici de singer Une démorclie de recherclìe scien- tilique Ệ nous sommes dons Une outre Vision de lo productiorì du ịuste Ệ non plus por liexpéri- mentotion mois por lo discus- sion. L'ẻvcIucfíon éclcírcnfe Dons llunivers de lo reclìerclìe, lờ où ce qui Compte nlest pos de décider ce qui est ịuste, mois de décrire et comprendre Ce qui est, il y O égolement ploce pour Une protique é or- gie de llévoluotion, En etlet, une reclìerclìe dlévo- luotion nic pos besoin de débouclìer sur des décisions qui en découleroient nécessoi- rement pour être intéressonte I On peut se contenter de lui demonder de nous éclơirer, et on ouro dlouiont plus de chon- Ce de llêire ellectìvement qulon ne lui en demondero pos plus. Si lion slengoge Sérieusement dons le chemin Complexe, pleín dlembũclìes, mois Ô com- bien possionnont dlune telle reclìerclìe ldélimitotion précise de llobịet Ờ évoluer, construc- tion du rétérent, délinition et production des intormotions
  7. 7. pertinentes, ropprochements et discussion des résultots) on opprendro beoucoup. Et pourtont, tout ce qui lero lo quolitẻ de cette I^eclìerclĩe lréduction de llobiet et du rélé- rent, déloi de collecie des don- nées, prudence dons llinter- prétotìonl lo rendro peu interes- sonte dons une perspective de régulotion. Ainsi, si l'on Veut loire de l'ẻVo- luotion de quolité, il nous tou- dro souvent choisir Z soit se centrer sur llutilitẻ régulotrice, et tourlìer le dos OUX procé- dures de reclìerclìe pour se concentrer sur lo lormotion et lioịustement des iugements inlormels ; soit se centrer sur lo lonction cognitive et occepter que les voies de lo connoisson- ce I`le reconduiseiìt que lt`èS indirectement Vers Celles du pouvoir. Les évcluufíons pclrudoxules Si, toutelois, on continue Ò vou- loìr loire les deux, Ò Construire une reclìerclie métlìodique qui seroit directement liée OUX dé- cisions, il toudro trouver les moyens pour que les processus de connoissonce dlune port, et de pouvoir, d'outre port, ne soient pos trop muti és por leur ropproclìement torcé. Pour celo, il toudro porodoxolement y iniroduire lou occepter dly loisser) des imperlections, un relôchement sultisont 2 ce nlest qulờ cette condition que l'es- prit de reclierclìe pourro ne pos ẽtre porolysẻ por les responso- bilités ottoclìées Ò lo décision, ou que les décideurs cesseront de croindre de devoir se Sou- meitre Ò des résultots incontrô- lobles. Clest oinsi qulil nous orrive de protiquer des évoluotions- reclìerclìes dloutont plus Utiles qulelles sont incolnplètes lpor exemple, on toit le trovoil de Conception du rélérent et on imogirìe les pt`OCédUt`6S de Col- lecte de données pertinentes, mois on siorrẽte lò Z on O eu ou moins lloccosion de slinterro- ger et dléclĩonger sur ce qui loit lơ voleur' d'une oction et les indices qui permettroient de lo détecterl ou inVeI'sées (on port d'un iugement O priori, et on remonte lo clioine du roisonne- ment pour mieux le com- prendrel. je pense qulen ouvront ces trois perspectives, il est possible de nouer ovec llévoluotion une relotion bíen moins roide et bien moins lrustronte que ce que l'On observe le plus sou- vent. Mois, pour réussir Ò se meitre oinsi Ò lloise, il tout occepter un triple renoncement {et co, c'est touịours une épreu- vel : renoncement Ò llexclusivi- tẻ [il y o bien dloutres choses Utiles Ờ loiI'e, et portois plus prioritoiresl, renoncement ou modèle Unique de llévoluotion- reclìerche-décision lllévoluo- tion est morte, vive les évoluo- lÍOt`lSl, et, le plus dilticile, I`6I`tOIt' celnent Ỏ lo pei'feCtioI7 (on peut loire des évoluotions IX' olìor- moles Ii et poutont trẻs utilesl. Cloude Coquelle
  8. 8. Note t ll , o en France, l3 trc- ĩern‹tẻ5 qui constetuerit le ni^r'eOu locol tou déporie- mentol Ị cí3l`os- 5CC5CẾtO'ì INĨEIỀX/EỈXJĨ/CĨ)it° Accompclgner l'engugement bénévole Une démorche d'onolyse des séiours de Voconces menés por les Petits Frères des Puuvres l`ossociotion soulìoitoit mener un trovoil d`ẻtude sur les séịours de Voconces qu'elle propose Ò des personnes ôgées isolées et sou- vent dépendontes et Ò des peI'sonnes en situơtion de précorité. Dons lo démorclìe éloborée ovec lo Commission Voconces, demơndeuse d`Une oide métlìodologique, nous ovons ioit le choix d`une onolyse ellectuée en Ínterne, les membres de Celle-ci iouont le rôle d`évoluoteurs de dillérents séiours. Cette procédure, vísont surtout Ò recueillir et orgoniser les onolyses que portent les octeurs sur leur propre octivité, O peI”mis une Controntotion importơnte, et de dégoger un certoin nombre dlenieux pour 'evolution de l`oc- tion menée, Dons Une ossocioiion coroctérisée por llimportonce de llinvestíssement bênévole, ce trovoil illustre l`intérêt d`opproclìes métlìodologiques qui volorisent les copocités d`onolyse des octeurs Concernéẵ, les mettent en débot, et utilisent de monière spécitique llopport du tiers que constitue le consultont. il montre égolement lo nécessité d`Une réllexion strcltégique sur les CltOÍX structuront les enquẽtes de ce type. AU démorroge Cle lo rélexion, les membres de lơ commission L`ossociotion orgonise environ i40 séiours por cln, destinés Voconces lporteurs de lo démorclie) souhoitoient prio- ritoirement mesurer lo scl- en priorité Ò des personnes Ôgées [environ i500 por onl suivies dons le couront de l`on- née por des bénévoles, //ẽme tisloction des personnes Ôgées s`il existe des ditlêrences sen- occueillies por ropport OUX sibles entre Froternités l, le VƠCƠỮCỒS qUl leur Sottl Pro' tonctionnement des Voconces P05ée5- est le suivont. Un dé égué vo- conces lsolciriél est Clìorgé d`or- Lo structurufion de lo démorche goniser les séịours, pilotés Le dẻbot ou sein du groupe Ơ ropidement toit opporoĩtre l'im- portonce dlélorgir lo problémo- tique et d`odopter les modes de trovoil proposés. Conịointement por Un respon- soble prolessionnel et por un responsoble bénévole. L` équipe d'encodrement des personnes occueillìes est entiè- rement composée de bénẻ- voles. Quelques prolessionnels Míeux inlégrer IG spécíficíté de I'octỉon . , bénévole complementolres ossurent cer- L`ossociotion se ionde sur une volonté de lroternité qui omène tclines tonctions logistiques (cui- sine, etc.l. des bénévoles Ò prendre sur leur temps de Voconces pour occompogner des personnes isolées, dons un codre mettont l`occent sur lo Vie collective et l`ottention Ò l`outre. Pour intégrer cette situotion Spé- citique, le trovoil ne devoit pos se tronslormer en Une enquête de sotistoction de même type que Celles etlectuées por des prestotoires protessionnolisés, pour lesquels les personnes occueillies sont d`obord des sr clients >›. Foire émerger les onolyses porfées por les octeurs eux-mêmes Nous ovons oinsi décidé de privi égier le débot Ínterne et de Voloriser les idées existont déịò sur lơ question. Pour celo, il o Concrètement été décidé de recueillir l`ovis de tous les octeurs concernés, en sollici- tont de leur port une onolyse Critique sur dillérents ospects du séịour lpréporotion, onimo- tion, composition du groupe, relotions dons 'équipe bénévo- le, etc.l. Questionner les modes d'orgunísutìon Au lieu de n`eXominer que lo sotistoction (qui constitue un résultotl, nous ovons ẻgolement décidé d`interroger les proces- sus por lesquels les séìours étoient décidés, orgonisés, pré- porés, en portont de l'l'ìypotl'ìẻ- se que celo permettroit de
  9. 9. Ễ”iIỬ iẾíỒ)IUtỄiẵ ù Io míse en plcce d'une polítíque socío-Culturelle intégrée La ville de GrcrVel.rĩes rìous o Conlié url clĩorĩtier de réoctdolisotion du pro- iet socio-Culturel Ò léCl`›elle de lo cornrriurìe . crriolyse des piesrotl‹;sIìs Droposees étude des modoiitếs de toiĩcĩiorĩn-:‹lỲieii` et d orgoniso- ricn. Ditlérents groupes de trovoil colĩstiiués d`élUs. d odmiiìis- rroteurs des ossocioĩiolìs. de protessiorìnels orìĩ eloboré progressivement le codre génélol du proiet, les pres- totions prioritoires et un Systeme d orgoni- soiion pertinenĩ. mieux comprerldre ce qui étoit dit et dlidentitier des perspec- tives d`éVolUtion. Des évoluuteurs ínternes Au déport, lo Commission étoit portie de l`Ídée d`utilisel' un évo- luoteur externe pour ougmenter l`obịectiVité de llobservotion ou sein des séiours et tociliter une expression plus << libre ». Cette option étoit motériellement pro- blémotique ltemps et coũt d`un trovoil de Ce typel, mois elle est Clussi opporue peu pertinente. Cor toute relotion Ò un enquê- teur est tiltrée por l'imoge qU`on se toit de lui et de son common- ditoire. Entre Venir << de >7 et sr por Tv` l`ossociotion, lo ditlé- rence n`est pos torcêment cen- trole. Et il n'est pos évident que llextériorité soit nécessoirement plus productive que le point de Vue de ceux qui, depuis des onnées, trovoillent outour de ces octions. Nous ovons donc toit le choix de privilégier une opproclìe menée en interne por les membres de lo commission et utilisont diltérents modes de recueil 1 - recueil de données sur les séiours (Un por Froternité soit l3 ou totoll Ị - entretiens directs ouprès des personnes occueillies Ị - questionnoires et débơts de groupes ovec `éqUipe d`enco- drement du séioul' ; - questiolìnoires ouprès de béiĩévoles suivolìt les per- solìnes pelìdont l`onnée et des dẻlégués Voconces Ệ - orgonisotiolì dlutt débot gélìé- t`Ol Ò portir des pI'eIniẻres corĩclusiolìs. Et un codre de questìonnement ussez générol Nous ovons eiìsuite COit5liUÍl des grilles d`entretien, loissorĩt beoucoup de ploce Ò llexpres- Sion persolìnelle et évitont de conoliser les pI'opos tenus dons des lormulotiorìs enlermontes. Nous ovons oinsi identilié une série de tlièmes sur lesquels l`eXpression pouvoit être libre en demondont seulement Ò lo tilĩ OUX persolìnes de situer leur sotisloction sui' une éclĩelle ti'ẻs simple liiisotisloit, moyenrìe- ment sotisloit, Sotistoitl, pour' pouvoir loire quelques regI'oU- peinents, Cette démorclìe, ossez mini- moliste, est vite opporue com- me présentont des ovontoges certoins : - elle relotivise l`importonce d`Une lormulotion Cles questions et le trovoil diogrégotion des données ; - elle donne des éléments nom- breux permettont de com- prendre le Sens même de l`oppréciotion portée por les personnes interrogées.
  10. 10. tO Le déroulement de l'enquẽte les membres de lo commission sont oinsi o és visiter les séiours. Plusieurs remorques ont été loites sur lo lormule odop- tée : - les personnes occueillies ont beoucoup opprécié d`ẻtre questionnées, même si les entretiens ont porlois été dilli- ciles ovec certoines personnes très désorientées ; - le débot ovec les bénévoles o égolement portois permis de toire surgir des questionné- ments lnotommeni sur le trovoil d`équipe) qui, Sons cette démorclìe, n`oUroient probo- blement pos été troités dons les démorclìes lĩobituelles de bilon des séiours Ị - le toit que les enquêteurs Vien- nent de lo poI't de l`ossociotion o monilestement été bien percu, ce qui lotsse penser qu`on ouroit peut-être été plus réservé loce Ò qUelqU`un d`e><térieuI'. Les personnes ont témoigné d`un tort Sentiment de recon- noissonce por ropport Ờ liosso- ciotion et OUX bénévoles qui poient de leur personne pour les occompogner. Foire des remorques critiques Ò un évo- luoteur extérieur ouroit pu, dons ce codre, susciter Un << contlit de loyouté ri et omener Ò des réponses plus bioisées que celles qui ont été obtenues ; ỂỮŨ CỘỒWỮỈS ..........................Citoyenneté et formation : possoge Ò lo protìque Suite Ò lo porution de <<Obịectit citoyenneté» lvoir notre précédent numéro), nous réolisons dons le Nord-P05 de Colois une série de iournées dlonimotion délocolisées destinées Ò tovoriser l'opprOpríotion de ce document por les octeurs de lo tormotion. Ensuite, nous onimerons Une tormotion de Formo- teurs égolement oxée sur ce thème. Après une premiẻre portie destinée Ò permettre oux porticiponts de se situer eux-mêmes dons leur relotion Ò lo citoyenneté, elle prendro lo torme d`une lormction~oction 1 clĩo- cun développero dons so protique, et ovec le reste de son équipe, une expérirnentotion pédogogique, qui sero occompognée Ò lo tois por le groupe et por une interverìtion sur site de notre port. - solliciter des commentoires libres puis une prise de posi- tion sur lo sotisloction o égo- lement permis de mieux cerner comment se iorme le ịugement des personnes. Cot porlois, les critiques sur telle ou telle dimen- Sion, n`empẽclìe pos d`oVoir linolement une oppréciotion positive. De même, un ịugement positil n`empéclìe pos de loire port de critiques ossez dures. Que les membres de lo Com- mission oient eux-même enten- dus - en direct - un certoin nombre de commentoires o oinsi permis dloller plus loin dons lo comprehension que ne l`ouroit permis une lecture décontextuolisée de stotistiques de sotisloction ' - ettlttì, les enquêteurs ont souli- grié l`importonce qulovoit eu pour eux cette démorclìe leur permettolìt une observotion des séiours globole et dégogée des préoccupotions hobituelles qui sont les leurs, du loit de leurs lonctions dons llossociotion. Quelques résultats L'onolyse des coroctéristiques des séiours O ottiré llclttention sur des questions porteuses d`enịeUX importonts Z Nous ovons surtout été Froppés por lo ịeunesse des bénévoles
  11. 11. iÔ4 °°/‹› de moins de 30 ons, entrés cette onnée dons l`osso- ciotion pour ÔO Ct/‹›l , Si cet élément est Ờ lo tois posi- tit ltémoignont de l`CrttroctÍvité du proiet ossociotill et promet- teur, il lotsse entrevoir un risque. Des fđcteurs de risque Foce Ò un public spécilique, nécessitont un occompogne- ment porticulier et une certoine expérience, lo question de lo préporotion des bénévoles et Celle de leur encodrement constituent o priori des enịeux centroux por ropport Ỏ un pro- ịet ossociotil qui met l`occent sur llorticulotion entre llovont, les Voconces, lloprès séịour. Les séiours sont oppơrus peu lìomogènes en termes de toil- le lde 4 Ò 20 personnes), de composition du groupe de vclconciers lplus ou moins volidesl, de rotio d`enc‹:ldre- ment, d`eXpérience de lléqui- pe bénévole. lls Vélìiculent donc Une imoge diltérente [du petit groupe quosi lomiliol Ờ lo collectivi- té...), sont d'Une lourdeur vorioble et Supposent des modes d`orgonisotion dilléren- ciés et plus ou moins exigeonts. Nous ovons oinsi pu Observer que quelques séiours concen- troient les locteurs de risque (groupe lourd, lortement involi- de, équipe ịeune et peu expé- rimentée, etc.). ,e r* .q' riẵ .R° v'Ệ t! ỈliỈ"tç' Du côté des personnes occueillies, une sotistoction incontestoble est ressortie de l`ensemble des entretiens, Une sutísfđctíon mossìve des personnes occueillìes Nlême si des motils d`insotislClc- tion étoient cités, ils étoient souvent relotivisés dons l'oppréCÍotion générole portée sur les Voconces. Si l`enquẻte n`clvoit été centrée que sur cette question, il y ouroit eu peu de préconisotions Ỏ toire, ou Celles-ci n`ouroient été qu`onecdotiques. L'onímution de l'équípe bénévole : une question sensìble Les bénévoles étoient mossive- ment sotistoits de lo rencontre ovec les personnes occueillies, mois les entretiens ont, dons certoins séiours, loit opporoĩtre des insotistoctions por ropport OUX relotions ou sein de l`équi- pe bénévole. Pour les occom- pognonts les moins expérimentés, lo préporotion sembloit portois insultisonte. Même si nous n`ovons pos pu totolement le sr prouver ầ, lo quolité de l`ombionce dons lléquipe bénévole est opporue comme le tocteur moịeur de réussite des séiours. Celci se conçoit oisément : un groupe qui slentend bien iend Ò géné- rer une ombionce positive chez les personnes occueillies, et relotivise les controriétés ou dil- licultés que provoque nécessoi- rement tout séịour. L'ímportonce des controintes A l`inverse quond les relotions sont plus ditliciles Ờ gérer ou simplement Ồ étoblir, les outres tocteurs d`insotistoction lles loi- sirs, le conlort, etc..l prennent une plus gronde ocuité, llonolyse des modes de struc- turotion des Voconces 0 enlin montré llimportonce des controintes liées ou potrimoine ossociotit, ou potentiel solorié, tt
  12. 12. i2 ou poterìtìel béiĩéVole.L`or'go- nisotion octuelle rerìd oinsi dilti- cile d`identilier d'oÙ vient l`écort entre les personrĩes suivies et Celles qui por^tent en Voconces lerìvirorĩ urì tiers de l`ellectitl et de penser' quelles évolutiorĩs pourI'oient êtr'e dolìrĩées oux vocolìces, iĩotommerìt pour' s`odopier oux évolutiorìs de lo situotiolì des personnes ôgées (ougmentotion du grond Ôge, rnois oussi de lo pl^écorisotion sociolel. Erìlilì, sur' rìonĩbI'e de questiolĩs récurrentes [les modes de pré- porotion, l`onimotion de `équi- pe bénévole, so pérennisotion, lo mutuolisotion des moyens entre Froternités, etc..l des sovoir-loire incontestobles sont opporus dons les éclĩonges, tout erì étoiìt ossez peu copito- lisés, dittusés, systémotisés. Les observotions de l`enquẻte, et les remorques toites dons les dillérents temps de concerto- tion, ont omené Ờ mettre l`oc- cent sur trois enịeux centroux, se déclinont ensuite en proposi- tions opérotionnelles : - mieux permettre lo lecture et lo gestion des risques inhérents Ờ clìoque séiour. Slil ne s`ogit pos de cherclìer un illusoire risque Zéro, llossociotion et son orgo- nisotion doívent ovoir comme lonction de minimiser ceux qui peuvent l`étre, en mettont en odéquotion lo dilliculté de clìoque séiour ovec des moyens odoptés Ị Ễửữ @@@9Ữ3ẫ ........................o.Quortíer Sensible de Melun 8 In nécessìtè de se reposìtíonner L'ossociotion ' les Copoins de l'Almont » développé Ỏ I/telun depuis près de quoronte ons des octivités de prévention et diinsertion ouprés des ịeunes en gronde dìllículté. Elle o sollicité l'oppui de COPA5 pour redẻtinir ses missions et se repositionner por ropport Ò lo commonde publique et oux inter- ventions des outres ossociotions pré- sentes sur le terroin. - tovorisei“ lo mutuolisotion et lo dillusiorì des corĩìpétences et sovoir-loiI'e de l`ossociotion por ropport Ò ulì public spéci- lique, l pour ougmenter lo cohérence et tovoriser l`op- prentissoge et lo pérenniso- tion des nouveoux l ; - ougmenter les morges de monoeuvre pour permettre une diversilicotion des réponses opportées OUX dillérentes situo- tions des personnes suivies. L'íntérêt de cette opproche Ayont été menée en interne, l`enquête n'o rien Foit oppo- roĩtre de très surprenont ou de très neut pour les membres de l`ossociotion. Elle conlirme que le rnodẻle octuel de lorìctìolì- nement est lorgement sotisloi- sont, tout en mettont l`occent sur des questions "< sensibles >›. Meis elle o permis de propo- ser une lecture cohérente du lonctionnement octuel, de mettre en voleur les initiotives les plus intéressontes por rop- port ou proịet cissociotit. Et l'on peut supposer lespérerl que llensemble des réllexions et des prêconisotions étont issues du terroin, elles seront plus tocile- ment oppropriées que si elles ovoient été formulées por quel- qulun d`eXtérieUr Ò lo culture ossociotive, Lourent Borbe
  13. 13. Les pữncñpes d'un scéürnei dépor"t*eir'ĩterrỀ“E'e:i du lìeiiiĩoliceỉip Nous ovons été omenés Ò trovoiller sui' lo mise en ploce dlun sclìémo du lìondicop dons le déportement du Vol dlOise. C`est lloccosion de présenter' ce qui, selon nous, doit êti'e lo bose métlĩodologique de lo construc- tion de tels sclìémos. Les enieux du sclìémo, lo métlìode de trovoil Les enỉeux du schému L` éloborotion du sclìémo dépor- tementol du lìondicop du Vol d`Oise intervient dons un contexte institutionnel mou- vont Ị lo contìnuotion de lo rélorme lìospitoliẻre conịuguée Ò celle de lo loi de 75 ouvrent des perspectìves nouvellesr Entre outres choses, lo ploce de l`Usoger, lo souplesse néces- soire du mode de prise en Cl`tOi' ge, le libre clìoix de vie des personnes lìondicopées, lo priorité Ờ l`intégrotion et Ò l'in- sertion, lo ploce nécessoire de llexpérimentotion, et les réseoux coordonnés d`étoblis- sements y sont lréloltirmés. Por oilleurs, lo volonté du Conseil Générol et de lo DDAS5 de réoliser un sclìémo conioint intégront de lo monière lo plus ouverte pos- sible les réllexions des ossocio- tions et des octeurs de terroin est l`occosion dlottirmer lo co- responsobilité de l`ensemble des octeurs concernés dons lo prise en clìorge du lìondicop, tout en dillérenciont bíen le rôle de clìocun, Lu méthode de trovoil Une démorche portícípctíve Le sclìémo déportementol est un document permettont d`orienter lo politique de lo col- lectivité déportementole dons un domoine donné, en y osso- ciont ['ensemble des octeurs concernés, ll résulte donc d`Une démorclìe porticipotive, dons loquelle Col- lectiviiés locoles, prescripteurs, ossociotions, odministrotions, tinonceurs ont pu conironter et oịuster leurs points de vue. Pour outont, clìoque octeur o été positionné de monière cloi- re dons le dispositil, et lo ditté- rence entre les éclìelons consul- totits et les éclìelons déci- sionrìels o été cloirement l'es- pectée tout ou long de lo démorclìe. Une démurche ìntégrotíve ll étoit essentiel de recornposer. ou-delo des troIĩtiẻr'es des cliornps de compétence lìérités des lots de décelìtrolisotion une vision coltérente de lo prise en cliorge du lìondicop. Lo démorclĩe o donc été intẻgrcl- tive, en ce Sens qulelle o pris en Compte le moximurn de dorĩ- nées internes et externes ou clìomp considéré. Une démurche untícípotríce Enlin, cette dérnorclìe o été onticipotrice, puisqU`elle xríse l`lĩorizon 2003. Pour celo, elle o tenu Compte des évolutions démogro- plìiques, relotivement prévi- sibles, et des évolutions de lo structure de lo demonde et des modes de prises en chorge, por noture moins prévisibles, et surtout moins lìomogènes. Les étopes de l'éloborutìon du schémo L'étot des Iìeux Ce premier trovoil, réolisé por COPA5 pour lo portie odulte et les services de lo DDAS5 pour lo portie entonce o per- t3
  14. 14. ŕẵ 'LỊ."l"xt i`Ạ'E "`r trẢ kế-»E "`u ỄN @@ŨD.lỈ2ẫ ..............Aíde méthodologíque ù Io préporotíon et ù I'onímotíon d'un sémínuíre des ccdres Le Secours cotholique o détini lors de son 50 ème Congrès des oxes d`éVo- lution de son intervention en motière sociole. ll o sollicité COPA5 pour une oide méthodologique Ò lơ prépơrotion et Ò l'onimotion d'une session de trơ- voil des codres visont Ỏ outiller cette dynomique de clìơngement. ...............Suìví de lo mise en ploce d'octíons de soutien è l'ínítícltíve Lo Fondotion de Fronce soutient un progromme visont le développe- ment des initiotives locoles, intitulé initiotives et Citoyenneté. Elle o sollicité COPAS pour une onimotion des regroupements des dittérents sites, Visont Ò tovoriser le développement diune culture commune des opérciteurs et ờ iden- tìtter les conditions de réussite de ces tormes dloction. mis de rossembler l`ensemble des données disponibles, por- tont e sur le codroge lsocio-démo- grophique, linoncier, régle- mentoire, socio-politique, terri- toriol, etc.) ,' - sur l`étot de lo demonde {en première opproximotionl, et des modes de réponses octuelles Ò trovers des enquẻtes quontitotives et des entretiens ovec les responsobles ossocio- tits ; - sur les procedures qui génè- rent les tlux lonolyse du lonc- tionnement de lo COĨOREP, en porticulier). Cet étot des lieuX o été Ờ lo lois compréhensit lil ne s`ogit pos d`un ouditl et Critique : en por- ticulier, on o pointé les monques, les dystonctionne- ments, les inodoptotions du dis- positit octuel. Deux documents ont été élobơ rés, en onnexe du sclìémo. L' évolucltìon des besoins, les outíls de suíví ll est ropidement opporu que l`évoluotion quontitotive des besoins ne pouvoit se toire por simple ogrégotion des proịec- tions portielles que constituent les listes dlottente des étoblis- sements, ni même por extropo- lotion Cles dossiers CDE5 ou COĨOREP. En ellet, nombre d`orientơtions sont réolisées <‹ por délout » lon vo lờ où il y o de lo ploce), et beoucoup d`intormotions concernont les besoins sont volotiles [exemple de l`inscrip- tion sr por précoution >› de per- sonnes sur des listes cl`ottente en loyer K ou cos où... >>l. Entin, lo demonde dépend en bonne portie de lo structuro- tion de l`ottre, et peut Se trons- tormer dons le temps en tonc- tion de nouvelles ottentes, de nouveoux modes de vie et de conceptions de prise en chor- ge. ll o donc été décidé de reprend re le problẻme Ò lo bose, en construisont une bose de don- nées plus lioble, centrée sur le porcours individuel de lo per- sonne hondicopée et non sur l`étoblÍssement... même si lo mise en oeuvre opérotionnelle de cette bose - et donc des don- nées obiectives d'oide Ò lo décision en vue de lo progrom- motion de services et diétoblis- sement - prendro du temps. L' éluborutíon des orientotions générules en motière de prise en chclrge (lu structurctíon de l'offre) On est ici ou coeur du sclìémo, puisqU`Íl s'ogit de proposer des orientotions précises relotives
  15. 15. oux r< réponses » Ò opporter. Nous ovons tenté de croiser - lo noture du lìondicop qui détermine le mode prioritoire de prise en cliorge Z soíns, insertion, occompognement, etc. r - les dillérentes situotions liorì- dicopontes ouxquelles il s`ogit de remédier loccessibilìté, logement, emploi / octivité, éducotion, loisirs, etc.), ~ les tI'oịeCtoires iiìdividuelles dos personnes lìondìcopóos qui doívent ovoir dons toute lo mesure du possible lo possibi- lité de choisir leur mode de vie et d`ossumer les risques corres- pondonts. Nous nous sommes donc otto- chés Ỏ repenser Une polette de Services et d`éqUipements qui ne se limitent pos Ờ une simple couvertul'e mécontque des í< besoins ›> recensés. ll s`ogissoit ovolìt tout de res- tructurer Une ollre existonte, et de préciser les évolutions sou- lìcritobles Ỏ cinq ons. Neul groupes de trovoil ont été constitués Ò cet ettet, Les étupes de lu volídotion Clìoque syntlìèse (por groupe de trovoil] o été omendée et Volidée por le groupe, Un Comité de pilotoge compo- sé du Conseil Générol, des odrninistrotions concernées et des ossociotions omendero et volidero l`ensemble, Le scliémo sel'o ensuite opprouvé por l`Assemblée Déportementole et por Monsieur le PI'élet. jeoiì-Bernord Dumortier Ồg'lẩ i5
  16. 16. gy , y V Guyloine PRẺ `› Véronique PERSUY Ồ`? EC Srĩ n^-` C2 _ `.'~E i`.rr,: vvv,v' Ấ ,V `Ì L 'v `”` _ i'x_ Emmanuel SION ` ' .` 77 O5 117 Lourent BARBE Xl E "`i Aó Ỉió lọ 33 L-Borbeẫcolvo tiêt Ă ` "'>`Ề .,lI›/Il ụ-' . l ,I . . Í ,.i;ẩ Mireille BERBESSON s` , `.^` 42 41 57 72 i.'t~5e'lìesson@ColVu,"eỸ rĩ* Claude coouELLE l`v--“` O3 20 541 38 27 X ` CỆ~Co<]uelle@Col`øo.net ` .leclrBeIIIudU.lNƠ!ỈEt C320CÓ880t llỂ1'DU'ttŨt°leĨEẩĨ”CCr`.'Ơ re-` -. Ỉŕ:ll^ - Y' `.Vr:ere Ỉonsurtortẽ iriũế' C`=ĩoonre une co'i`.Vention de Collo oroiío` L i E oocr"-J ĩJ`ri5 sc ir1c'uTc`r` ` rt: vĩes -rìter/eriioiìs et ocarticlpe "os Nous Í‹ĩrei/elìoíìs Cti Coi75oi`i sti'otẻgioue, ieẸ:lìer`clìe et Ctlểt.r't6nlOppĐtiìCt“t Coiìdrlite de A ',iel.ậ cìuoiĩ ee' é.r'Oluotio.'ì ĨlC'l77Ơlili7'Ỉ LỶ`ó`ỵrci`Q7ppỆi7reitĩ ciles .'e5sOu/ces tĩu' i"`ro."i`res. . Que xrous so)/ez olirecteuf dlétoblissemerit ou iespolìsoble CllƠSSOCilƠliOi7 CỢdr'e pédogogique ou J'espoI7soble Ole pO/i`- tiques publiques. élu ou chet de proịet, COlilƠCl9Z'ItOUS .l Nos portis pris .' L/lie colloborotiolĩ élI^OÍle ovec Iìos clielìts, le souci dlul7e opéi'otiorìnoliié imméoliote, des inteI'veI7ti'oIĩs sur-mesure. COPAS est une Société coopéi'otiVe de Colĩseil, spéciolisée dorìs le domoilie des poli`ii`qUes socioles Créée eri ÌỌ83, 7SoloI'iéS, Ó Consultonts. Conseil Régíonol Ile de France 1 Développement de l`indiViduolisotion dons les Plotetormes pour les jeunes - FNAR5 Ệ Etude sur les protiques d`insertion por l`écono- mique dons les CHRS et éloborotion d'un outil d`outo-dio- gnostic pour' les structures - UPAES Hourvorí Z Aide Ò lo r'étle><ion sur le proịet dlétoblissement - DRTEFP Nord Pus de Ccllclís : Evoluotion de l`olternonce dons les octions SIFE - Mỉnistère des Affaires Socicles 1 Aide ou diognostic sur l`erronCe et lo gI'onde morginolité des ịeunes - Ville de Gruvelínes Z Aide Ò lơ restruciurotion de l'Onimc1tÍOn sociole - Déportement du Vol d'0i- se Ị Elobor'otion du sclìémo déportementol du lìondicop - PJJ Centre, Límousin, Poítou, Chorentes Z Etude des mesures de milieu ouvert - GPLI/Conseíl Régíonul et DRTEFP Bosse-Normandie Expertise des Structures Permonentes de Lutte contre l`illetirisme - CCAS de Ĩourcoing : Aide Ò lo réorgonisoiion de lo structure - Espuce ressources Péclclgogiques du Límousin : lndividuoliser les lormotions - Ville de Grande Synthe Z Accompognement métliodologique des équipes d`interve- nonts sur les quortiers - SESSD de l'APF I Formotion Ò liéloborotion du proịet institutionnel - URPACĨ Nord Pus de Culuis I évolution des missions, évolutions de llorgo- nisotion - ISSN : i254 8758 Copas tél: 03 20 57 89 25 fox: 03 20 57 89 22 5 rue Monnoyer 59 800 LILLE

×