#54
Juin2009
L E S E N T R E P R I S E S O N T L A P A R O L E
CCi22
Saint-Cast Port d’Armor :
La CCI affirme son ambition ...
«Bon voyage sur nos côtes». Au
moment où se prépare la saison
touristique, comment ne pas réagir
à la présentation de nos ...
ENTREPRENDRE
4
3
2
4
5
5
1
Avec ce nouveau nom, l’Aggloméra-
tion souhaite développer une réelle
identité en affirmant une ...
5
ENTREPRENDRE
7
8
6
6
Dans le cadre d’une recherche perma-
nente de la qualité et de la satisfaction
de sa clientèle, l’h...
ENTREPRENDRE
-
et de modernité
« En 2002, quand nous avons acquis cet
établissement, c’était une ancienne pen-
sion de fam...
ENTREPRENDRE
7
La clientèle de l’hôtel est variée : tourisme
individuel et familial, tourisme d’affaire lors
de soirées ét...
4Les locataires créent leur association : « Carré d’As »
Le Carré Rosengart offre aux passionnés
de la mer, une large gamm...
4Réalisation : Atelier Michel Château
PAYS
CORRESPONDANCE
Après 7 mois de travaux qui ont per-
mis d’agrandir le bâtiment ...
Développé par l’ADEME, le Bilan
Carbone® s’adresse à tous types d’en-
treprises, industrielles ou de services. Il
permet d...
« Aujourd’hui, 85% de l’énergie primaire
mondiale est d’origine fossile : pétrole,
charbon, gaz, ... La combustion de ces
...
Côte
d'Émeraude
St-Cast
(2010)
Côte
de Penthièvre
Saint-Brieuc
Le Légué
St-Quay
Portrieux
Côte
du Goëlo
Côte
de Granit Ros...
de plaisance de Saint-Cast
-
-
che, Saint-Cast Port d’Armor
-
-
s’affirmer rapidement comme
-
€
la Chambre de Commerce et
l...
À LA UNE
22 mois de travaux, 27,5 M€ de budget,
850 places créées sur pontons, 16.000
tirs de mines réalisés pour construi...
À LA UNE
« Ce projet était inscrit dans le dos-
sier de DSP que nous avons présenté,
souligne Éric de Rancourt, directeur
...
À LA UNE
€
ac
-
LEDOSSIER
CCi22
-
« Avec sérénité et enthousiasme. Nous
allons désormais nous appuyer sur un
outil de travail moderne et performant
tourné...
Un partenariat
(Interview croisée)
in
« La qualité c’est l’affaire de tous !
L’entreprise Raux Gicquel emploie 45
personne...
4Agence Be New
Imaginée en 2002 par votre Chambre de
Commerce et d’Industrie, la « Mallette
des Unions Commerciales et Art...
Les Commissions Départementales
d’Equipement Commercial (CDEC)
n’existent plus, seules les créations ou
les extensions de ...
Ce nouveau classement va actualiser,
en partenariat avec les syndicats profes-
sionnels, un référentiel datant de 1986,
cr...
EN ACTIONS
-
Le contrat d’apprentissage s’adresse
aux jeunes de 16 à 25 ans sauf cas
particuliers et dérogations. Le maîtr...
Six mois après sa mise en service, la CCI
fait un premier bilan du Numéro Vert. Le
secteurquiconnaîtleplusdedifficultésest
...
Si une entreprise dispose encore de
liquidités mais rencontre des diffi-
cultés de nature à la conduire à une
cessation de ...
CDEC
ENTREPRENDRE
EN FRANCE
de votre entreprise
Gratuit, de 14h à 18h
Les mercredis 24 juin, 8 juillet, 26
août, 9 et 23 s...
UNE RELATION DURABLE, ÇA CHANGE LA VIE.
Comment optimiser
la gestion de
vos comptes?
Comment optimiser
la gestion de
vos c...
Pour bien transmettre votre entreprise
il faut que vous pensiez à l’avenir
de votre entreprise en pensant
que vous n’y ser...
Mag 54
Mag 54
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mag 54

0 vue

Publié le

cci

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
0
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mag 54

  1. 1. #54 Juin2009 L E S E N T R E P R I S E S O N T L A P A R O L E CCi22 Saint-Cast Port d’Armor : La CCI affirme son ambition maritime
  2. 2. «Bon voyage sur nos côtes». Au moment où se prépare la saison touristique, comment ne pas réagir à la présentation de nos côtes qui a été faite lors d’une récente émission du magazine Thalassa ? La complaisance et la partialité avec lesquelles certains médias survolent les réalités d’un territoire ne doivent pas nous faire oublier les atouts du département, ni le travail engagé depuis plusieurs années par l’ensemble des acteurs économiques des Côtes d’Armor, qu’il s’agisse des agriculteurs, des entreprises, des collectivités ou encore… des gestionnaires de ports. Nous vous l’avions annoncé il y a quelques temps, la CCI des Côtes d’Armor a été retenue comme exploitant du nouveau port de Saint-Cast. Les travaux, lancés à l’initiative du Conseil gé- néral, seront terminés pour la saison. Ils permettront l’amélioration des conditions d’accueil des navires de pêche et la création de 780 places sur pontons pour la plaisance. Une cinquantaine de places seront réservées aux professionnels et des espaces à terre pour créer des ateliers ont été prévus. D’ores et déjà la totalité des places sont attribuées, et on dénombre environ 800 plaisanciers en liste d’attente : n’est-ce pas la meilleure réponse aux clichés mé- diatiques, influencés par quelques intérêts partisans ? De plus, la CCI a pris l’engagement d’aménager les espaces à terre du port en respectant les principes du développement durable. Dans le do- maine du tourisme et des activités liées à la vente et à l’entretien des navires, une centaine d’emplois vont être créés. C’est un atout essentiel pour le développement de l’économie de Saint-Cast et des Côtes d’Armor. Je vous donne donc rendez-vous le 2 juillet prochain à partir de 17 h pour inaugurer ensemble ce nouveau port ! Costarmoricainement vôtre, Alain Daher Président de la CCI 22 CCi22 #54 Alain DAHER Patrick SOLO, Eric de RANCOURT, Vanessa ERMEL, Marie-Charlotte MAUGAIN, Gwénolée POILVET et Marie-Hélène HELLIO Pascal LE COZ , 02 96 70 97 92 GUIVARC’H l’imprimerie, Plérin, 02 96 79 87 77 OCEA ROUTAGE OUEST EDITO, Saint-Grégoire, 02 23 25 09 14 17 500 exemplaires ÉDITO 3 ENTREPRENDRE 4 7 BRÈVES GROS PLAN PAYS 8 PAYS DE SAINT-BRIEUC PAYS DU TRÉGOR-GOELO PAYS DE DINAN ID E ECO ENTREPRISES INFRASTRUCTURES RÉPARATION NAVALE À LA UNE LE DOSSIER CURSUS-EMPLOI ALTERNANCE EN ACTIONS CDEC INFOS PRATIQUES SERVICES PRO ACCOMPAGNEMENT AGENDA
  3. 3. ENTREPRENDRE 4 3 2 4 5 5 1 Avec ce nouveau nom, l’Aggloméra- tion souhaite développer une réelle identité en affirmant une nouvelle dynamique pour le territoire. Le logo, plus moderne, permettra de faciliter la reconnaissance de la collectivité et de rendre plus identifiables les messages de l’agglomération. Les ronds symbo- lisent les communes et le trait, le lien entre elles. Pascal Monchoix succède à Michel Ledieu à la tête de l’association dépar- tementale. Mise en place depuis le début de l’année, la nouvelle stratégie de mar- que du réseau national baptisée « Itinéraire 2010 » a pour but de don- ner une nouvelle dimension au Logis. Quatre axes sont ainsi développés : l’image, la grille qualité, la commer- cialisation et la restauration. Cette démarche s’accompagne d’une refonte de l’identité visuelle. Ils sont graphiste, commercial, conseiller en communication, auditeur ressour- ces humaines, photographe, … et ont un point commun : ils ont tous intégré la Coopérative d’Activités et d’Em- ploi® Avant-PREMIERES. Ensemble, ils ont créé le groupe Adéquation, un collectif d’entrepreneurs des Côtes d’Armor, qui offre aux professionnels (entreprises, collectivités et associa- tions) une expertise pointue sur des problématiques précises, et leur per- met de rester concentrés sur leur cœur de métier. Contact : 02 96 52 19 69 contact@source-de-talents.fr www.source-de-talents.fr Destiné aux professionnels français qui souhaitent créer ou développer leurs échanges avec la Russie, ce site Internet propose de nombreuses informations sur le pays, le marché, les transports, le tou- risme… Contact : 02 96 25 24 93 talan-co@mail.ru www.catalogfrance.com Depuis fin mars, le nouveau site Internet de la CCI est en ligne. Entièrement « relooké », il dispose aussi de nouvel- les fonctionnalités : plus d’actualités, une newsletter, … Les entrées par les profils tels que « créateur », « plaisan- cier », par les tags ou encore par les différentes thématiques permettent de retrouver rapidement les renseigne- ments recherchés : adresses, contacts, chiffres clés, … Les informations sur les missions et les activités de la CCI ont également été enrichies afin de ré- pondre à tous types de demandes. www.cotesdarmor.cci.fr Le principe est simple : échanger des objets entre particuliers à travers un système de points. Trois associés lancent le site Trocline.com : « l’idée est de s’adapter au marché actuel en proposant un moyen alternatif de consommer sans entamer le pouvoir d’achat. C’est aussi respecter l’idée écologique de non gaspillage en re- donnant vie à un produit condamné à être stocké ou détruit ». www.trocline.com 1 2 3 4 CCi22
  4. 4. 5 ENTREPRENDRE 7 8 6 6 Dans le cadre d’une recherche perma- nente de la qualité et de la satisfaction de sa clientèle, l’hôtel Ibis de Saint Brieuc à Yffiniac améliore la qualité de sa literie. Celui-ci a fait don de la to- talité de ses couvertures, dessus de lit ou encore alèzes aux antennes locales de la Croix Rouge, du Secours Catho- lique, de l’association Saint Vincent de Paul, de Penthièvre Action et du Samu social pour que ces différentes structures puissent offrir aux personnes qu’elles accueillent un certain confort. Contact : Hervé LOUCE Hôtel Ibis 36, rue Julien Quintin 22120 Yffiniac 02 96 72 64 10 www.ibishotel.com Porté par les CCI de Bretagne, le magazine Bretagne Economique se dote d’un site Internet. Complétant le support papier, il offre une actualité éco- nomique quotidienne de la région. www.bretagne-economique.com Alors que la prise de conscience des problèmes environnementaux se géné- ralise, Laurent Gouézigoux, jeune skipper costarmoricain et le syndicat de tri de déchets SMETTRAL 22 inventent un par- tenariat d’un genre nouveau. Pour pro- téger ce territoire qui leur est si cher, ils mènent une opération de sensibilisation au tri et à la réduction des déchets, basée sur le pouvoir médiatique de la mer. Informations : www.laurent-gouezigoux.com T-shirts, chemises, accessoires... Les deux marques textiles REBEL ARMOR et CLASSIC ARMOR qui illustrent l’esprit des Côtes d’ARMOR, ont désormais leur REBEL BOUTIC à Saint-Quay-Portrieux ! 22, rue Jeanne d’Arc 22410 Saint-Quay-Portrieux Les CCI de Bretagne ont réalisé un document synthétique relayant leurs positions et propositions communes pour l’aménagement de la Bretagne en infrastructures et services de transport de marchandises, de personnes, d’information et d’énergie. Pointant les enjeux essentiels pour la compétitivité des entreprises et des territoires et proposant des données- clés, il porte les attentes du monde économique breton et formule une série de préconisations pour faciliter l’accès des entreprises à leurs marchés nationaux et internationaux. La brochure est disponible à la CCI ou téléchargeable sur le site Inter- net : www.cotesdarmor.cci.fr , rubrique « aménagement du territoire » Le Comité Départemental du Tourisme des Côtes d’Armor devient Côtes d’Armor Tourisme. L’objectif ? Mieux « vendre » l’image du département. Un logo, plus dynamique et moins institutionnel, accompagne ce changement de nom. 9 7 8 9 10 10 CCi22
  5. 5. ENTREPRENDRE - et de modernité « En 2002, quand nous avons acquis cet établissement, c’était une ancienne pen- sion de famille militaire. L’endroit était idéal et quelques travaux de rafraîchisse- ment ont suffi pour accueillir nos premiers clients. » L’hôtel est complet mais, très vite, Julien Daunat, Morgane et Gilles Le Meur, les propriétaires, imaginent un concept afin de mieux répondre aux attentes des clients en proposant un produit en adé- quation avec son emplacement. L’enjeu est de conserver l’identité du bâtiment datant des années 1930 tout en lui appor- tant une touche de modernité et un grand confort. « Pour mener notre réflexion, nous sommes partis de ce que les clients recherchent lors de leur séjour : une proxi- mité avec l’eau et un service de qualité.» Un pari réussi. Les travaux se terminent et aujourd’hui, Castel Beau Site est tota- lement orienté vers la mer « peu importe où vous vous trouvez dans l’hôtel, vous pouvez apercevoir la mer. Même dans les salles de bain, ouvertes sur les chambres, vousapercevezlasilhouetteduchâteaude Costaéres dans le miroir ! » Au restaurant, les fenêtres ont été remplacées par des portes fenêtres pour permettre une plus grande ouverture vers l’extérieur. Cette demeure de caractère a conservé son charme tout en proposant un produit ré- pondant aux exigences d’un hôtel 4 étoi- les. « Pour nos trois établissements : Castel Beau Site à Ploumanac’h, le restaurant Les Triagos à Trégastel et la brasserie L’Os à Guingamp, nous avons créé une identité commune : « Eau en couleur », 3 lieux, 3 ambiances, 3 accords. Elle symbolise ce que nous voulons apporter à nos clients. Sur chaque site, ils retrouvent cette proxi- mité avec l’eau et une couleur dominante : le rouge. » CCi22
  6. 6. ENTREPRENDRE 7 La clientèle de l’hôtel est variée : tourisme individuel et familial, tourisme d’affaire lors de soirées étapes ou séminaires. Le lieu favorise aussi l’organisation d’événements : mariages, cérémonies, … « Depuis 2 ans, nous voyons se développer une clientèle plus « régionale ». Des touristes venant de toute la Bretagne et parcourant 2 heures detrajetaumaximum,apprécientletemps d’unweek-endoud’uncourtséjourcedé- paysement total, finalement pas très loin de chez eux. » Un service commercial a été mis en place pour mieux répondre aux attentes des consommateurs et leur pro- poser des formules de séjours adaptées à la période de l’année, à la clientèle … avec le cadre « Le grand changement a consisté à supprimer les chambres qui donnaient sur l’arrière de l’hôtel et ne correspondaient donc pas à l’idée que nous nous faisions de la qualité de la prestation. » Aujourd’hui, l’hôtel dispose de 33 chambres allant de 20 à 45 m² suivant la formule choisie : Premium, Deluxe ou la Suite de Castel. Toutes ont une vue imprenable sur la riviera bretonne et la plage de sable fin. Vingt-cinq personnes travaillent au quoti- dien pour faire de l’hôtel un endroit cosy. « Côté restauration, nous proposons deux types de carte : la brasserie du Castel, une cuisine rapide, ouverte tous les midis, et une carte semi-gastronomique tous les soirs. » Deux salles de séminaire modula- bles ouvriront en septembre. Nouveauté, depuis la réouverture, l’hôtel propose un service conciergerie « clé d’or » qui a pour objectif d’aider le client à préparer son séjour et lui permettre de profiter pleinement de ses activités sans se préoccuper de tous les détails d’orga- nisation. Contact : Hôtel Castel Beau Site Plage de Saint-Guirec 22700 Ploumanac’h 02 96 91 40 87 mail : infos@castelbeausite.com www.castelbeausite.com 4Morgane Le Meur et Julien Daunat CCi22
  7. 7. 4Les locataires créent leur association : « Carré d’As » Le Carré Rosengart offre aux passionnés de la mer, une large gamme de services : un espace commercial à vocation mariti- me, un pôle technique de plaisance pour l’entretien et les réparations de bateaux. A travers ses 10 000 m2 , il participe aussi pleinement à la vie sociale et économi- que du Légué en accueillant un centre d’affaires constitué de bureaux, de multiples services, un hall d’expositions culturelles et un espace de restauration avec vue sur le port. L’association veut faire de cette diversité de services un atout pour promouvoir ce lieu, qui s’ins- crit comme une passerelle entre terre et mer, favorisant le rassemblement, le dynamisme et l’échange. Premier succès pour l’association «Carré d’As», le 16 mars dernier lors des portes ouvertes : près de 1 000 visiteurs sont venus découvrir les dif- férentes activités, et s’informer sur les services proposés. Plaisanciers, profes- sionnels du nautisme, mais aussi touristes et promeneurs ont apprécié les animations proposées : concert de jazz, présentation d’accessoires «ma- lins» pour simplifier la vie à bord, simulation de l’examen du code cô- tier, … Un succès qui en amènera d’autres puisque l’association imagine déjà d’autres événements à ne pas manquer ! Carré Rosengart 16, Quai Armez Port de Saint-Brieuc Le Légué Jean-Luc Ricordel est addictologue ; Jean-Yves Le Manche est gérant d’un bateau école, ils représentent la richesse des activités du Carré Ro- sengart. « Cette association est l’occasion de mieux nous connaître et de nous unir pour proposer des animations. Le succès de ces portes ouvertes nous a montré que le public a envie de venir se promener au port du Légué. Saint- Brieuc a longtemps tourné le dos à la mer mais cela évolue et aujourd’hui, le port a tout pour plaire. Le Carré Ro- sengart peut devenir un lieu de pas- sage, « une rue » à part entière. » PAYS DE SAINT-BRIEUC PAYSCORRESPONDANCE 8 CCi22
  8. 8. 4Réalisation : Atelier Michel Château PAYS CORRESPONDANCE Après 7 mois de travaux qui ont per- mis d’agrandir le bâtiment de 280 m², l’antenne de la CCI a été officiellement inaugurée lors de la cérémonie des voeux en janvier dernier. Ce projet n’est pas seulement celui de la « Chambre de Commerce et d’Industrie », ce nouveau bâtiment a pour objectif de devenir véritablement la maison des entreprises du Trégor-Goëlo. Le groupement d’em- ployeurs Adéliance est toujours présent et de nouvelles salles de réunion et de formation ont été créées. La construction de l’antenne a commencé en début d’année, en lieu et place de l’ancienne, qui a été rasée. Une réflexion a été menée pour proposer un bâtiment basse consommation qui respecte les principes du développement durable grâce notamment au choix des matériaux. L’antenne de 462 m2 abritera les bu- reaux de la CCI mais aussi une salle de réunion, un espace documentation, plusieurs salles de formation à la dispo- sition des chefs d’entreprises et de leurs salariés. Le Club des Entreprises du Pays de Rance et le Club des Créateurs et Re- preneurs des Côtes d’Armor occuperont aussi les locaux. Le Groupement d’em- ployeurs Atout Pays de Rance construira sa propre antenne sur le même terrain. Déjà très actif sur le Pays du Trégor- Goëlo, le programme d’échanges PLATO compte un nouveau groupe. Animé par Jean-Yves Keraudy, il est constitué d’une vingtaine de chefs d’entreprises d’hori- zons et d’activités différents : bâtiment, conseil en communication, en transmis- sion d’entreprise ou encore avocat. Lancé à l’occasion de la plénière dépar- tementale du 2 avril à Pleumeur-Bodou rassemblant près d’une centaine de chefs d’entreprises, les nouveaux mem- bres ont pu mesurer la force de ce réseau. Lors de cette première rencon- tre, les dirigeants ont fait connaissance avec les cadres animateurs et défini les thématiques de leurs futures réunions. Rappelons que l’objectif de ces groupes est de permettre aux chefs d’entrepri- ses d’échanger sur des problématiques communes afin de progresser et déve- lopper leurs activités. Contact PLATO Trégor-Goëlo Jean-Yves Keraudy – 02 96 48 22 33 jean-yves.keraudy@cotesdarmor.cci.fr « Intégrer ce réseau va me permettre de développer mon cercle de connaissances au niveau local mais surtout de sortir de mon environnement quotidien une fois par mois pourvoircequisepasseailleursetéchanger avec d’autres chefs d’entreprises. » Morgane Le Meur Propriétaire exploitante Castel Beau Site Ploumanac’h – Perros Guirec PAYS DE DINAN PAYS DU TRÉGOR-GOËLO CCi22
  9. 9. Développé par l’ADEME, le Bilan Carbone® s’adresse à tous types d’en- treprises, industrielles ou de services. Il permet de comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre (GES). Il prend en compte les émissions directes et indirectes liées au fonctionnement de l’entre- prise (transports des biens et des personnes, « contenu carbone » des matières pre- mières utilisées, …). En réalisant un Bilan Carbone®, une entreprise va pouvoir évaluer sa dépendance énergétique, limiter son impact sur l’environnement mais aussi réduire le coût de ses factures énergétiques en anticipant les fluctua- tions du prix de l’énergie. En pratique, le Bilan Carbone® est réalisé par un expert formé à la mé- thode Bilan Carbone® et ayant une approche pragmatique et opé- rationnelle. Les données d’activité de l’entreprise (factures d’énergie, quantité de matériaux achetés, nombre de kilomètres parcourus…) sont collectées puis exploitées à l’aide de tableaux de calculs. Les émissions de gaz à effet de serre sont ainsi évaluées poste par poste, en « tonnes équivalent carbone ». Il est alors possible d’identifier les domaines où l’entreprise est la plus dépendante aux énergies fossiles et de proposer des pistes d’amé- lioration. L’expert peut également accompagner l’entreprise dans la mise en œuvre d’actions de réduction des émissions. Un des premiers en Bretagne à avoir effectué son Bilan Carbone®, Philippe Robert, Responsable Environnement au sein du groupe STALAVEN nous fait par- tager son expérience. ® « Dans le cadre de sa politique Dévelop- pement Durable, le Groupe Stalaven est depuis longtemps sensible au respect de l’environnement. Le site d’Yffiniac est certifié ISO 14001 depuis 2004 et nous n’avions pas de connaissance quantifiée de notre impact carbone. Cela nous semblait donc important de faire cette étude pour se positionner dans le cadre de notre analyse des risques environne- mentaux. » « C’est l’occasion de bénéficier de conseils d’un expert pour proposer des solutions d’améliorations parfois simples et que l’on peut ainsi intégrer dans les futurs in- vestissements. Concernant le transport et l’énergie, domaines que nous avons depuis toujours cherché à optimiser, cela s’est traduit lors des changements de matériels, nous avons opté pour des modèles permettant des économies d’énergie : compresseurs d’air à vitesse variable, variateurs de fréquence, ...» ❊ DÉVELOPPEMENT DURABLE nement et - ® - lables dans la consommation ® se disent satisfaites de la méthode ID EECOENTREPRISES CCi22
  10. 10. « Aujourd’hui, 85% de l’énergie primaire mondiale est d’origine fossile : pétrole, charbon, gaz, ... La combustion de ces énergies fossiles est la principale source d’émissions de gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique, un phénomène néfaste pour notre dé- veloppement et notre environnement. Il est urgent de se préoccuper de l’aug- mentation de ces GES dans l‘atmosphè- re mais également de la dépendance des entreprises aux énergies fossiles. En effet, ces ressources sont épuisables, et leur prix peuvent faire l’objet de varia- tions importantes. Anticiper ces évolu- tions permettra aux entreprises de mieux les maîtriser. En mettant en place cette opération, la CCI des Côtes d’Armor souhaite sensibiliser les entreprises aux enjeux énergétiques et climatiques, et à l’intérêt du Bilan Carbone®. Pour l’instant, le Bilan Carbone® n’est pas obligatoire mais peut-être le devien- dra-t-il suite aux discussions du Grenelle de l’Environnement. Aujourd’hui, le Bilan Carbone™ est plus une opportunité qu’une obligation ! » Comment va se mettre en pla « Les entreprises volontaires bénéficieront d’un accompagnement collectif pour mettre en oeuvre un plan d’actions de réduction de leurs émissions, constitué de solutions concrètes. En collaboration avec l’ADEME, la CCI a déjà réalisé une réunion de sensibilisation au Bilan Carbone® et de présentation de l’opération. Suite à cette réunion, nous prévoyons d’avoir une dizaine d’entreprises volon- taires qui engageront simultanément la réalisation de leur Bilan Carbone®. Nous passerons ensuite à la phase d’accom- pagnement collectif. En fonction des besoins des entreprises, nous ferons in- tervenir des experts et consultants pour aider les entreprises à mettre en œuvre le plan d’actions préconisées dans leur Bilan Carbone®. A la fin de l’opération, nous diffuserons un guide de bonnes pratiques en format électronique. » « La réalisation du Bilan Carbone® est généralement subventionnée par l’ADEME, à hauteur de 50% du montant de la prestation, dans la limite de 7 500 ¤. L’accompagnement collectif prévu dans l’opération est pris en charge financière- ment par l’ADEME et la CCI des Côtes d’Armor. » Contacts : Guillaume Birault - 02 96 94 52 22 guillaume.birault@cotesdarmor.cci.fr ADEME:Patrick Danvert -02998587 05 ID E ECOENTREPRISES ❊ 4 ® CCi22
  11. 11. Côte d'Émeraude St-Cast (2010) Côte de Penthièvre Saint-Brieuc Le Légué St-Quay Portrieux Côte du Goëlo Côte de Granit Rose Paimpol Perros-Guirec Trébeurden Finistère Ille-et-Vilaine La Manche Côte d'Émeraude St-Cast (2010) Côte de Penthièvre Saint-Brieuc Le Légué St-Quay Portrieux Côte du Goëlo Côte de Granit Rose Paimpol Perros-Guirec Trébeurden 2 Sites 1 Sites Finistère Morbihan Ille-et-Vilaine La Manche INFRASTRUCTURES Arsenic,cadmium,chrome,cuivre,mercure, nickel, plomb, … ce sont autant de polluants qui sont déversés sur les surfaces de stationnement lors des opérations d’entretien et de carénage des navires. Le lavage des bateaux constitue l’un des principaux facteurs de pollution. Il précède souvent le grattage de la coque et l’application de peinture antifouling (un revêtement spécial servant à com- battre les salissures qui s’installent sur la coque du bateau). Si aucun traitement deseffluentsn’esteffectué,cenettoyage peut charger les eaux ou les sols de pol- luants hautement toxiques. Les travaux d’entretien courant des moteurs et des systèmes propulsifs peuvent aussi entraî- ner des déversements d’hydrocarbures, d’huiles et de solvants non biodégrada- bles et nocifs pour l’environnement. Autrefois effectué sans contrôle, le carénage est désormais formellement interdit et passible de poursuites s’il est effectué en dehors des aires équipées et agréées. Les Côtes d’Armor proposent des espaces d’entretien et de réparation équipés et mis aux normes, respectueux des régle- mentations et de l’environnement. La CCI gère 3 sites pour tous types de navires jusqu’à 350 tonnes : - Sur le port de Saint-Brieuc Le Légué : 2 sites d’entretien et de réparation spéciali- sés en gros navires pour l’un et navires de plaisance pour l’autre. - Sur le port de Paimpol : un site mixte pêche et plaisance. Ces aires de carénage sont équipées de moyens de traitement permettant de filtrer et récupérer les effluents liquides provenant des antifoulings et autres résidus de peinture ainsi que de déchet- teries adaptées au traitement sélectif des déchets des activités industrielles. On y retrouve des bornes d’énergie (eau, élec- tricité 220/380 V, air comprimé), hangar de stockage et d’entretien de 2 400 m² ainsi que des entreprises spécialisées dans l’entretien et la rénovation (mécanique, électricité, électroni- que, chaudronnerie,…) La cabine de peinture de grande dimension permet tous types d’opérations sans contraintes météorologiques. D’autres sites sont également équipés : Trébeurden, Perros Guirec, Saint Quay- Portrieux et Saint-Cast. Contacts : www.cotesdarmor.cci.fr/reparation-navale Saint-Brieuc Le Légué - Elévateur 20 T Jérôme Cade 06 75 91 67 63 legue.plaisance@cotesdarmor.cci.fr - Elévateur 350 T Laurent Kernivinen 06 75 91 88 06 reparationnavale@cotesdarmor.cci.fr Paimpol Daniel Pierre 06 77 96 99 74 daniel.pierre@cotesdarmor.cci.fr 4 CCi22
  12. 12. de plaisance de Saint-Cast - - che, Saint-Cast Port d’Armor - - s’affirmer rapidement comme - € la Chambre de Commerce et le concessionnaire choisi par - À LA UNE LEDOSSIER CCi22
  13. 13. À LA UNE 22 mois de travaux, 27,5 M€ de budget, 850 places créées sur pontons, 16.000 tirs de mines réalisés pour construire un bassin en eau profonde ouvert 24 h/24... La transformation du port de Saint-Cast restera dans les anna- les de la plaisance comme le chantier portuaire le plus important de l’année 2009. « C’est un véritable exploit technique qu’a réalisé la trentaine de salariés des quatre entreprises prestataires, de vé- ritables spécialistes des ouvrages mari- times, souligne Jannig Le Pévédic, chef du service Mer au Conseil général des Côtes d’Armor. Ce respect des délais et la maîtrise de l’enveloppe budgétaire sont également le fruit d’une étroite collaboration entre les trois acteurs du syndicat mixte de réalisation du port : Conseil général, Chambre de Com- merce et d’Industrie et commune de Saint-Cast-le Guildo. » Au-delà des chiffres, Saint-Cast Port d’Armor entend avant tout répondre à la volonté du Conseil général, porteur du projet, de poursuivre sa politique d’amélioration des infrastructures por- tuaires. « L’objectif est triple, confirme Michel Brémont, vice-président du CG 22, en charge des ports. À la fois, il est de pallier le manque de places – on estime à 4.000 le nombre de demandes en attente dans le dépar- tement – mais aussi de rééquilibrer le déficit entre l’ouest et l’est de la baie de Saint-Brieuc. Le tout en inscrivant ce projet dans une démarche de dé- veloppement économique durable. Le Conseil général reste persuadé que l’espace maritime, trop longtemps oublié, est l’un des principaux vec- teurs de croissance de notre territoire dans les années à venir. » Restait à trouver le concessionnaire chargé d’exploiter ce port flambant neuf. Des cinq dossiers présentés dans le cadre de la Délégation de Service Public, c’est celui de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor qui est sorti du lot. « Leur offre était de loin celle qui correspondait le mieux à nos exigences, notamment au niveau de l’exploitation du potentiel économi- que du site, précise Michel Brémont. L’apport financier mais aussi l’idée que se faisait la chambre consulaire de l’évo- lution du port pour les quarante années à venir ont été deux critères détermi- nants. » Un avis partagé par Gérard Le Bourhis, vice-président de la CCI 22 en charge des établissements gérés. « C’est une reconnaissance du travail mené par nos services depuis plusieurs années pour dynamiser la plaisance dans les Côtes d’Armor, au même titre que nous le faisons pour la pêche ou le commerce. Cette troisième concession, après Pontrieux et Le Légué, permet à la Chambre d’affirmer aujourd’hui pleinement son ambition sur la filière nautique. » « Pas question d’en faire un hangar à bateau qui ne sortirait de sa léthargie qu’au printemps et en été, confirme Alain Le Roux, directeur des établisse- ments gérés à la Chambre de Commerce et d’Industrie. Le potentiel touristique des lieux est sans commune mesure. » Un véritable projet d’urbanisation des 4 ha de terre-pleins autour du bassin, porté par la CCI 22 et la commune, est dans les cartons. « Le cabinet Univers a été sollicité pour imaginer un concept architectural mêlant habitat, commerce et activité économique, confirme Jean Fernan- dez, maire de Saint-Cast-le Guildo. Les premiers scénarii ont été présentés au conseil municipal début mai. Là aussi, le développement durable des lieux, qui passera par exemple par la végétalisation des infrastructures et des bâtiments, est fondamental. Et la liaison piétonne déjà en service per- mettra de faire le lien entre le centre- ville et le nouveau port. » Saint- 4Jean Fernandez maire de St-Cast-le Guildo LEDOSSIER CCi22
  14. 14. À LA UNE « Ce projet était inscrit dans le dos- sier de DSP que nous avons présenté, souligne Éric de Rancourt, directeur général de la CCI. Pour des raisons de confidentialité de l’instruction, nous ne pouvions évoquer ce sujet avant d’avoir été retenu. Aujourd’hui, nous travaillons en bonne intelligence avec les élus de Saint-Cast. La chambre a décidé de déléguer la construction et la gestion du futur établissement à un opérateur privé. » De son côté, le terre-plein des Canne- vez (2,5 ha) situé à l’extrémité va, lui, prendre une dimension technique au service des usagers. « Nous disposerons dès cette année d’un élévateur à bateau d’une capacité de 25 tonnes, d’une potence de levage et d’un ponton car- burant, ajoute Alain Le Roux. Une aire de carénage, dont la construction est assurée par la commune, sera rapide- ment installée. Et une zone dédiée aux entreprises de la filière nautique com- plétera l’offre. Plusieurs acteurs locaux et exogènes au département se sont déjà manifestés. » En parallèle, la communauté de com- munes de Matignon, dont fait partie Saint-Cast-le Guildo, réfléchit à la créa- tion, à l’entrée de la ville, d’une zone d’activité imaginée comme une base arrière du port. « Toutes les entre- prises ne pourront pas s’installer sur Cannevez, précise Jean Fernandez. À nous de nous donner les moyens de les accueillir. C’est une chance à saisir pour le développement économique de notre territoire. » Mars 2000 Juillet 2006 Septembre 2007 - Mars 2009 Mise en place des pontons et des Juillet 2009 À LA UNE LEDOSSIER CCi22
  15. 15. À LA UNE € ac - LEDOSSIER CCi22
  16. 16. - « Avec sérénité et enthousiasme. Nous allons désormais nous appuyer sur un outil de travail moderne et performant tourné vers les usagers, qu’ils soient plaisanciers ou pêcheurs. Grâce au prolongement du môle de protection, Saint-Cast Port d’Armor va être beau- coup mieux protégé des vents et des courants qu’auparavant. » Les conditions de travail vont « Fondamentalement, la gestion des pla- ces ne va pas être plus compliquée. Elle va surtout se professionnaliser à travers l’utilisation du logiciel de pilotage Amer, développé par la société Port Systems de Lannion. Nous allons perdre moins de temps dans le suivi des emplacements libres, l’édition des contrats et la factura- tion des prestations. Cerise sur le gâteau, le premier équipement construit sur les quais sera la capitainerie, opérationnelle dans le courant de l’année 2010. » « C’est nécessaire pour parvenir à gérer ce port en eau profonde ouvert 24h/24, 7 jours sur 7, et offrir un niveau de ser- vice élevé et constant aux usagers. Pour démarrer, nous allons tourner avec 6 à 7 personnes mais rapidement l’équipe devrait s’étoffer. » « C’est un équipement moderne avec une volonté de s’ancrer dans une lo- gique de développement durable. Au niveau technique, nous allons disposer d’un élévateur à bateau d’une capacité de 25 tonnes, d’une po- tence de levage. Une aire de ca- rénage va permettre de travailler dans des conditions respectueuses de l’envi- ronnement. Notre objectif est de propo- ser des contrats à l’année permettant de mettre des bateaux à terre pour libérer des places et d’optimiser globalement le port. Le tri des déchets va également être mieux coordonné. Le Wifi devrait rapidement faire son apparition. Du côté de la pêche, les 20 bateaux disposeront d’un quai et d’une zone technique dédiée à leur activité. » Contact : 02 96 78 62 15 stcast.plaisance@cotesdarmor.cci.fr www.cotesdarmor.cci.fr Delamotte attend avec impatience la mise en À LA UNE LEDOSSIER CCi22
  17. 17. Un partenariat (Interview croisée) in « La qualité c’est l’affaire de tous ! L’entreprise Raux Gicquel emploie 45 personnes et accueille des stagiaires dans le domaine de la qualité depuis 3 ans. Cela nous permet de développer une dynamique qualité. Nous sommes certifié ISO 9001 depuis 1 an et demi. L’objectif est de mettre en place une démarche qui permette de faire bien du premier coup : produire en faisant de la qualité, c’est possible ! Il faut adapter la démarche à l’entreprise. Floris a tout d’abord intégré l’entreprise en stage dans le cadre de la Licence profession- nelle d’animateur qualité, puis, cette année, en apprentissage pour la for- mation de Responsable Qualité sécurité Environnement. Comme il connaissait déjà l’entreprise, cela lui a permis d’être rapidement opérationnel. Floris est plus un assistant qu’un sta- giaire, il travaille en parfaite autonomie. L’alternance nous fait bénéficier d’une veille réglementaire permanente. Le fait de ne pas être à 100% dans l’entreprise lui permet d’avoir une vision extérieure, un œil critique sur des points cruciaux tel que le recyclage et nous permet ainsi de nous améliorer continuellement. » Environnement « L’alternance, c’est de l’expérience ! J’ai toujours souhaité travailler dans le bois. J’ai intégré la licence qualité en 2007 et l’approche sécurité environ- nement m’a beaucoup plu. J’ai donc choisi d’approfondir mes connaissan- ces en poursuivant par un bac +4 dans le même domaine. L’alternance est une bonne formule car je mets direc- tement en application la théorie. Raux Gicquel est une petite structure ce qui me permet d’aborder une mul- titude de sujets comme par exemple le recyclage du déchet bois, les écono- mies d’énergie, la sécurité machine,… L’approche est différente de celle à adopter dans une grande entreprise, il est possible d’expérimenter, de tester, l’entreprise est plus réactive. » CURSUS-EMPLOIALTERNANCE de 4 Floris Gouiffes et Julien Raux La licence professionnelle - ma » en partenariat avec l’Université de Rennes I et l’IUT de Saint-Brieuc. L’objectif est de former des techniciens supérieurs opérationnels, aptes à prendre en charge la fonction qualité dans une entreprise Le II Environnement en partenariat avec le CFAI de Bretagne. Cette formation, en apprentissage, va permettre de répondre aux besoins des entreprises qui souhaitent associer la fonction qualité à la fonction « manage- ment du risque industriel pour l’environnement, l’hygiène et la sécurité ». Informations : Sylvie Le Brun - 02 96 94 57 14 sylvie.lebrun@cotesdarmor.cci.fr www.ieqt.org CCi22
  18. 18. 4Agence Be New Imaginée en 2002 par votre Chambre de Commerce et d’Industrie, la « Mallette des Unions Commerciales et Artisanales », véritable outil d’aide à la décision, regroupe toutes les informations néces- saires au fonctionnement d’une association. Elle a pour but d’accompagner les associations de commerçants et d’arti- sans dans leurs démarches grâce à de nombreuses fiches pratiques réparties par chapitre. On y trouve notamment des informations juridiques et compta- bles, des conseils sur la mise en place de projets, la communication, mais surtout, des exemples de documents et lettres types à adapter ainsi que des tableaux d’aide à la gestion pour faciliter la prise dedécisions.Sonatout?Desdocuments mis à jour régulièrement en fonction de l’évolution de la réglementation. Un procédé innovant et en Après plusieurs éditions de la mallette, la CCI a confié à l’agence de communica- tion Be New, la création d’une nouvelle forme de distribution du document, via un site Internet proposant une télé- impression et un téléchargement des modèles de documents. Cette nouvelle méthode de diffusion permet d’accéder à la mallette directement via Internet. L’ensemble des fiches peut être directe- ment imprimé, dans les volumes dé- sirés. Les modèles de documents sont à télécharger. Cette méthode permet de télé-imprimer uniquement le nombre de mallettes utiles et ainsi de toujours obtenir la dernière version du document en bénéficiant au plus tôt des modifica- tions et des mises à jour de fiches. Contact CCI : Jean-Marc Nourri - 02 96 75 11 46 jean-marc.nourri@cotesdarmor.cci.fr Agence Be New - 02 96 44 45 22 2, rue Saint-Sébastien - 22200 Guingamp www.agbenew.com agbenew@wanadoo.fr COMMERCE La nouvelle édition de la mallette prenant en compte les dernières modifications sera disponible dès juillet à l’adresse : http://lamallette.agbenew.com 4 étapes simples et rapides pour imprimer la mallette : exem- plaires. Vous disposez d’un nombre de tirages à utiliser selon les be- soins. La version papier est bien sûr toujours disponible et plus adaptée si le nombre d’exemplaires commandés est important. Pour obtenir un devis, il suffit de contacter l’agence Be New. Interview de , - « Le support papier n’était plus adapté car la réglementation évolue sans cesse et les documents devenaient trop vite obsolètes ce qui supposait des coûts de gestion et de diffusion importants. La solution multimédia permet de proposer un concept de télé-impres- sion et donne la possibilité d’obtenir un nombre de tirages valable pendant un an, ce qui n’est pas possible avec d’autres supports. II est aussi possible d’offrir des droits de tirages. Cette méthode va nous permettre d’être beaucoup plus réactifs suite aux nouvelles lois. Internet nous ouvre de multiples possibilités. On peut tout imaginer : vidéo… » lette des Unions Commerciales CCi22
  19. 19. Les Commissions Départementales d’Equipement Commercial (CDEC) n’existent plus, seules les créations ou les extensions de plus de 1 000 m² ou de zones commerciales existantes sont soumises à la Commission Départe- mentale d’Aménagement Commercial (CDAC). En dessous de cette surface, l’implantation des commerces est libre si elle respecte les règles d’urbanisme. Une CDAC juge un projet d’implanta- tion en fonction du Plan Local d’Urba- nisme (PLU), du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) et du développe- ment durable. Si la CDAC donne un avis favorable, le maire pourra alors délivrer le permis de construire. la CCI des Côtes d’Armor Outil qui analyse l’offre commerciale et les comportements d’achats sur un territoire donné, il permet de disposer de l’ensemble des données nécessaires à l’élaboration des Schémas de Dévelop- pement Commercial (SDC), d’étayer les positions en CDAC, mesurer l’im- pact d’un projet,… Droit de préemption, fonds et Une loi récente permet aux collec- tivités de préempter fonds et baux commerciaux si elles estiment qu’ils peuvent changer de destination au moment de leur vente et réduire ainsi l’offre et l’attrait commercial d’une rue ou d’une commune. FISAC Le Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce est un outil d’accompagnement finan- cier destiné à favoriser le maintien, la modernisation, l’adaptation afin de préserver ou développer un tissu d’en- treprises de proximité. Organisé en mars dernier par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor en partenariat avec l’Association des Maires de France 22, le forum sur l’urbanisme commercial a permis d’informer les élus politiques locaux sur les conséquences de ce nouveau dispositif réglementaire et leur présenter les outils à leur dispo- sition pour les aider à optimiser l’offre commerciale de leurs communes. Pour plus d’informations : Jean-Marc Nourri - 02 96 75 11 46 Responsable duPôle Commerce àlaCCI 22 jean-marc.nourri@cotesdarmor.cci.fr CDEC EN ACTIONS La CDAC est composée de 8 mem- - tation, - - celle d’implantation, son représentant, - - la consommation, le développement - 4La CCI accompagne les élus politiques locaux CCi22
  20. 20. Ce nouveau classement va actualiser, en partenariat avec les syndicats profes- sionnels, un référentiel datant de 1986, créer une catégorie 5 étoiles pour une meilleure lisibilité de l’offre française à l’international mais aussi permettre une montée en gamme du parc hôtelier avec une modernisation des équipements, l’intégration de nouveaux critères (pro- preté, qualité de service, développement durable) et l’introduction de critères « à la carte » afin de préserver la diversité de l’offre. Tous les hôtels étoilés sont concernés ainsi que ceux qui souhaitent se faire classer. Ce classement reste volontaire. Le référentiel sera applicable au 1er juillet 2009. Jusqu’à cette date, l’ancien systè- me fonctionnera avec un élargissement à la 5ème étoile. Ce dispositif sera précisé par la loi Tourisme en juillet 2009. Après la promulgation de cette loi, les hôtels déjà classés auront 3 ans pour se met- tre aux normes. Durant cette période, l’ancien et le nouveau classement co- habiteront. tés de Ce dispositif, géré par l’Agence Nationa- le de Développement Touristique (issue de la prochaine fusion de ODIT France et Maison de la France), va permettre de classer les hôtels disposant d’au moins 6 chambres en catégorie, de 1 à 5 étoiles, le 0 étoile tourisme dis- paraît. L’audit de classement devient payant, il est à la charge de l’hôtelier et sera réalisé par un cabinet accrédité COFRAC et référencé par l’Agence Na- tionale de Développement Touristique. Pour les hôtels de 1 à 3 étoiles, il s’agit d’un audit « à découvert » mais il sera « mystère » pour les 4 et 5 étoiles. Le classement est attribué par le Préfet pour une durée de 5 ans Trois grands domaines sont évalués : les équipements, le service au client, l’acces- sibilité et le développement durable. Il existe deux types de critères : les critères obligatoires et les critères « à la carte ». Parmi eux, on retrouve : (communs, chambres, sanitaires), - bre minimum d’heures par jour, étrangère, des réclamations, l’accueil des personnes handicapées, la gestion de l’énergie, de l’eau et des déchets. A chaque critère correspond un nombre de points. Le classement est obtenu par l’addition de points obligatoires et de points « à la carte ». Une tolérance de 5% est admise pour les premiers et devra être compensée par 3 fois plus de critères « à la carte ». Le réseau des Chambres de Commerce et d’Industrie accompagne les profes- sionnels dans cette démarche de clas- sement par l’organisation de réunions d’informations, la mise en place d’un outil de pré-diagnostic et en proposant des conseils individuels. HÔTELLERIE er ré- EN ACTIONS OSEO Le Prêt Participatif pour la Rénovation Hôtelière a été mis en place dans le cadre du « Plan de Modernisation du Parc Hôtelier Français » pour accom- pagner et soutenir les hôteliers dans leurs efforts de modernisation sous certaines conditions. Conseil régional de Bretagne, Conseil général des Côtes d’Armor Dans le cadre d’une modernisation ou d’une mise aux normes (sécurité incendie, accessibilité aux person- nes handicapées) et sous certaines conditions, le Conseil régional et/ou le Conseil général peuvent attribuer des aides financières. Pour plus d’informations : Michelle Guyomarc’h Conseillère Tourisme à la CCI 22 02 96 75 11 49 michelle.guyomarch@cotesdarmor.cci.fr 4Hôtel Le Dugesclin à Saint-Brieuc INFOSPRATIQUES CCi22
  21. 21. EN ACTIONS - Le contrat d’apprentissage s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans sauf cas particuliers et dérogations. Le maître d’apprentissage a un rôle déterminant dans le parcours de qualification de l’apprenti. En relation avec le CFA, il contribue et veille à ce que l’apprenti acquiert dans l’entreprise des compé- tences correspondant à la qualifica- tion recherchée et au titre ou diplôme préparé. La formation L’apprentissage associe un enseignement général et théorique dispensé dans un Centre de Formation d’Apprenti (CFA) et un enseignement pratique en entreprise. Le contrat est un Contrat à Durée Déterminé de type particulier assorti d’une période d’essai de deux mois. Sa durée est de 1 à 3 ans selon le cycle de formation. Les entreprises de moins de 11 salariés ouinscritesaurépertoiredesmétiers sont exonérées des cotisations patrona- les d’origine légale ou conventionnelle imposées par la loi. Les entreprises de 11 salariés et plus sont exonérées des cotisations patronales de sécurité sociale. Aides financières Une prime de 1 000 ¤ minimum peut être accordée. Le montant et les conditions d’attribution sont détermi- nés par le Conseil régional. Les entreprises qui accueillent des ap- prentis peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt de 1 600 ¤ ou 2 200 ¤ par apprenti dont la durée du contrat est d’au moins 1 an. Point Conseil Le point conseil apprentissage de la CCI des Côtes d’Armor oriente et informe les employeurs dans leurs démarches d’enregistrement des contrats d’apprentissage. Son rôle est également de contrôler la conformité des contrats passés : adé- quation entre l’activité de l’entreprise et le référentiel du diplôme préparé par l’apprenti, compétence exigée aux fonctions de maître d’apprentissage, respect des niveaux de rémunération. Elle met en œuvre les dérogations éventuelles et vérifie l’inscription de l’apprenti dans un CFA. ère année ème année 3ème année 25% 37% 53% 41% 49% 65% 53%* 61%* 78%* * ou du salaire conventionnel de l’emploi occupé s’il est plus favorable Pour plus d’informations : Pays de Saint-Brieuc, Pays du Trégor-Goëlo, Pays de Guingamp, Pays du COB et du Centre Bretagne Chantal Briens 02 96 78 62 19 chantal.briens@cotesdarmor.cci.fr Pays de Dinan et Lamballe Catherine Le Boulanger 02 96 39 59 70 catherine.leboulanger@cotesdarmor.cci.fr www.bretagne.fr, rubrique formation L’apprenti perçoit une rémunération qui varie en fonction de son âge et de l’ancienneté dans le contrat. Elle est calculée en pourcentage du SMIC (sauf dispositions plus favorables de la convention collective). 4BTS MUC en apprentissage à la CCI CCi22
  22. 22. Six mois après sa mise en service, la CCI fait un premier bilan du Numéro Vert. Le secteurquiconnaîtleplusdedifficultésest celui du commerce, suivi des cafés, hôtels, restaurants et du BTP. Il n’y a toutefois pas de zone géographique particulièrement touchée. En effet, les appels sont répartis proportionnellement à l’activité économi- que des différents pays. La majorité des problèmes rencontrés concerne la tréso- rerie, les cotisations sociales mais aussi les relations avec les banques. Les demandes aboutissent la plupart du temps à un rendez-vous avec un conseiller de la CCI afin de faire une analyse de la situation et mettre en place un plan d’actions ou à une redirection vers le Tribunal de Com- merce, l’URSSAF, ou tout autre organisme compétent afin d’aider au mieux le chef d’entreprise. important dans la vie des entre- Commerce de Saint- « Le Greffe du Tribunal est une charge libérale dirigée par Maître Thepho et comprend 15 salariés. Son rôle est de transcrire les actes juridiques de la vie des sociétés, les prises de garanties (privilèges) se rattachant aux entre- prises ainsi que l’authentification des décisions prises par le Tribunal. Le Tribunal de Commerce est composé de 22 juges. Son rôle est double : juger les litiges et différends entre commer- çants mais aussi, traiter les difficultés des entreprises en appliquant la « loi de sauvegarde » . Suivant l’impact des difficultés de l’entreprise, une concilia- tion, une sauvegarde ou une cessation de paiement avec redressement ou li- quidation judiciaire sont possibles. » « Les problèmes économiques actuels sont de nature à augmenter le nom- bre de dépôts de bilan. Les entreprises qui ont le plus de chance de se re- dresser sont celles qui font part le plus rapidement possible de leurs difficul- tés financières au Tribunal. » EN ACTIONS « Il est compétent depuis le 1er janvier pour les affaires commer- ciales précédemment jugées par le Tribunal de Grande Instance de Guingamp. Ce rattachement est le premier effet visible de la réforme de la carte judiciaire ini- tiée par la Ministre de la Justice, Rachida Dati. » « Aux élections d’octobre 2009, plusieurs juges, la plupart en fin de mandat ne se représenteront pas. Il nous semble souhaitable que les territoires de Guingamp et de Lannion soient représentés dans la juridiction briochine. Nous sollicitons des hommes ou des femmes, chefs d’entreprises ou mandataires sociaux, ayant des connaissances juridiques et voulant bien consacrer une partie de leur temps à la justice commerciale, à présenter leur candidature en écrivant au Greffe du Tribunal de Commerce : 2, Bd Sévigné à St Brieuc ou en appelant le 02 96 33 68 92. » er Pour toute nouvelle demande ou infor- mation relative à un dossier en cours : Tribunal de Commerce de Saint-Malo, centre des affaires Cap sud 1 Croix Desilles - 35400 Saint-Malo tél. 02 99 20 00 90 / 0891 01 11 11 CCi22
  23. 23. Si une entreprise dispose encore de liquidités mais rencontre des diffi- cultés de nature à la conduire à une cessation de paiements, le dirigeant a la possibilité de se manifester auprès du Tribunal. Deux types de procédure sont possibles afin de lui permettre de continuer à gérer son entreprise tout en étant accompagné. La conciliation La procédure de conciliation remplace, depuis janvier 2006, l’ancien règlement amiable avec les créanciers. Elle s’applique uniquement à la demande du dirigeant et si l’entreprise n’est pas en cessation de paiements depuis plus de 45 jours. Un conciliateur recherche un accord avec les créanciers, assurant à la fois un équilibre entre les intérêts des parties et la pérennité de l’entreprise. Le chef d’entreprise conti- nue son activité mais les poursuites indivi- duelles des créanciers ne sont, en principe, pas suspendues. Le mandat ad hoc Ouverte à la demande du chef d’en- treprise, cette procédure a pour but de résoudre, le plus en amont possible et en toute discrétion, les difficultés de l’entreprise. Le Tribunal de Commerce va nommer un mandataire ad hoc qui sera chargé de négocier avec les créanciers (ban- ques, fournisseurs…) et trouver des accords afin d’échelonner les dettes. Cette procédure, grande innovation de la loi du 26 juillet 2005, permet d’éla- borer avec les créanciers un plan de sauvegarde favorisant la réorganisation de l’entreprise et la poursuite de son ac- tivité. Elle ne peut être mise en oeuvre qu’à l’initiative du dirigeant. Les créan- ces nées antérieurement à l’ouverture du jugement sont gelées afin de permettre au chef d’entreprise de se réorganiser. Elle fait l’objet d’une pu- blicité mais il s’agit d’une procédure préventive, axée autour du dialogue entre le chef d’entreprise et les créanciers. Une entreprise est en cessation de paiements si elle est dans l’impossibi- lité de faire face à son passif avec son actif disponible. Lorsque le Tribunal constate l’état de cessation de paiements, il doit pro- noncer l’ouverture de la procédure de redressement ou de liquidation. Durant une période d’observation, les chances de survie de l’entreprise sont étudiées. Pendant la période d’observation, les pouvoirs du dirigeant sont limités, un administrateur provisoire peut être désigné. Si la situation est irrémédia- blement compromise, la liquidation judiciaire sera prononcée. EN ACTIONS en contact avec des entrepri- « Se mettre sous la protection de la justice Dès les premières difficultés sé- rieuses, il ne faut pas hésiter à se manifester auprès du Tribunal de Commerce. Cela ne signifie pas forcément le dépôt de bilan, bien au contraire, dans certains cas, se mettre sous la protection de la justice permet de bénéfi- cier de conseils, et de prouver sa détermination à vouloir s’en sor- tir. Les chefs d’entreprises n’ont pas forcément conscience de l’importance d’anticiper leurs difficultés. Les solutions propo- sées par le Tribunal de Commerce peuvent, dans certains cas, éviter la liquidation judiciaire.» er CCi22
  24. 24. CDEC ENTREPRENDRE EN FRANCE de votre entreprise Gratuit, de 14h à 18h Les mercredis 24 juin, 8 juillet, 26 août, 9 et 23 septembre Contact : Sophie ROUAULT 02 96 78 62 21 sophie.rouault@cotesdarmor.cci.fr Les mardis 7 juillet et 8 septembre Contact : Catherine LE BOULANGER 02 96 39 59 70 catherine.leboulanger@cotesdarmor.cci.fr Les mardis 7juillet et1er septembre Contact : Sylviane MESSEANT 02 96 48 08 19 sylviane.messeant@cotesdarmor.cci.fr Le mercredi 2 septembre Contact : Yvonne ANDRIEUX 02 96 28 37 50 yvonne.andrieux@cotesdarmor.cci.fr entreprendre De 9h à 12h et de 14h à 18h - 100 Du 29 juin au 3 juillet et du 28 septembre au 2 octobre Contact : Sophie ROUAULT 02 96 78 62 21 sophie.rouault@cotesdarmor.cci.fr Du 22 au 26 juin Contact : Catherine LE BOULANGER 02 96 39 59 70 catherine.leboulanger@cotesdarmor.cci.fr Matinées sociales Le jeudi, de 9h à 12h30 - gratuit 2 juillet et 3 septembre Contact : Sophie ROUAULT 02 96 78 62 21 sophie.rouault@cotesdarmor.cci.fr ATELIER AUTO-ENTREPRENEUR De 9h30 à 11h30 - gratuit Le mardi 30 juin Contact : Sophie ROUAULT 02 96 78 62 21 sophie.rouault@cotesdarmor.cci.fr Le mercredi 2 juillet Contact : Catherine LE BOULANGER 02 96 39 59 70 catherine.leboulanger@cotesdarmor.cci.fr Le vendredi 10 juillet Contact : Sylviane MESSEANT 02 96 48 08 19 sylviane.messeant@cotesdarmor.cci.fr EVENEMENTS Inauguration du port de Saint-Cast : jeudi 2 juillet à 17h FORMATIONS 7 et 14 septembre Word initiation : 28 septembre pour faire parler ses chiffres : 23 septembre 23 septembre Cadres : réussir dans ses fonctions de manager : 25 juin et 8 septembre travail : 24 et 25 septembre Prospecter et fidéliser vos clients par téléphone : 24 et 25 septembre Contact : Anne-Marie TALIBART 02 96 78 62 20 anne-marie.talibart@cotesdarmor.cci.fr - Préparation et passage du test 23, 24, 25 et 26 juin - 20h pour managers 2 juillet - Présenter son entreprise et ses 3 juillet Et toute l’année anglais, italien, portugais, polonais, arabe, espa- gnol, allemand, russe, chinois, français langue étrangère, en mini- groupe, cours particuliers ou cours par téléphone. Contact : Monique LE PAGE 02 96 75 11 42 monique.lepage@cotesdarmor.cci.fr Echanger sur le net mais pas seulement ! Ecobiz, c’est aussi des rencontres entre adhérents des différentes communautés pour progresser et développer ses compétences. Pour plus d’informations et participer à ces ateliers, n’hési- tez pas à contacter l’animateur de la communauté. Communauté International L’interculturel dans les négociations à l’international : lundi 29 juin République Tchèque : Spécial salon SALIMA et secteur IAA : jeudi 2 juillet Douane : point sur les récentes évolu- tions : lundi 7 septembre Contact : Frédéric BARBIER 02 96 75 11 53 frederic.barbier@cotesdarmor.cci.fr Communauté Commerçants Notions d’anglais pour accueillir un client étranger : vendredi 26 juin Atelier : les nouvelles attentes des consommateurs : jeudi 24 septembre Contact : Edith PAVOINE 02 96 75 11 64 edith.pavoine@cotesdarmor.cci.fr D’autres réunions ont déjà eu lieu sur des thématiques variées : les disposi- tifs financiers d’aides à l’export, l’actualité juridique, une plénière ré- gionale PLATO, … Retrouvez toute l’actualité economique locale sur www.cotesdarmor-ecobiz.fr EN ACTIONS CCi22
  25. 25. UNE RELATION DURABLE, ÇA CHANGE LA VIE. Comment optimiser la gestion de vos comptes? Comment optimiser la gestion de vos comptes?
  26. 26. Pour bien transmettre votre entreprise il faut que vous pensiez à l’avenir de votre entreprise en pensant que vous n’y serez plus à l’avenir. Bilan Entrepreneurial CIC On analyse à la fois les conditions de transmission de votre entreprise et les incidences sur votre patrimoine personnel. 29 agences Entreprises CIC du Grand Ouest accompagnent vos projets. Pour connaître l’agence la plus proche : cic.fr cic.fr

×